The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Make the best of every time -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julian Foster
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 195
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Make the best of every time   Mar 4 Déc 2018 - 13:04
Make the best of every time


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Your highness, blblblblblbblblblbblblbl, comment ça c'était ni un mot, ni une expression ce qui se jouait dans son crâne là ? Bha, c'était juste un sentiment, bien sûr que ça existait pas, juste que l'étudiant avait pas forcément le mot parfait à mettre sur ce qui se passait dans sa caboche, encore moins sur ce qui se passait dans le fond de son bide ou même pourquoi son cœur battait comme un taré. Il était juste bien là, après un moment ronchon. Bien juste à côté d'elle, à étouffer ses conneries dans le coussin sur lequel il termina par ancrer la nuque pour zieuter le plafond. Plusieurs fois ses yeux papillonnèrent, mais pas au point de l'endormir. Foster resta les paupières grandes ouvertes, parfois à foncer les sourcils en glissant lentement la langue entre ses lèvres, à scruter les formes sur le plafond. Bha c'était pas comme regarder la forme des nuages dans le ciel mais, au moins, ça eut le mérite le saouler suffisamment pour qu'enfin, et après plus de vingt minutes à lutter, il puisse pioncer un chouïa.

Sommeil sans rêve, ou il s'en souvint par en ouvrant un œil, premièrement, puis en enfonçant le nez dans les plumes usés de l'oreiller jusqu'à grimacer quand l'espèce de racine de l'une lui piqua la trogne. Prêt à s'étirer Julian rouvrit grand les paupières d'un coup. Holy mother of god ! Qu'est qu'il foutait là, collé à elle, le bras enroulé au dessus d'elle ? Sa chaleur se répandait déjà sur la moindre parcelle de corps qu'elle couvrait sans le vouloir. Oh my god, oh my godness, prêt à reculer, parce qu'il savait parfaitement ce qu'était entrain de se produire là, plus bas, qu'elle avait les fesses juste collées dessus, Julian cessa de respirer quand elle agrippa sa main. Really ? Jesus ! Non, non qu'est-ce que ….. Son bras termina par baller près de lui, comme s'il était plus qu'une poupée de chiffon, mais il renfonça immédiatement la trogne dans le coussin en fermant les yeux alors qu'elle se hissait, précipitamment, hors du canapé. S'il faisait semblant là, s'il faisait l'autruche encore en plein songes qui, à défaut d'avoir un tas de sable pour planquer son crâne de piaf, se contentait de disparaître dans les fibres du coussin, elle allait pas lui en vouloir, hein ?

That's a good plan. Ouais, c'était la meilleure feinte du monde ça, exactement ce qu'il faisait à sa mère quand il avait pas envie d'aller en cours, ça et le thermomètre plongé dans le thé bouillant pour faire croire qu'il avait de la fièvre. Ce truc avait marché qu'une fois, parce que quand on avait plus de cinquante de température on était mort généralement, ou aux urgences, et que cette deuxième tentative avait poussé sa mère à retourner sa connerie contre lui.

Tu te perds Jul. Yep et pas au bon moment car avant le gros Boum qui fit vibrer le plancher, ce fut le froid mordant de l'appart', pire l'absence de couverture sur ce qu'il voulait pas qu'elle voit, qui le poussa à rouvrir les yeux et à se jeter hors du lit pour se retrouver à plat ventre, par terre, de son côté de la couche improvisée. Manquait plus que le sifflement de chat et c'était l'imitation parfaite du matou qui bondissait après avoir été victime d'une trouille monstre. Lui à terre, elle avec, Foster redressa doucement le nez par delà la frontière qu'était le pieux pour grimacer. Forcement quand on se jetait à plat ventre sur le parquet, froid en plus de ça, avec le bonjour matinal, ça faisait clairement pas du bien.

- God, .... crétin. Outch. Gémit-il entre ses dents avant de déglutir. ça va …. ? Grimace aux lèvres, il sourit comme un con, peu certain d'avoir dit ce qu'il fallait ou fait ce qu'il fallait, parce qu'elle était visiblement rouge et que là, bien qu'il voulait s'assurer qu'elle s'était pas fait mal, il pouvait pas se lever parce que, bha parce que ça allait être pire que pire. Fais pas chaud hein …. t'es tombée du lit ? Et toi grand débile ? Tu fais quoi par terre ? Exact, vite, vite, une excuse bien merdique là. J'fais mes étirements. Alors là, il se serait facepalm en direct ça aurait été plus judicieux, parce que même s'il y pensait pas, les étirements c'était le plus approprié en ce qui concernait la lévitation d'un corps tout particulier.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 163
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Make the best of every time   Mar 4 Déc 2018 - 14:45
Oh misère de misère de misère de misère de misère de misère … C’était pire que tout là. C’était la pire gênance du monde, de l’univers, de l’intégralité de la création. Elle avait bien compris Lily que c’était pas exactement sa faute, mais malgré tout, c’était pas le truc le plus malin de l’univers de se coller à elle pour pioncer. Julian no baka. Oui, sa conscience pouvait se permettre de jurer en japonais, parce qu’elle savait parler japonais dans sa tête et que là, la meilleure illustration possible de sa situation, c’était une planche vide, sombre, sans aucun texte, avec deux personnages mortifiés au milieu. Enfin lui il pionçait encore, non content de l’avoir choquée, le prince Harry se permettait de dormir encore un peu.

Assise sur le parquet, la gamine sursauta en entendant du bruit de l’autre côté du canapé-lit. Un coup d’œil par-dessous la structure, haussement de sourcils, Julian venait de se jeter par terre ou quoi ? « Ca va et toi ? » demanda-t-elle le plus naturellement du monde possible en redressant la tête pour croiser son regard par-dessus le lit. T’es tombée du lit … Ha … haha … Hahaha … Il est pas que mignon hein Lily ? Il est drôle aussi. Oh chut, chut, chut ! Oui chute, elle était tombée, il était tombé, ils avaient l’air malin tous les deux par terre. « Je … » Il faisait ses étirements ? Ah bah ça … clairement … « J’fais pas mes étirements ! » Meilleure répartie de l’année, toutes catégories confondues. Quoi the fuck ?!

Ruminant un instant, la brunette se releva finalement, époussetant son jean en se massant le bas du dos, parce que quand même tomber sur les fesses ça faisait pas du bien. Mauvaise idée, ça rappela à son bon souvenir ce moment gênant d’une fraction de seconde dans son esprit. Rouge, cramoisie, pivoine, écarlate, elle savait pas la teinte parce qu’elle voyait pas son visage mais vu la chaleur qui lui rongeait les joues, elle imaginait que c’était du genre à briller dans la nuit. Bouuuuh mais pourquoi il avait fait ça ? Pourquoi la prendre dans ses bras ? Pourquoi l’embrasser ? « J’vais … faire bouillir de l’eau pour … le café, oui le café. » Rasant presque les murs, évitant de croiser son regard, ou autre chose, Lily disparut vers le coin cuisine puis ouvrit la baie vitrée pour aller rallumer un petit feu.

« Oh merde ça caille ! » Suffisamment pour la faire frissonner, pour qu’elle tente, bêtement, de ramener à elle les pans de sa veste en même temps qu’elle tenait la casserole pleine d’eau. Trempée, gelée, l’avantage c’était que c’était la meilleure distraction possible pour plus penser à ça. A cette nuit bizarre et ce réveil gênant. Tout ça, c’était sa faute, elle était pas aussi empotée avant que Julian soit là. En même temps, tu lui as demandé de rester … Il l’a pas décidé tout seul. Oh ça va hein ! Allumant tant bien que mal le feu pour y déposer la casserole avec ce qu’il restait d’eau avant de revenir vers l’intérieur, son top partiellement trempé sous sa veste.

Un rapide regard vers le brun, les joues encore roses. « Il faut que … j’me change. » Disparition, magie ! Lily s’éclipsa dans la pièce attenante, cette chambre que finalement elle aurait mieux fait d’occuper pour éviter toute ambiguïté. Mais cette chambre, vide, toute seule, ça lui collait la trouille. Elle vira ses fringues trempées avant de papillonner, en soutien-gorge. T’aurais pas oublié le reste de tes fringues dans l’autre pièce ? Il la perturbait beaucoup trop, sa vie était une succession de moments gênants depuis qu’il lui avait sauvé la vie dans ce magasin. Son t-shirt trainé par terre, tant pis, pas le choix. Lily s’enroula dans un drap poussiéreux, qui la fit éternuer trois ou quatre fois, avant de revenir dans le salon pour récupérer son sac de vêtements, coincé sous le canapé. « Sors de là … espèce de … saleté. » Tenir le drap, tirer sur le sac, c’était compliqué. Eviter de glisser sur le surplus de drap, ça tenait de l’impossible. Bien joué Lily ! scanda sa conscience lorsqu’elle se retrouva à nouveau les fesses par terre, enroulée dans son drap poussiéreux, à éternuer à nouveau.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 195
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Make the best of every time   Mar 4 Déc 2018 - 16:16
Make the best of every time


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Débile, débile, débile. C'était bon là, intérieurement Julian se maudissait comme le crétin qu'il était. Mais y avait plus qu'à attendre que ça passe, qu'elle passe elle aussi à autre chose, parce que vu ses rougeurs, le jeune homme était persuadé avoir juste jeté un pavé dans la marre qu'avait clairement débordée. Il se maudissait d'être un garçon, maudissait la nature de s'être dit : « Tien hé, qu'est-ce tu dirais Roger si on collait une option, comme un contrôle technique automatique, tous les matins, histoire que les gars sachent s'ils sont encore op ou pas ? » Roger ouais, y avait pas d'autre nom que celui de l'Alien farfelu dans American Dad qui lui était passé par le crâne là, mais remarque, il avait au moins le mérite de penser à autre chose et de sentir se tempérer ses ardeurs. Pffffffff....

- Pffffff. Ouais, pour ça son crâne avait raison, alors qu'il se laissait retomber, dos au sol, à s'en claquer un peu la nuque sur le parquet dur et froid. Déjà l'étudiant enfouissait la honte peinte sur sa trogne entre ses deux paumes, ne jetant qu'un vague regard à Lily, derrière ses doigts écartés, que lorsqu'elle se dirigea vite, vite, vers le coin cuisine et, ensuite, vers le balcon. Stand up Julian ! Go. Okay, il fléchit les genoux, redressa le buste avant de fixer l'objet du délit et d'arrondir grand les mirettes pour les reporter, légèrement révulsées, vers le plafond. Finalement nope, il allait rester assis là comme un con pour la croiser elle ou, plutôt, la transparence du top sous sa veste. Lil …...... my god.

Bah elle l'avait pas vu là, si ? Est-ce qu'elle avait calé que deux secondes il l'avait pas regardé dans les yeux mais là où fallait pas, là où il pensait pas voir ce qu'il avait vu ? Le feu lui bouffa les traits, heureusement elle disparaissait dans la chambre lui laissant loisir de crever en paix et d'attendre qu'on cesse de lui dire bonjour. Plus qu'à se lever, dégager d'un geste « élégant » l'entrejambe trop étriquée de son froc, et à s'étirer un peu avant d'aller jeter un œil à la flotte qui bouillait dehors. T'es con, t'es nul, t'es nul et con espèce de grand débile. Pourquoi est-ce qu'il l'avait serré dans ses bras durant la nuit ? Il en savait rien, il en avait pas eu conscience sans doute, peut-être qu'il avait rêvé à des trucs, des trucs pas nets dont il avait plus souvenance là mais en entendant des pas dans son dos, Foster dévia les cils vers elle avant de fumer des oreilles. Elle ….. God, elle était sérieuse là, elle avait rien en dessous du drap qui cachait vaguement son buste et …. Bordel c'était les bretelles de son truc là, ce truc qu'il avait vu vite fait, sans le vouloir, parce qu'elle s'était renversée de l'eau dessus ? Hello Julian tu t'souviens de moi, comme quoi faut pas juste cinq minutes pour que ça passe, surtout pas quand ….. Quand Lily se vautra à l'en faire descendre de son nuage de gêne, de honte et de truc bizarres qui se passaient pas que dans sa caboche.

- Oh merde ! En un rien de temps il se dirigea de nouveau vers le salon pour l'aider. Enfin dans son crâne c'était super clair, limpide, il avait juste pas prévu de glisser sur sa toge là et d'avoir juste le temps de coller les deux paumes de part et d'autre de sa bouille grimaçante. Car ouais, à le voir se jeter sur elle, ou se vautrer plus précisément, elle avait forcément dû avoir peur. C'était juste instinctif, aussi instinctif que de se magner de suite. Ayant manqué de peu de lui coller un coup de boule magistral, Julian rebondit sur ses tiges avant d'emporter, sans le vouloir ce qu'elle avait sur le dos pour se battre avec le drap et terminer le dos dans la colonne de films avec tous les Dvd qui lui retombaient sur la gueule. Putain de ….... Fuck off !! Rouvrant les yeux, à peine se fut-il débarrassé du drap, il tomba nez à nez avec ce qu'il aurait mieux fait de pas zieuter et dont il parvenait pas à dévier les cils. Tu peux l'dire là, c'est de circonstance nope ? je …... tu …..

Il, nous, vous, ils Juju ? Il en roula des yeux, mort de honte, déjà à chercher quoi foutre pour étouffer ce bordel de réveil à la con, pas qu'elle imagine des trucs qu'existaient pas bien que si, ça existait clairement, juste qu'il pigeait pas, qu'ils se comprenaient pas. Et, là, dehors, y avait l'eau qui débordait sur le brasero, la totale !

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 163
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Make the best of every time   Mar 4 Déc 2018 - 16:56
Le point positif, c’était que Lily avait réussi à récupérer son gros sac de fringues coincés sous le canapé. Le point négatif, elle avait fini par terre et en un rien de temps, Julian qui voulait venir l’aider, ou l’agresser là on est pas sûres du tout, avait déboulé et s’était aussi vautré. A cet instant très précis, la brunette se demanda, comment ils avaient fait pour survivre chacun de leur côté, comment ils étaient pas déjà mort et comment l’appartement avait pas explosé vu la quantité de maladresses toutes plus hallucinantes les unes que les autres qu’ils étaient capables de déployer. Mais ça allait, c’était pas pire, elle était encore enturbannée de la tête aux pieds dans son drap. Euh … Lily ? Regarde en bas. OH. MY. FUCKING. GOD.

Elle avait envie de hurler, de lui lancer des trucs au visage, pourquoi est-ce qu’il était revenue hein ? Julian était pas un héros, c’était pas son héros et elle avait pas besoin de lui ! Un peu quand même. Juste contre les monstres, pas contre un sac de vêtements ! Au-delà du rouge, à deux doigts de l’explosion, et en même temps livide de honte, Lily traina le sac jusque dans la pièce à côté, claquant la porte derrière elle pour s’y laisser tomber. Assise par terre, les genoux ramenés contre sa poitrine, la gamine se mit à pleurnicher. Tout allait de travers depuis qu’elle lui avait demandé de rester. Hey Lily ... c’est pas si grave. Si, ça l’était, personne l’avait vue comme ça, habillée – enfin déshabillée – comme ça, absolument personne. Qu’est-ce que ça changeait ? Tout, parce qu’elle était pudique, encore coincée dans cet esprit étriqué de l’adolescence, persuadée que là, elle était en rien jolie, trop maigrichonne, sale. « J’le déteste … » souffla-t-elle dans un sanglot. Non, c’est faux … Pffff et alors, qu’est-ce que ça changerait ? Elle comptait plus sortir de là de toute manière, plus jamais.

[…]

La nuit était tombée, il faisait froid, Lily était trempée mais c’était pas pour ça qu’elle tremblait. Cette journée … ce qu’elle avait vu … Dès qu’elle fermait les yeux, tout ce qu’elle voyait c’était le sang de ces types, la violence, l’horreur. L’être humain était pire que les monstres finalement, les vrais monstres, c’était eux, les vivants. Elle marchait à quelques pas derrière Julian, muette. Parle-lui. Pourquoi ? Parce qu’il va peut-être pas bien ? Pour dire quoi ? Ca moi j’en sais rien, tu trouveras non ? Non, elle avait peur, elle savait pas. Son cœur était lourd, apeuré, abimé par ce monde. Lily était qu’une gosse, paumée, rien de plus. Et il est comme toi, non ? Peut-être.

« Julian … » souffla-t-elle finalement avant de saisir sa manche, s’arrêtant net au milieu de la rue. Tant pis pour la pluie, tant pis pour le froid. Un pas, deux pas, Lily alla se poster devant lui. Il l’avait fait pour la protéger, elle devait pas avoir peur de lui. Non, elle devait pas. Et elle avait pas besoin de lumière autre que celle de cette lune voilée pour deviner son regard. « Ca va aller. » Pour qui parlait-elle ? Pour elle ? Pour lui ? Dur de savoir, pour les deux peut-être ? T’as pas besoin de savoir, t’as pas besoin de vraie explication, non ? Non.

Un pas de plus, elle s’approcha d’un pas en plus, tout près de lui, son regard rivé sur ses traits. Un sourire étira un instant ses lèvres, il le verrait peut-être pas. C’était pas grave. Il l’avait sauvée, ça faisait plusieurs fois déjà, il hésitait pas Julian, il hésitait pas à la sauver, à être là pour elle. Et puis il supporte tes bizarreries aussi, que tu me parles souvent, que tu m’écoutes aussi. Oui, dans le fond, elle l’aimait bien Julian. Elle le détailla un instant, mordillant sa lèvre avant de se hisser sur la pointe des pieds, déposant un baiser rapide sur ses lèvres avant de reculer aussitôt. Malgré la pluie qui ruisselait sur son visage, elle sentit la chaleur qui envahit ses traits. Bouh … ça demandait autant de courage ? Et elle l’avait envoyer bouler le pauvre … quand il avait fait la même chose. D’ailleurs là, t’es pas à l’abri qu’il fasse la même chose … Pourquoi elle avait fait ça au juste ?


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 195
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Make the best of every time   Mar 4 Déc 2018 - 17:46
Make the best of every time


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Rose, rouge, ou vermillon comme la bagnole de son père. What ? Pourquoi les joues de Lily lui faisaenit penser au métallisé de la caisse de son vieux ? Parce qu'elle avait exactement cette couleur, bordeaux fumant ou cramoisie, parce qu'il pigeait pas comme un humain pouvait chopper cette couleur là sans avoir grillé un temps au soleil, comment c'était physiquement possible de passer d'un teint de poupée baigneur so cute à la couleur des plumes du piaf d'Angry Bird. Lui, il avait la bouche ouverte, comme un abruti, comme un demeuré qu'avait jamais su parler correctement de sa vie. Des tas de sons en sortaient mais rien d'intelligible et, même s'il voulait, même s'il voulait s'excuser et plus fixer ce qu'il aurait jamais dû voir, il pouvait pas. Elle aurait pu se lever, lui coller une gifle, peut-être que ça lui aurait remis les fils dans le bon ordre. Parce que là c'était juste un paquet, emmêlé, un gros boxon de la mort qui tue dans son citron qu'avait l'avantage l'allure d'un fruit pressé qu'encore plein de pulpes.

CLAC ! A peu près le bruit de la durite qui venait de péter dans son crâne, ou bien de la porte qu'il entendit claquer plus loin dans le couloir. Il en frissonna en sentant la vibration dans le mur, là, juste derrière son dos, puis déglutit en passant la langue sur ses lèvres avant de pincer ces dernières. Alors c'était comme ça ? Comme ça que le le destin ou Dieu savait quel prophète à la con, avait décidé qu'il découvrirait le corps d'une fille ? Foster en secoua la tête et dévia, hébété, les cils vers le battant qu'elle avait claqué derrière elle. Tant pis, il pouvait plus enlever l'image de sa tête et là, y avait pas d'excuse, parce qu'elle l'avait vu faire un brain-fuck sur ce qu'il aurait pas dû regarder.

[...]

Ça faisait combien de temps qu'ils étaient partis là, en route pour rentrer à l'appartement ? Il en savait rien, et même s'il avait la montre à son poignet, Julian s'en foutait. Il était tard, ou pas mais il faisait noir déjà et y avait plus que la lumière de lune qui brillait sur l'asphalte humide. Averse, il avait juste du bol qu'il s'agisse pas de grêle, mais peut-être qu'au fond il aurait préférait de la neige. Faisait de sûr plus froid quand il neigeait mais on avait pas l'impression d'être saucé comme il l'était là. La mine basse, Foster fixait le bitume gorgée de flotte, les gouttes qui, depuis de trop longues minutes, s'écrasaient dans les flaques formées au creux des fissures et craquelures de la voie. Il repensait à ce qu'il avait fait, sans penser, sans réfléchir vraiment, ou si, pour pas que l'autre lui fasse mal à elle. Si elle avait parlé, il l'avait pas entendu. Le bruit de la pluie, la brise qui lui hérissait le duvet de la nuque, parfois les râles qui l'invitaient à redresser le nez pour être sûr qu'y avait pas de danger, mais c'était tout. Dans sa tête se jouait encore ce qu'il avait foutu, ce que Zed lui avait dit se produire potentiellement un jour, ce truc auquel il ferait face et devant lequel il aurait pas droit d'hésiter et surtout pas de buguer. Il avait réfléchis quand même, parce qu'on pensait toujours en définitive mais, c'était allé vite. Flingue, danger, lui ou toi …. Elle ou lui : Lui. Clignant des yeux, il vit à nouveau le coup de piolet, entendit à nouveau les crans qui déchiraient peau et chairs, même les gouttes de sang maculer le bitume.

Julian... Encore paumé, il fronça les sourcils, au moins même s'il avait pas entendu sa voix depuis un moment, là elle chassait tout le bordel qui se jouait dans sa tête, mieux encore en agrippant la manche de sa veste pour l'inviter à se figer au milieu de la voie. La respiration lourde, le jeune homme entrouvrit les lèvres en croisant son regard. Il avait jamais eu les yeux sombres comme ça, comme si en miroir, elle pouvait y voir les images passées. Il arrivait même pas à parler, même pas à lui demander ce qui pouvait aller maintenant ? Dans un autre monde on l'aurait jugé ou collé en taule tien. Il aurait pu en rire si c'était pas si dramatique, mais se contenta de dégager le trop plein de flotte de ses traits, en remontant par sa tignasse brune avant de fixer au loin, avant de sentir cette pression rassurante contre ses lèvres. La saveur de la pomme, la chaleur la …. Surpris, il glissa la langue contre ses pétales et fronça les sourcils. Son cœur battait de nouveau, du moins il avait pas cessé de battre mais là …. T'étais pas prêt, t'étais pas prêt Dumbass. Ce qu'elle avait dû ressentir quand il avait essayé là, il se sentait super con, super débile et pourtant quand elle recula, ce fut lui qui agrippa sa manche pour la ramener vers lui.

Le sang luttait comme un malade dans ses veines, dans ses muscles endoloris par le froid, pas le stress, par tous ces machins tellement simples pour d'autres mais vachement complexes pour lui. Ça semblait même grouiller dans son ventre, fourmiller. Ses doigts à semi recouverts de cuir serrèrent à craquer les fibres de sa manche. Once again ? Bordel il avait dit ça à voix haute, vraiment ? Genre vraiment vraiment ? God ! Mais la voyant entrouvrir les lèvres devant lui là, Julian se rapprocha d'elle, avalant les centimètres qui créaient un espace déjà trop vaste entre eux, puis pressa la bouche contre la sienne. Space, spice and …. Plus un bruit, du moins dans sa tête un espèce de courant d'air balaya le bordel, à l'extérieur y avait plus que le bruit de l'eau qui s'écrasait au sol, contre eux, ruisselait sur leurs traits, et cette explosion étrange au creux de son ventre quand sa langue fila à la rencontre de la sienne. Boum, clap, boum, clap ….. Le bruit de son cœur là, délirant …... Son souffle se mêlait au sien et c'était … Indescriptible, peut-être plus hallucinant que ce qu'il aurait pu en imaginer si seulement il y avait pensé plus tôt, si agréable qu'il ramena la main libre à sa mâchoire pour en dégager les gouttes d'eau du bout du pouce. Ses autres phalanges serrées à s'en blanchir contre sa manche dont les fibres craquaient sous la pression. Il frémit, comme un gosse fiévreux, soufflé de voir que finalement y avait pas de problème pour respirer ou pour se laisser totalement aller.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Couteau et Beretta
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 163
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Make the best of every time   Mar 4 Déc 2018 - 21:26
Oh misère mais pourquoi elle avait fait ça exactement ? Transie de froid, avec la seule envie de rentrer se mettre à l’abri, doublée de celle d’oublier ce qu’elle avait vu, ce qu’elle avait ressenti durant cette fichue journée, Lily comprenait toujours pas pourquoi elle s’était approchée pour l’embrasser lui. Sa conscience lui hurla que c’était parce qu’il y avait que lui là, lui et elle, elle et lui. Lui, Julian, qui l’avait protégée, encore, c’était devenu une habitude depuis qu’il était entré dans sa vie dans ce supermarché. Où tu serais sans doute morte toute seule, dévorée par les monstres. Ca avait duré qu’une seconde, même pas, ou alors plus ? Juste un instant fugace où elle avait retrouvé cette drôle de sensation, ces chatouilles dans le ventre, ce courant électrique sur sa peau. Sa petite victoire dans tout ça ? Julian était surpris, comme elle. Lily en esquissa un sourire.

Avant de rouvrir grand ses yeux de surprise à son tour en sentant ses doigts se refermer autour de son bras, froissant le tissu détrempé de son manteau. Lily déglutit, la pluie ruisselant de la racine de ses cheveux jusqu’aux pointes, avec cette impression qu’elle pouvait entendre les gouttes s’écraser par terre, à ses pieds où le sol semblait se dérober. Pourquoi ? Parce qu’elle savait pas ce qu’il pensait, ce qu’il faisait. « Once again ? » répéta-t-elle avant de se figer lorsque le brun se rapprocha d’elle. Oh misère de misère de misère Lily ! Lily ? Lily ?! Lily est momentanément indisponible, merci de rappeler ultérieurement. Elle retrouvait ses lèvres, et pas qu’un peu, pas juste une seconde, pas juste un instant fugace.

Il pleuvait plus, il faisait plus nuit, il faisait plus froid. Ses lèvres contre les siennes, cette chaleur qui se répandait doucement de ce baiser à chaque parcelle de son être. C’était genre le truc le plus bizarre qui lui soit arrivé de toute sa vie, enfin à égalité avec les morts qui se relevaient. Mais ça, ce ballet entre eux, c’était cent fois, mille fois plus agréable. Son cœur en battait plus fort, dans un rythme moins régulier aussi. Oh merde elle allait faire un malaise cardiaque là ? Non, ça va Lily … ça va même super bien en fait … La gamine esquissa un sourire contre ses lèvres, ramenant son bras libre autour de son cou, se blottissant un peu plus contre lui, ses doigts jouant de ses mèches trempées sur sa nuque. Misère de misère, c’était plus facile que ce qu’elle pensait, ce qu’elle avait imaginé. Ou alors elle s’y prenait terriblement mal ? Non, ça devait aller, hein ?

Dans sa poitrine, son cœur faisait des bonds. Plus bas, son estomac était sans doute rempli d’un milliard de chenilles qui venaient de se transformer en papillons. Et ils voletaient gaiement ces petites saletés. Lily ramena ses doigts à sa mâchoire, se reculant un instant, ses billes claires plongées dans celles du brun. Et elle avait ce sourire idiot, incapable de s’en défaire. Encore moins en croisant son regard, les joues dévorées par cette douce chaleur. C’était vraiment genre super bizarre mais c’était genre vraiment super agréable. Pour un échange de salive approximatif ouais c’était pas mal … La gamine pouffa de rire, ramenant ses doigts à ses lèvres alors que l’averse redoublait au-dessus de leurs têtes. « On devrait se dépêcher de rentrer. » Pourtant elle était incapable de bouger là, juste à le regarder, avec ce même regard qu’elle avait eu dans la pharmacie.

Elle comprenait maintenant pourquoi on en faisait tout un plat. D’ailleurs, on recommence quand ? Parce que bon dans le fond, c’était bien mais pas top, faudrait peut-être s’entrainer un peu t’vois … Non ? A nouveau ce petit rire stupide, sa conscience pétait une durite et elle aussi. Avec un peu de chance c’était juste le petit nuage sur lequel elle se sentait après ce baiser, avec moins de chance c’était la fièvre à rester là dehors sous une pluie battante. Un râle lui parvint plus loin derrière lui et sans se défaire de son sourire, la brunette répéta. « On devrait vraiment recommencer. » Petit blanc de circonstance, nouveau moment gênant et Lily reprit. « Rentrer ! On devrait rentrer ! » Brrrrrrrrrrr voilà qu’elle reperdait les pédales. Et bizarrement ? Elle s’en fichait complètement en saisissant sa main, sa peau parcourue de cette même sensation en l’entrainant pour reprendre la route.


   
What doesn't kill you, makes you wish you were dead
“It comes in waves, I close my eyes. Hold my breath and let it bury me.I'm not okay, and it's not alright.Won't you drag the lake and bring me home again?” (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Julian Foster
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de précision Winchester Model 70 30-06, pistolet CZ 75, un piolet et une fronde de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/11/2018
Messages : 195
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Make the best of every time   Mar 4 Déc 2018 - 22:26
Make the best of every time


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


C'était vraiment dingue hein, dingue cool, pas dingue so weird. Hallucinant à quel point caresser la langue d'une fille, avec sa propre langue, c'était ….. Révélateur, explicite ? A réveiller les sens et tout le bordel qui, jusqu'à lors, était bien sage ? Il savait pas, il savait plus et Jul était même plus en mesure de réfléchir là, les fibres de sa manche serrées à mort, comme si sa propre vie en dépendait cruellement, entre ses phalanges gauches.

Pourtant quand elle glissa la main à sa nuque, son cœur pulsa plus vite. Angoisse, affolement soudain, tous ces qualificatifs du stress pourtant mêlés, dans une perfection ahurissante, au bien être, à l'agréable. Y avait autre chose aussi, la pression de ses lèvres à elle se fit plus vive, plus prenante encore. Forgeant ce qu'il avait encore jamais vraiment ressenti. Foster était pourtant pas niais à ce point mais, il avait pas eu besoin de ça jusqu'à présent, ça lui passait au dessus et s'il s'était trouvé franchement bizarre quand ils entendaient les autres parler que de ça limite, mais ....  maintenant, ici, avec elle ... God, il comprenait pourquoi parce que tout, absolument tout ce qui dormait tranquillement au fond de ses tripes, se réveillait. Un panel de sensations toutes plus étranges et satisfaisantes les unes que les autres, qui le poussa à relâcher sa manche pour glisser la main à sa taille et la presser d'avantage contre lui. Comme un profond désir, une envie si palpitante, si dur, vive, vivace même, presque pénible à contenir, qu'il manquait d'elle alors même qu'elle pouvait pas être plus près encore. Plus près jusqu'à plus l'être assez quand elle recula et qu'il rouvrit les yeux pour croiser les siens.

Dans son crâne un beau God Save The Queen résonnait, il en émit un rictus con au possible, ou alors c'était juste du mimétisme parce qu'elle aussi elle gloussait. Sa joue était chaude et il le remarquait à peine alors que son pouce cajolait encore l'esquisse fine se sa pommette. Elle était plus pas moche, ni même jolie, c'était juste la plus belle chose qu'il avait pu voir dans sa vie. Auréolée par la brume que créait la pluie quand les gouttes rebondissaient sur ses traits, son manteau, ses cheveux. Elle parlait et il entendait pourtant pas, assourdi par ses propres pulsations cardiaques. Damn, comment son cœur pouvait battre vite en fait, et sans lâcher. Là encore il étouffa un rictus avant de passer la langue au cœur de ses lèvres. Recommencer ?

Un râle le poussa tout de même à revenir sur terre et à capturer de nouveau tous les sons alentours. Sa paume glissa une dernière fois sur sa joue, pour mieux dégringoler son bras jusqu'à englober doucement ses doigts gelés. Elle avait froid encore, pourtant lui semblait qu'elle crevait de chaud, ou alors c'était lui, lui et ce qu'elle avait réveillé de son plein grès ce coup ci, et ça, il s'en rendit compte qu'en faisant un premier pas. Wooooow marcher avec ça entre les tiges c'était pas cool, pas cool du tout mais bien qu'il en arrondit les billes, un deuxième couinement de nerd, puis une silhouette titubante plus loin vers leur gauche, le ramena totalement sur terre. Sa main pressa la sienne, plus fort, avant qu'il en vienne à coller leurs membres joints dans la poche de sa propre veste. Fallait pas qu'elle choppe froid.

- Rentrer ouais, cool. Pilotage automatique enclenché, mais cette fois y avait un truc en plus, ce truc en plus c'était elle et cette espèce de connexion. Comme si un fil invisible reliait son cœur au sien et qu'il savait qu'ils devaient battre ensemble, sans doute pour ça que malgré son attention bien plus aiguisée, il gardait sa main prisonnière de la sienne à l'abri de sa poche. On y va Dimples.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a dead man walking, hell's at my door, i'm a shadow of the man I was before. I'm a dead man walking, before I die, i'll take every soul I can into the night and kill till I die
I'm a dead man walking
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Make the best of every time   
Revenir en haut Aller en bas  
- Make the best of every time -
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: