The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- /!\ Dare you to find me -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 498
Age IRL : 32
MessageSujet: /! Dare you to find me   /!\ Dare you to find me EmptySam 15 Déc 2018 - 17:30
Le silence avait été de nouveau de rigueur, le plus souvent, c’était à nouveau cette espèce de tension désagréable entre eux. Lily s’en voulait, genre à mort, et elle imaginait que Julian lui en voulait aussi parce qu’évidemment, ils en avaient pas parlé. Déjà étonnant qu’il soit pas déjà parti, ou que toi tu sois pas partie … Mais c’était chez elle ici, pourquoi elle partirait ? Ouais, genre c’est la seule raison qui explique que tu sois encore là alors que tu l’as laissé en plan monumental parce que tu flippais … Bien sûr. Elle était particulièrement active la petite voix dans son crâne, Lily la détestait, celle qui avait tiré la sonnette d’alarme et qui la faisait culpabiliser maintenant, qui lui rappelait aussi ce qu’elle voulait, ce qu’elle avait voulu et ce qu’elle pourrait sans doute s’asseoir dessus parce que le brun tarderait pas à lui fausser compagnie. Une lunatique comme elle …

Il faisait depuis une heure ou deux, Lily, qui s’était plus ou moins décidée à arrondir les angles, à lui parler, à lui dire que c’était pas sa faute et qu’il devait pas partir, qu’il pouvait pas partir, décida d’aller faire le tour de la librairie plus bas. La gamine avait un seul objectif, trouver quelque chose pour amorcer la discussion, un genre de cadeau pour aller avec la boite à musique Spiderman, un comics ou une figurine, il devait en rester là-bas, dans la librairie au bout de la rue. C’était pas loin, ça craignait rien. Sur un papier, la gamine griffonna quelques mots pour pas qu’il s’inquiète quand il ouvrirait les yeux. Je reviens, si tu veux partir, attends que je sois revenue, pour pas qu’on nous vole cet endroit. Elle plia le papier pour le glisser discrètement sous son oreiller avant de le récupérer et de rajouter quelque chose, si petit dans un coin de la feuille que Julian le verrait pas. I <3 u. Il le verrait pas, mais s’il le voyait et qu’il partait alors … Alors c’est qu’il s’en fiche de toi. Oui, voilà.

Avec simplement son couteau et son manteau sur les épaules, Lily quitta l’appartement, silencieuse comme un chat qui prenait la fuite après un méfait, le papier glissé sous l’oreiller du brun. Elle lui ramènerait un cadeau, une offrande pour faire la paix, pour discuter, pour lui dire. Sûr que ça va changer un truc, un comics contre la frustration que t’as toi-même ressentie. Brrrrrrr mais qu’elle se taise celle-là, elle l’empêchait de penser, de se concentrer, de faire attention à son environnement. D’ailleurs un bruit dans son dos alors qu’elle contournait l’immeuble la força à se tourner vivement. Rien, personne, elle avait dû rêver. Lily fit à nouveau volte-face pour voir une large silhouette, bien vivante devant elle. « Bouh ! » Un homme grand, massif, la gamine tenta de faire demi-tour, revenir à l’abri, vite, mais dans son dos, une autre silhouette contre laquelle elle cogna.

Les bras du premier la ceinturèrent, la soulevant du sol comme si elle pesait rien, c’était un peu le cas face à ce type. Lily pesait rien. « Lâchez-moi !!! Lâchez-moi !!!! » Julian, où était Julian ? Là-haut, parce que t’as préféré partir sans le réveiller, parce que t’avais peur de lui dire que tu tenais à lui et que t’étais désolée. Avec un peu de chance, il lira jamais le papier et pensera que t’es juste partie parce que tu voulais plus le voir hein. Allez bisous. « Julian !!! Julian !! » hurla-t-elle comme s’il pourrait l’entendre à travers l’épais double vitrage. « Tu veux pas la fermer un peu gamine ? Celui qui la maintenait de force colla sa main devant sa bouche, mauvaise idée, Lily était pas une guerrière mais elle voulait pas mourir, ou pire, elle le mordit aussi fort qu’elle le put jusqu’à ce qu’il la lâche, jetée au sol comme un sac à patates trop lourd à porter. C’était le moment de partir, titubant un instant elle se redressa pour fuir mais le second homme saisit son manteau et la ramena de force. Un hurlement de rage et de colère, de peur et de cette angoisse, quitta sa gorge, en même temps que des larmes commençaient à rouler sur ses joues. Le type tint son visage entre ses doigts. « Tu vas la fermer oui ou merde ! » Une gifle claqua sur sa joue, marquant sa peau, avant que le type l’embarque sur son épaule pour s’éloigner. Ça craint un max là Lily … Ça craint un max … Lorsqu'elle tenta de saisir son couteau, le type qui remarqua son manège lui saisit les poignets pour la contenir un peu plus pendant que l'autre glissait ses mains sur elle pour récupérer l'arme. C'était fichu, déjà elle voyait se rapprocher d'elle un véhicule, à  travers les larmes qui brouillaient sa vision.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 558
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: /!\ Dare you to find me   /!\ Dare you to find me EmptyDim 16 Déc 2018 - 11:28
Dare you to find me


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Rayon de soleil, ou de jour, agressif en plein dans la paupière. Fait naturel en soit mais qui l'obligea à renfoncer le nez dans l'oreiller en ronchonnant. Pas envie de se lever, comme quand il était encore qu'un ado renfermé, comme quand sa mère était forcée de le priver de couette pour le pousser à se mettre droit sur ses tiges et aller se peigner un coup. Songeant à elle, en se réhabituant lentement à la réalité qu'était pu celle à laquelle il songeait là, Julian glissa les mains sur le futon de fortune, sous le coussin, avant que ses traits se froissent un peu plus qu'avec le pli de drap qu'il avait sur la trogne. What ? Y avait jamais eu de papier là, enfin la veille y en avait pas, mais y avait Lily pas loin, et ce même s'ils s'adressaient peu la parole depuis un certain moment. Mollement, l'étudiant agrippa le feuillet et en lut les lignes, sans faire gaffe au truc griffonné dans un coin, puis passa la langue au cœur de ses lèvres. Il louchait ou bien ? Alors ouais il avait la tronche défaite, les cheveux en pétard et peinait encore à se familiariser avec la lumière vive qui provenait du balcon mais, nope, il louchait pas. Dimples était partie pour faire un tour, toute seule ? Shit, ça faisait longtemps ou juste quelques minutes ? God damn'it, s'il avait jamais vraiment su se saquer direct, là il fut debout en un temps record et sapé tout aussi vite.

Jeans sur les tiges, t.shirt troué par endroit, sweat, ce dernier un chouïa électrique qui fit crépiter ses cheveux, Foster tira dessus pour couvrir son nombril avant d'entendre un truc dehors. Enfin, entendre, pas vraiment avec le double vitrage qui leur évitait de clamser de froid mais, ouais c'était comme si le putain de vent gueulait son prénom. Sourcils froncés, il avança jusqu'à la baie et l'ouvrit pour se pencher par delà le garde corps. Juste une illusion ? Ça te fait pas penser à une vieille musique des années quatre vingt dix ça ? Tien, l'autre aussi se réveillait, comme un tout autre auquel il avait pas fait gaffe parce qu'y avait pas de risque de l'effrayer, de la troubler ou …. Juliannnnnnnnnnn ! Là c'était pas le vent, c'était pas dans sa tête et déjà son regard déviait à l'autre bout de l'avenue.

- Lily ? Il voyait pas grand chose de sa position, juste des silhouettes et immédiatement il songea aux nerds. Son cœur tonna plus fort, fort au point de faire vibrer la peau de son thorax et l'inviter à aller chopper le winchester pour rapidement ramener la lunette devant son œil droit. Fuck ! Pire que les charognards, pire que pire, des mecs, des mecs bien en vie même s'ils semblaient crades à crever. Il avait pas fait gaffe à leurs sale trognes, juste au fait qu'ils retenaient la jeune fille. Vite, vite ! L'étudiant abandonna le balcon, le fusil sur l'épaule, choppa rapidement le CZ, le piolet et quitta le logement sans rien fermer. On se foutait du matos, y avait qu'elle d'important là, qu'elle et ….. Son pied rejoignit la porte au bas des marches, lui imposant le faciès décharné d'un vautour dans le crâne duquel il enfonça les crans avant d'avancer, malgré tout forcé de revenir sur ses pas. Putainn, allezzz !!!!

Le métal du piolet était coincé dans le cartilage, le forçant à tirer à deux paumes, le cœur en plein délire parce qu'il l'entendait hurler encore, parce qu'en jetant un rapide coup d’œil, tout en collant la semelle sur la dépouille agenouillée face à lui, Foster voyait les deux tas de gras la tirer vers une caisse. Enfin l'arme céda, arrachant un bon bout de crâne à la victime. La force, le recul là, le fit tituber en arrière pour mieux heurter le dos à un truc trop mou, trop flasque pour qu'il pense à une paroi de briques ou à une épave de bagnole abandonnée. Son bras fut pris comme dans un étau tandis que le fusil dégageait de son épaule. S'il remua suffisamment pour faire lâcher prise à ce qu'il pensait être un nerd, son cœur cessa de battre en croisant cette face là. Ils étaient encore en vie, après tout ce qu'ils avaient mangé dans la pomme ? Les sales clodos croisés des mois plus tôt, ceux qui lui avaient refait la gueule au No Man's truc, ceux à qui Yulia avait fait bouffer leurs dents dégueulasses.

- T'es content d'me voir j'suis sûr ! Julian ravala sa salive entre deux sauts monstrueux de son cœur, entre deux coups d’œil vers Lily, plus loin, qui disparaissait dans ce vieux van pourri. LIL …............. Une autre grosse paluche serra sa mâchoire, l'empêchant de gueuler davantage. On savait pas qu't'avais une copine Juju, mais ça nous arrange, c'pas les filles du coin qui peuvent faire l'affaire.

Une lueur sombre fila dans son regard et en un rien de temps il se racla la gorge et lui cracha le mollard en plein dans l’œil. Petite victoire, pas assez satisfaisante parce que déjà la caisse où la jeune fille était enfermée disparaissait et que là, un gros coup dans la trogne invitait des petits poussins à tournoyaient autour de sa tête. Un autre ensuite et là, plus de piaillement, plus rien …. Le néant.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 498
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Dare you to find me   /!\ Dare you to find me EmptyDim 16 Déc 2018 - 12:24
Sans la moindre délicatesse, Lily fut jetée à l’intérieur d’un van qui sentait aussi mauvais qu’il faisait flipper, à un point que la gamine préféra fermer les yeux pour rien voir. Quoique c’était pire en fermant les yeux, parce qu’elle imaginait, elle voyait derrière ses paupières closes les pires choses du monde, les plus sales, les plus violences. Lily panique pas, mais c’est la merde là. Merci, elle avait pas remarqué. « Laissez-moi partir … qu’est-ce que vous voulez ! » bredouilla-t-elle en frappant sur le siège du conducteur qui remettait le contact. « Laissez-moi partir !! » Au plus elle hurlait, au plus ils montaient le son de cette musique, cette country qui là lui donnait envie de pleurer encore plus.

De ses poings Lily cognait le siège, jusqu’à que le passager se tourne pour lui lancer un regard qui faisait froid dans le dos avant de faire signe à son pote d’arrêter le van. Le type sortit du véhicule et fit coulisser la portière latérale pour venir s’asseoir près de Lily, trop près. « Tu vas la fermer ma jolie, on a rien contre toi, mais ton petit copain a une dette à payer alors comme on a pas trouvé l’autre nana, c’est ta petite gueule d’ange qu’on embarque. » Elle avait peur de comprendre. Personne l’avait suivi, Julian lui avait promis, il lui avait promis que Yulia avait fait fuir ces types pour de bon. A nouveau, la gamine se mit à pleurer, sangloter de peur, alors que le van se mettait à nouveau en route. Son regard clair se hasarda un instant vers l’extérieur, vers le bâtiment. Juste assez pour voir le brun à terre. Non. Un cri qui resta coincé dans sa gorge.

Le type tourna la tête vers la scène alors que le van s’éloignait, un rire mauvais fila ses lèvres. « Ah ouais, désolé pour ton petit copain, on va lui régler son compte et ensuite on prendra soin de toi. Et là, la dette sera payée. » Lily recommença à s’agiter, glissant sur le siège pour tenter d’ouvrir la portière derrière elle, elle s’en foutait de tomber sur la route, de se blesser, ça serait toujours mieux que rester ici, elle devait aller aider Julian. Sauf qu’avec sa force de mouche, avec la peur, et ce type en face d’elle, la gamine alla pas bien loin. Son ravisseur saisit son bras pour la ramener vers lui, elle aurait pu jurer qu’un truc avait craqué, ça faisait mal, ça faisait peur, pire encore en sentant son souffle contre sa tempe. « Reste avec nous ma jolie, ça va bien s’passer. » Elle savait rien faire, rien dire, pas se défendre, pourtant ils avaient essayé de lui apprendre, Nelson, Julian, mais là, Lily était juste tétanisée par la peur.

Le type la balança contre son siège et resta à côté juste pour la surveiller, mais surveiller quoi au juste ? Lily se roula en boule sur le siège, à pleurer, tenant ses bras entre ses mains, tellement fort qu’elle s’en marqua la peau sous les vêtements. Elle vit pas passer le trajet qui pourtant lui sembla durer des heures, pourtant en réalité, il s’était passé quoi ? Une grosse heure au moment où la portière coulissa à nouveau dans son dos et qu’on la tira de là sans ménagement. Tétanisée, incapable de se défendre, Lily se laissa trainer jusqu’à un bâtiment qui lui disait absolument rien. Elle était loin, loin de la maison, loin de sa maison, loin de lui.

Son regard clair rougi par les larmes tenta de remarquer quelques éléments du décor, de vieilles locomotives, des rails, c’était quoi une gare ? Non regarde mieux. Northwest Railway Museum. C’était où ça ? Comment elle allait rentrer ? Comment il allait la retrouver ? Les deux qui l’avaient embarquée la trainèrent jusqu’à un vieux wagon pour la jeter à l’intérieur, un seul des types resta avec elle, son regard rivé sur elle à lui filer des sueurs froides. « Où … Où on est …. Où … Où est Julian … » Elle parlait difficilement, la voix éraillée par l’angoisse, par les sanglots, recroquevillée sur elle-même entre les rangées de sièges. « Assise. » Quoi ? Il la prenait pour un gentil chien-chien à qui on demandait de faire le beau ? L’homme avança et lui colla une claque qui la fit valser sur les sièges. « J’ai dit, assise. Ton mec viendra pas ma jolie, c’est juste toi et nous princesse, alors arrête de chialer où j’t’en colle une autre, okay ? » Elle en tremblait. « Julian … Où est … Julian … » Le type vint s’accroupir face à elle, prenant son visage entre ses doigts. « T’es mignonne mais pas très futée hein … Ton Julian il doit servir de repas aux cadavres à l’heure actuelle. » Lily secoua la tête, se dégageant de la prise du type qui était là plus monstrueux que les monstres, Julian était pas mort, elle y croyait pas, elle voulait pas y croire. La gamine recula, se collant à la paroi glacée du wagon, ramenant contre elle ses  genoux pour se rouler en boule et pleurer. Lily … C’est pas la fin allez … Si, c’était la fin.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 558
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: /!\ Dare you to find me   /!\ Dare you to find me EmptyDim 16 Déc 2018 - 14:47
Dare you to find me


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


- C'est rien, laisse lui ça l'occupera avant que m'man r'vienne. M'man ? Sûrement l'autre vieille moche édentée, y avait pas trente six autres faciès qui lui traversaient le crâne. Puis c'était sourd, presque inaudible mais le pire c'était la brume, ou cet espèce de voile opaque quand il papillonnait des cils. Une lumière vive qui l'obligeait à froncer les sourcils, plisser les paupières, à grimacer même parce que ça faisait sacrément mal là, à l'angle de sa mâchoire. CLAC !!!! Julian en sursauta sans vraiment encore émerger, mais au moins il avait plus l'impression que ses rétines allaient brûler. Y avait plus qu'un vague filet de lumière blanche, ou grisâtre, qui passait sous ce truc qu'avait grincer avant de faire clac. Une porte ? Ouais, une porte qui coulissait parce qu'il avait pas senti le courant d'air lui caresser la trogne. Et cet odeur métallique, fer rouillé un peu... c'était quoi ? Ça lui emplissait les narines, la gorge, l'obligeant à tousser avant de grimacer de plus belle en se rendant compte que ça avait un rapport avec le sang qui lui dégoulinait du nez direct dans la bouche. Elle va s'occuper d'lui … Cette fois, et malgré la douleur dans l'os de son visage, Foster se traîna vers la parois d'où provenaient les voix. C'était dégueulasse, gavé de rouille, mais fallait qu'il sache, parce qu'à peine eut-il rouvert correctement les yeux, qu'il imaginait le pire et pas à son sujet. Le jeune homme colla l'oreille au battant, enfin ce qu'il pensait bien être une porte, ce qui devait être une porte finalement parce qu'il tâtonna rapidement et tomba sur l'espèce de poignée qu'il tira, tira, encore et encore, à se faire mal aux muscles et aux épaules avant d'entendre teinter quelque chose quand il parvint, à peine, à la faire bouger. Une chaîne ? Pfffffffffffffffffff. Ouais, c'était ça, il la vit en entrebâillant à peine cette merde là. et nous on va foutre la trouille à la p'tite dondon, ou plus s'tu vois c'que j'veux dire frangin..... Son cœur loupa plusieurs battements. Lily.... Rapidement son esprit fit le point sur ce qu'il avait vu avant de sombrer. Elle était là aussi ?

Julian entendait plus que le bruit sourd de ses propres inspirations, sa peau se hérisser, déjà à glisser les mains contre les poches de son sweat sans rien y trouver. Ses yeux tentaient de s'habituer à la pénombre avant qu'il déglutisse, que son dos heurte une autre parois et qu'il laisse choir là, comme une loque. Les genoux fléchis, coudes appuyés dessus, il sentit les larmes rouler sur ses joues. C'était sa faute tout ça, parce qu'il s'était cru plus mâlin que ces abrutis dont il se souvenait, et là y avait personne pour l'aider. Yulia et Neil étaient pas là et Lily elle ….. Vlan.... Clac. A nouveau la lumière et à contre jour il vit qu'une silhouette massive avant de redresser le nez vers un faciès dégueulasse. Le gros lard, le gros lard qui lui offrait un sourire tout aussi cradingue que les fringues qu'il portaient. Pas un mot fila ses lèvres, pas un, néanmoins le temps avait dû passer, il avait même plus sa montre alors il en savait rien, mais ce gros plein de soupe lui ramenait un espèce de plateau qui faisait clairement pas envie. Tout ce qu'il y vit, c'était ce couteau à beurre à bout rond, le reste ça l'intéressait pas alors que Gras Double s'agenouillait – enfin comme il pouvait étant donné sa grosse panche – pour l'observer.

- Alors t'es content d'nous r'voir j'suis sûr hein Juju ? Il lâchait pas le couteau des yeux, enfin jusqu'à profiter de la porte ouverte derrière lui pour jetait un coup d’œil à la foutue geôle. Un wagon de marchandise, ils étaient où au juste ? Dans une vieille gare ? Ca cogitait dans son crâne et déjà l'autre devait s'en rende compte au point qu'il lui agrippa les joues. Bordel sa paluche faisait la taille de son visage et, même si c'était que de la graisse, il avait de la force, assez pour l'obliger à le regarder. Doug s'occupe d'ta copine t'en fais pas, elle hurle d'jà d'plaisir. Son sang roula mal dans ses veines, plus vite, plus fort. Pis rêves pas, t'feras rien d'super avec un couvert d'marmot, on est pas débile.

- Elle est où ? Pour seule réponse il s'obtint un rire gras. Mais ouais, ... t'es pas débile, j'le sais, même un crétin d'base saurait ça, Dickhead.... Il vit les deux chenilles pileuses se froncer au dessus de ses yeux de bourrin. Et un simple « quoi, ça ? » Fila sa gorge avant que son air change rapidement là. Blême, livide, surpris sans doute un peu aussi. D'un geste rapide Foster venait d'agripper le couteau puis de lui planter dans le gras de la panse, et il poussait le geste, plus sec, plus fort, pour que le truc disparaisse quasiment jusqu'à la garde de plastique dans les entrailles. T'pas débile, c'sûrement juste la graisse dans laquelle baigne ton pois chiche. Siffla-t-il à son oreille avant de le repousser et de lui foncer dessus pour le faire choir du wagon direct sur les rails.

Julian se servit de lui comme d'un matelas pour pas se faire mal, avant de s'habituer à la lumière extérieure, puis d'agripper, rapidement et sans réflexion, le premier truc qui lui tombait sous la main. Grosse caillasse, brique ? C'était suffisant, suffisant pour lui éclater le crâne, fort, fort, plus fort encore et ne laissait qu'un tas de gras inerte, qui venait de lui consteller la trogne de sang et de matière grise, duquel il se détacha en respirant mal et trop vite. Le thorax soulevé par le geste, la violence même, Julian recula avant de se retenir à l'entrée du wagon qu'il venait de quitter. Son cœur battait jusqu'au bout de ses doigts, jusque dans sa gorge et ses lèvres entrouverte sur lesquels il passa la langue en retenant une nausée. Pas le temps de se remettre, pas le temps de relâcher le contenu de son estomac... pas le temps. Déjà il entendait des voix plus loin. Un coup d’œil rapide auprès de lui, tandis que la pierre sanglante entre ses doigts rejoignait lourdement le sol, et le jeune homme embarqua la chaîne au cadenas ouvert avant de filer. Il devait la trouver, le plus vite possible.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 498
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Dare you to find me   /!\ Dare you to find me EmptyDim 16 Déc 2018 - 16:02
C’était fini là, c’était la fin, la fin de trois années de galère. Lily allait finir ses jours ici, sa vie, sans avoir remis les pieds à Chicago, sans avoir retrouvé sa mère, sans avoir retrouvé Nelson. Et le pire dans tout ça ? La seule personne qu’elle voulait auprès d’elle là pour la protéger, pour la sauver, pour la rassurer, c’était lui. Julian était pas mort, il servait pas de casse-dalle aux monstres, c’était qu’un mensonge du type en face d’elle qui l’observait pour lui faire un peu plus mal, lui faire un peu plus peur. Il bronchait pas d’ailleurs ce type, les mains appuyées de part et d’autre des sièges où il l’avait jetée. Lily avait déjà été enlevée, dans les premiers mois, mais il y avait rien de comparable, parce que dans le regard des types qui l’avait embarquée à l’époque, il y avait pas cette malice, ce mal pur. Cette folie. Ce qu’elle voyait dans son regard à lui.

« Allez ma belle, ça sert à rien de chialer comme ça, ça le fera pas revenir, ça te fera pas sortir d’ici. » Elle évitait son regard, tentant de se fondre dans la carcasse de ce wagon, disparaître pour s’enfuir d’ici, loin d’eux. Lily avait peur, mais elle voulait pas mourir, ou pire. « Comment tu t’appelles ? » Aucune réponse, la gamine resta muette, jouant nerveusement avec la gourmette à son poignet, avec le médaillon qui y pendait et qui attira l’attention du gros balourd en face d’elle. Sa main calleuse vint saisir son poignet fin pour l’attirer à lui, et d’un geste il lui arracha la gourmette du poignet. « Non ! Rendez-la moi ! » hurla-t-elle à travers les sanglots, alors que le type détaillait la médaille. D’un côté son prénom, de l’autre une fleur, un lys. « Lily … C’est un joli prénom … » Il glissa la gourmette dans la poche de son jean délavé avant de tirer un peu plus sur son poignet.

Lily tenta de rester plantée là, sans bouger d’un pouce, le forçant à tirer plus fort, marquant sa peau un peu plus. Son poignet lui faisait mal, elle voyait déjà la marque rouge sur sa peau. Le type la lâcha d’un coup, la gamine roula sur les sièges avant de se dire que passer sous les fauteuils était un bon plan pour quitter cet endroit. Dans la poussière, en larmes, Lily rampa vers l’extrémité du wagon, s’écorchant les mains sur certaines armatures usées. Courage Lily, il pourra pas t’attraper là-dessous, tu peux y arriver. Ce gros plein de soupe pourrait pas l’attraper, il pourrait pas, elle pouvait fuir si elle parvenait à gagner la porte. « Bordel gamine ! Sors de là, pas le moment de jouer à cache-cache, t’sais que je vais te trouver … T’iras nulle part, ce qu’on trouve, on le garde, et on en profite, on s’en sert jusqu’au bout … » Il lui faisait froid dans le dos, des flashes de l’état de Yulia lui pétaient dans le crâne. Quand enfin elle vit la porte à l’autre bout du wagon, Lily pensa attendre le moment opportun pour sortir et se faufiler mais le type la rattrapa trop facilement.

Sa main agrippa son manteau dont elle tenta de se sortir, mais c’était peine perdue. Lily elle était agile, elle savait passer partout, mais face à un type qui faisait pas loin de trois fois son poids, elle arrivait à rien. Après lui avoir arraché le manteau des épaules, le gros lard dont elle ignorait le nom la projeta contre la porte avant de se coller dans son dos, son souffle fétide contre sa joue. C’était pire, pire que la douleur dans sa pommette déjà endolorie qui avait heurté la porte, pire que les entailles à ses mains et le bleu qui commençait à se former à son poignet. « Laissez-moi partir … laissez-moi … » Mais ça avait pas l’air au programme pour le type qui la traina dans hors de ce wagon dans le suivant malgré ses hurlements qui lui arrachaient la gorge, pour la jeter dans une des couchettes poussiéreuses. Non, Lily le laisse pas faire, te laisse pas faire ! Te laisse pas faire ! A l’aide, que quelqu’un lui vienne en aide. Lily voulait ni mourir ni pire, pourtant là elle avait l’impression que ses forces la quittaient. Lily … allez quoi … secoues toi, tu veux pas mourir non ? Tu sais qu’il va te retrouver, tu vas croire ce type, tu vas pas le laisser faire hein … Lily … Y’avait bien que la mégère dans son crâne là pour la réveiller, pour la sonner assez alors que le type fondait sur elle, tétanisée sur l’assise du siège. Maintenant Lily ! Il poserait pas ses sales pattes sur elle, la gamine lui remonta son genou dans les valseuses, ça marchait toujours ça, Nelson lui avait appris.

Le type recula en pestant, prêt à lui coller une nouvelle gifle mais Lily profita d’être plus petite, plus agile pour se faufiler hors de la cabine et fuir jusqu’à la porte à l’opposée, la plus éloignée. Pour mettre le plus distance possible entre elle et lui, sauf que voilà, cette porte elle avait aucune assurance qu’elle soit ouverte et elle l’était pas. Merde Lily ! Pas vraiment jouasse, le gros lard revint vers elle, près à lui coller cette fameuse gifle qu’il avait envie de lui coller depuis qu’elle lui avait fait remonter les parties. « Espèce de petite pute … j’voulais que ça s’passe bien mais en fait j’m’en cogne, tant pis si les autres ont plus rien à profiter. » Entre les larmes, les sursauts de la peur, Lily le vit approcher et lever sa main. Baisse-toi. Sa main se fracassa dans la porte, et déjà la jeune Thomas se faufilait vers l’autre extrémité du wagon pour y voir émerger une autre silhouette. Non !

Pas le choix, la gamine se jeta dans une cabine et verrouilla la porte, sentant bientôt les coups sur celle-ci. « Doug qu’est-ce que tu fous ?! » La voix du dénommé Doug, si c’était son prénom, s’excusa auprès de la femme, vieille, aussi effrayante qu’eux. Il l’appelait m’man, comment cette femme pouvait laisser ses enfants faire ça ? Assise dos contre la porte, Lily se remit à pleurer. « Je suis désolée … je suis désolée … » Elle y arriverait pas, elle était ni assez agile, ni assez forte. « Sors de là ma jolie, mon fils veut juste s’occuper de toi, on va pas te laisser moisir ici. » Elle en croyait pas un mot, tant pis les coups sur la porte qui la faisaient sursauter à chaque fois.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 558
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: /!\ Dare you to find me   /!\ Dare you to find me EmptyDim 16 Déc 2018 - 17:18
Dare you to find me


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


La chaîne entre les doigts, Julian fila directement derrière le wagon dont il venait de sortir. Ses yeux peinaient encore à faire le point, juste parce que cet enfoiré de Doug lui avait collé un pain, qu'il avait dû secouer quelque chose ou... C'est rien Jul. C'était rien ouais, c'était moins grave ce que cet abruti de Flinch venait de lui sortir à propos de Lily. L'autre gras de panche était avec elle et c'était pas le plus sain – si seulement dans ce groupe de sales brutes quelqu'un était sain d'esprit – du lot. Son cœur bondit de travers encore et à le sentir vibrer dans sa gorge, au creux de sa carotide, Foster en avait mal, mal jusque dans la marbrure rouge, qui virerait sans doute au violet noirâtre s'il avait la chance de survivre, d'ici quelques jours.  Lèvres entrouvertes, histoire de respirer plus facilement, le jeune homme écarquilla grands les billes en voyant, à l'autre bout du conteneur sur rail, un autre clampin. Celui là, il le connaissait pas, il l'avait jamais vu et il était pas gras, pas une seconde, plutôt même plein de muscles. Pourtant c'était pas ce qui l'attira, c'était pas la taille monstrueuse de ses biceps, prêts à faire péter les coutures de sa veste, qui l’intéressait, mais le fusil qu'il avait sur l'épaule.

- C'pas à toi ça ... Le winchester était juste là, sur le dos de ce sale crétin. Ils avaient déjà dispatché ses affaires. Sa langue passa au creux de ses lèvres et, avant que neu-neu tourne les yeux dans sa direction, Julian agrippa le haut du wagon de face et se hissa sur le toit pour avancer jusqu'au rebord. Il devait récupérer son arme, avec ça entre les paumes ce serait plus simple. Pourtant en s'accroupissant là, un truc à angle lui fit mal à la cuisse. Ses doigts rejoignirent la poche de son jeans et il fronça les sourcils en extirpant la petite boite à musique. Coup d’œil en bas, puis plus loin quand ses hurlements retentirent. Dimples.

Okay, ce truc entre ses phalanges, c'était sans doute ce qu'il avait de plus efficace pour que le mastodonte, qui lui faussait déjà compagnie, revienne sur ses pas. Avec un peu de chance il était aussi demeuré que les trois auxquels il s'était frottés par deux fois. Julian ouvrit la boite, puis la laissa retomber au bas du wagon, priant juste pour pas que ça foire, pour pas casser le truc le plus cool qu'elle lui avait offert. Perfect, le générique mécanique de l'araignée retentissait, attirant l'autre montagne de muscles au cerveau plus petit qu'une noisette. L'étudiant le laissa approcher, la chaîne serrée entre les phalanges. Encore, encore un petit peu ….. Le type baissé était là, prêt à ramasser le jouet. Le jeune homme se laissa retomber dans son dos, se hâta de lui passer les maillons autour du cou, mais fut entraîné quand le géant se redressa sous la surprise et le manque d'oxygène.

- God ! Ses pieds touchaient quasiment plus terre et, malgré tout, Julian serrait, serrait. Son dos heurta violemment le métal rouillé qui parut lui labourer les omoplates. Bong, BONG ! Plusieurs fois, dur, violent et assez désagréable tant les vibrations du wagon dans lequel l'autre l'encastrait, pour se libérer de la strangulation, lui secouaient les os. Faut …... qu'tu clamses, ….. motherfucker !

Miracle, y avait un rebord là, pas très large mais juste assez pour qu'il puisse y reposer les pieds, grimaçant entre la force qu'il mettait pour l'étrangler, en l'entendant se noyer à l'air libre, mais aussi parce que son propre fusil, en barrage entre le dos de ce mec et son corps, lui défonçait le plexus. Il s'y attendait pas en revanche au coup de coude cinglant dans le flanc, forcé de relâcher sa prise. Réagis petit ! Zed.... Sa voix et, bordel le fusil, la sangle ! La main contre ses côtes douloureuses, ses doigts libres eurent à peine le temps d'agripper la hanse pour la ramener contre lui, se décaler et voir la nuque du dégénéré rencontrer la parois. BONG !. Le winchester rejoignait les mains de son propriétaire qui posait pieds sur les rails, le cœur en pleine rave, le sang si bouillant qu'il en respirait comme un taré. Il redressa le canon, et même si la pachyderme était sonné il le fut pas suffisamment pour pas courir, comme un sanglier chargeait, dans sa direction. Pas le temps d'ajuster pour lui éclater la théière mais plutôt un autre point stratégique qui le fit s'étaler en hurlant. Ça devait faire mal ça, et dans peu de temps il se viderait de son fluide. Déjà une flaque pourpre maquillait les gravats. Ce qu'avait fait de lui un homme était plus qu'un souvenir éclaté par la bastos qu'avait traversé ses pruneaux et le reste.

Julian respirait mal, les poumons brûlants pourtant, même si ce connard méritait de souffrir, il lui colla une balle dans le caisson pour ensuite s'approcher de lui et le fouiller. Plus que deux balles, ou pas... S'il se couvrait les mitaines de sang et de chair, malgré tout le jeune homme récupéra une poignet de douilles qu'il colla dans la poche de son sweat après avoir rapidement rechargé le fusil. La boite à musique récupérée le jeune homme passa en pilotage automatique. Les deux échos de tir faisaient déjà rappliquer quelques autres. D'autres dont il se foutait pour l'instant parce qu'il avait entendu Lily plus tôt et qu'il savait à peu près la situer dans le cimetière ferroviaire. Le corps abandonné, qui muterait plus tard, Foster se faufila entre les divers wagons jusqu'à l'angle du dernier où, plus loin, trônait le plus beau du lot. Bon, déjà c'était pas une gare, plutôt un genre de musée ou autre chose. Mais ici, y avait de l'agitation, il entendait des voix et surtout celle de la vieille morue édentée. Prêt à y aller, l'étudiant ré-ancra le dos contre le métal derrière lui quand un vieux maigrichon se précipita vers l'entrée de l'orient express. Lunette  ramenée à l’œil droit, Julian ajusta la visée puis, quand le viseur fut pile à l'endroit désiré, pressa la détente et vit exploser le melon de papy.

- Headshot. Et si Lily était là, avec Doug et la vieille qu'il avait pas encore vu, nul doute qu'elle saurait tout comme les deux – l'espérait-il – se pisseraient dessus.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 498
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Dare you to find me   /!\ Dare you to find me EmptyDim 16 Déc 2018 - 19:18
A chaque coup contre la porte, Lily sursautait. Les yeux fermés, l’adolescente savait juste pas quoi faire. Impossible d’échapper à ces gens, ils étaient que deux devant cette porte à tambouriner, à lui parler mais elle savait qu’il y avait au moins un deuxième type, celui qui l’avait embarquée. Un troisième aussi, puisqu’elle en avait vu un se tenir près de Julian. Son cœur se serra, il pouvait pas être mort, c’était impossible. Quelle idiote elle faisait, elle était partie, elle avait voulu sortir sans rien lui dire pour tenter d’arranger les choses, mais son mot pouvait l’induire en erreur. Le brun aurait peut-être pensé qu’en fait, elle voulait plus le voir. Penses pas à ça maintenant Lily ! Ecoute ! Il y avait un raffut pas possible dehors, sans se décoller de la porte, les pieds contre l’armature du siège sur le côté pour tenir la porte fermée malgré les tentatives des autres frappés dehors, Lily tenta de jeter un coup d’œil par la fenêtre poussiéreuse.

Bang ! Le coup de feu résonna dans sa tête. « Julian. » Ca pouvait être n’importe qui, n’importe quoi, les ravagés qui se défendaient contre des monstres. Mais, parce que Lily voulait pas croire qu’il était mort, elle se convainquit que c’était lui. Les coups dans son dos s’arrêtèrent. Elle prêta l’oreille. « Doug vas voir ce qu’il se passe. » Elle était toute seule la vieille là ? Pas le temps de cogiter davantage, une silhouette passa près de la fenêtre face à elle, la faisant sursauter mais pas autant que le coup de feu qui lui explosa le crâne sur le verre usé. Lily porta ses doigts à ses lèvres, autant pour pas crier que pour éviter de vomir. C’était pas des rôdeurs, c’était forcément lui. « Sors de là, gamine. J’sais pas ce qui se passe dehors mais toi et moi on va aller se caler ailleurs en lieu sûr. » « Okay … j’vais … j’vais ouvrir la … porte. » Sûre de son coup ? Pas vraiment, mais elle devait essayer.

Lily avisa les porte-bagages au-dessus des banquettes-couchettes. Laissant le verrou fermé, la gamine se releva, grimpant sur la couchette pour se hisser comme elle le put malgré la douleur de ses mains entaillées sur le porte-bagage de droite. Petite et agile, elle s’y glissa avant de reprendre. Sûre de ton coup ? Fallait qu’elle se soit, pourtant la peur faisait battre son cœur vite, trop vite. Elle devait sortir de là, sauver sa peau. « Le verrou est coincé, j’arrive pas à ouvrir … » La vieille de l’autre côté lui gueula de se dégager de devant la porte et tira avec une arme pour faire sauter l’intégralité de la poignée qui vola en éclats. La vieille bonne femme entra dans la cabine, surprise de pas y voir la gamine. Elle commença à pester mais Lily se laissa tomber sur elle, ses bras enroulés autour de son cou.

Elle était imposante cette vieille, elle sentait mauvais, et surtout l’arme qu’elle avait à la main était celle de Julian. Lily en connaissait pas le nom, mais elle l’avait reconnue, elle en était sûre. Elle remarqua autre chose. « Putain tu vas me le payer espèce de merdeuse ! » Et au plus elle gueulait, au plus la brunette se cramponnait, la peur au ventre, la rage de quitter cet endroit. Ses doigts glissèrent vers le piolet qu’elle avait simplement suspendu à sa taille. Main gauche agrippée douloureusement sur la vieille dégueulasse qui se débattait pour la faire chuter, Lily saisit de la main droite le piolet pour lui planter dans le bras et lui faire lâcher l’arme à feu. La bonne femme se rua en arrière, ça faisait mal, son dos heurta l’arête qui séparait les deux couchettes sur la gauche, Lily se laissa chuter, ramassant l’arme au sol, le piolet dans une main, le CZ dans l’autre avant de se précipiter hors de la cabine pour détaler dans le wagon, à l’opposé de la direction prise par Doug.

Son cœur battait à tout rompre, la vieille hurlait dans le wagon. Elle l’avait pas tuée, à peine handicapée pour quelques heures, et elle avait pas la moindre idée de là où elle devrait aller. « JULIAN !!! » S’il était là, il l’entendrait, il viendrait l’aider. Il fallait qu’il soit là, il pouvait pas être mort. C’était forcément lui, et il était venu la sauver. Ou alors ils l’avaient embarqué comme toi ma fille. Elle pouvait pas la laisser se rassurer, se dire qu’il était là pour elle, pour la sauver, depuis Alki Beach jusqu’à … cet endroit que son regard découvrit un peu mieux. « DOUG ! La gamine se barre. » Cours Lily, trouve une cachette, tu sais faire ça. Mets-toi à l’abri. La brunette quitta sa planque à l’angle du wagon pour courir vers un autre wagon, le premier où on l’avait faite entrer, elle pourrait se planquer à nouveau sous les fauteuils. C’était un bon plan.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: /!\ Dare you to find me   /!\ Dare you to find me Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- /!\ Dare you to find me -
Page 1 sur 10Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» EDGAR ✖ he said if you dare come a little closer.
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» LILY ❝ easy as a kiss we'll find an answer.
» Una • ❝People don't change, they just find new ways to lie.❞

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: