The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Time flies, memories last -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Sam 24 Nov 2018 - 22:03
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


C'était lui le chef, bha ça avait au moins le mérite d'être clair, alors s'il le disait, c'était qu'on faisait comme ça puis c'était tout ! Ça la gênait néanmoins, elle avait pas l'habitude d'être proche comme ça, surtout pas de lui, il était quasiment collé à elle là. Evy frissonna encore, mais c'était bien que le vent qui jouait sur la peau nue de son cou. Ses mains contre les siennes, il lui indiqua comment se positionner. Elle rosissait en plus, parce qu'il était comme … imprimé contre elle. Imprimé c'était le bon terme parce qu'il lui sembla qu'ils étaient comme deux pièces de puzzle faites pour s'emboîter. Enfin, elle chassa ça de son crâne, concentrée sur ce qu'il lui disait, les yeux filant là où ses phalanges encrées d'un tas de bidules, enfin de dessins divers et variés, le lui indiquaient. Evelyn n'opinait pas mais retenait ses conseils bien qu'elle dut plusieurs fois remuer l'épaule parce que sa voix là, puis sous souffle, contre son oreille la chatouillait. C'était vraiment gênant, elle le sentait tout contre elle et ça lui faisait chauffer les oreilles uniquement parce que lui était un homme et elle une gosse. Elle visa donc, lui retenait ses bras et elle savait pas trop pourquoi, mais quand elle pressa la détente et qu'il appuya sur ses membres, elle comprit parce que ce truc là, qu'ils appelaient recul dans les films, la fit coller la crosse droit dans la nez du tatoué.

- Oh ….. zut, Bon dieu elle était désolée, mais s'il avait pas tenu ses bras ce serait elle qui se serait mangée ça dans la pomme. Donovan j'suis désolée …..... Tu m'en veux ? D'instinct, sans doute parce qu'il lui avait expliqué l’intérêt de la sécurité, elle la remis en place, reposa l'arme et dégagea la main qu'il avait ramené sur son visage. Bon il saignait pas mais elle là, elle se sentait con et grimaçait pas permis. Il allait sûrement gueuler encore. Ça va ?

***

Ce souvenir là la fit éclater de rire. Rire larmoyant même, ça valait autant que le coup de perche dans le nez, près des fosses de moches, en janvier. C'était drôle même si sur le coup elle avait pas ri mais plutôt cru qu'il allait lui hurler dessus. Finalement c'était sa faute, du moins pas vraiment, il voulait déjà la préserver à cette époque mais elle s'en rendait compte là alors qu'à ce moment là, elle imaginait juste avoir mal fait ce qu'il lui demandait. Un sourire épris fila ses lèvres à ce constat, un an plus tard elle se rendait compte que, malgré son attitude, malgré ses mots et la manière dont il l'avait secouée, il la préservait.

- C'était pour pas que je m'éclate le nez avoue ? Interrogea-t-elle en fixant le chevalet devant elle. Il allait lui foutre une raclée au Scrabble, la chance du débutant, et heureusement on pariait rien à ce genre de jeu, encore moins des verres de Jake Daniells. Tu vois qu't'as toujours eu ce côté chou, tu voulais pas que je me fasse mal ou, au choix, t'avais pas envie de m'entendre geindre. Rit-elle en dégageant les larmes hilares qui filaient le long de ses joues. Et, avant qu'il réponde, Collins dressa l'index et le déposa sur ses lèvres à lui. Chut, laisses moi croire que c'est parce que t'étais déjà fou amoureux de moi, mais puisque c'était pas possible, tu me préservais à ta manière. Une plaisanterie, elle savait bien qu'à cette époque là il avait aucune vue sur elle, il ressentait rien sinon, peut-être de l'affection parce qu'elle était nouille mais prête à en finir avec sa nullité légendaire. Puis, il aimait pas Swann, ça elle avait tôt fait de le comprendre dès lors qu'ils en étaient venus à en parler. Il l'avait enfoncé plus bas que terre devant elle, et ce même si celle qui lui avait piqué l'étudiant était son amie. Mais c'était passé et, en définitive, c'était sans doute le plus beau cadeau que lui avait Blackmore : de la laisser tomber. Oui, parce qu'elle l'avait lui et qu'il était sans doute l'homme le plus merveilleux – et humble finalement étant donné combien il se sous estimait – qu'elle avait pu croiser et, mieux encore, dont elle était tombée folle amoureuse. Evelyn fixa ses pions et plaça un autre mot qui la fit marrer, encore une fois, à cause de lui et de toutes les conneries qu'il lui avait collé dans le crâne au grès des mois. Voilà en trois lettres je transforme ton sucre, sans R, en sucette. Rit-elle avant de ramener la main à ses traits. Je crois que ce sont tes yeux que j'ai aimé en premier. Miroir de ton âme sans doute, c'est c'qu'on dit en tout cas.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 25 Nov 2018 - 9:38
Concentration, et … Bang ! « Mais putain de bordel de dieu Collins je t’ai dit de faire gaffe ! » Enfin ça se comprenait moins bien parce que Donovan avait rapidement porté sa main à ses lèvres et son nez pour s’assurer qu’il s’était rien pété. Quelle truffe cette nana sérieux, même avec lui qui tentait de l’assurer elle trouvait le moyen de lui faire mal. Bon au moins c’était pas elle qui repartirait avec un coquard, et tant mieux sinon on risquait de l’accuser, just for the fun of it. Mais quand même, Evy tenait une sacrée dose de connerie, elle avait eu de la chance de tomber sur ce groupe sinon elle aurait fini en tartare pour moches.

« Ca va ouais ! » beugla-t-il en dégageant la main de la blonde. « Faut que tu fasses gaffe, là c’était mon nez mais ça aurait dû être le tien et autant te dire que si tu t’assommes, les morts comme les vivants vont s’faire plaisir. Faut que tu gardes le bras ferme mais souple, ça s’apprend. On recommence. » Mais cette fois, ça serait à elle de retenir son bras toute seule comme une grande, c’était bon Donnie avait assez donné. Il la laissa se remettre en place, restant à côté d’elle cette fois, observant sa posture – et ouais il matait quand même un peu, bah quoi ? – et ajustant la manière dont elle tenait l’arme. « Bon cette fois tu touches la cible okay ? Et tu t’assommes … Tiens t’as qu’à imaginer que c’est ce trou d’balle de Blackmore. »

[…]


« Ouais … enfin ça m’apprendra, du coup tu m’as éclaté le mien quoi … » Donovan secoua la tête, dépité, il se demandait encore aujourd’hui comment Collins avait fait pour survivre jusqu’à tomber sur leur groupe, et même après pour pas se tuer avec une poêle. Et la blonde enchainait, comme quoi c’était son côté chou, à lui en faire lever ses yeux gris au ciel. « J’avais pas envie de t’entendre geindre c’est ça, déjà tu râlais pour tout alors … j’limitais la casse. » Ouh c’était vilain de se moquer, mais ouais, Evy était un bébé gueulard quand ils avaient commencé les entrainements, elle avait changé et finalement ce qu’il restait de cette gamine qu’il avait fait chier pendant des heures, c’était juste le rose à ses joues quand il sortait un truc graveleux au possible.

Le tatoué esquissa un sourire à sa remarque. Peut-être qu’il y avait une raison pour qu’il soit aussi prévenant avec elle, mais il était pas assez fin psychologue pour deviner laquelle, à l’époque tout était clair dans sa tête. Du moins en apparence. Ses billes glissèrent de la blonde au plateau où elle complétait magnifiquement un de ses mots à lui par un de ses mots à elle. « Sucette, pas mal. » commenta-t-il, non sans un sourire entendu en détaillant son expression, son sourire. Puis la blonde le surprit, voilà qu’elle partait dans le sentimental.

Donovan haussa les épaules, faisant mine de réfléchir. « La gueule du miroir ouais … Mais … si j’dois dire ce qui m’a plu en premier chez toi … La tenue d’lycéenne, faut que je reste fidèle à moi-même. » Son sourire, c’était ça qui l’avait touché en premier. Incapable de dire si c’était ce qu’il avait aimé en premier, c’était dur parce qu’Evy était un tout duquel il avait du mal à séparer toutes les composantes. Décalant le plateau de jeu sur le côté, le tatoué glissa jusqu’à elle pour loger ses doigts à sa joue. « J’suis pas foutu de dire en réalité ce qui m’a le plus frappé tellement j’aime tout chez toi Collins … » Ses lèvres vinrent lui voler un baiser. Son sourire ouais, et le regard qu’elle portait sur lui, chacune de ses réactions, sa détermination à toute épreuve. « Enfin j’suppose que le fait que t’étais canon m’a pas échappé. » glissa-t-il contre ses lèvres dans un sourire avant de se reculer, remettant le plateau entre eux pour poser son mot suivant. « Et à partir du s, j’repars sur sourire, mot compte double. »

[…]


Dans le mille, elle avait réussi à toucher sa cible. Donovan était fier, déjà parce que c’était son entrainement à lui, mais y’avait autre chose. La gamine souriait, c’était rare depuis l’autre enfoiré de Swann, depuis le tremblement de terre. Alors là, ouais, c’était une chouette récompense de la voir décocher un sourire à réchauffer tous les cœurs du monde en hiver.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 25 Nov 2018 - 15:54
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Sucette, dans la bouche du tatoué ça n'avait pas la même signification. Pour le sens c'était exactement la même chose mais concernant l'objet en question... Elle en sourit, rose tout de même avant de noter ses points et de redresser les yeux vers lui qui bougeait le plateau pour se pencher dans sa direction. Qu'est-ce qu'il faisait ? Il avait plus de jeu et se voyait perdre la partie ou, tout bonnement, ça ne l’intéressait plus ? Donovan avait pas énormément de concentration, du moins quand il s'agissait pas de trucs qui l'intéressaient à l'origine alors … Alors rien finalement, Evelyn n'était qu'une mauvaise langue, puisqu'il ne fit rien d'autre que de lui offrir un peu de cette douceur tendre qu'il possédait et ne laissait parler que pour elle, ou sa petite fille lorsqu'il pouvait profiter de sa présence. Visiblement ça l'avait marqué sa tenue, pourtant elle avait rien de torride, elle y pensait même pas à cette époque là alors que, maintenant, lui faire plaisir en quelques efforts lui semblait naturel, d'avantage encore quand il lui certifiait que tout chez elle lui plaisait. Les paupières closes au contact chaud de ses lèvres, Collins rouvrit les yeux sans cesser de sourire, exactement le mot qu'il plaça sur le jeu après avoir replacé le tout entre eux.

***

Dans le mille, enfin dans le carton, mais pour elle c'était déjà le mille. Un exploit, le mieux qu'elle ait fait depuis qu'ils avaient commencé ces sessions là. Finalement ce n'était pas bien difficile, suffisait d'écouter, et l'écouter lui lui semblait bien plus simple que d'avoir à boire les paroles d'un autre. Donovan était pas juste particulièrement grossier, non, il la faisait rire aussi puis, sans le savoir, elle le trouvait touchant à sa manière. C'était peut-être parce qu'il ne laissait rien transparaître, ou alors car l'ex étudiante avait un don pour déceler la petite pointe lumineuse dans l'âme des gens qui ne semblaient guère en avoir ? Allez savoir, tout ce qu'elle savait, de mieux en mieux et de plus en plus, c'était que Swann avait tort et que, même si elle ignorait les raisons ayant poussé le jeune homme à l'éloigner de lui, le militaire était quelqu'un de profondément bon qui, pour se donner un genre sans doute, se cachait derrière une attitude de gros dur bourrin.

- J'ai réussi !!! Lui sourit-elle, euphorique et agitée, avant de plisser le nez quand il observa le flingue entre ses mains. Ah oui, la sécurité. Elle replaça celle-ci et l'observa de nouveau. C'est pas bien difficile de tirer quelques coups, je pensais que ce serait plus dur mais, t'es un chouette prof. Peut-être que le fait de penser à Swann, en fixant par delà le viseur, l'avait aidé aussi. Blackmore, en y pensant, et en reposant l'arme près d'eux, Evelyn ramena une mèche blonde derrière son oreille puis se racla la gorge avant de se hasarder sur un terrain plus personnel. Il …. il m'a dit qu'il fallait pas que je m'approche de toi, je sais pas pourquoi enfin, peut-être car il pense que t'es pas fréquentable mais, La jeune femme haussa une épaule et lui sourit, sincère et franche. Ce n'était que son ressentie, ce qu'il lui inspirait et ce qu'elle pouvait voir au grès des jours et heures passées auprès de lui. moi j'trouve que t'es vraiment sympa, même si tu râle. Parce que j'sais que c'est pour mon bien. Alors, je suppose qu'un merci est de rigueur. Elle hésita une seconde, son cœur battait un peu plus vite et le rouge poudrait ses joues mais, elle fit un pas vers lui et se hissa sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur sa joue. Merci de prendre du temps pour moi Donovan.

***

Elle se souvenait de ça, la première fois qu'elle l'avait embrassé, sur la joue certes, mais s'il avait semblé surpris, elle avait été bien plus gênée même si elle pensait déjà ce qu'elle disait. Evy mordit sa lèvre inférieure et le sourire qui y perdurait, notant le score du militaire pour ce fameux mot – bien plus chaste – avant de glisser le stylo entre ses dents. Paupières plissées, l'assistante le laissa tranquillement piocher ses jetons avant de reprendre.

- Tu sais, si vraiment tu l'aimais cette tenue, Lâcha-t-elle, innocemment rose et rieuse. t'as juste a me demander. Haussant une épaule, elle inspira théâtralement avant de placer un autre mot qu'elle s'efforça de préciser. Regardes, baiser … Un pas autre chose, avec le R de sourire. Un baiser oui, pas ce qu'il pensait et ce même s'il aurait tôt fait de lui donner le fond de sa pensée à ce sujet. Il reste beaucoup de pions ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 25 Nov 2018 - 18:02
La sécurité, ouais, surtout parce qu’avec elle, Donovan était jamais sûr que ça finirait pas au dispensaire pour une balle perdue. Collins s’améliorait mais il était parti de tellement loin en commençant son entrainement que même là il lui restait encore des heures et des heures d’entrainement avant de pouvoir sortir se démerder seule dans une expédition sans mettre la vie des autres en danger. Parce que c’était bien ça le truc, savoir se protéger elle mais également pas mettre la vie des autres en danger. Manquerait plus qu’elle tue un de ses collègues militaires et tout leur retomberait sur le dos, à lui pour son entrainement approximatif – qui l’était pas au demeurant – et à elle pour sa maladresse. Non clairement, Evy avait encore du boulot.

« Oh non tirer un coup c’est facile, j’aurais pu t’apprendre là aussi mais bon. » Les choses étaient ce qu’elles étaient, et Donovan était fidèle à la mexicaine avec qui il en était sûr, les choses pourraient qu’aller en s’améliorant. Un chouette prof. C’était bizarre ça, avec sa patience, son franc parler, ça l’étonnait vraiment qu’elle ait pas craqué pour partir pleurnicher chez … qui au fait ? Richardson c’est ça ? Quant au fait que Blackmore lui ait déconseillé de s’approcher de lui … « J’pense qu’il avait peur que je lui pique sa nana. » Le petit con avait l’œil qui brillait devant Beatriz, Donnie l’avait pas loupé alors il avait sans doute voulu protéger Collins du prédateur. Merci. Et un baiser sur la joue. Donovan esquissa un sourire. « Tu me remercieras quand tu sauras viser juste. C’est normal tout ça Collins, si vous savez pas vous démerder, tous autant que vous êtes alors … » C’était normal et elle avait pas à le remercier, il l’aurait fait pour n’importe qui. Pas vrai ?

[…]


Peut-être que c’était déjà pas n’importe qui à l’époque, la pensée lui effleura l’esprit alors que la blonde lui proposait de retrouver la fameuse tenue. Intéressant. « On va y réfléchir … quand tu seras parfaitement remise … » Parce que ouais, mieux valait attendre qu’elle pète la forme pour faire péter la tenue qui faisait péter des braguettes. Du moins aux yeux du militaire qui la regarder poser un nouveau mot, surpris, presque fier avant qu’elle explique. « Un instant j’ai cru que j’t’avais complètement pervertie … J’suis presque déçu, laisse-moi dans mon ignorance. » Coup d’œil vers le tas de lettres. « Non y’aura pas de quoi écrire fellation mais peut-être pipe remarque … » A nouveau, il savourait la moindre de ses réactions. A l’époque elle était pire d’ailleurs, là elle avait pris l’habitude.

[…]


Evy l’avait aidé avec les fosses, ça avait été la merde un peu, la gamine avait gerbé, Dwayne avait été le type le plus lourd de la création et pourtant quand Donovan était là c’était un record compliqué à battre. Collins se démerdait de mieux en mieux, bon ça restait une nouille les trois quarts du temps mais contrairement à pas mal d’autres personnes, elle avait le mérite d’essayer. Donovan admirait au moins ça, cette gamine elle méritait de réussir, de s’en sortir. Et il ferait tout pour. « Bon t’es prête ? Parce que le flingue c’est bien mais c’pas dit que tu puisses toujours t’en servir, donc on va passer au corps à corps. » Sourire entendu, pourtant il en serait rien, mais ça le faisait toujours marrer. Et putain en d’autres circonstances, il lui aurait bien enseigné quelques techniques de corps à corps.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 25 Nov 2018 - 20:21
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Quand elle serait remise donc, bien, c'était pas rentré dans l'oreille d'une sourde, et déjà un sourire rosissant étirait ses traits. Puis, fallait bien avouer qu'aux images qu'il avait don de faire péter dans sa petite tête – jadis bien plus saine –, Evelyn dut resserrer les jambes avant de placer le fameux mot sur le plateau. Précision oblige, forcément que la signification de ce truc là n'avait pas le même écho dans la tête de son petit-ami. Bouhhhhhh ça la faisait rêver ce mot, il l'était vraiment, vraiment vraiment en plus. C'était plus une envie, plus un souhait, ni même un vœux qu'elle avait finalement jamais fait en soufflant sa bougie d'anniversaire, mais juste la réalité vraie.

- Alors moi j'devrai te laisser rêver alors que toi tu m'as même pas laissé croire que t'étais déjà épris de moi ? Les yeux plissés, la jeune femme rit tout de même avant de plisser le nez quant à sa réponse au sujet de ce qui restait de lettres. Pipe non plus ça a pas le même sens quand on me le dit, Précisa-t-elle avant de rire. enfin ça n'avait pas le même sens avant que je te connaisse, toi..

***

Les fosses de moches quelques jours avant, elle s'en rappelait, tout comme elle semblait avoir encore l’amertume des nausées contre sa langue. Bahhhhh, c'était horrible et lui aussi était horrible ce jour là, d'ailleurs elle s'était pas privée de lui dire qu'il sentait littéralement la mort. La mort et le tabac froid. Enfin pour le tabac froid, elle s'y habituait doucement, et finalement c'était pas désagréable, sans doute parce que ça se mêlait à son odeur et qu'elle l'aimait bien cette odeur. Elle était rassurante, sécurisante, comme si, avec lui, il lui arriverait jamais rien. Bon, elle rêvassait là, tant qu'elle peina à revenir sur terre quand il se mit à parler. Si elle était prête ? Bha elle avait pas le choix surtout. Evy pouvait pas se défiler maintenant, pas après en avoir autant chié, pas après avoir eu autant de mal à en arriver là, grâce à lui. Elle avait juste peur que, sans le faire exprès, il lui fasse mal. Mais non, il est bourrin mais il te fera rien, en revanche toi et ta maladresse. Rouhhhh, zut, qu'elle se taise l'autre emmerdeuse. Prête, elle inspira un grand coup avant de lever le pouce, avant qu'il avance vers elle là.

- Pouce !!! .... Tu vas faire quoi ? Il allait sûrement pas lui dire, il avait parlé d'anticiper, c'était sûrement pas pour lui indiquer comme il allait l'attaquer. Logique oui, aucun agresseur, pas même les moches, ne prévenait de son plan d'attaque pas vrai ? Nunuche, andouille ! Elle roula des yeux, tentant de dégager sa conscience qui, de plus en plus et au grès des heures passées auprès de lui, n'avait de cesse de l'enfoncer, ou de tenter de la prévenir d'un truc. Mais de quel truc au juste ? Tu vas t'jeter sur moi ? Donnie vas y doucement hein, s'il te plaît. Donnie, elle l'avait déjà appelé comme ça parce qu'elle s'attachait à lui, parce que les surnoms c'était plus familier sans doute. Enfin bref, elle frémit, pinça les lèvres et se tint prête. Pourtant quand il avança vers elle, elle se figea. Droite comme un bâton, rigide au possible, Collins grimaça quand elle termina étalée, sur le dos, au sol. Les bras bloqués elle remua légèrement, puis rouvrit les yeux. Il lui avait pourtant pas fait mal mais c'était allé trop vite et elle était pas prête finalement. Pas du tout. Autant qu'elle n'était absolument pas préparée à le voir la surplomber là. Bon dieu il était trop près, vraiment trop. La blondinette retint son souffle et rosit comme une andouille en peinant à soutenir son regard malgré le fait qu'il soit attirant de s'y perdre dans cette grisaille brillante. J'peux plus bouger, j'suis sensée faire quoi là ?.

Elle n'était pas douée, et s'il avait été l'un de ces affreux moches, alors ses dents se seraient plantées dans sa carotide sans qu'elle puisse y faire quoi que ce soit. Son cœur battait de travers, la proximité ou alors l'idée qui venait de lui passer par la tête ? L'idée oui, c'était sûrement l'idée de se faire croquer.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 25 Nov 2018 - 22:24
Bon okay elle marquait un point, si elle avait pas le droit de rêver alors lui non plus. Parce que de tous les droits, Donovan voulait s’en octroyer aucun que Collins avait pas déjà, parce que pour lui elle méritait tout et plus encore, cette fille trop parfaite, trop aimante, trop douce, trop patiente. Trop elle. « Ravi d’avoir enrichi ton vocabulaire Collins … » Et pas que le vocabulaire semblait hurler son sourire en coin qu’il finit par remplacer par un sourire plus doux, sincère, ce sourire qui était que pour elle. Pour elle et pour sa fille dès qu’il posait ses yeux clairs sur sa minuscule forme endormie dans ses bras ou qui gesticulait pour attraper un grain de poussière devant ses yeux innocents. Pourtant, y’avait rien de fait exprès entre eux, entre Evy et Donovan, y’avait rien de prévu, à aucun de ces entrainements. Pas même celui-là …

[…]


« J’vais te faire baliser Collins. » Bah ouais quoi ? Fallait qu’elle apprenne à se défendre, pas seulement avec un flingue parce que le temps d’enlever la sécurité et de viser, certains seraient assez rapides pour venir au contact. Alors le contact, c’était ce qu’il fallait qu’elle apprenne là, à anticiper, à recevoir, à déjouer. Bref, Evy devait devenir la nouvelle Lara Croft, mais en blonde. Ou brune finalement vu qu’elle aimait bien changer de couleur de cheveux. « J’ai l’habitude qu’on me dise ça … t’en fais pas. » Sérieux mais ça l’empêchait pas d’avoir toujours une blague ou deux, graveleuses généralement parce qu’on se refaisait pas hein.

Et le tatoué avança, pas super vite non plus, pourtant en face Evy resta immobile, figée, suffisamment pour qu’il la colle au sol en un mouvement, amortissant sa chute malgré tout. La surplombant, Donnie plongea son regard gris dans celui de la gamine. « Là, t’es censée hurler qu’on vienne t’aider parce que t’as pas été assez rapide pour sauver tes miches toute seule. » Il se foutait d’elle mais fallait qu’elle comprenne, qu’elle réalise. « Si j’suis un rôdeur, c’est déjà trop tard à moins que t’arrive à choper ton couteau pour me le planter dans la tronche. Si je suis un gars bien vivant, t’as toujours une solution de repli, on a un point faible nous les mecs. » Et son genou en était pas loin. « Pour la sauvegarde de ma possible future descendance, bouge pas. On recommence. »

Une pompe et il se relevait, lui tendant sa main pour l’aider à se relever à son tour. Ses mains posées sur les épaules de Collins, Donovan ancra son regard dans le sien. « C’est du sérieux là mais panique pas. Ça sera bien plus effrayant dans la réalité. Quand j’avance, t’essaie d’abord d’éviter mon geste si j’essaie de te choper. Première étape. La deuxième si tu y arrives c’est de choper mon bras. » En piste Evy, c’était le moment de lui montrer ce dont elle était capable pour sauver sa peau. Le tatoué s’éloigna, la laissant se faire à l’idée qu’elle allait encore finir par terre. Ou peut-être pas. Sourire aux lèvres, c’était à elle de jouer maintenant qu’il avançait.

[…]


« T’étais déjà complètement raide dingue de moi en fait. C’pour ça que t’as pas bronché hein ? En même temps j’vais pas t’en vouloir. » D’un geste ample, le  tatoué désigna sa silhouette étendue par terre dans le salon façon draw me like one of your french girls. Sexy comme un diable tatoué là, ouais. « Bon … on a torché le Scrabble, on passe au Monopoly ? »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 25 Nov 2018 - 23:28
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle était sensée hurler ? Forcément parce qu'elle s'était copieusement ratée là, et qu'elle avait plus usage de ses membres supérieurs. Pourtant et malgré le malaise ressenti, qu'elle était persuadée qu'il pouvait entendre battre son cœur affolée sans se forcer, sans même pencher davantage l'oreille, Collins écouta ses conseils et pencha la tête, comme elle put, pour voir que, effectivement, son genou aurait pu aller à la rencontre de ce qu'il fallait pas. Les hommes avaient mal quand on frappait là non ? Oh oui, même très. Elle en pinça les lèvres avant de s'apprêter à le faire, pas fort non, juste pour donner corps aux propos et explications de son mentor mais il l'arrêta, la forçant à rougir de plus belle parce que, s'il lui avait pas dit de pas s'y hasarder, elle lui aurait certainement fait mal. Grosse andouille ! Elle ne pouvait pas lui donner tort cette fois, mais quand il libéra ses bras, plaçant les mains de part et d'autre de ses traits, que son nez heurta sa gorge quand il pompa pour se redresser, elle ouvrit grand yeux et bouche avant de pouvoir de nouveau réagir. Il avait fait quoi là ? Son corps s'était imprimé sur le sien, encore, et c'était encore plus gênant étant donné leurs positions précédentes.  Enfin bref, elle agrippa sa main, se redressa, et épousseta rapidement ses fringues, soufflant même sur ses cheveux bruns. Sacha lui avait teint les cheveux, le lendemain de cette fête déplorable de la nouvelle année. Fallait juste se concentrer donc. D'accord, la deuxième fois fut plus concluante car elle parvint à esquiver avant de lui agripper le bras.

- Et là ? Là il lui expliqua un truc qu'elle osait pas faire pour pas lui faire mal. S'agissait de lui écraser le pied et de lui filer un coup de coude bien placé pour ensuite lui balayer les jambes. Mais je vais te faire mal ! Bon, puisqu'il le disait, elle s'exécuta plus ou moins bien avant de sourire en se tenant debout, de sa petite taille, poings sur les hanches même, au dessus de lui étalé au sol, enfin avant de se faire agripper pour terminer à terre à nouveau, près de lui, avant d'éclater de rire en glissant les mains contre ses traits rosissants. Ça m'apprendra à faire la fière là, on recommence je suppose ?

***

Il était étalé au sol là, fier d'avoir gagné la partie de scrabble, fier d'imaginer que à ce moment là, elle était déjà folle amoureuse de lui. Pourtant non, Evelyn était juste troublée, gênée, affreusement stressée et dérangée de le trouver à la fois vulgaire, adorable, prévenant et sympa, et aussi de penser qu'il avait de très beaux yeux. Elle rit et mordit sa lèvre à la manière dont il se désignait là. Juste la table basse les séparait, pourtant elle se lassait pas de le regarder. Elle s'en lasserait jamais. Déjà à ranger les jetons dans le petit sac de pioche, puis à replier le plateau pour coller le tout dans la boite ouverte sur l'assise du sofa dans son dos, la  jeune femme fronça les sourcils et ce malgré le fait qu'il changeait de sujet.

Tu serais bien emmerdé si j'te disais que oui, que j'étais folle de, Plateau replié entre les doigts elle balaya – à distance – cette silhouette dont il donnait l'impression d'être si fier. tout ça. Mais non, enfin je pense pas, j'étais pas dans cette optique là, je voulais juste m'endurcir moi,, Un rictus nasale lui échappa tandis qu'elle refermait la boite. pas toi. Mais finalement le connaissant, il avait peut-être des idées qui lui filaient le crâne durant leurs entraînements. Non, c'était venu plus tard, sans doute, du moins peut-être plus tôt qu'elle pensait parce qu'il lui avait dit qu'il la trouvait déjà sexy et canon. Elle se redressa sur ses jambes, plus à l'aise dans ses gestes depuis que la cicatrisation opérait vraiment, rangea la boite dans une armoire et revint, oh surprise, sans monopoly pour venir coller les deux pieds de part et d'autre de sa taille. Amusée, elle le toisa de sa petite hauteur avant de s'agenouiller au dessus de lui pour glisser les mains à ses mèches brunes. Tu veux me plumer au monopoly j'le sais, mais …..... Elle en rosit, rouge pivoine même, pourtant c'était juste ce qu'il avait fait jaillir d'elle, ce qu'il lui avait appris là aussi, à se familiariser avec ses envies, ses désirs, tout ça et qui n'appartenait qu'à lui et lui était entièrement dédié. je veux juste savoir ce qui t'as fait changer d’avis. Ce qui t'as fait te dire que tu me ferai ce cadeau d'anniversaire là. Il savait de quoi elle parlait, elle avait envie de l'entendre, de savoir un peu ce qui avait changé entre eux, pourquoi ça avait changé, pourquoi ils étaient si connectés sans malgré tout se ressembler. Se penchant plus, elle l'embrassa, se permettant de pimenter un peu plus ce baiser ci, juste pour l'inviter à délier sa langue sans doute. Si tu le dis, que tu es, Elle l'imita encore, mais c'était ses mots à lui là, de ce qu'elle se souvenait de leur première soirée à Renton, avant de finir ivre morte et de plus se rappeler la suite.  « un modèle d’honnêteté, brutal  même », alors on jouera peut-être à mieux que monopoly.

Collins en rit, rose, mais après tout il était bien son petit ami, non ? Y avait quoi de malsain là dedans au juste ? Puis, elle faisait qu'appliquer ce qu'il lui avait dit au District, se laisser aller, prendre ce qu'elle voulait et là, ce qu'elle voulait était déjà à elle et elle pouvait plus s'en passer, alors il avait juste intérêt à revenir entier à chaque sortie qu'il faisait.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   
Revenir en haut Aller en bas  
- Time flies, memories last -
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Wrong Time, Wrong Memories...
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: