The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Time flies, memories last -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Sam 1 Déc 2018 - 20:43
Juste un quart d’heure maximum ouais, après il la retrouverait, et ça serait fini de cette angoisse latente qu’il avait aux tripes depuis les événements du district. C’était plus fort que lui, dès qu’elle était pas là près de lui, Donovan s’angoissait. Pourtant il allait falloir qu’il arrive à s’y refaire, Evy resterait pas collée à lui tout le temps même si ça le dérangerait pas dans le fond. Et là, le militaire avait tenté de la rassurer, elle craignait rien avec Spencer, encore davantage qu’il y avait du monde pour veiller au grain. Relax, tout va bien se passer. Il devait s’en convaincre déjà lui pour qu’Evy soit rassurée aussi, mais ça irait bien.

Il les regarda s’éloigner, avant de prendre la direction opposée, clope au bec, lampe torche en main. C’était calme, du genre effrayant mais il s’y était fait. L’île était leur zone de calme, paisible, depuis qu’ils surveillaient plus étroitement et le lac et la terre, Bainbridge était ce petit coin de paradis que beaucoup de survivants devaient envier. Enfin, dont ils devaient rêver parce que peu connaissaient l’existence de cet endroit, et ceux qui étaient au courant y vivaient, les autres … On quittait pas cet endroit, pas autrement que les pieds devant du moins.

Du mouvement sur la surface de l’eau attira son attention, le forçant à ramener le faisceau de la lampe dans cette direction. Le tatoué fronça les sourcils, discernant rien de plus qu’un morceau de bois qui flottait péniblement pour venir s’échouer à ses pieds. Un morceau d’embarcation sans doute, mais une embarcation qui avait sans doute touché le fond du lac depuis un bail vu la tronche du bois. Donnie fit quelques pas encore avant de regarder au loin en arrière, vers Collins qui marchait près de Dwayne. Rassuré de les voir encore, le tatoué avança quelques minutes de plus le long de la berge, calme, rassurante.

Terminant sa clope, Donovan écrasa le mégot sur la plage, tant pis pour l’environnement, c’était le cadet de leur souci là non ? Faudrait faire gaffe quand même. Ouais sans doute mais si Floyd était un type bien élevé ça se saurait. Machine arrière, demi-tour, retour vers le pied de la tour de guet où la blonde et le rouquin tardèrent pas à le rejoindre. « Alors elle t’a pas trop cassé la tête à parler ? » Oh il se doutait bien que ça devait être l’inverse, Spencer avait cette capacité à parler pour raconter une montagne de conneries qui faisait que même lui et même la blonde le supportaient assez moi. Enfin, qu’ils avaient sans doute envie de l’enterrer dans le fond du jardin parfois, mais ça restait un bon gars.

« T’en dis quoi Evy si on va s’installer là-haut ? » De son index il désigna la tour toute proche, son sommet où était installé la vigie. De là où, ils pourraient voir l’étendue sombre qu’était désormais Seattle, là où avant ils auraient vu toutes les lumières de la ville, noyées sous la verdure ou qui se reflétaient sur le lac.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Sam 1 Déc 2018 - 22:06
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Finalement Dwayne avait compris. Enfin compris, façon de parler parce que bien que suffisamment explicite, à son goût, le rouquin ne pigeait pas qu'il s'agissait de son chef. Elle en pinça les lèvres en reprenant la marche pour le rejoindre justement le fameux chef. C'était drôle mais pas vraiment, ça pouvait sembler pathétique, même ridicule, que ce type là soit pas foutu de voir clair là où bien des gens avaient été lucides. Puis finalement t'étais pas plus futée que lui avant. C'était vrai, là encore madame conscience avait raison mais, elle avait eu raison davantage. Raison de se battre, de tenir bon, de souffrir ? Oh elle avait souffert pour lui, accepté bien des choses que d'autres n'auraient pas même supporté une fois mais désormais, tout ça était à des kilomètres d'elle. Resté à Renton, dans les ruines de ce quartier mué en champ de bataille.

Dwayne discutait encore, lui parlant de tout et de rien mais déjà, à hauteur du militaire dont son cœur était épris, elle n'y prêtait plus vraiment attention. Au mieux qu'était-il pour elle Spencer ? Un ami, oui sans doute, mais peut-être devrait-elle être plus incisive s'il revenait à la charge avec son fameux verre. Souriante, Collins roula des yeux puis rit à peine la blague fila ses lèvres favorites.

- Oh non, enfin j'me suis pris un râteau. Merde, elle pensait pas qu'il allait sortir ça comme ça, de but en blanc. Finalement elle comprenait, désormais, pourquoi Dwayne adorait tant l'homme en face d'eux là. Il le prenait pour modèle, il était un peu comme lui mais … Pire, et bien moins doué. Un gloussement lui échappa malgré le rose qui lui empourprait les joues. Et là, elle n'eut même pas le temps de répondre à la question de Donovan que le cadet reprenait à l'en faire pincer les pétales et regarder ailleurs dix secondes. Parait qu'son copain est jaloux et qu'il accepterait pas que j'prenne juste un verre avec elle. Bon dieu, elle avait le feu aux pommettes là. Elle aurait peut-être dû lui préciser que leur conversation regardait que lui, qu'il avait pas besoin de lui payer l'affiche devant l'homme dont elle était folle amoureuse. En même temps s'il savait que c'était lui, il raconterait pas autant de conneries. Un point pour la rombière, un ! Enfin, peu importait, cependant en croisant les billes grises de son militaire Evy haussa doucement les épaules. Là, dans ce geste, elle lui intimait silencieusement que, elle avait beau dire, ou faire, avec tact pour que Dwayne comprenne, y avait rien à faire. J'reste en bas, Evy a liquidé un moche plus loin, j'vais vérifier qu'y en ait pas d'autres, si tu veux Chef ? Collins les laissa se mettre au point puis redressa les cils sur la tour de guet. Elle n'avait pas le vertige, fort heureusement.

- Il a pas compris, Reprit-elle en avançant vers la fameuse tour, l'échelle ou l'escalier, elle savait pas trop pour ne s'être jamais autant approché de ce truc. Faisant volte face aux pieds de la structure, elle eu juste le temps de poser les mains sur son torse pour pas s'y encastrer. j'ose pas lui dire trop brutalement, il t'aime bien ….. Il pense que j'sors avec un de vos collègues qui font les gardes en journée dans le coin. Alors en plus y avait pas de quoi mourir d'envie quand on pensait aux fameux gars. Bates avait peut-être dix ans de plus que Donovan, les autres étaient plus jeunes donc, forcément, il imaginait que c'était un des bleus, certainement pas un homme de quatorze ans son aîné. Mais l'âge Evelyn s'en fichait. Peut-être un jeune, mais j'm'en fiche de ton âge tu pourrais avoir cent ans que je t'aimerai quand même. Elle venait de lui sortir ça sans réfléchir mais plissa le nez avant de rire. Bon, j'éviterai aussi de faire des trucs pour t'éviter des crises cardiaques mais, …. Oui, j'ose pas lui dire que …. Mais attention hein, j'ai pas honte de toi pas du tout. Mais Dwayne a les pires œillères du monde, pire que celles que j'voulais pas enlever pour t'garder auprès de moi.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 2 Déc 2018 - 9:15
Il s’était pris un râteau ? Donovan pinça les lèvres pour pas éclater de rire, Spencer venait de comprendre là c’était bon non ? Ah bah non, et c’était même pire que tout. « Ouais il est plutôt du genre jaloux à t’éclater la gueule sur le gravier si tu la touche je pense … » Air désolé, le tatoué haussa les épaules, peignant un bien triste portrait de ce fameux petit ami, tout en sachant que ça lui collait parfaitement à la peau. C’était paradoxal d’avoir été si volage et de pas supporter que d’autres zieutent sa nana de trop près. Surtout Evy, trop gentille et trop naïve, elle l’avait laissé lui approcher et après ce que Mills avait fait, forcément Donovan était protecteur, possessif. Mais il trouvait ça amusant, les explications servies par Collins pour repousser le rouquin, et l’air penaud de son collègue. « Bah t’en fais pas Dwayne, j’suis sûr te trouver chaussure à ton pieds, j’te donnerai des conseils. »

Visiblement de bonne humeur, à nouveau ou encore parce que ce type était plutôt mono-expressif, Dwayne proposa de rester en bas pour vérifier la plage, ce à quoi le tatoué acquiesça d’un hochement de tête, avant qu’ils prennent tous les deux la direction de l’échelle qui menait au plancher de la tour de guet. A la remarque de Collins, le tatoué éclata de rire. « Non mais il finira par comprendre. » Il s’en foutait comme de ses premières chaussettes, que Spencer comprenne ou non, tant qu’il comprenait qu’Evy était pas libre et qu’il tentait rien.

Puis il l’écouta s’enfoncer dans une explication qui lui fit hausser un sourcil puis le deuxième avant de plisser les yeux et de soupirer pour loger sa main à sa taille et la ramener vers lui. Ses lèvres trouvèrent celles de la blonde un instant avant qu’il plonge son regard gris dans celui d’Evy. « Si j’avais cent ans … non tu m’aimerais moins, j’serais carrément moins sexy, mais ouais t’as raison sur deux points. On s’en fiche de l’âge là et Dwayne a besoin d’ouvrir les yeux, j’espère qu’il est pas aussi aveugle dans son boulot. » Oh il savait qu’il l’était pas, le rouquin était un bon militaire, un bon gars, il refusait sans doute de voir la réalité sous son nez. C’était une technique de survie comme une autre. « Mais pour tes œillères à toi … » Du bout des doigts, il effleura sa tempe avant de grimacer. « J’ai pas aidé ? » Il l’avait gardée près de lui, par envie et par besoin, égoïstement d’ailleurs, tout en sachant qu’elle souffrait. Alors elle pouvait pas vraiment s’en vouloir.

« Allez grimpe là-haut, et fais gaffe à pas te vautrer. » Donnie la laissait passer devant, pour s’assurer qu’elle tombe pas déjà, et puis aussi pour profiter de la vue. Ce qu’il fit d’ailleurs avec un sourire aux lèvres avant de la suivre pour grimper à cette échelle. Croisant les deux gars qui assuraient la vigie, le tatoué les congédia, plutôt poliment pour lui-même ou alors simplement professionnellement. Les deux étaient parfois liés, il savait être poli que quand il parlait à ses gars. « Ça, ça te permet de voir au loin même la nuit. » Il désigna les lunettes de vision nocturne avant de se glisser dans le dos de la blonde.

Ses bras enroulés autour de son ventre, ses lèvres à son oreille, Donovan se perdit un instant. C’était pas bon de l’embarquer en garde avec lui, il allait rien foutre. Sans doute que si mais pas monter la garde. La pensée l’invita à rire. « Si y’a des gens en train de faire ce qu’on fait de mieux là-bas sur la plage, avec ça on peut les voir. Pour ça qu’il vaut mieux éviter la plage, y’a des gars qui manquent d’action et qui s’rincent l’œil. Mais ici par contre … » Ici dans cette tour de guet, en hauteur, personne verrait rien du tout. Evidemment y’avait un boulot à faire, donc Donovan calmerait ses ardeurs, mais c’était pas pour autant qu’il avait envie de la lâcher. Récupérant la paire de jumelles, il la colla devant le nez de Collins, toujours lové contre son dos, son nez fouinant à sa clavicule, ses lèvres y déposant quelques baisers. « Alors tu vois quoi quand tu regardes vers le grand large ? » Les quartiers désolés de Seattle, plus aucune lumière, rien du tout, sans doute.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 2 Déc 2018 - 10:39
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Il finirait par comprendre qu'assurait le tatoué. Pourtant elle avait été suffisamment claire, du moins à sa manière, pour pas lui arracher le cœur de la poitrine et marcher dessus, pas comme Swann quand il lui avait dit qu'il ne voulait plus d'elle. Enfin, Evelyn le croyait, il y aurait forcément un moment où, comme ceux qui n'étaient pas aveugles, le jeune homme se ferait une raison et comprendrait que le fameux type en question n'était nul autre que son chef. Septique quelques secondes, elle se sentit forcée d'argumenter, en riant, du moins avant qu'il la ramène vers lui et qu'un long frisson lui hérisse la peau. Elle se lasserait jamais de ça, elle s'en était déjà pas lassée en six mois alors qu'elle n'était rien à son regard, alors maintenant qu'il lui définissait chaque jour la valeur qu'elle avait dans son cœur, pourquoi les choses seraient différentes ? Si, elles l'étaient, différentes, mais ça ne s'amenuisait pas, bien au contraire, le feu dans dans son cœur grandissait, encore et encore.

- Tu t'fous le doigt dans l’œil jusqu'au coude. Rit-elle en glissant les bras à sa nuque. Il pourrait être vieux, un véritable fossile pour le coup, elle l'aimerait toujours autant. pas sur Dwayne hein, sur toi et tes cinquante ans supplémentaires. J'm'en fiche aussi que tu sois moins sexy avec des rides, quoi que …. ça t'donne un air malicieux celles là. Taquine, la jeune femme glissa les doigts aux ridules près de ses yeux gris qui se creusaient selon ses humeurs. Quant à ses œillères, Collins soupira et brassa l'air de sa paume. Le passé c'était le passé, certes à agir comme il avait agi il n'avait rien étouffé, avait même forgé de gros sentiments, des remises en question parfois douloureuses mais, le plus important à l'heure actuelle, c'était qu'ils étaient passés au dessus de tout ça pour être parfaitement honnêtes l'un envers l'autre. C'est rien, en fait … Tu t'es juste assuré que je sois folle de toi, sans te l'avouer.

Dernière plaisanterie, avant qu'il lui somme de grimper. Là encore elle lui offrit un regard mutin avant d'agripper le premier barreau pour gravir les prochains et débarquer sur la plate-forme. Elle les connaissait pas les deux gars présents et n'aurait pas l'occasion d'en savoir plus sur leur compte puisque le militaire leur demandait d'aller voir ailleurs. Les coudes posés sur le sommet de la balustrade, la jeune femme plissa le nez à son explication concernant les jumelles particulières. Elle irait se coucher moins con, comme chaque nuit depuis qu'elle passait le plus clair de son temps avec lui. Donovan avait éclairci ses horizons finalement, lui avait ouvert diverses portes qu'elle n'aurait guère eu le cran de franchir toute seule, ou avec un autre que lui. Il avait eu de la patience avec elle, et elle aussi en avait eu avec lui. Lui lui avait trouvé maintes excuses quand elle n'agissait pas comme elle aurait dû, et elle lui en avait trouvé dix milles autres, louables à son regard, pour ses comportements parfois durs et ses mots tranchants. Son rire là, au creux de son oreille, la poussa à sourire avant de déposer la nuque contre son épaule enfin, avant de pouffer même si, bien qu'il s'agisse d'une connerie, y avait un fond de franchise dans ce qu'il lui murmurait.

Encore silencieuse, la blondinette agrippa l'appareil qu'il ramenait devant ses yeux noisette et observa la surface qui, grâce à cette technologie, était bien visible. Ça ressemblait à un vieux film en noir et blanc et certaines choses sur-brillaient par delà l'étendue limpide. Sérieuse, enfin autant qu'il lui permettait de l'être, Evelyn ravala sa salive en gigotant sans vraiment le vouloir entre ses bras, sous ses lèvres et ses souffles qui rencontraient la parcelle de peau visible entre la veste et l'écharpe. Ce qu'elle voyait ? Un truc gros pas permis qui ressemblait sûrement pas à un quart de garde là.  

- Une baleine sous un gravillon. Sérieuse l'espace d'un instant, elle pinça les lèvres pour ne pas rire. Il connaissait peut-être pas l'expression mais là, elle imaginait parfaitement son air contre elle. En vérité elle ne voyait que la noirceur, où les bâtiments de la ville éteinte qui brillaient sous la lumière de la lune et des étoiles. C'était lugubre mais paisible. Il n'y avait plus rien de vivant, juste eux, juste lui dont elle sentait le cœur battre, contre le sien qui lui chantait la même mélodie, dans son dos. Je t'assure regardes. Prudemment, elle redressa les jumelles pour qu'il puisse jeter un œil. Attentive à ses traits, sans malgré tout l'avoir quitté ou s'être retourné, Collins retint ses rires. Pas évident parce que son air, ses sourcils froncés pour tenter de trouver le fameux truc, qui aurait pu lui faire penser à une baleine, Donovan était vraiment drôle. Si, regardes bien, tu devrais la voir là, c'est gros comme le nez au milieu de la figure, .... Comme un petit ami qui invite sa copine dans un genre de nid de pie et qui va faire tout sauf monter la garde. Elle éclata de rire avant de glisser les lèvres dans son cou pour les étouffer. Elle se sentait bien là, vraiment très bien, sereine, heureuse. Déjà ses mains glissèrent contre celle sur son ventre. Je t'aime, tu me fais rire …. ma grosse baleine sous gravillon. Hilare encore, Evelyn serra ses doigts avant de récupérer les jumelles pour reprendre l'observation une minute. Elle pouvait voir la silhouette de l'épave, vraiment petite d'ici mais, oui … Et j'vois aussi Dwayne qui parle tout seul. Là, en revanche c'était véridique et elle fut obligée de rire en lui rendant l'appareil tandis que ses lèvres égrainaient leur douceur contre sa mâchoire. Zut hein, s'il pouvait la déconcentrer, elle aussi, non ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 2 Déc 2018 - 14:51
Donovan moins sexy ? Non c’était impossible, il avait beau y penser, l’imaginer, il se voyait vraiment devenir encore plus séduisant avec l’âge, parce que déjà c’était vieillir qui l’avait rendu si attirant pour la plupart des nanas. C’était pas de la prétention, Donovan le savait simplement. Adolescent aucune nana posait le regard sur lui, et puis il y avait eu Cassie, elle l’avait révélé en quelques sortes, lui avait montré que l’assurance ça faisait tout. Les quelques conquêtes qu’il avait eu avant elle, c’était simplement parce qu’elles étaient aussi paumées que lui. Alors là, en repensant à Collins qui lui parlait de ses rides malicieuses, le tatoué en était persuadé, il serait toujours aussi sexy. Assez pour la garder elle près de lui et lui éviter d’aller batifoler avec des jeunots.

C’était calme ici dans la tour de guet, ils surplombaient l’île, le lac qui s’étendait à leurs pieds, la totalité de la ville morte de Seattle. La cité émeraude avait perdu de son éclat, ça foutait les jetons quand on y pensait. Mais là y’avait rien qui le faisait flipper parce que Collins était dans ses bras, qu’elle allait mieux et qu’elle irait encore mieux d’ici quelques semaines, comme si rien s’était passé. Comme si. Parce qu’il le savait, Evy porterait toujours les marques invisibles de ce qu’il s’était passé à Renton, comme lui portait les marques de tout ce qu’il avait vécu dans sa vie. Une baleine sous un gravillon.

Il plissa les yeux, observant au loin mais forcément il y voyait que dalle dans le noir. Les jumelles devant les yeux, Donovan secoua la tête en l’écoutant, après avoir jeté un coup d’œil à travers les lentilles adaptées à la nuit. « J’aurais plutôt dit que c’était un hippopotame sous un cailloux ça … et j’suis désolé mais c’est pas juste, si je te traite de baleine sous gravillon même en y mettant les plus ringards des mots doux, j’aurais l’air d’un sale con … Donc Collins, je suis outré et vexé que tu me traites de baleine. » Ses lèvres se perdirent à sa peau, y déposant une nuée de baisers avant de glisser son regard dans la direction de Dwayne. « Qui sait il a peut-être rencontré quelqu’un … il va nous présenter sa petite copine, la veuve Cinq-Doigts. »

Le pauvre Spencer devait avoir les oreilles qui sifflaient avec les deux commères qui se foutaient de lui depuis la vigie. Mais Donnie s’en tamponnait royal de ce que son ami et collègue ait les oreilles qui sifflent, parce que là c’était pas ses oreilles à lui qui sifflaient, c’était le fil de ses pensées, parasité par les lèvres de la blonde à sa mâchoire. « Concentration Collins, on aurait l’air con si un bateau de connards débarquait pendant qu’on s’envoie en l’air ici … » Parce que si ça continuait, il se faisait pas d’illusion, c’était ce qui arriverait à ce rythme-là. Et même si dans l’absolu ça le dérangeait pas, Evy était encore en pleine convalescence, et ils avaient un boulot à faire ici. « Si tu me déconcentre trop dans mon boulot, j’vais devoir m’en plaindre à Cruella … » As if … Il irait sans doute pas raconter ça à June, il la voyait déjà avec ses grands airs et ça le faisait rire, mais imaginer la tête d’Evy avec cette menace en l’air ça le faisait rire aussi.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 2 Déc 2018 - 15:54
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Perspicace non ? Pour une fois qu'elle le voyait venir, du moins même s'il était prévisible aux yeux de bien des gens, elle réagissait différemment. Roseur, rougeur même, plissement de nez. Ca n'avait pas changé finalement, puisque même en le taquinant là, juste pour l'enquiquiner un peu, elle avait chaud aux joues mais ça, dans la pénombre, Donovan ne pouvait pas le voir, juste le sentir. Sous ses lèvres qu'il déposait ça et là sur sa peau sensible. Son cœur battait plus vite, sa respiration était bien plus rapide, et finalement sa tempe contre ses traits pouvait savourer la température plus élevée de ses pommettes. Hippopotame sous caillou. Manière différente de le dire mais elle la fit rire contre sa mâchoire en virant les jumelles après avoir parlé de Dwayne qui bavassait tout seul. La veuve cinq doigts, cette fois Collins rougit plus fort avant d'emmêler ses doigts aux siens, déjà à mordiller sa lèvre inférieure bien que les rires n'étaient pas très loin, surtout pas après l'avoir entendu la réprimander quant à ce foutu surnom n'en était pas même un.

- Me traite jamais d'baleine, ni de pachyderme. Moi j'ai l'droit pour toutes les conneries que tu m'as faites croire ou gober. Elle rit encore, renversant la nuque contre lui pour s'offrir la lueur de son regard. Quand il rirait il y avait ces petites étincelles particulières, belles et attachantes, aussi douces à regarder que les ridules qui se creusaient au coin de ses paupières. Ce qu'il était beau, vraiment …. Evelyn aurait pu le contempler des heures si, par chance, elle n'avait pas eu le sommeil aussi profond. Généralement il était debout avant elle et les rares fois où elle avait pu le fixer, sans rosir parce qu'il dormait, c'était quand elle le fatiguait suffisamment la veille. Merde, cette idée fugace la poussa à glousser avant de reprendre sa respiration. Concentration oui, même si l'hypothèse qu'il lui soufflait à l'oreille était séduisante fallait pas charrier. Puis il pèle ici, Elle s'attendait forcément à ce qu'il lui sorte qu'elle aurait plus froid longtemps s'il mettait ses plans à exécution mais, la jeune femme le devança en riant. on sait ce qui s'passe quand il fait froid, uhm ? Un éclat de rire fila dans la tour et aux alentours avant qu'elle se tourne vers lui, lui faisant face pour mieux s'imprégner de cette image de lui là. Heureux, beau, à des kilomètres de ses heures sombres et d'un passé qui l'avait marqué au point qu'elle l'imaginait la fuir, pour toujours, lors de cette dernière prise de bec violente. June ? Interrogea-t-elle en pouffant par le nez.

C'était la pire menace en l'air qu'il pouvait faire. Il n'allait rien dire à Phelbs, elle non plus. D'une parce qu'elle se foutait bien de leur vie, de deux parce que ça le regardait pas et qu'il aimait pas quand elle la rabrouait. Non, ce n'était qu'une menace dans le vent, vent frais d'ailleurs qui la fit frissonner et ramener les mains contre lui, entre sa veste et son t.shirt. En silence, malgré son sourire, l'assistante déposa l'oreille à son cœur avant de glisser tendrement les doigts dans son dos. Ses ongles y dessinaient des espèces de petits cœur invisibles, un peu comme ceux qui faisaient bien souvent la ronde autour de ses mèches blondes. Les yeux fermés, Evelyn écouta le chant de son cœur et profita de sa chaleur, des mouvements doux de son thorax. Y avait vraiment pas de meilleur endroit au monde et, s'il lui demandait comme il l'avait dit – sans imaginer qu'elle entendait à Renton – elle lui suivrait n'importe où.

- J'peux te dire mon vœux si tu veux. Chuchota-t-elle en un sourire. Il s'était réalisé, la preuve dans sa manière d'être depuis son retour, depuis qu'elle avait rouvert les yeux et qu'il était là, chaque jour, chaque nuit sans plus qu'elle ait à se mentir ou a imaginer ce qu'il faisait lorsqu'il passait le seuil de la maison. il s'est réalisé déjà donc, je peux te le dire …... Doucement, elle redressa le nez vers lui et glissa les mains contre ses traits, noyée dans ses prunelles, dans un moment rien qu'à eux, rythmé par le chant de la brise et celui des vagues. que tu sois heureux. J'espère juste que je me goure pas et que tu l'es vraiment moi oui ….. Très, très très beaucoup. Juste des murmures, pour eux, pour ce on qui datait mais n'avait jamais été aussi vrai, aussi gorgé d'espoir et de promesse. J'ai misé sur toi, tout ce que j'avais et j'ai bien fait. J'ai parié sur nous. Alors je regrette rien, pas même ce qui était moche. Evy l'embrassa, les doigts rivés aux mèches brunes de sa nuque, sur la pointe des pieds, avant de lui sourire. Puis c'est rien un quart on sera bientôt rentrés, y a des pièces qui sont jalouses d'autres... Comme toi, mais t'as pas besoin, j'aime que toi ... Son sourire fila à son oreille. Pour toujours, si tu veux..

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Dim 2 Déc 2018 - 21:12
C’était pas vraiment juste cette histoire, elle avait le droit de le traiter de tous les noms d’oiseaux mais pas lui juste sous le prétexte qu’il la faisait déjà chier avec une dose de conneries qui aurait tué une personne en bonne santé ? Le tatoué esquissa un sourire, son regard gris rivé à ses traits qu’il distinguait sans mal dans la faible luminosité, parce qu’il les connaissait par cœur. « Il fait froid mais on aurait réchauffé la température, et puis cette histoire de froid c’est une légende urbaine pour les complexés d’la queue. » Ce qui était pas son cas, complexé par rien du tout à part peut-être sa capacité à s’attacher ou se laisser approcher.

Son regard croisa finalement celui de la blonde, s’y perdant un instant, avant qu’elle se love un peu plus contre lui. Donnie la serra dans ses bras, gardant son regard au large parce qu’il oubliait pas qu’ils étaient là pour surveiller. « Ton vœux ? » Ses doigts glissaient à ses mèches blondes, ouais il était curieux de son vœux, mais en même temps elle était pas obligée de lui dire, qu’il se soit réalisé ou non c’était intime et personnel non, un vœux ? Il croisa à nouveau son regard, fronçant doucement les sourcils avec un sourire. Qu’il soit heureux ? Bah merde alors, même quand elle faisait des vœux Evy savait pas penser à elle.

Donnie en soupira doucement, sans se défaire de son sourire. Ses mots le touchaient, vraiment, il en était con et à sa plaisanterie pleine de promesses, le tatoué émit un petit rire. Il revint l’embrasser, logeant sa main à sa nuque pour la garder près de lui. « J’le suis … depuis que t’as rouvert les yeux après ta putain de sieste de plusieurs jours. » Elle aurait pu pas le pardonner, c’était plus important à partir du moment où elle s’était réveillée, où elle avait été définitivement sauve. « J’te montrerai quand on rentrera combien j’suis heureux. »

Amusé, le militaire revint l’embrasser à nouveau, parce que ça valait mieux que des mots, que les mots c’était encore compliqué pour lui. Mais pourtant il essaya. « Tu crois en moi … j’comprends pas toujours pourquoi mais tu crois en moi, que ça nous concerne nous ou que ça concerne le camp ou ma fille … Je sais pas comment tu fais, comment t’as réussi à m’convaincre de m’voir à travers tes yeux … Mais depuis que tu les as rouvert, ouais … j’suis heureux. » Apaisé, serein.

En bas de la tour, la voix de Spencer lui parvint. Qu’est-ce qu’il voulait celui-là ? Relâchant à regret la blonde, Donnie s’approcha de l’échelle. « Quoi ? » « Vous avez d’aide là-haut ou tout se passe bien ? » Putain il était vraiment con comme ses pieds ce pauvre gusse, Donnie en secoua la tête. « Nah ça d’vrait aller, généralement j’me démerde bien tout seul avec Collins. » Dwayne acquiesça et s’éloigna, parlant encore tout seul. Il en tenait vraiment une couche celui-là.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   
Revenir en haut Aller en bas  
- Time flies, memories last -
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Wrong Time, Wrong Memories...
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: