The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Partagez
- Cause you know you are why I've come so far -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far - Page 5 EmptyMar 11 Déc 2018 - 7:10
Pas besoin de collants, d’épée et de cheval blanc ? « Alors déjà, même si j’en avais besoin j’foutrais pas des collants, j’ai bien une épée … » Regard entendu, ça le faisait marrer d’avance, puis son esprit divagua un instant. A cet été 2017. « J’ai même un fidèle destrier, curtesy of Garfield Highschool. » Donnie l’avait presque oubliée cette moto, mais il avait une moto stockée là-bas avec les autres véhicules, Beatriz avait jamais trop voulu qu’il l’utilise et il en avait pas eu des masses le temps. « Un jour j’t’amènerai le voir mon destrier. » Et en disant cela, il comprenait où Collins voulait en venir, le prince charmant.

Secouant la tête à sa promesse d’aller nettoyer le grenier, Donnie lui adressa un sourire, son regard rivé sur elle, aimant, attendri. Il avait besoin d’elle et de tout ça, pas juste de son corps, pas juste de ses sourires, c’était un tout, tout ce qu’elle faisait, tout ce qu’elle était. Toutes ces futilités qu’il trouvait inutile par les temps qui couraient, mais qui faisaient d’elle l’étoile la plus brillante dans le ciel, ou en haut du sapin pour rester dans le thème. « D’ici trois à six mois, j’commencerai à faire gaffe, promis. On t’apprendra pas toutes les grossièretés que raconte ton abruti d’père microbe, t’en fais pas. »

Puis la photo, c’était aussi le genre de truc qu’il aurait jamais fait tout seul, en même temps il aurait pas eu le courage de s’occuper d’une gosse tout seul. Même la sienne, surtout la sienne. Peut-être que s’il avait pas pris conscience de tout ce que Louisie pouvait perdre, il aurait pas voulu le faire cet appareil, mais dans ce monde … Tout était fragile, et Donovan voulait lui laisser ce qui lui permettrait de rien oublier, de tout savoir. Ses minuscules doigts pailletés se collèrent sur sa tronche, lui arrachant un sourire alors que la blonde prenait la photo avec un commentaire et un baiser. Le Sergent Paillettes la regarda amusée lorsqu’elle mentionna les autres boules. « Et après on relève mes allusions mademoiselle … »

Sourire aux lèvres, Donnie écouta ce souvenir qu’elle partagea avec lui tout en nettoyant une guirlande en l’en faire éclater de rire. « Tu dépasses le stade des allusions Collins là … Ca va m’donner des idées … » Après un baiser collé sur le front de sa gamine, Donnie se releva pour monter le fichu sapin synthétique. Les branches bleues en bas, okay, il saurait faire. Ensuite les rouges, et puis les jaunes, et les roses. Le tatoué en oublia presque sa question, parce que là comme ça, il avait pas des masses de souvenirs en tête concernant Noël. Donovan haussa les épaules, terminant d’accrocher les dernières branches dans ce faux sapin.

« J’sais pas bien … Tu sais Noël c’était pas … On a pas dû en fêter tant que ça. » Et il était incapable de coller des souvenirs précis, parce que les bons souvenirs qu’il avait de sa famille étaient déjà trop rares, de sa mère surtout parce que l’autre con était juste relié à des souvenirs douloureux. « Y’avait pas d’étoile sur le sapin, parce qu’elle était trop p’tite pour y arriver, qu’elle voulait pas que je grimpe sur une chaise pour le faire et que mon paternel … il s’en foutait royalement. Mais … c’était pas grave selon elle parce que les étoiles elles étaient dans mon regard quand j’ouvrais le cadeau. » Ouais, le cadeau, parce qu’il y en avait qu’un, jamais fameux, mais qui savait toujours touché ce gosse presque encore innocent qu’il était. A bien y réfléchir, le premier vrai Noël qu’il avait fêté, c’était l’armée avec ses potes. « C’est pas … un super souvenir. » Comme pour tordre le cou à ce souvenir douloureux, Donnie chopa l’étoile, déjà dépoussiérée et désinfectée, pour la coller sur le haut du sapin sous le regard de Louisie.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far - Page 5 EmptyMar 11 Déc 2018 - 10:25
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle n'avait pas vraiment relevé sur le fameux destrier au nom plus que bizarre, genre de patronyme que les chevaux de course portaient. Mais même si elle pensait automatiquement à un cheval, Collins n'avait rien dit. M'étonnerait que Donovan ait une monture ici, sans quoi elle en aurait eu vent, non ? Enfin elle remuait encore ça dans le creux de sa tête après la photo, sa propre allusion qui forgeait un sourire amusé contre ses lèvres, puis le nettoyage de guirlande qui le fit marrer.

- T'as toujours des idées, l'esprit fertile et …. Fertile Evy, pourquoi pas fécond aussi, même sans le vouloir tu fais des allusions, il a raison ton militaire. Rose, elle étrangla un rire avant de rougir davantage encore. y a pas cinquante manières de nettoyer une guirlande, t'es bête. Elle ne se vexait pas, du moins plus avec lui. Pas comme avec ces gens qui, parfois, doutaient encore de ce dont elle était capable, de son travail, ceux-ci chatouillaient sa susceptibilité en revanche. Les cils redressés vers lui, qui s'attelait au sapin et à ce fameux code couleurs pas bien difficile, la jeune femme lui avait posé une question en ne sachant pas vraiment s'il y répondrait, ou même si elle avait bien fait de l'inviter à plonger dans quelques souvenirs qui, d'après ce qu'elle en savait et ce qu'il avait bien voulu lui dire, n'étaient guère reluisants. Pas comme tes boules ! Tien donc, la rombière faisait un trait d'humour, ça alors comme quoi même les vieux aigris se laissaient porter par l'euphorie des fêtes. T'es pas obligé de répondre, … j'aurai même pas dû te demander ça.

La jeune femme le voyait bien là, dans son hésitation, dans son regard un peu plus lointain, elle l'entendit même dans cette première réponse. Enfant, Donovan n'avait pas eu la vie que ses parents lui avaient offert à elle. Ce n'était pas heureux, pas joyeux, plutôt rythmé par les erreurs d'un père auquel il imaginait ressembler parce qu'il avait marché sur un chemin plus sombre un temps, mais, contrairement à ce type qu'elle aurait la chance de ne jamais connaître, Donovan n'avait jamais blessé physiquement les siens. De plus il changeait par lui même, sans que personne ne l'y pousse. Et même si elle y était pour beaucoup, d'après ce qu'elle avait retiré des choses qu'il lui avait dites, Evelyn n'imaginait pas avoir autant de pouvoir sur lui. Après tout, tout ce qu'elle avait fait c'était simplement être elle même. S'il avait décidé de voir la lumière qu'elle lui tendait, sans le forcer à la saisir, c'était parce qu'il en avait envie. Pourtant il poursuivit, l'invitant à sourire parce que lorsqu'il parlait de sa mère, oui il avait des étoiles dans les yeux comme cette dernière le lui avait dit en son temps. Pas un super souvenir... Evelyn dévia les cils pour le voir loger l'étoile à la cime de l'arbre. Il regrettait quelques moments avec sa mère, regrettait de pas avoir pu la sortir d'une situation dont il était pas responsable. Son cœur se compressa une seconde.

- C'est pas du tout un mauvais souvenir, Souffla la jeune femme en avançant vers lui. Evelyn abandonna la dernière guirlande sur la table basse et s'approcha de lui, dans son dos, pour le cajoler à sa manière, l'oreille déposée sur son omoplate gauche où elle entendait la mélodie de son cœur. Ses bras l'enveloppaient déjà. t'as encore des étoiles dans les yeux en en parlant, donc c'est pas un mauvais souvenir Donovan. Doucement, Evelyn l'invita à se tourner vers elle et logea les mains à sa nuque, un sourire radieux aux lèvres. Toi aussi plus tard tu voudras pas qu'elle monte sur une chaise pour le faire, et si ta mère avait pas fait de toi un bel homme, grand et fort, j'aurai sûrement dû grimper sur une chaise aussi, pire …. J'aurai dû braver les araignées du grenier pour essayer de sortir tout ça. Les doigts glissés à ses mèches brunes, Evelyn l'invita à se pencher pour l'embrasser tendrement avant de loger le front contre le sien. Je t'aime. Quelques secondes comme ça, perdue dans ses bras avant d'entendre gazouiller la demoiselle dans son transat vers laquelle elle se tourna. Lousie avait encore les mains couvertes de paillettes mais semblait plus intéressée par les deux adultes devant elle. J'vais te faire un chocolat à la guimauve. La jeune femme se détacha de lui et défit la ceinture de la puce pour la soulever et river quelques baisers dans son petit cou parfumé. Tu viens m'aider chérie ou tu veux voir papa râler sur la guirlande électrique ? Uhm ? Ramenant la demoiselle contre elle, la main sur sa joue rebondie, Evelyn papillonna des cils, comme une biche charmeuse, avant de rire. Viens avec nous, on s'en occupe après, pause douceur. S'éloignant elle rejoignit la cuisine pour lui confier sa fille et agripper quelques lingettes au lait afin de débarrasser, tendre au possible, ses petites mains gavées de paillettes avant de dégager celles sur la joue du militaire en souriant. Tu crois qu'elle peut en avoir un ? De chocolat, s'il est tiède?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Maitre du Jeu
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: le dé...
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/05/2013
Messages : 6884
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far - Page 5 EmptyMar 11 Déc 2018 - 12:26

Intervention du MJ

Allez savoir ce qui se passe dans la tête d'un bébé. Arrachée à son transat, la petite Louisie dévisage un moment Evelyn et se met à pleurer. Le volume monte crescendo, jusqu'à véritablement casser les oreilles.

:smile27:
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far - Page 5 EmptyMar 11 Déc 2018 - 21:02
Toujours des idées et l’esprit fertile, Donnie esquissa un sourire. C’était vrai de base, mais ça l’était encore plus quand elle était près de lui, comme le catalyseur de tout ce qu’il était, tout ce qu’il savait être de bon, de bien, de mieux. Aussi de pire, parfois, mais Evy avait ce pouvoir sur lui. Ce pouvoir aussi de le faire parler, confier des choses qu’il avait peut-être jamais confié à personne. Ella ou Beatriz, elles avaient été ses confidentes pour une partie, contrairement à Cassie qu’avait jamais rien su de sa vie de merde, la blonde avait surtout été sa bouée de sauvetage – et pas juste parce qu’elle avait deux flotteurs plutôt impressionnants – mais Donovan avait joué un rôle devant elle, le rôle du type sûr de lui, inébranlable. Y’avait qu’Ella et Beatriz et Evy qui avaient réussi à fissurer l’armure, dégager le masque. Aucune comme elle, comme cette blonde naïve, douce, forte sur laquelle il glissa un regard amoureux. Amoureux. Le mot flottait dans son crâne, balayant les souvenirs douloureux alors qu’il accrochait l’étoile sur le sapin.

C’était pas un mauvais souvenir ? C’était pas le must non plus, comparé à son chocolat chaud à la guimauve, mais quand Collins enroula ses bras autour de lui, Donovan se dit que finalement il était prêt à croire que c’était pas un si mauvais souvenir. Ses doigts tatoués se posèrent sur ceux de la blonde. Silencieux, il l’écouta juste, souriant aux anges parce qu’elle avait vraiment ce putain de pouvoir qui lui foutait la trouille sur lui. Le brun se tourna pour croiser son sourire, glissant ses mains à sa taille en écoutant ses paroles, avant d’étouffer un éclat de rire. « Tu veux dire qu’elle m’a transformé en chevalier servant contre les araignées ? Elle serait sans doute fière. » Même si elle l’avait mis dehors, parce que depuis le temps, Donnie avait compris pourquoi elle l’avait fait. Finalement, il lui ressemblait peut-être plus à elle qu’à lui, prêt à se couper de ceux qu’il aimait pour les protéger, peut-être plus que pour se protéger lui-même. Ses lèvres sur les siennes le coupèrent dans ses pensées, un baiser dans lequel il se perdit un instant, trop court à son goût, avant de sourire. « Moi aussi Collins, même si j’sais toujours pas comment tu fais pour toujours voir le meilleur dans tout. » Et pourtant, il faisait partie des plus optimistes, ou alors il essayait de transformer la merde environnante en paillettes, c’était une autre façon de faire.

Un chocolat à la guimauve ? Il en avait jamais bu, mangé, Donovan savait même pas ce qu’il devait en dire du coup. De ses billes grises, il lui suivit les gestes d’Evy qui récupérait Louisie dans ses bras. Ça lui faisait mal mais ça lui faisait du bien, c’était pas normal mais c’était le mieux qu’il pouvait arriver à Louisie compte-tenu de tout ce qu’il s’était passé. Elle grandirait entourée. Sauf que voilà, sans doute parce qu’on lui avait retiré son dernier jouet favori, la poupée se mit à brailler, et pas qu’un peu, alors qu’il la récupérait pour suivre Evy dans la cuisine. « Qu’est-ce qu’il y a Microbe ? Tu voulais garder la décoration c’est ça ? Mais c’pas un jouet, en plus t’as déjà plein de jouets fais pas ta gamine gâtée … » Il essayait d’avoir l’air sévère, parce qu’elle comprenait les froncements de sourcils, mais elle pleurait de plus belle.

« Ouais, j’suppose … sans la guimauve. » Tiède et sans guimauve, pas sûr qu’elle arrive à manger le truc qui ressemblait à de l’éponge sucrée. Le tatoué se mit à faire les cent pas dans la pièce pendant que Collins préparait ce qu’il fallait, berçant la poupée dans ses bras, chantonnant la seule chanson qu’il connaissait et qu’il lui avait déjà chanté une chiée de fois. « Evy te prépare un super chocolat, tu vas pas continuer de chouiner hein ? T’es une Floyd, ça pleure pas les Floyd. » Bon Floyd c’était le nom de son connard de père, mais il avait jamais vu cet enfoiré pleurer alors ça devait se confirmer, non ?


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far - Page 5 EmptyMar 11 Déc 2018 - 21:52
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Merdasse, pourquoi Lousie pleurait au juste ? Evy l'observa un moment, une grimace aux lèvres, persuadée d'avoir rien fait de spécial qui génère autant de larmes. C'était pas ce qu'elle voulait, c'était même pas ce qu'elle avait prévu et ça n'avait rien à voir avec une pause douceur ça. Mal à l'aise, la blonde termina de nettoyer les mains de la poupée jolie avant de scruter la décoration, qu'elle lui avait retirée des doigts, et reposée contre le plan de travail. C'était ça ? Pour ça que la petite pleurait ? Un instant, et alors que Donovan opinait pour le chocolat tiède et sans guimauve pour sa fille, elle pinça les lèvres, prête à lui redonner le renne doré pour la calmer. Le sujet entre les doigts, elle l'agita sous le nez de la puce qui se mit à hurler plus encore. C'était pas bon ça, pas bon du tout. Elle savait plus là, elle ne savait plus quoi faire pour que le bébé cesse de larmoyer de la sorte que... Elle a peut-être faim ? Merci madame conscience qui, dans son salon cosy au creux du crâne de la blondinette, se bouchait les oreilles en grimaçant tant les cris étaient stridents. Mince de mince de …... bordel. Collins agrippa le lait en poudre, versa de l'eau dans une casserole et se hâta de faire chauffer le tout. Dans son dos le militaire faisait déjà les cent pas avec sa fille pour tenter de la calmer, entonnant même cette chanson qu'elle adorait l'entendre fredonner pour l'endormir. Mais rien, rien n'y faisait.

- Elle est peut-être pas bien, elle ….. Merde ! L'eau bouillait, bon pas de panique surtout. La jeune femme coupa la plaque, ce liquide là serait pour eux, elle en versa un peu dans un autre récipient et coupa avec de l'eau froide avant de remuer tout en jetant un œil à son homme qui, tout comme elle, ne savait plus quoi faire. Je suis désolée Donovan, je voulais pas la faire pleurer.

C'est rien Evy, un bébé ça pleure et pas toujours pour quelque chose. Elle n'avait pas fait dans sa couche, non, sans quoi elle aurait vu les traits de son père se déformer parce que, forcément, même si à l'origine un bébé sentait l'odeur délicieuse de bébé, ce n'était plus le cas lorsque la nature se rappelait à lui. Le trois marches agrippé, Collins grimpa dessus et saisit le cacao pour en loger deux petites cuillères dans le biberon qui contenait déjà le lait en poudre. L'eau ajoutée, la blonde boucha le récipient, agita le tout et ce avant de vérifier la température sur son poignet. Heureusement que Donovan était là, qu'il agissait en bon père et, même sans le savoir en bon petit ami, parce que ce qu'il confia à sa fille la fit rire. Un petit rire étranglé par l'angoisse, mais une esclaffe quand même.

- Les Floyd ça transpire des yeux, oui. L'angoisse était palpable là, autant dans ses grands yeux noisette que sur ses traits devenus plus roses. Roses de honte, d'avoir mal agi. Elle était pas sa maman, faisait de son mieux pour l'aider lui, mais si Lousie avait besoin de sa mère alors... Collins déglutit, lui tendant le biberon prêt, puis recula et ancra les reins au plan de travail en mordillant nerveusement ses lèvres. Elle a peut-être besoin d'un truc dans la bouche, si c'est les dents ça lui fera du bien.

Oh la monstrueuse connerie, et ça n'échapperait pas au tatoué. Quand elle disait des bêtises pareilles, Donovan avait les oreilles bien affûtées, peu importait que ça tonne à l'extérieur, ou qu'une petite fille de huit mois pleure comme si son monde s'écroulait. Il allait rapidement rebondir elle le savait. Elle en avait tellement conscience qu'elle déglutit avant de terminer leurs chocolats à eux en piquant un phare magistrale. Le nez plongé dans son ouvrage, l'assistante replaça une mèche de cheveux derrière son oreille avant de touiller la mixture pour y ajouter une guimauve. Mais le calme revenait, non ? Oui, peut-être. La blonde se hasarda à jeter un œil par dessus son épaule tandis qu'il donnait son goûter à la demoiselle. Elle en souffla l'air accumulé entre ses joues. Si c'était juste ça, elle avait paniqué pour rien, quasiment prête à emmitoufler la puce dans sa minuscule doudoune pour filer voir Zouh.

- J'ai paniqué c'est tout. Rit-elle encore nerveuse avant de se tourner pour faire glisser le mug vers lui. Elle osait plus approcher, de peur que ce soit elle l'élément déclencheur, alors que c'était juste que la petite avait envie de son biberon. Allez savoir, elle n'était pas dans la tête de ce petit ange. J'suis désolée ...

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far - Page 5 EmptyMer 12 Déc 2018 - 8:12
Donovan berçait toujours la gamine dans ses bras, chantonnant, pendant que Collins préparait ce qu’il fallait. Leurs chocolats et celui de Louisie. Et la blonde avait l’air inquiète de ces pleurs, ça allait pas l’aider lui. En réalité, pour tout ce qu’il faisait celui qui savait, là il savait pas. Le brun comprenait pas pourquoi elle pleurait, pourquoi elle se calmait pas. Ce bébé avait déjà vécu pas mal de trucs, et là-dessus il était prêt à croire tous les psychologues du monde, même à trois, six, ou neufs mois, le traumatisme restait. Sans doute pour ça qu’il avait pas pu carrer son père d’aussi loin qu’il se souvienne de son côté. « T’en fais pas Evy, c’est rien, ça passera. C’est pas ta faute. » ajouta-t-il en relevant son regard gris vers la jeune femme.

Les Floyd transpiraient des yeux, ouais, Donnie esquissa un sourire, déposant ses lèvres sur les boucles brunes de sa fille dans ses bras. Il chantonnait toujours, comme un disque rayé. Louisie allait en avoir marre de cette chanson, lui aussi allait devoir apprendre des berceuses, comptines et autres chansons pour gosse. La remarque de Collins lui fit à nouveau lever son regard vers elle, elle réalisait pas ce qu’elle venait de dire. Donovan ouvrit la bouche pour sortir une vanne de son cru, mais ça le frappa d’un coup sec derrière la nuque. C’était de sa gamine qu’il allait parler, et il faisait pas ce genre de blague de sa gosse, même pas en rêve. Tu changes, Donovan, tu vois. La voix de sa mère le félicita dans son crâne, quoi il devenait adulte c’était ça le truc ? Adulte et responsable ? A presque quarante piges, serait temps.

Il avait récupéré le biberon, le présentant à la poupée qui ouvrit grand ses billes grises. Ah voilà, elle commençait à se calmer alors que lui posait son cul sur une des chaises pour être plus à l’aise. « Okay t’avais juste les crocs en fait c’est ça ? T’sais t’es pas obligée de gueuler Microbe, c’était en cours de préparation. » souffla-t-il dans un sourire alors que le bébé sirotait déjà son chocolat, visiblement contente du résultat. Son mug à lui glissa dans sa direction. « Merci Collins, tu gères. » Un sourire pour la blonde étira ses lèvres avant qu’il repose son regard sur Louisie qui commençait à chouiner que le débit du biberon était pas suffisant. Sacrée descente, comme son père, sauf que lui c’était pas le chocolat qu’il buvait comme du p’tit lait.

« Panique pas, c’est rien, et viens par ici. » C’était pas elle qui faisait pleurer la gosse, c’était pas elle qui était responsable de quoique ce soit. Le tatoué la laissa approcher avant de poser le biberon sur le plan de travail et de se lever pour lui coller Louisie dans les bras. « Tiens tu vas voir que c’est pas ta faute. » Le brun se décala pour qu’elle puisse s’installer sur la chaise à son tour avant de lui glisser le biberon dans la main. « Elle avait juste les crocs et elle devient aussi chiante que son père, hein Microbe ? » Finalement, elle lui ressemblait pas mal en dehors de ses yeux gris, comme lui, Louisie faisait beaucoup de bruit quand elle était pas contente. Glissant sa main dans les mèches blondes d’Evy, le brun se pencha pour coller un baiser sur le haut de son crâne, sa main posée à sa nuque.

Là, c’était plus calme. Le repos des guerriers. Donovan en profita pour goûter son chocolat, grimaçant d’abord en regardant la tasse. Il savait pas s’il devait manger ou boire, ça se passait comment ce truc-là ? Bon c’était sûr fallait bouffer les guimauves sinon il arriverait pas à boire une seule goutte de chocolat, et c’était sans doute à ça que servait la cuillère dans le mug. C’était bizarre, la guimauve c’était pas son truc, mais ça passait, puis ça faisait des souvenirs, c’était bien ça l’idée ? Les reins ancrés au meuble en face d’elles, Donovan mangea chaque guimauve avant de goûter le chocolat, observant Evy et Louisie.  


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far - Page 5 EmptyMer 12 Déc 2018 - 11:42
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


L'angoisse, vraiment. Collins n'osait plus approcher, manquerait plus que Louisie soit allergique à elle, que ce soit elle le problème qui faisait hurler la petite à ce point. T'es stupide, c'est juste un bébé Evelyn, un bébé ça pleure souvent. Rare que sa conscience la rassure, mais là, devant eux deux, et en remarquant que le biberon parvenait à calmer la demoiselle, la blonde souffla doucement. C'était ni les dents, ni les coliques, ni des maux de nourrissons dont elle ignorait tout et qui, là si elle avait été seule, l'auraient poussés à courir au dispensaire. L'assistante déglutit, apaisée de voir et comprendre, tout comme Donovan, que la poupée jolie avait simplement faim, qu'elle s'était juste faite entendre sans pouvoir encore parler. Et le militaire n'avait pas répliqué à sa précédente connerie, de quoi cesser de rosir et s'attendrir devant un père qui jouait son rôle à merveille, autant qu'il la rassurait elle. Jusqu'ici elle le soutenait lui, lui prouvait ô combien il était capable, qu'il ne devait pas avoir peur mais là, et après cette crise de larmes infantiles, c'était elle qui avait besoin de réconfort, d'être apaisée.  Merci... Elle gérait ? Pas vraiment, elle avait plus paniqué qu'autre chose et avait simplement préparé un biberon sans savoir si c'était là ce que désirait l'enfant.

- J'ai juste fait chauffer de l'eau. Toujours était-il que le sourire qui étirait les lèvres du militaire se voulait confiant, séduit, serein.

Elle aussi devait prendre confiance en elle, parce que si elle parvenait à loger suffisamment de confiance en lui, Donovan devait aussi pouvoir lui faire aveuglément confiance. Il le faisait déjà d'ailleurs, depuis quelques temps car ils n'avaient pas tous les jours quelqu'un pour veiller la demoiselle. Elle avait dû laisser ceux de l'intendance se débrouiller, sécher un peu le boulot pour que lui puisse faire le sien, et inversement. Il lui faisait déjà confiance oui, sans quoi jamais il ne lui aurait confié la vie de sa propre fille, le trésor le plus cher à ses yeux gris. Viens par ici. La blonde agrippa un linge, s'essuya les mains et approcha en gardant les yeux rivés sur le minois de Louisie entre ses bras. Bon, elle était bien plus occupée à téter, les yeux à semi clos, quasiment en extase quant à ce qui rejoignait son petit estomac. Debout, Collins l’enveloppa doucement quand Donovan la lui remit, le regard gorgé de détresse en voyant le froncement de sourcils de la gamine, forcément puisque son père venait de la priver de sa tétine pour qu'elle rejoigne les bras de sa petite amie. La blonde s'installa et resserra les doigts autour du biberon avant que la tétine se fasse littéralement aspirer par la princesse entre ses bras. Un rire étranglé fila les pétales de la blonde dont le cœur battait vite et de travers.

- C'est une p'tite morfale oui. Lâcha-t-elle en redressant les cils vers son homme après avoir frissonné lorsqu'il eut lissé ses mèches puis déposé les lèvres contre celles-ci. La blondinette reposa les yeux sur le bébé dans ses bras, un large sourire étirant ses lèvres lorsque sa main minuscule se riva au dos de la sienne pour l'inviter à pencher un peu plus le biberon. Son propre chocolat attendrait, c'était rien. Ses doigts sont si …. minuscules, c'est vraiment hallucinant. Elle serre fort en plus. La petite vidait le récipient d'une traite, apaisée, bien sans plus pleurer, visiblement ravie de se remplir le ventre avec un truc qu'elle avait sans doute pas l'habitude de boire. Bon c'était bien moins sucré que ce que sirotait son père, mais ça éveillait ses petits sens. Après deux minutes, le biberon fut vide et elle le reposa près d'elle avant de redresser délicatement la demoiselle qui ne tarda plus à faire son rot, arrachant un éclat de rire à l'ex étudiante qui lui épongea la bouche avec le bavoir qu'ils avaient pas eu le temps de lui enfiler. Ça va mieux bébé ? La gosse agrippa une de ses mèches en fronçant les sourcils, intriguée par la couleur peut-être, après tout sa mère avait les cheveux bruns, son père aussi. Je pourrais rester des heures comme ça avec vous deux, Sourit-elle en redressant les yeux sur son homme un peu plus loin, forcée de rire en le voyant douter sur la manière dont se repaître du chocolat. on va devoir penser à quelqu'un pour elle, pour la journée je veux dire, j'ai pas envie qu'on te reproche tes absences. Moi je m'en fiche, je peux rester avec elle, je peux même l'amener à l'intendance s'il faut, je me fiche bien de ce que June peut en dire, Lousie passera en premier. C'est pas parce qu'elle est incapable de ressentir quelque chose, que je dois faire comme elle. Elle appréciait Phelbs, mais ses comportements la dépassaient parfois et, la connaissant, ses absences répétées lui feraient du tort car l'excuse du bébé ne trouverait guère grâce à ses yeux. Il n'y avait que le camp, le travail, pour cette femme. Mais, j'ai aussi envie que tu passes du temps avec ta fille, et tu peux décemment pas l'amener avec toi, même si t'imaginer avec un porte bébé c'est super drôle. Une plaisanterie pour ne pas penser au fait qu'il serait peut-être pas si évident que ça de la confier à quelqu'un d'autre. Nina venait de temps en temps, ou ils la lui déposaient mais, ce n'était encore qu'une enfant et une enfant que la vie n'avait pas épargnée. Puis tous ceux ou celles que le couple connaissait avaient leurs occupations. Une idée de super nounou ? Si tu me dis le père Morales je t'assure mon cœur je vais dire non, il est trop …. Bizarre, il est vraiment étrange ce curé.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far - Page 5 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Cause you know you are why I've come so far -
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: