The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Electricity equals Power -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roy Nilson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (Expédition :) Banal pistolet 9mm + 1 chargeur
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/11/2018
Messages : 126
Age IRL : 38
MessageSujet: Electricity equals Power   Sam 1 Déc 2018 - 22:52

09h58m03s. Une minute et cinquante-sept secondes avant le rendez-vous avec June Phelbs qui scellerait l’avenir des Remnants.
Roy déplia le bras qui supportait sa montre au large cadran numérique.
Un tic-tac lancinant, prégnant, s’insinua à l’intérieur de son crâne. Le son évoquait les lourdes aiguilles métalliques d’une horloge géante au sein d’un hall de gare.
Roy réalisa soudain qu’il serait peut-être en avance ou en retard de une, deux, voire trois secondes. Les montres modernes étaient paradoxalement devenues moins précises depuis qu’elles synchronisaient leur puce interne par signal radio. De combien avait dévié la sienne depuis que l’horloge atomique, tel un chef d’orchestre figé dans un éternel présent, ne donnait plus la mesure du temps ? L’ingénieur réalisa avec horreur que les écarts iraient croissant, que l’incertitude et l’imprécision les rongeraient chaque jour davantage.
Il tira un carnet de sa poche, tourna les pages noircies jusqu’au chapitre « À FAIRE », section « PRIORITÉ : BASSE », puis ajouta à une liste interminable la mention en petits caractères d’imprimerie « temps → mesure – synchronisation – horloges ».
Le bruit mécanique cessa à l’instant précis où il refermait son carnet.

Du temps, Bainbridge Island n’en avait plus beaucoup avant que le poussif réseau électrique ne capitule. Sans mesure volontariste, les restrictions actuelles ne seraient qu’un préambule avant un retour cent cinquante ans en arrière, à l’époque où les foyers américains s’éclairaient au moyen de lampes à pétrole.

Roy songea qu’à la fin des années 1880, la guerre des courants avait opposé le continu d’Eddison au courant alternatif imaginé par Tesla. Le conservatisme, la manipulation, le manque d’audace et de vision avaient conduit de stupides hommes politiques à soutenir une stupide technologie obsolète. Des sommes et des ressources colossales avaient été gaspillées. Ainsi qu’un temps précieux.
Feu le sénateur Chambers appartenait à cette catégorie de politicards décérébrés qui optaient pour les choix stupides avec une prévalence stupéfiante. Un spécimen particulièrement atteint de crétinerie aiguë. En juillet 2016, l’ancien dirigeant de Fort Ward avait rejeté en bloc les arguments de Roy sur la nécessité de mettre en œuvre un approvisionnement durable en électricité. À cause de sa bêtise, plusieurs mois avaient été perdus. Gâchés, avalés dans l’infini du temps tel un morceau de chair entre les mâchoires voraces d’un rôdeur.
June Phelbs se distinguait de son prédécesseur par un béotisme moins affirmé. L’avantage d’être une femme mûre, estimait Roy.
Tout au long de sa vie, le quadragénaire avait observé que le cliché du vieux mâle conservateur à la cervelle molle se vérifiait souvent, chez les personnes de pouvoir. Les jeunes ambitieux qui se croyaient plus futés que les autres, convaincus de tout savoir sur tout, ne valaient guère mieux – tous sexes confondus.

10h00m00s. L’ingénieur toqua à la porte. Trois coups secs.
Roy avait revêtu son costume pour l’occasion, avec la même veste noire en velours qu’il portait à chaque rendez-vous officiel. Ses cheveux bruns étaient aussi soignés que d’ordinaire. Des cernes profonds entouraient ses yeux rougis par le manque de sommeil. Il tenait un dossier dans sa main gauche, de la même couleur anthracite que ses vêtements.

Un signe de tête en guise de salutations. Les absurdes rituels hypocrites que les gens appellent « civilités » n’entraient pas dans ses habitudes.
Il releva sans broncher la présence d’Evelyn Collins, à la fois intendante du camp et assistante de June. Un outil qui remplissait correctement sa fonction – qualité suffisante pour la placer au-dessus du lot.

Roy attendit qu’on l’invite à s’assoir avant de s’installer et prendre la parole. Il fixait sans gêne ses interlocutrices, en particulier June – la gardienne du troupeau, la commandante en chef, la détentrice du pouvoir, la porteuse du sceptre impérial. À l’intérieur de son atelier, l’ingénieur examinait avec une semblable attention les circuits électroniques.

— Notre approvisionnement en électricité est précaire, annonça-t-il de but en blanc. Depuis le séisme, notre réseau à base de panneaux solaires est sous-dimensionné pour nos besoins. À moins de gaspiller à un rythme effréné nos stocks d’hydrocarbures, au cours de l’hiver les coupures vont inévitablement se prolonger et les pannes se multiplier. La bonne nouvelle, c’est que j’ai une solution pérenne à proposer. La mauvaise nouvelle, c’est qu’elle implique plusieurs sorties à risque. (Roy ouvrit son dossier, qu’il posa sur ses cuisses.) Mais « sorties à risque » est un pléonasme en soi depuis que le marchand de glaces ne circule plus sur les berges de Seattle, pas vrai ? (Roy déchiffra successivement le visage de ses deux interlocutrices.) La vérité, la réalité, c’est qu’il y aura un prix pour chaque avancée indispensable visant à nous éloigner de l’Âge de pierre.

La gravité de la situation que mentionnait Roy contrastait avec son élocution calme, presque détachée. Il paraissait aussi détendu que s’il récitait le bulletin météo du lendemain.
Il évoquait pourtant un aspect essentiel de l’avenir du camp, et pour lui le fruit d’un millier d’heures de travail.


I think human consciousness, is a tragic misstep in evolution. We became too self-aware, nature created an aspect of nature separate from itself, we are creatures that should not exist by natural law. We are things that labor under the illusion of having a self, an accretion of sensory, experience and feeling, programmed with total assurance that we are each somebody, when in fact everybody is nobody. Maybe the honorable thing for our species to do is deny our programming, stop reproducing, walk hand in hand into extinction, one last midnight, brothers and sisters opting out of a raw deal.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1297
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Electricity equals Power   Dim 2 Déc 2018 - 11:31
Electricity equals Power


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


C'était mieux, bien mieux que le mois précédent. Les plaies cicatrisaient, elle avait certes encore quelques raideurs dans l'épaule gauche, mais Zouh était optimiste. Si elle se pliait aux mouvements de rééducation, son corps ne mettrait que peu de temps à retrouver sa souplesse, enfin son bras surtout. Mais, forcément, les dires du médecin n'avaient pas échappé au militaire qui, à peine rentrés de ce dernier check-up, lui avait sorti une grosse connerie. Elle en avait ri, mais le stress était là finalement, après tout elle reprenait son job aujourd'hui. Certes la jeune femme avait revu June durant ce mois de convalescence et ce que lui avait proposé sa supérieure, concernant l'intendance, lui plaisait beaucoup. C'était valorisant, surtout venant de Phelbs qui n'exposait que peu ses inquiétudes et autres sentiments, mais en lui proposant ça, Collins avait décelé ce que June ne lui dirait sans doute jamais : elle appréciait son professionnalisme et son ordre naturel.

Après un tour à l'intendance, elle avait donc gagné le bureau de sa supérieure pour le prochain rendez-vous à venir. Monsieur Nilson vraisemblablement. Evelyn ne le connaissait que peu, n'ayant pas grandes affinités avec cet homme, cependant ce qu'il avait exposé rapidement lors d'une première rencontre l'avait séduite. Il était évident que Fort-Ward devait encore grandir et que les événements de l'année précédente n'avaient pas aidé à préserver leur système électrique, du fait l'ingénieur avait de beaux atouts dans sa manche. Alors certes il ne s'était pas étalé plus que ça, mais là, en lui ouvrant la porte et en le saluant, pour ensuite le guider jusqu'à elle, Evelyn était plutôt optimiste. Souvent d'ailleurs ces derniers temps, tout allait bien dans son existence, outre la cicatrisation parfois douloureuse, et l'assurance d'avoir dormi plus de douze jours sans se réveiller, son existence prenait un tournant plus paisible où l'angoisse et le stress n'avaient plus de place. Utile dans le privé comme dans le professionnel.

Elle termina de dégager quelques dossiers du bureau de Phelbs puis écouta attentivement ce que Roy leur proposait. Il avait le mérite d'aller droit au but, de ne pas tourner autour du pot comme d'autres et, deuxièmement, de la considérer comme une personne, pas comme une foutue plante verte. C'était agréable autant que gratifiant. Au moins, ici, Collins n'avait pas que l'utilité de servir de bons cafés, d'avantage encore depuis que l'avocate lui avait confié la responsabilité d'un autre pôle. Silencieuse, la jeune femme notait déjà les points abordés par l'ingénieur leur faisant face, et sans doute car elle avait mûri, ses lèvres s’entrouvrirent dès lors qu'il aborda le point négatif concernant le projet exposé. Rien n'était simple dans l'univers étant leur, et bien qu'elle ait eu vent des désirs de Phelbs concernant l'avenir de leur communauté, Evelyn savait parfaitement qu'ils ne pourraient guère se suffire de l'enceinte, des légumes et de toutes ces nouvelles choses, précieuses étant donné leur rareté, qu'apportaient diverses personnes pour le Fort. Il faudrait toujours entreprendre quelques expéditions à défaut de voir fleurir d'autres entreprises au sein même des barricades. Nislon était sensé, très objectif dans ce qu'il disait, très lucide aussi.

- Les expéditions sont encore nécessaires pour des tas de choses, malheureusement, Approuva-t-elle en griffonnant divers mots sur son carnet. L'assistante redressa les cils et offrit un sourire à leur interlocuteur. il n'y a pas de fumée sans feu comme vous le soulignez Monsieur Nilson, mais selon ce que vous déciderez June, Elle dévia les cils vers sa supérieure, après tout elle ne prendrait aucune initiative sans avoir un accord de l'avocate, et ce même si l'idée de l'ingénieur lui plaisait. Un véritable atout pour leur société florissante, de quoi profiter de l’électricité sans coupure et protéger le pôle scientifique qui, lui, ne pouvait guère faire machine arrière, surtout pas après les dernières découvertes du Docteur Davis et de ses équipes. vous n'aurez qu'à me faire une liste des matériaux, j'en ferai part à Monsieur Floyd qui constituera une équipe pour ramener ce que nous n'aurions pas actuellement en stock. Monsieur Floyd, elle aurait pu en rire en temps normal, néanmoins la jeune femme différenciait parfaitement sa vie privée du reste et ce même si Phelbs en doutait encore quelques temps plus tôt.



made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 859
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Electricity equals Power   Dim 2 Déc 2018 - 14:26
Sans les ressources qui remontaient ordinairement de Renton, toutes les estimations sur leur consommation hivernale était à refaire. Fort heureusement, la rentabilité des plantations de saisons coordonnées par Valentine leur permettrait d’éponger le manque – ainsi que, ironiquement, la diminution d’une vingtaine de bouches à nourrir. Ce n’était toutefois qu’un équilibre temporaire. Alors comme régulièrement, l’avocate s’était laissée absorbée par toutes ses notes de calcul et n’émergea que lorsqu’Evelyn fit Roy entrer dans son bureau.

Elle se redressa pour poser ses orbes d’émeraude sur l’homme dont l’apparence et le regard faisait honneur à ce qu’il dégageait. A voir ses cernes, le sommeil le fuyait au moins aussi habilement qu’il s’était absenté des nuits de la rouquine, mais elle ne s’en formalisa pas. D’un geste élégant, elle dégagea une mèche de cheveux échappée de son chignon et prêta attention aux paroles de l’ingénieur qui ne perdit pas une seconde pour entrer dans le vif du sujet. Elle aimait ça. Un sourire de convenance parfaitement artificiel naquit sur les lèvres de June suite à l’ironie immiscée dans la façon de qualifier les sorties. La quarantenaire échangea une brève œillade avec son assistante qui avait pris les devants, mais au-delà du matériel à trouver, elle espérait bien en savoir plus.

- Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises nouvelles, commença-t-elle de son timbre aseptisé, il n’y a que des objectifs qu’on se fixe et des difficultés liées à leur réalisation.

Elle préférait cette manière de voir les choses. C’était une façon de s’approprier les événements et de ne pas les déléguer en partie à l’incertitude du hasard ou de l’inattendu. Ils savaient ce qu’ils voulaient, ils étudiaient les risques et déterminaient si le bénéfice valait les sacrifices. L’idée du survivant n’était pas venue de nulle part, tout comme les dangers des expéditions pouvaient être anticipés. Les événements ainsi envisagés n’étaient que des réussites ou des échecs. Ce n’était que de la sémantique ; la rouquine épargna à son aîné une démonstration sur le sujet.

- La stabilité du réseau électrique doit être l’une de nos priorités, approuva-t-elle sans chercher à contrargumenter la vision de son invité, le risque n’est pas une notion devant laquelle on reculera.

Tout était lié en une toile inextricable. Le rendement du laboratoire ne se maintiendrait que si les machines fonctionnaient. Une rupture de l’approvisionnement des bâtiments scientifiques pourrait leur faire perdre trois ans de recherche et de résultats. Résultats qui étaient la clef de voûte de l’axe politique qui se dessinait dans le crâne de June depuis la tragédie de Renton. Sans compter que les membres de Fort Ward s’étaient habitués au reliquat de modernité qu’ils avaient su conserver. Perdre le courant, c’était perdre la colonne vertébrale de ce groupe.

- Plus vous aurez de détails à donner à Floyd, mieux il pourra constituer l’équipe adaptée, en un regard tourné vers Evelyn, elle lui signifiait que ce serait à elle de faciliter la rencontre entre Donovan et Roy, c’est un dossier que vous avez préparé ? Demanda alors la rouquine en désignant le document que l’ingénieur avait ouvert sur ses genoux, je peux le voir ? Requête qui ne le dispensait pas de commentaires bien sûr.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Roy Nilson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (Expédition :) Banal pistolet 9mm + 1 chargeur
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/11/2018
Messages : 126
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Electricity equals Power   Dim 2 Déc 2018 - 21:42
Roy obtint très rapidement la confirmation qu’il prêchait deux converties, bien qu’il gardait encore pour lui les finalités de son entreprise ambitieuse. L’ingénieur n’avait guère menti, Fort Ward avait réellement d’équipements supplémentaires, mais pas dans les proportions qu’il s’apprêtait à requérir.

Il se tourna calmement vers l’intendante, dont l’enthousiasme juvénile montrait qu’elle n’anticipait pas la demande à venir. Roy ne lui en portait aucunement rigueur : Collins n’était pas une électricienne. De même qu’il n’avait aucune idée des besoins en fournitures médicales de la communauté, Collins ne pouvait se figurer le matériel spécifique qu’exigeait la production d’électricité.

— Cette fois, nous aurons besoin de plus que de simples « matériaux ». Beaucoup plus. Nous ne pourrons pas faire l’économie d’équipements entiers, fabriqués avec une précision industrielle dans des usines qui ne tourneront plus avant longtemps et que nous n’avons pas la capacité d’imiter. Des équipements stratégiques qui nous fourniront un avantage décisif pour les années et sans doute les décennies à venir.

Malgré l’entrain de Collins et l’affirmation de Phelbs, Roy avait jugé plus prudent de jeter un argument supplémentaire dans la balance. La nouvelle équipe dirigeante avait certes fait preuve d’audace à maintes reprises, mais il s’agissait surtout de territoires à conquérir, de groupes à soumettre ou exterminer.
Les projets de Roy étaient de nature plus ataraxique, moins exaltante pour le commun des mortels. Il avait l’esprit visionnaire d’un architecte, les mains patientes d’un bâtisseur.
Il reprit le fil de son explication en s’adressant à ses deux interlocutrices.

— J’ai établi un profil de notre consommation saisonnière, analysé les données des capteurs que j’ai commencé à répartir sur Brainbridge Island il y a deux ans, puis extrapolé les puissances disponibles sur notre territoire. Pour ressembler à une enclave moderne et accueillir une population plus importante, Fort Ward a besoin de 3 éoliennes de taille moyenne, 600 m² de panneaux solaires et de plusieurs batteries de forte capacité. Du genre qu’on ne trouve pas au garage du coin. Comme vous devez l’imaginer, récupérer ces équipements lourds et encombrants nécessitera une logistique conséquente. Ainsi que ma présence.

Roy porta alors son attention sur Phelbs, à qui il tendit son dossier – une liasse de feuilles chargées de calculs mathématiques, de tableaux et de graphiques.

— Les données ainsi que mes calculs figurent dans ces documents. Je conserve une trace de tous mes travaux. Comme nos vies ne tiennent qu’à la bonne volonté de nos organes à continuer de fonctionner, et que cette volonté faiblit année après année, si je claque demain d’autres pourront reprendre le flambeau. Vous trouverez également une carte avec les emplacements optimaux des panneaux solaires et des éoliennes.

Une constante revenait souvent dans les documents peu accessibles aux non-scientifiques : 500. La population que pourrait supporter la nouvelle infrastructure électrique.
Le crâne de Roy renfermait un autre chiffre : 2000. Le nombre de vivants que les installations seraient capables de soutenir avec une consommation minimale. Mais les projets sur lesquels travaillait l’ingénieur consommeraient une énergie considérable. Un sacrifice important, mais qu’il jugeait nécessaire pour assurer l’épanouissement technologique de Fort Ward. Le premier pilier d’un monde nouveau.
La carte, quant à elle, montrait un carré rouge réservé aux panneaux solaires dans un secteur qui avait souffert du séisme. Une zone située au centre du périmètre, à ce jour un terrain vague encombré de gravats. Deux croix bleues indiquaient les emplacements des éoliennes, à la pointe sud-est de l’île. La troisième croix se confondait avec le bâtiment du laboratoire de recherche.


I think human consciousness, is a tragic misstep in evolution. We became too self-aware, nature created an aspect of nature separate from itself, we are creatures that should not exist by natural law. We are things that labor under the illusion of having a self, an accretion of sensory, experience and feeling, programmed with total assurance that we are each somebody, when in fact everybody is nobody. Maybe the honorable thing for our species to do is deny our programming, stop reproducing, walk hand in hand into extinction, one last midnight, brothers and sisters opting out of a raw deal.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1297
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Electricity equals Power   Lun 3 Déc 2018 - 16:14
Electricity equals Power


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Peut-être avait-elle réagi trop vite, peut-être pas, visiblement l’œillade de June à son égard n'avait rien de froid ou de réprobateur, puis leur interlocuteur lui répondait déjà. A elle, elle l'assistante que beaucoup ne considéraient pas en temps normal, ce petit fantôme tapis dans l'ombre d'une supérieure qui absorbait la lumière. C'était presque grisant de voir qu'un changement de comportement, de l'assurance même, pouvait vous métamorphoser et vous révéler. Et ce n'était malgré tout pas en agissant comme l'avocate le désirait, plutôt à sa manière. Maintenant que son existence était maîtrisée, stable et gérée, Evelyn avait tout loisir de penser plus posément. Plus que de simples matériaux, Collins redressa les yeux sur l'homme devant elles. Son ton n'était pas condescendant, nullement sarcastique, il lui exposait juste les choses telles qu'elles étaient, et seraient, après tout elle ne détenait pas de diplôme d'ingénierie, et elle n'était pas contre apprendre de nouvelles choses. L'être humain n'était qu'une éponge, chaque jour un peu plus de savoir et, malgré tout il n'aurait jamais assez de temps sur terre pour tout connaître. Evelyn ne pipa mot cependant, préférant écouter la juriste auprès d'elle. Effectivement, rien n'était insurmontable, à chaque problème sa solution, ce qu'on appelait plus communément l'optimisme sans doute.

- Il est clair qu'on ne peut plus se passer d'électricité, c'est un peu la pierre angulaire du Fort, d'avantage à l'heure actuelle. Elle appuyait les dires de la rousse auprès de laquelle elle se tenait encore debout. Phelbs ne pouvait que relever, dans les mots de son assistante, la découverte de ce fameux sérum et les recherches concernant un prochain vaccin contre le H1R1. Vos projets forgent mon enthousiasme sans doute, peut-être un peu trop, mais oui, je vous suis, il ne sera peut-être pas simple de trouver ce dont nécessitera l'élaboration d'une telle chose mais, vous saurez nous aiguiller au mieux monsieur Nilson. June reprenait déjà, finalement à la savoir proche de Donovan bien qu'elle n'estimait peut-être pas cette relation comme ambitieuse ou sereine, Phelbs y trouvait son compte. Je ferai le nécessaire pour qu'il puisse, Son regard fila de sa supérieure à l'invité face au bureau. vous rencontrer.

Le dossier tendu à la Leader, accompagné de quelques explications de rigueur, la blondinette y jeta un œil sans pouvoir tout comprendre, davantage la disposition des futures éoliennes. Elles remplaceraient visiblement les ruines de quelques bâtiments effondrés suite au séisme, mais n'y avait-il pas meilleur emplacement ? Ce n'était qu'une question qui lui filait le crâne, après tout elle n'avait pas la prétention de faire le travail de l'ingénieur mieux que lui. Mais la curiosité n'était pas toujours un vilain défaut quand il s'agissait d'éclaircir diverses zones d'ombres. Roy avait monté ce dossier avec un professionnalisme que peu pouvaient se vanter avoir, les choses étaient prêtes, concises dans le cas où il disparaîtrait, du jour au lendemain, et qu'un autre que lui – s'il était possible que ce soit le cas – reprenne le projet en mains. Il souligna même ce fait en un trait d'humour qui n'échappa guère à la plus jeune.

- J'imaginais, sans doute à tort, que vous espériez disposer ça sur la rive. Le vent du large était parfois plus puissant, peut-être trop finalement ? L'emplacement choisi est purement stratégique, ou peut-être esthétique, visant au confort des citoyens de notre communauté ?

Question purement personnelle, mais s’intéresser au travail d'autrui en gratifiait l'auteur. Ce n'était pas même comme lui passer la brosse à reluire, simplement juste pour comprendre. Au plus Collins en saurait sur ce travail, sur l'homme derrière celui-ci, au mieux elle pourrait lister ce dont il aurait besoin, au mieux l'équipe choisie par Donovan serait efficace et capable de travailler de concert avec l'ingénieur. Après tout, tous ne s'entendaient pas à merveille ici bas.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 859
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Electricity equals Power   Lun 3 Déc 2018 - 19:31
L’avocat ne laissa paraître aucune admiration. Elle attendait de pouvoir reparcourir les chiffres à tête reposée avant de s’enthousiasmer autant que sa jeune assistante. Ce n’était en rien un doute dans les compétences de Roy, mais elle aimait avoir un regard éclairé sur tous les projets qu’elle approuvait – ou déclinait. Comme lorsqu’elle traitait avec Lawrence de ses expériences, June ne comprendrait certainement pas tout des termes techniques utilisés dans les documents de l’ingénieur, mais elle devrait saisir les grandes lignes. Elle faisait défiler les différents graphiques et tableaux tout en écoutant les précisions de son aîné. C’était effectivement du gros œuvre en perspective. Trois éoliennes de tailles moyenne, 600m² de terrain, des batteries… un chantier qui ne verrait certainement pas le jour avant plusieurs mois, considérant le fait qu’ils n’avaient plus les outils techniques de leur grande ère technologique. Laissant la possibilité au spécialiste de répondre aux questions d’Evelyn, la rouquine rajouta néanmoins sa couche :

- Peut-être pourrions nous aller sur place pour visualiser les différents emplacements ?

Elle se rendrait mieux compte ainsi. La rentabilité n’était malheureusement pas la seule donnée à entrer en compte. Il faudra veiller à la sécurité, à ce que ce ne soit pas des infrastructures facilement dommageables en cas d’attaque ou, autre exemple, que la superficie de terrain alloué ne soit pas utile à Valentine. Ce serait toujours une sacrée quantité de terre en moins pour les cultures. Avant de lever ses yeux verts du dossier, l’avocate avait eu voir régulièrement passer la constante 500. Elle aimait ce nombre. C’était un objectif joliment ambitieux. Le début de tout le reste.

- Vous avez déjà une idée d’où trouver ce dont nous aurions besoin ?

La question était en partie rhétorique. June était prête à parier que Roy était le genre d’homme qui ne s’arrêterait à faire sa liste de course, surtout s’il précisait qu’il devrait être de la partie. Pour une opération de cette envergure, il était même possible qu’elle se joigne personnellement à certaines des récupérations. L’ingénieur devait certainement avoir déjà anticipé des lieux, des adresses, des distances et même le nombre de véhicules requis. Comme il l’avait dit, la logistique serait conséquente. A ce titre, la quarantenaire préférait assurer une partie de la coordination elle-même : on était jamais mieux servi que par soi-même disait-on.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Roy Nilson
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (Expédition :) Banal pistolet 9mm + 1 chargeur
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 26/11/2018
Messages : 126
Age IRL : 38
MessageSujet: Re: Electricity equals Power   Mar 4 Déc 2018 - 17:30
Roy accueillit sans embarras les questions et les propositions concrètes qui lui furent adressées. L’intérêt inattendu que ses interlocutrices portaient à son projet provoqua même chez lui le haussement d’un sourcil – pas deux, ce qui aurait marqué un vif enthousiasme de sa part.
En outre, Collins et Phelbs n’avaient pas commis l’erreur fatale de remettre en cause ses choix mûrement étudiés. Elles cherchaient simplement à comprendre. L’ingénieur y voyait une marque d’intelligence, au moins de curiosité intellectuelle. Mourir moins bête ne changerait rien à leur condition finale, mais en attendant ce jour elles pourraient faire bon usage de connaissances supplémentaires. Surtout Collins, qui pouvait espérer vivre assez longtemps. Phelbs avait déjà un pied dans la tombe – à quarante balais, en prenant la tête de Fort Ward après le meurtre de son prédécesseur, elle ne devait pas s’attendre à une retraite longue et paisible.

— Oui, affirma-t-il à Collins sans hésitation, j’aiguillerai les personnes compétentes. Nous avons tous notre rôle à jouer dans cette étape importante pour l’avenir de l’île. Le mien est de repérer, vérifier et mettre en service le matériel. J’ai d’ailleurs noté en annexe plusieurs sources d’approvisionnement potentielles, précisa-t-il d’une œillade à Phelbs. Celui des militaires comme monsieur Floyd consistent à me conduire à lui et veiller sur la sécurité du transport. Le vôtre est d’organiser et jouer les intermédiaires. Pour qu’une machine fonctionne correctement, chaque rouage doit s’imbriquer avec les autres et assurer sa fonction sans défaillir.

Roy était un égalitariste dans l’âme. Du plus banal au plus sophistiqué, chaque composant assurait une fonction indispensable dans un système électronique. Même les circuits redondants, inactifs jusqu’au moment de la défaillance, apportaient une résilience et une durée de vie accrues.
L’ingénieur omit de mentionner le rôle de Phelbs. Dans cette entreprise, elle incarnait simplement à ses yeux la personne à convaincre de dire oui. Un obstacle ou une alliée potentielle.

— Pour répondre à votre question, Collins, le mieux est effectivement de vous montrer comme le suggère notre décisionnaire, continua-t-il en tournant la tête vers la rousse.

Le trio quitta la maison de June, rejoignit la route où apparaissaient devant eux les bâtiments de la zone scientifique.
Roy pointa du doigt l’édifice principal.

— L’éolienne placée ici ne servira pas à produire de l’électricité. Le complexe scientifique possède déjà un générateur de secours alimenté par du carburant. Le bon vieux gas-oil reste la meilleure sécurité pour les coups durs. Pour les coups de mou, quand on manquera à la fois de soleil et de vent, l’énergie stockée dans les batteries tiendra les chercheurs au chaud comme les réserves de graisse du Stay Puft Marshmallow Man pendant l’hiver.

Roy dévisagea ses interlocutrices quelques secondes, avisant que leurs maigres réserves adipeuses ne les mèneraient pas loin en cas de disette. Avec ses joues creusées, l’ingénieur ne s’en sortirait pas beaucoup mieux.

— Pour cette éolienne, j’ai dressé les plans d’un système autonome permettant de produire hydrogène et oxygène par électrolyse de l’eau de pluie. L’équipe du Docteur Davis pourra en faire bon usage dans ses recherches, mais ces gaz ont d’autres applications intéressantes. Le dihydrogène, par exemple, sert à produire du combustible aux propriétés explosives intéressantes, expliqua-t-il en s’adressant à Phelbs. Et le centre médical a dû vous demander des bouteilles d’oxygène pour traiter les patients, dit-il ensuite à Collins, on s’en passe difficilement en chirurgie.
On retient que l’eau est source de vie, alors qu’on peut aussi s’y noyer. Mais la vérité c’est qu’en brisant ses molécules,
(Roy déplia un bras sur le côté, comme la branche d’une balance) elle devient d’une part aussi mortelle qu’une douche au napalm, (Roy déplia alors l’autre bras) et d’autre part ce qui permet à nos tissus d’éviter l’asphyxie. Un foutu paradoxe, vous n’êtes pas d’accord ? Sauf si on considère que la vie est une anomalie, une putain de fantaisie que la mort a créée parce qu’elle s’emmerdait. Et ce qu’on voit là, (Roy balaya l’horizon de Seattle) les rôdeurs, c’est son dernier passe-temps macabre.


I think human consciousness, is a tragic misstep in evolution. We became too self-aware, nature created an aspect of nature separate from itself, we are creatures that should not exist by natural law. We are things that labor under the illusion of having a self, an accretion of sensory, experience and feeling, programmed with total assurance that we are each somebody, when in fact everybody is nobody. Maybe the honorable thing for our species to do is deny our programming, stop reproducing, walk hand in hand into extinction, one last midnight, brothers and sisters opting out of a raw deal.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Electricity equals Power   
Revenir en haut Aller en bas  
- Electricity equals Power -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» ANPE Power
» Alex Blackwell ft. Matt Lanter. ( Un jour, les Power Rangers ont combattu Chuck Norris. Depuis, on les appelle les Teletubbies. )
» (aria) a queen will always turn pain into power
» Progrès dans le développement de l'énergie alternative.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: