The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Cause you know you are why I've come so far -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1266
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Mer 12 Déc 2018 - 20:54
« T’sais j’suis à peine capable de faire chauffer de l’eau, donc c’est beaucoup. » Il se foutait d’elle, mais elle devait bien comprendre que si Donovan la remerciait, c’était pas pour le biberon, c’était pas l’eau bouillie ou les couches changées. Evelyn faisait bien plus que ça, elle était là, pour lui, pour Louisie. C’était plus que la plupart des trous du cul sur cette foutue île. Pour ça d’ailleurs qu’il lui colla la petite dans les bras, pour lui montrer que Louisie aussi savait être reconnaissante pour tout ce qu’elle faisait. Dans quelques années, quand elle serait en mesure d’exprimer autrement que par des gestes et des attitudes ce qu’elle ressentait, la petite princesse qui savourait son chocolat chaud saurait lui dire merci.

Des doigts minuscules, ouais, Donnie en revenait toujours pas. Depuis les premiers battements de son minuscule cœur qu’il avait pu entendre, qu’un être si petit, si magnifique puisse exister, et surtout que ça puisse être une part de lui. C’était sans conteste sa plus belle réussite, la seule, loin devant les faits d’armes, devant toutes les parties de poker gagnées. « Elle est tenace, faudra sans doute pas l’emmerder plus tard. » Entre son sale caractère à lui et le tempérament de sa mère, Louisie serait une gamine coriace, pas le genre qu’on emmerderait dans la cour de récré. Laissant à Collins le soin de s’occuper d’elle pour la suite du repas, Donovan se contenta d’observer, conquis par cette image, par la gamine, par sa petite-amie. Lui aussi finalement, il aurait pu rester des heures comme ça, juste avec elles.

Toujours occupé à manger-boire son chocolat-guimauve, Donnie haussa les épaules à sa suggestion. L’évocation de June lui arracha un sourire, sans doute que la rousse aurait demandé à Louisie de participer aux diverses tâches importantes à réaliser dans le camp pour justifier sa présence, la légitimer. « Louisie va faire des cauchemars si tu l’amènes là-bas … » ajouta-t-il, moqueur avant de finir par rire plus franchement. « Ça serait trop dangereux de l’embarquer avec moi et c’est hors de question que ce cureton de mes deux s’approche de ma fille, j’ai pas envie qu’il lui apprenne à allumer des cierges. » Encore son avis très tranché sur les hommes de foi, de dieu, d’église, et de tous les endroits où on interdisait de profiter de la vie sous peine de finir en enfer.

« J’suppose qu’on peut la laisser avec les tous petits dans l’école là, doit y avoir une garderie … » Il s’en était jamais vraiment préoccupé, parce que Beatriz était là, parce que c’était la seule et la meilleure option pour veiller sur sa fille. Mais là, il allait falloir aviser. « Sinon on aura qu’à trouver une baby-sitter … Nina la connait déjà, et inversement, Louisie sera sans doute bien avec elle. » Terminant son chocolat, Donovan tendit les bras vers Collins pour récupérer la poupée histoire que la blonde puisse terminer son chocolat à elle. « Et puis … si on a envie d’un peu de temps pénards aussi faut pas oublier … » Ouais, il allait pas se refaire à son âge, égoïste au possible, juste un peu moins, il avait envie de passer du temps avec la blonde qu’il regardait avec ce même regard amoureux.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1236
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Mer 12 Déc 2018 - 21:40
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle serait tenace oui, sans doute plus qu'elle effectivement, quoi que... Finalement Collins avait son petit caractère, dissimulé sous un minois juvénile et de beaux sourires – parfois factices selon qui se trouvait devant elle – mais, oui, elle avait encore cette petite pointe noire, qui piquetait son cœur, capable de la faire agir ou réagir avec « hargne » quand on la cherchait. Pire encore quand on faisait mal à ceux qu'elle aimait. Les yeux sur la demoiselle dans ses bras, elle lui offrit un sourire doux auquel Lousie répondit en un petit rire à croquer. Ce rire là, ce rire de bébé, c'était la plus belle chose qu'elle avait entendu de sa vie et, c'était sans doute son unique chance d'en jouir un peu. Si Donovan n'avait pas été si particulier, si apeuré par les responsabilité auxquelles il s'habituait doucement là, peut-être qu'elle lui aurait dit, peut-être qu'elle lui aurait soumis l'idée, ce qui lui faisait envie mais qui, parce qu'il était ce qu'il était, avait été logé dans l'un des coins sombres de son crâne. C'était rien si elle n'avait jamais d'enfant, c'était rien finalement parce qu'elle l'avait lui. Lui vers qui elle redressa les cils en l'entendant parler de Morales et du fait qu'il apprendrait pas à Louisie à allumer des cierges.

- Tu m'as appris à le faire toi, et t'avais pas de col blanc ou de chapelet pourtant. Un léger voile rose poudra ses joues malgré l'air malicieux qui voguait dans ses billes noisette. Oh elle avait compris, ça aussi c'était plus simple finalement. Là où à l'époque l'ex étudiante aurait froncé les sourcils, désormais elle savait voir l'allusion masquée sous des mots qui, à l'origine, n'étaient pas destinés à évoquer ce qu'ils évoquaient entre les lèvres du militaire. Mais t'as une petite croix, Il la quittait pas, elle ornait son poignet depuis qu'elle l'y avait accroché cette chaînette. et un cierge comme tu dis si bien. Un éclat de rire, rosissant tout de même, quitta sa gorge à en faire rire la gamine encore sur ses genoux. J'suis drôle ? Pas vraiment tu sais, tu comprendras plus tard que c'est ton père qui est drôle et très très très graveleux.

Le bébé riait encore tandis que Collins réfléchissait à ce qu'il lui confiait sur l'école, la garderie une baby-sitter ou Nina même. C'était pas sa fille, malgré tout elle aurait un mal de chien à la confier à d'autres. La petite Chambers savait elle, elle l'avait fait durant quelques temps en plus, ce ne serait donc pas nouveau mais …. Visiblement Bergmann, celle chez qui l’adolescente vivait désormais, ne s'entendait pas très très bien avec Floyd. Enfin, Nina ce serait toujours mieux et plus sécurisant que de confier ce petit ange à Cain. Quant à Jenna, même si elle était quasiment assignée à résidence depuis l'annonce de sa grossesse, la future mariée avait sans doute mieux à faire, à penser, que de s'occuper d'un enfant alors que le sien n'était pas encore né. Le voyant approcher, Evy lui tendit la princesse avant d'agripper son mug pour souffler sur la surface liquide où flottait la guimauve.

- Tu veux encore me saouler, en profitant de ta chance au poker, pour ensuite profiter d'un strip-tease catastrophique ? Amusée, Collins eut un rire nasale qui fit vibrer le liquide dans sa tasse. Lui qui n'avait pas autant de pudeur qu'elle, qui se formalisait pas de se balader nu devant une fenêtre immense devant laquelle tout le monde passait, c'était comme le brider un peu d'avoir une petite, qui d'ici peu pourrait escalader les barreaux de son lit ou de son parc, capable de leur tomber dessus à tout moment. La jeune femme ramena le rebord de tasse à ses lèvres pour avaler quelques gorgées de lait chocolaté avant de se redresser pour s'approcher de lui. Mais oui, Nina et la garderie. Ça évitera à June de nous chier une pendule. La blondinette arqua un sourcil avant de rire. C'était pas vraiment elle ça, mais depuis qu'elle le connaissait, il avait un peu déteint sur elle et inversement. C'est déjà difficile de l'imaginer avoir des besoins humains. Tien, d'ailleurs il va sans doute falloir que tu rencontres Roy Nilson, il a des projets très sympas. Tu me donneras juste tes disponibilités pour que je vous arrange une entrevue ? Sérieuse, elle glissa malgré tout un baiser dans cou avant de vider son mug, avaler la guimauve, pour ensuite laver tasses et biberon. Ça m'donnera une occasion d'arriver en avance dans ton bureau. Rit-elle de bon cœur.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1266
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Jeu 13 Déc 2018 - 10:29
« Toi, c’était différent … » Ouais, puis lui aussi était différent de ce chelou de Morales, mais la plaisanterie de la blonde lui arracha un éclat de rire, en écho à celui de sa gamine dans les bras d’Evy. Donovan secoua la tête, sourire aux lèvres, avant de reprendre. « Quand elle aura l’âge de comprendre mes blagues à la con, elle aura honte de les comprendre et honte de moi, j’me fais pas d’illusions. » Louisie serait forcément plus raffinée que son père, parce que lui, c’était un spécimen rare d’humour graveleux, comme s’il savait faire que ça, en fait il savait faire que ça, ça et des blagues nulles. Alors ouais, la poupée se démerderait bien mieux sans son humour.

Quoique pour l’instant, même si c’était sans doute du mimétisme en voyant les deux adultes rire, Louisie se marrait bien. Et la question de la garde de la petite quand ils seraient tous les deux occupés réglée, garderie ou Nina, Donovan souleva un point important. Des fois, ils auraient sans doute envie d’être occupés ensemble, il tempérait ses pensées même si Louisie les lisait pas, mais ça l’habituait à parler moins graveleux devant la gosse. Et dans ces moments-là, faudrait bien qu’elle soit au lit ou sous la responsabilité de quelqu’un. « Premièrement, c’est pas de la chance, c’est du talent. Deuxièmement, comment oses-tu douter de mes intentions ? Evidemment c’est ce que j’ai à l’esprit … » Un sourire étira ses lèvres, parce que là il avait pas besoin de l’observer longtemps pour repenser à cette soirée et parce qu’il avait pas besoin de strip-tease pour l’imaginer moins vêtue.

« J’suis sûr que June saura trouver une autre raison de nous emmerder de toute manière, mais j’aime le progrès dans ta façon de parler, bientôt on pourra presque faire croire au monde qu’on est assortis toi et moi Collins. » Donovan se fichait gentiment d’elle, parce que c’était pas dans ses habitudes à Evy de parler comme ça, elle était davantage adepte des saperlipopettes et autre enquiquiner. « Roy ? » Le nom lui parlait un peu, un type qui aimait les grandes hélices placées à des mètres du sol, comme un souci à compenser ?

Mais il aimait assez l’idée que la blonde joue les secrétaires pour passer outre la blague qui lui flottait dans le crâne. « En avance … pas moins de trente minutes d’avance alors, qu’on puisse en profiter … » Louisie toujours dans les bras, Donovan la cala contre son bras gauche, la gamine agrippait de toute manière le col de son t-shirt, pour venir se glisser dans le dos de la blonde, sa main libre glissant sur son ventre. « On va finir ce sapin ? J’crois qu’il y aura une autre étoile à accrocher quelque part à un moment ou à un autre de cette journée … » Ca va, Louisie comprenait pas, finalement le graveleux sous-entendus, c’était la meilleure option qui soit. Il colla un baiser sur la tempe de la blonde avant de revenir vers le salon, déposant la poupée dans son transat avant de regarder la montagne de décorations, grimaçant.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1236
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Jeu 13 Déc 2018 - 13:16
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Biberon et tasses propres, Evy lui offrit un sourire avant de s'atteler à essuyer les ustensiles tout en parlant de June, et de Nilson qui désirait le rencontrer lui dans le but de monter une expédition afin de dégoter de quoi construire ce qui leur permettrait de ne plus se priver de courant quelques heures par jour. C'était grandiose ce projet, vraiment. Alors certes la jeune femme n'irait pas jusqu'à dire qu'il s'agissait là d'une véritable innovation, puisque les éoliennes existaient déjà avant que l'infection se répande, mais imaginer en faire sortir de terre, avec leurs moyens actuels, c'était bien pensé, plus que ça même, c'était mûrement réfléchi quand elle songeait à ce qu'avait avancé Nilson pour défendre son os. Pensive, l'assistante ne manqua pourtant pas de glousser aux conneries qu'il débitait dans son dos.

- On est très bien assortis vous et moi, mon cher monsieur. Un petit coup de torchon pour faussement le blâmer d'en penser le contraire. Complémentaires c'est la meilleure association possible, n'en doute jamais. Bon, elle termina par en rire quand même avant de frissonner lorsqu'il se glissa dans son dos, sa main contre son ventre. Dieu qu'elle aimait ça, il la charmait en en ayant pleinement conscience. Sûr de lui et de ses capacités à la rendre dingue, envieuse et fiévreuse, mais Evelyn s'en fichait. Après tout, elle n'avait plus à rosir de le désirer, plus à jouer les funambules pour dissimuler ses sentiments. Si elle rougissait là, c'était simplement qu'en un claquement de doigts, et au grès de ses allusions pourtant chastes, sa voix grave ne vibrait pas superbement qu'à ses tympans, mais aussi dans chacune de ses fibres. Un sourire étira ses lèvres, pas bien difficile d'obtenir d'elle ce qu'il désirait, ou de lui filait quelques idées qu'elle n'aurait jamais eu avant de le connaître, avant de s'attacher à lui, avant d'en être totalement dépendante et très amoureuse. Trente minutes …. Seulement ? Une petite moue, faussement boudeuse et perplexe, s'empara de sa bouche. Passer par les cheveux blancs quelques minutes t'a fait perdre en vigueur mon chat ? Elle se retourna suite au baiser, les reins ancrés à l'évier, sourcils arqués et un air mutin lui retroussant le nez avant de le suivre vers le salon.

De retour dans la pièce, la blondinette démêla la guirlande électrique pour mieux tourner autour du sapin et y accrocher les multiples décorations. Ça prenait forme, c'était harmonieux et, surtout ça plaisait à leur public miniature. Même si Lousie baillait, elle luttait presque pour ne pas rater une miette de la pièce qui se jouait devant ses jolies yeux gris. C'était une belle journée, très agréable et surtout gorgée de sérénité. Qui aurait pu lui certifier que le tatoué vivrait avec elle, serait aussi épris qu'elle l'était de lui, et surtout qu'il se prendrait au jeu des décorations de Noël ? Personne, au contraire, en l'ayant quitté deux mois plus tôt la jeune femme n'imaginait plus pouvoir être aussi proche de lui, simplement le rencontrer pour quelques affaires directement liées au campement. En l'observant là, et en lui souriant, elle soupira d'aisance. Sa vie lui plaisait beaucoup, elle n'avait pas besoin de plus pour être heureuse, et même s'il lui manquait les souvenirs sur papiers glacés de ses parents, ces derniers abandonnés à Renton, elle aurait l'occasion d'en fabriquer avec eux. L'arbre décoré, elle brancha la prise pour faire clignoter les diodes et se tourna, tout sourire, vers la princesse dans son transat. Bon, bébé piquait un somme, c'était rien, elle verrait bien l'arbre illuminé plus tard et ce serait plus magique encore quand la nuit tomberait finalement. Attendrie par la poupée en plein rêve, elle s'approcha de son militaire pour se lover dans le creux de ses bras.

- Je te laisse la coucher ? Doucement, Evelyn redressa les yeux vers les siens, éparpillant quelques baisers plus suaves dans son cou, avant de se détacher de lui. On doit encore faire la crèche. Faussement sérieuse, elle haussa une épaule, replaça une mèche derrière son oreille et agrippa le carton vide pour débarrasser le salon. Quoi ? J'ai supposé que c'était l'étoile du berger dont tu parlais, c'était pas ça ? Un éclat de rire, tempéré pour ne pas réveiller la demoiselle, fila ses pétales tandis qu'elle rangeait les boites vides dans le placard du hall.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1266
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Jeu 13 Déc 2018 - 21:56
Très bien assortis et surtout complémentaires, ouais c’était pas faux. Donovan esquissa un sourire parce qu’un an auparavant, il l’aurait pas pensé ça. Son esprit et son cœur étaient ailleurs, pas au bon endroit, pas à l’endroit qui lui convenait à lui, et à cause de ça, il en avait causé des problèmes, des maux. « Trente minutes au minimum … » Evy le prenait pour qui ? Ses lèvres trouvèrent celles de la blonde, un instant, un instant à eux et juste à eux. C’était plus calme dans sa tête, dans son cœur. C’était pas facile de s’inquiéter pour Louisie, pour son futur, ses réactions quant à la vie que son père avait choisie et qui finalement lui avait enlevé sa mère. Mais avec Collins près de lui, le tatoué avait l’impression que ça irait.

Dans le salon, alors que le bébé sommeillait doucement dans le transat, Donovan se contentait de faire passer les décorations à une Evelyn aux anges. Il le voyait bien que là, elle était heureuse. Encore plus quand la guirlande lumineuse s’alluma, comme cette petite étincelle dans son regard noisette. Elle était aussi lumineuse que la guirlande, mais bien plus jolie, son rayon de soleil. Ses bras s’enroulèrent autour de sa silhouette, fine, fragile et pourtant plus forte qu’il y paraissait. « J’m’en occupe. » Ouais, fallait profiter qu’elle dorme, il aurait qu’à la déplacer dans le berceau, gentiment, délicatement. A ce niveau-là, sa fille était une perle, elle dormait bien, et plutôt beaucoup. Un bébé facile à vivre, même si depuis la mort de Beatriz, elle piquait un peu plus de colères, sans doute que sa mère lui manquait. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était l’aider à faire son deuil, si un bébé était capable de ça.

Faire la crèche ? Donnie haussa un sourcil. « J’parlais plutôt du bâton du berger s’tu vois c’que j’veux dire … » Un éclat de rire contenu fila ses lèvres avant qu’il aille récupérer la poupée endormie dans son fauteuil personnel pour gagner l’étage. Louisie gigota un brin dans ses bras, elle parla aussi un peu, mais c’est toujours endormie qu’il la déposa dans son lit. Ses billes grises la couvèrent un instant, elle était belle sa fille, la plus belle du monde. Donovan en était persuadé, même s’il se demandait encore comment un petit être si beau avait pu provenir de lui. « Dors bien Microbe, elle veille sur toi de là où elle est … » Le tatoué colla un baiser sur le front de la gamine avant lancer le mobile au-dessus de son visage poupin pour l’aider à se rendormir.

Lumière éteinte, rideau tiré, le militaire quitta la chambre pour aller retrouver Evy qui terminait de ranger les cartons de décoration et du sapin. « J’m’occuperai de les ramener au royaume des araignées et de la poussière, t’as sûrement pas envie d’aller là-bas. » Mademoiselle précieuse préfèrerait rester en bas, sans doute. Récupérant le carton qu’elle portait dans les bras, Donovan le posa au sol avant de glisser ses mains à la taille de la blonde pour la ramener contre lui, ses lèvres cherchant celles de Collins. Un baiser, plus profond, plus envieux, avec tout ce qu’il contenait quand le moment s’y prêtait pas, parce que maintenant il y avait ces moments qui s’y prêtaient pas. C’était nouveau pour lui, parce que finalement rien l’arrêtait. Sauf la présence de Louisie maintenant.

Ses doigts glissèrent sous l’étoffe de son haut, ses lèvres dévalèrent sa peau pour semer dans son cou une nuée de baisers. « Si on reparlait de cette histoire de crèche … celle avec le berger, pas celle qu’on colle au pied du sapin hein … » Donovan planta son regard dans celui de la blonde, elle était belle, elle était à lui. Pas comme une chose, non, il la voyait pas comme une chose. Mais elle était à lui, parce qu’il l’aimait, tout simplement et qu’il avait été capable de lui dire, de l’accepter.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: le dé...
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/05/2013
Messages : 6479
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Jeu 13 Déc 2018 - 22:47

Intervention du MJ

Donovan n'avait pas tort. Quelque part, sa mère devait manquer à Louisie et seule dans le noir, le mobile ne suffisait pas à faire oublier l'absence de Beatriz. Peut-être l'hispanique était-elle tendrement penchée sur sa fille depuis le ciel en cet instant, sauf que la petite avait besoin de ses bras et de son odeur réconfortante. Alors peu de temps après le départ du militaire, les sanglots remontèrent crescendo... jusqu'à ce qu'ils soient audibles depuis le salon.

:smile27:

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1236
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Jeu 13 Déc 2018 - 23:39
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Bâton de berger... Détachée de lui, Evelyn s'étrangla avec sa salive puis replaça une mèche derrière son oreille en rosissant. Retour des plaques de cuissons qui ne nécessitaient pas d'électricité. Elle s'y attendait pas à tant de graveleux d'un coup, elle lui avait tendu la perche aussi. Perche et bâton, c'est du pareil au même Evelyn. Il ne tarda plus à disparaître vers l'étage avec la demoiselle endormie et elle, la blonde galéra avec les cartons vide à planquer pour éviter d'encombrer le salon. Elle galérait oui et ce uniquement car son regard n'était pas à ce qu'elle faisait, mais plutôt à se promener sur la face pile du militaire qui gravissait les marches. C'était dingue ça, sortir autant de conneries et, surtout, que ces mêmes conneries aient autant d'impact sur elle. C'était comme s'il lui filait un électrochoc, juste avec sa voix, juste en un regard, un sourire.

Ça passerait ? Non, c'était bien trop incrusté en elle, bien trop vivace. D'une bouture s'était développé maintes et maintes racines, et les épines s'étaient agrippées à la moindre de ses fibres. Alors non, ça ne passerait jamais et jamais elle ne se lasserait de lui. La porte de l'armoire encore ouverte, la jeune femme se racla la gorge, revenant lentement sur terre en jetant un œil au sapin. C'était beau même si ce n'était pas celui de son enfance, ni même celui de son enfance à lui. Perdue une seconde dans sa contemplation, Evy redressa les cils vers lui qui lui chapardait le dernier carton pour l'entourer entre ses bras.

- Pas maintenant, Un gloussement et elle précisa en plongeant les yeux dans la grisaille plus paisible des siens. pour les cartons j'veux dire. Un clignement de cils et un battement cœur plus lourd signa le baiser qu'il lui offrit. Ses mains rejoignaient déjà sa nuque, le ramenaient maladivement à elle pour intensifier l'échange qui ne laissait aucune place à l'imagination. Evelyn le sentait s'infiltrer dans ses veines, son poison à elle, celui contre lequel elle ne se battait plus mais avec lequel elle flirtait sans pudeur. Son sang se réchauffait contre lui, ses mains frémissaient tout comme le moindre centimètre carré de peau qui la constituait. Elle aurait pu jurer entendre son épiderme crépiter sous ses doigts, ses lèvres se froisser à la saveur délirante des siennes Déjà sa bouche était plus pulpeuse, à peine l'abandonna-t-il pour humecter son cou qu'elle lui offrit sans hésiter. Il avait chaud, elle entendait quasiment les pulsations vives de son propre cœur au creux de ses paumes, juste là, juste ici sur son ventre. Jusqu'à ses reins qui se creusaient déjà pour épouser sa stature, cette silhouette qui paraissait avoir été faite pour abriter la sienne. Ses yeux croisèrent les siens et la lueur qu'elle connaissait mais qui lui semblait différente désormais, en bien, juste en bien. Pourquoi on pourrait pas la faire sous l'sapin celle-ci ?

Suggestion étranglée par les premiers soupirs impatients qu'il lui venait de lui soutirer. Si elle avait été otage et lui ravisseur, la pauvre ex étudiante n'aurait pas tenue longtemps sous sa torture. L'idée lui arracha un rire léger qu'elle étouffa contre sa peau tandis que ses mains dévalaient ses bras, chaque tatouage lissé du bout des phalanges, jusqu'à ses flans sous l'étoffe, là où elle savait le faire frémir à son tour. Le tourbillon fiévreux l'amenait déjà ailleurs, du moins dans cet ailleurs ordinairement silencieux, uniquement rythmé par leurs battements de cœurs et leurs souffles écourtés par leur rencontre, mais où ici perdurait une interférence encore jamais saisie. Une seconde, elle rouvrit les yeux, partagée entre les frissons qu'il générait du bout des lèvres et ces…..... Pleurs ?

- Attends, …. attends, Essoufflée, Evelyn redressa les cils vers le hall, les marches précisément, avant de comprendre et de l'observer lui. Figée contre le militaire, la jeune femme faisait une partie d'un deux trois soleil, respirant trop vite mais assez discrètement. A quoi s'attendait-elle au juste, à ce que Louisie cesse ? La poupée jolie n'était pas comme ce type aux sens hyper développés pourtant. elle ….. si on bouge plus elle va …. peut-être arrêter de pleurer. Clairement c'était les hormones qui parlaient là et pas elle, au point qu'elle l'interrogea du regard avant de secouer la tête. Je vais aller voir, chacun son tour. Ses mains l'abandonnèrent, l'une d'elle glissant tout de même à la sienne pour en ramener le dos à ses lèvres avant de l'embrasser en un sourire essoufflé. C'est rien, on reporte juste à un peu plus tard.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   
Revenir en haut Aller en bas  
- Cause you know you are why I've come so far -
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: