The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- You spin me right round, baby right round -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 867
Age IRL : 23
MessageSujet: You spin me right round, baby right round    Dim 23 Déc 2018 - 20:02
You spin me right round, baby right round

Olivia & Ludwig


Sa besace était bien remplie, et il en était totalement enchanté. De la lavande en grande quantité en dépassait, et le sac était alourdi par une belle collection de châtaignes qui allaient sûrement faire le bonheur du camp. La lavande, pour des produits d'hygiènes, du désinfectant pour les plaies ou simplement en tisanes, il n'y en avait jamais de trop. Il avait raison, Ludwig, quand il avait supposé que la forêt les enveloppant était sûrement une mine d'or, pour peu qu'on prenne le temps de se balader et d'observer. Et encore, il était resté autour du fort.

Il se remit sur ses jambes et jeta un reard satisfait autour de lui avant de faire demi-tour, impatient de trier, laver, préparer ses trouvailles.

De petits cris non loin, cependant, le tira de ses pensées. Ce n'étaient pas des piaillements, ni vraiment des glapissements … Plus des couinements d'un petit rongeur, peut-être. Si proche de lui qu'il n'eut qu'à tourner la tête pour voir une petite boule couleur feu dans au coin d'un arbre, à moitié camouflé par de la mousse sauvage.
Doucement, le libraire s'approcha, s'attendant à voir l'animal déguerpir sans demander ses restes. Mais il ne bougea pas. À quelques mètres, il constata que l'écureuil était blessé. Une méchante plaie le clouait au sol au niveau de son arrière-train. Il y avait du sang autour de lui et sur l'arbre. Après un rapide coup d'oeil au-dessus de lui, Ludwig supposa qu'une branche l'avait sûrement bien éraflé. Assez pour que la petite chose ne puisse pas fuir l'humain.

- Et ben alors mon petit …

A petites foulées, il avait rejoint le fort, s'était précipité dans l'infirmerie pour prendre le nécessaire de soin. Il échangea sa besace pour ce petit sac rouge avec la croix. Peut-être ne devrait-il pas utiliser ça pour un animal … Mais son instinct lui hurlait de le faire.

Il ouvrit la porte pour sortir avec puissance et tomba nez à nez avec Olivia.

- Olivia, bonjour !

Sa main était restée sur la poignet. D'un seul coup, il se sentit bête, avec sa tête décoiffée, son sac de secours serré dans son autre main et tout haletant. Il avait recroisé plusieurs fois la jeune femme après leur rencontre et discussion nocturne, et à présent, il pouvait affirmer qu'il l'appréciait beaucoup. Elle apportait au fort une touche de douceur et de neutralité qui faisait du bien.

- Hm … Comment vas-tu ?

Voyant son regard glisser jusqu'au petit sac, il eut un petit rire et finit par lâcher la poignet et refermer sa main dessus, comme pour le protéger, un peu gêné, comme un enfant pris en faute. Il sentit sa poussée d'adrénaline retomber doucement, et avec ceci, sentit venir la réflexion que soigner un animal sauvage avec les réserves du camp était stupide.


"I think we're alone now,
There doesn't seem to be anyone around,
I think we're alone now,
The beating of our hearts is the only sound."


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 701
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Dim 23 Déc 2018 - 21:37
Elle ramenait des draps propres à Lisandro, qu’elle déposait tout juste au chilien. Dans un sourire poli, elle lui annonça qu’elle pourrait refaire son lit s’il le fallait, vu qu’elle le quittait. Et qu’elle se sentait assez en forme pour ranger son désordre ! L’homme ne cracha pas dessus, occupé avec les stocks de l’infirmerie. Il accepta poliment sa proposition, et la discussion s’amorça entre eux. De fil en aiguille, ils parlèrent de beaucoup de choses, notamment du Chili d’où lui venait, comme de son voyage en Europe qui sembla enthousiasmer l’hispanique.

Ce fut au bout d’une heure qu’elle le quitta, ravie de cette brève discussion qui lui arracha un sourire. Sur le point de partir, elle referma doucement derrière elle, prête à passer à autre chose. Pour autant, la jeune femme se figea lorsque ses yeux se posèrent sur l’homme venu dans l’entrée : Ludwig. Le rouquin était immobile lui aussi, comme gêné peut-être, et le regard toujours fuyant - elle était habituée désormais.

Ludwig, le salua-t-elle avec un sourire amusé.

Amusée de le voir, amusée d’avoir l’impression qu’il était encore sur le point de fuir. Comme après cette longue discussion qui s’était éternisée, où elle s’était réveillée seule. Olivia ne lui en avait pas tenu rigueur, mais elle avait trouvé cette disparition un peu étrange. Sans doute aurait-elle préféré être réveillée avant d’être surprise par Caroline somnolente sur le canapé.

Pourtant, immédiatement, elle fit l’impasse là-dessus, et ses yeux se fixèrent sur le matériel que transportait Ludwig. Un petit sac qu’elle connaissait :

Quelqu’un s’est fait mal ? Fit-elle en même temps que lui demanda comment elle se portait. Oui, bien, oui. Répondit-elle un peu précipitamment. Bon sang, ça n’avait pas beaucoup de sens. Olivia se concentra : J’ai eu l’autorisation de sortie par Caroline, et… Serena m’aide à me remettre en forme !

Comme quoi, elle faisait les choses dans l’ordre. Elle noua ses mains en essayant de savoir quoi en faire, et sans s’approcher, elle lui retourna la politesse :

Et toi ? S’inquiéta-t-elle.

Pour autant, la présence du petit sac qu’il tenait avec tant d’intérêt l’interpela à nouveau. Elle se reprit, coupant presque trop vite pour que ça ne soit pas un brin étrange :

Je ne te retiens pas si… Si tu dois… Son index désigna sa sacoche, elle eut un petit sourire : Sauver des vies ?

Savait-on jamais. Ça n’était probablement qu’un petit bobo, sinon Lisandro ou Caroline auraient été appelé en urgence, mais la discussion était bien moins prioritaire qu’une coupure mal désinfectée.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 867
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Dim 23 Déc 2018 - 22:52
Son regard s'était porté machinalement vers son petit sac quand Olivia le désigna. Il allait répondre, en bégayant, sans trop savoir quoi dire, mais elle le devança et choisit, elle, de répondre à sa question à lui.

- Oh, c'est super ça ! S'exclama-t-il.

Il se donna l'air le plus naturel du monde et referma la porte derrière lui, avant de s'y appuyer un peu d'un air faussement – oh si faussement ! - nonchalant. Pourquoi jouait-il le surpris d'apprendre qu'elle était sortie ? Il le savait très bien !
Un grimace vint illustrer sa pensée. Qu'est-ce qu'il pouvait se sentir bête !
Au lieu de dire quelque chose de pertinent, il continua sur la lancée de 'parler pour parler' et 'ne rien dire d'intéressant'.

- Dans quelques temps tu pourras sortir du Fort !

Il rit un peu, comme s'il venait de balancer-là une bonne boutade, avant de se mordiller la lèvre inférieure. S'il avait pu, il se serait mis une claque.

- Moi ? Ah, ben ça va! Je … j'ai ramassé des châtaignes et de la lavande. Tu pourras récupérer les châtaignes si tu veux, et les griller, ou je ne sais pas ... en faire un pseudo gateau, ou des gauffres, ou des crèpes ... On peut tout faire avec ça. C'est la période, y'en a pleins partout, dehors.

Elle s'en tape bordel pourquoi tu dis ça, gros débile !

La jeune maman désigna de nouveau le petit sac et lança une petite touche d'humour qui fit vaguement rougir le libraire. Sauver des vies, ouais …

- Ca, c'est pour … Un … un …

Le dis pas.

- Un écureuil.

Débile.

- Blessé. Je … je sais pas pourquoi je me suis mis en tête de le … soigner. C'est nul. Je … je vais pas le faire en fait. Je vais ranger ça. Il faut pas gâcher nos réserves. Pas pour un animal.

Il sentit son ventre se serrer alors qu'il se décollait de la porte, près, déjà, à retourner dans l'infirmerie. La silhouette atypique de son canard lui revint en mémoire. C'était stupide, de sentir cette perte toujours lui faire autant de mal. Pour un canard. Un simple animal, qui avait de nombreuses fois évités de finir à la poele.

- Dans le meilleur des cas, j'ai qu'à abréger ses souffrances, ajouta-t-il dans un haussement d'épaule, regard baissé.


"I think we're alone now,
There doesn't seem to be anyone around,
I think we're alone now,
The beating of our hearts is the only sound."


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 701
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Dim 23 Déc 2018 - 23:15
Et aller chercher du vrai matériel de cuisine ! J’ai hâte ! S’enthousiasma-t-elle sur le même ton que Ludwig, avec la même énergie à lui partager.

Ça semblait un peu étrange, il fallait bien l’avouer. Comme si, après ces longues heures de conversations interminables, il y avait comme une gêne entre eux. Olivia fit de son mieux pour ne pas le signifier à Ludwig, mais elle ne pouvait s’empêcher de l’éprouver tout de même. Ses yeux restèrent cependant brillants en le regardant, et il lui semblait se sentir plus légère. Quand aux châtaignes et à la lavande, elle fut contente de voir qu’il était plus investi que quelques jours avant.

L’hésitation quant à l’avenir du campement avait comme… Quitté ses traits. Brièvement peut-être ? C’était tout de même un effort, un progrès, notable pour la cuisinière :

Oh, alors il faut y retourner pour en prendre d’autres, il y a tellement à faire avec, appuya-t-elle.

Et le trouble qui suivit dans le regard du libraire lui arracha un froncement de sourcil. Entre les bafouillements et le regard fuyant, elle crut voir un enfant prit en faute en train de piquer dans le bocal à gâteau. Ça n’était pas pour sauver une vie comme elle l’avait dit en blaguant, mais pour un…

Un écureuil ? Répéta-t-elle sans cacher sa surprise sur le coup.

Olivia le laissa finir. Un écureuil blessé, qu’il avait dû trouver lors de sa sortie pour récupérer de la lavande et des châtaignes donc ? Et voilà que Ludwig se sentait ridicule d’avoir voulu aider une petite créature à la merci de la nature. Pour sa part, Olivia avait surtout l’impression que ça touchait bien plus le rouquin et sa fibre humaine de devoir renoncer à l’aider. Elle n’avait rien dit pourtant, rien qui pouvait le juger sur ses actes ou ses intentions.

Et devant le silence et le regard baissé de Ludwig, elle reprit timidement la parole :

Est-ce que ça mange des châtaignes, les écureuils ? Ses yeux sondèrent la salle. Son sac vide qui avait servi à transporter le linge propre jusqu’ici sur l’épaule, elle le rouvrit pour y fourrer à l’intérieur une serviette. Renfilant sa veste ainsi qu’une paire de gants, la brune reprit alors : On va aller le chercher, déclara-t-elle au libraire.

Et oui, ils allaient vraiment le faire. La balade de Ludwig ne l’avait pas éloigné tant que ça du campement, ça voulait dire qu’elle-même n’allait pas parcourir des kilomètres pour un écureuil. Ça n’était que l’histoire d’une trentaine de minutes à tout casser, loin d’être insurmontable pour elle dans son état. Olivia avait par ailleurs récupéré de sa superbe depuis leur dernière conversation !

Et on verra ce que tu peux faire pour lui. Il doit bien y avoir un moyen de le sauver sans gâcher de ressource, je suis sûre, fit-elle pour rassurer le rouquin. Tu te souviens où tu l’as vu ? C’est loin d’ici ? S’inquiéta-t-elle ensuite.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 867
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Lun 24 Déc 2018 - 10:39
Voltaire lui manquait, et il ne pouvait s'empêcher de penser que sa disparition aurait pu être évitée. S'il n'avait pas servi de distraction aux rôdeurs. Si Ludwig l'avait considéré comme un proche à protéger plutôt que comme un allié capable de se défendre.
Est-ce qu'Olivia perçut son trouble ? En tout cas, elle remarqua que cette histoire d'écureuil blessé ne le laissait pas de marbre. Le libraire s'était attendu à ce qu'elle le laisse ranger le sac de secours sans rien dire, et il ne lui en aurait pas tenu rigueur. C'était lui qui avait tort.

La question d'Olivia sur l'alimentation de ce petit animal fit relever les prunelles du norvégien. Il y répondit naturellement, sans trop savoir pourquoi elle lui demandait cela.

- Hm, plutôt des noix et noisettes je suppose … Des baies, aussi, et … et certaines plantes et racines.

La jeune mère s'habilla rapidement, sous le regard curieux du rouquin qui n'avait pas remué d'un pouce après avoir reposé son sac.
En fait, il ne se pensait pas capable d'abandonner cet animal. Il aurait sûrement trouver une autre stratégie pour l'aider, discrétement, sans user de matériel médical.
Quand Olivia annonça avec confiance qu'ils allaient le ramener malgré tout, Ludwig ouvrit la bouche et écarquilla les yeux dans une expression de pantoise surprise.

- Ah bon ?

On a le droit ? S'empêcha-t-il d'ajouter par crainte de réellement passer pour un gosse immature. Comme s'il n'était pas assez âgé pour se donner seul l'autorisation. Il avait passé il y a quelques jours la barre des trente-six ans, il était temps qu'il s'affirme un peu plus, quand même !

- Mais, et toi ? Tu … as encore besoin de repos. Non ?

Il fit quelques pas sur place, un peu perdu. Il avait l'impression qu'elle avait cédé à un stupide caprice et se sentait un peu mal à l'aise vis à vis de cela. Il n'aurait pas dû lui dire, finalement. Mais il avait été trop pris au dépourvu pour parvenir à trouver un mensonge convenable.

- Hm oui … C'était vraiment pas loin, je me suis pas éloigné du Fort.

Ses prunelles claires pleines de questions détaillaient la jeune femme. Elle semblait pleine d'énergie et de bonne volonté. Mais le norvégien craignait qu'ils se fassent un peu remonter les bretelles si jamais ils étaient surpris à soigner un animal. Il y avait sûrement mieux à faire.
Voyant qu'elle était prête à sortir, il ouvrit la porte, s'effaça pour la laisser passer et s'échappa à sa suite.

- Tu es sûr de toi ? Tu … tu avais peut-être d'autres choses à faire ?

Très vite, ils rejoignirent la sortie et bifurquèrent directement sur la gauche, avant de s'enfoncer légèrement dans le forêt. La nature y était sauvage bien que les arbres nus permettaient de mieux s'y déplacer et s'y retrouver.
Le cœur de Ludwig tambourinait fort dans sa poitrine. Au fond de lui, il se sentait heureu grâce à elle, lui qui s'était attendu à au mieux un silence, au pire, une remarque ou un regard condescendant. Même s'il connaissait assez Olivia pour savoir qu'elle n'était pas de ce genre.

Au pied d'un arbre, une tracée de sang fit s'arrêter le grand rouquin.

- Il était là. Il a dû se déplacer pour se cacher.

Après une rapide inspection autour de lui, il s'approcha d'une souche renversée. Creuse à l'intérieur, il n'eut aucun mal à entendre de petits glapissements de rongeur.
Il se laissa tomber à genoux et se pencha pour apercevoir l'écureuil. Un sourire glissa sur ses lèvres.

- Te voilà.

Son visage se leva vers Olivia.

- Il a peur. Il risque de mordre ou de griffer si on approche nos mains. On aurait dû prendre …

Ses yeux s'abaissèrent vers les mains de son amie.

- Des gants. Mais … mais je peux utiliser la serviette aussi. Tu t'y connais en rongeur ?

Un petit rire lui échappa alors que la boutade sortit toute seule :

- Autrement qu'en ragoût ?


"I think we're alone now,
There doesn't seem to be anyone around,
I think we're alone now,
The beating of our hearts is the only sound."


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Olivia Cooper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 701
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Lun 24 Déc 2018 - 12:00
Tu as de quoi te les procurer facilement ? Demanda-t-elle à Ludwig, comme si elle n'entendait pas son hésitation ou sa surprise. Moi, ça va. Et puis, on ne va pas très loin, ni très longtemps. Le temps d'une mission de sauvetage. Assura-t-elle au rouquin.

Oh, elle comprenait parfaitement qu'elle l'étonnait, qu'il n'attendait pas ça de sa part. Sans doute avait-il déjà eu d'autres retours pour des raisons aussi futiles, mais elle trouvait ça important d'entretenir les belles intentions et l'altruisme chez les gens. S'il y avait une plante à cultiver en chacun, c'était probablement celle-ci. Un sourire s'ancra définitivement sur ses lèvres, et elle le motiva vivement :

Allons-y ! Fit-elle avec enthousiasme, prenant même les devants pour mener le duo.

Comme prévu, ils ne mirent vraiment pas longtemps à retourner sur les lieux. Olivia se planta à quelques pas de Ludwig, et le laissa chercher pour elle. sa vue n'étant pas excellente d'un oeil, elle avait du mal à distinguer les formes trop rapides, furtives, comme un écureuil. Quand aux couleurs, c'était encore autre chose. Le libraire finit par le dénicher, et la brune s'avança. A genoux dans la mousse, qui humidifia son jean. Elle ne s'en formalisa pas, découvrant la silhouette chétive bien cachée dans sa souche. Ses yeux se relevèrent vers Ludwig à sa question :

Non pas vraiment, je n'ai eu qu'un chat comme animal de compagnie. Expliqua-t-elle : Plus commun, donc...

La blessure n 'était pas évidente de sa position, et elle avait l'impression que le rongeur faisait de son mieux pour s'en cacher. Elle pinça les lèvres :

On va attendre et essayer de le faire sortir de sa cachette. Annonça-t-elle au libraire avec un air décidé. Tant pis, s'il fallait ne pas le ménager pour réussir à lui sauver la patte : On risque de lui faire mal en l'attrapant, autant le saisir dans le linge de toute façon. Fit-elle en sortant la serviette, qu'elle posa à disposition.

Doucement, elle retira ses gants et les tendit à Ludwig :

Tiens, prends les. Ce n'est pas du cuir, mais ça te protègera d'une morsure un peu trop vigoureuse... Quoi qu'avec ses petites mains, elle aurait bien moins de mal à s'en saisir, pour une besogne plus subtile en tout cas. Et sans doute le tiendrait-elle moins fermement qu'un homme : Tu as dit avoir trouver des chataignes ?

Elle l'invita à lui en donner, tendant la paume. L'idéal étant de créer un chemin pour rapprocher l'animal, et de leur côté, rester stoïque et silencieux en attendant :

On va essayer avec ça... Elle enfonça sa main dans la souche doucement en plaçant un premier fruit. Puis un autre, un peu plus proche d'eux. Je pense que ça va le convaincre.



I am not the only traveler who has not repaid his debt. I've been searching for a trail to follow again, take me bake to the night we met. And then I can tell myself : what the hell I'm supposed to do... And then I can tell myself, not to ride along with you...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ludwig Gulbrandsen
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une dague
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2016
Messages : 867
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    Mar 25 Déc 2018 - 12:51
Bien sûr que non qu'elle ne s'y connaissait pas en rongeur, et encore moins en écureuil roux. Même Ludwig, ou monsieur-je-sais-tout, n'avait pas de grandes connaissances à ce sujet. Du coup, ouais, il se sentait un peu inculte. À coup sûr qu'il allait tout faire pour se dégoter des ouvrages spécialisés, histoire de rajouter encore un peu plus de contenu à sa culture.

De plus, il avait peur de le blesser, comme le souligna Olivia. Ses doigts vinrent machinalement saisir les gants qu'elle lui tendait. Il les considéra une seconde avant de focaliser son regard dans celui de la petite brune.

- Merci.

Il ravala un sourire en se mordillant les lèvres, avant de lâcher un petit rire. C'était des gants en tissu, un peu extensible, mais malgré ça …

- Mais je ne pense pas que ce soit à ma taille. Et je voudrais pas te les abimer.

La différence de taille entre eux deux était conséquente. Presque quarante centimètres séparaient leur deux visages. Les gants d'Olivia, entre les mains de Ludwig, ressemblaient à des affaires d'enfant.

- Ca ira. Je vais faire attention. Dans le pire des cas le sac de secours nous sera finalement utile pour nous.

La question des châtaignes fut posées. Un claquement de langue agacé répondit à la jolie brune tandis qu'il renversa sa tête en arrière, s'insultant mentalement.

- Quel idiot ! J'ai laissé le sac là-bas !

Pourtant, elle lui avait bien dis que ça ferait l'affaire.
Soucieux de réparer son stupide oubli, il sauta sur ses jambes et s'éloigna un peu. L'avantage était qu'il y en avait un peu partout. Il revint bien vite aux côtés de son amis et lui tendit ses trouvailles avant de se mettre de nouveau à genoux. Son pantalon était sale, tant pis. Le Ludwig d'avant qui ne supportait pas de sa tâcher avait enfin daigné évoluer.

Il se pencha en avant jusqu'à poser ses mains au sol et mieux apercevoir l'animal. Il braquait sur eux ses petits yeux noirs craintifs et son buste se gonflait et dégonflait à un rythme effréné. Sa petite truffe faisait remuer ses moustaches. Il avait peur, mais il avait aussi l'air un peu curieux face à ces deux grandes créatures.

Le libraire laissa à Olivia la tâche de disposer les châtaignes. Il tentait, de son côté, de mettre en pratique la façon d'agir face à un chien. C'était peut-être idiot, mais il ne perdait rien à essayer. Ne pas le regarder dans les yeux, lui laissait le temps d'agir, se 'soumettre', en quelque sorte.

Une fois les fruits déposés, il se redressa un peu, serviette en main, histoire de se couper de son champs de vision, et invita la jeune femme à en faire de même.

Attentif aux petits bruits qui pouvaient s'échapper de la souche, il prépara le linge, prêt à bondir en avant. C'était une technique sans doute un peu brutal, mais c'était sans doute la plus efficace.
Retenant son souffle, il détailla le visage d'Olivia, un petit sourire aux lèvres, peut-être un peu amusé par la situation qui le changeait de tout ce qui lui prenait la tête depuis un moment maintenant.

L'écureuil semblait hésiter. Une minute passa avant qu'enfin, de petits grattements se mirent à accompagner les gazouillements de l'animal. De là, il l'entendait même renifler.

Lui, retint sa respiration et se courba un peu en avant. Bouche entrouverte, yeux rivés sur l'entrée de la souche, dans l'attente de voir se pointer la boule rousse.

Enfin, la bête daigna se montrer. Elle s'avança vers l'ultime châtaigne et se mit à la renifler scrupuleusement, la tenant fermement entre ses petites pattes.
Sans plus réfléchir, Ludwig fondit en avant et l'enveloppa aussitôt dans la serviette. Il craignait de la blesser d'avantage, mais ils n'avaient pas vraiment le choix.

- Le sac !

Étrangement, il ne sentait pas l'écureuil se débattre tant que cela, lui qui s'était attendu à un combat acharné.


"I think we're alone now,
There doesn't seem to be anyone around,
I think we're alone now,
The beating of our hearts is the only sound."


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: You spin me right round, baby right round    
Revenir en haut Aller en bas  
- You spin me right round, baby right round -
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 5eme ROUND
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Lanterne elfique
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Robbie vs Lima [2nd round]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: