The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Every passing minute is another chance -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 555
Age IRL : 32
MessageSujet: Every passing minute is another chance   Every passing minute is another chance EmptyLun 14 Jan 2019 - 22:59
Every passing minute is another chance


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Saucé, vraiment trempé jusqu'aux os. La pluie ruisselait sur ses traits, dégoulinait de ses mèches brunes contre sa nuque, et ce jusqu'au dessous du sweat. Julian en frissonnait. C'était quoi au juste ? De la neige fondue, une averse ? A en juger le bruit, la première option était sans doute la bonne. Des cordes auraient davantage martelées le bitume, là ce n'était qu'un bruissement assez doux, mais avec la noirceur, tout devenait plus lugubre et d'avantage encore le fait d'avoir paumé les deux autres. Trois, t'oublie Jake. Ouais, Jake... Pffffff Jake. Même la grosse Charentaise de la mort il l'avait comptée dans le duo manquant, quant au gars avec ses décalcomanies malabar partout sur la peau, ça lui faisait ni chaud ni froid de plus le voir. Au moins l'agacement s'estompait depuis qu'ils s'étaient séparés à l'approche d'une horde, mais maintenant que la nuit était installée, pour de bon, et que le temps était plus simplement noirâtre à cause de la météo pourrie, Julian se repérait bien moins qu'en pleine journée. T'es pas nyctalope ? Ricana l'autre tandis qu'il collait son bras en barrage devant Lily à l'embouchure d'une ruelle. Winchester entre les doigts, le jeune homme le redressa pour y voir plus loin après avoir calé la torche au mieux que le lui permettait le fusil.

- Ça m'emmerde pour Al'.... pis l'clébard un peu aussi. Quant à Sully, qu'il appréciait dépeindre comme le mec du fameux Docteur Quinn juste parce que ça le faisait rire, il s'en foutait allègrement.

Ce type regardait Lily sans demander la permission, il lui parlait pas bien et... C'est moche la jalousie tu sais ? Ouais bha fuck off, il en avait rien à foutre. En plus c'était même pas de la jalousie juste... Juste que Jake il l'enquiquinait comme pas permis avec ses allusions à la noix que Rodriguez était capable de lui faire sans pour autant le dire devant tout le monde. Forcement je suis dans ta tête, puis je suis toi en vrai, ton toi refoulé Juju. Il déglutit en voyant quelques nerds sous une gouttière qui recrachait les eaux usées. Le bruit de la flotte qui s'éclatait sur l'asphalte devait suffisamment les occuper pour qu'ils en apprécient se faire dégommer la gueule sous une douche dégueulasse. L'image capturée dans la lunette le fit sourire de coin avant qu'il baisse l'arme pour glisser la main dans celle bien fraîche de Dimples.

- T'avance, sont trop occupés pour s'occuper de nous, on f'ra toujours moins de bruit qu'leur douche Écossaise là. L'attirant à sa suite, en prenant soin à pas trop éclairer la zone où étaient amassés les charognards, Julian s’engouffra dans l'impasse face à la ruelle et colla la bandoulière du Winchester contre son épaule avant de lui faire la courte échelle pour qu'elle puisse se hisser sur le mur de briques qui séparait le boyau d'un autre derrière. Allez, j'te suis, j't'aiderai à descendre une fois là haut, doit bien y avoir une baraque ou.... Fin, j'pense qu'le vieux a dû s'abriter, on avisera d'main, si on les cherches en pleine nuit c'serait dangereux.

Un frisson lui remua les épaules, davantage encore en entendant un râle à l'extrémité de l'impasse. Vallait mieux pas traîner là, derrière le mur, une fois qu'ils l'auraient franchi, y avait un espèce de quartier résidentiel. Leur resterait plus qu'à investir une baraque pour essorer leurs frusques et attendre que le jour se lève afin d'espérer retrouver papy et le clebs énorme. Et Jake... Ouais, et Jake aussi pensa-t-il en roulant des yeux et en lâchant un soupir nasale.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 485
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Every passing minute is another chance   Every passing minute is another chance EmptyMar 15 Jan 2019 - 7:06
Il faisait un froid de canard quelques jours auparavant, elle avait même cru à un nouvel hiver comme le précédent, ce genre d’hiver qui lui donnait l’impression d’être à la maison, mais non. Lily avait senti les températures se réchauffer un minimum, pas uniquement parce qu’elle avait honte chaque jour que dieu faisait depuis quelques jours, depuis qu’ils avaient croisé la route de Jake. Dans cette tenue. Occupés. Occupés. Ouais, la gamine était mortifiée H24, finalement c’était peut-être une bonne chose de les avoir perdus de vue là alors qu’une horde leur collait au train. Remarquez, Al’ il était bizarre mais plutôt gentil, et Pantoufle lui manquait déjà, cette grosse boule de poils pataude, un peu effrayante, mais quand même pratique et mignonne. Et puis cette pluie là … Il faisait froid, et pourquoi il pleuvait autant ? Parce que ça s’était réchauffé ? Elle préférait le soleil Lily, enfin non elle préférait la neige, mais quant à choisir entre la pluie et le soleil, elle préférait le soleil et …

Le courant de ses pensées fut stoppé par le bras de Julian qu’elle manqua se manger en pleine poire. « J’suis sûre qu’ils vont bien tous les trois. » souffla-t-elle avant de poser son regard plus loin où quelques monstres prenaient une douche sous une gouttière. C’était horrible, ils allaient se décomposer et tomber en morceaux plus vite encore … Elle en grimaça avant de sentir les doigts de Julian agripper les siens. Ca craignait d’avancer ? Ils les verraient pas ? S’il le dit … Ouais, c’était sans doute vrai. La brunette lui emboita le pas, esquissant un sourire qu’il dut pas vraiment voir dans la pénombre. Elle préférait s’être retrouvée seule avec lui, plutôt qu’avec les autres. C’était pas qu’elle les aimait pas, c’était simplement que Julian c’était le seul, c’est celui à qui elle faisait confiance. C’était lui, et c’était tout. Point final.

« On sait pas ce qu’il y a de l’autre côté … Tu me suis hein … » Elle l’imaginait mal la laisser là toute seule, mais c’était surtout pour lui qu’elle s’inquiétait alors qu’elle se hissait, aidée de Julian, sur le muret. Une fois assise à califourchon sur le mur de briquettes, Lily alluma sa lampe torche, un jardin, du genre petit et mal entretenu. Et comme la gamine de Chicago savait quand même se débrouiller, elle se laissa glisser en bas du mur, l’espèce de container à ordures qui trainait en dessous l’aidant bien pour pas faire un plongeon trop haut. Quelques râles approchèrent dans sa direction et Lily ramassa son courage pour pas hurler, récupérant plutôt son couteau pour le planter dans le crâne ramollis d’un ancien postier vu sa tenue, ou du moins un type qui avait trouvé une tenue de postier avant de mourir, c’était con mais ça lui arracha un sourire alors que le brun la rejoignait.

Troquant le couteau dans sa main droite contre celle du brun, Lily avança à travers le jardin. « Oui … on se retrouvera demain … je suis sûre qu’ils vont bien, Al’, Pantoufle et … Jake. » Là encore, Julian pouvait pas voir la grimace lorsqu’elle mentionnait l’autre tatoué, alors sa pause pouvait paraître bizarre, mais voilà. Ce type la mettait mal à l’aise. Comme Julian au début hein. Non c’était pas pareil, ça serait jamais pareil, ça pouvait pas être pareil. Concentre-toi plutôt sur l’environnement va. Ouais, en plus. Parce que là ils traversaient une enfilade de jardins tous plus laids les uns que les autres, et qu’il faudrait bien se trouver un coin où se poser et s’abriter. Son sweat était trempé, et bientôt les deux pulls et le t-shirt qu’elle portait dessous le seraient aussi. Son pantalon commençait à faire plus qu’un avec sa peau lui aussi, fallait trouver un abri sinon c’était le gros rhume assuré. A croire que la pluie les aimait, ou qu’ils aimaient la pluie, l’eau. Elle pressa plus fort la main de Julian dans la sienne avant de lui désigner de sa main gauche une maison, parmi tant d’autres, mais qui avait l’air légèrement plus petite, un étage à vue de nez, mais moins imposante. Moins imposante, ça voulait dire plus vite vérifiée et sécurisée. « Celle-ci … ça devrait aller. » Un frisson lui parcourut l’échine, mince c’qu’il faisait froid quand on était trempé comme une soupe.

Cette maison donc, la petite maison à l’angle de deux rues dans ce lotissement résidentiel. Des nains de jardin dans le jardin, des parterres de fleurs dont on s’occupait plus, une balançoire sur le côté, c’était une maison familiale et ça faisait mal d’y penser, mais ils avaient pas le choix. Elle laissa Julian passer devant pour inspecter les lieux, récupérant son couteau en lâchant à regret sa main. C’était plus rassurant qu’un couteau de lui tenir la main. Surtout quand il faisait nuit comme ça, qu’il faisait un temps de merde, et qu’elle … « Atchoum ! » Bon bah s’il y avait des monstres, ils approcheraient sans doute maintenant qu’elle avait donné l’alerte. « Désolée … »


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 555
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Every passing minute is another chance   Every passing minute is another chance EmptyMar 15 Jan 2019 - 16:11
Every passing minute is another chance


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Tu me suis hein... Foster en fronça les sourcils, quasiment accroupi près d'elle, les mains jointes pour que ses paumes lui servent d'escabeau. Bien sûr qu'il allait suivre, et même que d'ordinaire, s'il avait pas vu quelques silhouettes vaciller près de l'embouchure de l'impasse, il serait passé le premier pour ensuite lui tendre la main. Mais ici, mieux valait que Lily soit en sécurité à califourchon là haut que face à une ribambelle de nerds attirée pas le faisceau de lampe. Il était pas nyctalope, comme l'avait suggéré l'autre dans son crâne, mais pour le coup l'étudiant aurait apprécié l'être en effet. Voir dans la nuit, comme les chats si c'était pas une idée reçue, c'était sûrement l'un des trucs les plus utiles par temps d'apocalypse zombies. Bon, ça râlait derrière, si bien qu'en la hissant au mieux, il jetait des coups d’œil vers le bout de l'allée en déglutissant. Plus qu'à grimper donc. Le jeune homme recula de deux trois pas, prit son élan et s'activa vers le coin de mur pour s'y appuyer et agripper le rebord afin de s'y coller. Pas évident avec le poids du sac et celui du fusil, mais il était pas mollasson. Bien que grand et plutôt maigre, il avait rien de la loque humaine, aux muscles ramollis, qu'il était quand il passait son temps devant la console. Guidé par la torche de Lily, cette fois, Foster dégagea le CZ de sa loge en entendant un grognement avant de lâcher un rictus en la voyant réagir avant lui.

- Good job ! Lâcha-t-il en se laissant retomber souplement dans l'herbe boueuse de ce jardin lugubre. L'facteur sonne toujours deux fois, y paraît.

Il faisait froid, il était trempé jusqu'aux os, mais c'était pas une raison pour pas plaisanter un peu, l'apaiser aussi parce qu'elle aimait pas les charognards et qu'elle préférait les éviter que d'avoir à la trépaner. Ça, Jul l'avait pigé tout au début quand elle lui avait parlé de Norbert. Sa main se greffa de nouveau à la sienne et, à deux lampes, ils évoluèrent le long de ces différentes coures en friches. Lily aussi songeait qu'ils retrouveraient les autres demain, quand il ferait plus clair et qu'ils seraient pas forcés de se manger les intempéries. Quant à Jake, si Alphonse l'avait paumé, Foster lui en voudrait pas le moins du monde, bien au contraire. Tu sais que ça arrivera pas.

Il haussa les épaules, replaçant le sac et le fusil par la même occasion avant de jeter un œil près d'une palissade couverte de lierre et de lichen derrière laquelle elle indiquait une bicoque sans prétention. La baraque derrière avait l'air plus petite, par conséquent bien plus simple à investir et à récurer si, toutefois, les proprios avaient viré l'arme à gauche sans pour autant déménager. Parce que ouais, les gens qui claquaient dans leur maison, ou au boulot, ils y restaient coincés jusqu'à ce qu'une âme charitable vienne les déloger, juste parce que les nerds, en dehors d'être vraiment dangereux, et sans doute les pires prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire où l'homme était encore maître trois ans plus tôt, ils savaient pas se servir de leurs mains pour autre chose qu'agripper leurs fringues. C'était con quand on y pensait, les vautours savaient chopper ce qu'ils voulaient bouffer mais ils étaient pas foutu de presser une clinche ou tourner un bouton de porte. Un rictus fila ses lèvres, enfin avant d'entendre l’éternuement de la jeune fille vers laquelle il tourna les yeux en cessant de zieuter au delà de la barrière de bois éprouvée par le temps et la météo.

- C'est rien, tu dois juste avoir raison. Sur la maison là, sur le fait que c'était bien pour attendre le lendemain et éviter de mourir de la tuberculose ou une autre connerie due au froid. Ouais la tuberculose c'est dû au froid, on voit que t'aimais pas bien les sciences. Roh qu'il la ferme celui là, on lui avait rien demandé comme d'habitude, puis là Dimples venait d'éternuer et s'il se souvenait de ce que disaient les vieux, c'était que faire ça après avoir dit un truc, ça voulait juste dire que ce fameux truc était vrai. Dumbass, bon, c'était qu'une légende, ou un machin de vieux sénile mais ça lui plaisait d'y croire là, de penser que la jeune fille avait forcement raison. Foster poussa la barrière qui couina légèrement à l'en faire grimacer, et investit le jardin avec elle. Petite maison de quartier, pas trop grande, pas trop petite même si elle était moins imposante que les autres, les volets étaient pas fermés en plus. J'pense qu'y a plus personne dedans, Les persiennes étaient toutes baissées dans le voisinage, c'était sûrement le premier truc débile qu'on faisait en cas d'invasion de morts vivants. Exactement comme dans les films d'action quand le mec poursuivi grimpait sur le toit d'un immeuble en sachant qu'il saurait pas redescendre. R'marque, la baie vitrée est bien dégueulasse. Reprit-il en redressant la torche. Traces de doigts, carrément de paumes, si c'était du sang ça faisait longtemps qu'il était sec, même passé. Inspirant, il passa la langue contre ses lèvres puis relâcha la main de Lily afin d'agripper la fronde et un petit caillou de rien qui ferait juste poc à l'impact sans briser le verre. Tu peux éclairer Dimples, j'vais frapper pour qu'on vienne nous ouvrir. Sourit-il avant de dégager le trop plein d'eau, contre ses traits, d'un revers de manche tout aussi saucée.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 485
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Every passing minute is another chance   Every passing minute is another chance EmptyMar 15 Jan 2019 - 20:35
Good job ! Lily en esquissa un sourire, oh elle savait se débrouiller et elle savait qu’elle savait se débrouiller, mais c’était pas pour autant que c’était désagréable de se l’entendre dire. Ca permettait de se raccrocher à ça plutôt qu’au fait qu’il y avait sans doute des morts dans les maisons qu’ils dépassaient, que des drames s’étaient sans doute joué dans chacune des maisons, que toutes ces familles étaient sûrement brisées à l’heure qu’il était. N’y pense pas Lily. Ouais, valait mieux pas, parce qu’à chaque fois, elle se disait que là-bas, à Chicago, quelqu’un était passé dans le parc de la maison familiale en pensant la même chose, que cette maison était abandonnée, que tous les occupants étaient morts, que c’était plutôt qu’un château hanté doublé d’un cimetière, ou l’inverse. Lily … t’y pense là…

Par chance, l’approche d’une maison plus petite, volets ouverts, mais fenêtres crasseuses sans doute, lui permit de penser à autre chose. De penser à l’abri que ça pourrait constituer pour la nuit, c’était pas le Ritz, mais après trois ans dans la merde, on apprenait à se contenter de peu. Et puis avec le froid qui la tenait debout et la faisait éternuer, Lily savait que cette maison serait parfaite, tant qu’il y avait pas de grosse fuite au plafond … « Hm. » souffla-t-elle simplement avec un hochement de la caboche pendant que Julian armait sa fronde. La brunette dirigea le faisceau lumineux de sa torche vers la baie vitrée, décidément bien sale. Les marques à sa surface lui filèrent un frisson désagréable.

Poc ! Lily resta immobile, attendant quelques secondes, avant d’échanger un regard avec le brun. Il y avait peut-être rien du tout dans cette petite maison de rien du tout ? La lampe torche lui échappa lorsqu’un rôdeur vint s’écraser contre la vitre à l’intérieur, le faisceau lumineux roula au niveau des pieds putrides de la créature, le temps que la brunette reprenne son souffle. « Il m’a fait peur … » J’pense qu’il a remarqué. La porte d’entrée était toute proche, Lily ramassa sa lampe torche, le couteau dans l’autre main, avant de reposer son regard clair sur Julian. « On le déplace jusqu’à la porte, et tu t’occupes de lui ? » Elle avait tué un monstre quelques minutes auparavant, c’était déjà beaucoup pour elle qui avait l’habitude de les fuir comme la peste rampante qu’ils étaient.

Lily lutta contre la peur et le dégoût que cette pauvre créature lui inspirait et se rapprocha de la baie vitrée, ça avait l’air assez dégagé à l’intérieur, il aurait sans doute aucun mal à suivre son déplacement jusqu’à la porte, vers la droite. C’était comme ces jeux pour enfants où il fallait déplacer un morceau de métal avec un aimant. La pièce en métal c’était le cadavre, l’aimant c’était elle. Arrivée devant la porte, Lily y frappa trois coups rapides, jusqu’à entendre une réponse bien moins travaillée de l’autre côté. Il était là. Elle roula des épaules, ramena derrière ses oreilles ses mèches cuivrées trempées avant de poser ses doigts sur la poignée de la porte. « A trois … » Un regard vers Julian. Un. Deux. Trois. Lily tira la porte, se planquant derrière pendant que la créature se ruait vers le british.

Lorsqu’elle émergea de sa cachette, rouvrant un œil, Lily vit le mort bien mort par terre. « Come on your highness. » souffla-t-elle en l’entrainant à l’intérieur avec elle. « Y’en a pas d’autre hein … ils seraient venus avec le bruit ? » Ouais, ils seraient tous venus s’il y en avait eu plusieurs. La gamine déglutit, en réalité elle savait qu’il pouvait rester un mort ou deux ou plus, coincés, bloqués dans un placard ou ailleurs. Elle ramena sa lampe devant elle pour éclairer chaque recoin, figée sur place, près de lui. Au moins, la pluie les trempait plus, c’était déjà. Au moins maintenant, elle pouvait se rendre compte qu’elle avait vraiment très froid. Un nouveau frisson désagréable parcourut sa peau.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 555
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Every passing minute is another chance   Every passing minute is another chance EmptyJeu 17 Jan 2019 - 12:00
Every passing minute is another chance


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Frapper pour ouvrir, l'image était plus fun que ce qui allait forcèment se produire dès que le petit caillou aurait cogné contre la vitre. La surface était cradingue alors à son sens, il y avait forcément un à quelques charognards là dedans. Julian arma la fronde, pinça les lèvres puis visa pile dans la poursuite formée par la torche de Lily. Poc et Blam !!! Elle en sursauta quand le nerd s'éclata le nez contre le vitrage et Julian émit un rictus en approchant de la baie. Il pouvait rien lui faire, la vitre était pas lézardée, rien à déplorer de plus que les sales grimaces que faisait le vautour contre la barrière « translucide ». Ce qui restait de ses lèvres se collait à la paroi, lui donnant un air de crapaud très laid, laid et putréfié, aussi desséché qu'une bestiole morte restée en plein soleil durant des mois. Tout proche, l'étudiant récupéra la torche puis la rendit à la jeune fille en un petit sourire.

- C'rien, et ouais j'm'en occupe, attires le par là bas. Elle craignait rien, puis le plan était simple, suffisait de faire quelques gestes pour inviter l'ex proprio à bien vouloir se traîner jusqu'à la porte. C'était ouvert en plus, chose dont il s'assura en tournant brièvement la clinche avant de laisser Lily s'en charger. Quant à lui, Jul troqua le lance pierre pour le piolet en entendant le mort répondre. Trois ouais, vas y...

Le décompte lancé, Julian arma le bras et reçut la créature à coup de crans. Pas difficile à faire, l'une de ses jambes fit barrière entre les tiges du nerd et celui-ci se vautra de tout son long avant de pousser son dernier râle. Crâne mou, il aurait même pu l'avoir avec une caillasse mais par pure précaution... C'était juste un vieux. Il était encore en peignoir et pyjama, lui manquait une pantoufle en plus. Pantoufle. Il en rit une seconde en pensant au clebs d'Alphonse puis replaça l'arme à sa place avant d'agripper les bras décharnés du retraité afin de le traîner plus loin. En un bref coup d’œil, avant de redresser le nez vers Dimples, Julian glissa les doigts au col ensanglanté de la robe de chambre. Morsure, profonde, l'artère était visible et sectionnée, autant que la peau et chair, du moins ce qu'il en restait car la plaie était nécrosée au max. De nouveau droit sur ses tiges, il déglutit et passa le premier pour investir ce qu'il espérait devenir leur cache pour le reste de la nuit.

- Nope, y en a pas d'autre ici, mais sûrement ailleurs, minimum un. Répondit-il. Foster prêta l'oreille une seconde, torche entre les doigts à inonder de lumière blanche les lieux de vie d'un pauvre gâteux qui avait dû se faire bouffer la trogne par un voisin dans le mal. Il avait des traces de morsures, donc forcément y en avait un autre dans le coin, quelque part puisque là, en avançant lentement vers l'entrée principale de la maison, il remarqua aisément que la porte était close elle aussi. Hello.... is anybody here ?!

Lily allait le prendre pour un dingue, néanmoins c'était utile parce que ouais, en peu de temps quelqu'un répondit et il braqua la torche sur la porte qui menait au sous sol pour y voir des traces de paumes similaires à celles sur la baie vitrée. l'agresseur était là dedans, et étant donné les gonds du battant, ce serait pas bien difficile de le foutre à terre. Julian croisa le regard de Lily et l'invita à reculer avant d'ouvrir d'un coup sec pour mieux faire valdinguer le nerd dans les escaliers avant d'illuminer la cage. Bon, même pas besoin de descendre pour l'achever, ce débile s'éclata le crâne contre le coin de la rambarde dans sa chute. Une seconde, deux secondes, le vautour râlait plus, se relevait plus et Julian referma le battant avant de se tourner vers le tas de bordel sur la table de cuisine. Des pansements, des médocs, du désinfectant, ouais... Pépé s'était fait mordre, avait cru que son visiteur était devenu dingue et avait voulu se rafistoler tout seul avant de casser sa pipe. Encore un mystère de résolu. C'était comme une habitude, une manière de pas virer cinglé, de réfléchir à la manière dont les choses s'étaient produites. Les réflexions et pensées d'un ex geek ayant passé de nombreuses heures devant des jeux vidéos. Déjà Lily se chargeait de sécuriser la porte de cuisine menant à l'extérieur et lui là, après un tour rapide du rez de chaussé, et un coup d’œil en se penchant dans les escaliers du salon, virait sac et arme pour enlever son sweat trempé.

- On pourra pas faire d'feu, tout est trempé et y a plus de bois dans l'truc là. Ses yeux filaient sur les divers meubles couverts de poussière, les quelques journaux qui, empilés là, auraient dû coller la puce à l'oreille de pépé. Mais y a peut-être au moins d'quoi économiser nos piles, j'vais jeter un œil, faut juste que j'essore ça. Sans faire gaffe, il retira aussi son t.shirt, son écharpe et se dirigea au dessus de l'évier de cuisine pour y tordre ses fringues. Y a peut-être des pulls ou quoi, sûrement pas top mais, bha on f'ra avec. C'était pas pour la faire rougir, encore moins pour la reluquer comme Jake il la reluquait mais là, Julian déglutit en croisant son regard. Fallait pas qu'elle garde ses vêtements mouillés, elle allait chopper la mort en restant comme ça. Faut..... enfin faut qu'tu r'tires..... tes fringues. Pourquoi tu rosis Juju, c'est pas comme si tu l'avais pas vue toute nue, en plus zieute bien, ça se voit qu'elle a froid. Ses yeux filèrent à sa poitrine et il roula des yeux, mal à l'aise, avant se retourner d'un mouvement bref qui manqua de faire valdinguer tout ce qui traînait sur la table près de lui. Bullshit.... On y voit rien..

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 485
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Every passing minute is another chance   Every passing minute is another chance EmptyJeu 17 Jan 2019 - 21:09
Leur routine commençait à être bien rôdée, il y avait qu’à voir ce pauvre papy sans doute mort depuis un bail qui venait finalement de trouver le repos. Pourtant c’est pas de tout repos de les achever … Oui, mais Julian avait raison, c’était une façon de leur permettre de rejoindre les leurs, s’il y avait bien un après-après, une quelconque salvation. Et mieux valait qu’il y en ait une, sinon cette survie, elle aurait pas grand intérêt si c’était pour finir comme les monstres, à errer sans fin. Errer sans fin pour mourir et trouver que du noir, que du vide, rien. Lily, faudrait entrer à l’abri là. Ouais, plutôt que penser à la vie, la mort, la vie dans la mort et la vie après la mort, trop philosophique et elle avait trop froid pour cogiter clairement.

Restait à savoir si la maison était encore occupée, et lorsque le british donna de la voix pour s’en assurer, la brunette esquissa un sourire. C’était une idée comme une autre, même si elle doutait d’entendre un rôdeur répondre que oui, il y avait quelqu’un. Et si quelqu’un venait à répondre … Là, ça serait d’autant plus flippant. Ouais, carrément. Enfin le plan génial du brun fonctionna, génial, génial …, ça fonctionnait c’était le principal. Croisant ses yeux clairs, Lily recula de quelques pas, sursautant lorsqu’un monstre fit un rouler-bouler mortel dans l’escalier qui menait à la cave. Le calme revint, il y avait plus qu’à rendre cet endroit assez sécurisé pour y passer la nuit. La gamine s’occupa de vérifier la porte de la cuisine, y caler une chaise sous la poignée, glissant sans vraiment y réfléchir à deux fois le nécessaire de soin encore utilisable de la table à son sac à dos.

Une grimace étira ses traits, même les fringues de rechange dans son sac étaient trempées, elle allait devoir se déguiser en vieux papy qui aurait mieux fait d’aller en Floride si elle voulait pas mourir de froid. Et à cette pensée, elle fit aussitôt taire la mégère dans son crâne qui tentait de lui rappeler les autres moyens de pas mourir de froid. Lily roula des yeux avant de sursauter quand Julian revint vers elle, pas de feu, tout était trempé, essorer ça. Quoi ? L.O.L. Ah son sweat trempé, oui évidemment, d’ailleurs la brunette en fit de même, posant le vêtement détrempé sur le dossier d’une chaise avant de constater que son pull était aussi trempé. Pfffff … Tu devrais faire comme Julian. Comme Julian ? Lily releva son regard vers le brun, interloquée, plus par sa conscience que par ce qu’il lui disait. « Des … Pulls. Oui. » Bien, tu sais prononcer des mots simples, maintenant apprends toi aussi à faire des phrases … Ah mais non pardon j’oubliais tu sais plus réfléchir dès qu’il … fait un truc. C’était pas faux.

Faut qu’tu r’tires tes fringues. « O-oui. T’as raison. » Ouais dans le genre assurance, on faisait mieux, surtout qu’elle venait de sursauter aux trucs qui vacillèrent sur la table. « Je … je vais chercher des pulls et … t’as qu’à … enfin … chercher de la lumière. » Heureusement qu’on voyait rien en fait, sinon Julian aurait calé directement que ses joues étaient plus rouges que rouge. Maladroitement, en manquant de se prendre les pieds dans ceux de la table et de la chaise sur son chemin, Lily parvint à quitter la cuisine, armée de sa lampe torche pour trouver l’escalier. Elle avait son couteau, et aucun autre occupant avait répondu à l’appel donc ça craignait rien. Fallait trouver la chambre de papy et des pulls de papy. La brunette s’éclipsa à l’étage, frôlant la crise cardiaque lorsqu’un volet claqua dans une des chambres, fouinant un minimum pour dénicher de quoi pas crever de froid. Une chemise pour elle, deux gros pulls en laine ou presque, et une couverture qui avait l’air aussi confortable que poussiéreuse. Les bras chargés, elle regagna le rez-de-chaussée, cette chambre était trop flippante pour y dormir, un truc bizarre avec les chambres des vieux.

Dans le salon, elle laissa tomber ses trouvailles sur le canapé avant d’ôter son pull, finalement presque aussi trempé que le débardeur qu’elle portait en-dessous lui-même presque aussi trempé que son sweat, ou l’inverse. Bref, il faudrait vraiment qu’ils arrêtent de passer des heures sous la pluie, à force c’était pas les rôdeurs qui auraient leur peau mais un sale rhume. Son pull posé sur un coin du canapé, avec une prière silencieuse pour qu’il soit à peu près sec le lendemain, Lily soupira. Dommage pour le feu quand même … Y’a d’autres moyens, tiens regarde derrière toi. Derrière elle ? La gamine se retourna, croisant le regard de Julian avant de désigner en bafouillant la pile de fringues sur le canapé. « J’ai … trouvé quelques trucs. » Pas si longtemps en arrière, ils s’étaient retrouvés dans cette tenue ou presque. Ah tu te rappelles quand même, je suis pas la seule. Le rouge lui monta à nouveau aux joues. Ses paumes glissèrent sur ses bras pour les réchauffer avant qu’elle se décide à choper la chemise à carreaux du vieux pour la coller sur ses épaules. Oui t’en fais pas, ça change le fait que vous avez passé du temps tous les deux à poils à faire ou imaginer faire des trucs que t’avais même pas imaginé des mois auparavant. Oh mais chut …


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 555
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Every passing minute is another chance   Every passing minute is another chance EmptyVen 18 Jan 2019 - 13:19
Every passing minute is another chance


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il buguait encore, un brain fuck dans les normes, totalement dans les règles qui faisait écho à celui qui devait la figer elle. C'était pas des choses à dire ça, mais il avait pas le choix, vraiment. S'il voulait pas qu'elle choppe froid, c'était sans doute le meilleur conseil qu'il pouvait lui filer de se désaper. Déjà dans son crâne les informations se bousculaient, sûrement parce que l'autre abruti ricanait en songeant à ce qu'ils pouvaient bien foutre en absence de bois sec, histoire de pas crever d'un vilain rhume. Julian frissonna en reprenant l'essorage de ses fringues. Concentré sur la tâche, les lèvres pincées pour pas penser au reste, le jeune homme se contenta d'opiner à ce que Lily lui disait sans vraiment écouter. Il entendait ouais, il avait capté qu'elle parlait de pulls et de lumière, mais pour savoir ce qu'elle voulait vraiment dire fallait qu'il fasse le point, qu'il décode tout ce truc dans le fin fond de sa tête où germaient des conneries plus grosses que lui. Il tourna simplement les yeux en entendant qu'elle misérait sur le chemin qui menait aux escaliers, et souffla un coup en collant les reins à l'évier. Damn'it, pourquoi c'était si compliqué de converser simplement ? Dès qu'ils se retrouvaient dans une situation comme celle-ci, c'était la gênance de la mort ou..... L'étudiant secoua la tête en virant ses ryders et le bandana qu'il colla sur le meuble avant de se passer les mains sur la trogne. Il était pas vraiment fatigué, ou si, éprouvé plus mentalement que physiquement. Penser de travers ça aidait pas du tout.

Armé de sa torche, il vérifia les placards avant de grimacer quant à l'humidité sur ses paumes. Le tube lumineux calé entre les dents, Jul vira ses mitaines, les tordit et les flanqua auprès du reste abandonné dans la cuisine. Tiroirs et placards furent passés au crible, jusqu'à l'un des buffets dans le salon où il dégota des bougies à la vanille qui le firent grimacer. Ces trucs sentaient super fort, ça lui filerait sûrement mal au crâne, mais ça économiserait les piles des lampes. Pas le choix donc, en fouinant dans la poche de son jeans rincé, tandis que le plancher craquait légèrement sur les pas de Dimples qui revenait dans la pièce, il extirpa le briquet puis joua un petit temps avec la pierre pour enfin obtenir une maigre flammèche.

- Shit, c'est le gaz ou l'temps mais .... Lâcha-t-il en parvenant à faire briller l'un des photophores parfumés dont il se servit pour allumer les deux autres. faudra que j'en retrouve un autre.

Peut-être qu'en fouinant à la lumière du jour, quand le soleil serait levé, alors il dégotterait des trésors dans les affaires du retraité. Haussant les épaules, la peau encore humide et couverte de frissons, Foster se retourna vers elle en dégageant le surplus de flotte de ses mèches brunes. Fucking god... Il en déglutit là, à manquer de gober sa pomme d'Adam, parce qu'elle avait plus que son débardeur, rendu transparent par l'averse, pour couvrir son buste. Il opina rapidement, déviant les cils de sa silhouette à la pile de machins, en pinçant les lèvres sur sa langue entre elles. Tu vas rester là, planté comme une foutue carotte en pleine terre ? Nope, ou si, ou... Bordel il savait pas, y avait pas de bois, pas de quoi faire un feu et là, Lily elle crevait de froid, lui avec en plus même s'il s'en plaignait pas. Il voyait la chair de poule courir sur ses bras nus, entre l'ombre et la lumière vacillante des trois pauvres bougies restées sur le buffet poussiéreux. Avance Dumbass, my god faut tout te dire ! Ouais ouais, il le fit. Quoi donc ? Bha avancer pardi. Julian fit deux pas et agrippa maladroitement, entre deux frissons glacés qui lui labouraient allègrement le torse et l'échine, une espèce de couverture pour la lui coller sur les épaules. Joignant les deux coins devant elle, Foster ravala sa salive en croisant ses billes claires puis passa les doigts dans ses cheveux trempés.

A chaque inspiration y avait de la vapeur d'eau qui se formait entre eux. Il caillait peut-être plus qu'à l'extérieur finalement. Oh ouais, c'est glacial parce que là tu glandes rien, que dehors tu te remuais un minimum. Pfffffffff, ouais bon, il avait pas forcement tort le débilos pervers au creux de sa caboche, ça lui arracha même un rictus étranglé tandis qu'il observait les espèces d'ombres qui vibraient sur sa joue exposée du côté de la faible lumière de la pièce.  Ses pensées étaient brouillons, vaporeuses. Elle était pire que jolie, pire que tout ce qu'il y avait encore de beau dans ce monde à la noix, pire que tout juste. Just perfect... Woooow, il avait dit ça tout haut ? C'était juste un susurre, un murmure débile qui provenait de ses réflexions mélangées à la peur, à ce qu'il se rappelait de la fois où ils s'étaient retrouvés comme ça, ce qu'ils avaient fait, ce que ça lui avait fait. Il savait même pas ce que ça lui avait fait à elle en plus, juste que... C'était vraiment cool, pire encore mais que y avait pas de mot pour expliquer tout ce qui s'était produit dans son corps.

Kiss her, now... Il en passa la langue sur ses lèvres et se rapprocha doucement, malhabilement encore peut-être, pour mieux pencher le visage vers le sien avant de céder à ce bonbon sucré. Doucement, lentement, sûrement trop mais parce qu'il tremblait déjà et qu'il savait qu'elle tremblait aussi, il le sentait sous ses doigts qui quittaient ses cheveux et frôlaient son bras nu. Le relief de son épiderme grignoté par la fraîcheur mordante, mais elle avait chaud pourtant. Y avait tant de trucs qui lui échappait sur les réactions de son corps, puis de celui de Lily, qu'il regrettait pas s'être intéressé plus que ça en cours, juste pour emmerder son père et pas pouvoir suivre le cursus que ce con là lui avait choisi.  Ses lèvres épousaient les siennes, dansaient avec les siennes, entrouvraient les siennes. Julian respirait au rythme de ses inspirations plus audibles, mais malgré son envie de faire bien, de faire délicatement, son cœur s'emballait autant que son corps contre le sien. Lily devait le sentir contre elle, il arrivait pas à contrôler ça, jamais mais là en glissant un bras dans le creux de ses reins, pour la sentir contre lui, plus proche encore, sa langue fila à la rencontre de la sienne à l'en faire se tendre jusqu'à la racine des cheveux.

Un lourd frisson lui hérissa la peau, le forçant à avancer encore, jusqu'à plus pouvoir parce qu'elle venait de heurter le meuble le plus proche. Ses souffles étaient déjà plus courts, plus sourds et se mêlaient au baiser tandis que ses doigts libres s'invitaient sous le débardeur rincé qui la couvrait. Holy shit.... she's hot like hell. Ouais, elle avait chaud, elle avait chaud alors qu'il faisait pas chaud et que.... Oh god.... même les échos de leurs bouches là, c'était pire que la pire torture physique. Séduisant comme une mélodie qu'existait que dans le creux de sa tête déjà paumée ailleurs. Son baiser se fit plus pressant encore et Julian la redressa contre lui pour l’asseoir sur cet espèce de guéridon branlant, s'inviter entre ses jambes ou la morsure de son corps fut encore plus palpable et brûlante malgré leurs jeans trempés. Le jeune homme serra les fibres du top de Lily entre ses doigts, les autres à courir dans son dos pour mieux revenir englober sa nuque, approfondir l'échange tandis qu'il contrôlait plus rien. Le sang dans le cerveau il était plus là. Il réfléchissait plus ou si, juste l'envie de l'avoir encore comme ça, de la voir encore comme ça, le força à lui retirer malhabilement ce qui lui couvrait la poitrine. Forcé de relâcher ses lèvres, il inspira par saccades en baissant les yeux des siens à sa gorge, sa poitrine, son ventre, pour mieux pincer les pétales, ravaler sa salive et reprendre mal son souffle parce que la fièvre elle se répandait à une vitesse qu'il imaginait pas si..... Si réelle. Les grincements du petit meuble à chaque geste, chaque mouvement, à chaque fois que son bassin se pressait vers le sien c'était........ Délirant ?

- J'ai ........ j'te veux comme ça Lily...... mais ….. j'sais pas o-ouuu, j'sais pas si....... Si elle si ? Si elle voulait la même chose ? Julian en tremblait comme un mioche fébrile, apeuré. C'était pas évident, c'était plus facile dans sa tête parce que, même s'il disait rien, forcément qu'il y pensait depuis, depuis elle, depuis eux. t'as tellement chaud..... t'es …..... brû--lante.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Every passing minute is another chance   Every passing minute is another chance Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Every passing minute is another chance -
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» Ahem.. Please to meet you ?.
» BATAILLE DE TRAFALGAR
» L'info qui sert à rien ! *O*
» Minute sarcastique...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: