The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Cause you know you are why I've come so far -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Administratrice
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1343
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Ven 14 Déc 2018 - 14:49
Après le sapin, et les froides journées de l’hiver qui s’annonçait, c’était l’heure de faire grimper le baromètre pour Donovan. Et par baromètre, il parlait pas que de celui dans son futal, non celui-là l’avait aucun souci à grimper, quoique celui de la pièce non plus. C’était toujours aussi délirant quand ils se retrouvaient, quand c’était leurs corps qui s’exprimaient plutôt que leurs mots, comme les gestes trahissaient l’envie. Ca bouillonnait sur sa peau, sous ses doigts qui parcouraient la sienne. Evy était toujours aussi belle, presque un peu plus à chaque fois, brûlante, enivrante. Le tatoué s’y perdait, vite et bien.

Sous le sapin. Ca péta dans son crâne, Donovan esquissa un sourire, étouffant un rire contre ses lèvres. « Sous le sapin, ouais, si tu veux. » Sous le sapin, sur le sapin, dans le fond il s’en fichait royalement, tant que c’était elle, et que c’était lui. Depuis juin, il lui avait montré que l’endroit avait pas d’importance, qu’elle le faisait planer n’importe où, n’importe quand. Le brun partait encore plus loin, lové contre elle, sa stature épousant parfaitement sa silhouette à elle, fine, gracile. C’était lancé, et y’avait rien pour les arrêter, comme à chaque fois. Rien ? C’était quoi ce bruit ?

Merde. L’espace d’un instant, il avait oublié, ils étaient plus tous seuls ici, il y avait une autre demoiselle qui avait besoin de lui, de son attention. Et là, elle donnait de la voix pour que son père s’occupe d’elle, que quelqu’un s’occupe d’elle. Collins pressée dans ses bras, son souffle mêlé à celui de la blonde, il se figea, attendant lui aussi que ça se calme, sauf que Louisie se calmait pas. Pourtant ils bougeaient plus, immobiles, coupés en plein élan comme la mort avait fauché tant d’individus plein de vie depuis le début de ce merdier. Ouais, ça lui faisait le même effet que la fin du monde.

« J’te laisse pas t’en aller sans moi. » C’était que partie remise, mais il voulait pas la lâcher quand même, glissant ses doigts dans ceux de la blonde, Donovan la suivit à l’étage pour retrouver la gamine qui pleurait toutes les larmes de son corps dans son berceau. Il pouvait pas lui en vouloir, elle vivait beaucoup de changements pour un bébé de son âge. Le tatoué laissa à Collins le soin, et le loisir, de prendre la poupée dans ses bras, lui alla se caler dans le rockingchair, observant la blonde avec un air attendri. « V’nez par ici. » Personne avait dit qu’il pouvait pas l’aider à rendormir Louisie, non ? Sourire aux lèvres, parce qu’il en oubliait presque le microbe leur avait cassé leur coup, Donnie déplia ses bras, pour les y accueillir toutes les deux. Deux des femmes de sa vie, celles qui étaient là, pour qui il donnerait, sacrifierait tout. « Tu la berces et moi j’chante ? » Ca marchait comme ça non ? Un travail d’équipe au quotidien. Et quand elle dormirait, ils pourraient aller continuer cette histoire de crèche.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1297
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Ven 14 Déc 2018 - 17:56
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle crevait de chaud, le salon s'était mué en véritable fournaise, ses joues étaient bouillantes, et malgré les petites prières intérieures : pitié, pitié, pitié ma puce rendors toi, Louisie continuait de pleurer. C'était rien, même si son corps était tendu, l'envie bien incrustée dans le creux de ses entrailles, que déjà Donovan avait réussi à loger mille images délicieuses dans sa petite tête blonde, la fillette était bien plus importante que… Que de vous filer votre dose de dopamine, endorphine ? Exactement, après tout ils avaient une vie entière pour eux deux, et la poupée jolie ne pouvait guère se débrouiller seule encore pour le moment. Partie remise donc ….. Elle se détachait déjà de lui, avant de sentir la pression de ses doigts qui n'avaient pas encore quitté les siens. A ses mots, Evelyn lui sourit avant d'emprunter l'escalier, pousser la porte de la chambre de bébé, et enfin quitter sa main pour se pencher au dessus du berceau. Petit bouchon, c'était même pas des larmes de crocodile, encore moins un vulgaire caprice d'enfant. Ses joues rebondies étaient rouges, irritées par les perles salines qui y roulaient sans pudeur. Le cœur de l'assistante se serra alors qu'elle glissait, d'instinct et pour s'assurer qu'elle n'était pas fiévreuse, le dos de la main contre son front.

- C'est tout ma puce, on est là. Délicatement, elle l'emporta par dessus les barreaux et la ramena contre elle pour s'approcher de la table à langer ou elle agrippa une lingette hydratante. Le linge humide rejoignit le visage poupin de Lousie, gommant ces grosses larmes, quelques baisers tendres sur le haut de ses boucles brunes tempérèrent doucettement ce gros chagrin, tandis qu'elle la berçait déjà en rouvrant les yeux sur son père installé dans le fauteuil. Elle a pas de fièvre déjà, même si ses dents la chagrinent je pense qu'elle aime juste un peu trop les câlins. Murmura-t-elle avant d'ouvrir un tiroir de la commode, puis le bocal de verre à l'intérieur, afin d'en extirper une tétine où quelques boules de miel se reflétaient en transparence. Tien, au moins pour tes quenottes ça ira mieux.

Efficace, la puce téta ça avec plaisir tout en la regardant, en agrippant une mèche de ses cheveux tandis que Donovan l'invitait à le rejoindre. Evelyn alluma simplement la veilleuse et rejoignit le militaire sur les genoux duquel elle s'installa en laissant la demoiselle écouter les battements de son propre cœur, le visage tourné vers celui de son père vers lequel elle tendit ses doigts miniatures. Travaille d'équipe pour la rendormir, ça lui plaisait beaucoup, puis juste la chaise à bascule qui tanguait semblait plaire à la princesse tout contre elle. Evelyn aimait l'entendre chanter au moins autant que la gamine, sa voix était agréable, sereine, fallait juste pas qu'elle aussi ferme les yeux. L'idée la fit sourire en déposant la tempe contre sa gorge, le nez contre les cheveux soyeux du bambin. Elle sentait bon, finalement elle aussi c'était comme une drogue. Au plus Evelyn passait de temps avec elle, au plus ce petit lien se tissait. Finalement le bébé n'était pas allergique à elle, au contraire, cette enfant avait simplement besoin d'une présence, d'entendre un cœur battre à son oreille. Elle n'avait aucune idée de la manière dont sa mère la calmait, mais ce qu'elle faisait là, ce qu'ils faisaient ensemble, paraissait fonctionner plutôt bien.

- J'aime bien ta voix, t'aurais fait une super carrière de crooner, à coup sûr. Murmura-t-elle, et sans doute que les vibrations de son timbre, à l'oreille de la petite, l'obligèrent à lutter encore un peu contre le sommeil parce qu'elle serra un peu plus les fibres de son corsage à l'en faire rire doucement. Elle sera tenace oui, je plains les garçons plus tard, Evelyn redressa les cils pour croiser ses yeux gris. pas juste parce que tu les attendras avec ton fusil pour leur plomber le train mais …. Parce qu'elle se laissera pas faire. Elle sait déjà ce qu'elle veut, comment l'obtenir et les faibles obéissent. Tout son père. L'assistante étrangla un rire contre ses lèvres. Elle aussi avait été faible et consciente de l'être, incapable de se battre contre ce qu'elle ressentait à son égard. Incapable de lui en vouloir, incapable de se résoudre à ne voir que ce que tous voyaient de lui : ses erreurs, le mal qu'il laissait dans son sillage, son sale caractère parfois. Sa main libre fila à sa joue tandis que l'autre maintenait la nuque de sa fille. J'ai bien fait d'être faible pour toi, peut-être la meilleure chose que j'ai fait de toute ma vie, croire en nous.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1343
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Ven 14 Déc 2018 - 22:07
Dès qu’il l’entendait pleurer, c’était plus fort que lui, Donovan était persuadé d’être la source directe ou indirecte de ses maux. Les larmes de sa fille, c’était la pire torture qui soit, pas pour le bruit de ses colères, de ses cris de gosse pas capable de vocaliser autrement ce qu’elle ressentait, mais bien pour le poids dans chaque perle saline. Louisie devait forcément ressentir l’absence de sa mère, neuf mois à grandir dans son ventre, et encore huit de plus à grandir sous sa protection, baignée dans son amour, ses sourires, ses bras. Forcément, Beatriz lui manquait, et lui il la remplacerait jamais. Personne la remplacerait jamais, mais là, à cet instant-là, le tatoué se rassura. Louisie était pas seule, elle était aimée, et la voix de Collins qui lui parlait pour la rassurer, c’était sans doute le mieux de tout ce dont elle pouvait avoir besoin là.

La blonde dans ses bras, dans le rocking-chair, Louisie dans les bras d’Evy, Donovan chanta encore et toujours cette même chanson, la seule chose qui se rapproche d’une berceuse qu’il connaissait. Une main rivée au dos de Collins, caressant sa peau du bout des doigts, pour se rassurer lui, garder ce contact avec elle. Toujours. L’autre main contre la minuscule forme de sa gamine, près de ses boucles brunes. « Une carrière de crooner ? A part la … une chanson à texte que je te chanterai quand y’aura pas d’oreilles chastes pour écouter, j’vois pas trop ce que j’aurais chanté … » Elle le flattait, parce qu’Evy trouvait tout ce qu’il faisait magnifique et que même quand il merdait elle était capable de lui trouver une pléthore d’excuses.

Lentement, la poupée qui s’était calmée semblait se rendormir, le souffle plus apaisé. La voix d’Evy, ses paroles, ça lui arracha un sourire au tatoué. Ouais, sa fille serait tenace, une vraie teigne, comme ses parents. Et pour tous ceux qui oseraient lui faire du mal, qui la rendraient si triste qu’elle serait plus capable de se défendre seule, Donovan avait le matos nécessaire et pas peur de s’en servir. « Les premiers qui la feront chier, j’leur rejoue Taken. » Ils étaient pas nombreux à connaître la furie de sa colère, parce que Donovan était ce type déconneur, détendu, qui savait faire le boulot quand il le fallait, mais dès lorsqu’on lui chiait trop dans les bottes ou qu’on touchait aux personnes qui comptaient, c’était plus la même affaire.

« J’espère quand même qu’elle aura pas tout de moi, elle s’attirerait des problèmes en ayant trop de mon caractère … A côté de moi … Si elle a la douceur de sa mère alors … » Sa douceur et sa patience, tout ce qui l’avait charmé, qui l’avait poussé à lui courir après, cette fierté cachée. Donnie secoua la tête, s’excusant dans un souffle, parce qu’il voulait pas redonner de mauvaise impression à Evelyn. Ses lèvres trouvèrent celles de la blonde, sa main toujours rivée à son dos, contre sa peau brûlante qui marquait le bout de ses doigts. « T’es loin d’être faible ma belle … T’es putain de forte Collins. Même pour moi, même avec moi. » Parce que pour le supporter, fallait être costaud.

Son regard gris passa de Collins à sa fille endormie dans ses bras. « Tu penses qu’on va réussir à la remettre au lit et disparaître dans le nôtre sans la réveiller ? » C’était genre pire que Mission Impossible de coucher un bébé et continuer de vivre sans craindre de le réveiller. T’imagine qu’elle a dû faire ça seule parce que t’étais parti trou du cul ? Ouais, il le réalisait maintenant, qu’il avait vraiment fait le pire, c’était sa seconde chance et sa punition en même temps. Pourtant elle était belle la punition endormie dans les bras d’Evy, sa plus belle réussite même s’il avait pas mal merdé en route et qu’il aurait sans doute l’occasion de merder à nouveau.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1297
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Sam 15 Déc 2018 - 0:47
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Chanson graveleuse sans doute, elle en roula des yeux, étouffant un léger petit rire contre les boucles soyeuses du bébé. Puis Evelyn ferma les yeux, se laissant doucement transporter par sa voix grave, cette même voix qui la rassurait même lorsque ça l'angoissait de n'être rien, rien de plus qu'une passade, un loisir comme le poker ou un verre d'alcool, même une cigarette, à ses yeux et dans le creux de l'organe qu'elle entendait battre dans sa gorge. Quelques sourires étiraient ses lèvres, le nez froncé de rire en silence, pour ne pas déranger la demoiselle qui, doucement, et peut-être en se calant sur les pulsations de son propre cœur, se rendormait paisiblement. La douceur de sa mère alors ... Le fait qu'il ne termina pas sa phrase l'invita à rouvrir les paupières pour croiser ses prunelles. C'était rien, elle avait compris et elle comprenait. S'il n'avait pas aimé Beatriz, il n'aurait pas eu Lousie et la princesse ensommeillée dans ses bras ne serait pas là, peut-être qu'eux aussi n'en seraient pas là. Le Destin ? Sans doute... Evelyn y croyait, elle pensait que chaque chose avait un but et arrivait parce qu'elle devait arriver. Ce n'était pas tracé ou écrit d'avance, mais ça n'arrivait pas juste pour arriver. On disait qu'à chaque malheur du bon ressortait, alors certes le décès de la Mexicaine n'avait rien généré de bon, ou si puisqu'il lui avait dit des choses qu'il ne lui avait jamais dites, mais en un sens, et en déposant les yeux sur le bambin contre elle, Evy aurait préféré qu'elle survive plutôt que d'apprendre qu'elle était son rayon de soleil.

- T'as le droit de parler d'elle, … il faut en plus, pour ta fille. Un sourire épris fila ses lèvres avant qu'il s'en empare. Son cœur fit un bond, l'obligeant à mordiller son pétale inférieur tout en s'assurant que le raté de son palpitant n'avait pas dérangé la poupée. Non, tout allait bien, elle dormait et sa respiration plus lourde certifiait que, cette fois, elle devait bel et bien rêver. Grâce à qui ? Oui, a qui donc devait elle le fait d'être bien plus tenace et solide au juste ? Un rire, discret mais soufflé par le nez, lui échappa tandis qu'elle cajolait, du bout du puce, la douce nuque de Lousie contre laquelle ses billes grises déviaient. Collins haussa une épaule, elle était bien là finalement, comme si le bien être de ce petit être pouvait tout étouffer et ne laisser aucune sorte de frustration. Les cils posés contre le petit bouchon, Evelyn observa surtout sa minuscule main, ses phalanges miniatures qui serraient encore les fibres de son top. Si on arrive à lui faire lâcher le doudou de papa, ça devrait aller je pense.

Elle plaisantait mais oui, loin d'elle l'envie de déranger de nouveau ce petit cœur adorable, et pas juste parce que son cœur à elle avait envie de la garder pour lui quelques heures. Doucement, la jeune femme se redressa, les lèvres pincées, pour s'approcher du berceau et délicatement y déposer la demoiselle tout en dénouant, tendre au possible, ses doigts qui la retenaient.

- Heureusement que c'était pas une mèche de cheveux. Tu sais, je vais te dire un truc que tu vas sûrement trouver con mais, Elle avait dû voir ça dans une émission, ou peut être bien le lire dans un vieux magazine, enfin peu importait, elle l'avait vu et la blondinette avait une bonne mémoire. Mémoire sur laquelle il ne pouvait pas douter étant donné sa capacité à lui ressortir des choses qu'il lui avait dites un an plus tôt. Tout en se redressant, après avoir ramené la couverture sur sa fille, Evelyn agrippa une peluche au fond du berceau et la serra contre elle en arquant un sourcil face à son homme. avoir ton odeur avec elle ça peut la rassurer. Immédiatement elle l'imagina se plier en quatre pour rentrer dans le berceau au point d'étouffer ses rires contre le pelage duveteux de l'ours. Je dis pas que désormais tu dormiras ici rassure toi. Plutôt que tu devrais retirer ton t.shirt et qu'on va en vêtir Monsieur peluche pour que tu sois avec elle, sans être vraiment vraiment là. Elle souriait derrière la silhouette du jouet parce qu'il était adorable à l'observer sans être peut-être sûr qu'elle lui racontait pas de connerie, qu'elle se foutait pas un peu de lui. Mais c'était pas le cas, surtout pas quand il s'agissait du bien être du bébé. C'est pas une façon détournée pour te déshabiller, c'est vrai, enfin ... Des pédiatres, ou autres, ont prouvé que ça pouvait être efficace, mieux qu'un mobile ou qu'une veilleuse. Puis, de toute façon tu vas pas le garder sur toi si on parvient jusqu'à notre chambre ? ... Si ? Moue faussement boudeuse Evelyn opina pour le pousser à lui faire confiance. C'est ça ou tu lui donnes Serge, puisque t'as un autre doudou pour pas être tout seul dans ton lit mon coeur. Un large sourire, amusé même, fila ses lèvres. Il était libre, c'était juste une suggestion, elle espérait juste que la technique du doudou, ou du nounours affublé d'un vêtement portant l'odeur de son père, puisse rassurer Louisie.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1343
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Sam 15 Déc 2018 - 14:40
Le droit de parler d’elle, quelque part Donovan avait la sensation de l’avoir perdu ce droit, quand il l’avait laissée, quand il avait fui vers Renton. Mais Evy avait raison, il avait le droit et il le devait, ça la blesserait pas elle, et ça serait une bonne chose pour Louisie qui aurait que des souvenirs vaporeux de sa mère. Les souvenirs d’un bébé, de sensations ancrées tellement loin dans son cœur et son esprit qu’elle saurait même pas les rattacher à la mexicaine. « Grâce à un trou du cul en chef. » répondit-il l’air de rien avant de suggérer qu’ils remettent la poupée dans son berceau pour pouvoir regagner le leur de berceau, certainement pas pour dormir en revanche. L’idée fila son crâne, un sourire étirant ses traits alors que la blonde parlait du doudou de son père. Ouais c’était elle son doudou, grandeur nature, un doudou capable de lui rendre ses câlins. La classe.

« Dis toujours. » souffla le tatoué avec un sourire, prêt à se moquer de ce qu’elle prévoyait de dire, même si dans le fond il l’écoutait toujours. Et finalement c’était pas si con, enfin pas complètement con, sans doute un peu logique, lui il se sentait mieux quand elle était là, quand son odeur à elle l’enveloppait. « Non mais j’ai bien compris … d’une tu essaies de me virer de la chambre mais en plus t’essaie de me foutre à poils … je comprends bien ton petit manège Collins. » Donovan esquissa un sourire, en fait c’était même une bonne idée, et quand la blonde suggéra de lui donner Serge, le tatoué secoua la tête. « Non Serge reste avec moi, t’as pas le choix, essaie pas de te débarrasser de lui, il serait super vexé s’il l’apprenait … »

Alors donc il avait qu’à lui refourguer son t-shirt pour qu’elle le colle sur la peluche de sa fille ? Pas de souci avec ça, Donovan vira son t-shirt, le blanc avec un gros pingouin dessus, pour le tendre à Evy et la laisser enfiler l’étoffe à la peluche. Evidemment c’était trop grand mais c’était marrant à voir, et puis ça sembla pas déranger la gamine quand la peluche ainsi vêtue trouva sa place à côté d’elle. « J’ai mon doudou et elle aussi comme ça … » Donovan enroula ses bras autour de la taille fine de la blonde, reposant son menton sur son épaule un instant avant de dégager quelques mèches blondes pour nicher un baiser contre sa peau.

La poupée rendormie, calmée si on se fiait à sa respiration profonde, Donovan fit pivoter la blonde dans ses bras. « Donc … j’crois qu’on a une crèche à terminer. » Un sourire amusé étira ses traits alors qu’il l’entrainait avec lui hors de la chambre, sur la pointe des pieds pour pas réveiller Louisie qui dormait enfin paisiblement. « En plus j’commence à me les geler là, c’qu’il faut pas faire pour son gosse hein. » ajouta le brun en plaisantant même si effectivement il commençait à avoir froid à avoir viré son t-shirt.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1297
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Sam 15 Déc 2018 - 15:15
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


- Zut, moi qui pensais avoir trouvé le moyen de le virer de la chambre. Lui sourit-elle, mutine, en rebondissant sur ce qu'il refusait au sujet de Serge. Mais bon, l'autre alternative semblait le convaincre même s'il trouva matière à redire, du moins à redire sur les raisons qui la poussaient à lui parler du fait que son parfum, tout près d'elle, pouvait apaiser Louisie. La tétine pour ses dents, l'odeur de papa pour la sérénité, cette petite puce ne pourrait que passer une bonne nuit. Pas question de me passer de toi, et pour le t.shirt, on va dire que c'est d'une pierre deux coups.

Sourcil arqué, Evelyn attendit qu'il le retire et pinça les lèvres à mesure que le rouge comblait ses pommettes. Joli spectacle, ses yeux suivaient déjà les diverses esquisses de sa carapace qui, elle, se couvrait de chair de poule. Il était beau son militaire, sexy, ténébreux et craquant. Elle en fondit quelques secondes en serrant la peluche entre ses bras, dissimulant son sourire éloquent contre les oreilles duveteuses de l'ours synthétique. L'étoffe tendue, elle en affubla le jouet pour ensuite le déposer délicatement auprès de la demoiselle endormie avant de sourire quand ses bras s'enroulèrent autour d'elle, que ses lèvres glissèrent tendrement contre son épaule. Chouette technique pour profiter d'un câlin, s'il avait froid ça lui était bénéfique finalement. Vile petite blondinette. Sans doute oui, mais valait mieux profiter de sa présence, toute proche là, que de lui en vouloir pour des futilités qui n'avaient de sens que dans sa tête, pas vrai ? Louise avait son doudou, lui avec, plus qu'à s'éclipser et à activer le baby-phone pour ne pas rater le réveil de la princesse, quoi que, plus tôt, la demoiselle n'avait pas eu besoin d'un quelconque talkie walkie pour se faire entendre.

- Les Floyd sont comblés alors …. Et Collins aussi en a un de doudou. Tournée vers lui, par sa seule volonté, elle glissa les mains contre son torse. Me sors pas cette histoire graveleuse de petit Jésus, j'te vois venir. L'assistante rit en silence, reculant alors qu'il avançait, quittant la pièce pour la fraîcheur du couloir où elle vit jaillir d'autres frissons contre l'épiderme encré de Donovan. Oh t'as froid ? Faussement moqueuse, elle tendit le bras dans le dos du militaire pour refermer la porte, doucement, puis ramena les mains à sa nuque. C'est rien, je vais te réchauffer. L’entraînant avec elle, toujours à reculons, Evelyn logea les lèvres à son oreille. Suffit de te tricoter un pull de Noël, Evelyn étouffa un éclat de rire contre ses lèvres avant de se heurter à une porte dans son dos, déjà l'une de ses mains cherchait le bouton. Celui-ci tourné, elle l'attira dans la pièce avant de rouvrir les yeux en un sourire épris. ou prendre une longue douche chaude et pas économe du tout avec toi, uhm ? La salle de bain leur tendait les bras. Petit A, ou petit B, Donovan ?

La réponse offerte, elle l'embrassait à nouveau et finalement oui, la technique du nounours déguisé en lui permit à la petite d'offrir quelques heures tranquilles à son père en sa compagnie.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   
Revenir en haut Aller en bas  
- Cause you know you are why I've come so far -
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: