The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Hit the road -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 485
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Hit the road   Hit the road - Page 4 EmptyDim 30 Déc 2018 - 22:42
Au moins sa bêtise fit rire le brun contre elle, ça lui souleva le cœur, léger comme une plume. C’était dingue ça, c’était ahurissant cette connexion, ce pouvoir que son rire, son sourire pouvait avoir sur elle. Pour la rassurer, pour la réchauffer, pour la faire rire et sourire à son tour. A lui en faire oublier qu’ils auraient l’air malin le lendemain quand le vieux les conduirait devant des voitures et que ni l’un ni l’autre serait capable de la faire bouger d’un pouce. Ou pas, regarde ton chevalier servant va faire preuve de beaucoup d’assurance. Trop tard, elle avait déjà proposé au vieux de les déposer, de les conduire en ville, à en faire rouler des yeux à sa conscience, et sans doute à Julian. Al sembla décliner poliment, il avait sans doute mieux à faire après tout, le monde entier était pas dévoué à la cause Lilyesque après tout, les temps avaient changé depuis Chicago.

Le repas terminé, et les arrangements pris pour la nuit et le lendemain, Lily laissa le brun allait faire ce qu’il savait faire mieux qu’elle, surveiller les alentours, s’assurer qu’elle était en sécurité. Le froid revint lui mordre l’échine, l’empreinte chaleureuse de ses lèvres à sa tempe à peine suffisante pour la tenir au chaud. La gamine fronça les sourcils à sa réponse à Al qui proposait de partager sa cigarette, il sentit sans doute son regard accusateur puisqu’il reformula, lui arrachant un sourire. Ça sert à rien de minauder ma grande, ce soir tu dors en tête à tête avec Pantoufle. Ouais, elle y avait pas pensé à ça en vrai, elle aurait voulu se rouler en boule dans les bras de Julian, simplement pour y être bien, à l’abri, mais là du coup, le brun avait du boulot à surveiller les alentours et le vieux.

Tirant le sac à dos pour s’en faire un oreiller, Lily en sortit la couverture dans laquelle elle s’enroula avant de s’allonger sur le flanc, observant le feu jusqu’à trouver le sommeil. Un sommeil fragile, qui se fit plus profond et réparateur dès lors qu’il fut près d’elle. L’odeur du feu éteint, la lumière faiblarde du soleil qui se levait à travers les nuages, tout ça suffit pas à la réveiller, à croire qu’elle avait vraiment sommeil et beaucoup de fatigue à récupérer. Finalement ce furent les voix de Julian et Al qui la sortirent du pays des songes. « Café ? » souffla-t-elle en se frottant les yeux avant de croiser le regard du british. Il se foutait d’elle ou elle rêvait là ? Bah tant pis, quand il avait ce sourire, elle savait pas lui en vouloir ou bouder. « Café … Oui. Merci. »

Le vieux lui prépara un café et lui tendit la tasse, c’était chaud, rassurant ce café, comme son étreinte dont le spectre suffit à faire naître un sourire rêveur sur ses traits. Lily ? Faut que t’émerges, vous allez pas tarder à vous mettre en route. La brunette posa la taille entre ses jambes, assise en tailleur, pour s’étirer et faire craquer sa nuque. Clairement, c’était moins confortable que le lit dans le chalet. Faut que tu t’y habitues, tu sais pas ce que vous allez trouver là-bas comme confort, ou comme intimité. Elle y avait pas pensé à ça, ou plutôt si, mais elle pensait pas forcément à ça alors elle avait pas pensé à ça. Oh hein ça va, elle était pas réveillée, et elle se comprenait, c’était l’essentiel.

Silencieuse, le temps d’émerger, Lily se contenta d’écouter les deux autres échanger sur la direction à prendre, suivant les directions pointées par l’un, par l’autre, le regard absent, avant que finalement, tous soient prêts à partir. « Vous devriez pas lui mettre une laisse à Pantoufle ? Vous avez pas peur qu’il lui arrive un truc ? » demanda-t-elle en se rappelant douloureusement le sort de Pongo, alors qu’ils avançaient à travers les bois. Le sol boueux, couvert de brindilles et de feuilles mortes, craquait à chacun de ses pas, ses bottines étaient dans un sale état et ses Converse étaient avec le reste de ses maigres possessions terrestres, dans l’appartement d’Alki, qu’ils avaient abandonné par la force des choses. Elle faisait en sorte de marcher à bonne vitesse pour pas les ralentir, calquant son pas sur celui de Julian et restant à son niveau en lui donnant la main, c’était la seule raison, c’était pas pour une autre raison hein. Le petit groupe progressa à travers les arbres aussi décharnés que les monstres qu’ils croisèrent en effectif réduit, du moins avant d’arriver près du garage. Là, en voyant l’attroupement derrière la grille de la casse dont Al’ avait parlé, Lily ralentit l’allure, mordillant nerveusement sa lèvre. Elle les aimait pas les monstres, ils lui faisaient toujours peur. Et ce serait même pas la pire des épreuves, il faudrait faire démarrer une voiture et la faire rouler … « A vue du nez ils sont une quinzaine … » souffla-t-elle, puisqu’elle savait compter. Peut-être même une vingtaine mais elle voyait pas bien derrière certaines carcasses rouillées. « Tu comptes vite gamine … Normalement on a pas besoin d’aller de leur côté, le garage est juste là vers la droite, le plus dur ça va être de trouver une voiture en état de marche et avec le plein. Enfin assez pour vous amener à Seattle. » Bon voilà qui la rassurait déjà un peu, du moins avant qu’elle plisse les yeux en regardant dans la direction indiquée par Al. « Une dizaine de ce côté-ci. » Œil de lynx, voilà comment on allait la surnommer, ça ou Calculator. Tu parles d’un nom de super héroïne … C’est pas ton seul talent en plus. Non, c’était bien vrai, et d’ailleurs … « Si on s’approche je dois pouvoir me faufiler dans le bâtiment et récupérer des clés ? » Ça leur éviterait de galérer avec des câbles.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 555
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Hit the road   Hit the road - Page 4 EmptyLun 31 Déc 2018 - 10:51
Hit the road


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Déjà ils avaient pas été emmerdés par les nerds durant la nuit, et Lily avait eu l'occasion de se reposer un minimum, pourtant le café était bienvenu. Lui même y aurait pas pensé à ça, trop préoccupé par le fait de quitter cet endroit et creuser de distance entre les Daltons et eux. L'étudiant observait la carte des environs. Snoqualmie Falls, où ils se trouvaient encore, et le point stratégique qu'il venait d'entourer suite aux révélations du vieux. Fallait juste trouver le meilleur chemin pour éviter la mouise, et en un rien de temps le tracé était fait et chacun remballait ce qu'il possédait. La grosse Charentaise se redressait, s'ébrouant un minimum, prête à prendre les devants pendant que Lily interrogerait son maître qui lui répondait. Il l'avait depuis chiot et lui avait appris tout un tas de trucs, dont le fait de marcher sans laisse, de revenir quand il le rappelait ou sifflait. Foster en roula des yeux. Ouais bha le clébard était dur de la feuille en ce qui concernait le rappel, parce que la veille, quand il avait collé Dimples au sol, s'il avait pas tiré avec le fusil de paint-ball, Pantoufle avait pas l'intention d'obéir.

Enfin, pas la peine de revenir dessus, ils avaient un peu de marche en pleine nature pour rejoindre ce qui restait de la civilisation. Dans les coins d'ombre, le sol avait pas séché des pluies précédentes, c'était qu'un amas de feuilles mortes et de boue, mieux valait donc serrer la main de Lily pour lui éviter de tomber, de se faire mal et de... Bha ouais, c'est uniquement pour cette raison. Exact, ou pas, de toute façon il avait de compte à rendre à personne, hein, surtout pas au décrépi dans le dos duquel ses yeux dardaient depuis qu'ils avaient levé le camp.

Vingt minutes plus tard, après avoir croisé quelques charognards sans pour autant s'être confrontés à eux, et le trio – ou quatuor si on comptait le veau canidé avec eux – faisait face à l'enseigne branlante et rouillée d'un vieux garage de quartier. Ça s'agitait derrière les grilles, ça râlait et juste parce que ça avait remarqué la présence du chien qui, lui, semblait se foutre copieux d'être listé comme entrée, plat ou dessert, dans le régime alimentaire des vautours. De sûr Pantoufle devait pas attaquer grand chose, pour ça Al avait pas à s'en faire car hormis les regarder d'un œil hagard, l'animal grognait même pas et se contentait de passer la langue contre ses babines en laissant s'échapper de multiples gouttelettes de bave qu'éclataient sur le bitume craquelé. Les yeux clairs du jeune homme passaient en revu chaque faciès putréfié tandis que la jeune fille les avait déjà compté. D'après Alphonse, ils avaient pas besoin de s'y frotter puisque que le garage jouxtait pas vraiment l'espèce de casse là, ça n'empêchait que, dans la direction qu'il pointait, y avait une dizaine de charognards tout aussi excités que leurs collègues d'à coté. Relâchant sa main, Julian plaça le fusil devant lui et l’œil dans la lunette pour estimer ses chances de les dégommer sans trop user de balle. Moches à souhait, là depuis perpette dans le genre désarticulés et putrides on faisait mieux mais.... Je dois pouvoir me faufiler et récupérer les clés.

- Hein ? Ouais, il était en pilotage automatique là, concentré sur le boulot à faire en étant même pas sûr de de pouvoir trouver une bagnole en état, ou de pouvoir même la démarrer. On faisait comment d'ailleurs ? Pépé savait voler des voitures qu'avaient plus de clé ? T'es près d'un garage Dumbass, y a forcément des clés quelques part. Il en fronça les sourcils avant de voir Lily faire un pas en avant. God ! Tu rentres pas là dedans toute seule, t'sais même pas si y en a pas dans l'atelier ou... Ce fut le regard rond d'Al qui l'empêcha de terminer sa phrase. What ?

- Faudrait savoir Kid, hier tu me faisais une tambouille sur le fait qu'elle était pas fragile, même plutôt douée et là c'est plus l'cas. De quoi il se mêlait le vieux ? Non parce que là, en plus de révéler des trucs qu'il pensait sur elle et qu'il voulait pas lui dire, il remettait en doute sa manière d'agir ou de... Tu dois y voir avec ce machin du tonnerre, suffit d'assurer ses arrières à la gamine.

- J'vois pas encore au travers des murs. Retour du grincheux, Foster se renfrogna avant de rouler des yeux. La langue au cœur des lèvres, il avisa la carcasse d'une bagnole à quelques pas. S'il grimpait sur le toit il aurait même pas besoin de se servir du fusil pour dégommer les nerds agglutinés tout près, ensuite ils verraient. Pas besoin de mettre Lily en danger toute seule, pas question. Le winchester sur l'épaule, il agrippa la fronde et escalada la vieille bagnole pour mieux s'y redresser et armer une première fois. Œil gauche fermé, Jul visa et fit s'étaler le premier ciblé contre le mur le plus proche avant de plisser le front en voyant Alphonse pointer du doigt un truc à Dimples. Il lui expliquait un tas de machins qu'il entendait pas de où il était. Bha.... Il s'en foutait, elle allait pas y aller de toute façon, si ? Fouinant dans sa poche, il fit rouler un caillou entre ses doigts et réitéra, cette fois deux charognards se firent démonter le cortex à l'en faire sourire de coin. Plus qu'sept. Mais pourquoi les nerfs s'agitaient plus d'un coup ? Baissant l'arme il dévia les cils vers le duo avant d'arrondir les billes. What the.... Hey mais j'ai dit.... Le vieux s'empressait d'agripper une charogne errante là, de leur côté, pour lui démonter le crâne et lui ouvrir le bide à en faire remonter des effluves dégueulasses jusqu'à son nez, pile poil au moment où il quittait le toit pour se ramenait près d'eux.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 485
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Hit the road   Hit the road - Page 4 EmptyLun 31 Déc 2018 - 11:40
Ca grouillait, pire qu’un amas de fourmis sur un morceau de sucre, et ils commençaient à s’agiter, sans doute que le vent leur amenait la bonne odeur du repas. Lily était déjà en train de les compter, suivant du regard chaque mouvement, chaque ombre pour en distinguer le plus possible, à chercher comment entrer, par où se faufiler. Dedans il y avait forcément des clés, elle se savait capable de les récupérer, c’était comme entrer dans un magasin avec la liste de course, le tout c’était d’être discret et la gamine l’était. Petite, fluette, agile, elle s’était déjà faufilée dans des endroits pires que celui-ci, sauf que là, il y avait à côté d’elle son petit-ami, blblblblblblbl, qui visiblement était pas d’accord avec l’idée.

« J’aurai qu’à me cacher, grimper sur un truc, je suis sûre que c’est faisable … » Bien sûr, elle aurait les miquettes seules là-dedans mais Julian la couvrirait et … Il dit quoi le croulant ? Julian lui avait dit qu’elle était pas fragile et qu’elle savait se débrouiller ? Ça tombait comme un cheveu sur la soupe, mais la brunette en esquissant un sourire, fière d’elle, même devant la mine que tirait Julian. « Jul-… » Trop tard, il partait se hisser sur une carcasse grinçante pour dégommer les morts à la fronde. Il était grincheux, c’était … une nouveauté, ou plutôt c’était plus arrivé depuis les moments gênants du début de leur colocation. Pourquoi il était grincheux comme ça ? Parce que t’es prête à risquer ta peau là-dedans peut-être. Lily grimaça, ça ou autre chose, elle savait pas, mais elle finirait bien par comprendre.

« Hey gamine, laisse Freddy Mercury living on his own, j’ai une idée.» Son regard clair quitta le brun à regret, parce que quand même, il était beau là aussi, concentré. Papy avait un plan qu’il lui déballa, continuant en dépit de son air tantôt perplexe tantôt médusé. « Vous allez pas vraiment … C’est … trop dégueulasse … Beurk. » « L’important c’est que ça marche gamine, pourquoi tu crois que je ressemblais à une boucherie ambulante ? » Une grimace étirait ses traits avant qu’elle hausse les épaules. C’était risqué, c’était crado à souhait et quand le vieux ramena une charogne dans leur direction pour l’étriper purement et simplement, Lily se tourna pour vomir, RIP le café. Et le pire, c’était l’odeur des tripes qu’Al’ commençait à s’étaler sur la trogne.

Le vieux hippie lui fit signe d’approcher alors qu’elle entendait Julian pester plus loin. « J’vais être malade, je vais … » Vomir ? Non, étrangement, elle se contenta se figer quand Al’ lui étala du sang noirci sur les traits, comme on tartinait une tranche de pain avec du beurre de cacahuètes. C’était horrible. « Ca va … ça va pas me rendre … comme eux ? » Elle avait pas envie de mourir encore, pas comme ça … « Non, juste masquer ton odeur, tu vas voir. Kid ramènes tes fesses, on va te refaire une beauté aussi. »

Tartinée de bouillie infâme, Lily releva son regard clair vers Julian. C’était une mauvaise idée, ça puait la mort, littéralement, et elle avait envie de pleurer, d’aller pleurer dans ses bras. Son plan à elle il était moins puant, moins sale. « Quand vous êtes prêts, on va avancer là-dedans, ils nous calculeront pas tant qu’on reste comme ça. Evitez de parler, on trouve des clés, et ensuite on pourra juste se débarrasser de ceux qui sont sur notre chemin. » Son regard se posa sur une Lily déconfite. « Ca va Peach ? T’as pas l’air bien … courage, c’est qu’un mauvais moment à passer. » Elle en avait connu des plus agréables de mauvais moments à passer, surtout à l’idée d’avancer là au milieu des cadavres ambulants. Et si Julian était pas d’accord avec le plan ? Visiblement papy s’en fichait et avait prévu de faire de la résistance, déjà à avancer avec le chien tartiné lui aussi vers un trou dans la grille autour de l’amas de voitures. « Je me sens pas bien Julian … » souffla-t-elle en cherchant sa main pour se donner du courage.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 555
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Hit the road   Hit the road - Page 4 EmptyLun 31 Déc 2018 - 13:42
Hit the road


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


- Woow, …. crap. Bullshit, il faillit en vomir le café avalé vingt minutes plus tôt. Au lieu de ça, l'étudiant détourna le visage en toussant à s'en étrangler avec sa propre salive. L'odeur était... Bha dégueulasse. Y avait pas d'autres mots pour décrire ce truc immonde, infâme, crade et putride. S'ils avaient été dans un animé, à coup sûr que le bide ouvert, dans lequel Alphonse collait joyeusement ses pattes ridées, auraient relâché une volute verdâtre témoignant de la fragrance infecte qui se dégageait des organes décomposés. Là, restait plus qu'une mélasse visqueuse, brunâtre, des morceaux de muscles et de chair et de.... Viscères... Lâcha-t-il, la grimace aux lèvres en toussant encore. Le bras ramené contre ses voies respiratoires, le jeune homme manqua de s'étrangler en le voyant qui barbouillait Lily comme si c'était de la crème hydratante, ou un masque à la con qu'avait pour vertus d'adoucir la peau ou éviter les rides. Bouche ouverte, son cœur loupa de multiples battements. Qu'est-ce qu'il foutait le vieux singe là ? Pourquoi il tartinait Lily comme s'il s'agissait d'un pancake de p'tit déj' ? Holy shit, Al....

- J'sais ce que je fais Kid, rien de tel qu'une bonne dose de tripes en sauce pour passer inaperçu, tu risque rien peach, évite juste les griffures, ou même d'avaler cette purée infecte et tout ira bien. Foster haussa les sourcils, les yeux ronds comme deux agates au moment où le vieux docteur tenta de lui chopper le poignet pour le forcer à se badigeonner. Fais pas ta précieuse, Lily l'a fait elle, elle a juste un peu vomi mais, elle tient l'coup. Il allait pas faire ça, si ? Si ! Julian eut juste le temps de fermer les yeux quand un gros splash retentit contre son sweat à en faire marrer le vieux. C'est toi la princesse si tu veux mon avis, hurry up Julian, on a pas que ça à foutre.

Yerrrg, tu vas vraiment le faire, sans être sûr de pouvoir te lessiver la trogne après Jul ? Un coup d’œil à Lily qui grimaçait, puis au clébard qui semblait ravi de pouvoir se rouler dans les restes du nerds, et il soupira avant de retenir sa respiration pour se laisser embarquer dans ce truc qu'il aurait même pas pensé faire pour Halloween. Ça schlinguait la mort et pour cause, c'était rien d'autre que des morceaux de morts qui lui recouvraient allègrement les traits, les bras, le buste et les jambes. Seriously, il est siphonné pépé. Pour une fois qu'il pouvait pas donner tort à l'autre débile, ça l'emmerdait juste encore plus là, à tirer la grimace en se toisant aussi...

- Disgusting,.... ça pue c'est vraiment crade et .... Ehhhhg. Y avait rien de plus sale au monde que ce truc là, ce maquillage express dont il s'était jamais servi, ni même n'avait pensé à le faire. Et Lily se sentait pas bien en plus. Lui non plus remarque, il avait juste envie de vomir mais malgré l'acide qui lui chatouillait la luette, il respira par la bouche avant d'agripper sa main tandis que le vieux sortait une grosse pince de son sac à dos de compet'. Reste avec moi, tien.

Il lui fila le piolet et délogea le CZ de sa taille. Il avait pas confiance, ou pas assez pour foncer dans le tas comme ça en imaginant que le vieux avait raison mais, en le voyant approcher de la grille, le jeune homme fut sur les fesses de voir que, ouais, les nerds se foutaient bien de sa présence. Surprenant, c'était hallucinant même de voir que ça marchait et que Alphonse pouvait découper le grillage sans être emmerdé par les charognards juste à côté qui semblaient même se calmer. Un trou dans la grille et le vieux leur fit signe d'avancer tandis que Pantoufle se faufilait le premier pour aller faire ses besoins sur un monceau de vieux pneus crevés. Bon, fallait y aller, y avait pas de raison pour que pépé y arrive et pas eux. Ses doigts pressèrent ceux de la jeune fille et il l'entraîna vers l’orifice en roulant des yeux quand le défraîchit se permit de sourire. Y avait rien de drôle, c'était même plutôt angoissant de se retrouver au milieu d'une claque de nerds qui n'y voyaient que du feu, ou.... God, un d'eux s'approchait de Lily, trop près trop.... Julian l'attira plus vers lui avant de suivre le grand père vers la porte arrière du bâtiment. Là aussi y avait un cadenas mais avec la pince, il eut vite fait de sauter le bordel. Quand aux vautours, ils suivaient pas et continuaient à râler devant. Le battant ouvert, Alphonse les laissa passer en premier pour ensuite refermer derrière eux en allumant sa lampe torche. Julian en fit de même avant d'illuminer les traits sanglants de leur guide.

- And now ? Murmura-t-il en passant la manche contre sa trogne parce que c'était vraiment pas agréable ça. Sorry Dimples... pas d'ta faute s'il est dingue.

- J'suis pas dingue et encore moins sourd gamin. En plus il avait de bonnes oreilles ce vieux débris. Maint'nant on trouve les clés, et on test les voitures parquées là bas. Uhm,... Il était pas vraiment chaud, parce que même s'ils étaient barbouillés là, si papy réussissait à démarrer une bagnole, le moteur attirerait les nerds et là, y avait même le clebs qui sniffait par terre jusqu'à une porte devant laquelle il s'arrêta net avant de lever ses yeux de veau vers le vieux. T'as vu quelque chose mon gros ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 485
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Hit the road   Hit the road - Page 4 EmptyLun 31 Déc 2018 - 16:23
Horrible, dégoûtant, pire que tout et pourtant elle pensait avoir fait le tour du pire en trois années de ce merdier infâme. Lily sentait son cœur se soulevait au rythme de ses pas, sa main rivée dans celle du brun, l’autre tenant le piolet fermement. Comment il avait eu cette idée lumineuse Al’ de se badigeonner de mélasse puante pour passer à travers les morts ? La gamine préféra pas y penser, encore moins alors qu’après avoir passé la grille dans laquelle le vieux avait fait un trou, un cadavre s’approcha trop d’elle. Holy shitballs … Il allait voir que c’était qu’un déguisement pourri, littéralement, il allait se mettre à grogner plus fort, à claquer ses mâchoires et les refermer sur son joli minois. Presque figée par la peur, Lily se laissa mener vers Julian, lui adressant juste un regard, faute de pouvoir parler.

Pendant qu’elle envisageait les mille et un scénarii dans lesquels elle finissait en kebab pour macchabées, le vieux avait trouvé la porte qui permettait de rejoindre l’intérieur et armé de sa pince il en fit sauter le verrou. Même sa conscience était trop flippée pour faire la moindre blague au sujet de verrou à faire sauter, rien du tout, pas un jour mot, pas un souffle. A l’intérieur, la brunette se mit enfin à respirer normalement, regrettant aussitôt ce fait tant l’odeur lui souleva l’estomac. Il était vide, sinon elle aurait eu de quoi vomir, dommage, quelle plaie ce monde à la noix ! « Hm … » souffla-t-elle pour le brun dans un sourire crispé, ça serait pas cute du tout si elle lui vomissait sur les rangers là, pas du tout. Ca ruinerait l’image qu’il avait d’elle. Oh il sait que tu as l’estomac fragile et que tu pleures facilement, pourtant … Ah bah la revoilà celle-ci.

Fouinant dans la poche de son jean, Lily sortit un petit paquet de mouchoirs en papier, en extirpant un pour se nettoyer sommairement le visage. « C’est … vraiment dégoûtant, je referai plus jamais ça. » Elle préférait se cacher que ça, tout mais pas l’odeur de la mort qui lui imprégnait la peau et semblait la suivre jusqu’à la surface de ses os. Brrrrrrrr … Lily secoua la tête et se concentra sur la consigne, trouver les clés, essayer les voitures. La gamine plissa les yeux, le temps de s’habituer à la luminosité, l’air poussiéreux, sombre, palpable presque. Elle y voyait pas grand-chose mais ça ressemblait à l’atelier, et plus loin elle discerna un espèce d’accueil. « Par là-bas, je vais aller jeter un coup d’œil. » chuchota-t-elle à Julian pendant que le chien reniflait devant une porte sans qu’elle y prête attention.

Il faisait plus clair par là-bas, quelques rayons de soleil faiblards passaient à travers les journaux qui servaient à occulter la vue de l’extérieur. Derrière le comptoir, un bureau et au-dessus du bureau, Lily remarqua une petite armoire accrochée au mur, le genre où on stockait des petites choses, genre … « Des clés ! » Un sourire étira ses lèvres alors qu’elle regardait toutes les clés savamment étiquetées. Ça serait un jeu d’enfant de trouver les voitures avec ça, en espérant qu’elles fonctionnent, ce qui était moins sûr vu qu’elles étaient ici, sans doute en réparation. Récupérant une enveloppe sur le bureau devant elle, Lily y glissa les dix jeux de clés, il y avait de tout là et elle s’y connaissait pas pour les reconnaître, god bless les étiquettes.

Revenant sur ses pas, un mouvement à l’extérieur attira son attention. Curiosité ? Bêtise ? Elle en savait trop rien, mais quelque chose la poussa à avancer vers la vitre et à tirer sur les journaux. « Aaaah ! » Son cœur fit un bond, façon saut à l’élastique, mais sans élastique pour le retenir là. Okay, ils étaient pas que dix, ils étaient pas que quinze, il y avait quoi … tout le quartier là ? « J-Ju-Julian … » appela-t-elle d’une petite voix en reculant pour s’éloigner de la vitre, pressant le pas sans quitter la vitre du regard jusqu’à venir se coller au brun. « Ils … ils sont vachement nombreux dehors … On …Al’ je sais pas comment on va faire pour trouver la voiture là ils sont … » Trop nombreux, elle en tremblait de tous ses membres, les clés tintant entre ses doigts. « Au moins t’as les clés. » De son côté, le vieux plissait ses yeux ridés en observant la porte devant laquelle le chien s’était mis à grogner. « Kid reste sur tes gardes, j’vais ouvrir à trois. » Okay donc il y avait l’armée des morts dehors, et sans doute un petit détachement de cette armée-là de l’autre côté de la porte. Tout allait bien. Al’ posa sa main sur la poignée, compta et tira sur la porte qui vomit presque littéralement un groupe de rôdeurs. Un, deux, quatre, six. Oh misère … Lily sentit son cœur faire de nouveaux bonds dans sa poitrine, ils avaient beau sentir la charogne, c’était sans doute pas assez pour tromper les six moches qui avançaient vers elle d’un air résolu. T’es pas toi-même quand t’as faim … C’était pas vraiment le moment de repenser à cette pub bon sang de bois !


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 555
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Hit the road   Hit the road - Page 4 EmptyLun 31 Déc 2018 - 17:25
Hit the road


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Le faisceau de torche inondait l'espèce de réserve dans laquelle ils venaient littéralement de s'enterrer. S'enterrer ouais, mais ça Julian le savait pas encore. Là, il grimaçait encore quant à l'odeur qu'ils dégageaient tous, que lui même embaumait au point d'en plisser le nez alors qu'il tentait vainement de s'en défaire. Ça servait à rien, c'était comme... Imprégné ? Ouais, c'était ça, et juste de la flotte suffirait pas à se débarrasser de ce parfum infâme. Ça, mêlé à la vieille odeur d'huile de moteur ou de gomme, ça lui levait le cœur même s'il tentait de respirer par la bouche. Ici diverses étagères avec des cartons de trucs qu'il avait jamais vu, dont il connaissait même pas les noms inscrits sur des cartons grignotés par les rongeurs. Julian redressa le nez que lorsque Lily parla d'investir une pièce plus loin, et c'était pas celle près de laquelle le clebs s'était mis à renifler comme un gros cochon de concours. CZ en main, Foster pinça les lèvres en croisant brièvement le regard du vieux qui haussa une épaule. Ouais bon, il avait pigé papy, à choisir entre le duo improbable et sa petite-amie, il tergiversait pas dix piges. Lily avant tout le reste, plus encore dans un endroit qu'il connaissait pas, où tout et rien pouvait surgir.

Bon, au moins, dans l'espèce d’accueil, la lumière extérieure passait à travers les divers journaux que l'ancien proprio avait dû coller sur les vitres pour pas être emmerdé par ses ex clients. Veilles feuilles de chou de 2015 sur lesquelles ses yeux filaient. Il avait jamais lu le journal, plutôt suivi les infos quand la merde pétait un peu partout mais là, je jeune homme fronça les sourcils. Le minois incliné, il lut quelques lignes après avoir vérifié que Lily craignait rien. « Texan Cannibale.... Septembre 2015 ». L'étudiant pinça les lèvres après y avoir passé la langue. Septembre 2015, ça avait peut-être pas de rapport avec ce truc qu'avait bouffé la terre et dévoré quasiment toute la population Américaine mais, comment pas y penser ? Comment pas faire le rapport ? Si c'était ça, alors on pouvait facilement penser que ça avait pas démarré en Octobre mais plus tôt, et que personne avait trouvé judicieux d'y remédier, ou même d'en parler. Des clés ! Dimples le tira de sa lecture morbide pour reporter les yeux vers elle qui enfouissait les trousseaux dans une vieille enveloppe, quant à Al, il balançait des machins, piochés au hasard dans différentes boites, par dessus son épaule en marmonnant quelques jurons ou mots inintelligibles.  

Bon rien au standard, la jeune fille craignait rien, alors autant fouiller au cas ou, et ce même s'il doutait trouver des trucs cool dans le coin. Un premier tiroir, juste des vieux bonbons qu'avaient coulés sur le bois et donnaient vraiment pas envie. Un deuxième et là, un truc plutôt sympa qu'il fit rebondir dans le creux de sa main. Espèce de canif à tout faire. Y avait tout dessus, alors ça tuerait sûrement pas un nerd mais il le colla dans sa poche avant de hausser les sourcils en dégageant un vieux tournevis rouillé du fond, enfin avant d'entendre le timbre plaintif de Dimples. Là, le tiroir et son contenant pouvait bien aller se faire foutre, arme au poing, il l'empêcha de reculer encore, s'assurant premièrement qu'elle avait rien avant de redresser le nez vers le vitrage où elle venait sûrement d'arracher un bout de journal.

- Motherfucker. C'était sorti tout seul, et y avait rien d'autre à dire sur le spectacle qui se jouait derrière le vitrage cradingue. Ça fait un sacré paquet d'merdes ça... Grimaça-t-il d'un air de chiot battu.

Une marée de charognards, un océan de nerds contenu derrière les grilles du parcking où les bagnoles attendaient sagement le retour de leurs proprios. Parqués là comme des veaux qu'allaient à l'abattoir. D'où ils sortaient tous ? Parce que y avait pas d'ouverture avant qu'Al' perce un trou dans le grillage. Ils avaient été enfermés ici, au grès des mois ? Ses yeux filaient un peu partout là, et maintenant qu'il les voyait, Jul les entendait mieux. Kid. Détourné de sa contemplation macabre, Julian pointa les yeux vers le vieux qu'était près du battant où le clebs reniflait plus tôt. Okay... Bras tendus, arme au poing, la lampe calée dessous, il fit signe au vieux d'ouvrir avant d'arrondir les billes quand cinq, six nerds se ruèrent vers eux. Splash !!! Une constellation de sang noirâtre repeignit le mur près du vieux qui venait d'éclater une théière à coup de marteau, quant à lui, il visa rapidement et tira trois salves.

- Headshots... Dimp.... Merde, elle paniquait là ? Et elle s'était éloignée de lui au point de le faire passer par dessus le comptoir après avoir choppé le vieux tournevis. Baisse toi ! A peine le fit-elle, à peine l'outil quitta ses doigts, fendit l'air puis finit son vol plané droit dans l’œil d'un autre vautour. Ce dernier tituba et termina sa course dans l'une des vitres à l'en faire écarquiller grands les billes. Fucking bullshit....... L'étudiant eu juste le temps de tirer Lily vers lui alors que la vitre explosait sous le poids du cadavre. Un silence de mort s'étira dans la pièce, juste après qu'Alphonse ait envoyé en enfer le dernier monstre pour revenir vers eux, véritablement inquiet.

- Pétard, ça va les mio... Le doc en termina pas sa phrase, déjà à fixer, tout comme le jeune homme près de lui, les nombreuses paires d'yeux livides qui se tournaient dans leur direction. Jesus,.... Faut s'tirer si on veut pas finir en falafels.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 485
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Hit the road   Hit the road - Page 4 EmptyLun 31 Déc 2018 - 18:13
Un sacré paquet de merdes, oui, Lily l’aurait pas mis dans ces mots là mais Julian avait raison. C’était comme un cupcake déjà pas fameux sur lequel on aurait rajouté un glaçage encore plus dégueulasse, les cupcakes c’était eux, avec leurs propres glaçages pourris dans ce garage miteux, et le sur-glaçage de la mort, c’était justement les morts. Ca frappait fort et vite dans sa poitrine, ça résonnait dans son crâne, dans ses tempes, dans chacune de ses veines. Ce tombeau sera votre tombeau. C’était pas le moment de se foutre d’eux avec un rire sardonique, Lily paniquait, genre vraiment. Dans son dos, à l’extérieur de cette vitre poussiéreuse, il y avait l’océan de cadavres qui attendait de les engloutir. Et là, derrière cette porte que le vieux ouvrit, c’était juste un petit bras de mer là pour aider l’océan.

Julian et Al furent plus rapides à réagir, en même temps à côté d’une gamine tétanisée, ils pouvaient que réagir plus vite, à moins d’être mort. Lily trouva rien de mieux à faire que s’éloigner du reste du groupe, bonne idée, brillante idée, assez pour qu’elle se retrouve pétrifiée face à ce cadavre ambulant. C’était marrant, ou pas, mais il ressemblait à ce Doug … A en faire péter des images pas agréables dans son crâne avant d’entendre la voix de Julian. La brunette se jeta presque au sol, plaçant ses mains sur sa tête, parce que c’était connu ça protégeait d’éventuelles morsures de monstres hein. En revanche ça protégeait pas du bruit de verre brisé, même alors que le brun l’attirait vers lui.

Une flopée jurons des plus mignons aux plus fleuris lui traversèrent le crâne alors que les regards vitreux des clients mécontents se tournaient vers eux. Vite Lily, fuir tu sais faire, vous allez sortir de là tous les trois. Tous les quatre, faut pas oublier Chausson, ou Pantoufle. Enfin le chien. Pas regarder les monstres, pas penser à son cœur qui pulsait trop vite, bien trop vite. Passer à travers, c’était sans doute trop risqué, coup d’œil en arrière vers la porte d’où quelques cadavres étaient sortis. Elle y voyait rien. Lily chopa la lampe de Julian et pointa le faisceau lumineux vers la porte. Un escalier. « Par-là, on monte. » Et une fois là-haut ? Ils aviseraient. « On avisera là-haut ! » lança-t-elle aux deux qui la regardaient comme une demeurée.

Pantoufle sembla du même avis qu’elle puisqu’il fut le premier à lui emboiter le pas alors qu’elle gravissait les escaliers pour se heurter à une porte. La gamine se jeta sur la barre latérale pour ouvrir le battant, éclatant au passage le crâne d’un rôdeur qui trainait par là. Le pauvre homme … avait tenté de se tirer une balle dans le caisson mais avait raté, pas de merci pour lui, juste une mort très solitaire sur ce toit. « Bloquez la porte ! » pesta-t-elle bonne petite princesse habituée à ce que les gros bras gèrent le gros œuvre alors que déjà son regard clair scrutait les alentours, avançant au bord du toit pour en faire le tour. « Là, on peut descendre, y’a une gouttière. » Désignant la gouttière, Lily traça de son index une ligne invisible entre le bâtiment et les voitures parquées plus loin. Les morts s’étaient carapatés à l’intérieur, c’était leur chance.

« Tu te débrouilles pas mal gamine, il a raison ton prince charmant. » Elle en rougit, secouant la tête en adressant au vieux un regard presque mauvais avant de laisser le vieux descendre le premier, prenant la suite pour se laisser glisser tant bien que mal jusqu’au sol par la gouttière. Ca grinçait, certains à l’intérieur commençaient déjà à tourner leurs yeux globuleux vers eux. « Julian ! » « Il arrive gamine, t’as les clés, viens on va démarrer une bagnole sinon ça sera buffet de cerveaux pour les hippies. » Il est là, il te suit. Bah oui, pourquoi il suivrait pas hein ? Il la lâcherait pas, Julian l’avait promis. Alors Lily suivit le vieux jusqu’à la première voiture, des clés oui, mais pas de moteur, celle-ci allait pas démarrer. « Bob le bricoleur a même pas fini les réparations, m’étonne pas que les clients soient pas contents. » Lily lui avait jeté l’enveloppe de clés, restant près de lui et du chien jusqu’à entendre le ronronnement du moteur. Ils allaient pouvoir y aller. « Julian on peut … Julian ?! » Il est … où ? Son regard clair parcourut la cour, les carcasses, de voitures et d’anciens humains. Il était passé où sa majesté ? A nouveau son palpitant jouait du tambour alors qu’Al’ lui hurlait de grimper dans la caisse.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Hit the road   Hit the road - Page 4 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Hit the road -
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Mellindra Road, à votre service !
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Why Did The Chicken Cross The Road?
» Long road to ruin} Ae'
» adresse offroad wiltz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: