The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- 3. PM -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Damian A. Bancroft
Modératrice
Damian A. Bancroft
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: un manche à balai aiguisé - le pistolet 9mm d'Arleen ( il lui a piqué)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/06/2018
Messages : 426
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: 3. PM   Mer 23 Jan - 21:37
Addi semble mal gérer l'odeur nauséabonde qui vient nous agresser les narines, mais se trimbaler avec une couverture un peu pourrie sur le corps ça aide niveau adaptation de l'odorat. Donc bon je suis en effet moins dégoûté qu'elle. Mais c'est pas ça qui me dérange, c'est ce bruit là, dans le buisson. Si ça se trouve c'est Peter Rabbit et rien d'autre, mais comme j'en sais strictement rien, je préfère vérifier. Et puis là, dans la cave, s'il y avait un truc mort, vivant ou mort-vivant il nous aurait déjà sauté à la gorge. Parfaitement mon cher Watson ! Aller Rantanplan, va donc voir dans le buisson ! Ouais entre Sherlock et Lucky Luke y'a de la marge, mais bon, c'ets comme ça !

Les réflexions d'Addison me font tourner vers elle, sa main agrippant un bout de cette couverture rugueuse me stoppe. Elle veut pas que je parte, c'est mignon, mais j'ai certes pas trop de couilles dans ces moments là, j'ai pas envie de tout perdre alors je souris et l'observe longuement avant de sourire plus encore à ses mots. Ma bite et mon couteau ouais ! exactement. Et en plus elle lis dans mes pensées et malgré la flippe, l'instant sérieux, je parviens je ne sais comment à pouffer de rire. "Tu lis dans mes pensées, mais il fait trop froid pour la sortir." Je ricane un peu, juste pour détendre l'atmosphère et m'approche à nouveau de la femme. Instinctivement je pose ma main sur sa joue et plaque mon regard dans le sien. "Comme tu l'as dit doit rien avoir de dangereux dans ce trou, alors je vais faire l'école buissonnière." Nouveau sourire en coin, je me penche et lui vole un baiser, chaste, j'vais pas lui rouler une galoche en un tel moment. On est pas dans un film. Mais si ce baiser rapide peut la rassurer alors j'ai peut-être un bout du ticket gagnant. Puis je lui prends son couteau à sa hanche. "Au fait ! On demande jamais à un juif de faire un choix, surtout si ça concerna la mère. Un juif ça choisit toujours sa mère !" Je me marre, ça m'aide pour juste ne pas me pisser dessus et aller tranquillement affronter le danger.

Je m'éloigne alors et serre le couteau plus fort entre mes doigt, et arrivant près des bosquets, mon coeur bat à tout rompre, il va m'exploser les côtes à ce rythme là. Mais non je tiens bon, il le faut, j'en suis capable. Aller Damian on y va, t'es un grand garçon, t'as le courage dans les chaussettes mais tout de même. J'en suis capable patin de bretzel ! J'inspire alors et pousse doucement les feuilles, me dresse sur la pointe des pieds, même si je suis grand, et je regarde et là... Là ! Je sursaute et recule. Putain mais c'est ! C'est un chat avec des chatons ! Je me détends alors soudainement et me retourne en souriant. "Addi, viens voir, amène ta lampe !" Je suis moins peureux, normal, ce sont juste des chats. "Ils sont mignons, 5 chatons... Je vais les nommer." Ouais j'ai envie, ça me fait du bien, ça me détend et tant pis pour les jugements !


Trust

Losing sleep and all my faith. I’m a story, just a man on a bridge that’s burning down
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Addison N. Harper
Modératrice
Addison N. Harper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau de chasse - Beretta 92 - 870 exp Marine Remington
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/04/2017
Messages : 1299
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: 3. PM   Dim 27 Jan - 13:19
3 PM


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Au moins il détendait l'atmosphère, trop froid pour la sortir. Addison ne réprima pas le rictus qui fila ses lèvres malgré la tension palpable. L'odeur qui provenait de cette cave ne lui disait rien qui vaille, mais hormis une bestiole morte, ou les restes d'un cadavre décharné, il n'y aurait sûrement rien de probant à ressortir des entrailles du jardin. Damian n'avait pas tort, autant se charger, en premier lieu, de ce qu'il semblait avoir entendu dans le buisson à quelques pas de là. Perplexe néanmoins, elle arqua un sourcil en sentant ses lèvres heurter rapidement les siennes. Chiottes ! Oui chiotte, y avait sûrement longtemps qu'elle avait pas ressenti un quart des choses que le Juif parvenait à lui arracher sans même s'en douter. C'était rien, si ? Bien sûr que c'était quelque chose, le mouron qu'elle se faisait pour lui, l'angoisse palpable à chacune de ses actions, le fait de sentir une chaleur particulière lui englober entrailles et cœur quand la proximité était de mise. Ce n'était pas rien mais la rouquine préférait en faire fie, coller ça dans un des recoins poussiéreux de sa tête où les émotions et sentiments n'avaient aucune prise sur elle.

Figée, elle inspira une fois avant de glisser la main dans ses cheveux. Damian agissait comme le lui dictait sa tête, le moment, peut-être même instinctivement sans véritablement réfléchir à ses gestes et actes, ça n'avait rien de sérieux, ça n'était pas une relation ou.... Il la coupa dans ses pensées en lui parlant de sa mère. Uhm... Devait-elle voir ça comme une comparaison ? Comme s'il voyait en elle la femme qui l'avait mis au monde ? C'est super glauque là. Ouais, tant qu'elle en secoua le minois avant de reporter son attention, et sa torche, vers les entrailles mal odorantes sous cette trappe de malheur.

Elle pouvait bien descendre, si quelque chose avait dû sortir, sans doute l'aurait-il fait en entendant les craquements du bois trop humide, ou encore les couinements des sales bestioles volantes qui, désormais, devaient avoir trouvé un autre endroit pour roupiller en paix. Intriguant de penser que ces petites choses avaient survécu là, sous terre, sans la moindre nourriture sans.... Accroupie près du gouffre, elle pencha la tête et éclaira le fond par delà les marches tout aussi moisies que l'odeur qui remontait du boyau. C'était une idée, une impression plutôt, où un courant d'air froid lui chatouillait les joues ? Prête à descendre, Addi plissa les paupières avant de tourner les yeux vers Bancroft qui la hélait depuis le monceau végétal un peu plus loin. Bon, la cave attendrait encore, mieux valait le rejoindre. Lampe entre les doigts, Harper enjamba les herbes folles et éclaira la zone où se trouvait le blandinet avant d'écarquiller les yeux. Une boule de poils et quelques autres collées à elle. Minuscules petits êtres épargnés par la mort, mais pas par la faim sans doute. Cette chatte était maigre à faire peur, usée d’allaiter ses petits qui, eux, étaient assez grassouillets finalement.

- Laisse moi d'viner, tu vas leur filer les noms d'ceux des Aristochats ? Petite taquinerie gratuite, après tout lorsqu'il stressait Jude chantonnait bien du Disney, alors pourquoi ne pas baptiser ces cinq chatons des patronymes des enfants de Duchesse ? En douceur, elle écarta un peu plus les branches et se prit à sourire légèrement, enfin avant de croiser son regard. On peut pas grand chose pour eux. Dure, elle l'était, mais que feraient-ils d'une flopée de chats au juste ? Déjà qu'ils peinaient à se nourrir eux mêmes, partager avec des félins ce serait sûrement pas l'idée du siècle. Mais là, en prenant soin de ne pas aveugler la mère de famille quelque peu figée et surprise de rencontrer deux personnes qui ne désiraient pas les bouffer, Addison sentit une petite pointe invisible meurtrir son cœur. Sa sœur adorait les chats. Meredith aurait bien pu se mettre en danger pour ce genre de bête, pour les épargner eux à défaut de sa propre vie. Maman est maigre comme un coucou, m'étonnerait qu'elle puisse encore les allaiter, ils sont d'jà condamnés. C'était plus que lucide, la pauvre chatte n'avait que la peau sur les os, qu'elle ait réussi à faire survivre ses petits jusqu'ici tenait du miracle. Y avait un clebs ici avant, Reprit-elle en avisant la niche couverte de lichen dans le fond du jardin. avec un peu de chance y a d'la bouffe... Peut-être dans la cave.

Une possibilité comme une autre, parce que même si elle semblait ne rien ressentir, ou ne rien en laisser paraître, elle songeait davantage aux émotions du jeune homme auprès d'elle qui, bien que proche des membres du Ranch, l'avait choisi elle à défaut du confort et de la sécurité de ce Fort où désirait les mener Selene.

made by LUMOS MAXIMA



crackle bones -  by anaëlle.
Words like violence break the silence. Vows are spoken to be broken. Feelings are intense, words are trivial. Plesasures remain so does the pain. Words are meaningless and forgettable.
Beyond death
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Damian A. Bancroft
Modératrice
Damian A. Bancroft
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: un manche à balai aiguisé - le pistolet 9mm d'Arleen ( il lui a piqué)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/06/2018
Messages : 426
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: 3. PM   Ven 1 Fév - 15:10
Faut bien le dire, même s'il fait noir, même si eu la trouille j'ai un coeur en compote de pomme d'amour face aux petits animaux. Et puis là, ils ont l'air si frêle que ça me fait mal. Je n'aime pas voir les animaux souffrir. C'est comme lorsque dans des films, de bataille ou autre, y'a un cheval qui meurt j'suis plus triste pour le cheval que pour le cavalier. Et cette scène dans "L'Histoire Sans Fin", où le cheval d'Attreyu meurt englouti dans la boue. J'me souviens avoir pleurnicher, et même si à la fin il revient à la vie, bah merde, il meurt le cheval ! Et ça c'est triste. Alors oui, voir ces petits êtres me fait de la peine. Et la lampe d'Addi vient les éclairer un peu plus. Je peux constater tout comme elle sûrement que la chatte est maigre, à bout de force et ça me fait encore plus de peine. Mais je ne peux m'empêcher de sourire à sa boutade; Disney c'est la vie ! Y'en a pour qui le gras c'est la vie, pour moi, j'peux pas survivre sans un peu de Disney.

L'entendant ensuite me dire et dire tout simplement de façon brute de décoffrage qu'il y a peu de chance pour que ces chats puissent survivre est un peu douloureux, je relève ma tête vers la jolie rousse et fronce les sourcils comme un gosse contrarié et en désaccord avec l'adulte face à lui. "Mais on peut pas les laisser ici ! Addi, on peut au moins leur fournir un endroit plus "chaud" ". Je parle de la bicoque dans laquelle on loge pour le moment, pour la nuit. Je sais bien que pour nous aussi c'est difficile de se nourrir, mais là il ya des bébés et c'est important. Peut-être pas pour la survie de l'humanité, mais comme j'ai parfois plus d'empathie envers les animaux en difficultés qu'envers les humains, pour moi la question ne se pose même pas. On doit les aider un peu. Et je déglutis alors, je peux pas les laisser là. Addison est difficile par moment je le sais, ça fait tout son charme, elle est terre à terre, mais si là on peut faire un truc bien, hormis rencontrer d'autres survivants alors oui, j'suis preneur et même si c'est rien de sauver ces matous, bah je le ferai quand même et contre son avis. J'suis pas un gosse, j'peux prendre des décisions seul et me foutre de l'avis des autres. Mais les mots suivant, et observant l'endroit pointé par la lumière je souris un peu. "On devrait les mettre à l'abri d'un prédateur avant d'y aller dans ta cave Darling. Laisse moi au moins faire ça. Je prendrai une autre lampe torche au passage." C'était comme si je lui demandais la permission alors que pour moi c'était très clair. J'allais sauver ces petits chats !

Je retire donc la couverture rugueuse de mes épaules et la plie avant de me pencher et la déposer près des chats et saisir avec douceur en soutenant bien la tête, chaque chaton. Ca réveille la mère qui me regarde inquiète et miaule faiblement, alors je réponds. Oui je parle aux animaux si ça me chante. ''T'en fais pas, on va vous mettre ailleurs, tout va bien se passer. Tout va bien..." Mon ton est empreint de douceur et ayant placer les petits dans la couverture, je prends avec toujours autant de délicatesse la mère, sentant ses côtes et ses os sous mes doigts, ça me brise le coeur. Mais une fois la petite troupe sur la couette, je la referme doucement et me redresse tout en les portant. Je croise le regard de la femme à mes côtés et pour l'amadouer un peu plus lui embrase la joue et file vers la maison où je dépose avec précaution la petite famille sur un des fauteuil et les laisse dans la couverture. Je ferme alors ma veste et cherche dans mon sac la lampe avant de rejoindre Addison. Je lui montre ma lampe en l'agitant un peu et la vois de nouveau près de cette cave qui ne me donne pas envie de descendre, mais alors pas du tout, mais en même temps je ne peux pas me résoudre à la laisser y aller seule. C'est pas possible, je m'inquiète souvent pour elle, je l'apprécie vraiment, elle me fait aussi de l'effet, c'est vrai, mais je m'étais pas fais du ssoucis pour uen personne depuis longtemps, alors ouais y'a sûrement un petit plus, mais j'veux tout de même en être super sûr avant de me lancer et peut-être me prendre un gros râteau dans la figure. "Je descends en premier si tu veux, comme ça, si j'me casse la figure t'auras rien, et tu pourras aller chercher un truc pour me soigner... Encore !" A mon dernier mot je lui montre ma fesse et sourit amusé.


Trust

Losing sleep and all my faith. I’m a story, just a man on a bridge that’s burning down
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Addison N. Harper
Modératrice
Addison N. Harper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau de chasse - Beretta 92 - 870 exp Marine Remington
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/04/2017
Messages : 1299
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: 3. PM   Mar 5 Fév - 16:41
3 PM


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle le voyait bien à son air, il n'allait pas tourner les talons, encore moins passer son chemin face aux boules de poils devant eux. Addison en soupira en se redressant un peu. Des chats, des foutus chatons qui crèveraient si personne ne faisait rien pour eux. Bordel de chiottes, c'était bien sa veine ça, tomber sur des animaux dans le besoin, juste après avoir quitté un groupe dans le besoin. Elle en ferma les paupières et déposa les mains contre ses hanches pour rejeter la nuque en arrière, éviter de trouver quelconques similitudes entre ces bestioles et les gens importants, précieux, dont les visages défilaient dans son crâne sans qu'elle les ait revus depuis début Novembre. Son cœur cognait brutalement, parce qu'ils lui manquaient. Ashley, Elena, Jesse, Finan....

- Rika..... Soupira-t-elle en se retournant pour pointer la torche du côté des entrailles parfumées de la cave extérieure.

Damian n'avait pas entendu, il parlait encore, l'implorait presque de mettre les boules de poils à l'abri. Elle pouvait pas lui refuser ça, après tout ce qu'il avait subi pour elle, pour lui éviter de se paumer dans sa colère, ses refus, sa négativité, elle n'avait pas le droit. Les lèvres pincées, Harper revint jeter un œil à la nichée toute proche et grimaça un semblant de sourire avant de hausser les épaules. Le soupir qui accompagna le geste suffirait à ce que Judy comprenne. Elle lâchait prise pour l'une des rares fois de sa vie, pour lui finalement même s'il n'en avait pas conscience. Pour lui oui, pour ce type, bien plus jeune mais précieux, encore auprès d'elle à contrario d'autres, pour lui qui avait tenu à la suivre pour qu'elle ne craigne rien, pour l'épauler. Son regard clair suivait ses mouvements, de cette douceur particulière qu'il avait, à ce sourire tout aussi réconfortant, jusqu'à son timbre apaisant qui, ici, la soulageait autant qu'il devait aider ces pauvres bêtes à qui les mots étaient destinés. Un vague sourire étira ses lèvres mais disparut à peine eut-elle croise son regard clair, à peine lui remua-t-il le palpitant avec ce contact là. Les niaiseries c'était pas son truc, vraiment pas, ou si, mais secrètement, à l'abris des regards, derrière son masque de femme sûre d'elle et capable. Puis Damian s'éclipsa vers la baraque, pour abriter la portée, tandis qu'elle lui éclairait le chemin sans bouger. La porte refermée derrière lui, la rouquine émit un rictus puis secoua la tête avant de se frictionner les bras face au vent qui se levait un peu plus.

- P'tin Addi... tu sais où ça mène, pire encore aujourd'hui. Elle pensait à voix haute, seule, à ce qu'avait été son existence avant toute cette merde, à la douleur ressentie lorsque Max l'avait lâchée, avec consentement de sa part, pour son épouse. Un instant, la rouquine redressa les yeux vers le ciel piqueté d'étoiles, espérant qu'il puisse être encore en vie, tout comme sa sœur même si ce n'était pas la meilleure chose à souhaiter à ceux qu'on aimait et qu'on avait perdus de vue. Puis la voix de Bancroft la ramena de nouveau sur terre et à cette cave. Un sourire face à son attitude faussement décontracte, et enfin la rousse considérait ses paroles qui lui arrachèrent un petit rictus. J'suis pour, mais seulement après avoir balancé un caillou dans les escaliers pour être sûre que c'qui schlingue est bien mort, genre raide depuis des lustres. Mieux valait oui, s'il y avait l'ex proprio, version noces funèbres, en bas et qu'une marche leur faisait défaut, au moins Damian ne craindrait rien, il saurait à quoi s'en tenir une fois sous terre et serait sans doute plus prudent encore qu'il ne l'était déjà. Avisant l'espace d'herbes folles autour d'eux, elle trouva aisément les restes d'une brique qu'elle ne se priva pas de jeter pour qu'elle aille s'encastrer dans un vieux sceau, placé sur les marches pourries, qui termina sa course plus loin dans la pénombre du contrebas. Résultat ? Elle tendit l'oreille. Rien.... En théorie, juste les marches seraient problématiques si une cédait sous leur poids. Ça à l'air calme ... Mais avant qu'il descende enfin, Addison greffa sa main à la sienne. Marche sur l'coté des lattes, si c'est moisie, tu pourras toujours t'retenir au mur, j'ai pas envie qu'tu passes à travers. Les yeux dans les siens, elle se hasarda à presser un peu plus sa paume avant de glisser la pointe du nez contre sa tempe, les lèvres frôlant sa peau gelée. Son cœur pulsa plus vite, juste un peu... C'était rien, rien qui ne pouvait la tuer, n'est-ce pas ?

made by LUMOS MAXIMA



crackle bones -  by anaëlle.
Words like violence break the silence. Vows are spoken to be broken. Feelings are intense, words are trivial. Plesasures remain so does the pain. Words are meaningless and forgettable.
Beyond death
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Damian A. Bancroft
Modératrice
Damian A. Bancroft
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: un manche à balai aiguisé - le pistolet 9mm d'Arleen ( il lui a piqué)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/06/2018
Messages : 426
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: 3. PM   Lun 11 Fév - 23:54
Tenant toujours la lampe dans ma main je l'observe attentivement, comme si en arrivant je l'avais coupé dans un flot de penser. Parfois, elle ne doit pas s'en rendre compte, mais je la sens perdue, loin de tout. Comme si rien ne pouvait l'atteindre, sauf peut-être une voix, une phrase lancée dans le vent et là, hop Addi était de retour. Imperturbable mais toujours aussi forte et inquiète à ma proposition. Ca se sentait dans sa phrase, jeter un caillou avant de sauter dans la gueule du loup, c'était pas con. Parfois je dois être totalement à côté de la plaque, j'y avais pas pensé, bah j'serai sûrement crevé à l'heure qu'il est. Mais voyager seul c'est différent que de marcher à deux. On sait qu'on peut compter sur l'autre si l'on oublie un truc. SE faire confiance je crois que c'est la clé de tout. La confiance et le respect mutuel, et putain concernant le respect, j'en ai une belle brochette. Et pas dans ce sens là ! Ouais ouais j'me vois venir de loin avec ce genre de pensée. Non une belle somme de respect. Ouais bref j'ai plus l'impression de m'enfoncer tout seule dans un trou. Rah mais non pas le sien, même si ok j'suis un mec, j'avoue que c'ets diablement tentant. Mais non merde, pas maintenant, c'est pas vraiment le bon moment. Allé Damian un peu de sérieux !

Je regarde encore un peu la rousse et hoche la tête. Je me penche et ramasse un caillou, a bah non trop tard Madame a semble t'il été plus rapide. Ok j'suis lent. J'ai l'cerveau lent, cerf-volant haha ! J'me fais rire tout seul dans ma tête. Putain à sourire comme un abruti je dois avoir l'air d'un type débile ou déluré. Enfin un mec avec un sacré pet au casque. Han ! Mais peut-être en ai-je un ! Oh mon dieu va falloir consulter ! Au secours les gars je risque de virer dingo ! Et pas comme le pote de Mickey hein. Je regarde néanmoins la gueule béante et sombre de la cave. Ouais ça donne pas envie du tout. Mais aller j'suis un mec ! J'ai des couilles, ouais ça m'arrive d'en avoir, si si j'vous jure. Je pose à nouveau mon regard sur elle et lui adresse un magnifique sourire angélique. "T'en fais ça va l'faire ! Je cris une chanson disney si tout est bon, et si ça le fait pas, bah... J'te dis Vegas." Ok c'est crétin mais au moins on saura ce qu'il en est. Et c'est donc pas vraiment rassuré mais plein de courage se barrant ailleurs que j'allume la lampe torche, sort l'arme de l'autre défunt dont j'ai oublié le nom, et inspire. Attention au moisie, à la pourriture du bois.

J'entame ma descente, l'odeur me prend encore plus à la gorge. C'est ignoble, j'ai la gerbe, mais j'vais dégueuler de la bile surtout. Ca va me brûler le système digestif donc je vais éviter, mais putain ça schlingue ! Un mélange d'humidité, de moisis, de champignons, de renfermé, de vieux. Un vrai plaisir olfactif ! Et je fais gaffe où je pose mes pieds, le bois grinçant sous mes pieds n'est pas pour être rassurant, loin de là. Je soupire et une fois en bas, je dirige le faisceaux de lumière dans la pièce. Un frisson glacial parcours mon échine. Flippant. Ces meubles en bois entassés aux allures fantomatiques. J'me dis qu'un fantôme va sortir de là, un rôdeur ou bien Pennywise et le dernier me fait bien plus flipper que les deux précédents. Alors je tousse un peu et avance dans la pièce pour tout regarder rapidement avant de revenir en bas des marches. "Sous l'océan, sous l'océan.Doudou, c'est bien mieux, tout l'monde est heureux sous l'océan." Ouais la Petite Sirène et alors !? Il est chouette ce Disney ! Je regarde vers le trou et souris pour la rassurer un peu. "Y'a des vieux meubles, du linge, j'vois pas grand chose ! J'avance encore si tu veux !" Je demande ou du moins je le dis mais même si ça ne m'enchante pas, je lui ai dit que j'allais le faire alors je le fais. J'suis un grand garçon, allé on se motive Damian Alwyn Bancroft !


Trust

Losing sleep and all my faith. I’m a story, just a man on a bridge that’s burning down
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Addison N. Harper
Modératrice
Addison N. Harper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau de chasse - Beretta 92 - 870 exp Marine Remington
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/04/2017
Messages : 1299
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: 3. PM   Mer 20 Fév - 14:03
3 PM


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Du Disney, il lui arracha un rictus malgré la situation. Pas que c'était la merde dans ce jardin lugubre, juste que dans le creux de son palpitant, autant que sous sa crinière rousse, c'était un bordel auquel elle n'était pas habituée, ou plus tout bonnement. Addison le relâcha donc, l'éclairant avec sa propre torche tandis qu'il avançait dans les entrailles de cette cave encore verrouillée dix minutes plus tôt. A chacun de ses pas la rouquine grimaça. Chaque grincement du bois lui arrachait frissons et grelottements. C'était juste des putains de marches juste un escalier éprouvé par le temps et le manque d'entretien, mais le truc qui se lovait derrière et qui pouvait se produire lui foutait la trouille. A nouveau elle ouvrit la bouche en entendant ce truc grincer d'une sale manière, mais Damian ne l'entendait déjà plus et continuait sa descente jusqu'à disparaître dans la pénombre où seule sa lampe brillait encore.

Sous l'océan... Un sourire illumina les traits de Harper encore à l'air libre, rapidement suivi d'un soupir de soulagement. Rien à déplorer donc, aussi put-elle amorcer la suite. A son tour de rejoindre ce trou puant. Pas évident avec la pourriture qui rongeait le bois, néanmoins elle y parvint et pu redresser le coude une fois dans le dos du jeune homme, histoire de couvrir un minimum ses voies respiratoires. Des meubles, vieux mobilier entreposé là et couvert de poussière et autres champignons.

- J'préfère venir avec toi. Reprit-elle juste derrière lui, tandis qu'il évoquait l'idée de poursuivre seul. Addison redressa le tube lumineux entre ses doigts, surprise de découvrir comme une espèce de galerie creusée dans la terre et soutenue par quelques poutres branlantes. Ça ressemblait de loin à une mine, du moins en apparence car hormis des saloperies et des insectes, ils trouveraient pas de quoi sertir de jolis bijoux. Premièrement, elle balaya les parois pour être sure de son coup. Inutile d'avancer davantage si cette saleté de cave ne tenait pas le coup, puis les meubles abandonnés furent passés au crible. Rien dans les tiroirs sinon de vieux couverts inutiles. Plus loin il y avait un réchaud, les restes d'un espèce de feu de camp de fortune, des traces de pas et …... Putain d'chiottes. Siffla-t-elle en découvrant ce qui embaumait tant.

C'était pas une cave, encore moins un abris où avait dû s'enfermer le proprio des lieux mais un espèce de garde manger de l'horreur. La trentenaire avança encore, s'enfonçant dans les entrailles lugubres jusqu'à ces ossements entassés là, des restes de vêtements empilés dans un coin à même le sol boueux, et pire, ce qui la poussa à reculer d'une traite pour chopper ce qui ressemblait à un sceau pour y rendre le maigre contenu de son estomac. Elle toussa violemment, encore et encore, puis reprit mollement sa respiration avant de passer les doigts sur ses lèvres. De toute sa carrière elle n'avait jamais vu autant de trucs immondes, là c'était juste... Innommable. La cruauté de l'homme dans le besoin, face à la mort, à la survie, ce dont était capable la race humaine à l'encontre de ses propres congénères juste pour vivre un ou deux jours de plus. Ce qui sentait aussi mauvais n'était autre que ce qui restait des entrailles d'hommes et femmes dépecés et entassés là, comme de vulgaires animaux chassés, traqués, parqués et mis à mort.

- Nom de dieu bordel......... Judy, faut.... j'crois qu'va pas falloir rester dans cette saloperie d'bicoque plus longtemps. Ça fait quoi, deux jours qu'on est là, qu'on pense que c'est abandonné mais j'suis pas certaine qu'ce soit l'cas. Si les types qui vivaient là revenaient ? Son cœur battit plus vite en croisant les billes claires du Juif. C'était un peu comme un camp de concentration creusé à même la terre, à la différence près qu'ici les détenus servaient de repas à leurs bourreaux. Ayant du mal à tenir face à l'évidence et au spectacle, la rouquine remonta à la surface et reprit douloureusement d'air frais. Il valait mieux se tirer de là, par pure précaution. Dans son dos, elle ne tarda plus à sentir la présence du blandinnet. On peut pas rester ici, plus loin on s'ra de cette baraque, mieux on sera.... Bordel j'regrette tellement d't'avoir pas interdit d'me suivre, t'aurais dû rester au Ranch et........ Là, sans prévenir, elle se rua vers lui pour le serrer dans ses bras, à bout de nerfs, fatiguée de lutter sans doute. Mais égoïstement si t'étais rester là bas, j'sais que tu m'aurais manqué........ j'veux juste pas qu'il t'arrive un truc à cause de moi et d'mon sale caractère Damian.

made by LUMOS MAXIMA



crackle bones -  by anaëlle.
Words like violence break the silence. Vows are spoken to be broken. Feelings are intense, words are trivial. Plesasures remain so does the pain. Words are meaningless and forgettable.
Beyond death
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Damian A. Bancroft
Modératrice
Damian A. Bancroft
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: un manche à balai aiguisé - le pistolet 9mm d'Arleen ( il lui a piqué)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/06/2018
Messages : 426
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: 3. PM   Jeu 21 Fév - 22:05
C'était loin d'être folichon, ça c'était sûr, l'air était poussiéreux et terreux, fallait pas être asthmatique. Puis bon, je ne voyais rien de bien dangereux, le lieu en lui-même ne donnait pas envie c'était certain, mais qui avait envie de vivre dans une cave, hormis une belle cave à vin bien entretenue. Oh tiens ! Y'avait peut-être une bonne bouteille à tirer. Sans parler d'Addi bien sûr. Puis bon une bouteille de vin en ces temps-ci c'était carrément le bon plan.
Alors sentant ensuite la présence de la rousse dans mon dos je souris un peu, rassuré je le suis, elle s'est pas pété la margoulette danss ses escaliers plus que précaire. L'odeur était nauséabonde mais en même temps je n'en attendais pas moins. Cependant la voix d'Addi paraissait aussi étrange, comme si elle avait peur, ou qu'elle était bouffée d'inquiétude. J'en sais trop rien; mais s'il faut j'ose espérer que je saurai la protéger un minimum.

Avançant et commençant à fouiller de mon côté j'observe cette bouche énorme dans le mur, un trou béant comme la gueule de l'enfer. ca me fait d'ailleurs penser à un bouquin que ma mère lisait. Un Thriller peu ragoûtant, elle m'en causait un peu des descriptions, et là ça me faisait penser à ce livre dont j'ai oublier le nom mais pas l'auteur, un certain Chattam. Un type passé maître dans l'art des Thriller. Mais bon, je préfère ne pas trop m'attarder dessus, et continuer de fouiller, me demandant vraiment s'il n'y a pas un bouteille de vin dans le coin.
Hors je n'avais pas prévu de me retourner d'un coup d'un seul en entendant un bruit de gorge peu sympathique. Je braque ma lampe vers la source et voit Addison rendre ses tripes dans un seaux, je retiens un haut le coeur et détourne le regard du spectacle. Ouais, le dégueulis j'peux carrément pas !

Je reste de dos un instant avant de me tourner de nouveau vers la belle aux vomissements et l'observe. "Ca va ?" Non crétin ! Si la nana sur laquelle tu louches depuis belle lurette vomis, c'est que ça va pas ! Allé Damian, réfléchis un peu de temps en temps ! T'es châtain de base, t'es censé avoir un ciboulot quelque part sous ta caboche ! Je secoue un peu la tête et avance vers ma belle avant de la voir venir à moi et me saisir. Son regard ne me dis rien qui vaille. Ses mots, son ton me le prouvent et je n'ose pas vraiment jeter un regard par là bas, et pourtant dans un curiosité un peu malsaine le fais et je sens mes boyaux se tordre. Ok ! On reste pas là ! J'hoche la tête et la suis pour remonter dehors et observer rapidement les alentours. Puis je cherche les planches de la cave et les tire pour les remettre en place. L'aînée sexy parle toujours et elle m'affole un peu. Et je ne sais pas trop quoi faire, je pense alors à la famille chat dans le salon de la maison et j'me demande si on peut les emmener aussi avec nous, pour pas qu'ils se fassent bouffer. Mais je n'ai pas le temps d'y penser plus longtemps que la thanatotruc se rue sur moi. J'accuse le choc et enlace mes bras autour d'elle, pose mon menton sur sa tête et la serre fort. "Regrettes pas. Ca sert à rien de vivre avec des regrets à part culpabiliser et c'est pas une bonne chose.... J't'ai suivi parce que je le voulais. J'voulais être là, avec toi. T'aider, prendre un peu soin de toi, même si parfois t'as plus de couilles que moi." J'me marre un peu et embrasse le haut de son crâne. "On va partir oui, j'ai pas trop vu ce qu'il y a dessous, mais j'te crois, on va se barrer de là." J'sais pas trop si j'arrive à la rassurer, mais je sais que j'observe encore plus autour de nous. Lentement je m'écarte et lui prends la main pour marcher d'un pas rapide vers la baraque afin de prendre nos affaires, et mon regard se pose sur les chats. "Addi... On les emmène ?" Je pose la question, on ne sait jamais. La chatte lève la tête vers nous, et elle me fait peine. Alors j'suis tenté de les prendre avec nous, et tant pis pour le fardeau.


Trust

Losing sleep and all my faith. I’m a story, just a man on a bridge that’s burning down
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: 3. PM   
Revenir en haut Aller en bas  
- 3. PM -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: