The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- 13:05 - Wright Park -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daniella Offman
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Couteau de Chasse et un Pistolet automatique .
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/05/2018
Messages : 1177
Age IRL : 29
MessageSujet: 13:05 - Wright Park    13:05 - Wright Park  EmptySam 22 Déc 2018 - 6:23
    C'était le jour J ! Dani avait pris a peine de parler aux membres du conseils des Havens. Elle avait demandé l'accord pour aller chercher Cora au dehors. Elle allait dire oui ; elle ne lui laisserait pas vraiment le choix. Depuis la guerre qui avait éclaté et les morts qu'elle avait vu partout autours d'elle elle avait BESOIN de cette femme de plus elle avait de plus en plus peur pour elle. Au Fort elle serait en sécurité et auprès d'elle. Elle devait l'avouer même si c'était difficile pour elle Cora était comme une mère pour elle et elle avait l'envie de replongé ce qui n'était pas une bonne idée ; La veille déjà elle avait tombé une bouteille avec un ami.

    Dani arriva vers le SUV Fiat Chrysler ; Selene était déjà là prête à partir; à ses coté Eli. Dani s'était habillée chaudement il faut dire que le froid était bel et bien là et pour longtemps ! Dani monta à l'arrière tranquillement c'était l'heure il était un peu moins de 12h et ils devaient absolument y être pour 13h ! La brune en avait parlé au couple Cora l'attendrait à Wright Park à 13h comme tout les jours ! Elle espérait qu'elle y serait ; elle n'avait pas précisé qu'elle pourrait ne pas y être sinon ils n'auraient peut être jamais voulu y aller .

    La voiture démarra et partit sur les routes avec rapidité; elle allait revoir Cora. Elle avait tellement hâte ! Vous allez voir Cora est quelqu'un de sùr ! En plus de part son ancien métier elle nous sera utile en cas d'attaque ! Puis elle a la tête sur les épaules elle nous sera vraiment utile ! bien sur ce n'était pas son utilité qui donnait envie à Dani d'aller la chercher mais son amitié pour elle .

    La jeune demoiselle regardait à la fenêtre comme pendant les vacances elle avait hâte d’apercevoir la femme qu'elle venait cherchait. Le voyage sembla terriblement long pour la fille adoptive. Elle se sentait surexcitée elle avait besoin de cette femme elle le savait et le mal de tête qui était néanmoins encore présent lui rappelait que OUI elle avait besoin de la protection de la femme . La voiture se gara enfin . Arme à la main Dani sortit en regardant un peu partout ; elle faisait quand même attention. Au loin elle distingua une silhouette qu'elle connaissait bien . Elle baissa son arme et appela Cora ! elle fit un signe de la main et alla vers elle . Face à la femme elle lui fit un sourire puis hésita un moment avant de la prendre dans ses bras pour lui dire doucement . j'avais tellement peur que tu soit morte !! On est venue te chercher ... Viens avec nous Cora ! J'ai ... J'ai besoin de toi ... j'ai besoin d'une mère pour veiller sur moi ! les mots étaient sortie tout seul tout comme quelques larmouilles qu'elle essuya rapidement avant de faire un pas en arrière et regarda les deux autres qui arrivaient . Cora je te présente Selene et Eli ... Voilà Cora dont je vous ai parlé !


Sourire malgré les morts.
Il es temps de retrouver le sourire et la joie de vivre. On ne peux pas changer le monde d'aujourd'hui mais on peut se changer soi sans se ramollir pour autant. by anaëlle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 6647
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: 13:05 - Wright Park    13:05 - Wright Park  EmptySam 22 Déc 2018 - 8:20
C’était inespéré, mais la jeune femme s’était enfin réconciliée avec Eli. Ce n’était pas parfait, c’était même encore douloureux, comme une vieille ecchymose qui avait laissé des échos derrière lui, mais c’était mieux qu’un conflit permanent. Le contexte devait jouer pour beaucoup : Selene n’avait plus besoin de s’absenter aussi souvent et le nombre de survivants dans le fort empêchait qu’ils se croisent continuellement. Ils avaient pu renouer un dialogue, d’abord pour le bien d’Elizabeth, puis pour leur propre bien. Les sentiments étaient toujours là – et c’était bien le problème – mais pour l’instant, ils étaient tout les deux assez raisonnables pour ne pas céder aux passions adolescentes. Ils avaient déjà fait les frais de ces flammes impertinentes, ils ne feraient que se mutiler l’âme plus encore.

- On a dit qu’on acceptait que j’aille la rencontrer, rappela sèchement la musicienne à son aînée qui s’excitait dans la voiture, pas qu’on la ramenait forcément.

Des gens sûrs et utiles sur le papier, il y en avait plein. Des gens qui ne seraient pas un danger, un poids ou un problème pour le groupe ? C’était une autre paire de manche. La pianiste prenait plus que sérieusement sa place dans le conseil et notamment la tâche qui lui avait été désignée de garantir la sécurité du fort. Elle pouvait ainsi continuer de mettre son intransigeance au service du groupe, comme à la prison. Tout en conduisant, son ex lui avait jeté un regard en coin pour essayer de la faire descendre en pression mais elle fit mine de ne pas le voir. Elle était stressée. C’était la première fois qu’elle allait à la rencontre d’une étrangère depuis les batailles du ranch et de Renton, et depuis sa discussion avec Romy… la voix dans sa tête ne s’était plus vraiment tue.

Une fois la voiture garée sur le bas-côté, les pneus froissant un tapis humide de feuilles mortes, Selene tira son glock du holster à la cuisse et ôta la sécurité après avoir vérifié son chargeur. Ce n’était pas tant les rôdeurs qu’elle craignait mais plutôt que la dite « femme sûre à la tête sur les épaules » leur ait tendu une embuscade. Au moins, elle avait réussi à convaincre le mexicain de la suivre sur ce coup, alors il s’empara aussi d’un 9 mm pour couvrir les angles morts de sa complice. Daniella repéra « Cora » et si elle baissa son arme, ni la pianiste ni le graffeur n’en firent rien. Au contraire. Ils s’approchèrent jusqu’à ce qu’ils estimèrent être une distance raisonnable de sûreté. Eli semblait hésitant après l’étreinte des deux femmes mais la musicienne restait de marbre.

- Salut Cora, répliqua-t-elle simplement après les présentations, on est obligés de commencer par la base : pose toutes tes armes par terre. Toutes, insista-t-elle fermement, ensuite Eli va les récupérer et on pourra discuter, son timbre ne laissait place à aucune négociation sur le sujet ; néanmoins, il se fit imperceptiblement moins froid lorsqu’elle précisa : je ne sais pas ce qu’à put te dire Daniella, mais c’est moi qui vais décider si tu peux nous suivre chez nous, un exercice qu’elle avait déjà répété à plusieurs reprises.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 274
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: 13:05 - Wright Park    13:05 - Wright Park  EmptyJeu 27 Déc 2018 - 7:12

13:05 - Wright Park

Cora R. Haver & Daniella Offman & Selene Sweetnam

Il y avait longtemps que ça ne m'était pas arrivé, une période de calme comme je le vivais en ce début d'hiver 2018. Selon le calendrier que je tenais encore tous les jours pour savoir où j'en étais, nous étions déjà en plein mois de décembre, un peu plus de trois ans après le début de la crise. Le froid mordant et vif avait fait son retour dans cette partie du nord de ce qui était autrefois les États-Unis. J'avais oublié à quel point il pouvait faire froid à Tacoma ou à Seattle... Je détestais le froid, Francis me trouvait toujours un peu trop frileuse et il me reprochait parfois de monter un peu trop le chauffage à la maison. Je me foutais bien de ce qu'il pouvait penser, ce n'était pas de ma faute si on avait jugé bon de mettre une ville dans un coin où il faisait froid comme ça. Au moins pendant nos années de vie commune, Francis n'avait jamais eu le cran de baisser le chauffage, il avait rarement eu le cran de prendre une initiative dans la maison de toute façon, c'était toujours moi qui était à l'origine du moindre changement ou de la décision un tant soit peu importante. Encore lorsque nous habitions ensemble à Tucson, Francis pensait parfois à faire des aménagements et me demandait mais lorsque nous avions déménagé à Seattle... Bref, Francis était devenu un tout autre homme lorsque nous avions quitté l'Arizona et moi je me suis voilée la face, trop aveuglée par mon travail. C'était dur de penser à lui comme ça dans la froideur de mon appartement... Merde, qu'est ce que je donnerai pour avoir un radiateur en état de marche. J'essayai de repenser à la chaleur d'un de ces engins lorsque j'entendis un bruit venant du couloir. Je me figeai sur place en train de fixer ma porte d'entrée. Mais que...

Qu'est ce que c'était ? D'où est ce que ça venait ? Je tendis l'oreille pour essayer d'en savoir plus mais alors que j'étais assise dans mon fauteuil, mes jambes refusaient de bouger. Je crois que ça venait de l'ancien appartement de Natalya... Après plusieurs minutes de silence, devant l'absence de nouveau bruit, j'hésitai entre aller m'assurer qu'il n'y avait pas de danger dans les environs et peut-être me mettre moi même en danger ou ne rien faire mais continuer à être en proie au stress. Il n'y avait même pas de grognement ou de râle d'outre-tombe donc de fortes chances qu'il n'y ai pas de mort-vivant dans le couloir mais peut-être bien un vivant, un bandit... Ou je devenais folle, à force de ne voir personne depuis un certain temps. Ma main se crispa sur le bras de mon fauteuil avant que je ne me fasse violence et je me levai de mon fauteuil, à moitié lasse, engourdie par le froid qui avait prit place dans mon logement et à moitié apeurée par la situation. Je m'assurai que j'avais bien mon Glock avec moi à ma cuisse et je m'emparai de ma lampe torche. Je vérifiai qu'elle marchait en la faisant fonctionner avant de lever brusquement la tête vers ma porte. C'est revenu, j'en étais sûre, ça avait recommencé ! Il y avait bien quelque chose ou quelqu'un en train de se déplacer dans le couloir d'à côté voire l'appart de mon ex... Torche en avant, arme pointée devant moi, le bras tenant la torche sous le poignet tenant mon arme. Je ne l'allumai pas encore, j'attendais d'être confronté à l'obscurité en l'absence de lumières dans le couloir pour la mettre en action. Je me tenais à côté de la porte avant d'enlever les verrous de ma porte le plus doucement possible, terminant par la chaîne avant de tourner la poignée le plus soigneusement possible par la main qui tenait mon arme. Voyant que la porte s'était ouverte, je l'ouvris soudainement et j'allumai ma lampe torche sans prévenir, mon arme prête à aligner le premier faciès putride ou hostile qui aurait là le malheur de se tourner vers moi.

Personne... Pas un râle, une respiration. J'étais maintenant en alerte, les sens aux aguets parce que j'y étais bien contrainte et avec le stress qui menaçait de déborder. Je pris la précaution d'inspecter les quelques pièges que j'avais installé dans le palier, l'escalier le plus proche et à côté de ma porte avant de les éviter et m'assurer qu'il n'y avait personne. Non... j'avais vraiment halluciné ? Je restai plantée là en plein milieu de mon palier en train de regarder la porte défoncée de l'appartement de Natalya, situé en face de ma propre porte.

Je suis en train d'halluciner, merde...


Je marmonnai pour moi-même comme si j'avais encore la lubie de croire que Natalya était chez elle et qu'elle pouvait m'entendre. La main tremblante, je m'avançai vers cette porte, que j'avais franchi tant de fois par le passé mais qu'aujourd'hui, je craignais comme la mort. Je poussai légèrement la porte pour me retrouver dans ce lieu que je connaissais bien par le passé. Je m'attendais presque à voir Natalya sortir de sa cuisine, me prendre dans ses bras pour me rassurer après une dure journée, le doux contact de ses lèvres sur les miennes... Je clignai des yeux un instant pour sortir de ma vision pendant que ma lampe éclairait un lieu dévasté et pillé puis je rangeai mon arme dans son étui. Des pillards étaient sans doute déjà passés par ici avant que je ne revienne m'installer une première fois puis une seconde fois et j'avais pris soin de méticuleusement récupérer tout ce qui pouvait m'être utile et qui n'avait pas été volé par les pillards. Comme par acquis de conscience, j'avais nettoyé l'appartement et le peu de vêtements qui n'avaient pas été volé, je les avais pliés et rangés dans un coin. Je me sentais bête lorsque mes yeux se dirigèrent vers le coin de pièce où j'avais posé ces vêtements et je mis une main devant ma bouche avant que mes yeux ne s'embuèrent de larmes. Pourquoi j'étais venu ici franchement... Pourquoi je m'infligeai ça encore... Peut-être étais-je à ce point masochiste ? J'étais en train de marcher dans ce qui était autrefois son salon et je ne pouvais plus me retenir. Je m'adossai contre le mur avant de lentement glisser jusqu'à m'assoir par terre et je fondis en larmes, minée par la fatigue, le stress et les souvenirs qui ressurgissaient dans ce lieu. Pourquoi je me mettais dans cet état... pour elle ?

Je... Je dois m'en sortir... Je peux pas rester comme ça...


Il fallait que je fasse quelque chose pour mettre fin à mon calvaire, je devais me le dire à voix haute. Je pris mon arme et la fixai, mes yeux parcourant la ligne de la culasse jusqu'au cran de sûreté que je n'avais pas ôté. Je devais mettre fin à mon cauchemar, je ne pouvais plus... J'en avais assez, j'avais assez donné, j'avais assez perdu, mon mari, mon amante, mes collègues, mes amis, mes connaissances, je n'avais plus personne qui m'attendait dehors...La main qui tenait mon arme trembla et je menaçai à nouveau de me remettre à pleurer tellement je n'avais pas ressenti une telle détresse depuis longtemps. Si je mettais fin à mes jours... Les larmes coulèrent à nouveau le long de mes joues sans sanglots. L'envie de suicide était forte... mais je préférai rejeter mon arme avec mépris, qui rebondit contre le fauteuil retourné en face de moi et atterrit à terre. Je me caressai le visage pour essayer de me calmer en reniflant bruyamment. Dans la poche de mon jean, je pris ce qui autrefois représentait toute ma vie : mon ancienne carte d'agente fédérale. Les yeux humides ayant déjà versés leur tribut de larmes, je l'ouvris, une photo tombant lors de l'ouverture de ma carte et je fixai ce bout de papier cartonné, de cuir et de plastique qui me garantissait le droit de mener des enquêtes voire à griller la place de la police locale. Mes prénoms, mon nom, ma photo, mon grade... Tout y figurait. Le FBI, c'était plus de trente ans de mon existence dont une bonne moitié c'était de la formation et l'autre du service actif. Que n'aurais-je pas donné pour retrouver cette structure... Mes yeux se baissèrent légèrement et je ramassai la photo qui était tombée. Voyant ce qui y était, mes lèvres et mes genoux se serrèrent entre eux pendant que je fermai ma bouche à l'aide de mon poing fermé. C'était une photo de moi et de Natalya à la plage. Mon dieu qu'elle me pinçait le cœur... Mais elle me rappelait des temps heureux pour lequel j'aurai donné n'importe quoi pour en vivre à nouveau. C'était en 2013, en plein été. Cela faisait un peu plus d'un an que Natalya et moi étions ensemble et pour marquer notre première année de relation, nous nous étions offertes deux semaines de vacances à Hawaï. Chaque jour, c'était la plage, le shopping, la java le soir dans les restaurants, la plage ou même les boîtes, on s'amusait, insouciantes comme des adolescentes. Je n'avais jamais vu Natalya aussi heureuse mais surtout, elle ne faisait pas de conneries et restait tout le temps avec moi. Sur la photo, nous étions tout sourire, en bikini noir pour moi et multicolore pour elle, lunettes de soleil vissées sur notre nez, les cheveux noirs de ma jolie russe au vent tandis que je portai un chapeau Panama un peu de travers tout en prenant notre selfie. J'étais heureuse moi aussi. Je me sentais enfin aimée...

Mais tout ça n'était plus que des souvenirs. Toutefois, par respect pour notre passé commun et pour mon ancienne fonction, je glissai soigneusement la photo de moi et de Natalya dans ma carte d'agent que je refermai doucement avant de la glisser dans ma poche. Je tournai la tête pour regarder vers mon appartement lorsque soudain, comme si... comme si le destin voulait me donner un coup de pouce, je me figeai car un visage venait de reprendre place dans mon esprit : Daniella. Je fixai droit à nouveau devant moi avant que cette évidence même ne frappe en pleine poitrine. Merde Daniella ! C'était quelle heure ? En trombe, je me levai du salon de mon ex pour rallier mon appartement au plus vite et prendre ma montre à l'entrée pour regarder l'heure. Bordel, c'était midi et demi ! Je devais me dépêcher d'aller au Wright Park, on ne sait jamais, Daniella pouvait quand même y être. Je ne manquai pas de faire un passage à la salle de bains en prenant un peu de la réserve d'eau que j'y avais mis pour me rafraichir le visage et effacer les traces de larmes sur mes joues. J'avais retrouvé un peu de fraîcheur et d'envie à l'idée de peut-être revoir cette jeune femme, je voulais me démener pour la revoir. Lorsque je me jugeai présentable, habillée de ma chemise noire et de mon jean, j'enfilai mon gilet pare-balles FBI, quelques chargeurs et mes armes furent pris pour mon expédition. Par dessus, je mis ma veste en cuir marron sombre pour me protéger du froid. Il y avait une marche de plusieurs minutes jusqu'au Wright Park et je partis d'un bon pas pour ma destination, surtout pour me vider un peu l'esprit encore lourd de mes dernières pensées et être concentrée sur l'instant présent. Les lieux m'étaient familiers, j'allais souvent au Wright Park à plusieurs minutes de mon appartement. Mon M4 en bandoulière, je restai vigilante mais j'étais davantage préoccupée d'arriver rapidement. Une fois au Wright Park, je devins un peu plus vigilante, ce n'était pas un lieu que j'avais méticuleusement fouillé donc je pouvais tomber sur un bras pourri qui surgirait d'un buisson. Je me dirigeai vers le jardin botanique du parc, lieu de ralliement que j'avais donné à Daniella. Je mis un genou à terre, refaisant les lacets de mes Converse noires lorsqu'un bruit de moteur m'obligea à lever la tête. Merde, je n'avais pas le temps de me cacher, je ne pus donc seulement constater qu'une impressionnante voiture blanche étonnamment propre se pointa en suivant l'un des chemins du parc. Un SUV blanc... Une Fiat Chrysler ? Daniella... avec une voiture cossue ?

D'un air absent, je tirai légèrement sur mes mitaines de combat qui tenaient mon M4 avant de me redresser pour voir effectivement, Daniella sortir du SUV blanc et venir vers moi en appelant mon nom. Je la regardais comme si je venais de voir un vaisseau extraterrestre atterrir mais je ne fis que quelques pas vers elle avant de m'arrêter. J'enroulai mes bras autour de Daniella, heureuse et soulagée de retrouver un contact humain. Daniella avait l'air de mieux se porter tout de même par rapport à la dernière fois que je l'avais vu, elle avait déjà une meilleure odeur et apparence... Elle se décolla, lâchant quelques larmes pendant qu'elle... me suppliait de la rejoindre, elle et son groupe. Je fus interloquée de sa demande mais je ne répondis encore rien. Je m'humectai les lèvres pendant une fraction de seconde, trahissant ma réflexion tandis que les compagnons de Daniella nous rejoignirent ou du moins, restèrent à distance par rapport à Danny. Selene, Eli, à les voir, cela commençait bien.

Attends, quoi ? Danny je... Mais... je ne sais pas si...


J'hésitai encore un instant avant de voir les deux autres, armés. Intérieurement, voir l'opportunité de ne plus être seule fit bondir mon cœur mais j'appréhendai à chaque fois. J'étais tellement habituée à être seule que voir un autre groupe était une perspective qui pouvait m'effrayer. Et Daniella qui avait besoin de moi... C'était bien ce que je voulais au final... Pas être une mère mais au moins... Ne plus être seule. Seule trop longtemps, c'était la mort assurée à long terme. Je ne pouvais plus continuer d'être seule, mon hallucination de tout à l'heure me le prouvait, il fallait que je retrouve un contact, des interactions, de la sociabilisation. Comme je le pensais tout à l'heure, j'en avais marre, j'avais l'occasion de mettre fin à mon cauchemar solitaire. Immédiatement, je mis les deux autres du groupe en observation sous mon regard de policière. La femme était clairement celle qui dirigeait, elle avait cette odeur imperceptible de celle qui commandait, elle en imposait plus que l'autre homme qui était plus en retrait bien que armé. Elle avait un Glock 17, qui paraissait n'avoir subi aucune amélioration et de plutôt bonne facture tandis que celui qui se faisait appeler Eli... avait l'air d'avoir une arme un peu plus massive, peut-être un 9 millimètres. Je ne voyais personne d'autre dans le SUV et j'avais l'impression que ce n'était pas un guet-apens mais j'étais en alerte en présence de ces deux personnes à l'apparence plus réservée voire peut-être hostile. Ils étaient deux mais aucun ne me donnait l'impression d'être familier avec l'utilisation d'armes à feu, appelez cela l'intuition des membres de la police et de l'armée. Selene n'avait pas l'air emballée par la situation, peut-être que cela lui était familier. En revanche, son ordre ne prit pas chez moi, il était hors de question que je me désarme, même pour les beaux yeux de Daniella et la fermeté dont elle faisait preuve ne trouva ici pas écho.

Non.


Mon ton était sec et aussi ferme que le sien, je refusai catégoriquement de me désarmer. J'espérai que cela ne dérape pas mais il était hors de question que j'enlève mes armes pour discuter, je voulais être en mesure de me défendre en toute circonstance d'attaque vicieuse.

Je refuse de vous confier mes armes. Qui me dit que vous n'allez pas vous tirer avec ou me buter si vous pensez que je ne vais rien apporter à votre groupe ? Je me moque éperdument du jugement que vous porterez sur moi mais je veux pouvoir me défendre si je dois rester seule ou si vous vous la jouez comme ce groupe qui terrorise la région, qui met des lieux à feu et à sang si vous ne voulez pas les rejoindre et qui a emporté une partie de mon ancien groupe.


La situation aurait pu dégénérer si Daniella n'avait pas choisi cet instant pour calmer le jeu car je voyais déjà leurs armes de poing sorties de leurs holsters et être empoignées pendant que mes propres mains se refermèrent sur mon fusil. Je regardai la jeune femme juste à côté de moi, presque implorante de ne pas faire de bêtises et de plaider la cause de son groupe et de comment elle avait elle-même intégré le groupe que cette Selene représentait. Celle qui se considérait comme ma fille adoptive se mit alors à évoquer un affrontement avec un groupe dissident qui s'en était pris à eux, expliquant la méfiance de Selene et son ton cassant parce que l'on ne se connaissait pas. Daniella disait avoir confiance en ses compagnons de survie et m'enjoignit à ne pas faire quelque chose que je regretterai, je devais confier mes armes. La jeunette prit mon épaule et mon bras pour essayer de m'apaiser pendant que je regardai successivement mes interlocutrices tour à tour. La tension que je ressentis ne tenait qu'à un fil et au fur et à mesure des explications de Daniella, elle pouvait céder à tout moment. Selene choisit cet instant pour intervenir à son tour, comme pour prouver sa bonne foi et me fit comprendre que peu importe l'issue de la discussion tant qu'elle restait pacifique, je retrouverai mes armes. Daniella surenchérit avec une dernière phrase, clamant qu'elle et son groupe n'étaient pas des voleurs. Je me sentis tiraillée par les arguments de ses deux femmes et comme dans chaque situation compliquée, je fis appel à mon sens du pragmatisme. Ce dernier m'ordonna d'obtempérer. Je ne pouvais pas crever ici, dans les bras de Daniella, je voulais m'en sortir, mettre fin à ma situation de merde et rejoindre un groupe était l'occasion idéale. Mon pragmatisme me poussa donc à ne pas dresser mon M4 et à confier mes armes, maintenant. Il voulait croire qu'elles disaient vrai alors que j'étais plus sceptique. Mais quelque part, je n'avais pas trop le choix. Mon regard s'assombrit mais je restai calme. Elles concédaient, je le devais aussi.

Danny, reste là. Très bien, je vais poser mes armes ici. Vous, faites attention lorsque vous les prendrez. Ces armes ont vu la crise depuis le début et ce Glock a vu plusieurs de mes années de service.


En disant "vous", je m'adressai à l'homme qui s'appelait Eli qui pour moi ressemblait davantage à un larbin de Selene qu'un compagnon à part entière mais c'était seulement l'impression que lui me donnait. Je quittai Daniella un instant avant d'enlever la sangle de mon M4 et de poser mon fusil à quelques mètres devant moi, non loin de Selene et Eli. Puis, je pris soigneusement mon Glock 22 en le retirant de mon holster avant de le poser à côté du fusil. Je déposai aussi le couteau que la militaire de Beale m'avait confié plusieurs jours auparavant. Désormais désarmée, je franchis les quelques mètres à reculons vers Daniella en lui accordant un dernier regard, plutôt stressée mais gardant toujours mon calme. Je pris une inspiration avant de regarder à nouveau les deux. J'espérai que cela leur soit suffisant.

DEV NERD GIRL



13:05 - Wright Park  Ac51
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Daniella Offman
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Couteau de Chasse et un Pistolet automatique .
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/05/2018
Messages : 1177
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: 13:05 - Wright Park    13:05 - Wright Park  EmptySam 29 Déc 2018 - 8:33
    Dani aurait du s'en douter. Non à vrai dire elle s'en était douté. Cora n'était pas du genre à lâcher ses armes comme ça et Selene n'avait pas vraiment de patience d'ailleurs elle avait bien préciser dans la voiture que la venue de Cora n'était pas sur du tout phrase à laquelle Dani n'avait donné aucune réponse si ce n'est un roulement d'yeux. Non mais vraiment le Fort était topissime ; pourquoi Selene n'était pas un peu plus positive ?
    La demoiselle remarqua néanmoins que Cora n'allait pas bien du tout mais elle en fit pas signe, si ce n'est un froncement de sourcils. Elle verrait cela avec elle plus tard. Quand Cora refusa de confier ses armes Dani lui attrapa le bras avec douceur ; son regard se fit suppliant jusqu'à perdre un peu patience. Tout en restant le plus cool possible - il en fallait bien une - ; elle s'exprima avec fermeté mais tendresse.

    - Cora ! Je ne t'aurais jamais impliqué dans une quelconque embrouilles. Si je t'ai emmenée ici c'est que j'ai CONFIANCE en Selene et en ce groupe.
    elle se tourna vers Selène Quand a toi ; je n'aurais jamais proposé d'aller chercher Cora si je savais qu'elle était un quelconque risques pour le groupe. Il renferme les amis , les enfants et même mon ex ! Je ne mettrais surement pas vos vies en danger .

    Dani souffla un instant voyant que l'attention était sur elle et surtout que la tension était un peu retombée . Elle repris son souffle cherchant un peu ses mots puis fit la même chose qu'à son arrivé dans le groupe : Dire la vérité. Elle regarda alors Cora. Tu peux leur faire confiance comme tu me fais confiance. Nous sommes un peu stressée car nous avons vécus deux bataille récemment . Nous - enfin surtout eux - ont perdu des amis ; des gens très proches. Ils ne veulent pas en perdre à nouveau. Ils sont méfiants et tu les comprendras sans aucun doute. Ce groupe est le meilleur choix que j'ai fais depuis l’apocalypse et il y a tout ce dont on peut rêver . Du moins dans le monde actuel mais surtout il y a des gens de confiance qui forme une sorte de famille. ses mots avaient visiblement eut pour effet de calmer Cora qui laissa ses armes quand Selene expliqua qu'elle ne lui prendrait en aucun cas. Dani resta donc à sa place comme lui avait demandé Cora tout en ne ratant rien de la discussion prête à intervenir au besoin.


Sourire malgré les morts.
Il es temps de retrouver le sourire et la joie de vivre. On ne peux pas changer le monde d'aujourd'hui mais on peut se changer soi sans se ramollir pour autant. by anaëlle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
Selene Sweetnam
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 6647
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: 13:05 - Wright Park    13:05 - Wright Park  EmptyMar 1 Jan 2019 - 18:59
Selene leva un sourcil sceptique face à la femme qui refusait de rendre les armes. Voilà qui commençait bien. Son regard bleu dévia vers Daniella, l’air de lui dire que si elle avait autant remué ciel et terre pour qu’ils daignent donner une chance à cette « Cora », elle avait plutôt intérêt à apprendre les règles du jeu – et vite. Son aînée prit son rôle de médiateur en main, cherchant à arrondir les angles d’une rencontre qui démarrait bien difficilement. Si l’inconnue avait peur qu’ils lui dérobent ses affaires, c’était au moins une certitude que la musicienne pouvait lever.

- On ne vole pas les gens. Même si on ne te ramène pas avec nous, on te les rendra, précisa-t-elle froidement.

Ça n’avait que la valeur de sa parole, mais ça suffit visiblement à achever de convaincre la doyenne d’obtempérer. Celle-ci déposa son arsenal et Eli le récupéra, couvert par son ex. Cette dernière s’approcha alors de Cora, qui venait de faire quelques pas vers Daniella, afin de lui imposer une fouille rapide. A première vue, elle était réglo – et elle avait plutôt intérêt à l’être. Selene reprit ses distances et rengaina enfin son glock, non sans zieuter aux alentours que le ronronnement du moteur n’avait pas attiré quelques voraces.

- J’espère pour toi qu’on ne va pas découvrir que tu caches une autre arme quelque part, prévint-elle sans se faire plus amicale. Elle n’avait plus besoin de se présenter donc elle enchaîna directement : pour l’instant, Daniella s’est portée garante de toi, c’est pour ça que nous prenons le risque de te rencontrer. Notre communauté peut accepter de nouvelles personnes à condition qu’elles ne représentent pas un danger pour les autres. Ton amie confirme que tu es fiable, son regard se posa brièvement sur la brunette, mais ce sera à moi d’en juger.
- C’est simplement quelqu’questions à t’poser, intervint le mexicain d’ores-et-déjà plus détendu, c’pas grand-chose.
- Il faudra répondre à tout, signala la pianiste, si tu passes ou si je n’aime pas la réponse, c’est mort. Si tu tentes quelque chose de stupide, tu es morte.

La jeune femme la défia de ses yeux glacés, sans ciller. Elle n’avait pas envie d’avoir à abattre cette étrangère mais comme pour toutes les fois où elle avait été dans cette situation, elle le ferait si cela permettait de préserver le groupe. Les bases posées, elle croisa les bras pour lui demander :

- Qu’est-ce que tu attends d’une communauté ? Et… qu’elle est la pire des choses que tu as eu faire pour survivre ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 274
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: 13:05 - Wright Park    13:05 - Wright Park  EmptySam 5 Jan 2019 - 6:40

13:05 - Wright Park

Cora R. Haver & Daniella Offman & Selene Sweetnam

Je n'esquissai pas le moindre geste lors de la fouille imposée par la dénommée Selene. Je ne lui facilitai pas non plus la tâche en gardant mes bras le long du corps dans une volonté de ne pas lui montrer davantage de soumission malgré que je lui ai remis mes armes. Hmm fait gaffe petite, t'es en train de palper mon fessier. Elle savait respecter ses aînées celle là ou quoi ? Au moins elle ne s'attarda pas dessus et sa fouille resta tout de même succincte. Mes yeux se portèrent immédiatement à son arme à son côté lorsqu'elle refit quelques pas en arrière et je fus prise d'un léger soulagement en voyant le Glock revenir sagement dans son étui. C'était désormais l'occasion idéale de passer en observation sur la cheffe de groupe. Pff bien sûr que je ne cache rien d'autre, je ne suis pas stupide à ce point.

Une oreille attentive aux mots de la jeune femme, je la détaillai donc devant moi comme si j'auscultais un suspect par le passé sauf qu'ici ce n'était pas pour la mettre mal à l'aise -elle était armée, moi pas, elle avait donc l'avantage- mais surtout pour pouvoir savoir quoi faire car mine de rien, ma vie était en jeu dans cet entretien si je pouvais ainsi le nommer. Selene ne manqua donc pas de regarder autour de nous, sûrement pour s'assurer qu'aucune goule ne se pointait. Elle avait pourtant son sbire Eli pour s'occuper de sécuriser la rencontre et il était temporairement surarmé. Ne lui faisait-elle pas confiance ? Il y avait comme une... tension entre eux deux. Y avait-il de la haine ou au contraire... une espèce d'attirance ? Difficile à dire, j'étais cependant certaine qu'il y avait quelque chose entre eux mais bien sûr, impossible de lire leurs pensées ou d'être dans leur tête. Lorsque Selene parla de Daniella, je jetai un bref regard vers elle mais ce que j'y vis me préoccupa. Daniella avait l'air... quasiment désespérée, comme si elle... espérait une sorte de salut. Venant de moi ? Étrange... Elle avait l'air aussi apeurée ou du moins stressée, peut-être à cause de la tension qui régnait. Elle avait néanmoins dit qu'elle avait besoin de moi, elle avait besoin d'une mère. Je ne savais pas comment réagir en entendant ces mots, je n'avais jamais été mère et je ne le serai sans doute jamais vu mon âge, sûrement déjà ménopausée. Daniella cependant me donnait l'opportunité de pouvoir l'être sans l'être. Elle me faisait de la peine Daniella, elle disait faire confiance à son groupe et tout mais quand je vois l'état dans lequel elle est, j'eus comme un léger doute. le groupe l'autorisait-il à se mettre minable chaque soir ? Si c'était le cas, c'était qu'il y avait un laxisme inquiétant. Daniella avait beau l'air d'être une jeune adulte, de ce que je me rappelai de ce qu'elle m'avait raconté, elle n'avait eu que peu ou prou l'encadrement nécessaire plus jeune. Peut-être était-ce de cela dont elle avait besoin en fait.

J'accordai à peine un regard à l'homme, exclu de la discussion et avec un léger accent hispanique. Pour un peu ça me donnerait presque envie de me remettre à pratiquer l'espagnol... Bref, revenons sur Selene. Je fronçai les sourcils en voyant les consignes de la cheffe, ce fut ma seule réponse à ses propos, nul signe de tête ou de yeux baissés. Elle était stressée elle aussi, au moins quelque chose que l'on partageait toutes les deux. Son ton menaçant et ses mots agressifs m'avaient l'air d'être motivés par l'expérience. Daniella avait parlé d'un affrontement qui avait mal tourné pour eux avec de nombreuses pertes, ceci devait donc expliquer cela. Je supposai que la bataille avait eu lieu il y a peu vu le niveau de menace que voulait bien m'afficher Selene. Étaient-ils tombés sur ce fameux groupe que je m'échinai à éviter car j'étais certaine de ne pas vouloir les rejoindre et qu'ils me tueraient ? Possible, un groupe pareil ça ne devait pas être discret dans le coin. Je passais aux détails autres de la scène pendant qu'il y eut un léger instant de silence. Eli était exclu de l'entretien, à l'écart et gardait la voiture qui pouvait contenir un peu plus du double du nombre de personnes que j'avais devant moi. Ils aurait pu venir plus armés et nombreux mais ça m'aurait peut-être envoyé le mauvais message. Le groupe représenté par Selene n'était peut-être pas un groupe belliqueux mais discret ? Comme tous les groupes par lesquels je suis passée... Bref, pour revenir à Eli, son silence, sa mise à l'écart et son empressement à s'emparer de mes armes me firent dire qu'il était un sous-fifre ou du moins assujetti à Selene. Daniella était la plus dominée des trois, quelque part ça ne me surprenait pas, la jeune femme avait l'air d'être une adolescente dans le corps d'une jeune femme adulte. Selene en revanche... elle me donnait l'impression d'avoir le même âge que Daniella mais d'avoir été contrainte à grandir beaucoup trop vite. Je croisai également les bras, attentive.

Ça me rappelle quelque chose...


Mon ton était aussi cassant et lourd de menaces que celui de Selene, à la fois par mimétisme mais aussi par désir de protection, peut-être un peu comme elle. Certes, je ressentais le stress, mon regard dévia souvent vers mes armes, tenues pas Eli mais je me maîtrisai, je voyais cette discussion comme un interrogatoire. Mais là où avant, j'avais à cœur les intérêts de la nation et de la société, ici, je n'avais à cœur que mes propres intérêts et ceux là me dictaient de rejoindre un groupe pour ne pas sombrer psychologiquement. Mon cœur se serra à nouveau à la pensée de mon hallucination de tout à l'heure mais je pris une grande inspiration pour faire redescendre mon inquiétude et mon stress. Selene pouvait interpréter cela comme un signe de lassitude ou de réflexion mais je voyais l'attention de Selene comme quelque chose de gratifiant. Mon pragmatisme me poussa à en profiter et de répondre à ses questions, sans rien omettre. J'enregistrai donc mentalement ses deux questions mais je ne répondis pas immédiatement. Mon regard dévia légèrement vers mes armes à nouveau, mon cœur ayant légèrement accéléré son rythme cardiaque. J'avais déjà entendu ces questions, je les avais même déjà posés lorsque je faisais partie d'un groupe mais cette fois, c'était moi en face et je dus me plonger dans ma réflexion et mes souvenirs. Ce que j'attendais d'un groupe ? Hm... Tout ce que je n'avais pas en étant toute seule comme la sociabilisation ou la vie collective, au risque de dire adieu à une forme d'intimité à laquelle je tenais assez mine de rien mais s'il s'agissait du salut de mon esprit et de ma personne... je me disais que j'étais prête à intégrer une vie en communauté pour me ressourcer et penser un peu plus aux autres, retrouver ma vocation de protéger et servir qui m'avait guidé dans ma vie de policière. En revanche, en ce qui concernait la pire des choses à faire pour survivre... Je supposai qu'elle parlait bien sûr en général, ce n'était pas le moment de dire une bêtise ou de jouer sur les mots. Immédiatement, je pensais à l'ancien groupe de Yakima.

J'attends seulement de la communauté des règles claires et des rôles bien définis. La vie de groupe et la sociabilisation avec les règles que cela implique. Je pense ensuite, par expérience, que c'est au nouvel arrivant, donc moi, de faire mes preuves et de me rendre utile au groupe, de m'adapter au groupe pour m'y faire accepter. Je devrai y apprendre les règles. Je ne sais pas faire tout et n'importe quoi mais je tâcherai de faire au mieux ce que l'on attend de moi.


Je repris une inspiration après ma réponse, sentant une vague de calme m'envahir. Un peu plus détendue car je venais de clairement exprimer ce que j'avais en tête, je pus enchaîner sur la réponse à sa seconde question. J'eus un regard pour Daniella et ma main caressa le dos de la jeune femme. Je quittai un instant mon expression sévère pour la regarder, l'air désolée. Je m'apprêtai à dire quelque chose de plutôt... ragoûtant donc pardonne moi si cela ne te plait pas et si mon image de mère de substitut s'effrite, ma petite. Je lâchai Danny pour regarder à nouveau Selene et reprendre l'entretien en retrouvant mon masque de sévérité.

Quant à la seconde question... Plusieurs choses me viennent en tête mais... la plus récente m'a marqué, ça remonte à février dernier... Hm... Je faisais autrefois partie d'un groupe du côté de Yakima. On y était installés depuis plusieurs mois et on a été plus d'une fois attaqués par des bandits. Je respectais le chef du groupe mais il n'arrivait jamais à prendre une foutue décision. J'étais son bras droit, il voulait mon avis sur tout et n'importe quoi. Je le poussais à mener une contre attaque pour anéantir les bandits ou s'installer ailleurs, mais il a tergiversé.


Je soupirai en repensant douloureusement aux atermoiements de Harris, ces hésitations qui l'ont conduit à la mort, que j'ai dû accélérer pour lui éviter d'avoir une mort atroce. Mais Selene n'avait pas à savoir ces détails. Je repris donc mon récit, plus assurée car une fois lancée, autant aller au bout. Peu importait si la réponse ne lui plaisait pas, j'étais honnête.

Nous avons trop attendu pour prendre une décision radicale, je le poussais à en prendre une, peu importe laquelle car il fallait en plus gérer la grogne parmi les rescapés du groupe. Quelqu'un avait dissimulé une arme et pendant une énième réunion de groupe, quelqu'un a sorti son arme et a tiré. Une fusillade a éclaté, les mort-vivants se sont pointés et j'ai dû fuir en compagnie d'un couple avec qui j'avais sympathisé. Nous avions fuis dans une voiture vers Seattle. J'étais d'accord pour revenir du côté de Seattle mais eux ne voulaient pas. Ils s'en sont pris à moi et ont essayé de voler mes armes que votre homme derrière vous, détient. Ils étaient devenus comme fous en m'agressant violemment comme ils l'ont fait, je ne les reconnaissais plus. Ils devaient être fous de douleur... Je ne les ai pas laissés faire. C'était eux ou moi. J'ai très vite choisi.


Le visage grave, je racontai mon récit, les bras croisés en signe de défiance mais aussi par désir de protection comme à chaque fois qu'on le faisait. J'avais pris du recul depuis et si mon ton était hésitant au début, je devins plus fluide dans mon récit au fur et à mesure que les souvenirs revenaient. Je n'en parlais pas comme si c'était la pluie et le beau temps, même pour moi éthiquement parlant, c'était une épreuve difficile. Je repris avant la suite.

Je n'en suis pas fière. J'avais passé de très bons moments avec eux, ils avaient un petit garçon adorable. Ce petit... il a été tué dans la fusillade. J'ai essayé de le sauver mais il n'y avait plus rien à faire. Et quelques heures plus tard... J'ai dû tuer ses parents.


DEV NERD GIRL



13:05 - Wright Park  Ac51
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Daniella Offman
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Couteau de Chasse et un Pistolet automatique .
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/05/2018
Messages : 1177
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: 13:05 - Wright Park    13:05 - Wright Park  EmptyDim 6 Jan 2019 - 7:21
    Le moment était assez ennuyant pour Dani. Elle restait dans sa tête tout en essayant de suivre l'interrogatoire de Cora. Elle jeta un regard à Eli qui , comme elle , faisait acte de présence. Cora raconta son histoire ou du moins une partie. Elle avait du tuer un couple pour sauver sa peau. Dani pris doucement la parole d'un ton calme On a tous du faire des choses difficiles. Elle pensa alors à cet homme qu'elle avait tué lors de l'attaque du Ranch . A vrai dire il n'était qu'un soldat de l'autre clan ; lui aussi avait une vie et lui aussi devait avoir de bons cotés. Mais pour sauvé sa vie et celle des autres ; elle avait tiré. Les guerres de clans sont toujours la mêmes choses et la plupart des combattants sont des gens innocents , des monsieur et madame tout le monde.

    Depuis cette attaque Dani n'était plus vraiment la même ; elle avait mis ça sur le compte de la vie en communauté mais au final n'avait elle pas apprécié la tuerie et l’adrénaline ? Oui c'était surement ça l’adrénaline lui manquait énormément. Le combat lui manquait et tout ce que cela entraîne. Dani n'était pas seule pour autant et ses proches ne la laisseraient sans doutes pas retomber dans la drogue. Puis ce n'était peut être pas ce qu'elle recherchait à vrai dire. Juste se sentir revivre; se sentir utile aussi. Elle ne servait à rien pour le moment. Elle montait certes la garde de temps en temps et faisaient quelques courses mais pas plus que ça .

    Dani continuer à regarder ce qu'il se passait entre Selene et Cora. Elle n'appréciait pas vraiment sa chef ; non pas qu'elle n'avait pas confiance en elle mais elle la trouvait trop désagréable. Etre menaçante c'était parfois pas utile. Certes elle ne connaissait pas sa vie où par où elle était passé mais quand même . Les bras croisaient la brune attendait calmement. Elle n'avait rien d'autre à faire de toutes façons. Elle ressentait que les choses allaient mieux et que Cora allait les rejoindre et cela lui faisait un grand bien . Puis elle saurait enfin que l'ancienne agent était en sécurité. D'ailleurs plus elle la regardait et plus elle la trouvait affaiblis . Était elle malade ? Une fois au camps elle lui demanderais d'aller voir Caroline s'était certain ! Elle n'avait pas l'air d'aller bien et étrangement elle lui faisait un peu de peine et elle s'inquiétait .

    Elle pensa alors à ceux qui était dehors ; à Roza principalement ; espérant de tout son coeur qu'elle soit en vie et qu'elle aille bien . Il était vrai que la vie dans le campement était bien plus simple et bien plus sécurisant et même si elle disait le contraire; au fond d'elle elle était quand même heureuse d'en faire partie . Elle était là , les bras croisaient , le regard sur celle qui parlait. Attendant la suite ;


Sourire malgré les morts.
Il es temps de retrouver le sourire et la joie de vivre. On ne peux pas changer le monde d'aujourd'hui mais on peut se changer soi sans se ramollir pour autant. by anaëlle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: 13:05 - Wright Park    13:05 - Wright Park  Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- 13:05 - Wright Park -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Bonnie Wright [Validée par Samira]
» Linkin Park : Live In Texas
» Takagi Hiro ━ ft. Park Jimin #BTS
» Park Hae Jin ~ I realy like butts
» park yohan ft park hae jin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: