The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- You spin me right round, baby right round -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 867
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 2 Jan 2019 - 23:47
- Je pourrais l'appeler Rousselle mais j'aime un peu moins. Rousseau. Ça lui va bien, oui. Et elle va bien, d'après Caroline. Elle m'a dit qu'elle avait sans doute eu une belle frayeur en se blessant, mais rien de grave.

Pendant une seconde, son esprit vagabonda dans ses souvenirs. Le sourire sur ses lèvres fleurit un peu plus tandis que ses lèvres se déridaient.

- Les Misérables, commença-t-il maladroitement. Mon œuvre préférée. Tu … tu connais ? La chanson de Gavroche. C'est la faute à Voltaire, c'est la faute à Rousseau …

Il se mordilla l'intérieur de la joue, sentant que ses propos n'étaient peut-être pas clairs. Ses doigts vinrent se lier face à lui, il haussa les épaules, regrettant peut-être déjà d'avoir osé parler à ce sujet. Il avait l'impression de raconter une grosse idiotie, et cela se ressentit dans l'intonation de sa voix, qui s'était faite plus éteinte et hésitante.

- J'ai eu un canard. Il s'appelait Voltaire. Rousseau m'est venu assez naturellement pour elle.

À coup sûr que son vieux canard aurait été jaloux de cette petite bête. C'est qu'il avait son caractère ! Ses cancanements incessants manquaient au norvégien, autant que sa présence calme et reposante. Il espérait que là où il était, tout allait bien pour lui. C'était maintenant un peu plus simple pour le grand rouquin de s'exprimer à son sujet. Après deux ans, peut-être était-ce enfin le moment de passer à autre chose.

Ludwig avait ensuite demandé à Olivia comment sa journée s'était passé, soucieux de ne pas la voir de nouveau filer. S'approchant pour détailler le contenu du panier, il huma, sans s'en rendre compte, doucement le parfum de la jeune femme. Il n'hésita pas bien longtemps à sa proposition : la cuisine, il aimait beaucoup ça aussi.

- Ca donne envie.

Rapidement, il partit récupérer un gel hydroalcoolique, histoire de se désinfecter les mains, en prenant garde à son pouce. Caroline en avait profité pour lui faire un pansement, en plaisantant sur le fait qu'il faudrait peut-être piquer Rouseau pour son acte de barbarie. Ludwig n'avait même pas osé rire, un peu horrifié par cette pensée.

Soucieux de ne pas perturber le schéma mental de la petite brune, il demeura ainsi, droit comme un piquet et les yeux sur les aliments. Il remonta les manches de son pull et s'assura que son bandage n'avait pas bougé.

- Que veux-tu que je fasse d'abord ?

Rousseau s'avança un peu, attirée par toutes les bonnes odeurs. Elle devait être bien surprise de découvrir tant de parfums délicieux !


"I think we're alone now,
There doesn't seem to be anyone around,
I think we're alone now,
The beating of our hearts is the only sound."


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 701
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Jeu 3 Jan 2019 - 11:30
Tu as eu un canard ? Questionna-t-elle après un moment de silence, sans trop savoir où il voulait en venir.

La chanson lui évoquait quelque chose, évidemment, mais elle ne s'attendait pas à ce que ça ait concrètement une signification. Elle eut du mal à comprendre son propos avant qu'il l'admette finalement plus franchement, et qu'elle s'en étonne. Un canard, donc ? La chose lui sembla folle durant deux longues secondes, puis elle se dit que ça correspondait suffisamment au personnage pour qu'elle ne s'en inquiète pas tant que ça. Sa grand mère avait bien eu des perruches, les parents de Calvin une ferme entière où ils finissaient pas aimer tous les animaux et ne même plus oser les abattre. C'était paradoxal, mais pourquoi pas. Ce qu'on appelait "animal de compagnie" n'était qu'une appellation au bout du compte.

J'aurais été curieuse de le connaître, ajouta-t-elle comme conclusion, avec un sourire amusé.

De concert avec Ludwig, elle prépara les outils pour permettre de cuisiner convenablement. Sortant un saladier, une planche à découper, ainsi que des couteaux affûtés par ses soins, ses yeux se levèrent vers le rouquin lorsqu'il revint pour lui demander ce qu'il devait faire.

Tu sais, ça fait longtemps que je n'ai pas eu un second, plaisanta-t-elle. Tu peux vider le potiron, et ensuite l'éplucher. Une fois fait, il faudra le couper en dé pour qu'il soit plus facilement transformé en soupe.

Tout en disant ça, elle lui donna le légume ainsi que l'arme qui irait bien avec. Faisant attention à ce que Ludwig s'en sorte bien, elle commença à faire sa propre découpe, reprenant ses gestes experts de l'époque ou sa cuisine fonctionnait au diapason.

Je m'occupe des pommes de terre. Assura-t-elle.

Dans le panier, il y avait aussi des herbes pour aromatiser le tout, et un pot de fond de veau qui viendrait donner encore plus de saveur. Elle espérait pouvoir obtenir un bouillon conséquent, avec un peu de chance.Relevant les yeux vers Ludwig, elle ne manqua pas de lui adresser un sourire. C'était étrange, mais elle se sentait comme chez elle, lorsque son mari était toujours à ses côtés, et qu'ils prenaient leurs dimanches pour cuisiner ensemble. Cette pensée s'échappa quand elle la chassa vigoureusement : il ne fallait pas s'égarer, pas maintenant.

Et toi alors ? Tu as passé tout ton temps à t'en occuper ou tu as réussi à faire autre chose ? Questionna-t-elle pour faire la discussion.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 867
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Jeu 3 Jan 2019 - 17:09
Il jeta un regard en biais à la jeune femme, toujours un peu pris au dépourvu quand il constatait qu'elle n'apportait aucun jugement à ce qu'il pouvait lui raconter, même le discours le plus décousu. Un petit sourire reconnaissant filtra sur son visage, soulagé, sans le savoir, de sa remarque sur le fait qu'elle aurait apprécié connaître son canard.
Encouragé, il décida d'ajouter quelque chose :

- Il avait un sacré caractère. J'avais l'impression d'avoir un enfant avec moi.

Le repas du soir fut leur nouvelle conversation. Désireux de bien faire, il avait exécuté les demandes d'Olivia sans broncher, s'armant d'un couteau pour vider le potiron.

- C'est au moins l'un des bons points, avec l'apocalypse, remarqua-t-il à haute voix après un instant de silence. On mange beaucoup moins, mais on est obligé de manger mieux.

Le potiron vidé, il en mit un peu dans la gamelle de Rousseau, qui visiblement, ne manquait rien de la scène sans oser s'approcher. Toutes ces bonnes odeurs ! À coup sûr qu'elle allait vite y prendre goût.
Elle sembla en revanche comprendre que la petite assiette était remplie pour elle, car elle s'en approcha dès lors que Ludwig se remit au travail pour goûter la chair du légume.

Le corps penché sur son travail, ses cheveux devant les yeux, il s'appliquait comme il le pouvait, appréciant cette tâche. Lorsqu'ils étaient encore au chalet, il s'occupait très souvent du repas avec Tamara, et passait beaucoup de temps à fignoler les plats dans le but de les rendre les plus nourrissants et bons possible. Depuis quelques temps, il ne faisait de toute manière plus grand chose, alors il était content qu'Olivia le pousse à se bouger ainsi.

- Non j'ai un peu été aider, dehors. Je me pardonnerai pas de rester caché ici alors que d'autres bossent. Mais … j'avoue que j'avais un peu la tête ailleurs.

Le potiron se transforma doucement en pas mal de petits cubes. La manœuvre n'était pas des plus évidente avec sa main bandée mais il s'appliquait du mieux qu'il pouvait. Ça lui prenait plus de temps que d'ordinaire, mais c'était déjà plus rapide que si la petite brune avait dû le faire seule.

- C'est plutôt sympa qu'ils t'aient laissé la tâche de préparer les repas. Ça doit être agréable de pouvoir refaire ce pour quoi tu travaillais avant. Quand … on vivait dans ce chalet, j'étais parvenu à refaire une bibliothèque. Tout le monde pouvait se servir, et moi je m'occupais de tout ranger, répertorier et classer. C'est un peu moins utile que la cuisine, mais j'avais l'impression que tout était un peu plus normal.

Ce n'était pas agréable, cette sensation de parler pour ne rien dire, lui qui d'ordinaire aimait tant le silence. La voix d'Olivia sonnait plus agréable encore à ses oreilles, et il aimait l'entendre parler de tout et de rien, même s'il avait un faible pour le 'rien' qui lui donnait l'illusion que tout allait bien.


"I think we're alone now,
There doesn't seem to be anyone around,
I think we're alone now,
The beating of our hearts is the only sound."


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 701
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Jeu 3 Jan 2019 - 20:53
Tu t’en sors bien, encouragea-t-elle avec bienveillance, vaillant à ce que Ludwig ne se fasse pas mal. Pour que ça soit moins dur à éplucher, tu peux en faire des tranches et ensuite utiliser un économe ou un couteau si tu es plus à l’aise avec.

Elle ne pouvait pas s’en empêcher : Olivia était une maniaque, dans le genre, avec le besoin de contrôler lorsqu’il s’agissait de sa cuisine. On pouvait la trouver sympathique et pédagogue lorsqu’il s’agissait d’apprendre aux autres, mais elle avait aussi la nécessité que les choses se fassent selon comment elle l’envisageait, elle. C’était peut-être égoïste, mais comme le suspectait Ludwig, il s’agissait ici de sa carte mentale, son plan, sa manière d’agir.

Je suis surtout la plus à même de faire ce qu’il faut ici. Plaisanta-t-elle avant de se rendre compte que ça faisait sans doute un peu arrogant : Je veux dire… Shawna cuisine bien, et les autres aussi s’en sortent pas mal mais… C’était mon métier.

Concentrée sur son œuvre, elle poursuivit sa découpe en peaufinant progressivement ses gestes. Les dés étaient réguliers, constants, conséquents. Et elle n’était pas encore au bout de ses peines. Elle chassait les morceaux de sa planche à découper dans le grand saladier qu’elle avait pris pour l’occasion, écoutant Ludwig d’une oreille distraite. Sa voix se confondait avec celle à laquelle elle s’était habituée chez elle. Calvin aurait pu vraiment être là, à ses côtés, enfin avec elle.

C’est utile. Objecta-t-elle sans regarder Ludwig, trop concentrée pour ça : Tu devrais en refaire une ici. Pas une vraie ou une trop grande, mais avoir un endroit, avec plusieurs étagères ou tu ramènerais des livres.

Elle fronça les sourcils, continuant sa besogne avec une certaine maitrise :

Sur la cuisine, la médecine, des classiques que les enfants devraient lire ou connaitre, même des bandes dessinées ou des mangas, ou des comics. Les étagères déborderaient rapidement, mais tu as été libraire alors, tu trouveras bien un moyen de pousser les murs. Son discours était sincère, bien que mécanique. Elle avait conscience d’être à côté de Ludwig, pour autant, son esprit était focalisé sur autre chose et superposés les instants qu’elle avait déjà vécu : Si c’est comme ça que tu te sens utile, ou normal, ou heureux, tu ne devrais pas te priver de le faire.

Ses yeux cherchèrent les herbes qu’elle avait ramassé. Dénichant la pot sans pour autant trouver ce qu’il fallait. Finalement, Olivia les capta au bout de la table, bien plus proche de Ludwig qu’elle. Et d’un geste de la main, elle lui demanda :

Amore, tu peux me passer le bouquet garni ? Le surnom sortit tout seul, elle ne le remarqua pas sur l’instant. Ne le releva pas non plus.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 867
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Jeu 3 Jan 2019 - 22:32
Et la conversation suivait son fil, tranquillement, comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. Ludwig approuva la suggestion d'Olivia et passa à l'économe, après avoir réajusté son bandage. Il ne voulait pas passer pour plus boulet qu'il ne l'était déjà et était soucieux de bien faire.

- Et Shawna a beaucoup à faire en ce moment … Elle considère tous les enfants comme les siens. Je pense que ta présence la soulage beaucoup.

Même si la métisse ne se plaignait pas, qu'elle faisait toujours avec plaisir et qu'elle excellait dans tout ce qu'elle faisait. Il s'inquiétait souvent pour elle, qui devait sûrement refouler ses peines. C'était généralement ces gens-là, qui ne montraient rien, qui avaient le plus mal. Et Shawna lui était précieuse. Une perle rare dans leur monde actuel.

Ses yeux se plissèrent légèrement, histoire de rendre sa vision un peu moins floue. Il n'était toujours pas parvenu à remettre les mains sur des lunettes à sa vue, et cela commençait à devenir réellement pénible. Son mal de tête était devenu constant, et, déjà qu'il ne dormait pas vraiment, à présent, c'était carrément impossible. Il y avait certains moments où il ne pouvait rien faire d'autre qu'attendre que la douleur passe, couché, dans le noir. Plutôt handicapant, en effet.

- J'aimerais bien, oui, avoua-t-il quand elle lui suggéra de recommencer une collection. C'est quelque chose que nous ne devons pas perdre.

D'autant plus qu'avec les enfants, c'était encore plus important et utile. Il ne fallait pas que ls générations futures soient illettrées. Ce serait une catastrophe du point de vu du libraire, qui avait été capable de lire avant même d'oser réellement parler.

- On pourrait même fabriquer une pièce supplémentaire, juste pour ça. Ce serait possible.

Il eut un petit sourire quand la petite brune l'encouragea encore dans son entreprise. Quand elle en parlait, ça semblait plus possible encore, et ça lui donnait envie de partir sur le champs à la recherche de bouquins.
Sa planche à découper fut vidée une fois dans le saladier avant qu'il ne reprenne son travail, au couteau cette fois. Calme, apaisé.

Et puis, il s'arrêta net et fronça les sourcils. Sa lame resta en suspend et il retint une seconde son souffle, s'attendant à ce qu'elle ait un petit rire lui montrant que c'était là une petite boutade. Il lui jeta un coup d'oeil en coin, pris au dépourvu. Elle n'avait même pas l'air de s'être rendue compte du surnom qu'elle lui avait attribué. À moins que ce soit lui qui ait mal entendu ?

Le petite ange qui aurait dû se contenter de passer entre eux pouffa.

- De... quoi ?

Lentement, son bras se tendit pour attraper le petit pot en verre et le donner à Olivia. D'un seul coup, il ne se sentit plus vraiment à sa place. Il eut l'impression d'être quelqu'un d'autre, ou, du moins, que la jolie brune le prenait pour quelqu'un d'autre. Cette pensée eut le mérite de le mettre mal à l'aise.
Il toussota, histoire de reprendre une certaine contenance.


"I think we're alone now,
There doesn't seem to be anyone around,
I think we're alone now,
The beating of our hearts is the only sound."


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 701
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Jeu 3 Jan 2019 - 23:06
En France, ils font bien des petites bibliothèques extérieur. C’est un petit abri où ils entreposent leurs bouquins, chacun est libre d’amener le sien, d’en prendre un autre,… Souffla-t-elle pour l’exemple : Forcément l’humidité use un peu les livres mais bon, c’est toujours mieux que rien…

Elle avait besoin d’encourager les petites initiatives, même si elles semblaient anodines. Parce qu’elle estimait que la culture était importante, qu’il fallait y croire, qu’il fallait l’encourager. Qu’elle se transmettait par les livres, et qu’il fallait pouvoir les lire pour ça, les décrypter. Un libraire y était donc le plus avisé pour y parvenir, le plus pertinent à ses yeux. Qu’importait le reste : c’était une manière d’aller de l’avant, de reconstruire quelque chose d’utile, pour une société plus intelligente, plus instruite, plus censée aussi.

Lorsqu’un silence tomba entre eux, Olivia releva finalement le nez vers son voisin. Ses yeux s’écarquillèrent sous le coup de l’incompréhension, juste après sa question. De quoi, quoi ? Eut-elle envie de lui demander, en s’abstenant de le faire. Que venait-il de se passer au juste ?

Hm ? Parvint-elle à souffler, sans trop savoir quoi lui dire de plus.

Elle se sentit comme différente. Comme si la bulle de tranquillité dans laquelle elle se trouvait venait violemment de crever. Comme si un garçon turbulant s’était jeté sur un ballon à pied joint dans le but de l’éclater. Avait-elle dit quelque chose ? Brièvement, Olivia se sentit gênée, et s’échina à retourner à ses oignons : finir sa découpe, poursuivre son œuvre, et mettre Ludwig à contribution.

Et ce retour à la normale ne fut pas aussi aisé qu’elle l’attendait. Elle parvint bon gré mal gré à réintroduire une conversation, en tentant d’être confiante, tout en procédant. Finalement, ils durent mettre deux grosses casseroles sur le poele à bois, en attendant que ça cuise. Le potiron se fit fondant, et une bonne odeur s’éleva dans la pièce où ils se trouvaient. Agitant le contenu à l’aide d’une spatule en bois, elle se tourna vers Ludwig avec un sourire enjoué :

Tiens, goute. D’une main, elle lui tendit une cuillère de soupe au potiron, pour lui permettre de se faire un avis : Qu’est-ce que tu en penses ? S’enquit-elle ensuite.

Ses yeux le fixèrent un long moment dans l’attente de sa réponse, avec l’envie de le satisfaire. Qu’il trouve, comme elle, un vrai plaisir à manger et à faire, à s’accomplir dans ce qu’elle trouvait essentiel. En le fixant ainsi, l’image de Calvin s’effaça, et ça ne fut plus à son souvenir qu’elle parlait, mais à l’homme timide, parfois effacé, qui lui faisait face.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 867
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Jeu 3 Jan 2019 - 23:42
Oui, sans doute que c'était lui qui avait mal entendu, puisqu'Olivia ne sembla même pas relever. Le trouble qu'il ressentit glissa sur elle, et il se mit une claque mentale alors qu'il secouait la tête dans un bref sourire, histoire de la rassurer un peu.

- R-rien. Rien.

Son attention se replongea très rapidement sur le potiron alors que ses joues s'empourpraient très légèrement. Il ne pouvait s'empêcher de penser à ça, stupidement. À coup sûr que ça allait le tourmenter quelques jours. Et cette sensation d'avoir été quelqu'un d'autre, pendant une fraction de seconde, ne fit pas du bien à sa confiance en lui.

Heureusement – oh, heureusement ! - qu'Olivia fut en mesure de reprendre le fil de leur conversation, car lui en était incapable. À coup sûr qu'il se serait enfermé dans le mutisme jusqu'à la fin de leur tâche, ou aurait bégayé quelques phrases maladroites. Il parvint à se détendre de nouveau, assez pour que ses épaules se dénouent un peu et qu'il range ce moment gênant dans un coin de sa tête.

Le repas avança vite et bien. Une bonne odeur emplit la pièce, et la chaleur du poele força le norvégien à retirer son pull. Le chaud, il avait toujours eu du mal.
Rousseau, dans son nid, loin de ces tourments d'humains, s'était semble-t-il, apaisé. Roulé en boule, Ludwig l'avait contemplé un instant, attendri. Pour un peu, il était prêt à lui trouver un plaid pour ne pas qu'elle ait froid.

Amusé par Olivia qui tendait une cuillère dans sa direction, il se pencha en avant, plaça une main dessous pour ne pas en mettre partout, et goûta, comme elle le lui demandait. Il se redressa ensuite et opina plusieurs fois de la tête, convaincu mais quelque peu gêné par cette intimité qui paraissait subitement les envelopper.
Ses joues rosirent un peu. Il sourit, oubliant avec joie le malaise qui les avait touché tout à l'heure.

- Ca fait longemps que je n'ai pas mangé quelque chose d'aussi … bon. Et pleins de saveurs.

De nouveau, il hocha la tête en faisant un petit pas en arrière, par réflexe, par habitude.

- Tu vas surprendre tout le monde avec ça.

Son corps se tourna partiellement de biais, pour ne pas avoir l'impression d'être envahissant, et pour sa propre protection.

- Moi qui pensais être bon cuisinier, je rends mon tablier !


"I think we're alone now,
There doesn't seem to be anyone around,
I think we're alone now,
The beating of our hearts is the only sound."


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    
Revenir en haut Aller en bas  
- You spin me right round, baby right round -
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 5eme ROUND
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Lanterne elfique
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Robbie vs Lima [2nd round]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: