The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Hit the road -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 512
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Hit the road   Lun 31 Déc - 19:06
Hit the road


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Falafels... C'était dégueulasse, c'était la mouise intégrale et le vieux comparait ça à de la bouffe. God, pas le temps de penser à des trucs inutiles petit, remues toi ! Zed, il l'entendait là clairement, et dix secondes il crut le voir à la place du vieux débris qui les aidait à se remettre sur leurs tiges. D'instinct Julian secoua la tête. Il délirait, Zed était mort, il avait muté en l'un des trucs qui, déjà, se jetait sur ce qui restait de la fenêtre pour investir le bureau. Ahuris, secoué, le jeune homme savait plus là, d'avantage encore que des tas de charognards semblaient vouloir défoncer la porte passée plus tôt. Damn'it... Ce fut Lily qui l'obligea à cesser de viser. Il visait ouais, trouant déjà le crâne des premiers clients qui venaient râler alors que le proprio était plus là. Monter ? Sérieux ? Il en échangea un regard perplexe avec le vieux qui haussait les épaules en pinçant les lèvres. Ils avaient pas trop le choix parce que des trois issues ne restait plus que les escaliers qui menaient vers le toit. Et une fois en haut ? Foster eut même pas le temps de poser la question que Dimples prenait les devants, succédé par le clébard qui, lui, demandait pas son reste pour cavaler dans les escaliers à la suite de la jeune fille.  Blam !!! C'était là tout ce que Julian entendit avant de plisser les yeux quand la lumière extérieure inonda la cage, lui offrant, par la même occasion, l'opportunité de caler que les vautours étaient bien plus près que ce qu'il croyait.

- Shake it off, kid ! Hein ? Ouais bon pas le temps de parler, à peine une seconde pour humecter ses lèvres sèches et gravir ce qui restait des marches.

Fallait bloquer l'accès avant que les nerds débarquent, parce que même s'ils savaient pas faire grand chose, qu'ils savaient pas nager ou ouvrir des portes malgré leurs pouces opposables, ces trucs là savaient au moins monter des escaliers. Là, à tourner sur lui même, Julian trouva ce qui leur fallait tandis qu'Alphonse se battait pour retenir le battant. Ça ferait l'affaire, hein ? Vaudrait mieux parce que vous savez pas encore comment descendre ! Exact... Tout à fait exact. L'étudiant agrippa l'espèce de caisse hyper lourde, en chiant au max pour la tirer près de la porte et ainsi permettre au vieux de dégager du battant.

- Ça va pas tenir, pas longtemps, et ils sont pas contre la chute libre j'crois bien. Les poumons brûlants, Julian recula en voyant le tas de caisses vibrer au plus les vautours s'accumulaient contre la porte de service. Il avait jamais testé ça, mais étant donné le poids chiche qui servait de cervelle à ces trucs immondes, y avait pas loin à chercher pour être sûr que s'ils voyaient leurs repas quitter le toit, par la fameuse gouttière que Lily pointait du doigt, ils sauteraient dans le vide. Avec un peu d'chance ils s'péteront les tiges, go !

Al en premier, le vieux pesait pas lourd et eu aucun mal à rejoindre les graviers en contrebas même si la gaine rouillée grinçait à en percer le chant lugubre des cannibales. Et le clébard ? Il était où ? Du bordel plus loin le fit froncer les sourcils. Bha le clebs était vraiment pas con, peut-être plus doué qu'eux trois et ce même s'il faisait, à lui seul, leurs poids réunis. Pantoufle venait de sauter sur une pile de bordel, en faisant chuter la moitié, écrasant une nuée de charognards au passage, pour rejoindre son maître et Lily qui venait d'atteindre le rez de chaussée. Plus que lui donc... Okay, prêt à agripper la gouttière, l’étudiant fit volte face au brouhahas derrière lui. Bon, bha le barrage avait vraiment pas tenu longtemps et là la vibration du battant, qui s'éclatait contre la paroi, fit s'envoler son seul moyen de fuir. La gouttière grinça et termina par se dégonder du mur.

Comme des agrafes qui pétaient, un à un les rivets cédèrent et le sifflement de métal rouillé lui déglingua les oreilles. Le tuyau éclata la carlingue d'une bagnole en bas, explosant le par brise au passage. Active Jul ! Il était là, paumé, sur un toit avec une marée de morts-vivants qu'avait plus qu'une envie : l'enrôler dans leur armée décharnée.  Il entendait que leurs râles, même pas le moteur de la voiture plus loin. Le seul truc qui le fit sursauter, fut le rebord dans le creux de ses reins puis les aboiements du clébards qui poussèrent une partie de la troupe à se dispatcher pour aller s'éclater la trogne après une chute qu'était pas si terrible. Pas si terrible, t'es habile... C'est ça où tu claques, ça ou tu la revois plus jamais. Julian déglutit, se tourna puis avisa la hauteur. Allez, pas le choix. En un rien de temps il se hissa sur le rebord puis pinça les lèvres avant de voir que la bagnole se tirait. Alphonse embarquait Lily ? Sans lui sans… Saute ! Et là, son cœur sembla cesser de battre, le temps de la chute, le temps de rouler bouler en bas pour mieux se redresser et se ruer sur le grillage qui le séparait de la voie. A bout de souffle, et de nerfs, Foster gravit le panneau de métal puis se laissa retomber de l'autre côté avant d'arrondir les billes en voyant que la caisse lui fonçait dessus. Really ? Il allait vraiment crever comme ça, renversé par une bagnole conduite par un vieux hippie ? Paupières plissées, grimace aux lèvres, Jul redressa vainement les mains avant de rouvrir un œil lorsque le crissement de gomme retentit. Pffffioou, à ça de la quéquette, papy a failli te castrer.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 461
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Hit the road   Mar 1 Jan - 10:49
« Allez gamine grimpe ! » Lily resta figée à côté de la voiture, cherchant du regard la silhouette de Julian. Il était à côté sur le toit, il était près d’elle, il était descendu du toit juste après eux. T’es sûre ? Quoi ? C’était elle qui lui avait dit de foncer, que Julian était juste là et … Son cœur manque de s’arrêter en voyant la gouttière cédait alors que le chien trainait relativement agilement sa carcasse pleine de plis jusqu’à la voiture, s’engouffrant dans l’habitacle pour venir lécher la trogne de son vieux maître qui lui continuait d’insister. « Peach ! Dépêche-toi de monter on va r’trouver le boy-scout plus loin j’en suis sûr ! Allez ! » « La … la gouttière … je sais pas où est Julian ! » Et elle pouvait pas le laisser, ils se l’étaient promis non ? Ils se lâcheraient pas. Glissant sur la banquette avant du véhicule, Al’ sortit le bras pour agripper la manche de la brunette et la tirer dans la voiture. Evidemment, elle protesta un minimum, surtout sans savoir où était Julian, mais Lily garda juste son regard bleu rivé sur le bâtiment du toit duquel les cadavres tombaient comme une bande de lemmings.

C’était comme un bowling de la fin du monde, sanglant, brutal, deux ou trois carcasses s’écrasèrent sur la calandre, Al’ se contenta de passer un coup d’essuie-glace pour virer les gouttelettes de sang noirci, secoué par la gamine à côté de lui qui lui martyrisait le bras. « Al’ faut revenir là-bas, faut le retrouver ! S’il vous plait, j’vous en supplie ! » « On va l’retrouver ton prince Harry, laisse-moi conduire tu vas nous encastrer dans un mur ! » Elle en pleurait, de peur, de colère, de cette espèce d’angoisse qu’elle allait encore se retrouver toute seule. Pantoufle s’était fourré à l’arrière sur l’absence de banquette, son énorme museau posé près de la tête du vieux. « Ah ! Encore un, on va s’le faire façon crêpe suzette, accroche-toi gamine. » Lily porta son regard sur la silhouette que le vieux voulait visiblement écraser comme une galette de maïs avant d’écarquiller ses billes. « Stooooop ! » Saisissant le volant, elle manqua de leur faire écraser le nez de la voiture dans un tas de ferraille près de la clôture, avant que le vieux hippie redresse et freine, pour s’arrêter à presque littéralement deux centimètres du brun.

Lily se rua sur la portière pour l’ouvrir et l’attirer à l’intérieur. C’est bon Lily, il est là, il va bien. Les larmes roulaient sur ses joues, toujours de peur mais de soulagement alors qu’elle l’attirait à côté d’elle sur la banquette avant de loger ses doigts à ses mâchoires et de l’embrasser. Comme s’il y avait plus qu’eux, et pas un vieux accompagné de son chien tout à côté, ce baiser à faire trembler les fondations de sa raison et frémir chaque parcelle de sa peau. « J’ai cru … j’ai cru … » Qu’il était pas descendu, qu’ils l’abandonnaient là, qu’elle le reverrait plus jamais. « Tu vois ?! J’te l’avais dit princesse qu’on le retrouverait. » Et comme s’il se doutait que Julian allait l’envoyer paître, ce gamin insolent, Al’ ajouta. « C’était exactement ce que je voulais faire … mais … sorry Kid, j’voulais pas t’flanquer la frousse. »

Le vieux écrasa la pédale d’accélérateur, Lily retrouva un semblant de calme alors qu’ils s’éloignaient du garage, blottie contre le brun qu’elle voulait plus lâcher. Entre elle et Al, Pantoufle soupirait avant de se mettre à ronfler. Sérieux ? Le chien va dormir là ? La gamine en esquissa un sourire avant de voir papy se sortir une cigarette comme la veille. « Oh non vous allez pas fumer ça encore ! Elles puent trop vos cigarettes … » Al se mit à rire en allumant sa cigarette dont l’odeur emplissait déjà l’habitacle, la forçant à aller enfouir son nez dans le cou du brun. Les ronflements de Pantoufle, le reste d’odeur de mort, la fumée, le ronronnement du moteur alors qu’ils s’éloignaient enfin pour de bon de cet endroit, Lily soupira, épuisée. « Thank you Al’ » souffla-t-elle, les yeux fermés, prête à s’endormir. Ça lui avait toujours fait cet effet-là la voiture. Là vaut peut-être mieux vu l’odeur, quoique t’es pas sûre de te réveiller … Ouais pas faux, Lily rouvrit ses billes, observant le paysage qui se déroulait devant la voiture.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 512
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Hit the road   Mar 1 Jan - 19:07
Hit the road


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Son cœur battait comme un marteau là, dans le creux de sa cage thoracique. Un marteau piqueur qui lui perçait le plexus et l'assourdissait en vibrant jusqu'au creux de ses tempes. Ses poumons brûlaient, l'air paraissait même lui cramer l’œsophage. Et là, en voyant la bagnole lancée à vivre allure, au milieu de la voie cabossée, Julian eut à peine le temps de déposer les mains sur ses genoux, l'échine courbée, pour réaliser ce qui allait se passer. Tout ça pour ça... Tout ces efforts, tout ce travail et ces mois à en chier, à échapper aux râteliers des charognards, qu'il entendait encore grogner derrière le grillage, pour finir pas se faire rouler dessus, ni plus ni moins ? On disait que la vie défilait devant vos yeux quand la mort pointait sa sale trogne pour vous filer votre ticket pour l'au delà, et c'était vrai. Il entendit même la voix de sa mère qu'il oubliait pourtant depuis quelques mois, il la vit presque en plissant les paupières parce que le soleil, qui dardait au cul du véhicule, l'éblouissait.

Finalement Alphonse avait juste fait ce qui fallait, il avait juste protégé Lily, isn't it ? Ouais, quoi d'autre sinon ? Quoi d'autre puisque ce vieux était pas un cinglé, ni un gros pervers comme ceux dont il voulait l'éloigner ? Ce fut le crissement de pneu, l'odeur de gomme chaude et la légère embardée de la voiture qui le firent rouvrir les yeux et la bouche. C'était à un cheveu, un fil fragile qu'il y passe et là, l'étudiant avait quasiment plus la force de bouger alors que les premiers nerds venaient de trouver le trou dans le grillage et déversaient leurs membres décharnés dans la rue. Un sourire con étira ses lèvres  et à peine fut il proche de la portière passager, à peine Lily le traîna à l'intérieur de l'habitacle pour river ses lèvres aux siennes. Holy Mother of God ! Ça crépitait dans sa tête autant que dans le creux de son ventre où tout le poids des secondes précédentes s'évaporait. Peu importait le baba-cool même s'il garda les yeux grands ouverts l'espace d'une seconde, ou deux.... Ou trois finalement. Là, Jul s'en foutait du vieux qui conduisait, du clebs dont la grosse trogne ratatinée reposait sur l'épaule de son maître qui le poussa à froncer les sourcils sans malgré tout rien dire. Il avait rien à dire, lui même aurait abandonné ce gars et le clébard pour elle, alors... il pouvait avoir confiance ? Maybe... that's cool.

Foster esquissa un sourire de coin à la jeune fille qu'il entoura de son bras libre avant de poser la nuque contre le cuir craquelé de la banquette. Il avait besoin de souffler, de reprendre ses esprits mais peut-être que ce serait pas directement parce qu'Alphonse se hasardait à griller une autre de ces tiges particulières. L'odeur âpre vogua dans l'habitacle à en faire pester Dimples tandis que pépé soufflait sa fumée toxique aux naseaux de bœuf de son chien. Le pire c'était que ce foutu veau tout plissé avait l'air d'apprécier ce genre de soufflette. Ahurissant au point d'en faire arquer les sourcils au gamin qui se contenta de presser Lily un peu plus contre lui. La nausée était encore présente, après tout entre les tripes et le sang qui les recouvraient des pieds à la tête, et la fumée d'un pétard, fallait pas grand chose de plus pour remuer l'estomac. […] Julian avait pas encore ouvert la bouche, seul son regard clair avait croisé celui du vieux qui s'était targué d'un sourire compatissant. Il pouvait lui faire confiance, ils même, parce qu'il avait pas abandonnée Lily, qu'il l'avait sauvé elle avant de tenter quelque chose sans être sûr de pouvoir le tirer d'affaire lui.

Mais là, au grès des kilomètres, l'impression que sa tête tournait un peu le poussa à ouvrir la fenêtre de la bagnole. Ça tanguait, c'était pas désagréable mais c'était sûrement pas ce qui y avait de plus cool au monde. Ou pas, parce que depuis quelques minutes, et même après que le vieux ait balancé son mégot par dessus bord, Foster avait un sourire con au coin des lèvres. C'était comme être sur un nuage sans vraiment être sur un nuage, comme dans son corps et pas dans son corps, comme si tout autour fonctionnait au ralenti. Et cette impression cessa pas même quand le conducteur freina aux abords d'un espèce de mini-market sur l'enseigne branlante duquel il redressa mollement le nez.

- Woooow, o-ou... ooo-on est ? C'était lent, tout était lent mais quand il vit les doigts ridés du Doc s'approcher de lui, ça avait l'air d'aller super vite. Et Lily là, sur laquelle il put simplement jeter un regard en une moue particulière, pourquoi elle parlait pas ? Et …... Lily elle,... j'sens plus mon bras...

- Eh bah, on dirait que t'es détendu Kid, Les phalanges du vieux s'écrasèrent contre ses joues, l'obligeant à darder les yeux dans les siens en grimaçant légèrement. ouais, il est stone Pantoufle, encore un qu'a jamais testé. On va faire une pause, hein. Et une tapette sur la trogne arracha un sourire con à l'étudiant qui ouvrit la portière en manquant de se vautrer parce que debout, là, ça tanguait super vite et super super grave. Hep, doucement baby-boy, réveille ta princesse et.... buvez ça, ça d'vrait aller mieux. Une bouteille de flotte ? Doucement, accroché à la porte ouverte, Julian dégagea les mèches prises dans les cils clos de la jeune fille avant de lui sourire, le plus connement du monde sans doute, à peine eut-elle les yeux rouverts.

- O-on fait une pause et faut qu'on s'enfile..... Ricanement nasale et niais avant qu'il ouvre grand les yeux quant à ce que ça générait dans son crâne. D'un geste vif, comme s'il avait gagné le pompon d'un manège, Julian brandit la bouteille de flotte en lui souriant. ça !! Enfin faut l'boire, parce que ..... I feel so weird... And you Lovely ? Ça va ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 461
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Hit the road   Mar 1 Jan - 19:56
Les yeux fermés, enfin au calme, Lily parvint à trouver un semblant de sommeil. Elle était vivante, Julian aussi, ils étaient tous les deux en train de mettre de la distance entre eux et les ravagés du bulbe, et dans son crâne des images de leur Noël défilaient. Il y avait même la musique, des Bangles aux Cure, et sans doute qu’il y avait ce même sourire niais sur ses traits alors qu’elle dormait, mais la gamine s’en fichait bien, elle s’en rendait pas compte de toute manière. Même la petite voix dans sa tête avait arrêté de jacasser, il y avait qu’eux dans son crâne. Et par moment les ronflements d’une bête énorme, un chien, et les paroles d’un vieux barbu qu’était pas Dieu, si ? Non c’est sans doute pas lui. Juste le type bizarre que vous avez croisé hier soir. Ah finalement elle dormait pas elle ? Si mais comme toi, dans ton crâne donc on peut continuer de parler même dans ton sommeil, oh puis dors arrête de réfléchir.

Dans son sommeil, il lui sembla malgré tout que le manège ralentissait, parce que oui, elle était sur manège maintenant, avec Julian, et ils mangeaient des pop-corns format XXL. Dans son rêve toujours, le brun lui parla, et si elle eut envie de lui répondre qu’ils étaient sur un manège, aucun son sortit, c’était frustrant de pas pouvoir lui répondre. Ah la voix divine était là. Non, c’est juste un vieux barbu défoncé, pas Dieu. Ah oui c’est vrai, elle avait déjà oublié. Elle commençait à émerger doucement, légèrement … légère, trop légère en fait. Cotonneuse, Lily papillonna lorsqu’elle sentit ses doigts effleurer sa peau, et en croisant son sourire, quelle autre réaction que sourire à son tour. Ça serait toujours comme ça de croiser son regard, son sourire destiné juste à elle ?

Il parlait, Julian lui parlait mais elle était encore trop perdue dans le pays des songes, et des merveilles, pour tout comprendre, elle le vit juste rire, riant à son tour par mimétisme et parce que … bah il était tellement mignon et beau et super mignon qu’elle savait pas faire autrement que sourire. Ça ! De l’eau ? Oui c’est de l’eau … et on l’a perdue à nouveau. Si dans son crâne, sa conscience roula des yeux, Lily elle sentit les siens pétillaient un peu plus de tout ce qu’elle ressentait pour lui. Elle se sentait bizarre aussi, mais étrangement bien. Lovely. « Ça va … » souffla-t-elle finalement avant de réaliser la présence du vieux, glissant son regard vers lui en fronçant les sourcils. « Ça ira mieux après un peu d’eau. » Mieux ? Mais elle se sentait pas mal pourtant, enfin un peu … « Fuzzy … »

Tant bien que mal, la brunette s’extirpa de l’habitacle, l’air frais lui gifla les joues à l’en faire retomber le derrière sur la banquette, récupérant la bouteille d’eau des mains de Julian pour en boire quelques gorgées. Wow, elle se sentait revenir lentement d’entre les morts joyeux, c’était bizarre comme sieste. Et vu l’air que tirait Al, il y était pour quelque chose, enfin lui ou sa cigarette qui puait vraiment beaucoup. « On est … où ? » Lily rendit la bouteille à Julian, observant les alentours, toujours assise dans la voiture, pour remarquer l’enseigne anciennement lumineuse. « Pas trop loin du centre, j’ai pensé que vous voudriez vous refaire une beauté. On trouvera peut-être de quoi manger. Ça vous fera pas de mal non plus et moi j’ai un p’tit creux, et Pantoufle aussi. » A l’évocation de son nom, le chien secoua son amas de plis, arrachant un sourire amusé à Lily qui se releva finalement, prenant appui sur Julian.

Ça allait doucement mieux, enfin toujours aussi bien, mais moins duveteuse. Encore quelques minutes et le vieux leur fit signe d’avancer vers le magasin. La vitrine crasseuse indiquait des soldes, depuis trois ans, et vu l’état du monde il devait rester pas mal de fringues encore portables à des prix cassés. « J’ai … besoin de me changer. » C’était sans doute ce qu’Al’ entendait par se refaire une beauté, mais là, c’était un besoin vital parce qu’à mesure qu’elle émergeait, que son esprit s’ancrait plus dans le monde des vivants, Lily sentait à nouveau l’odeur putride des monstres lui emplir les narines, à lui soulever l’estomac. Prêt à porter, vêtements de travail, tout ferait l’affaire tant que c’était pas ses frusques dégueulasses. Bon okay, dans un autre monde, la jupe en vitrine lui aurait grave plu, genre grave, mais là, c’était pas adapté. « Et j’mangerais bien des chips aussi … » Des chips, ou du pop-corn. Comme dans son rêve. Son regard se posa sur Julian, un sourire amusé aux lèvres. Lily ? Oui ? Concentre-toi ! Si vous entrez là-dedans vaut mieux que tu sois suffisamment alerte pour pas vous faire bouffer. Ah oui, tout juste … Ça allait, elle était réveillée.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 512
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Hit the road   Mer 2 Jan - 11:42
Hit the road


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Lui ça allait, bon c'était pas habituel, comme si y avait un truc en plus, un truc qu'il connaissait pas et qui forgeait une espèce d'insouciance à toute épreuve. Là, en la voyant sourire, en lui tendant la bouteille et en se marrant à moitié parce qu'elle arrivait pas vraiment à se relever, Julian avait plus la sensation d'être dans une mouise pas permis. Les nerds existaient plus, la merde existait plus... C'était qu'une impression parce que tout autour de lui certifiait que rien avait changé depuis qu'ils avaient rejoint la bagnole. Y avait toujours autant de ruines, c'était toujours le désert, et les papiers jaunis par le temps, sur lesquels les inscriptions avaient été lavées par la pluie et le gel, remplaçaient juste les ballots végétaux qu'auraient roulé là, témoignant du calme, s'ils avaient été dans un western. Même la voix du vieux lui semblait lointaine et à la fois proche. Pas trop loin du centre. Du centre de quoi, hein ?

- Du centre d'quoi ? Il redressa à peine le nez pour croiser les traits tannés de papy qui arqua les sourcils. Seattle ? …... That's good.... right ? Lily s'enquillait la moitié de la bouteille de flotte qu'il récupéra pour la vider. God, il crevait la soif, un truc de dingue, autant qu'il avait vraiment la dalle, plus encore quand Dimples commença à parler de chips après s'être appuyée sur lui. Y avait cette boutique là, peut-être qu'ils pourraient se débarrasser de l'odeur infecte qui lui revenait au nez et le poussait à tirer la langue tandis que ses doigts libres, eux, tiraient légèrement sur les fibres qui semblaient faire corps avec la peau dessous. Disgusting. Grave que ça l'était, au point qu'il marmonna un truc qui fit marrer le vieux à quelques pas de là. Si je les enlève....... J'suis sûr d'finir écorché. C'est comme..... comme si c'était collé là.

- C'est juste ton cerveau qu'est collé gamin, t'en fais pas, virer tes frusques ça va pas te faire muter en banane géante. Woow, il était sérieux Al' mais ça n'empêcha pas Julian de ricaner avant de terminer la bouteille d'eau qu'il voulut balancer dans la vieille poubelle devant le sas de la boutique. C'était lamentable, tant que même le chien souffla avant de se coucher aux pieds de son maître qui venait de s’asseoir sur le muret de briques qu'entourait l'entrée du bâtiment. Bon Michael Jordan, magnes toi un peu, c'est calme mais c'est jamais définitif. Pantoufle et moi on campes ici, histoire de prévoir. Ça à pas l'air d'être squatté à l'intérieur, mais mollo.

Foster opina plusieurs fois avant de pousser la porte en s'étalant à moitié dessus. « Tirer ».... ohh c'était donc pas « push ». Bien bien, il tira la porte et fit une espèce de révérence à la jeune fille avant de passer le seuil à son tour pour directement écarquiller les billes en voyant que là, y avait des snacks périmés près de la caisse. Au diable la précaution, tout allait bien dans ce monde là. En un rien de temps il agrippa une barre de chocolat aux cacahuètes, la déballa et la colla dans sa bouche, soufflant quelques rires nasales, avant de suivre Lily jusqu'aux portants de fringues couverts de poussière. Des tas de choses, des tas de frusques qui servaient plus à personne, qu'étaient gratuites en plus. Sans vraiment faire gaffe Jul agrippa jeans, t.shirt, pull, veste et s'invita dans un autre rayon. Bon là, il était assez grand pour voir Lily au delà des étagères de métal. Fringues sur l'épaule, il fixa tout le tas de machins disponibles. Gel douche et tout le boxon qui seraient pas utiles sans flotte, jusqu'à débusquer des lingettes pour bébé. Ça c'était cool, cool pour tenter de décoller ce qui restait d'un nerd sur sa trogne et ses doigts. Une lingette rejoignit rapidement le sol, couverte de trucs dégueulasses, puis une deuxième avant qu'il envoie le paquet à Dimples en lui souriant. Là pudeur était plus de mise finalement, ou il y pensait plus, parce qu'à peine eut-il envoyé le package à la jeune fille non loin, à peine vira-t-il ses ryders, le bandana et le sweat pour agripper l'ourlet de son t.shirt crade afin de le virer puis s'attaquer à la ceinture de son jeans raide de tripes et de sang putride.

- You can leave your hat on..... Il rit, dégageant le vêtement après avoir fait valser ses pompes plus loin qui, elles, heurtèrent une étale à l'en faire rire de plus belle, enfin, jusqu'à la voir là, qui choisissait des vêtements, concentrée, trop.... trop cute. Sa langue humecta ses lèvres, une seconde, deux, trois, avant qu'il l'approche et dégage une mèche de son cou pour y déposer un baiser. You smell like a flower.. Sourit-il.

C'était vrai en plus, débarrassé du déguisement infecte, elle sentait Lily et la fleur. Dans son dos là, Julian sentait ses mains crépiter à peine glissaient-t-elles sur elle. Des joutes qui rejoignaient son cœur déjà à battre plus fort. Hooooo, fait chaud ici ou je rêve ? L'autre émergeait, mais peu importait finalement. Les lèvres dans son cou, les doigts tout contre sa taille à dégager les fibres qu'il lui retira en riant, Julian déglutit à peine lui fit elle face. Là... Maintenant ! Do it. Finalement ils avaient pas besoin de savoir quand, où et comment, pas vrai ? Là, dans ce monde de coton qui doucement laissait de nouveau place à la réalité sordide, c'était plus simple. Y avait pas de crainte, ni de honte. Et son sourire tarit en glissant contre sa bouche, plus fort plus maladroitement car il avait pas le recul nécessaire pour caler ce qu'il faisait, ou qu'il le calait mais pouvait pas s'en empêcher ou, pire, avait pas envie d'arrêter. Quand son dos heurta un truc, il émit un rictus en l'embrassant avant de reculer pour l'observer. Elle était belle, le plus beau truc sur terre. Et là, le temps avait plus d'impact. Jul ? Il y fit pas gaffe à la mise en garde, y avait plus qu'elle et la chaleur qu'elle répandait dans le creux de son organisme ou... Peut-être que c'était lui qui se réchauffait tout seul.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 461
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Hit the road   Mer 2 Jan - 15:46
Pas loin du centre de Seattle, pas loin de leur objectif donc. Lily plissa les yeux, tentant de rester concentrée, mais c’était genre super compliqué, parce qu’elle avait l’impression que son cerveau nageait dans une marée de coton. Papy Al’, papial héhé, sérieusement …, ouais le vieux quoi, il parlait, mais Lily comprenait pas tout, enfin il s’adressait à Julian donc c’était pas grave si elle comprenait pas. Finalement, ce qui comptait c’était qu’elle arrivait à comprendre que Julian se dirigeait vers le magasin pendant qu’Alphonse la défonce s’installait dehors pour les attendre. Hochant mécaniquement la tête, rêvant de vêtements propres et de paquets de chips en regardant le brun s’écraser contre la porte, Lily lui emboita le pas.

Comme une nouille, la gamine pouffa de rire en le voyant faire cette petite révérence, il était vraiment trop chou et ils étaient vraiment pas dans leur état normal, sauf que ce dernier point, Lily en avait pas vraiment conscience. Laissant Julian se jeter sur des snacks périmés comme la misère sur le pauvre monde, Lily avança vers quelques portants où des fringues poussiéreuses, sans doute mitées, trônaient encore. Le prince Harry la suivit finalement avant de s’éclipser dans le rayon à côté les bras déjà chargés de fringues propres, enfin plus propres que celles qu’ils portaient. Elle parcourait du bout des doigts quelques jeans et quelques sweats roses à paillettes quand Julian lui lança un truc. Attrape nounouille ! In extremis, Lily rattrapa ce qui était en fait un paquet de lingettes, oh la bonne idée, la brunette s’en débarbouilla rapidement le visage jusqu’à la base du cou avant de grimacer en voyant l’état de la lingette. Dommage que tu puisses pas utiliser ce truc pour les cheveux … Shampoing sec ? Ouais, faudrait qu’elle jette un coup d’œil, mais là, débarbouillée, Lily préféra se concentrer sur les fringues en face d’elle.

Son regard se posa un instant sur Julian qui chantonnait à côté, enfin du moins il lui semblait reconnaître des paroles de chanson, un classique pour des raisons qui lui échappaient là alors qu’elle virait son jean avec la ferme intention de le brûler, et d’en enfiler un autre, dès qu’elle aurait choisi. Euh … Lily ? Oui, quoi ? C’est pourquoi ? Sans doute la prévenir, lui dire de rester plus alerte pour éviter de pousser le cri de souris qu’elle poussa, surprise, lorsqu’il réapparut derrière elle, déposant un baiser dans son cou. Oh misère. « C’est mieux que la charogne hein … » Bah oui, c’était la réponse la plus mignonne à lui lancer là, soufflée si bas que personne aurait pu l’entendre à part lui. Lily ? Non, elle avait pas envie de lui répondre à l’autre mégère, pas quand ses doigts couraient déjà sur elle.

Les frissons qu’il semait sur sa peau, c’était mille fois mieux que tous les sweats à paillettes de ce rayon pour la réchauffer, son dos lové contre son torse. Lily ? Non, non, chut, juste chut. Elle se sentait encore cotonneuse et là, il lui semblait qu’elle commençait à avoir de la fièvre, cette fièvre-là, douce, agréable, pire encore quand elle se décida à lui faire face. Oh mais ! Lily ! Teuteuteu ! Quand elle vit le sourire de Julian, la voix dans son crâne se retrouva bâillonnée, silence total en dehors du tambour dans sa poitrine et de sa peau qui frôlait celle du brun. Il allait l’embrasser ou fallait qu’elle l’invite ? Tu m’fatigues … Ses lèvres trouvèrent les siennes, ses bras déjà enroulés autour de son cou.

Le portant dans son dos vacilla, la gamine gloussa avant de se mordiller la lèvre en le voyant la dépeindre là. Même l’autre dans son crâne en disait plus rien, elle faisait moins la maline. Ses doigts glissés derrière sa nuque à faire du tricot avec ses mèches brunes, Lily l’attira de nouveau vers elle pour reprendre ce baiser. Ouais bah fais c’que tu veux hein, tu viendras pas te plaindre si ça tourne mal, parce que vous êtes à moitié à poils dans un magasin abandonné ! Ah oui … C’était vrai ça. Un rictus fila ses lèvres, rivées à celles du brun. Elle se sentait légère, comme une plume qui voletait au gré du vent, toujours ramenée là, près de lui. Du moins jusqu’à entendre du bruit plus loin. Là, Lily fut ramenée sur terre. Told you so … « C’était … quoi ce bruit ? » Une fraction de seconde où elle se figea contre lui, son souffle mêlé au sien, avant de juger qu’il y avait pas de bruit finalement et reprendre ce baiser. Ah ouais donc en fait ça se passe comme ça chez McDonalds … La mégère claqua la porte, tellement fort que ça résonna dans le magasin. « Julian ? T’as entendu cette fois ? »


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jake Sullivan
Modératrice
Jake Sullivan
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 9mm - skate (c'est pratique aussi)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/12/2018
Messages : 142
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Hit the road   Mer 2 Jan - 21:52
Belle journée, longue journée. Etoile des neiges, pays merveilleux... Putain de froid de ses deux couilles oui. Jake avait pourtant enfilé un gros pull en laine qu'il avait dégoté dans une valise lors de sa sortie à Sea-Tac des semaines auparavant, puis il avait mis sa veste en cuir par dessus, il avait eu du mal à y rentrer mais au final en tirant bien sur les manches du pull ça allait parfaitement. Le jeune homme avait ensuite laissé son étale fermé, planqué sa gratte, saisit ses armes et sa planche de skate. Jake avait ensuite quitté les lieux en roulant sur sa planche jusqu'à la porte avant de la dépasser et sortir en ville, le froid était encore là, mais la route était praticable. Une chance !

Le brun jeta sa planche au sol, trottina un peu derrière avant de grimper dessus et continuer de rouler avant de commencer à pousser la planche à roulettes avec son pied. Aujourd'hui il avait décidé d'aller dans Seattle, de fouiner, chiner, trouver, prendre, faucher des trucs et des machins utiles afin de pouvoir les troquer tranquillement et là il avait envie de chercher des fringues d'hiver, mais aussi de la bouffe type : repas d'hiver, genre soupe dans une brique, cornbeef en conserve. C'étaient ses objectifs du jour et élancé, Jake évita les quelques rôdeurs sur sa route, accélérant sa vitesse pour les fuir, à quoi bon ce fatiguer pour ces merdes sur jambes ? Parfois quand il croisait une femme morte et un gosse, il pensait à Melisandre et son gosse dans son ventre. Est-ce qu'un rôdeur ça accouche ? Il n'en savait rien, mais il ne voulait pas y répondre.

Arrivant en ville, il observa ces immeubles récent aux allures de vieux vestiges, comme dans des jeux video, où l'on évolue dans des villes abandonnées, sans se faire tuer par un alien. Bah là fallait pas se faire buter par un rôdeur. Il soupira en reluquant une boutique et décida d'y entrer. On y trouverait un peu de tout, alors il passa son sac devant lui et l'ouvrit. Porta son skate à la main, ça servirait d'arme, les autres étaient décoratives par moment, histoire de se montrer un temps soit peu menaçant. Il regarda autour de lui, siffla un peu et tendit l'oreille, rien. La voie était libre. Avançant il fit le tour du magasin, fourrant dans son sac des couverts, des ouvre boîtes. Puis il alla fouiner derrière la caisse pour y trouver il ne savait quoi et il n'y trouva rien. Alors Jake entra dans la réserve. Ah la caverne d'Ali Baba ! Le grand plaisir de la trouvailles. Il chercha des choses à manger, pour lui, de toute manière tout ce qu'il ingurgité ne se voyait pas, grand et maigre, ça aidait aussi à faire du troc. Un peu les clavicules découvertes, bien creusées, plus creusées en y mettant un peu de suie. L'arnaque ouais ! Mais au moins le plongeur survivait ainsi et pas trop mal.

Ayant fait son plein et ayant manger une ou deux barres de céréales, il sorti en fermant son sac avec une main et le replaça sur son dos, faisant tomber la planche. Il la ramassa. mais ne fit pas attention à la porte qui claquait bruyamment. Oups, il s'en battait les couilles comme de sa première paire de chaussettes. Alors reprenant sa route vers la sortie, il entendit du bruit, des voix. Tient donc ça ne grognait pas, alors discrètement il recula, fit volte face et avança dans l'allée centrale avant de se stopper en observant deux jeunes à moitié nus. Il fut surpris et en arqua un sourcil avant des les observer de la tête aux pieds et sourire en coin, amusé. "Ah ok, ça sort sa bite comme ça entre deux rayons ! Ok faisons dans le voyeurisme !" Le ton était décontracté, mai Jake se méfiait, ne sait-on jamais, ils pouvaient planquer des armes au fond de leurs culs. D'un côté, il se disait aussi que vraiment l'idée de s'envoyer dans un tel lieu fallait vraiment être en chien. Alors il soupira et fouilla doucement ses poches. "J'ai pas de capotes, essaye de l'asperger de sperme pour éviter un gosse, c'est un conseil !" Il causait parce que sincèrement y'avait de quoi se prendre la tête dans les mains et la secouer avec dépit. C'avait au moins le mérite aussi d'être aussi amusant, mais il retint un rire face à leur visage surpris, inquiets aussi. Et la donzelle au fond elle devenait quoi ? Aussi rouge qu'un gland de star de porno après douze milles prises !? C'était drôle.


▲ ▲

I'm the fucking youth !
©crack in time
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Hit the road   
Revenir en haut Aller en bas  
- Hit the road -
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Mellindra Road, à votre service !
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Why Did The Chicken Cross The Road?
» Archives partie 84 express : On the road again !
» Long road to ruin} Ae'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: