The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Partagez
- Cause you know you are why I've come so far -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far EmptyLun 3 Déc 2018 - 22:32
« Le magasin plus au nord de l’église dans ce bled là-haut, on l’a pas encore fouillé me semble. Ça pourrait être pas mal, enfin la prochaine fois, là chef tu m’excuse mais j’ai envie de me reposer un peu. » Alors qu’il aidait Spencer à décharger quelques munitions récupérées lors de la précédente sortie, Donovan l’écoutait aussi lui parler des endroits intéressants, ceux qu’ils avaient pas encore vidés comme ce magasin au nord de l’île, bien plus au nord qu’Agate. « Ouais on verra, avec un peu de chance Géant Vert arrivera à nous faire pousser des légumes pas trop dégueu’ et on aura pas besoin de risquer nos culs pour trois conserves. » Parce que c’en était rendu là, les denrées non pillées étaient souvent périmées de longue date, et eux ici avaient la chance d’avoir des légumes – ouais, trop cool – il manquait plus que de la bonne barbaque.

Le rouquin manqua de renverser une caisse de munitions en la ramenant vers l’intérieur, s’attirant les remontrances de son chef qui secoua la tête avant de l’aider à tout ramasser … Non j’déconne, Donovan laissa donc Dwayne ramasser ses merdes pendant que lui commençait à inventorier les armes ramenées. Pas de quoi fouetter un chat, vu qu’il y avait aucun fouet dans le bordel, mais clairement ces quelques canons en plus leur seraient utiles. Au moins pour l’entrainement, des armes à billes pour la plupart, des trucs de paintball, des trucs d’airsoft, c’était pas la vraie vie mais ça y ressemblait assez pour les couilles molles qu’avaient jamais foutu un pied hors du camp.

« Hey Donovan, tu sais qui c’est le copain de Vivy ? » « P’tain mais t’es vraiment plus con que je le pensais … Tu crois que c’est qui ? » Hésitant entre l’admiration la plus profonde et la déception la plus totale, Donnie l’écouta énumérer les possibilités parmi leurs collègues plus jeunes. Putain ça lui aurait fait mal au cul qu’elle s’envoie ces types-là, elle valait mieux que ça, même s’il la méritait pas lui-non plus. « J’vais te donner un indice, c’est un type que t’aime bien, c’pour ça qu’il sait pas trop te le dire j’pense. » Putain ouais, manquerait plus que Dwayne qui faisait encore partie de ses seuls potos dans les forces armées de l’île change d’avis à son sujet.

Le rouquin sembla ravi de ce premier indice, même si évidemment la réponse lui tomba pas dans le bec pour autant. Il continuait à proposer des trucs improbables, encore plus que son chef à qui il semblait même pas penser. Et la discussion aurait pu durer longtemps si le tatoué avait pas entendu Spencer s’exclamer que Collins était là. « Evy ? Qu’est-ce qui s’passe ? » Parce que si elle était là, c’était forcément qu’il se passait un truc. Ou qu’il allait se passer un truc dans les minutes qui suivraient, mais vu l’air soucieux sur les traits de la blonde, Donnie pensa pas à se l’envoyer entre le râtelier de sniper et l’étagère des munitions. Fronçant les sourcils, le brun eut ce drôle de pressentiment, il aimait pas ça les pressentiments.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far EmptyLun 3 Déc 2018 - 23:08
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Le boxon, y avait pas d'autres mots pour désigner l'infâme bordel sous ses prunelles là. Elle y était pourtant passée quelques jours plus tôt, juste avant de rencontrer Nilson et ses fabuleux projets mais là … Evelyn tirait une sacrée tête face à la masse de travail qu'il faudrait essuyer pour, qu'au minimum, il y ait un peu plus d'ordre dans les multiples étagères. Pourquoi June lui avait refilé la gérance de l'endroit au juste ? Exactement pour ça, parce qu'à la dernière collecte d'informations, concernant le stock, il lui avait fallu quasiment deux heures pour que la jeune femme, qui se chargeait de ça avant qu'elle soit envoyée ici et qu'on lui refourgue la charge du pôle, puisse lui faire un listing complet. Ça ne la dérangeait pas, en revanche, étant donné la tête que tiraient les deux autres, à qui elle désignait déjà les tas de listes à mettre en place, ainsi que les registres à dépoussiérer pour leur filer un coup de jeune, puis surtout les tenir à jour, c'était pas la joie de l'imaginer responsable.

- C'est comme là, si vous mettiez des panneaux sur les têtes de gondoles, on se repérerait plus vite, On est un con Collins, tu le sais très bien. Peut-être oui, mais ce n'était qu'une façon de parler et tous les « on » n'étaient pas cons, pas celui auquel elle songea en un sourire qui fit buguer les deux autres au point qu'elle dut se reprendre. nous, pardon. C'était simple comme bonjour, des petites affiches, écrites à la main ou non pour estampiller les rayonnages afin de savoir où se trouvait quoi. Dessous ils listeraient et chiffreraient chaque chose et à chaque enlèvement une petite croix. Elle leur expliquait ça avec soin, en souriant même, mais la jeune femme n'avait jamais été gérante, pas même chef d'équipe quand elle devait s'adonner à quelques épreuves sportives dans son cursus scolaire alors là, elle tentait de se faire respecter un minimum sans avoir à élever le ton. Ça ira ?

Le duo hocha la tête alors qu'elle revenait vers l'entrée du bâtiment, pile pour la croiser elle. Merde son cœur en eut un raté magistrale. Elle s'était encore jamais retrouvée devant Beatriz et là, il lui sembla se faire transpercer de part en part par ses prunelles brunes. Si l'ex étudiante n'avait jamais eu la sensation de se faire mitrailler en un simple regard, voilà qui était fait et, néanmoins, elle ne lui en voulait pas. Après tout c'était elle l'autre désormais, c'était elle que cette femme devait maudire, injurier, enfoncer mentalement parce que c'était elle qui vivait avec lui, elle qui partageait son quotidien et, finalement elle qu'il aimait. Evelyn déglutit, peu certaine de vouloir la saluer ou même de s'occuper d'elle, déjà prête à héler l'un de ses deux collègues avant de se retrouver bien plus près d'elle qu'elle ne l'aurait désiré. Elle avait avancé non ? Si si, elle était toute proche et déjà l'assistante l'imaginait là, lui coller une gifle du tonnerre parce qu'elle redressait la main. Oufffff, rien à voir, c'était simplement pour replacer sa crinière. Rose, rouge, enfin dans ces teintes là, associées à la honte et la gêne extrême, la blondinette parvint à la saluer avant de sentir une main sur son épaule.

- Je m'en occupe Evy. Okay, pas besoin d'insister elle s'éloigna, replaçant maladivement une mèche derrière son oreille pour s'enfoncer dans les rayons et entendre ce que les deux échangeaient. Sortie, eau …. blablabla. Sourcils froncés, elle attendit que la Mexicaine ait décampé et héla sa collègue. T'avais l'air mal à l'aise j'ai cru que...

- Pourquoi elle voulait tout ça ? Pour une sortie visiblement, elle allait donc sortir ? Pour quoi faire et ….. C'était pas habituel pour elle puis, jamais Donovan lui avait parlé d'avoir entraîné son ex petite amie et ….. Merde. Elle lâcha tout ce qu'elle avait sous la main, s'excusant auprès de son interlocutrice pour quitter le bâtiment et rejoindre l'armurerie. Au pas de course, à courir comme une andouille au point de devoir loger les doigts profondément dans son flanc parce qu'elle se mangeait un super point de côté. Le premier qu'elle vit sur place fut le rouquin. Spencer pouvait bien remballer son sourire et ses bonjours, elle avait pas le temps. Donovan ! A bout de souffle, elle reprit une inspiration saccadée, déglutit et fronça les sourcils. C'était pas son problème finalement si la brune sortait, pas vrai ? Pourquoi est-ce qu'elle ressentait le besoin de lui dire, il l'avait quittée et …. Non, elle devait pas penser comme ça. Elle ne devait pas penser égoïstement, mais avec sa tête et pour lui, pour lui parce que cette femme était la mère de sa fille, qu'il l'avait aimée. Peut-être qu'il l'aime encore et t'auras tout gagné Evy ! Qu'elle la ferme celle là non, elle ne l'écouterait pas et écouterait son cœur. Est-ce que ….. tu as eu vent d'une expédition concernant Beatriz ? A la tête qu'il tira, Evelyn se mordit la lèvre. Un long frisson, froid, glaciale même, dégringola son dos alors qu'elle agrippait ses mains pour le rassurer. C'était peut-être rien, peut-être que …. Elle savait même pas pourquoi elle saisissait ses mains, déjà prête à le ramasser à la cuillère ou à ce qu'il hurle. Elle est passée à l'intendance, elle a demandé plein de choses et, elle devait sortir visiblement..

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far EmptyMar 4 Déc 2018 - 7:20
Evy venait de le rejoindre, et clairement quelque chose tournait pas rond, elle avait cet air qui respirait l’inquiétude plutôt que la joie de vivre. C’était rare mais pourtant ça arrivait. Une expédition concernant Beatriz ? « Non. » souffla le tatoué sans avoir besoin de réfléchir, parce qu’il s’en serait souvenu, qu’il lui aurait dit que c’était une idée de con sortir, qu’elle devait veiller sur Louisie et pas risquer sa vie là-dehors, il était là pour ça lui. Les doigts de la blonde pressèrent les siens alors qu’elle lui apportait la suite des informations. Putain d’merde mais sortir où et pourquoi ? Il s’en foutait de ce qu’elle faisait, enfin c’était pas entièrement vrai, mais il avait le droit de rien lui interdire, Bea pouvait vivre sa vie comme elle l’entendait, mais pas la risquer comme elle le voulait.

Sans doute plus brutalement qu’il le voulait, Donnie dégagea ses doigts pour aller trouver la personne qui surveillait l’armurerie toute la journée. « Est-ce que Beatriz est venue par ici aujourd’hui ? » Face à l’hésitation de son collègue, le brun soupira avant d’ajouter. « Beatriz, mexicaine, grande comme ça, canon, tu sais à un moment c’était ma nana. » Et le ton de sa voix avait rien de fanfaronnant là, non, là Donovan était juste en colère contre elle et potentiellement l’abruti qui était au courant et l’avait pas prévenu. « Oui elle est venue plus tôt dans la journée, elle a demandé à prendre un revolver et une boite de munitions. J’ai pensé que c’était vu avec toi. » « Bordel mais vous êtes tous plus cons les uns que les autres hein ? C’était écrit dans ce cahier à la con là ? Tu crois que ça me plait d’écrire des merdes sur du papier ? Putain ! » Il bouillait, et pas de la bonne manière, parce qu’il la connaissait, qu’elle avait déjà fait ça et qu’il avait dû tabasser les connards qui s’en prenaient à elle.

Glissant son regard clair vers Evy, le brun saisit sa main, plus doux, mais à peine. « Evy tu sais où elle allait ? » La voix de Dwayne lui parvint, hésitante. « Sa sœur était pas sortie plus tôt dans la journée ? Elle allait peut-être rejoindre Abbi. » Abbi, bordel, son sang ne fit qu’un tour. Ils auraient déjà dû être le retour le groupe d’Abbi. Merde, comment ça lui avait échappé ? Comment personne l’avait mis au courant que le groupe de la plus jeune des sœurs aurait dû revenir plus tôt dans la journée, sans doute au moment où Beatriz s’était décidée à la jouer Rambo. Fais pas de connerie Princesa par pitié …

« Dwayne tu viens avec moi, on y va. Evy, reste ici, j’ai pas besoin de m’inquiéter davantage okay ? »  Il était sincère, déjà très inquiet pour son ex, et accessoirement la mère de sa fille, il avait pas besoin d’être inquiet pour la blonde, il voulait pas risquer sa vie à elle aussi. Elle était trop précieuse. Sans demander son reste, le tatoué récupéra son flingue et son fusil, couteau déjà à sa botte. Il laissa Dwayne s’équiper, ils auraient qu’à reprendre la voiture. « Faut prévenir June, qu’elle nous meule pas les couilles après. » La prévenir de quoi ? De deux sorties non planifiées, dont une non autorisées, et du retard d’un autre groupe en expédition dans le nord de l’île. Déjà le tatoué prenait la direction de la voiture, il savait où était parti le groupe d’Abbi même s’il s’agissait d’un groupe de surveillance sous la supervision d’Arizona.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far EmptyMar 4 Déc 2018 - 9:23
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ses traits changeaient au grès de ses mots à elle, déjà son propre cœur se tordait à l'idée de ce qui devait lui traverser le crâne. Qu'aurait-elle dû faire, ne rien lui dire ? Lui mentir ouvertement lorsqu'il s'en serait rendu compte, quand la Mexicaine serait revenue, en lui jurant qu'elle en savait rien ? Non, son palpitant battait certes de travers là, en le contemplant qui changeait d'air, qui s'inquiétait, qui ruminait déjà des tas de choses qu'elle aurait aimé connaître, extirper de son crâne, pour pouvoir l'apaiser, mais elle ne lui cachait rien. Donovan avait confiance en elle, une des fondations de ce qu'ils reconstruisaient ensemble, depuis qu'ils avaient viré les diverses barrières pour tenter quelque chose à deux. Néanmoins là, elle déglutit en sentant ses doigts quitter les siens, brusquement, sans douceur. Elle le sentit son cœur, il se tordait déjà dans sa poitrine parce que, malgré sa franchise et l’honnêteté dont elle faisait preuve envers lui, Collins avait l'impression d'être fautive. Si elle s'était elle même occupée de la Mexicaine, elle ne lui aurait certainement pas donné ce qu'elle désirait sans accord du militaire.

Le problème lui sautait aux yeux alors qu'elle observait le type auquel il s'adressait. Souci de registre, prise d’initiatives inconvenante. A force de « on dit » ou de « penser que » voilà ce qui en résultait : Des gens, n'importe qui, avaient accès à des armes ou autres objets sans avoir à se justifier auprès de ceux qui les leur cédaient sans raisons valables. La jeune femme frissonna en l'entendant hausser le ton, plantée comme un piquet, incapable de bouger ou de le laisser à présent. Parce qu'elle le connaissait et qu'ici, même s'il avait d'autres projets pour la journée, il allait tout laisser en vrac pour partir à sa recherche.

- Mon coe..... Coupée dans son élan, vaine tentative pour le calmer, elle serra sa main quand il revint englober la sienne. Elle savait pas, elle en savait rien puisque même si elle avait joué les curieuses à l'intendance, Beatriz ne s'était pas étalée face à sa collègue. Je sais …. pas... J'en sais rien je... Ce fut Dwayne qui répondit à cette question et déjà Evelyn regrettait de ne pas s'être occupée de la brune elle même, de ne pas avoir su lui tenir tête, passer outre cette gêne désagréable, cette impression de n'être qu'une garce lui ayant volé l'homme qu'elle aimait, pour éviter le pire. Reste ici, j’ai pas besoin de m’inquiéter davantage okay ? Prête à opiner, elle secoua le minois et fronça les sourcils. Sûrement pas, certainement pas alors qu'il était en colère, angoissé et que n'importe quoi pouvait se passer dehors. Il pouvait très bien ne jamais revenir. Ses cils filèrent vers Spencer qu'il venait de quémander auprès de lui tandis qu'elle ouvrait le registre concernant l'entrée et sortie d'arme pour griffonner quelques mots. Donnes moi ça.

- Floyd vient d'dire que …. Elle l'observa, les sourcils arqués, avant de lui couper la parole.

- Je viens de signer le registre. Ça t'a pas dérangé de lui donner ce qu'elle voulait, t'as pas eu besoin de son accord là, alors donnes moi ce que j'te demande. Plus dure et froide qu'elle ne l'était d'ordinaire Collins pinça les lèvres. Dépêches toi bordel de merde ! Deuxièmement, tu vas prévenir Miss Phelbs. Fais le ! Malgré l'hésitation l'intendant lui confia le glock et quelques chargeurs qu'elle colla à leur place avant de quitter l'armurerie pour le rejoindre. Précédent Dwayne à la hauteur de la voiture, la jeune femme ouvrit la portière passager et s’infiltra dans l'habitacle. Je viens, Collins boucla sa ceinture alors que Spencer rejoignait la banquette arrière. Tu viens de lui cracher à la gueule une des raisons pour lesquelles il aurait pas dû lui donner ce qu'elle demandait, je viens parce que là encore, tu sais parfaitement que juste deux personnes ne sont pas habilitées à sortir, faut minimum être trois et ... Stressée, angoissée, Evelyn croisa son regard empli de doutes. c'est comme ça, je viens, June sera mise au courant, et on pourra pas encore rejeter la faute sur toi, hors de question. Elle serait prudente, et là il pouvait bien lui hurler dessus, l'assistante n'avait pas l'intention de le laisser partir seul avec Dwayne. D'une pour ce qu'elle venait de lui avancer concernant les sorties, de deux parce qu'elle avait peur, peur que dans cette torpeur qui l'habitait, Donovan fasse une connerie qui lui coûterait la vie. Ferme la pour une fois, faut que t'ais confiance en moi, j'suis pas une gamine Donovan..

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far EmptyMar 4 Déc 2018 - 22:15
Difficile de dire ce qui le foutait le plus en colère là. Que Bea ait décidé de sortir seule, que le groupe d’Abbi soit pas encore rentré ou que personne ait jugé utile de le prévenir avant qu’Evy le fasse. Heureusement qu’elle l’avait fait sinon … Sinon quoi ? Il s’était rien passé pour l’instant, avec un peu de chance la mexicain était pas loin, mais Donovan connaissait sa détermination, surtout quand cela concernait sa petite sœur. Bordel ! Le tatoué avait déjà pris la direction de la bagnole avec laquelle Dwayne était revenu, armé, prêt à repartir avec le rouquin pour seule aide. Parce qu’il comptait pas embarquer Collins là-dedans.

Enfin ça c’était avant qu’elle se cale dans la voiture. « Evy … descends de là. » souffla-t-il d’une voix basse, les mains sur le volant serrant le cuir nerveusement. Son regard évita soigneusement celui d’Evy, parce qu’il savait qu’elle avait raison et qu’il avait pas le temps de chercher un troisième connard pour l’accompagner. « J’veux pas te mêler à ça Evy … Tu m’as prévenue, et pour ça merci mais là-dehors … » Là-dehors quoi ? Elle savait se démerder, et l’heure tournait du temps qu’ils se chamaillaient. Le militaire frappa de sa paume sur le volant en jurant avant de mettre le contact et de démarrer.

Ils étaient trois, ils étaient armés, personne viendrait leur souffler dans les bronches et dans le pire des cas Donnie saurait trouver Arizona qu’avait pas remarqué que l’équipe de reconnaissance était pas revenue. « Putain … » Il avait ce mauvais pressentiment, pour Abbi, parce que la gamine était pas inconsciente, qu’elle savait se démerder, il s’en était assuré, il avait fait partie de ceux qui l’avaient entrainée. Et même si elle le voyait comme l’enfoiré qu’avait quitté sa sœur avec un bébé, Donovan avait toujours fait en sorte de garder un œil sur elle, comme sur Beatriz.

Le véhicule quitta finalement l’enceinte du Fort, s’engageant sur les routes désertes à travers les bois de l’île. Ils en avaient pour une demie-heure pour rejoindre la réserve Bloedel, c’était apparemment le dernier endroit d’où le groupe d’Abbi avait communiqué. Il y avait rien là, les derniers macchabées de l’épave avaient été liquidés depuis un bail. Y’avait rien de dangereux là-bas. « Si j’trouve l’abruti qui l’a laissée sortir toute seule … » A nouveau sa paume rencontra le volant. Il avait la rage, et il savait que c’était sa faute, tout ce qui pourrait arriver à Beatriz à cet instant, ça serait sa putain de faute parce que si elle avait encore eu confiance en lui, elle serait venu le trouver au lieu de sortir seule.

Silence de mort dans l’habitacle, le militaire scrutait les environs avant remarquer un véhicule arrêté sur le bas-côté alors qu’ils roulaient depuis déjà une vingtaine de minutes. Rapidement à l’arrêt derrière, Donnie descendit de la voiture, hésitant à enfermer Collins dedans mais cet abruti de Dwayne sortait trop lentement pour qu’il puisse le faire sans l’enfermer lui aussi, et il avait besoin de bras supplémentaires là. Sa Remington rapidement calée à l’épaule, Donovan s’éloigna de la voiture, il était en pilote automatique là. Il devait retrouver la mère de sa gamine, coûte que coûte, il y avait rien d’autre dans son crâne. « Bea ! » appela-t-il plusieurs fois avant d’entendre un râle. Son cœur loupa un battement, son sang se figea un instant dans ses veines. « B-… » Ses yeux gris s’emplirent de larmes, autant de chagrin que de soulagement. Abbi non merde … Pas la gamine, pas Abbi … Ravalant les larmes, le tatoué avança vers ce rôdeur qui portait le masque d’une personne à qui il tenait pour planter la lame de son couteau dans sa tempe, accompagnant le cadavre au sol. Quelqu’un l’avait blessée, quelqu’un avait tenté de se défendre et … Merde. Ce rôdeur avait mordu quelqu’un … « BEA ! » A nouveau debout sur ses quilles, le brun fit de plus grands pas, sans savoir vers où, espérant juste qu’il soit pas trop tard ou qu’Evy et Dwayne auraient plus de chance que lui dans leurs recherches.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far EmptyMer 5 Déc 2018 - 10:05
Cause you know you are why I've come so far


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


C'était suffisant, pas vrai ? Ça devait l'être car elle avait horreur de se confronter à lui, de le voir aussi anxieux que ça, de l'entendre lui hurler les mille et une raisons qui le poussaient à refuser qu'elle l'accompagne à tel, ou tel, endroit. Ici, Evelyn n'avait pas tort, pas une seconde et, en un sens, c'était son rôle à elle de le préserver des potentiels problèmes qu'il s'attirerait en passant outre la réglementation concernant les sorties en extérieure. Pourtant il n'y avait pas que ça, elle était là pour lui, à chaque instant qu'il soit bon, ou mauvais, peu importait qu'il s'agisse là de son ex et qu'elle n'était pas foutue de lui adresser la parole parce que, malgré ses choix, malgré ce qu'elle avait subi pour en arriver là, l'ex étudiante culpabilisait face à cette femme. Là dehors ... Quoi dehors ? Elle fronça les sourcils, les yeux rivés sur ses traits tirés. Sa main glissa sur la sienne au pommeau de vitesse, s'attirant ainsi son regard même si ça ne dura qu'une nanoseconde.

- Tu sais que j'ai raison, tu sais que je ferai attention, tu sais que c'est toi qui m'as enseigné ce que je sais ... Même la présence de Spencer, à l'arrière de la bagnole, ne l'empêcherait pas d'être franche ou démonstrative avec lui, juste pour le rassurer …. Juste un minimum. doute pas de moi, je doute pas de toi quand tu as raison alors, ça ira Donovan.

Ultime pression contre ses doigts avant qu'il les retire pour cogner le volant. Collins pinça les lèvres, sursautant sans vraiment le contrôler, c'était juste instinctif depuis un moment qu'elle préférait oublier, qu'elle lui avait pardonné comme les multiples autres conneries qu'il avait faites. Peu importait, il démarrait la voiture et elle souffla un coup sans plus parler durant le trajet, n'ouvrant la bouche qu'aux abords du lieu où l'équipe de reconnaissance avait été dépêchée sans pour autant revenir. Collins déglutit en fixant les bois, la terre humide, préférant encore se taire quand il jura et promis de refaire le portrait de celui qui l'avait laissée quitter le Fort. Muette, blême même, elle vérifia le Glock et jeta un œil à Dwayne qui ne tarda plus à quitter l'habitacle, comme lui, comme elle qui, machinalement, replaça l'écharpe à son cou avant de l'observer qui avançait déjà en hélant la Mexicaine. Il allait attirer les moches alentours en agissant ainsi, mais n'aurait-elle pas hurlé son prénom s'il avait s'agit de lui ? Si, évidemment.

- Je vais …. Je prends ce côté avec Dwayne, tu …. Il n'écoutait pas, déjà à s'enfoncer plus loin entre les troncs. fais attention à toi. L'assistante déglutit, un frisson désagréable déjà à lui ronger le dos. Elle pouvait pas rester collée à lui, Beatriz était sans doute là, quelque part, s'ils restaient groupés ils ne ratisseraient pas suffisamment pour espérer la retrouver. Son cœur battait vite, parce que là, elle le connaissait il était ailleurs, déjà dans une torpeur particulière qui l'aveuglait presque. Ça va aller Evy, il sait ce qu'il fait. Oui, ça irait et déjà elle avançait, tournant les yeux ça et là, prudente, le rouquin auprès d'elle qui ne tarda plus à lui indiquer quelque chose. Le jeune femme ravala sa salive avant de se figer lorsqu'elle l'entendit hurler à nouveau. Faut la trouver, vite, il …. on va s'taper une claque de moches s'il continue à hurler comme ça et …..

Collins avançait déjà plus vite, jusqu'à sentir son cœur louper maints battements aux abords d'une clairière. Elle ne voyait que ses jambes, entendait ses gémissements étouffés par la bestiole penchée contre son épaule. Merde ! Arme au poing elle visa avant de voir la cafetière du monstre éclater et le corps retomber au flanc de la Mexicaine étendue sur l'herbe maculée de sang. Non ….. Non …... Spencer venait de tirer, silencieux oblige aucun écho ne dérangea la nature ni de permis à Donovan de se repérer. Sans attendre, la blonde se précipita vers la brune pour s'agenouiller auprès d'elle. Épaule en charpie, la cuisse ensanglantée, le flanc tout autant. Ses mains filèrent à son écharpe qu'elle retira pour presser l'étoffe à la plaie mortelle qu'elle avait près de la gorge. Beatriz était consciente, les yeux écarquillés sur elle, sur elle qu'elle devait maudire pour tout ce qu'elle était, tout ce qu'elle lui avait volé.

- Bouge pas …... ça va aller hein, on va …. Oh bon dieu ça saignait, le linge qu'elle compressait sur la plaie s'imbibait de sang. Evelyn tremblait, ne sachant trop comment agir, comment faire ou si. Il fallait l'amener au dispensaire, espérer pouvoir soigner les plaies et lui injecter la nouvelle trouvaille de Davis. Regardes moi, je ….... parle, il faut que tu parle hein, parle moi. Elle devait la haïr, pourtant là elle ne pouvait compter que sur elle pour le moment. Evelyn sentait les larmes se bousculer au creux de ses yeux. Dwayne, faut que tu le trouve, faut que …... La Mexicaine n'aurait pas le temps d'être transportée et même si la blonde était gavée d'espoir, en toute circonstance, là ce n'était plus qu'une question de minutes avant qu'elle s'éteigne. Trouve le !!!!!! Siffla-t-elle avant de le voir tourner les talons. Doucement, la jeune femme positionna mieux la brune, sa tête contre ses genoux tandis qu'elle compressait la plaie à son cou, l'autre main emprisonnée par celle de la Mexicaine au point de lui faire bondir le cœur sur des notes lugubres. Elle tentait de parler, les yeux rivés dans les siens, elle voulait juste être rassurée sans doute et... Il va venir …. il va arriver, ça va aller Beatriz.

Ça n'irait pas, déjà Collins sentait les larmes poindre, les mains en sang, les yeux perdus aux alentours en espérant qu'il arrive assez vite, que Dwayne le trouve rapidement. Il allait être dévasté et là, elle ne pouvait que repenser à ce qu'il avait juré dans la bagnole. Elle l'avait laissée faire, ne l'avait pas arrêtée … c'était en partie sa faute.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far EmptyMer 5 Déc 2018 - 21:12
C’était sa faute si elle s’était barrée toute seule, Donovan en démordrait pas. Et il avait ce sentiment au fond des tripes, cette angoisse qui s’était matérialisée sous la forme du rôdeur d’Abigail. La gamine, pas elle. Son sang maculait encore sa main alors qu’il avançait dans les bois sans croiser la silhouette de Beatriz. Putain, elle était où ? Abbi … ce rôdeur avait mordu quelqu’un … Son cœur battait fort dans sa poitrine, trop fort, il sentait et entendait son sang courir dans ses veines, c’était douloureux, assourdissant. Il l’appelait et elle répondait pas, pourquoi elle aurait répondu au juste ? Tu l’as abandonnée trou du cul … Elle a sans doute pas envie ni besoin de ton aide. Putain, elle était où ? Pourquoi elle était partie comme ça ? Pourquoi elle lui avait pas demandé de l’aide ? Il l’aurait fait pour elle. Aujourd’hui comme il l’avait fait par le passé.

Poings serrés, le tatoué remarqua une silhouette titubant plus loin. Son cœur se serra un peu plus alors qu’il pressait le pas. Un soulagement égoïste lui confirma qu’il s’agissait pas de Beatriz, non, c’était un des types de l’expédition, sans doute celui qu’Abbi avait mordu … « Désolé mon gars … » Comme la jeune femme, il l’acheva avant de se figer en entendant la voix de Spencer. Il avait laissé Collins seule ? « Abruti ! Où est Evy ?! » « Donovan … faut … faut qu’tu viennes avec moi … Evy va bien … Faut qu’tu viennes … J’amène Hammond … Abbi. » Y’avait ce truc dans le regard du rouquin, cet air désolé. Putain il se passait quoi ?!

Il était plus sûr d’avoir envie de bouger, mais il avait besoin de savoir pourquoi Dwayne avait cette tronche d’enterrement, pourquoi il devait le suivre. Ils repassèrent près de la dépouille de la sœur de Bea, Donovan osa pas la regarder, la cruelle impression que c’était que le début. Désolé gamine … Il laissa le soin à son collègue de la soulever de terre, ils devraient tous les ramener, tous ceux qu’ils trouveraient. « Par là-bas … » Quelques pas de plus, il avait le cœur lourd bordel. Il remarqua d’abord la chevelure blonde de Collins avant que son regard gris glisse vers la silhouette étendue contre elle. Le tatoué déglutit. Il allait se réveiller là, c’était … juste un putain de cauchemar ça. C’était l’un des pires cauchemars qu’il ait fait, le cauchemar où il la voyait mourir.

Il pressa le pas pour se laisser tomber à genoux à côté d’elle, en face d’Evy qu’il parvint pas à regarder. « Bea … eh princesa reste avec moi … Beatriz putain … » Pourquoi ? Pourquoi elle était là ? Pourquoi elle l’avait trouvé lui ? Il voulait pas les voir ces blessures, ces putains de blessures. « On l’amène, Lawrence il pourra … le sérum … ça … » Les doigts de la mexicaine cherchèrent difficilement les siens. « Baboso » Putain. Il les sentit ses yeux qui s’emplissaient de larmes. « T’as raison princesse, j’suis qu’un crétin de première … Bea accroche-toi par pitié … tu me dois rien, pense juste à elle, pense à Louisie, pense à notre bébé hein … princesa … » C’était pas possible, c’était un cauchemar. La pression de ses doigts sur les siens se fit plus faible jusqu’à disparaître, Donnie ramena sa main à son visage, cherchant à capturer son regard. « Bea … Beatriz … putain … Bea merde ! T’as pas le droit merde ! J’sais que j’suis qu’un connard qui t’a abandonné mais la laisse pas elle … putain j’t’en supplie … » Il tint son visage entre ses deux paumes. Aucune réponse, aucune réaction.

Le monde qui se dérobait sous ses pieds, le brun se laissa retomber en arrière, le cul dans la mousse, le lichen et la terre et les feuilles mortes, à se prendre la tête entre les mains. Non, non, non, putain c’est pas possible … Tout ce qu’il pensait, c’était à leur fille qui aurait plus jamais l’occasion de rire et de sourire dans les bras de sa mère, tout ce qu’il voyait c’était sa trop grande responsabilité dans ce merdier. T’as encore tout foiré hein … D’une manière ou d’une autre, c’est ta faute ça Donnie … Y’avait rien, y’avait personne autour, il était seul dans sa merde, dans cette putain de merde. Y’avait toujours aucun bruit à part son cœur qui battait trop fort, trop vite. Il ressentait rien à part cette douleur si vive, à part le goût salin des sanglots dans sa gorge. Les larmes s’écrasèrent sur les fibres de son futal, voûté qu’il était, la tête entre les mains à pleurer comme l’abruti qu’il était.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Cause you know you are why I've come so far   Cause you know you are why I've come so far Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Cause you know you are why I've come so far -
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: