The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Time flies, memories last -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Lun 26 Nov 2018 - 10:44
Oh elle avait appris assez vite, et Donnie en avait eu la preuve à Renton dans ce gymnase quand elle l’avait étalé comme une crêpe sa championne. Ce jour-là aussi, elle s’était mieux démerdée après la paralysie de la première attaque, ça l’avait fait marrer et aujourd’hui il s’en vantait, persuadé d’être irrésistible. Pourtant il aurait eu l’air con à ce moment-là si Collins en avait effectivement pincé pour lui, parce qu’à ce moment-là, il était rangé, casé, sérieux. Putain … C’était loin, ça lui fit mal quelque part d’y repenser, parce qu’il avait blessé Beatriz, tellement souvent, il méritait tous les noms d’oiseau qu’elle lui donnait. Peut-être qu’avec le temps, ils arriveraient à recoller quelques morceaux, au moins pour Louisie.

« Tu savais pas ouvrir les yeux surtout. » plaisanta-t-il, parce que lui, il avait bien ouvert les yeux pour voir qu’elle était sacrément bien gaulée la gamine. C’était pas parce qu’on était au régime qu’on avait pas le droit de regarder le menu non ? La blonde s’éclipsa après avoir rangé le plateau de jeu dans la boite, pour revenir sans aucun jeu, pas même le Monopoly dont il avait parlé. Okay donc elle se la jouait rebelle de la forêt maintenant. Son regard la détailla là, debout au-dessus de lui et finalement le surplombant de sa petite stature. Damn, elle était sexy cette nana. Ses mains se logèrent à ses cuisses, remontant vers ses hanches.

Avant de répondre, il retrouva ses lèvres, sucrées, délicieuses, un parfum dont il se lasserait jamais depuis qu’il y avait goûté. Laissant ses doigts filer sous l’étoffe de son top, à peine, Donnie afficha une moue pensive. « T’sais j’t’ai toujours trouvé … bandante. Sauf que … j’sais pas, t’aurais été une nana de quarante balais avec une expérience derrière elle, j’aurais sauté sur l’occasion directement sur le perron de cette baraque là-bas mais … J’voulais pas blesser une nouvelle personne qui comptait pour moi. » Sa main droite glissa à sa joue, caressant du bout des doigts les marques discrètes qui persistaient des affrontements du district. Elle allait mieux.

Le tatoué se redressa pour river sa main à sa nuque et l’embrasser, plus fougueusement, un baiser teinté à la fois de ce qu’il avait pensé au premier jour et de ce qu’il pensait et ressentait là. Elle était belle, elle était douce, elle lui plaisait, et il la voulait. « Si c’était à refaire, j’attendrai encore, parce que sinon … on aurait tout gâché. » Déjà que … Ouais déjà qu’il avait failli tout gâcher. « Et toi alors ? A quel moment t’as ouvert les yeux sur mon sex appeal de malade ? » Ou alors à quel moment elle était tombée amoureuse, ça l’intriguait ça parce que dans le fond il était pas certain de mériter, encore aujourd’hui, l’amour qu’elle lui portait.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Lun 26 Nov 2018 - 13:17
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle savait pas ouvrir les yeux ? Bha voyons. Là contre lui, à rire et sourire sans plus se soucier de ce qu'il serait foutu de faire en passant le seuil, d'où il pourrait se trouver, ni même avec quelle autre il pourrait lui briser le cœur, Evelyn se noyait dans ses yeux. Cette grisaille elle l'avait remarqué rapidement, le reflet de son âme comme elle lui avait dit plus tôt mais, malgré son sourire, et malgré le baiser précédent, elle demeurait très sérieuse. La jeune femme désirait savoir, savoir ce qui l'avait fait la regarder différemment, la considérer autrement que comme son élève. Le mot dans le creux de sa tête la fit sourire, et déjà ses doigts glissaient de ses cheveux bruns à l'esquisse de sa mâchoire alors que les siens se frayaient un passage sous son corsage. Déjà Donovan étirait des frissons contre sa peau, y avait plus de douleur depuis que les plaies se résorbaient.

- Donc tu me trouvais trop jeune pour toi ? Le coupa-t-elle, sans désirer de réponse avant de tirer une moue, chou au possible, quant à cette conclusion adorable.  Je devrais dire quoi ? Que t'es vieux, un fossile ? Rit-elle sans le penser une seconde.

Elle comptait pour lui. C'était vraiment chou, grisant même, satisfaisant. Mieux que l'entendre dire qu'il la trouvait bandante. Le physique ça ne comptait pas pour elle, et même si elle le trouvait beau, terriblement attirant, c'était pas de son enveloppe charnelle qu'elle s'était éprise mais de tout ce qui se voyait pas. Prête à répondre à ce qu'il venait de dire, elle se tendit quand il ramena rapidement la main à sa nuque et les lèvres contre les siennes. Ces baisers là, il les évitait ces derniers temps, pour pas lui faire mal et pourtant, malgré les jours écoulés depuis son retour, et surtout son réveil, ils se rappelaient à elle à l'en faire s'accrocher à ses cheveux bruns pour en profiter au maximum.  Rouvrant les yeux, elle lui sourit. Ils auraient tout gâché ? Non, ils avaient juste tout fait à l'envers en un sens. Commencé par le pire pour ne profiter que du meilleur désormais. Pantoise du baiser, et de ses révélations, Evy pouffa à la question ponctuée par son assurance légendaire.

- Uhm, laisses moi réfléchir, c'est vieux, sans doute aussi vieux que tu te penses pour m'avoir trouvé trop jeune. Plaisanta la jeune femme avant de s'étendre à côté de lui, direct sur le tapis, le coude ancré dans les fibres duveteuses et le poing contre la tempe. J'sais pas exactement quand au juste, mais je sais que ça s'est fait avec le temps par contre ... Avant quand t'étais avec elle, Oui, Collins avait du mal à dire son prénom, comme si c'était une insulte parce que en un sens, aux yeux de la mexicaine, elle devait être l'une de ces fameuses autres qu'elle n'aimait pas non plus, et qui, heureusement, n'existaient plus aujourd'hui. c'était simple car j'y pensais pas et que je devais pas y penser non plus mais …. A renton, quand tu t'es approché en me disant que si tu voulais m'embrasser tu te priverais pas, je crois que ça à ouvert la porte à ce qui devait être déjà là sans que je m'en sois rendue compte. Un large sourire étira ses lèvres qu'elle termina par mordre en glissant la main libre contre sa gorge. Tu serais déçu si je te disais que j'étais donc, premièrement et sans le savoir une seconde, éprise de ce qu'il y avait dedans plutôt que de ta sexytude physique ? Un éclat de rire fila ses lèvres alors qu'elle dégageait les doigts de sa tempe pour ancrer le dos au sol, la tempe désormais contre lui, pour fixer le plafond. C'est de ton toi invisible que je suis tombée amoureuse en premier, et le reste …. Le reste me rendait cinglée juste. Tu m'as rendu chèvre bon sang Donovan, je savais pas quoi dire ou faire, tu m'troublais là bas au District et tu me collais des images dont j'avais pas l'habitude dans le creux de la tête.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Lun 26 Nov 2018 - 21:22
Trop jeune ? Le fait qu’il aurait pu littéralement être son père lui avait effleuré l’esprit ouais, mais Donovan en rajouta pas, fallait pas la vexer là. C’était pas le but maintenant que les choses allaient. Qu’elles allaient bien même. « Sérieusement la seule différence entre un fossile et moi, c’est le sex appeal. » Assurance un jour, assurance toujours, le tatoué afficha un large sourire. Bon évidemment, dans son crâne il avait pensé à une autre réponse mais Evy allait s’étouffer de toutes les conneries qu’il pouvait sortir. Et plutôt que l’étouffer, même avec son super sens de l’humour, Donovan préférait l’empêcher de répondre autrement. Non … pas ça, pas de suite, pas comme ça.

Fronçant les sourcils avec un sourire au coin des lèvres, Donovan la suivit du regard alors qu’elle s’étendait à côté de lui. Ça c’était fait avec le temps ? Putain ça c’était un truc qu’il comprendrait jamais, généralement les nanas se barraient avec le temps, elles en tombaient pas amoureuses. Quoique, qu’est-ce qu’il en savait dans le fond, il s’était barré lui aussi, souvent, surtout dernièrement. Le tatoué prit sa main dans la sienne, pressant doucement ses doigts fins entre les siens. L’évocation de Beatriz était gênante, douloureuse, autant pour l’un que pour l’autre, pour différentes raisons sans doute mais c’était là. Elle devait pas y penser, un peu comme lui. T’es vraiment qu’un enfoiré tu le sais ça.

Eprise de ce qu’il y avait dedans plutôt que par son physique ? Ça lui trouait carrément le cul, et ça le faisait flipper, autant que ça le surprenait. « Déçu … non. Mais par contre je remettrais carrément ton jugement en cause Collins … Pourtant t’avais pas fait de coma à l’époque … ou alors c’est le bâtiment qui t’est tombé sur le coin de la tronche qui t’a laissé des séquelles … » Gentiment, parce que les deux événements l’avaient inquiété, Donnie se foutait d’elle. Mais c’était aussi sa façon de lui dire ce qu’il pensait vraiment de ça.

Son regard gris qui s’était posé sur le plafond immaculé se posa plutôt elle quand elle s’étendit mieux à côté de lui. Sourire aux lèvres, Donovan souffla un rire par le nez, pas moqueur, pas ironique, non. Simplement charmé, séduit. « J’y peux rien … j’ai toujours aimé les challenge … » souffla-t-il avant de se redresser sur son coude, logeant son autre main à son cou. « T’sais … j’ai encore du mal à comprendre ce qu’il a ce moi invisible … J’suis pas sûr de mériter de le comprendre de toute manière mais … » Nouveau baiser, plus doux, pourtant c’était pas le manque de passion dans chaque atome de son corps. « Mais bon, j’suppose que j’ai pas besoin de comprendre ou d’être d’accord pour simplement être … bien avec toi. » Ouais, bien, il était bien et même mieux que bien.

Fronçant les sourcils, le militaire plongea son regard dans celui de la blonde. « T’sais … j’ai beau me foutre de toi, m’être grandement foutu de Sainte Marie-Evelyn … C’est pas un mal, attendre, avoir de la réserve … le tout c’est pas de le faire pour les autres, mais pour soi. » Si c’était à refaire, est-ce qu’il changerait sa vie de débauche ? Non sans doute pas, parce qu’il s’était payé trop de plaisirs en tout genre, mais peut-être qu’il y réfléchirait un peu plus. Il commencerait pas la clope pour se donner un genre, il se taperait pas la première nana qui passe juste parce qu’elle était belle. Enfin … ça c’était sur le papier, des mots dans son crâne. « Par contre le tatouage … ça … c’est vraiment dommage. » Elle aurait été belle et putain de sexy avec son histoire tatouée sur le bras.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Lun 26 Nov 2018 - 22:02
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


C'était quoi la définition du bonheur au juste ? C'était la question qui lui filait le crâne là, sa main glissée à son cou, là où il avait l'occasion de sentir vibrer chaque battement de cœur lui étant dédié. Sa définition du bonheur à elle, c'était lui, être avec lui, entièrement à lui, qu'il soit à elle. Étrange réciprocité pour deux personnes aux mondes et aspirations différentes mais, on disait que les contraires s'attiraient, enfin, il lui semblait avoir déjà entendu ça une fois ou deux. Lui et elle avaient pas embrassé la vie de la même façon mais, à se trouver dans le pire des univers, chacun avait logé un peu de lui dans l'autre. L'image du Ying et du Yang lui revint à l'en faire sourire plus encore tandis qu'il parlait de ses supposées séquelles suite à l'effondrement des baraquements desquels il l'avait tirée, puis du fait qu'il ne comprenait pas ce qu'elle lui trouvait vraiment. Ce qu'elle aimait tant chez lui et qui n'était pas forcément visible ou si, dans le creux de ses yeux. Savourant son baiser plus tendre, la jeune femme rouvrit les paupières pour s'y noyer, dans cet océan gris où la brume avait été chassée, puis glissa la langue sur ses pétales.

- Alors c'est tout ce qui compte. S'il était bien avec elle, c'était tout ce qu'elle désirait, qu'il soit juste bien, qu'il aille bien. Qu'il aille mieux. Exactement le vœux qu'elle avait fait en soufflant cette allumette en imaginant que personne ne se soucierait de son anniversaire, avant qu'il l'emmène ailleurs et chamboule complètement son univers. Sainte Marie Evelyn, elle roula des yeux avant de dévier le regard, peut-être un peu gênée de l'entendre se confier, s'ouvrir encore à elle, mais terriblement satisfaite malgré tout, avant de rire. Quant au tatouage, elle redressa le bras, encore avec un peu de mal, mais bien mieux que les semaines précédentes, pour contempler sa peau lisse et neutre de tout encrage. T'en fais pas, je l'ai fait pour moi aussi …. J'avais envie que ce soit toi. Lui qui lui fasse ressentir ce qu'elle avait pas ressenti avant parce qu'elle en avait aucun souvenir, puis finalement parce qu'elle était même pas sûre d'avoir fait quoi que ce soit. Mais si, sans quoi cette fois là, dans le bar du country club, n'aurait pas été aussi …... whoua ..... Elle rit en songeant à ça, exactement ce qu'elle avait pensé quand ses sens partaient loin, quand il lui avait semblé qu'elle quittait son corps tant c'était bon. Mais les tatouages ça, j'aurai sûrement fait une syncope avant que l'aiguille me touche. Puis qu'est-ce que j'aurai pu faire uhm ? Des croix, des p'tits cœurs et des chatons ? La blondinette en rit plus franchement avant de laisser glisser les doigts contre ses esquisses à lui, plus particulièrement celles qu'elle aimait. Ces deux là, je les aime beaucoup puis …. c'est ce que tu as dessiné sur mon épaule dans la chambre du country club. Je trouve qu'ils te représentent bien :  libre et drôle. Lui sourit-elle avant de l'attirer pour qu'il la surplombe.

Ça l'impressionnait toujours, pourtant elle adorait ça, qu'il contrôle les battements de son cœur, le chemin du sang qui lui brûlait presque les veines, qu'il ait prise sur sa respiration, le mouvement plus brusque de sa poitrine selon qu'il approchait ou reculait. Ses deux mains glissèrent à sa nuque avant de dévaler ses épaules, jusqu'à ses poignets où ses phalanges droites s'attardèrent à la chaînette qui l'avait visiblement jamais quitté.

- Tu sais ce qu'on est toi et moi mon cœur ? L'interrogea-t-elle en quelques murmures qui n'appartiendraient qu'à eux. On est comme le Ying et le Yang, tu as mis un peu de toi en moi et j'ai mis un peu de moi en toi. Donc y a vraiment rien à comprendre, juste que je t'aime et que tu m'aimes, le reste on s'en fout ça n'a aucune importance le temps qu'on s’appartient tous les deux. Evelyn haussa les épaules et laissa courir la pointe de son nez contre sa tempe, le creux de sa joue, pour enfin s'arrêter près de son oreille. Tu sens bon, et oui t'es gavé de sex-appeal, beau comme un dieu …... Sergent sexy Floyd. Sourit-elle, taquine, malgré la véracité de ses propos.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Mar 27 Nov 2018 - 6:58
C’était tout ce qui comptait ouais, c’était à ça qu’il se raccrochait. Il allait bien, et Evy allait mieux. Il la laisserait plus s’éloigner de trop et il s’assurerait de tenir la promesse de la protéger qu’il lui avait faite. Y’avait rien de plus important en ce qui le concernait, exception faite de Louisie évidemment. Sa Saint Marie-Evelyn. Il en esquissa un sourire en la voyant rouler des yeux comme une gamine agacée, puis sourire. Rassurante et rafraichissant, c’était elle. C’était son pouvoir sur lui, le tenir loin de ses pensées négatives et le pousser toujours vers le mieux, vers le bien. Evidemment rien était tout rose sinon ils auraient pas vécu ces merdes, elle les aurait pas vécu, mais finalement aujourd’hui, c’était réparé, corrigé. Tu l’effaceras jamais par contre. Non ça non, il garderait toujours ses propres erreurs dans un coin de son crâne, pour être sûr de pas les refaire.

Contrairement à d’autres erreurs qu’il se savait refaire, encore, et encore, si on lui donnait la chance de recommencer. J’avais envie que ce soit toi. C’était pas rien merde, il y avait mis les formes pour que ça soit mémorable, et il y avait aussi pris un pied d’enfer. Tout le monde y gagnait, peut-être que c’était là que ça avait vraiment commencé, pas avec son petit jeu mais au moment où il avait décidé de céder, qui sait ? « Hey dis pas du mal des croix, des cœurs et des chatons, j’connais des types très bien qui ont des chatons dans des cœurs avec des croix juste au-dessus de la fesse droite. » répondit le tatoué avec un sourire mais sérieux malgré tout, il en avait vu des collègues dans l’armée se désaper et arborer des tatouages ridicules, presque une marque de fabrique.

Des oiseaux ? Si Donovan devait se décrire comme un piaf, il aurait pris le corbeau, sa palabre, son côté supérieur, mais bon des hirondelles c’était quand même vachement plus classe et moins effrayant. « Oh t’sais, j’aurais pu m’faire tatouer une bite aussi, ça m’aurait bien représenté … et puis c’est ce que j’ai vraiment hésité à te dessiner sur l’épaule … » Le militaire arbora un air pensif, sérieux avant d’éclater de rire. Il aurait eu l’air con tiens avec une teub tatouée sur la main. Sans se défaire de son sourire alors qu’il la surplombait là, contemplant les mèches blondes qui auréolaient son visage, Donovan souffla par le nez. Mon cœur. Ça lui faisait encore bizarre, lui il était pas trop surnoms affectueux, mais si ça lui faisait plaisir à elle, Evy pouvait bien l’appeler mon cœur, mon choux, ou ducon.

Et puis s’il pensait que c’était déjà ringard, il aurait pas supporté ses mots là. Oh oui c’était un peu cheesy à ses yeux clairs, mais quelque part il aimait ce qui était ringard, les blagues, les déclarations, les fringues, la musique. Donnie l’écoutait, et souriait, et encore plus lorsqu’elle ajouta ce qui finalement était clairement le plus important dans tout ce discours ; il était sexy merde ! Genre le plus important ouais … « J’vais quand même apporter une correction à tout ça, j’ai mis beaucoup de moi en toi, assez souvent, parfois plusieurs fois dans la même journée mais j’me rappelle pas que l’inverse soit vraie … A moins que … » Le brun prit un air choqué, ramenant ses doigts tatoués devant sa bouche comme pour retenir un cri avant d’éclater de rire, ses doigts glissant à sa joue à elle. « J’t’aime Collins. » Il avait pas besoin d’en dire plus, si ?

En fait il se savait pas capable d’en dire plus pour l’instant, ces mots c’était déjà un truc genre énorme. Alors plutôt que de longs discours, le tatoué revint l’embrasser, plus tendrement, mais plus férocement aussi, sa main glissa à son flanc pour se nicher sous l’étoffe et profiter de sa chaleur. Il aurait pu la désaper là sur le sol et faire ce qu’il faisait de mieux en dehors de faire éclater des boites crâniennes avec son sniper, mais il le ferait pas. T’as changé toi. Enfin si peut-être qu’il le ferait en fait.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Mar 27 Nov 2018 - 15:48
Time flies, memories last


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Y avait vraiment des types avec ce genre de choses tatouée sur les fesses ? Elle en arrondit les yeux, peu certaine qu'il soit pas encore entrain de se foutre d'elle mais non, ça avait l'air sérieux. Cependant ce qui lui chatouilla l'esprit, dix secondes, avant de s'enliser dans ses yeux gris, c'était qu'il avait vu une paire de fesses masculines estampillées cœur, chaton et croix. Quant au retour de la bite elle ne put qu'éclater de rire. Pour sûr ça lui aurait ressemblé, au maximum de ce qu'il savait faire,  et bien faire en plus sourit sa conscience plus douce qu'elle ne l'était jadis. Mais imaginer ça sur le dos de sa main c'était : ridiculement hilarant. Elle le connaissait déjà d'ailleurs, à l'instant où il avait débouché le feutre au cassis, sans quoi jamais elle ne l'aurait mis en garde quant au dessin éphémère qui avait perduré jusqu'au lendemain. Enfin, il avait bavé un peu sur la fin de la nuit, sans doute parce qu'elle avait désiré profiter de son cadeau jusqu'à l'épuisement. Rose d'y penser, Collins termina son petit discours en quelques notes plus fraîches, plus à même de l'inviter sur d'autres rives, avant de piquer un super phare quant à sa correction. Y avait bien que l'air qu'il tirait qui laissait supposer l'innocence là, parce que tout le reste c'était ….

- T'es terrible, c'est tellement graveleux … T'es, c'est tellement .... Rouhhhh. Pivoine ou tomate, elle lui fila un petit coup sur l'épaule avant de terminer par rire.

Les pires conneries de l'univers pouvaient passer ce seuil là, elle en rosissait mais finissait par en rire. Mais son « j'taime » la cloua sur place, peut-être davantage que le baiser qui c'en suivit. Enfin plutôt au sol d'ailleurs, dans les fibres duveteuses du tapis contre lequel, deux mois plus tôt, elle était aussi allongée mais plus vraiment capable de s'en souvenir étant donné l'alcool qui noyait son sang. Un silence perdura, le temps qu'elle laisse les petits cœurs invisibles faire la ronde autour de sa tête, et aussi la chaleur irradiante dans son cœur s'étendre dans la moindre de ses fibres. Elle réalisait pas vraiment là, alors qu'il la surplombait et que ses mains imprimaient les détails de sa peau, qu'il était entièrement sien. Evelyn en mordit sa propre lèvre malgré le large sourire qui y subsistait. Dur de rester insensible avec lui, dur de lui en vouloir pour toutes les conneries qu'il avait dites, toutes les moqueries qu'il s'était plu à lui sortir, tout le mal qu'il lui avait fait en ne désirant que la protéger de lui même. Elle l'aimait, il devait pas imaginer à quel point elle l'aimait. Elle n'était qu'un vase empli de sentiments, d'émotions et d'amour pour lui, et ce truc débordait sans pourtant jamais se désemplir. Comme une fontaine en somme, ça ne cessait jamais, ça tournait en boucle.

Elle avait chaud sans vraiment être brûlante, simplement bien comme elle n'avait été bien avec aucun autre. S'il y avait un homme capable d'envoyer sa pudeur au tapis, pour quelques minutes, c'était lui. Aucune différence quand ses mains courraient contre elle et quand les siennes s'imprégnaient de sa douceur, juste sous son t.shirt qui lui semblait déjà de trop. Du bout des doigts la jeune femme dessinait des esquisses qui n'existaient pas, mordillant son sourire plus encore, jusqu'à se redresser pour capturer ses pétales du bout des siens. Plus chaudement, avant de ceinturer sa nuque à deux bras pour s'étendre contre son corps sans malgré tout toucher de nouveau terre. Cette impression de n'être qu'une poussière, aussi légère qu'une plume quand elle était dans ses bras, c'était délirant.

- Tu sais, j'étais prête à te faire une blague, te dire que finalement le jeu j'avais pas précisé pour te proposer vraiment un autre jeu que le Monopoly mais là ….. J'ai plutôt envie de tester le confort du tapis. Rit-elle. Les joues poudrées, Evy l'invita à y ancrer le dos à ce fameux tapis, échangeant leur place avant de déboutonner doucement les pressions de son corsage. Et va pas croire que c'est l'truc hyper graveleux qui m'a donné des idées …. Abandonnant le déboutonnage sans le terminer, elle le désigna d'un geste ample de la main avant d'agripper l'ourlet de son t.shirt pour le lui retirer. C'est tout ça là …..... Si t’existais pas, si je te connaissais pas, je serai incapable de t'inventer mais tu me manquerais j'le sais. T'es comme un poison dont je peux pas me passer. Ses phalanges filèrent contre lui, tout comme ses lèvres qui s'attardèrent à sa gorge tandis qu'elle dégageait les mèches blondes contre son épaule. Alors, tu le trouve confortable c'maudit tapis ? Elle rit mais pas sans cesser d'égrainer quelques baisers contre sa peau.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   Mar 27 Nov 2018 - 22:03
Fier de son petit effet, de sa petite connerie qu’était plutôt une très grosse connerie – et pas qu’à cause de la taille de son engin – Donovan esquissa un sourire en la voyant passer par toutes les nuances de rouge possibles et imaginables. « Ouais mais ça te fait rire, c’est le principal pour moi … t’sais c’qu’on dit en plus … femme qui rit … » Complètement dans son lit, bon ça s’était pas toujours vérifié pour Donnie mais dans leur cas à eux deux, ça se vérifiait, souvent, tous les jours, tous les soirs désormais. La pensée lui arracha un nouveau sourire, pas ce sourire sûr de lui, juste celui du type content.

Ses doigts contre sa peau l’invitaient surtout à penser à autre chose là, autre chose que le monopoly, que le scrabble, que tout jeu de société en fait. Il s’en lassait pas, d’elle, de ce qu’elle lui faisait ressentir, vivre. Est-ce que c’était la première fois ? Donovan savait pas, il savait plus, ça aurait été reconnaître que ses précédentes histoires étaient moins intenses, moins brûlantes, moins rassurantes. Peut-être pour ça que finalement, tout s’était fini, bien ou mal. Alors que là, comme des aimants, ils revenaient toujours l’un vers l’autre.

« Tester le confort du tapis … ? » Ses billes grises détaillèrent son expression, ses joues rosées alors qu’il s’étendait sur le dos. Ah ouais … mon con t’as bien fait de pas insister sur le Monopoly en fait … Incapable de détourner son regard, Donovan la détailla juste dans chacun de ses gestes, étouffant un petit rire à son aveu. « Tout ça ? » Le t-shirt sur la tête, le tatoué s’en débarrassa, écoutant la suite de ses mots. Un poison, c’était bien ce qu’il était quelque part. Il l’avait blessée, il était dangereux pour Evy, mais il était là, dans ses veines, comme elle était dans chaque parcelle de sa peau, sa chaleur imprégnée sur son épiderme.

Si le tapis était confortable ? « Il gratte un peu le dos, j’t’épargne ça parce que t’es pas encore parfaitement remise et manquerait plus qu’tu chopes une allergie à la moumoutte là … » Oh il pouvait encore sortir une chiée de conneries, même là alors que ses mains glissaient à ses hanches, la ramenant contre lui pour l’embrasser. Sans équivoque. Son corps lui soufflait dans chaque geste qu’il la voulait là, ici ou ailleurs, dans le fond ça avait pas d’importance. « Tu te rappelles … qu’t’as essayé de m’faire ton numéro de charme ici ? » Ses doigts courraient sur sa peau, sourire aux lèvres qu’il revint sceller à celles de la blonde en se rappelant cette soirée. C’était comme cette soirée-là, comme cette journée-là. Sauf qu’il y avait des mots en plus désormais, qu’il regrettait pas, même s’il flippait encore un peu.

Glissant ses mains à son visage, le tatoué plongea son regard dans celui de Collins. « T’es sûre ? Tu vas pas faire une syncope ou mourir de honte dès que quelqu’un posera son cul sur le canapé juste là … » Faudrait vivre avec le souvenir sulfureux de leur étreinte sur la carpette après, lui c’était pas un problème, mais il aimait voir le rouge à ses joues, chaque hésitation balayée par chaque décision.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Time flies, memories last   
Revenir en haut Aller en bas  
- Time flies, memories last -
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Wrong Time, Wrong Memories...
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: