The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Just something I can turn to. -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 208
Age IRL : 26
MessageSujet: Just something I can turn to.   Jeu 22 Nov 2018 - 11:11
Ne me regarde pas comme ça... Je sais... Souffla-t-elle d'une voix éteinte.

C'était sa présence qu'elle sentait derrière elle. Quasiment constamment. Et la seule chose qui la maintenait en vie et "heureuse". Ce mot était cependant trop grand pour être le bon. Lorsqu'elle se retourna, elle vit sa silhouette massive, ses grands bras croisés sur son torse mais surtout, son regard inquiet. Celui qu'il avait toujours lorsqu'elle ne faisait pas ce qu'il voulait d'elle. Même après ces cinq mois loin de lui, sans espoir de le revoir vivant, elle cernait ses mimiques. Elle le connaissait si bien. Même le timbre de sa voix revenait sans cesse dans son esprit, grave, chaud. Un souffle à ses oreilles qui l'apaisait.

Je n'ai juste pas sommeil. Lui fit-elle.

Elle mentait. En fait, elle était épuisée. L'accouchement n'avait pas été de tout repos, et elle peinait à s'en remettre. Mais elle avait aussi du mal à tenir en place. Au moins, Caroline lui avait fait la faveur de ne pas la mettre dans la même pièce que son fils. Même si elle craignait qu'aucun lien ne se tisse entre les deux, Liv lui avait annoncé très clairement qu'elle ne comptait pas l'aimer. En fait, c'était plus que ça : elle ne pouvait pas. Sa tête se refusait à passer ce pas : s'accrocher à lui lui était tout bonnement impossible, sinon insupportable.

Olivia avait conscience que c'était tout bonnement incompréhensible. Mais elle ne demandait pas à ce qu'on la comprenne, seulement à ce qu'on la respecte. Et dans ce groupe, après avoir été passé au crible par un conseil qui n'avait pas été si tendre, elle comptait être comme il le fallait. Le reste n'avait aucune importance, quelqu'un s'occuperait de l'enfant, l'aimerait comme il le fallait. Et Caroline avait l'air bien partie pour ça. Elle avait noté l'attachement de cette dernière, le plaisir dans ses yeux lorsqu'elle les posait sur ce petit corps minuscule. Et sans suivre le fil de ses pensées, elle soupira :

Dormir sans toi, c'est presque impossible. Avoua-t-elle d'une voix éteinte. Assise sur le bord d'une des chaises, elle pouvait voir à travers la fenêtre en face d'elle le soleil peinait à émerger derrière les nuages. Le temps n'était pas engageant. La vie pas d'avantage.

Mais le crissement d'une porte la sortie de sa torpeur. En quelques enjambées sur le sol usé, la silhouette chétive d'Ashley apparut dans son champ de vision. Elle fronça les sourcils d'étonnement, avant de scruter la jeune femme avec une pointe de gêne :

Il est tôt. Fit-elle. Sa montre n'avait pas passé les six heures du matin. Désolée si je t'ai réveillé...


I don't wanna be alive
I've been on the low. I been taking my time. I feel like I'm out of my mind. It feel like my life ain't mine. I want you to be alive, you don't gotta die today now lemme tell you why by astra
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ashley Good
membre du conseil | The Haven
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Beretta, couteau de chasse, machette, matraque télescopique
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/11/2016
Messages : 3347
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Just something I can turn to.   Ven 23 Nov 2018 - 11:48
Difficile. C’était le premier, et même le seul, mot qui venait à l’esprit d’Ashley depuis qu’elle était arrivée ici à Fort Nisqually. Deaglan avait eu la bonté d’accueillir son groupe, sa famille. Même mieux, il avait veillé sur Hope en attendant qu’elle rejoigne le reste du groupe. Si la jeune femme ne parvenait pas à se sentir à l’aise ici, à y trouver ses marques, y poser de nouveaux repères, au moins elle pouvait se rassurer là-dessus. Hope aurait toujours un foyer, des personnes qui veilleraient sur elle.

Quelques jours étaient passés, dix-neuf depuis sa mort, dix-sept depuis que Connor l’avait contrainte à quitter le ranch, seize depuis qu’elle se forçait à ranger dans des boites chaque problème. Tant et si bien que son cerveau aurait sûrement des épaules de déménageurs avant la fin du mois, mais la technique avait le mérite de fonctionner à peu près. Les problèmes, les doutes, les douleurs étaient soigneusement empaquetés, sauvegardés pour plus tard, prêts à être oubliés. Un jour. Comme tant de souvenirs laissés à la poussière dans un grenier.

Peu de temps après leur arrivée, Caroline était revenue du No Man’s Land accompagnée d’une jeune femme et d’un bébé, leur situation avait été longuement discutée, mais il était évident qu’aucun des deux ne serait renvoyé sur la route. C’était bien cela leur mission ? Cette mission, ce rôle, cette capacité à laquelle Connor lui avait conseillé de se raccrocher, parce que c’était ce qu’elle savait faire. Olivia et Nicolas les avaient donc rejoints, mais à la surprise d’Ashley, la jeune maman ne semblait pas attachée à son nourrisson. Et dans son regard, la brune avait l’impression de voir une tristesse identique à la sienne, l’ombre d’un chagrin que peu pouvaient comprendre.

Ce matin-là, Ashley se réveilla dans le dortoir, parce que Hope le lui avait demandé, pour rester proche de cette famille retrouvée. La jeune mère n’avait pas cillé, pour sa fille, elle ferait tout, même endurer tout ce qu’elle lisait dans le regard des autres, dans ce qu’ils ne disaient pas. Au petit matin, elle quitta l’espace aménagé pour la nuit et entendit une voix. Prête à s’excuser du dérangement, Ash’ vit qu’Olivia était là, seule. « Tu ne m’as pas réveillée. » souffla-t-elle simplement d’une voix encore faible, elle ne dormait presque pas de toute manière.

« J’aurais pensé que tu … dormirais un peu plus. Tu as besoin de reprendre des forces. » Mais elle ne la forcerait pas à dormir, elle ne la forcerait à rien, comme elle appréciait que l’on la laisse dans son coin la majeure partie du temps. « Tu as tout ce qu’il te faut ici ? » La question était matérielle, tout comme elle pouvait être plus spirituelle, Olivia y verrait ce qu’elle avait envie et besoin d’y voir. Ashley savait en prenant son propre exemple que si le matériel était comblé, son esprit lui manquait de tas de choses, son cœur également. Elle ne manquait que d’une seule chose ici, lui.

Tirant doucement une chaise jusqu’à la toute jeune maman, Ashley s’installa. C’était plus simple finalement d’être près de ces personnes qui ne la connaissaient pas. Pour autant, sa décision de ne pas garder son fils auprès d’elle lui apparaissait douloureuse, étrangement proche de ce qu’elle avait pu vivre quelques heures avant que sa mère ne la résonne.


   
Fighting through grief
So it’s true, when all is said and done, grief is the price we pay for love. (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 208
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Just something I can turn to.   Ven 23 Nov 2018 - 12:51
Elle baissa le regard, le ramenant vers ses mains jointes sur ses cuisses. Un petit pincement au coeur à l'idée d'être de trop possiblement. Peut-être était-ce dit à la mine fatiguée qu'arborait Ashley depuis qu'elle la connaissait. A croire que cette femme avait vécu d'avantage que ce qu'elle le laissait croire. Il y avait aussi cette lueur qu'elle reconnaissait, pour la croiser parfois dans le miroir lorsqu'elle y passait : celle des femmes qui avaient beaucoup trop perdus.

Il parait oui. Souffla-t-elle. Elle avait besoin de repos, de dormir. Mais Olivia avait cette capacité un peu folle de se mentir à elle-même constamment. C'est... c'est difficile de se réhabituer à tout ça. Expliqua-t-elle à demi-mot. Au No Man's Land, on prend l'habitude de ne dormir que d'un oeil. C'est... Le changement d'environnement, tous les repères qu'on doit se refaire.

Olivia n'en avait aucun ici, à part Caroline. La vétérinaire était la seule à la visiter aussi régulièrement, à lui parler avec patience, à essayer de comprendre. Elle s'investissait à ses côtés, de son temps et de sa volonté, en se tuant parfois pour ne pas s'attacher à Nicolas. Caroline compensait tout l'amour qu'elle ne donnerait jamais à son fils, et ça lui convenait bien ainsi. Aurait-elle mieux de toute façon à lui offrir qu'une mère capable de l'adorer ? Elle ne s'en sentait vraiment pas les épaules, malgré les arguments qu'on lui martelait pour ça.

Tu dois comprendre ce que je veux dire. Sinon, tu ne serais pas debout aussi tôt. Fit-elle avec un sourire gêné. Les gens qui parvenaient à dormir sereinement étaient définitivement trop rares. La conscience travaillait absolument tout le monde, elle torturait d'avantage qu'une corde ou qu'un couteau. A part si tu as une garde qui commence bientôt ? Tenta-t-elle pour ne pas mettre trop les pieds dans le plat.

Que savait-elle de cette femme ? Que savait-elle de la routine de ce campement ? Absolument rien comparé à tout ce qu'il y avait à apprendre. Et parfois, la tâche lui semblait si rude qu'elle se disait que c'était désespéré. Il y avait une histoire chez chacun, qui peut-être, lui permettrait d'oublier la sienne propre. Etait-ce seulement possible ? D'oublier Calvin, et cette promesse qu'il n'avait pas tenu...

Cependant, l'intérêt d'Ashley, même si froid - qu'elle mettait sur le compte de la fatigue - lui permit de passer à autre chose dans sa tête :

Tout dépend pour quoi. Admit-elle. Elle ne pouvait pas être exigeante, mais elle avait envie de faire mieux que seulement peiner à se lever et marcher. Il fallait être patiente, non ? ça lui semblait difficile, mais Olivia se ménageait : Du vrais matériels de cuisine ne seraient pas de trop, mais je crois comprendre que votre emmenagement est récent et que ça n'est pas votre priorité. Elle lui fit un sourire accueillant, qui malgré sa fatigue évidente, rayonnait sincèrement : Et toi alors ? Tu as tout ce qu'il te faut ?


I don't wanna be alive
I've been on the low. I been taking my time. I feel like I'm out of my mind. It feel like my life ain't mine. I want you to be alive, you don't gotta die today now lemme tell you why by astra
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ashley Good
membre du conseil | The Haven
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Beretta, couteau de chasse, machette, matraque télescopique
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/11/2016
Messages : 3347
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Just something I can turn to.   Sam 24 Nov 2018 - 9:06
Il paraît oui. Ashley crut s’entendre dans cette phrase qu’elle se répétait mentalement à chaque fois que quelqu’un lui rappelait qu’elle devait encore se reposer, que ses plaies n’étaient pas entièrement cicatrisées, que son chagrin passerait ou qu’elle finirait par prendre ses marques ici et s’y sentir à sa place. Elle laissa Olivia expliquer peut-être un peu plus les raisons de sa présence là, plutôt qu’au chaud dans un lit à se reposer de l’épreuve physique qui était sans doute la plus difficile de la vie d’une femme. Du moins, Ash’ se la rappelait ainsi. Le No Man’s Land, elle n’y avait jamais mis les pieds pour sa part, mais des dires de plusieurs personnes ici, c’était un peu comme une aire de repos pour les survivants solitaires. C’était aussi un endroit où les informations s’échangeaient comme les vivres, les munitions. Un autre monde en somme.

Le changement d’environnement et la perte de repères. Ashley haussa les sourcils avec un sourire triste, cela aussi elle pouvait le comprendre. C’était sans doute même des mots qu’elle avait prononcé depuis son arrivé ici. « C’est le plus dur dans ce monde … Recommencer. » Encore, et encore, et encore. Comme si la survie et le danger n’étaient pas suffisants et qu’une touche de désorientation en plus rendait cela plus piquant. « Je … comprends oui. Ça fait pas longtemps qu’on est là, t’as dû l’entendre … C’est pas ma maison ici. » Sa maison, c’était dans le regard de sa fille et dans les souvenirs encore trop douloureux qu’elle avait rangé dans une boite.

« J’évite encore les gardes, autant que possible. » Soulevant son t-shirt, elle exhiba le magnifique pansement que Caroline avait changé la veille. D’après elle, dans une grosse semaine, peut-être deux, elle serait remise de cette blessure-là. C’était encourageant, même si Ashley ne voyait pas ce que cela changerait, tout ferait toujours aussi mal dans le fond. Remarque, cela changerait qu’elle pourrait faire plus de gardes, plus de rondes, qu’elle pourrait sortir pour extérioriser tout ce qui la rendait folle. Qu’elle pourrait sortir et revenir là-bas, juste une fois. Sortir et retrouver celui qui avait fait ça. Sortir et ramener Addison et Damian à la raison. La jeune femme inspira longuement. Ouvrir une boite, y ranger tout ce merdier, refermer la boite et la pousser plus loin.

Discuter avec Olivia, elle était là pour ça. Elle était douée pour ça, c’était son rôle ici, dans ce groupe, dans ce conseil. Ashley était celle qui écoutait, qui comprenait. Alors, Olivia avait-elle trouvé tout ce dont elle avait besoin ici ? Du vrai matériel de cuisine ? Ash’ esquissa un sourire. « Je suis sûre qu’Elena sera ravie de monter une expédition pour te trouver ce qu’il faut, et … ça fera sans doute plaisir à tout le monde de pouvoir cuisiner un peu. Y’a pas vraiment de priorité qui tienne, on doit faire de cet endroit notre maison non ? » Non. Ils ne devaient rien faire du tout, ils étaient libres de faire de cet endroit ce qu’ils voulaient. Une boite de plus Ashley. Mais quand la jeune maman lui retourna la question, les déménageurs dans son crâne lâchèrent le carton, répandant dans son esprit tous les souvenirs, les bons comme les mauvais.

Glissant sa langue sur ses lèvres, Ashley détourna le regard un instant. « Ma fille est là. » C’était tout ce qui importait pour elle, en un sens c’était tout ce dont elle avait besoin, le regard de sa gamine, sa force innocente d’enfant. Pourtant il lui manquait tant parce qu’il lui manquait tant. « Je suppose que tout le reste … le … matériel … ça prendra du temps. » Forçant un sourire sur ses traits, Ashley reposa son regard sur Olivia. « Hope, c’est vraiment la seule chose vraiment importante de ma vie, j’ai juste besoin d’elle. » Comme elle aurait dû avoir besoin de son fils qu’elle avait pourtant confié à une autre.


   
Fighting through grief
So it’s true, when all is said and done, grief is the price we pay for love. (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 208
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Just something I can turn to.   Sam 24 Nov 2018 - 15:40
« C’est la première fois que je recommence… Comme ça… » Expliqua-t-elle en désignant de sa main cet instant. Elle ne parvenait pas à traduire concrètement à Ashley ce que ça voulait dire pour elle « comme ça ». Sans Calvin, à priori. Sans son mari, qui avait pris les décisions qui s’imposaient à chaque fois. Olivia avait vécu en duo à partir du moment où ils étaient mis ensemble jusqu’à sa mort. Le fait de ne plus l’avoir à ses côtés lui donnaient l’impression de faire un marathon avec deux boulets accrochés aux chevilles : « Vraiment… Seule je veux dire. »

Dans son discours, nulle mention de Nicolas. Le bébé y était inexistant, comme s’il n’avait jamais fait parti de l’équation, ou comme s’il y avait disparu avec quelques inconnues. Elle ne se dit pas sur l’instant que ça pouvait paraitre douteux pour son interlocutrice, qui elle se définissait réellement comme une mère. Sans doute n’aurait-elle, pour sa part, jamais la maturité d’Ashley sur ces sujets. Etait-elle pour autant une mauvaise personne ?

« Ouille, ça a l’air sérieux. » Fit-elle avec un froncement de sourcil soucieux pour la jeune femme. Le bandage donnait vraiment l’impression d’être grand comparé à la petite brune. Mais un rien aurait pu paraitre gigantesque à côté d’elles de toute façon. « Tu te remets ? » S’enquit-elle.

Elle parlait physiquement, surtout, sans rentrer dans les détails. Tout ça était à la discrétion d’Ashley, et elle doutait que le souvenir soit si facile à offrir pour l’instant. Des visages fermés qu’elle avait pu voir jusqu’ici, Olivia comprenait que quelque chose s’était passé. Mais aucun n’avait vraiment pris la peine de lui expliquer. Elle n’avait que les très grandes lignes, rien sur la douleur, les pertes ou le chagrin. Même Ludwig, avec qui le contact lui semblait facile, n’était pas spécialement bavard sur cette période précise. Il parlait cependant du reste, de ses passions, avec légèreté.

« Alors, je ferais une liste. Et je ne demanderais que ce que les gens pourront identifier. » Blagua-t-elle avec un sourire taquin. Pas de pinceaux ou de branleuses, de sacs, de pipettes à jus,… « Ou alors j’irai moi-même, ça serait peut-être encore plus simple. Une fois remise, évidemment. » Ajouta-t-elle.

Et sans doute aurait-elle dû voir le double discours dans la réponse d’Ashley. La seule chose vraiment importante dans sa vie. Olivia esquissa un sourire, pas spécialement attendri, mais doux en tout cas. Elle n’était pas sensible à ce genre de lien parce qu’elle n’avait pas l’impression de devoir l’être, mais elle comprenait l’attachement.

« Hope… C’est la petite blonde, c’est ça ? » S’enquit-elle ensuite : « Je n’ai pas croisé ou rencontré tout le monde. Les noms m’échappent encore. » Et il y en avait une cinquantaine à retenir ! Autant dire qu’il allait lui falloir du temps : « Vous êtes si nombreux ici, je ne crois pas avoir déjà vu une aussi grosse communauté… A part au stade, durant les premiers mois. » Fit-elle, plus pour elle-même. « Tu es de la région aussi ? Je veux dire… ça s’attend peut-être, mais je ne suis pas du tout du coin. Et il n’y a pas beaucoup de confrère de Chicago j’ai l’impression. »


I don't wanna be alive
I've been on the low. I been taking my time. I feel like I'm out of my mind. It feel like my life ain't mine. I want you to be alive, you don't gotta die today now lemme tell you why by astra
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ashley Good
membre du conseil | The Haven
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Beretta, couteau de chasse, machette, matraque télescopique
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/11/2016
Messages : 3347
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Just something I can turn to.   Sam 24 Nov 2018 - 16:37
C’était la première fois qu’elle recommençait comme ça ? Ashley fronça les sourcils, pas certaine de comprendre ce qu’Olivia voulait dire. Seule peut-être ? Entourée de personnes qu’elle ne connaissait pas dans un lieu qu’elle ne connaissait pas ? Sans doute un peu de tout cela finalement et la brune afficha un air désolé, parce qu’elle savait que les recommencements n’étaient jamais faciles. Combien de fois avait-elle recommencé dans sa vie ? En apprenant sa grossesse, en retrouvant sa mère, après la naissance de Hope, au début de la fin, quand sa mère était décédée, quand elle avait trouvé le ranch, quand elle l’avait retrouvé. Quand elle lavait perdu et qu’elle avait perdu le ranch. Ce n’était que des murs, ce qui était important était là, pourtant rien n’était facile ici. Sauf peut-être en discutant avec Deaglan ou Romy ou même Olivia ici présente. Vraiment seule je veux dire. Elle la comprenait, sans la comprendre, car son fils était là. Mais chaque chose en son temps.

« Doucement oui … D’ici quelques jours ou semaines tout au plus je serai comme neuve. » Haussant les épaules, la brune reprit. « Quelque part, si on enlève la … mauvaise surprise, c’est pas aussi douloureux qu’un accouchement. » Peut-être plus traumatisant en revanche, mais c’était loin d’être le pire de cet affrontement à ses yeux clairs.

Ashley esquissa un sourire sans réelle joie, la perspective de monter une expédition même pour des choses en apparence aussi futiles que des ustensiles de cuisine, c’était une preuve qu’ils pouvaient tous recommencer, reprendre leurs vies. En laissant les cartons dans un coin, par sécurité, pour ne pas souffrir. « Je suppose qu’une fois remise, il y aura aucun souci à ce que tu te joignes à un groupe en sortie, tu dois savoir te débrouiller là-dehors. » Du moins Ash le supposait, car elle ignorait son parcours avant, d’où elle venait.

« Oui, la petite blonde avec sa poupée Barbie. » Sacrée Barbara, personne ne savait réconforter Hope comme cette poupée à la vie farfelue. Olivia confia ensuite qu’elle avait visiblement du mal à mettre un nom sur chaque visage, comme lui en vouloir, ils étaient nombreux, si Ashley n’avait pas déjà connu tous ces gens avant, sans doute aurait-elle été dans le même trouble. La plus âgée évoqua le stade, Ash’ en avait entendu parler de ce stade mais jamais elle n’y avait mis les pieds. Les premiers mois avaient été passés entre l’école de Hope et la maison de sa mère, les grosses communautés n’avaient pas été son fort à l’époque.

« Née et élevée à Seattle. » Elle n’avait jamais voyagé, c’était peut-être triste en y repensant, Ashley ne connaissait rien du monde si ce n’était les routes de l’état qu’elle parcourait depuis que le monde s’était effondré. « C’est comment ? Chicago ? Enfin … Si c’est trop dur de parler de là-bas, t’es pas obligée. » C’était agréable pourtant de parler d’autre chose avec quelqu’un qui sincèrement ne pouvait pas lui parler de Jon faute de le connaître. Ce n’était pas de l’évitement, c’était simplement une discussion entre deux inconnues qui faisaient connaissance.


   
Fighting through grief
So it’s true, when all is said and done, grief is the price we pay for love. (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Machette, poignard militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/01/2018
Messages : 208
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Just something I can turn to.   Sam 24 Nov 2018 - 16:57
« Je me débrouille, oui. J’y ai passé quelques mois avec mon mari. » Son sourire ne se fit pas plus mince, mais beaucoup moins sincère l’espace d’une seconde. L’évoquer à haute voix lui donnait l’impression de sentir un poids peser sur son ventre. Elle ne s’attendait pas à l’effet que ça lui fit, encore moins d’endurer cette pression qui lui coupa presque le souffle.

Heureusement, Ashley parvint à lui changer les idées. Parler d’Hope et sa poupée Barbie avait au moins le mérite de lui faire penser à autre chose. Et pas à cette absence, à ce vide assourdissant qui la rendait folle progressivement. Ses yeux cherchèrent brièvement dans la pièce la présence de Calvin, sans la trouver. Peut-être qu’une pointe d’angoisse naquit dans son regard, et la seconde question d’Ashley la sauva à nouveau. Chicago… Elle devait penser à sa ville natale, à l’ambiance dans les rues. L’agressivité ambiante, et cette vie débordante qui n’en finissait jamais.

« Grand. » Confia-t-elle soudainement. « Très vivant, aussi. Et parfois violent. Il n’y avait pas une semaine sans une fusillade, mais c’était à cause du clivage entre les communautés. » Il y avait des quartiers extrêmement pauvre, isolés, d’autres tellement riches que la luxure transpirait sur les murs. Un style propre à l’Amérique… « J’aimais bien quand même. Il y avait quelque chose de très authentique là-bas, immense. Comme si la ville avait tellement d’histoire à raconter. Tellement de lieux à faire découvrir. »

Sûrement parlait-elle avec le regard de celle qui avait laissé sa maison là-bas. Ce qui avait rendu Chicago si exceptionnelle à ses yeux, c’était la présence de ses grands-parents. Depuis leurs décès, tout avait changé à dire vrai. Ça n’était que la Nostalgie qui parlait, le souvenir éteint de ces longues discussions avec sa petite mamie, posées toutes deux sur le canapé du salon à se tenir la main durant des heures interminables. Jusqu’à l’apparition de son papi, demandant à pouvoir aller se coucher avec sa petite – toute petite – femme.

« Si tu veux aller plus loin… » Ajouta-t-elle sur le ton de la confidence à Ashley, se penchant vers l’avant comme pour lui dire un secret : « J’ai passé trois ans à Paris, et deux à Rome. Et c’est encore plus différent de ce qu’on connait ici. » Elle hocha la tête pour appuyer son point de vue : « C’est à Rome où j’ai mangé les meilleures pizzas du monde. Même à Chicago, on ne fait pas aussi bon. »

Son sourire s’étendit. Elle avait appris à les faire, ces pizzas. Mais maintenant, elle n’était pas persuadée de trouver ce qu’il fallait pour ce petit plaisir.

« Deux villes qui ont l’air minuscule à côté de chez nous. Même Seattle, c’est autre chose. Quand on lève les yeux, ça ne s’arrête jamais. Alors qu’en Europe, ils n’ont absolument pas la culture des grandeurs. » Cependant, leurs Histoires étaient plus anciennes encore. « Désolée. Je pourrais te parler de ça pendant des heures, tu risques de t’endormir sur la table a force. »


I don't wanna be alive
I've been on the low. I been taking my time. I feel like I'm out of my mind. It feel like my life ain't mine. I want you to be alive, you don't gotta die today now lemme tell you why by astra
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Just something I can turn to.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Just something I can turn to. -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» (aria) a queen will always turn pain into power
» Thousands of Haitians turn out to call for Aristide's return
» India helps Haiti slum dwellers turn trash to cash
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: