The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- You spin me right round, baby right round -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 830
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mar 25 Déc 2018 - 22:29
Il fronça furtivement les sourcils à sa blague, pas parce qu'il ne trouvait ça pas drôle, mais car il ne l'avait tout simplement, pas saisi. Avant de secouer la tête, sourire timide aux lèvres.

- Ah oui, j'imagine qu'en cuisine c'était un peu ton quotidien, les morsures d'écureuil, tenta-t-il à son tour, soucieux de ne pas passer pour un gros béta incapable de saisir l'humour.

Olivia insista pour aller chercher quelqu'un, pour lui, cette fois-ci. Ludwig se redressa brusquement, main en avant.

- Non ! Non, c'est bon, t'en fais pas ! On va pas les embêter. Ça sert à rien, c'est rien, ça va arrêter de saigner, je nettoierai bien la plaie et ça ira. D'ailleurs ça ne saigne plus.

Il jeta un petit coup d'oeil histoire de savoir s'il mentait ou pas.

- Presque plus.

Mais il ne souhaitait vraiment pas alarmer les autres. Il avait déjà bien assez l'impression d'être une plaie pour tout le monde pour en plus les déranger pour une blessure si stupide.
Heureusement, Olivia choisit de ne pas plus insister, et dirigea la conversation vers l'animal, et les rongeurs en particulier. Une moue embêtée répondit à ses propos. Il pouvait bien le laisser à l'infirmerie, mais il arriverait bien un moment où Caroline se rendra compte de la présence du petit intru. À moins qu'il ne décide de lui en parler de lui-même. Depuis le temps, la vétérinaire le connaissait, et lui savait comme elle pouvait être bienveillante. En tant qu'ancienne vétérinaire, justement, elle ne devrait pas lui en vouloir. Oui, voilà. Il lui en parlerait tout à l'heure. Pour l'heure, il fallait juste contrôler la situation. Prouver à la conjointe de Jeff que ce n'était pas du tout une mission sauvetage un peu foireuse.

Ludwig allait exposer son idée à son amie, mais elle le coupa alors qu'il ouvrit la bouche pour balancer une autre boutade. Boutade qui, bien évidemment, était détachée de sous-entendu, mais qui frappa le norvégien. Bien sûr … Voltaire.
Il força cependant un sourire et baissa son nez vers son pouce, écartant doucement le tissu pour constater l'arrêt de l'hémorragie.

Au moins, la petite brune était douée pour changer de sujet.

- Un ours domestique ce serait bien, surenchérit-il d'un air un peu ailleurs pourtant.

Il se leva et rejoignit le lavabo. Bien sûr, il n'y avait pas l'eau courant, mais il y avait toujours une seau plein, au cas où. À l'aide d'un petit gobelet, il versa un peu d'eau sur sa plaie et tapota doucement avec le côté propre de son tissu. Un peu de savon neutre fut ajouté pour bien nettoyer.
Une fois le processus terminé, il se tourna à la lumière du jour et leva son pouce à hauteur de visage pour enfin observer les dégâts.

- Je crois que je n'ai plus d'emprunte digitale, remarqua-t-il dans une grimace.

Les nerfs touchés faisaient trembler sa main entière. Ça faisait mal, mais le fait que la plaie soit propre était déjà un soulagement.

- Je vais laisser respirer un peu. Mais je ne pense pas que ce soit grave. Pas besoin de point.

Son regard finit par se focaliser sur Olivia. Il mit de l'ordre dans ses pensées, balança ses prunelles sur un point invisible, au-dessus de son épaule. La pression retombait doucement.

- Je … je suis content de voir que tu vas mieux.

Il n'avait jamais osé parler de l'enfant de la petit brune. Un jour, il avait posé une question à ce sujet à Caroline, et elle ne lui avait rien répondu d'autre qu'avec une expression grave sur le visage. Depuis, il n'avait plus rien dit, de crainte de raconter n'importe quoi ou de créer une situation gênante. Si Olivia souhaitait parler, il écouterait. En attendant … il ferait comme si.


"Apart we are alone...
Together we are infinite"


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 538
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mar 25 Déc 2018 - 22:51
Olivia ne manqua pas d’en rire. Après l’absence de réaction de Ludwig où elle pensait avoir fait totalement chou blanc, sa répartie ne manqua pas de lui arracher un sourire clairement amusé. Elle ne s’attendait plus à rien, se disant juste qu’elle avait tapé à côté, là où lui parvint à la surprendre aussi facilement. Il avait cette manière, de surcroit, de donner l’impression de ne pas y toucher, comme si ça sortait naturellement. Une sorte de désinvolture qu’elle trouvait presque attendrissante sur l’instant.

D’accord, comme tu veux, souffla-t-elle quand il l’interrompit alors qu’elle suggérait d’aller chercher qui il fallait pour vérifier sa blessure.

Ça ne l’empêcherait pas de s’inquiéter, de son côté. Le fait qu’en plus, il lui signifie qu’il n’avait plus d’emprunte digitale ne la rassurait évidemment pas du tout. Passé la mention de l’ours domestique, sur lequel elle ne rebondit pas, Olivia pinça les lèvres :

Il a mordu si fort ? Fit-elle sans cacher son souci. Instinctivement, elle s’approcha de lui, et tendit la main en avant pour avoir celle, blessée, de Ludwig. Le temps de découvrir sa plaie nettoyée, elle fit une petite grimace : Désolée… Murmura-t-elle.

Elle trouverait un moyen de se rattraper, de se faire pardonner cette chose qui n’était pas totalement de son fait. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable de ne pas avoir réussi à faire mieux pour l’aider. Lèvres pincées, une certaine pudeur l’envahit lorsqu’elle lui rendit sa main et s’écarta de lui d’un pas en arrière. Sans doute parce que brièvement, elle eut l’impression de ne pas être tout à fait à sa place.

Je suis content de voir que tu vas mieux. Elle retint son souffle, et le rendit au bout de quelques secondes supplémentaires :

Oh, oui. Esquissant un sourire, elle hocha la tête : Caroline s’est donnée du mal et puis… Le fait d’avoir au moins un bon repas par jour, ça aide à retrouver des forces.

Elle devait ça à la vétérinaire. Pour la remercier d’avoir parier sur elle, pour lui offrir un endroit où vivre. Endroit qu’elle aurait aimé partagé avec d’autres, comme Lily et Murphy qu’elle savait inoffensive. Mais le sujet était visiblement sensible, et même sa venue à elle alors qu’elle était loin d’être agressive ou une guerrière émérite avait été discuté et discutable.

Elle a bien fait d’insister pour que je l’accompagne ici. Sa reconnaissante à l’égard de la trentenaire était évidente, Olivia voulait investir cette chance qu’on lui avait accordé dans la communauté qui l’avait accueilli. Et peut-être, une fois bien installée, glisser un mot en faveur de ceux qu’elle avait laissé derrière elle : Et toi alors ? Tu as pu visiter autour du campement lors de ta sortie ? Fit-elle soudainement.

Sa sortie où il avait rencontré le nouveau venu n’était pas totalement anodine, n’est-ce pas ?

Tu t’es accommodé à l’endroit ? Enchaîna-t-elle. Elle reprit cependant : Enfin, accommoder est peut-être un grand mot, mais tu t’y fais un peu ?




I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 830
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 26 Déc 2018 - 10:58
Un imperceptible mouvement de recul agita Ludwig quand Olivia s'approcha pour lui prendre la main. Simple réflexe qu'il avait gardait et dont il ne pourrait sans doute jamais se débarasser. À par avec sa famille – et encore -, il n'avait jamais été habitué aux contacts. Depuis l'épidémie, c'était pire encore.

- Ben … t'as pas à t'excuser, répliqua-t-il, un peu surpris, alors qu'il était le premier à être désolé pour tout et n'importe quoi.

Ses yeux restaient toujours focalisés sur un point, derrière elle. Il la voyait sans la voir, comme pour tout le monde. Il était plus simple pour lui de s'exprimer quand il ne regardait pas son interlocuteur. C'était pire quand il y avait une grande proximité, comme à cet instant.

Ses joues le chauffèrent alors qu'elle lui rendait finalement sa main. Il regarda son pouce, gêné, et se mi à le plier et le déplier lentement, ignorant la douleur et le tiraillement que celui lui causait.
Il se sentait gêné, oui, mais étrangement … c'était bien la première fois qu'il avait l'impression que cette sensation n'était pas si affreuse que cela. Peut-être qu'après toutes ces années, il commençait enfin à se faire à cet état constant.

Ses pieds l'orientèrent vers le carton. La boule de drap remuait. L'écureuil devait faire sa toilette et s'occuper de sa plaie. Il paraissait de bonne constitution, le bonhomme.

Les mots d'Olivia le firent sourire. Il aimait se dire que son camp était constitué de bonnes personnes, et que les bonnes personnes en attiraient d'autres. À par leur sale rencontre avec eux, sa théorie c'était toujours avérée juste. Et il avait envie de croire qu'Olivia faisait partie de ces bonnes personnes. Il n'y avait pas de raison. L'instinct de Ludwig ne le trompait que très rarement.

- C'est une femme merveilleuse, approuva-t-il au sujet de Caroline.

Il n'oubliait pas ce qu'elle avait fait pour lui, l'un des jours le plus sombre de sa vie. Ce fameux jour où il avait failli s'enlever la sienne. Jamais elle ne l'avait jugé pour cet acte desespéré dont il avait honte aujourd'hui.

- Hum, j'ai vu qu'on était bien isolé du reste du monde. Mais j'ai … pas trop visité.

Son attention était trop concentré sur la flore qui l'entourait.
Il s'accroupit devant le carton sans s'approcher plus, attiré par cette petite boule de poils, resta une seconde ainsi avant de se redresser et faire face à son amie. Il voulut croiser les bras contre son buste, mais constata la mauvaise idée à cause de son pouce, de même que de glisser ses mains dans ses poches. Tant pis. Il resta stupidement les bras ballants.

La dernière question qu'Olivia lui posa raisonna en lui comme étant douloureusement intime. Il s'était confié à elle, c'était un fait. Avait exposé, même furtivement, ses tourments. Assez pour qu'elle le plaigne peut-être. Et maintenant, il regrettait de l'avoir fait, pas car il se méfiait d'elle, mais car il savait déjà qu'il pouvait donner une mauvaise image de lui. Il savait comment il pouvait être perçu, et tentait toujours difficilement de camoufler ce qu'il était.

- Oui, oui, répliqua-t-il sans doute un peu trop vite pour que ce soit convaincant.

Parce qu'il mentait aussi bien qu'il était à l'aise en public.

- Je … je m'en sors. Mais c'est surtout pour toi que ça doit être difficile. Rencontrer tout le monde … te présenter … raconter ton histoire …

J'aurais peur de me retrouver seul dans une communauté qui semble si soudée, ne dit-il pas.

Il sourit un peu pour rattraper ses paroles.

- Tu as pu voir du monde, déjà, hors de l'infirmerie ?

Même lui n'avait pas encore discuté avec tous les siens. Pour certains, c'était à peine s'il connaissait leur prénom.


"Apart we are alone...
Together we are infinite"


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 538
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 26 Déc 2018 - 11:48
Plein de gens oui ! Fit-elle avec enthousiasme pour contrer la gêne dans les mots de Ludwig. Ashley, Selene, Shawna, Romy et Daniela, j'ai même pu croiser Mary, Lisandro, Eli et d'autres...

La liste était exhaustive, et elle n'avait pas non plus parlé à tout le monde au campement depuis son arrivée. La plupart des discussions s'étaient faites timides, pudiques, se voulant un moyen d'estimer l'interlocuteur plus qu'autre chose. Elle était déjà passée par là dans son ancien groupe, et si l'ambiance d'interrogatoire ne lui avait pas vraiment plu, elle se doutait que c'était une obligation désormais. Une communauté qui accueille sans papillonner des yeux, ça lui semblait peu probable. Sinon dangereux.

J'ai pu cuisiner. Un sourire s'étendit sur ses lèvres, qu'elle ne put réprimer. Qu'elle ne tenta même pas de réprimer. Sans doute parce que c'était plus fort qu'elle : Du pain. Précisa-t-elle ensuite pour mesurer son attitude : Et c'était loin d'être mauvais pour un premier essai !

Selene y avait sa part, évidemment, la pianiste l'avait aidé et elle avait pu échanger avec elle sur le moment. Certes, elle aurait plutôt du rester allonger et continuer à se reposer, mais à ce moment là, Caroline ne l'obligeait plus à garder le lit.

J'ai bon espoir qu'avec tes châtaignes, ça ait encore plus de goût. Ajouta-t-elle alors pour féliciter Ludwig de l'initiative qu'il avait pris d'en ramener. Et puis... ça va, les gens sont curieux mais c'est qu'une question de temps avant qu'ils arrêtent de poser des questions...

Olivia avait un peu l'impression d'être l'avocate du diable. Quand bien même Ludwig n'attaquait pas vraiment cette communauté, mais se montrait sensible à son égard, elle se disait surtout qu'il détournait l'attention de lui pour éviter d'avoir à parler. De fait, la brune préféra prendre l'opportunité, et faire ce qu'il voulait. Forcer la discussion ne mènerait à rien, et elle n'avait aucune envie de se mettre quelqu'un à dos, à peine arrivée :

En soi, ils ne sont pas non plus... Intrusifs, ou vindicatifs. Expliqua-t-elle avec un sourire. Ses pas la menèrent sur le canapé, elle s'y installa en posant ses coudes sur ses jambes : Et je n'en ai vu aucun remettant en question ma présence ici, tout du moins... Ouvertement et frontalement.

Et elle ne savait pas non plus comment elle réagirait si c'était le cas : si on lui disait qu'elle n'avait pas sa place au fort, qu'une mère indigne n'avait rien à faire parmi eux, qu'elle devait s'en aller. Sans doute se plierait-elle à cette exigence, même si la question de Nicolas s'imposait. Le laisser à Caroline semblait une meilleure option dans tous les cas.

J'imagine que ça va, du coup. Ajouta-t-elle d'une petite voix, avant que ses yeux ne se posent sur le carton. Quelques bruissements en sortaient : Alors, comment tu vas l'appeler ?




I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 830
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 26 Déc 2018 - 13:48
Et bien, Olivia était plus bavarde et engageante que lui. Certains noms ne lui évoquaient rien du tout, il s'en sentit un peu honteux. En même temps … il ne savait jamais vraiment comment démarrer une conversation sans rendre cela totalement pas naturel. Alors il préférait laisser faire le temps. Si discussion il devait y avoir, elle arriverait obligatoirement, un jour ou l'autre.

- Ca fait bien une éternité que je n'en ai pas mangé, remarqua-t-il quand elle parla de ce qu'elle avait cuisiné.

Il hocha la tête à la mention des châtaignes.

- Ca nourrira bien, en tout cas ! Y'a tellement de manière de les cuisiner. On ne se rend pas compte, mais avec ce qui nous entoure, y'a de quoi faire pour tout l'hiver. Il faut juste pouvoir faire des réserves avant que la neige ne recouvre le tout.

Le camp allait faire une overdose, à la fin de l'hiver, mais au moins auront-ils le ventre plein et un apport calorique conséquent. Ludwig était motivé pour apporter le plus possible son aide, à défaut d'être réellement utile. C'était peut-être ça, son utilité : s'occuper des autres avant lui-même.

- Personne ne remettra en cause ta présence ici, affirma-t-il en s'approchant à son tour du canapé. Je ne les connais pas tous, mais j'en suis sûr. Tu … tu as autant ta place ici que n'importe qui.

En tout cas, de son côté, il n'avait rien entendu qui allait contre elle, même s'il n'était pas une référence 'potin' : il n'était pas du genre à laisser ses oreilles s'ouvrir sur des conversations qui n'étaient pas les siennes.

- Tout ira bien, ajouta-t-il en s'installant à l'autre bout du canapé.

Quand elle lui demanda comment il comptait l'appeler, il eut une seconde d'hésitation, le temps de resituer le sujet. Il fronça les sourcils et eut un petit tic de visage, avant de se dérider. Il rit un peu et secoua la tête.

- Ah ! Hm … j'avais déjà une idée, mais je sais pas si c'est une bonne chose de lui donner un nom … Je ne l'ai pas récupérer dans l'optique d'en faire un animal domestique. Mais … j'aime bien Rousseau. Qu'est-ce que tu en penses ? Tu avais des idées aussi ?

En hommage à son canard avant tout, et de la chanson, dans son œuvre préférée les Misérables. Et puis, Rousseau … pour une petite bête rousse, c'était tout trouvé.
Doucement, sa main droite venait masser sa gauche dans l'optique d'atténuer le désagréable lancement qui lui irradiait les doigts. Un fin sourire restait posé sur ses lèvres. Penser à l'écureuil lui mettait du baume au cœur, un peu trop à son goût. Et s'il était malade ? Il y avait aussi de grandes chances pour qu'il décide de partir.


"Apart we are alone...
Together we are infinite"


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 538
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 26 Déc 2018 - 14:31
La prochaine fois, je t'en garderais alors, promit Olivia avec un petit rire amusé.

Peu en avaient profité à dire vrai : Selene avait eu le droit à sa tranche, et ceux de la maison où elles avaient procédé à la tâche. Durant ce bref échange, beaucoup avaient été surpris de retrouver ces faveurs et pour certains, de goutter pour la première fois à du pain. Comme Effy par exemple ! Qui ne manqua pas de jouer avec son morceau, au grand désarroi de son père. Mais ça leur permit de passer un bon moment tous ensemble :

Tiens, grande question : tu as un plat préféré qui te ferait plaisir de remanger ? Demande-t-elle soudainement. Je ne te demande pas un truc pratique, ni de me dire que ça va être compliqué de le refaire parce qu'il manque beaucoup d'ingrédient et tout ça, d'accord ?

ça n'était pas pour l'embêter, c'était vraiment de la curiosité. Depuis qu'elle pouvait recuisiner, comme avant, après des mois sans approcher de près ou de loin le matériel qu'il fallait pour ça, Olivia se sentait capable d'absolument tout. Elle avait besoin s'exercer à nouveau son métier, besoin d'être à nouveau cuisinière et de créer. Elle ne perdit pas son sourire sur le reste de la conversation, mais celui-ci se fit peut-être moins sincère, moins intense.

Je ne sais pas... Souffla-t-elle, un peu gênée. Beaucoup me regarde.... Mal... Parce que je ne suis pas avec Nicolas. Avoua-t-elle à son voisin. L'avis que se font les gens de toi tient à très peu de choses...

Et ça lui en coûtait. De ne pas être capable de répondre à ces attentes, d'être prête à s'épanouir sans cet enfant, et de savoir pourtant que les autres ne voulaient pas ça d'elle. Qu'elle se reconstruise, que son fils ne soit pas le coeur de sa motivation à vivre. Qu'elle puisse s'épanouir sans lui, qu'importait d'ailleurs. Sans comprendre qu'une autre était plus disposée à s'en occuper qu'elle, plus douée aussi puisque ça comptait. Olivia avait envie de pouvoir pleurer, dire à nouveau qu'elle aimait, mais s'en trouvait incapable depuis la mort de Calvin. Ce vide à l'intérieur, Nicolas ne pourrait jamais le combler.

Rousseau ? Fit-elle, surprise. C'est très malin, j'aime beaucoup ! Fit-elle ensuite, sans cacher son enthousiasme. Elle ne savait pas comment ça se passait dans la tête de Ludwig, mais nul doute que ça devait être un endroit curieux : Je ne suis pas très douée avec les noms, mieux vaut ne pas me poser la question parce que je ne suis pas inspirée sur le sujet. Je serais le genre à appeler un labrador Medor,  et un St Bernard Beethoven alors... Blagua-t-elle, gênée.

Sa créativité se consacrait à autre chose heureusement.




I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 830
Age IRL : 22
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mer 26 Déc 2018 - 22:31
Au moins Olivia parvenait-elle à le surprendre. Le visage du libraire se teinta d'une expression de surprise amusée à sa question. Pour une cuisinière, ce n'était pas étonnant, en fin de compte. Mais balancer de but en blanc, comme ça, oui, ça l'était un peu.

- D'accord, d'accord …

Il s'enfonça un peu plus au fond du canapé et leva le nez au plafond, jouant le jeu avec plaisir. Il fallait qu'il remonte un peu dans ses souvenirs. Les bons plats, bonnes boissons et tout ça … il avait décidé il y a un moment de tout mettre dans un coin de sa tête et d'oublier. Dans leur monde actuel, il valait mieux cela plutôt que se mettre l'eau à la bouche à chaque fois qu'un bon burger surgissait dans l'esprit sans pouvoir faire taire cette envie.

- Hm … si je remonte loin, loin … je dirais le mølje. Tu … tu connais ? C'est fait à base de skrei, du cabillaud arctique Norvégien, de pommes de terre, de foie et une poche d'oeufs de skrei. Ca fait bien dix ans que je n'en ai pas mangé alors que c'était mon plat préféré, chez moi. Et toi ? Tu as un plat préféré ?

Pour le coup, il se doutait bien qu'il serait difficile de reproduire le plat ici. Mais puisque la jeune femme lui donner le feu vert, au moins pour se confier à ce sujet …
Il baissa son visage, son petit air amusé toujours pointé dessus, et fit mine de gratter une tâche invisible sur l'accoudoir du canapé.

- Ici, je … la nourriture ne m'a jamais vraiment plu. C'est sûrement car je n'ai jamais goûté tes plats, je pense, ajouta-t-il alors que son sourire creusait les fossettes sur ses joues et les quelques ridules autour de ses yeux.

Olivia était une passionnée, il n'y avait pas photo. Pour certaines personnes, la cuisine était un véritable art, et ça avait l'air d'être le cas pour elle. Elle s'exprimait de la même manière que pouvait le faire le libraire à propos de ses bouquins.

La conversation avait bifurqué sur l'intégration de la brunette au sein du camp. Lorsque Ludwig affirma qu'elle y avait sa place, elle avait surenchérit, une lueur attristée dans ses prunelles chocolats et laissant le norvégien silencieux une seconde.

- C'est idiot …

Il ne comprenait pas qu'on puisse ainsi juger les gens sans connaître, sans savoir, sans comprendre.

- Notre histoire nous appartient. Personne ici n'est blanc comme neige. Même le plus bon des hommes a une part de sombre. Je … je ne sais pas pourquoi les gens s'entêtent à se jeter la pierre entre eux. On est tous pareil, on est tous humain.

Et il n'avait même pas envie de savoir qui au sein du Fort pouvait mal regarder la jeune femme. Peut-être un parent qui avait perdu son enfant. Ce serait bien le seul qui pourrait avoir l'excuse de 'juger', et encore. Leur vécu différait malgré tout.

La conversation changea encore, et c'était ça que Ludwig trouvait prodigieux avec Olivia : ils passait sans peine du coq à l'âne, sautant d'une humeur à l'autre, d'un état à un autre, et ça ne les choquait même pas. Cela lui faisait du bien, il pouvait se contenter de parler, sans réellement réfléchir et modérer chacune de ses paroles.

- Tu l'aurais appelé comment alors ? Châtaigne ? Ou Spip, comme dans Spirou ?





"Apart we are alone...
Together we are infinite"


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    
Revenir en haut Aller en bas  
- You spin me right round, baby right round -
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 5eme ROUND
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Lanterne elfique
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» The last Round of Shin Alkar[Der Richter, Rang A, Solo, Evacuation.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: