The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- /!\ 1000°C -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1239
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: /!\ 1000°C   Sam 29 Déc 2018 - 16:36
J’crois que j’ai ouvert la boite de pandore.

Celle qu’on choisit consciemment de laisser fermer, parce qu’on veut pas voir ce qu’il y a dedans. A la fois elle fait peur, et à la fois elle attire, comme un putain d’aimant qui trouve pas son pôle. C’est ce que j’ai voulu m’cacher à moi-même pendant près de trois ans, en m’disant que rien, c’est toujours mieux que trop. Quand on a connu la surenchère de sensation, le trop plein d’un amour qui bouffe, plus ressentir du tout, c’est une sorte de bénédiction sans en être une.

Et Jimmy, a sa manière, dompte ce qui peut l’être entre nous. De ses grandes mains, il se saisit de moi comme si j’pesais rien, sans m’laisser incapable de réagir. Ses gestes sont fermes, décidés, et ses baisers sont tendres sur une personne qu’il connait vraisemblablement pas assez. J’crois que je pourrais lui faire peur s’il savait quel genre de créature j’étais. Que j’suis encore. Qui se consume, s’use jusqu’à la moelle, se tue à grandes flammes pour plus avoir à être elle. Mais ça, j’le cache au fond d’moi. Mes mains s’agrippent à lui, j’lui tends mon cou quand il le veut, et l’aide à retirer ma veste.

Même les marques sur mes bras nus m’font pas bondir, les cicatrices d’un temps passé que j’garderais toute ma vie comme preuve d’mes faiblesses. J’ai l’impression qu’un poids écrase mon thorax, cette lenteur calculée m’embrase comme rarement. C’est loin des étreintes que j’ai pu avoir avec d’autres, avec Jack. De quand on m’payait pour qu’j’en ai rien à foutre tant qu’ma dose finissait sur la table à la fin, tant qu’Jack devait rembourser ses dettes en s’moquant de savoir s’il me ruine au passage. Jimmy fait attention, et c’est une mesure qui m’donne un drôle d’effet.

L’impression que je mérite pas cette prudence, mais qu’en même temps, lui pourra jamais s’comporter autrement.

Alors j’le laisse faire, et le repousse que d’un bras brièvement :

Attend, j’soupire. Le défais de son haut pour avoir accès à sa peau, aux marques qu’il cache, à sa chaleur. J’en fais de même pour moi, pour pas perdre au passage ces sensations-là. Et dès que j’ai l’occasion, je reviens me coller contre lui en rattrapant ses lèvres.

J’me permets de lui offrir plus, j’dois avoir ça en moi pour lui. Une meilleure version de ce que j’suis, qu’il mériterait au moins un peu. Jimmy est de ceux que j’aurais jamais fréquenté si la fin du monde était pas venue remettre les scores à zero pour tout l’monde. Mes jambes le ceinturent, fermement. Mes lèvres se perdent dans sa barbe et remontent à son oreille, mes doigts font l’tour des zones auxquelles j’ai accès. Ils descendent, libèrent sa ceinture d’un geste sans doute trop expert pour être anodin. Quand je capte finalement son regard, c’est pour lui laisser entendre que j’me contenterais pas de ça.

Je veux plus.



Sur la longueur, t'économises des pleurs. Ensuite, t'auras peur de t'investir, tu t'diras qu'c'est mieux ailleurs qu'chez toi, tu vas rater l'meilleur de c'que t'as déjà.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jimmy Clint
Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Python 357 Magnum, Machette, Fusil de précision M40A1 avec silencieux, Couteau de chasse Wartech Ground
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/01/2018
Messages : 537
Age IRL : 19
MessageSujet: Re: /!\ 1000°C   Sam 29 Déc 2018 - 17:43

Leurs baisers oscillaient entre rage et passion, violence et douceur. Jimmy se sentait prit au piège, mais il ne voulait pas être sauvé. Il avait toujours tout maîtrisé. Ses sentiments, les gens, ce qu’on pensait de lui, ce qu’on lui disait. Mais là, seuls dans un monde fini, dans un monde détruit, il n’avait plus rien à maîtriser, plus de combats à mener. Seulement survivre. Et même ça, il s’en moquait. Il ne ressentait qu’un besoin physique et unique, de ne pas lâcher le corps frêle de Yulia, de continuer à l’embrasser.

Il lui retira son blouson, puis son haut. Leurs lèvres se décollèrent un instant, lorsqu’elle fit de même, pour mieux se retrouver. Les voilà tous deux, collés l’un à l’autre, peaux contre peaux. Jimmy glissa ses mains le long des hanches et du dos de l’autre corps collé au sien, et sens dans ses doigts certaines blessures, certaines cicatrices irréparables. Il en avait peu, quelques égratignures sur le torse et l’épaule, la principale à la jambe droite, toujours cachée.

Il sentit les jambes de Yulia se resserrer contre lui, le collant à elle, encore plus qu’ils ne l’étaient.
Elle lui lâcha les lèvres pour s’aventurer dans sa barbe, ses joues, ses oreilles. Il lui dégrafa le soutient-gorge, et glissa ses mains sur son dos nu.
Il sentit une main lui retirer la boucle de sa ceinture, et des yeux le fixer. Ils ne parlaient pas, mais se comprennent parfaitement.

Ils étaient passés de la discussion amicale à se déshabiller sur une table de billard. C’était trop, trop vite. Mais plus rien n’avait de limite. Jimmy était hésitant et timide, et était impressionné par la fougue de sa partenaire. Cette fougue lui donnait encore plus envie. Elle voulait plus que des baisers, que des caresses. Lui aussi.

Il fit tomber son pantalon, se débarrassant de ses chaussures, et fit de même avec celui de Yulia.
Il la souleva à nouveau, pour l’allonger totalement sur le tapis, l’accompagnant. Ses lèvres descendirent le long de son cou, de sa poitrine, sur son ventre, et entre ses jambes.

Le corps de Yulia se contracta, visiblement surprise, mais se laissa emporter. Jimmy remonta, doucement, s’abandonner dans les lèvres de sa femme, celle qui était sienne, autant qu’il était sien.


In your darkest hour
When demons come Call on me brother,
and we will fight them together

- blackheart & crédits.
 
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1239
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: /!\ 1000°C   Sam 29 Déc 2018 - 18:01
Un soupir m’échappe.

Merde. Je monte en fièvre et en ardeur en même temps que ses baisers. Le fait de sentir sa peau contre la mienne me fait un effet monstrueux que je pensais plus avoir le droit d’connaitre. Est-ce que je vais m’en plaindre ? J’en aurais même pas la force. Ce qu’on a, c’est ce que beaucoup envie sans le dire : l’accord de deux pour satisfaire une envie impérieuse, empli d’une chaleur qu’on cherche à éviter et à trouver à la fois. Certains y mêlent des sentiments, mais j’saurais dire si on en est encore capable à notre stade.

Alors, on s’abandonne, comme deux survivants qui ont rien d’autre pour se retrouver. On se découvre, et je me sens une pudeur que j’imaginais pas connaitre un jour. Celle d’être sous les yeux d’un homme que je mérite pas, qui aura l’opportunité de me juger, de m’estimer, sous des coutures que j’assume pas toujours. Des marques qui cernent mes veines, ou des plaies qui ont plus d’une fois manquée de m’embarquer vers une mort certaine. Elles sont un cheminement de ce qui m’est arrivé, comme une carte qui mène vers aucun trésor.

J’aurais dû m’attendre à ça. A ce que ce baiser nous mène ici, même si je pouvais pas vraiment l’imaginer. Me dire que Jimmy pourrait avoir ce désir pour une presque inconnue, de qui il connait seulement le nom vraisemblablement.

Il semble s’en satisfaire, se dire que ça suffisait pour l’instant. Peut-être que l’alcool aidait à faire le reste, comme l’envie de se perdre dans les baisers d’une personne qu’on découvre à peine. J’ai embrassé des hommes dont je savais même pas le nom, alors j’ai aucune raison de bloquer sur ça. Et j’me laisse aller. J’autorise ses mains à me toucher, ses baisers à me goûter, son souffle à m’effleurer. Tant que je peux en faire autant pour lui, tant que je peux soupirer tout contre ses lèvres en caressant ce qui peut l’être.

Quand j’ose faire croire aux autres que je suis une personne pleine de confiance, l’illusion tient jusqu’à une partie fine entre deux adultes. Une douceur en amenant une autre, je joue avec la patience de Jimmy pour faire grimper l’envie. Comme si c’était moi qui imposais le rythme, ou qui en donnait l’impression. Je reste persuadée qu’il me laisse le faire juste pour courtoisie, que derrière cette timidité, il y a cet œil brillant qui trahit son désir. Peut-être qu’il est qu’un homme à la merci d’une femme qui lui flatte le regard. Sa femme.

Pas notre genre pourtant.

Je saurais pas dire combien de temps ça dure, suffisamment pour que ça devienne une torture pour moi aussi. Que ma patience s’use au fur et à mesure, tout comme l’envie grimpe à l’intérieur. Mes lèvres se portent à l’oreille de mon amant, et je lui ordonne d’une voix chaude de passer en deuxième base comme on a besoin de le faire. Il se fait pas prier. Ses mains glissent sur mes jambes, les tiennent. Plus ferme peut-être, surprenant sur l’instant, il fait sa voie entre mes cuisses à ma demande, et le rythme se prend en douceur quand je reviens l’embrasser pour le remercier pour ça.

Pour ce qu’il fait naitre en moi.



Sur la longueur, t'économises des pleurs. Ensuite, t'auras peur de t'investir, tu t'diras qu'c'est mieux ailleurs qu'chez toi, tu vas rater l'meilleur de c'que t'as déjà.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jimmy Clint
Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Python 357 Magnum, Machette, Fusil de précision M40A1 avec silencieux, Couteau de chasse Wartech Ground
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/01/2018
Messages : 537
Age IRL : 19
MessageSujet: Re: /!\ 1000°C   Sam 29 Déc 2018 - 18:48

Le temps s’était figé, dans ce bar sombre et poussiéreux. Il n’y avait pas grand bruit, à part des soupirs étouffés. Les deux corps continuaient leur étreinte, allongés l’un sur l’autre. Jimmy passaient ses mains sur la peau chaude de Yulia, sentant tous les traits d’un humain, ses veines abîmées, ses cicatrices. Il la sentait plus vulnérable que jamais, comme si elle avait abandonné sa lutte, pour laisser Jimmy prendre le contrôle.
Jimmy, lui, s’était abandonné sans hésiter à ses lèvres, à son toucher.
Plus personne ne maîtrisait personne, ils étaient bien rendus.

Elle lui chuchota à l’oreille, le signal qui lui percuta le crâne, le ramenant presque à sa réalité. Forte agréable. Il descendit jusqu’au creux de ses jambes. Il remonta peu après, appelé par sa collègue, pour s’évanouir dans ses lèvres à nouveau.
Il la sentait bouillonner intérieurement, tant ses baisers ressemblaient à des morsures, qui demandaient toujours plus. Lui aussi mourrait d’envie.
Il entendait les soupirs, si faibles, au creux de son oreille.

Il retira ses lèvres des siennes, et murmura doucement à son oreille.

- Sûre ?

Elle lui fit comprendre d’un mouvement de tête qu’elle n’attendait que ça. Il retourna à ses lèvres chaudes, en faisant glisser sa langue, touchant ses dents, sa langue à elle.
Il mourrait de chaud. Il mourrait de beaucoup de choses.

Sa main glissa le long de la peau de Yulia, jusqu’à sa jambe. C’était le moment tant attendu, par lui comme par elle. Il la sentit se crisper. Jimmy hésita une toute petite fraction de seconde. Il pensait à tous les risques. Non seulement d’attraper une maladie, mais surtout, la pire des mst actuelle, d’avoir un enfant. Mais ses pensées étaient embrumée par le désir, et le désir de sa partenaire.

Il se laissa aller, et accompli l’étape finale. Il la pénétra.
Il ne put s’empêcher de soupirer, de plaisir, et de liberté.
Ils avaient passé le pas, et maintenant, rien ne les arrêteraient. Ils étaient seuls dans leur monde, tous les deux. Deux amoureux sur un nuage. Ils n’étaient rien de tout ça, mais il fallait trouver des mots sur la vie. Il n’y pouvait rien. Qu’étaient-ils ? Pas grand chose actuellement.
Seulement deux corps qui avaient succombé à leurs pulsions mutuelles, après avoir bu un verre de trop. Ou peut-être pas de trop, justement.


In your darkest hour
When demons come Call on me brother,
and we will fight them together

- blackheart & crédits.
 
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1239
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: /!\ 1000°C   Sam 29 Déc 2018 - 19:32
C'était probablement la pire des conneries qu'on pourrait faire actuellement. La pire et la meilleure a la fois. Le temps se consume, comme moi, comme lui. Et je le sens frémir sous mes caresses, je l'entends soupirer d'une satisfaction qu'il n'a pas goûté depuis longtemps. Alors est ce que je suis sûre ? Je l'ai jamais autant été, a part quand il fallait merder. Et je suis presque persuadée que c'est pas totalement ce que je suis en train de faire avec lui.

J'y pense plus pour pas renoncer a tout ça. Parce que j'ai pas envie de faire marche arrière même si ça serait le plus raisonnable. Mais ça, on l'a pas été un seul instant, et c'est pas maintenant qu'on va commencer. Pas maintenant que je le sens en moi, pas maintenant que mon plaisir a mesure que l'étreinte se prolonge. Je me mords la lèvre pour retenir un soupir, sauf que mon souffle me trahit de toute façon et que rien devrait m'empêcher d'être moi, désormais.

Je crois qu'on a pas volé notre part de bonheur.

Je crois qu'on la mérite, et si c'est ensemble pour la journée, alors j’emmerde tout le reste. Tous ces doutes qui me feront pas changer d'avis. Mes ongles se plantent dans sa chair alors que la tension monte d'un cran. Je pourrais garder la marque de ses mains pendant des jours que j'en aurais absolument rien a faire.

Je suis attentive a la tension de ses muscles, a ses frissons, et par moment, je l'invite a prendre un autre rythme d'une voix suppliante. C'est le genre de supplique qu'il entendra de moi que là. Parce que j'ai abandonné le reste et que je me fous du monde. Que le mien s'est réduit a nous deux et a ce qu'on peut tirer de mieux l'un pour l'autre.

Il y a aucune timidité dans mon regard, et j'ai abandonné la pudeur depuis bien longtemps. J'aime l'idée d'assumer d'aimer la chaire quand je le décide, que rien me fera renoncer à ça. Alors les indications sont soufflées dans le creux de son oreille. Plus lentement. Doucement. Là. Continue. Embrasse-moi. T'arrête pas. C'est tout ce que je veux, que ça s'arrête pas.

Et Jimmy m'entend. Il me fait me sentir vivante en prenant sa part au passage. C'est pas qu'un corps a corps, j'ai l'impression que là, il y a une sorte d'égalité dans notre tendresse. Parce que j'essaie de faire attention a lui, ma main s'aventure encore dans ses cheveux, je l'embrasse comme jamais jusque là, avec cette saveur inédite que le sexe induit dans toutes les relations, que le plaisir colore a sa manière. Et je me cambre, gémis contre ses lèvres. Mes soupirs s’étranglent dans ma gorge.

Tant pis pour le reste, on verra après si ça a encore de l'importance.



Sur la longueur, t'économises des pleurs. Ensuite, t'auras peur de t'investir, tu t'diras qu'c'est mieux ailleurs qu'chez toi, tu vas rater l'meilleur de c'que t'as déjà.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jimmy Clint
Island Freedom
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Python 357 Magnum, Machette, Fusil de précision M40A1 avec silencieux, Couteau de chasse Wartech Ground
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/01/2018
Messages : 537
Age IRL : 19
MessageSujet: Re: /!\ 1000°C   Sam 29 Déc 2018 - 21:51

Ils étaient là, tous les deux. Et on ne pourrait pas leur enlever ça. Ils étaient là, dans la chaleur de l’été, dans la chaleur de la chair dans l’étreinte.
Des mains saisissent Jimmy, des ongles serrent son dos. Il sent qu’il fait effet, et continue de s’abandonner à sa complice. Elle lui murmure à l’oreille des demandes, que Jimmy exécute avec plaisir.
Ça ne s’arrêterait pas. Il aimerait. Mais à un moment ou à un autre, la dure vie froide reviendrait, les laissant là, face à leurs problèmes. Mais le moment n’était pas à y penser.
Jimmy noyait ses problèmes dans ses sorties, son alcool et ses pensées, mais là, ils n’étaient plus là. Il avait signé une trêve peut-être. Un instant de liberté.

Il sentait Yulia contre lui, qui bouge, qui le caresse, qui l’embrasse. Son unique préoccupation, c’était elle. Il avait décidé de laisser tomber tout le reste. Il faisait tout pour que rien ne s’arrête, que tout reste ainsi. La spontanéité de l’action, son intensité et sa force avait tout changé. Il vivait pour ce moment de tendresse, d’érotisme, depuis des années, bien avant tout le merdier ambiant.
Il avait vécu des choses, Yulia avait vécu des choses, mais tout était à plat, tout était oublié, tout était pardonné.

Jimmy s’était laissé ensorceler. Il glissa ses lèvres vers l’oreille droite de Yulia, comme tendue vers lui, en offrande, après ses baisers dans le cou. Il lui mordilla doucement le lobe, et y glissa sa langue.
Il l’entendit respirer fort, et par à-coups, lui murmurant de continuer.

Il prit appui sur la table, pour se retourner, sans briser la proximité qui les unissait. Elle était à présent au dessus de lui, ses cheveux tombant le long de ses joues, sur ses yeux. Il la recoiffa, glissant ses mains dans ses cheveux doux.
Elle ne pesait rien sur lui.
Il n’allait pas lui lâcher les lèvres.

On pouvait les voir de la rue, la lumière du soleil entrait doucement dans le bar, ils pouvaient attirer des rôdeurs, des visiteurs curieux pouvaient les tuer. Rien de tout ça n’avait d’importance. Ils pouvaient bien mourir à l’instant, Jimmy était bien. Il n’avait jamais été aussi bien depuis tout le temps passé à déambuler. Il était en accord avec lui même, avait accompli son but: en trouver un. Il l’avait atteint sans le chercher, sans même savoir ce qu’il cherchait. Il n’en savait toujours rien, mais il avait l’intime conviction qu’il était parvenu à ses fins. Pas besoin d’aller plus loin.


In your darkest hour
When demons come Call on me brother,
and we will fight them together

- blackheart & crédits.
 
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une masse, un fusil à pompe
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 25/04/2016
Messages : 1239
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: /!\ 1000°C   Dim 30 Déc 2018 - 14:05
Ma voix finit par s'éteindre dans ma gorge. Comme si l'air me manquait, comme si j'étais finalement a bout de souffle. Chevauchant jusqu'à la résolution, imposant mon rythme, dévoilant des failles qui me font davantage vibrer lors d'un corps a corps de ce genre, je laisse a Jimmy l'occasion d'en prendre soin, pendant que je retourne l'embrasser avec une tendresse que je me connais pas depuis le temps.

Je me tends sans pouvoir m'en empêcher et sans retenir la vague intense qui me submerge a force de l’éprouver en moi. Cette chaleur gagne, étreint, disperse ma pensée et stoppe momentanément ce désordre incroyable dans ma tête. Mon souffle se fait la malle, et l'amazone que je suis actuellement perd un peu de sa superbe, mais jusqu'au bout, elle suit la distance pour conduire Jimmy au même point.

La peau toujours en feu, les poumons gonflés, le cœur au bord de l'implosion, mes lèvres retrouvent celles de Jimmy une dernière et énième fois qui a encore du sens. Et là, un petit rire m'échappe en me laissant retomber a côté de lui. Les cheveux bouclés, parsemés en auréole autour de ma tête. Tout donne l'impression que l'exercice a été plus intense que prévu, pour l'un comme pour l'autre. Question d'habitude sans doute ? Si on le refait demain, ou dans une heure ça sera peut être moins pressant et maladroit. Même si ça enlève rien au fait que c'était bien.

J'attends juste de calmer ma respiration, jusqu'à ce que mes pupilles se plantent a nouveau dans celles de l'homme qui a été mon amant. Je lui offre un sourire, qui en dit long. Suffisamment en tout cas pour me passer de mots, pour pas avoir envie de parler. J'ai toute façon jamais été doué pour l'après. Pour ce qui se dit pas, mais qu'on doit quand même articuler par principe. A moi de franchir ce pas ? J'ai la gorge sèche et l'esprit encore embrumé par le plaisir que j'y ai pris.

Alors quoi ?

Je me redresse finalement, et tâtonne pour retrouver mes affaires. Renfiler maladroitement mon débardeur sans avoir mis mon soutien gorge – j'ai la tête ailleurs faut croire et toute façon je le retrouve pas. Mon jean, ma veste. C'est maladroit mais les réflexes de cette fille que j'étais se perdent pas si rapidement qu'on pourrait le croire. Et si je heurte Jimmy ? Je sais pas. Je sais pas si pour lui, c'est pas un coup en passant, une occasion de se décharger et de repartir plus léger.

Comme c'est le genre de mec que je collectionne, ça m'étonnerait pas vraiment. Fatalement, j'ai fini par m'y résoudre.



Sur la longueur, t'économises des pleurs. Ensuite, t'auras peur de t'investir, tu t'diras qu'c'est mieux ailleurs qu'chez toi, tu vas rater l'meilleur de c'que t'as déjà.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: /!\ 1000°C   
Revenir en haut Aller en bas  
- /!\ 1000°C -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: