The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- First come, first served -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 498
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: First come, first served   First come, first served - Page 6 EmptyVen 14 Déc 2018 - 23:14
Il était ailleurs, Lily en fronça les sourcils, plissant les yeux en le dévisageant. En même temps, toi aussi tu plane parfois, il en fait pas un fromage. Ouais mais elle c’était différent, pourquoi, comment ? Elle savait pas, mais elle, elle avait le droit, ça l’inquiétait pas à elle quand elle planait, Lily s’en faisait jamais pour elle. Mais si Julian disait rien, s’il était là sans être là … Ouais, ça l’inquiétait, ça la rendait triste, parce que même si c’était que depuis quelques jours, même pas un mois le brun comptait pour elle. Comme ton amie Olivia dont t’as plus de nouvelle hein ? Comme Nelson qu’a disparu ? Tu le sais que les gens finissent par disparaître, à quoi bon ? Secouant la tête, son bol de chips entre les mains, Lily entendit finalement Julian répondre.

Ça allait, mais finalement ça avait pas l’air d’aller. Quoi ? Quoi ? « Quoi ? » Là, elle comprenait pas, une grimace étira ses lèvres qu’elle mordillait toujours, nerveuse de savoir ce qui clochait. Est-ce qu’elle l’avait vexé avec ses blagues sur l’entrainement au tir et son prétendu talent à elle qui restait à démontrer ? Lily se tourna légèrement pour commencer à poser le bol de chips sur le plan de travail quand Julian reprit, la forçant à froncer un peu plus les sourcils. Ma parole … et dire que je te trouvais pas claire dans tes pensées confuses … « Julian de quoi tu parles ? Tu fais une attaque ? » Ca y ressemblait là, elle avait l’air encore plus inquiète encore, parce qu’elle croyait à ses propres conneries.

Le bol toujours dans la main droite, Lily hésita. Elle devait aller vers lui, faire ou dire quelque chose ? C’était quoi le plan ? Elle devait faire quoi ?! J’en sais rien ! Bah non, elle en savait rien, misère. Bouge, vas le voir pour t’assurer qu’il va bien. Ou pas. Lily resta figée, frissonnant en sentant ses doigts glisser à sa nuque, il avait les doigts gelés mais c’était pas ça qui faisait pleuvoir les frissons le long de son échine. A peine le temps de dire ouf ou de penser dire ouf ou simplement de penser. Ses lèvres trouvèrent les siennes, black-out total. Plus rien répondait là-haut, tout son corps vibrait mais y’avait plus personne aux commandes, la mégère pas apprivoisée avait arrêté de jacasser. Le bol de chips toujours dans la main droite, Lily recula, ancrant les reins au meuble derrière elle en tentant d’y poser le bol qui glissa sur la surface brillante, pas de casse, et de toute manière là, elle s’en fichait de la casse.

Ses mains libres glissèrent aux fibres de son t-shirt, serrant entre ses doigts l’étoffe pour se raccrocher à lui, pour pas se perdre, pas perdre pieds. Le souffle court dès qu’il se mêlait à celui du brun, entre chaque baiser, Lily se lova un peu plus contre lui. C’était quoi au juste ? Ce qu’il y avait entre eux ? Julian lui plaisait et ça, ça voulait dire qu’elle lui plaisait aussi ? C’était quoi la suite ? C’était quoi le début ? Aucune voix dans son crâne pour lui répondre, juste cette impression que son corps faisait exploser tous les thermomètres. Elle avait chaud là, chaud à en frissonner, c’était quoi ça ? La gamine comprenait rien, rien à rien, et finalement elle s’en fichait, tout ce qu’elle savait et comprenait, c’était ce besoin de l’avoir lui, plus, un peu plus. De jamais le laisser partir alors qu’il était juste là.

Les questions tournoyaient dans son crâne, pas l’ombre d’une réponse. Ses doigts remontèrent vers son cou pour le serrer un peu plus dans ses bras, jouant de ses mèches brunes, ses lèvres toujours rivées à celle du brun. Des papillons dans le ventre, une nuée de papillons qui s’envolaient, qui voulaient l’aider elle à s’envoler. « J-Julian … » souffla-t-elle entre deux baisers, déjà envieuse de recommencer alors qu’elle le repoussait, pas pour se séparer de lui, non simplement pour quitter cette cuisine et trouver le canapé. Trouver, c’était le mot, il était où ce canapé ? Sans doute au même endroit que ta timidité. Ah tiens, la mégère se faisait entendre, tant pis, Lily l’écoutait pas, mais le fait est que le canapé était toujours pas là et qu’elle avait la sensation qu’on torturait ces pauvres papillons dans son ventre qui voulaient juste s’envoler.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 558
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: First come, first served   First come, first served - Page 6 EmptySam 15 Déc 2018 - 0:01
First come, first served


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Julian savait pas ce qu'il foutait là, pourtant c'était comme si son instinct le poussait à le faire, à dégager les doigts de ses mèches cuivrées pour dévaler ses bras, hésiter du bout des phalanges à ses poignets et, finalement, cercler sa taille quand elle tira sur les fibres de son t.shirt. Elle était pas grosse, pas du tout, plus fragile, plus.... Il savait plus, ses pensées se noyaient entre ses lèvres là, au creux de sa langue qui rencontrait la sienne. Ce genre de baiser, c'était le quatrième et sûrement plus fort que les trois précédents parce que le sang courait comme un dératé dans ses veines, que ouais, finalement, Lily avait peut-être raison, il allait faire une attaque. Non, c'était pas vraiment ça, parce qu'il aurait eu mal au bras gauche et… Chuttt ! Ouais chut, en plus il manquait de souffle, ce dernier saccadé par son corps si proche du sien qu'elle devait forcément le sentir, le sentir comme elle devait pas le sentir. Holy mother of god ! Y avait pas moyen de contrôler ça, encore moins quand elle recula, prononçant son prénom à l'en faire rouvrir les yeux, envieux, gavés de fièvre sans être malade en plus, pour sonder les siens.

Julian déglutit puis recula quand elle lui imposa de le faire, les doigts quasiment greffés à sa taille, à serrer fort son top, pour pas trembler. Il faisait pas encore totalement noir, mais la pénombre grisâtre était presque apaisante finalement, même si ça rendait pas du tout les déplacements très évidents. Une première fois il buta dans une chaise, dans la colonne de DVD et manqua de se rétamer sur le sofa avant de se rattraper de justesse. Pas très bien en plus, pas très bien parce que Dimples avançait encore et qu'il serra d'avantage sa prise en s'étalant dans le sofa. A rien près il s'éclatait le crâne sur l'accoudoir, mais c'était pas le pire là. Le pire c'était qu'il l'avait emportée avec lui, qu'il sentait sa chaleur se répandre contre son corps. Une jambe fléchie, Julian arrondit grands les yeux, peu certain d'être naturel mais y avait ces chenilles, ces trucs étranges qui fourmillaient dans ses entrailles et l'appelaient elle sans qu'il sache comment ou pourquoi. Pourquoi ça passait pas et pourquoi il avait tant envie que ça s'arrête pas. Sa semelle heurta l'autre accoudoir et il poussa pour se hisser un peu mieux sur l'assise avant de dégager une boucle prise entre ses lèvres. A nouveau Jul avala sa salive, mordit sa lèvre et termina par céder à la proximité. Y avait plus que leurs souffles, le froissements de leurs vêtements et peu à peu, au plus ses mains froissaient le tissu contre elle, au plus son cœur battait à peine ses doigts se hasardèrent à la chaleur de ses reins.

Godness.... C'était entrain d'arriver, vraiment, pour de vrai ? Ouais, c'était ça l'attraction et tout le flan qu'en faisaient les autres qu'il avait jamais trouvé passionnants contrairement au monde virtuel qu'il appréciait bien plus. C'était pas pour lui à l'époque ça, mais ça l'était maintenant et pas juste parce qu'elle était la seule fille avec lui, après tout il avait rencontré Yulia mais c'était pas la même chose. A nouveau ses lèvres trouvèrent les siennes et l'une de ses mains glissa, tremblante, contre sa cuisse pour l'inviter mieux contre lui, juste là où la pression devenait aussi délirante et agréable qu'elle faisait mal. Les jeans c'était pas conçu pour ça, pas une seconde et le gars qu'avait invité des frocs aussi étriqués devait certainement pas passer au contrôle technique le matin.

Elle sentait la pomme, elle était belle, elle avait chaud. Lui aussi avait chaud, mais au plus ses mains courraient contre elle, au plus la chaleur le poussait à agir sans penser. Sa main libre osa rencontrer son ventre, lentement et en vibrant comme s'il avait une grippe carabinée, le détail de son dessous, juste là où il sentit battre son cœur. Sa bouche abandonnait la sienne, pressant l'épiderme sucré de sa mâchoire, son cou où s'étouffaient les propres soupirs impatients qu'elle semblait générer. Est-ce qu'il devait dire quelque chose ? Est-ce qu'elle avait besoin qu'il dise un truc ou …. Damn, il savait pas, était paumé dans ses pensées et se perdait encore plus au plus ses mains glissaient contre elle, au plus ses doigts, qui couraient dans son dos, s'attardaient à ces espèces d’agrafe à la con. Fais pas ça, attends …. Quoi ? Quoi ? Y avait pas de problème là, néanmoins il recula, et passa la langue contre ses lèvres en sondant son regard. Fallait qu'il demande sans demander ? C'était ça le truc, nope ? Mais elle respirait déjà trop vite, elle disait rien alors son autre main rejoignit celle dans son dos pour déloger la fermeture et inspirer. Un chapelet d'air fila ses pétales ses pouces à nouveau contre sa peau, sur ses flancs à pianoter maladroitement ses côtes, jusqu'à savourer la chair de poule contre sa poitrine. Et le stress, l'angoisse de pas être foutu de garder les pieds sur terre là, parce que c'était plus que ce qu'il avait jamais fait. Plus que ce qu'ils avaient jamais fait.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 498
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: First come, first served   First come, first served - Page 6 EmptySam 15 Déc 2018 - 10:33
Il y avait aucun manuel, rien pour lui apprendre, plus personne pour lui apprendre, répondre à ses doutes, ses interrogations. Lily était seule face à ce truc qu’elle maîtrisait pas, seule face à lui, sans la moindre idée de quoi faire ou quoi dire, s’il fallait seulement dire quelque chose. Tout ce qu’elle savait c’était qu’elle voulait pas que ça s’arrête, pas de suite, même si quelque part tapie dans l’ombre de cette chaleur, il y avait sa part la plus peureuse qui se cachait. Ce baiser, c’était délirant, Lily avait l’impression de manquer de souffle et de respirer pour la première fois en même temps, elle avait froid quelques minutes auparavant et là elle brûlait. Les questions qui tournoyaient dans son crâne s’effaçaient comme on effaçait des mots écrits à la craie sur un tableau noir, laissant juste derrière elle une trainée de points d’interrogation croqués, dispersés par la sensation de ses mains sur elle.

Plus aucun bruit, en dehors d’eux, mais même ça Lily l’entendait pas. Il y avait aucun autre son dans ses oreilles que son cœur qui battait à tout rompre dans chaque fibre de son être. Celui de Julian qu’elle sentait pulser dans ses veines sous ses doigts rivés à sa nuque. Etalés sur le sofa, c’était comme si la proximité qui lui faisait peur quelques jours avant était finalement la seule chose qu’elle voulait là, à cet instant précis. Un instant durant lequel elle croisa son regard, une fraction de seconde. Holy Mary mother of God … On l’avait jamais regardée comme ça, elle en piqua un fard monumental, sentant les papillons s’agitaient un peu plus dans son ventre. Ils commençaient à voleter les sales bêtes, creusant un vide délirant et presque douloureux en elle. C’était ça de vouloir quelqu’un ? C’était … carrément bizarre.

A nouveau ses lèvres trouvèrent celles du brun, alors que ses mains glissaient sous l’étoffe de son pauvre t-shirt, hérissant sa peau de milles frissons. Est-ce qu’elle y avait déjà pensé ? Avant ou durant ces trois années ou juste ces quelques jours ? La curiosité à une époque, parce qu’elle entendait les autres en parler, l’incompréhension le plus souvent quand elle était près de lui depuis qu’elle l’avait rencontré, comme un feu qui se réveillait lentement. C’était ça, Lily hésitait entre le volcan endormi et l’incendie de forêt. Pressée un peu plus contre le brun, la jeune fille laissa ses doigts glisser de sa nuque à ses épaules, son torse. Elle faisait vraiment ça là ? Doux Jésus … Fébrile, tremblante, Lily agrippa l’ourlet de son t-shirt pour aller découvrir sa peau. Il était brûlant lui aussi, autant qu’elle, c’était ça la solution pour plus jamais avoir froid et craindre de mourir d’hypothermie ? C’est pas le moment de penser à ça Lily … Non, pas le moment, du tout.

Lorsque le brun glissa ses doigts sur son ventre, Lily eut cette sensation que les papillons voulaient se faire la malle, trouer sa peau pour rencontrer la sienne, jusqu’à ce que sa poitrine se soulève lorsqu’il la rencontra. Sa respiration était plus lourde, presque difficile et douloureuse. C’était juste ça, c’était rien de plus que ça et Lily avait déjà l’impression qu’elle allait mourir, de chaud, de honte, de bien. Mais si elle doutait, elle avait qu’à repenser à ce regard, elle était belle quand il la regardait, elle se sentait belle, pourtant c’était flippant. Sacrément flippant. Ca l’était parce que ça pouvait devenir plus que ça, c’était pas juste ça, Lily le savait, elle était naïve, elle connaissait pas grand-chose à tout ça mais elle savait que ça s’arrêtait pas là, pas à ça. Mais même si elle avait peur, elle avait envie, et plus encore quand les lèvres du brun glissèrent à son cou. Ses billes claires croisèrent celles de Julian alors qu’elle sentait ses mains dans son dos qui bataillaient avec l’agrafe de son soutien-gorge.

C’est le moment que choisit la petite voix dans son crâne pour réécrire toutes les questions, mais en trop petit encore pour qu’elle parvienne à les lire, alors Lily se contenta de mourir à petit feu, un peu plus à chaque centimètre de peau que les doigts de Julian parcouraient. Ses joues étaient d’un rouge éclatant que la faible lumière suffirait sans doute à masquer, elle avait peur de son regard là, pas parce qu’il lui faisait peur, parce que simplement Lily se demandait, si elle serait assez belle. Ah la police des questions dans son crâne grossissait un peu, pas encore assez. Pas assez puisque la brunette agrippa un peu plus le t-shirt du brun pour tenter de le faire glisser au-dessus de sa tête, parce qu’elle aussi voulait trouver cette chaleur.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 558
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: First come, first served   First come, first served - Page 6 EmptySam 15 Déc 2018 - 11:40
First come, first served


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Ses doigts l'effleuraient juste, il tremblait, jusqu'au bout des ongles et Lily devait le sentir, s'en rendre compte, sans doute pour ça qu'il avait glissé le visage contre son cou. C'était plus simple sans croiser son regard mais en se le remémorant au grès des baisers qu'il égrainait sur sa peau. Jusqu'à soupirer, comme si l'air était bloqué dans sa trachée, au contact de ses doigts contre lui. Ses mains étaient chaudes, elle avait plus froid et juste ses caresses légères paraissaient marquer son épiderme couvert de frissons. Un soupir en souleva une autre nuée contre sa gorge, à la naissance de sa poitrine sur laquelle ses paumes s'attardaient. Elle dardait au cœur de ses mains et c'était étrange autant que délirant, autant que ces frôlements malhabiles forgeaient plus encore la certitude de la vouloir. Il avait jamais pensé à ça avant, jamais, même quand les autres en parlaient, même quand ça semblait hallucinant dans leurs bouches. A son regard c'était rien que des conneries capables de faire poindre une sorte de fierté masculine parce qu'une fille avait cédé. Julian voulait pas que Dimples cède, ou si, mais parce qu'elle avait envie autant que lui. Si elle pouvait ressentir ce qu'il désirait, parce qu'il contrôlait pas son corps, qu'il pouvait pas dissimuler, lui savait pas, lui pouvait que se fier à ce qu'elle faisait, ses inspirations plus lourdes et le chemin que faisaient ses mains contre lui.

Quand elle dégagea le t.shirt, le jeune homme abandonna cette exploration corporelle pour l'aider. Il en manqua plusieurs reprises d'air, complètement subjugué par le regard de la jeune fille qui le surplombait. Perdu dans ses yeux aux iris dilatés. Fascinant, hein ? Grave que c'était ahurissant que le corps ou les expressions puissent être si différentes, qu'elle puisse changer à ce point sans vraiment être différente. Sa nuque heurta l'assise, fallait qu'il se calme, fallait qu'il se contrôle et pourtant quand elle bougeait c'était pire, pire bon, pire mieux …. Pire que mieux, pire que pire. La tension lui faisait au moins autant de bien qu'elle invitait une pointe de douleur à s'emparer de lui. Une douleur sourde, supportable parce qu'il en ressortait un truc vraiment délirant. Et si lui savait pas quoi foutre, son corps et l'instinct eux savaient.

Au creux de son thorax, entre deux frissons générés par la température plus fraîche de la pièce, et elle qui le découvrait, la chaînette à plaque matricule était bouillante. L'étudiant en déglutit encore en croisant ses prunelles, en se tendant à chaque frôlement, plus encore quand ses mains revinrent ceinturer sa taille trop fine, trop fragile, trop…... Il devait se maîtriser, permettre à ce moment de durer, perdurer, un véritable combat intérieur parce que ses entrailles crépitaient. Serrer sa taille plus fort évitait à ses mains de trembler trop, mais ça évitait pas au reste de s'exprimer. Il en perdait la tête, il pouvait plus réfléchir à autre chose qu'elle, les lèvres sèches de demeurer entrouvertes pour mieux respirer. Sous ses doigts, le creux de ses reins, les ondulations de son corps à elle qu'elle devait peut-être même pas contrôler. Rien que là c'était bon, les froissements des fibres de leurs jeans, la pression brûlante contre son bassin.

Une cascade de soupirs fila ses lèvres contre lesquelles il passa la langue avant de se redresser pour les étouffer contre les siennes. C'était mieux encore, ça comblait un manque, mais ça faisait pulser le désir qu'il pouvait pas tempérer, ni dissimuler, qu'elle devait ressentir contre elle, entre ses jambes. Tout conte elle, juste là. Dans chacune de ses extrémités son propre cœur battait comme un dingue, le chemin du sang dans ses veines, au creux de ses tempes, l'assourdissait et malgré tout le pire c'était d'entendre les soupirs de Lily. Comme des pics de plaisirs qui lui traversaient corps. Un courant électrique quasiment indolore, quasiment parce qu'il avait la trouille, qu'il la voulait à un point que la douleur faisait partie intégrante du désir. Une de ses mains gagna sa nuque, y froissant ses mèches, rendant ce baiser plus pénétrant sans doute. C'était là qu'il perdait la maîtrise, le contrôle, l'invitant davantage contre lui, se paumant complètement avec elle jusqu'à la sentir se redresser d'une traite, relâcher ses lèvres et l'abandonner là avec tout ce panel de trucs à vifs.

Immédiatement Julian relâcha sa taille, les coudes ancrés contre le sofa pour redresser le buste. Incrédule, comme s'il venait de se péter la trogne, de rencontrer le sol après une trop longue, trop, trop, trop longue chute. Sa langue glissa rapidement sur ses lèvres, et la gêne revenait l'envahir subitement. Lil...... Même son prénom restait coincé dans sa gorge, il s'en étrangla avec. Est-ce qu'il lui avait fait mal, peur ? Ses yeux suivaient déjà ses mouvements brouillons et s'il savait déjà pas quoi foutre plus tôt, mais que l'instinct puis sa nature le guidaient, là y avait plus rien, juste cette douleur sourde dans le creux de son bas ventre.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lily E. Thomas
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 498
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: First come, first served   First come, first served - Page 6 EmptySam 15 Déc 2018 - 15:26
A chaque caresse, Lily frissonnait, elle sentait son corps se tendre, réagir sans qu’elle en ait la maîtrise, c’était inné, instinctif. Comme la peur, comme les larmes, personne apprenait à être triste, à avoir peur, et là la brunette réalisait qu’on apprenait pas non plus à désirer, ni à être désirée. C’était juste là, roulant sous sa peau, dans chaque atome de son organisme, sur chaque centimètre de sa peau. Bien sûr, il y avait cette gêne, cette pudeur, qui freinait ses gestes à elle, qui lui faisait détourner le regard dès qu’elle risquait de croiser le sien, mais là finalement, la jeune fille aurait voulu être nulle part ailleurs que dans les bras de Julian. C’était pas parce qu’il y avait que lui au monde, parce qu’il y avait pas que lui, elle avait croisé d’autres survivants, elle les avait fui le plus souvent. Il y avait autre chose, comme si entre solitaires, de grands adolescents cabossés et privés de l’innocence qui aurait dû être la leur, un lien particulier s’était tissé.

C’était ce lien qui s’enroulait autour d’elle, autour de lui, qui les maintenait proches alors que Lily avait peur dans le fond. Ses doigts posés sur son torse, la sensation de sa peau brûlante sous la pulpe de ses doigts, c’était … Elle savait pas le décrire, elle avait pas les mots, même son cerveau refusait de fonctionner, de marcher droit, tout déraillait, de son cœur à son corps. Lovée contre Julian, la brunette oubliait presque la peur, la peur de pas lui plaire, la peur de pas savoir, d’être juste une gamine incapable, sans la moindre expérience. Presque. Parce qu’elle réalisait quelque chose, que ce baiser, cette étreinte, c’était pas simplement ça, c’était ce que sa conscience tentait de lui dire, d’écrire en gros en gras à la craie sur le tableau noir dans son crâne.

Le brun la pressa un peu plus contre lui, elle le voulait ce baiser, elle en voulait davantage mais ça commençait à clignoter dans son crâne. La peur, le message d’alerte. La petite voix dans sa tête qui lui redemander encore et toujours la même chose. Lily t’es sûre ? Etait-elle sûre ? Non, tu l’es pas, parce que tu sais rien de tout ça et que même si t’es curieuse, même si t’as envie, t’aimes pas plonger dans l’inconnu … L’inconnu c’était cet après, ce plus, c’était autant le désir qu’elle avait la sensation d’éprouver pour lui, ce qui lui rongeait le ventre depuis qu’il l’avait embrassée la première fois, que son désir à lui, ce qu’il aurait envie de faire, ce qu’il faudrait faire, ce qui se faisait pas, ce qui se disait, ce qui se disait pas. Est-ce que ça faisait mal ? C’était bête cette question à ce moment-là, alors que tout en elle lui criait de s’en ficher, que c’était pas grave, qu’elle le voulait et qu’il la voulait aussi.

T’es pas sûre Lily … T’as plutôt envie d’aller te cacher dans un coin pour pleurer que de sauter à pieds joint dans le terrier du lapin blanc hein ? Posant ses mains sur son buste, Lily se recula, restant proche de lui un instant avant de se reculer un peu plus, assise sur le canapé. Ah elle avait belle mine, le soutien-gorge en balade sous son t-shirt, rouge comme une pivoine, à mordiller nerveusement sa lèvre sans oser le regarder. « Je … » La brunette glissa ses doigts dans ses cheveux en bataille, bouffée par tout un tas de trucs qu’elle comprenait pas, qu’elle maîtrisait pas et qui lui donnaient envie de partir loin. « Désolée … »

Oh ça va lui faire une belle jambe si tu vois ce que je veux dire Lily … Et tu vois ce que tu veux dire. Qu’elle se taise, qu’elle la laisse tranquille, c’était elle qui avait allumé tous les signaux de détresse, elle qui l’avait ramenée dans ce coin planqué de son crâne pour lui balancer au visage toutes les questions qu’elle se posait plus depuis le moment où il l’avait embrassée en revenant près d’elle. « Je suis désolée … » répéta-t-elle dans un sanglot. Est-ce qu’il comprendrait Julian ? Qu’elle tenait à lui, qu’elle voulait pas arrêter, mais qu’elle avait trop peur parce que tout ça, elle y connaissait rien. Qu’elle avait la sensation d’être amoureuse sans avoir la certitude que c’était bien ce qu’elle ressentait ? Maladroitement, elle raccrocha les agrafes de son sous-vêtements avant de ramener ses genoux contre sa poitrine, enroulant ses bras autour de ses jambes. T’espère qu’il va te faire un câlin pour te consoler là ? J’pense que tu peux courir Lily … Pourquoi il resterait près de toi maintenant … Pourquoi tu t’entêtes à rester près de lui ?


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 558
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: First come, first served   First come, first served - Page 6 EmptySam 15 Déc 2018 - 17:36
First come, first served


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Appuyé sur les coudes, Julian reprenait douloureusement son souffle. C'était comme si il avait fait le marathon de New-York. Enfin il imaginait, parce qu'il avait même jamais visité cette ville. Son cœur battait sous la moindre parcelle de peau, jusqu'au bout de ses doigts, comme s'il s'était foutu un coup de marteau en voulant planter un clou, sauf que ça faisait pas mal. En revanche plus bas aussi il s'était mangé un coup de massue et là, c'était bien plus douloureux, plus encore quand il tentait de se redresser et que la couture de son froc lui rentrait dans le tout le bordel. Pourtant c'était que physique, et le physique c'était supportable parce que ça passait souvent bien plus vite, même s'il pensait que non à l'instant, que le mentale qui venait de se prendre une bonne paire de claques. Désolée. Il ravala sa salive, lui aussi aurait voulu lui dire qu'il s'excusait qu'il contrôlait plus rien, qu'il agissait parce que son corps décidait, parce que c'était bon et agréable, parce que le reste pouvait pas être moins bien mais pire que bien. Il flottait dans une brume psychique qui l'empêchait de parler pourtant, mais y avait au moins un point positif là, c'était qu'il avait garder la maîtrise des élans furieux de son corps et que ça avait pas foiré. Enfin si, mais pas totalement pas comme l'autre fois.

Une grimace étira ses lèvres tandis qu'il s'appuyait sur le canap' pour s’asseoir, creusant le vide entre eux, plus encore en remarquant qu'elle se recroquevillait sur elle même et qu'elle chevrotait en répétant qu'elle s'excusait. C'était rien, enfin ça le frustrait, du moins si c'était bien comme quand ça fonctionnait pas comme il voulait, mais il avait pas envie de ronchonner, plutôt se crever de honte à la voir si mal, pas bien à cause de lui. Julian hésita à glisser la main vers elle, mais se ravisa parce qu'il tremblait trop. Sa langue passait maladivement sur ses lèvres sèches avant qu'il y glisse ses ongles. Anxieux, mal lui aussi parce qu'il pensait avoir mal agi sans malgré tout pouvoir tout contrôler. C'était pas comme quand il gérait les tas de nerds, quand il devait agir et réfléchir vite et bien. Là y avait pas moyen de penser normalement, pas moyen de penser du tout en plus. Il aurait dû lui parler, lui dire qu'elle avait pas à lui demander pardon, lui demander s'il lui avait pas fait mal, ou peur …. ou... Fucking god ! Valait mieux la laisser tranquille, valait mieux pas lui faire plus peur encore. Les coudes sur les genoux, il colla les mains derrière sa nuque, souffla avec mal puis agrippa son t.shirt pour le renfiler avant de se redresser. Il avait besoin d'air, il avait besoin de fraîcheur, de se calmer. C'était juste bien quand elle répondait mais là, après, après tant et puis plus rien c'était ….. Désagréable.

- J'dois …. faut qu'je, enfin j'vais prendre l'air un peu. Avec une cigarette, ou deux ou même trois, même s'il fumait pas beaucoup. Bordel son entrejambe lui faisait mal en plus, il pinça les lèvres, s'éloignant d'elle, en posant les yeux sur sa silhouette une dernière fois, avant de soupirer, rouler des yeux et tirer sur les fibres de son jeans en grimaçant. Finalement peut-être qu'il aurait jamais dû l'embrasser, peut-être qu'il aurait pas dû accepter de rester ici. C'était trop difficile pour elle, peut-être pour lui aussi. Elle voulait peut-être qu'il foute le camp ? Tu peux pas la laisser toute seule, c'est trop tard Juju. Ouais, il savait, parce que même s'il était pas sûr de ce que c'était à l'idée de plus l'avoir près de lui, ou qu'il lui arrive un truc, son cœur se serrait mais pas comme quand il avait imaginé mourir sa mère qu'il verrait plus jamais, pas même comme quand Zed l'avait abandonné. Dumbass, crétin. Lâcha-t-il, une fois sur le balcon, en appuyant les coudes sur le garde corps pour y enfouir les traits.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: First come, first served   First come, first served - Page 6 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- First come, first served -
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: