The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- You spin me right round, baby right round -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 538
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 26 Déc 2018 - 22:53
Le quoi ? Skrei ? Répéta-t-elle avec un accent totalement aléatoire, très loin de celui de Ludwig qui maitrisait visiblement bien mieux la langue. Olivia ne savait pas qu’il était Norvégien, leurs discussions ne l’avaient jamais mené à cette conclusion, et maintenant que c’était évident, elle se sentait idiote de ne pas l’avoir deviné plus tôt ! Car tout l’indiquait : sa taille, ses yeux clairs, ses cheveux roux, sa peau claire, même son nom ! Au mieux, elle l’aurait pris pour un Canadien ! Non, je ne connais pas du tout, ça vient de Norvège ? L’interrogea-t-elle.

Elle eut un rire amusé, plus embêtée de ne pas en savoir davantage. Elle n’avait jamais envisagé d’aller visiter les pays nordiques, notamment parce qu’ils n’étaient pas spécialement réputés pour leurs cuisines. Les sudistes avaient eu ses faveurs, ainsi que les français, et c’était totalement injuste d’avoir mis de côté tout le reste. Il n’y eut que les Belges pour obtenir un peu de son temps, mais seulement pour leurs chocolats.

Je n’ai aucune fichue idée de ce qu’on peut bien cuisiner en Norvège en fait, il va falloir que je rectifie ça très vite… Fit-elle avant de soupirer. Rien que d’y penser, elle s’enfonça dans le dossier en donnant l’impression d’être déjà devant une charge de boulot immense ! Je peux te comprendre, tout est… Très gras. Trop gras, à vrai dire, ici. Lui répondit-elle : Les américains ne goutent pas les plats, ils les… dévorent ? C’est pour ça que je suis partie faire mes études et mes armes en Europe, là-bas, il n’y a pas la même relation à la nourriture. Et c’est très frustrant lorsqu’on rentre et qu’on retombe sur ces vieux travers.

Olivia lui fit un autre sourire, plongeant son regard dans celui fuyant de Ludwig. Il aurait très probablement le même avis qu’elle à ce sujet, tout comme elle se retrouvait dans son point de vue sur l’espèce humaine et ses réactions idiotes. Et pourtant, elle-même n’était qu’humaine, donc maladroite, immature, trop sensible et probablement trop prompte à juger les autres et à s’en méfier inutilement malgré les tonnes de bienveillance qu’elle voulait décupler pour eux.

Je sais, c’est idiot. Admit-elle d’une petite voix : D’autant plus de donner de l’importance aux regards ou aux jugements des autres alors qu’ils n’ont aucune idée de ce que c’est. Et c’est d’autant plus injuste qu’ils sont insensibles à tout ça… Mais qu’est-ce qu’il en fallait des efforts pour ne pas tirer des conclusions trop hâtives ! Mais c’est aussi humain de vivre à travers les yeux de son voisin, n’est-ce pas ?

D’avoir besoin de ça pour savoir où se situer. De voir la fierté dans l’œillade d’un proche, ou l’admiration dans celui d’une inconnue. D’essayer de s’estimer soi même sans avoir à faire à un miroir pour ça. Ridicule, elle le sentait. Pour autant, Olivia était loin d’être parfaite : têtue et arrogante dans le genre, elle voulait tout faire mieux que tout le monde, sans avoir besoin des autres là où ils étaient indispensables.

Mieux valait ne pas y penser.

Spip ! Fit-elle en bondissant soudainement. C’est génial, Spip ! Elle aurait vraisemblablement choisi ça. Ou Scrat, comme dans l’âge de glace… Elle rigola : Tu vois, Rousseau, c’est vraiment bien.




I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 830
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 26 Déc 2018 - 23:36
Loin de se moquer, il ne put s'empêcher de pouffer légèrement quand elle répéta après lui. Ça semblait évident, puisqu'il s'agissait de sa langue natale, mais pour beaucoup, le norvégien était presque semblable à du chinois, ou d'une autre langue un peu plus extra-terrestre qui échappait totalement aux américains.

- Skr-ei, répéta-t-il plus lentement.

Quel effet étrange cela lui faisait-il de reparler sa langue ! C'était seulement maintenant qu'il se rendait compte à quel point ça lui manquait. À coup sûr qu'il avait perdu beaucoup de vocabulaire. Il devrait sans doute s'exercer un peu plus, au cas où. Au cas où quoi ? Bah, il s'agissait de sa langue natale. La dernière fois qu'il avait tenu une vraie conversation, c'était les premiers jours de l'épidémie. Le dernier coup de fil qu'il était parvenu à donner, entre deux vents de panique, à ses parents, restés au pays.

- Du sud de la Norvège si ma mémoire est bonne. Il peut atteindre un mètre à l'âge adulte, voir un mètre cinquante pour les plus grosses bêtes.

Il se rappelait les vacances scolaires, avant qu'il soit déscolarisé, ou son père le forçait à partir en mer avec lui pour lui apprendre à pêcher. Le seul plaisir de Ludwig était de dévorer leur butin le soir même.

Honnête, Olivia avoua qu'elle n'était pas du tout au courant des plats norvégiens, et cette révélation sembla l'agacer au plus haut point.

- Je te donnerai un cours si tu veux,
proposa-t-il dans un sourire.

Elle partageait cependant son avis concernant la nourriture américaine. Il eut une moue faussement écoeurée à ses propos et approuva vivement de la tête. C'était l'un des points qui l'avait beaucoup troublé, à son arrivée ici.

- Mon frère aimait beaucoup voyager en Europe, confia-t-il, sans trop savoir pourquoi il parlait de Tomas. Il nous en parlait, des fois. J'avais retenu il me semble le … hm … je me souviens plus. Buco Buco, ou Bucoss. Ça se fait avec du jarret de veau braisé au vin blanc sec, quelque chose comme ça. Ça avait l'air bon !

Tomas, s'il n'était pas un grand lecteur, était un très bon orateur et savait pimenter ses récits. Son grand-frère buvait ses voyages avec avidité, les imaginait avec grande netteté, et c'était de même pour les plats locaux qu'il goûtait : il avait parfois presque l'impression de sentir le goût dans sa bouche. Ludwig s'était toujours contenté de vivre à travers le vécu de son frère, et cela lui convenait. Lui se savait trop faible et trop froussard pour vivre à son tour.

Quand le sujet se tourna vers leur réalité actuelle, le libraire détourna vaguement la tête pour venir regarder le mur en face d'eux. Dès qu'on lui parlait de relation humaine, c'était plus difficile pour lui de s'exprimer et de comprendre. Il se mordillait l'intérieur de la joue, un peu embrouillé par les explications de la brunette.

- Hm … sans doute, oui. Et l'humain est imparfait.

Il jeta un petit coup d'oeil dans sa direction, histoire de s'assurer qu'il n'avait pas fait un total hors-sujet avec sa vaine tentative d'échange.

Il sursauta vivement quand elle rebondit sur le prénom 'Spip', avant de se dérider de nouveau. Ses épaules se détendirent un peu, il lâcha même un petit rire timide en secouant la tête.

- Je n'ai jamais regardé l'Âge de Glace … mais c'est mignon Scrat, oui. À croire que c'est à la mode, les onomatopés pour nommer ses bêtes. Enfin … que c'était à la mode.


"Apart we are alone...
Together we are infinite"


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 538
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Jeu 27 Déc 2018 - 9:03
J’en serais ravie. Fit-elle avec un grand sourire, vraiment contente à l’idée d’apprendre autre chose. Olivia avait de surcroit toujours été une très bonne élève, à l’école pour faire la fierté de ses parents, qu’elle n’avait jamais vraiment obtenu. Qu’importait ! Au bout du compte, la brune avait fini par faire partiellement les choses pour elle, par trouver une vraie passion dans son boulot ; alors en apprendre un peu plus sur le pays d’origine de Ludwig, c’était la moindre des choses ! Et si tu as d’autres recettes norvégiennes à proposer, n’hésite surtout pas.

Au moins tombaient-ils d’accord à propos de la nourriture américaine ! Oh, elle aurait aimé lui parler de la pizza de Chicago, sur l’instant. Comme pour lui dire qu’il y avait quand même quelques plaisirs coupables à côté desquels il ne fallait pas passer. Mais elle s’en abstint, parce que parler de Chicago la rendrait forcément nostalgique des gens qui vivaient là-bas à l’époque. Et de l’impression toujours évidente qu’elle n’aurait jamais dû quitter cette ville.

Comment s’appelle ton frère ? Questionna-t-elle quand il termina son histoire, gênée de ne jamais avoir obtenu son nom. Et puis, elle revint sur la prononciation approximative de Ludwig : Osso Bucco tu veux dire ?

Un rire plus tard, elle secoua la tête. Vrai que l’Osso Bucco n’était pas mauvais, elle avait un faible de son côté pour les plats des îles, sans doute parce qu’actuellement, elle rêvait de finir plutôt sur une plage, avec une petite cabane au bord de l’eau, et vivre de la pêche du jour par exemple…

C’est assez ordinaire, mais je dirais les pâtes à la primavera. Ajouta-t-elle pour lui répondre avec une certaine évidence. Olivia tourna les yeux vers lui : Et j’aurais sans doute moins de mal à en faire que du… skrei. En revanche, ça ne m’empêchera pas d’essayer, il faudra que tu me notes la recette quelque part.

Peut-être que d’ici quelques semaines, Ludwig aura droit à une recette juste pour lui. Une fabrication, pas du tout à la norvégienne, mais se voulant le plus proche de ce qu’il avait connu dans sa vie. Elle ne pouvait pas le promettre, surtout si ça nécessitait beaucoup d’ingrédients qu’ils n’avaient plus, mais Olivia voulait vraiment essayer, un peu comme si elle se lançait un défi.

Oui, c’est mignon, mais c’est surtout facile… Admit-elle : C’est une histoire de pop culture ! J’aurais eu un chat roux, je l’aurais appelé Garfield, un noir, Salem, un lion, Simba ! Même si personne n’a de lion, ça va de soi… Ou alors il fallait l’espérer.

Un silence tomba spontanément entre eux, loin d’être gênant cependant. Olivia riva son regard sur la boite qui ne faisait déjà plus de bruit. Parfois, ils entendaient gratter, mais rien de plus. Elle se pencha vers Ludwig, et demanda :

Tu penses que je peux y jeter un coup d’œil ? Oui, elle voulait une permission. Et… Qu’il pourra être heureux ici, je veux dire… Le temps de sa convalescence ? Question à double sens ? Peut-être, oui. Elle s’interrogeait aussi : si elle était un écureuil, voudrait-elle rester avec ceux qui l’avaient mis dans un carton ?




I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 830
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Sam 29 Déc 2018 - 16:48
- Je pourrais t'en écrire quelques-unes, avec ma plus belle calligraphie, plaisanta-t-il, encouragé par l'enthousiasme d'Olivia.

Déjà, il approuva mentalement son idée. Il s'y mettrait sûrement le soir même, si sa vision défaillante ne le faisait pas écrire trop mal.

Il prit une seconde pour se remémorer le visage de son frère. L'image qui se dessinait était souriante, le menton levé, ses yeux clairs fixant au loin. Audacieux, excentrique, charismatique. Tout ce que son grand frère n'était pas, et n'avait jamais été.

- Tomas. Il aurait passé les trente-et-un ans cette année.

Durant une triste seconde, il faillit se morfondre mentalement, mais la correction de la jeune femme sur le nom du plat qu'il cherchait le fit vivement réagir. Il claqua des doigts, content de voir qu'elle connaissait.

- Oui, voilà ! Osso bucco, répéta-t-il dans un accent à couper au couteau.

Elle parla de son plat préféré également. Quelque chose de simple, qui, au final, lui ressemblait un peu.
Un sourire un peu attendri glissa un instant sur les lèvres du libraire qui hocha la tête quand elle lui demanda de lui écrire un jour la recette de son plat à lui. Une furtive pensée lui chuchota qu'elle était décidement fantastique. Furtive, furtive pensée, qu'il ne parvint pas à saisir et qui ne se dévoila qu'à travers cette brève lueur dans son regard.

L'absence de créativité d'Olivia concernant les prénoms lui arracha un rire. Elle en plaisantait avec plaisir, et cela rendait ce défaut – qui était loin d'en être un – particulièrement attachant.
Son regard se fixa sur son pouce blessé avant qu'elle ne brise le silence, le faisant se tourner vers le carton. Un peu surpris par la question, il acquiesça cependant :

- Ben bien sûr ! Je pense qu'il a dû avoir un peu peur. Peut-être que ça l'a fatigué un peu. Au moins il n'attaquera pas.

Bien qu'il ne s'était presque pas montré agressif.
Machinalement, il se leva à la suite d'Olivia et s'approcha de l'animal. Il se fit la réflexion qu'elle ressemblait aussi un peu à un écureuil. Petite, mignonne, il n'aurait plus manqué qu'elle soit rousse pour que la comparaison soit parfaite.

- Je n'en sais rien, souffla-t-il naturellement. Nous verrons bien, de toute manière, s'il essaie de s'enfuir. On ne le retiendra pas contre sa volonté. Je n'aimerais pas me sentir prisonnier de la sorte, même si c'était pour me soigner.


"Apart we are alone...
Together we are infinite"


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 538
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Sam 29 Déc 2018 - 17:37
Olivia esquissa un sourire en coin, venant se pencher avec Ludwig au-dessus de la petite boite où séjournait désormais Rousseau. En ouvrant le couvercle, ils ne le trouvèrent pas tout de suite. Mais ni l’un ni l’autre n’intervint dans son environnement pour le dénicher. Ils finirent par voir une touffe de poils s’agiter, et déduire qu’il était là. L’animal ne montra pas le bout de son nez, ni rien. Il était caché dans un petit espace de serviette, sous celle-ci, pour se faire une sorte de couverture, ou d’abri tout du moins.

Il n’a pas l’air encore totalement paisible, mais au moins il ne s’agite plus. A l’évidence ! C’était déjà ça de pris. Il y aurait forcément du progrès d’ici quelques jours, comme à chaque fois qu’on obtenait un animal de la sorte, et qu’on s’habituait à lui comme lui s’habituait à eux. Je pense que tu vas bien t’en occuper, et après, ça sera évident pour lui de savoir quoi faire.

Partir ou profiter encore de la chaleur d’un foyer et d’une personne là pour l’assister. L’estomac finirait par le convaincre, en même temps que la tendresse que Ludwig aurait à lui offrir. Olivia ne put s’empêcher de s’adoucir à la vision de la petite créature, de voir le parallèle entre sa peur à elle, et celle qu’un survivant pouvait avoir en passant les portes du fort. Comment est-ce que les animaux vivaient l’arrivée de l’apocalypse, finalement ? Est-ce que ça avait drastiquement changé quelque chose pour eux ?

Je vais vous laisser vous apprivoiser mutuellement, fit-elle en se relevant, se remettant sur ses jambes. Ses yeux se posèrent sur le rouquin, à qui elle fit un petit signe de la main avant de le contourner. Elle avait quelques taches de prévues, dont un temps en cuisine pour le repas du soir à prévoir : Bonne journée Ludwig.

Et sur ces mots, elle quitta l’infirmerie.

______________


Je vois qu’il y en a deux qui ont bien sympathisé depuis la dernière fois que je les ai vu. Constata-t-elle.

Dans la plus grande maison du fort, là où elle passa la porte avec un panier plein d’ingrédients qui lui seraient utiles pour le soir, elle vit le rouquin attablé avec son nouvel ami. L’écureuil était sur la table, pas bien vif évidemment à cause de la blessure qui l’empêchait de gambader autant qu’il le voulait, mais il prenait visiblement ses aises autour de son abri en carton.

Elle n’avait pas pensé à ramener une cage où il serait mieux pour dormir et obtenir un peu de confort. Ça lui était totalement sorti de la tête ! Mais visiblement, Ludwig avait une toute autre idée pour sa convalescence, notamment le laisser assez libre pour qu’il puisse vivre à côté des hommes.

Alors, comment va-t-il ? Fit-elle en s’approchant vers lui, esquissant un sourire amusé.




I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 830
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 2 Jan 2019 - 20:42
Il avait été déçu de la voir partir, et avait été à deux doigts de trouver la première excuse venue pour qu'elle reste un peu plus avec lui. Juste parce qu'il appréciait sa présence. Mais, trop timide, il la laissa s'échapper. Elle avait sûrement des choses importantes à faire.

Et la journée avait filé. Ludwig fut contraint de sortir, d'aider, mais ses pensées étaient dirigées vers l'animal blessé. Pour éviter que Caroline ou Lisandro ne tombent sur lui et se posent des questions, il avait attrapé la vétérinaire au passage pour lui expliquer la situation. Elle avait compris, bien évidemment. Elle connaissait assez Ludwig pour ne même pas être surprise, et lui avait même proposé de rendre visite à l'écureuil, histoire de l'osculter un peu.

Il était retourné à l'infirmerie avec une certaine hâte, tombant sur Caroline avec la petite bête entre les mains. Apparemment, elle était plus douée pour le calmer que lui, car il n'avait même pas eu l'air de l'avoir éraflé. Elle l'avait ensuite rassuré : l'animal n'était pas en danger et n'était pas dangeureux : pas de puce, à peine deux tics qu'elle avait méticuleusement retirées, et, pour sa patte, ce n'était l'affaire que de quelques semaines. Elle était même parvenue à lui faire un cataplasme de miel, sous un bandage. À coup sûr qu'il allait l'enlever et se régaler de la mixture, mais ça aurait le temps d'agir un peu.

Et elle l'avait ensuite laissé avec son nouvel ami. Le temps avait de nouveau filé, et le libraire était réellement tombé amoureux de ce petit rongeur qui se laissait toucher. Il avait disposé ses gamelles sur la table, et fabriqué un petit nid dans un coin, histoire de le laisser faire sa vie.

La voix d'Olivia le sortit de sa contemplation. Il tourna le visage et lui offrit un sourire, sans doute beaucoup trop radieux de son point de vu.

- Il n'est pas bien farouche, approuva-t-il en se levant.

Il essuya ses mains sur son jean et réajusta distraitement le col de son pull, se rendant compte de cette joie injustifiée qu'il avait posé sur son visage.
Son corps suivit l'avancée d'Olivia, et son regard se posa également sur Rousseau, comme si, comme elle, il venait le revoir pour la première fois de la journée. L'écureuil scruta la nouvelle venue avec une certaine méfiance, le corps à moitié dans son nid et une patte posée sur une châtaigne. Sa petite truffe remuait, reconnaissant sans doute l'odeur de la petite brune.

- Comment va-t-elle, corrigea-t-il avec une petite pointe de fierté idiote. Caroline est passée aujourd'hui. Rousseau est une femelle d'environ cinq mois.

Pinçant ses lèvres pour étouffer son sourire, il se redressa un peu et s'éclaircit la gorge. Ses doigts vinrent machinalement se glisser dans ses cheveux pour discipliner quelques mèches rebelles.

- Et … et ta journée ?


"Apart we are alone...
Together we are infinite"


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 538
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 2 Jan 2019 - 21:19
Il a du s’habituer à ta présence, souffla-t-elle avec le même sourire qu’en rentrant, s’approchant d’un pas mesuré jusqu’à la table.

Là, ses yeux cherchèrent la petite bête du regard, essayant de capter son attention autrement. Elle aurait aimé pouvoir la toucher, mais elle ne tint pas à insister ou à se montrer trop entreprenante, au risque de l’effrayer. L’écureuil avait d’autant plus eu assez d’émotion dans sa semaine pour toute une vie, et il n’était pourtant pas au bout de ses peines. Relevant ses pupilles vers Ludwig, elle ne cacha pas son étonnement en apprenant le sexe de son nouveau compagnon. Spontanément, ils avaient pris le rongeur pour un garçon, alors qu’il n’en était rien !

Oh, elle… Je ne sais pas s’il ne faut pas changer son nom alors ? Fit-elle curieusement, avant de reprendre aussi vite : Rousseau lui va tout de même très bien.

Mieux que ça, Olivia restait sur le fait que l’idée de Ludwig était vraiment excellente et originale. Elle admirait cette capacité qu’il avait de trouver ce genre de pensées, tellement créatives. Le genre qui aurait été très utile en cuisine, pour peu qu’il ait du goût pour les aliments et pour l’alliance des saveurs. Reprenant son panier, elle se détourna pour se mettre au bout de la table, prête à s’appliquer pour son travail du moment : elle avait beaucoup à faire, et la question – timide apparemment mais elle ne le remarqua pas – de Ludwig la sortit de sa réflexion.

Pas encore terminée comme tu peux le voir, je vais me mettre au repas de ce soir de ce pas. L’explication passée, elle poussa un petit soupir.

Freya avait pris le soin de faire le tri en ce qui pourrait être mangeable ou non dans le potager. Ça n’était pas non plus l’olympe, mais ça ferait parfaitement l’affaire pour ce soir, surtout si on estimait que le repas se devait d’être léger pour bien dormir. Olivia tenait juste à garder du stock pour les veilleurs de la nuit, qu’ils puissent se réchauffer :

Tu veux m’y aider ? On ira plus vite à deux. Demanda-t-elle à Ludwig avec un sourire bienveillant, tirant deux planches à découpe ainsi que son outillage de cuisine. Des couteaux qu’elle avait elle-même affuté : Le potager de Freya donne pas mal de légumes, on va faire des pommes de terre dans un fond de veau, et une soupe de potiron.

Rien que d’en parler, la brune avait hâte de s’y mettre ! L’effet que lui faisait son métier…

Et Rousseau pourra toujours venir piquer un peu… Murmura-t-elle sur le ton de la confidence au rouquin, pour finir de le motiver.




I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    
Revenir en haut Aller en bas  
- You spin me right round, baby right round -
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 5eme ROUND
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Lanterne elfique
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» The last Round of Shin Alkar[Der Richter, Rang A, Solo, Evacuation.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: