The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Crush me but promise me you’ll never let us go -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zack M. Atkins
Administrateur
Zack M. Atkins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 4139
Age IRL : 26
MessageSujet: Crush me but promise me you’ll never let us go   Crush me but promise me you’ll never let us go EmptySam 17 Nov 2018 - 0:43




Vendredi, 16 Novembre 2018





Les jours s'enchaînaient dans ce foutu dispensaire, et le blond avait l'impression qu'il était là depuis une éternité, depuis bien trop longtemps. Il n'en pouvait plus de rester là à longueur de journée, à ne rien faire d'autre que vaquer entre sommeil et éveil ennuyeux. Pour autant, sa situation psychologique avait encore évolué depuis sa discussion avec Nathan, près d'une semaine plus tôt : il se souvenait. Le brun et lui avaient parlé de ce qui était arrivé, Zack avait demandé des réponses. Il les avait obtenues. Et le prix à payer était des plus lourds.

Les jours qui avaient suivi ces informations furent surtout emplis de culpabilité. Il s'en voulait d'avoir fait porter à Morgan le décès du journaliste, de lui avoir quasiment craché à la figure de dégager, de l'avoir jetée de la sorte. Parce-qu'il était blessé, autant de la perte de Kyle que de son incapacité à se souvenir. Il avait été blessé, en colère, mais ce n'était rien comparé à ce qui l'accablait maintenant. Parce-que maintenant il se souvenait. Près de trois jours auparavant, les cauchemars avaient commencé. Et il s'était rappelé. De l'arrivée de ces paysans, de sa volonté d'alerter toutes les personnes du District, de cette roquette qui avait explosé sa maison. Leur maison. Il s'était revu courir à l'intérieur, voir l'état alarmant de Morgan. Puis le corps de son compagnon. Les souvenirs étaient-ils mieux que le néant ? Assurément pas.

Lorsqu'Ansel était venu la veille, il lui avait balancé sans la moindre gène qu'il avait une mine horrible. Il s'en doutait évidemment. Ses cernes devaient cercler ses prunelles claires, ne les rendant pas plus habitées pour autant. Sa barbe s'était installée sans qu'il ne s'en soucie, ayant au moins l'avantage de masquer un peu ses joues creusées bien qu'elle ne pouvait rien pour son teint sans doute trop pâle. Il était souvent tremblant. L'angoisse ? Les médicaments ? La rage ? Il avait arrêté de se poser la question tout comme il avait arrêté de vouloir faire taire cette voix qui lui hurlait qu'il n'avait été qu'un con, cette voix lourde de reproches qui faisait ployer sur ses épaules une culpabilité qu'il ne supportait que difficilement. Elle se faisait d'autant plus forte lorsqu'il fermait les yeux et que, derrière ses paupières, se dessinait la dernière image qu'il avait eu du journaliste. Si la peine était moins dévorante et destructrice que celle qu'avait provoqué la mort de Stew, elle n'en n'était pas moins douloureuse. Dieu qu'il aurait préféré y rester à sa place... y rester lui pour que tous les siens puissent s'en sortir.

Déglutissant difficilement pour ravaler cette boule dans sa gorge, Zack observait cette nuit là le rideau immobile en face de son lit. Tout était calme, trop calme, hormis les flots au dehors. Bruissements qui lui rappelait autant sa crainte que leur vie au phare. Là-bas, tout avait semblé bien mieux, comme une promesse d'avenir. Renton avait porté cette même promesse. Et maintenant il n'en restait rien. Plus rien que ces vagues sinistres. Ça et la déception, et la culpabilité. Il ne cessait de penser à Morgan. Comment avait-il pu, une fois de plus, la jeter de la sorte ? Comment avait-il osé ? Elle aussi avait souffert, ses larmes l'avaient témoigné, et lui y était resté de marbre, pour se protéger, se préserver. Et maintenant que tout lui pétait à la gueule il en venait à l'évidence qu'il n'avait jamais vraiment oubliée : il ne pouvait pas mener une vie sans elle. Il s'était promis de ne plus perdre aucun des siens, l'avait espéré plus que tout, et pourtant il l'avait rejetée, elle.

Se redressant dans son lit en grimaçant, il prit quelques minutes, assis au rebord, pour s'assurer qu'il ne tomberait pas au sol une fois debout. Cette putain de blessure faisait un mal de chien, son crâne tambourinait bien trop. Mais rien n'était pire que ce qu'il ressentait à l'intérieur. Après une profonde inspiration, il s'était levé, se tenant à tout ce qu'il pouvait en veillant toutefois à ne pas s'accrocher aux rideaux. Longeant le mur, le blond tirait quelques rideaux pour trouver sa cadette. Il vit Nate endormi auprès de May, Lance qui veillait sur Victoria, Will et Ansel un peu plus loin. Et enfin il la trouva, elle. À peine la vit-il, endormie, éclairée seulement par la faible lumière lunaire qui venait du dehors, sa gorge se serra. Une peine sans nom passa dans ses prunelles mais qui y avait-il désormais pour le voir ? Refermant prudemment le rideau derrière lui, il s'approcha, allant s'installer dans la chaise juste à côté du lit. Avait-il seulement le choix ? Une minute de plus à se traîner et ses jambes l'auraient sans doute lâché.

S'il ne put voir dans cette semi-obscurité l'état actuel de la jambe de la rousse, il ne pouvait qu'imaginer combien elle avait dû souffrir. Seule. Cette simple pensée le crispa à nouveau. Tous souffraient, et lui n'était pas foutu d'être là parce-que son putain de corps ne suivait pas. Serrant les dents, il avança prudemment une main légèrement tremblante jusqu'à elle, dégageant avec douceur une mèche de son visage. « Je suis désolé Morgan... » avait-il simplement soufflé. Il les lui devait ces excuses même si une part de lui craignait qu'elle ne se réveille. Qu'elle le jette. Lui hurle dessus. Le dégage pour de bon. Mériterait-il seulement autre chose après ce qu'il avait fait ? Non. Pour autant il attendrait, des semaines, des mois, jusqu'à sa mort s'il le fallait. Il attendrait qu'elle entende ses excuses et les accepte.


Hell is not what you think it is, it's cold, and dark my friend. MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
Morgan R. Cole
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 9002
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Crush me but promise me you’ll never let us go   Crush me but promise me you’ll never let us go EmptySam 17 Nov 2018 - 1:24
Si les jours qui passaient lui donnaient le sentiment que le temps était long cela ne serait que pure vérité. Allongée, toujours incapable de vraiment parler, elle commençait néanmoins a apprécier la présence de Will. Il venait chaque jour à son chevet et s'inquiétait aussi des autres, lui donnant des nouvelles, comme si cela allait la faire réagir. Elle changeait par moment de position mais les calmants n'étaient par moment pas assez puissant. Puis même si là rousse semblait se remettre physiquement bien plus facilement que les autres. Après tout elle n'avait eu qu'une brûlure au second degré; ce qui inquiétait l'équipe médicale était plus son état psychologique et général. On avait décidé de lui passer des nutriments par perfusion, la voir sombrer ainsi et ne pas toucher un seul des plateaux repas qu'on apportait avait finit par les alerter à ce rythmes là, elle aurait été bien basse dans la courbe de poids. Même si elle avait été revue avec ces temps difficile.
Morgan assumait ne pas manger, ne pas boire et même si son gardien blond tentait de lui faire avaler un peu d'eau, elle n'en buvait pas plus d'une gorgée par jour.

Morgan ne parlait plus vraiment, elle n'avait jamais été une grande bavarde depuis le début de tout cela, mais là ce devait être plus étrange. Elle ne râlait plus, se contentait simplement de soupirer ou de juste murmurer quelques mots quand elle sentait l'envie de répondre.
Aujourd'hui encore Ansel était venu aussi, s'enquérir un peu de son état et il n'avait écopé que d'un regard morne, sans émotion.
Vide, elle se sentait vide et n'avait jamais été ainsi depuis bien longtemps. Vide de tout un tas de choses, même la colère qui servait à l'animer jour et nuit n'était plus là. Alors parfois elle imaginait comment devait être l'intérieur de son corps, faisant fi de tous les organes sauf du cœur. Et c'était le néant, un grand lieu sombre où était éparpillé des centaines de morceaux de verre représentant son cœur. L'ancienne barmaid se voyait alors les ramasser et se couper à chaque fois, alors elle les relâchait et ils tombaient à nouveau. Will parvenait plus ou moins à la reconstituer un peu, à l'aider à polir doucement les rebords tranchant des morceaux de verre. C'était sûrement un bon début.

Ce soir là, elle s'était endormie sans avoir trop besoin d'anti-douleur, même si on lui avait demandé d'avaler cet antidépresseur qu'elle avait caché sous sa langue avant de doucement le recracher et le placer dans une petite boîte sur la table de chevet. Ce n'était pas le premier, ce ne serait pas le dernier. A quoi bon les prendre, sauf pour leurrer les autres, leurrer son esprit. A rien. Et Morgan n'avait quasiment plus goût en rien. Seule chose était ses regrets, sa culpabilité et elle restait coupée du monde, ne souhaitant ouvrir les rideaux qui la séparait du reste du dispensaire.

Alors si son sommeil pouvait être léger quand elle ne prenait pas de médicaments, il était profond dans le second cas. Et lorsqu'elle ne faisait que dormir légèrement, elle se laissait aller la nuit, à juste être désolée et malade de l'avoir blessé, de lui avoir dit aussi franchement que Kyle était mort. Elle s'en voulait parce qu'elle avait trop franche, trop abrutie par sa question, par ce qu'il se passait autour. Qu'elle avait eu mal à sa jambe, que l'état de Victoria était tout de même inquiétant et qu'elle était en colère contre le monde entier. Oui, elle regrettait et c'était aussi parce qu'elle regrettait qu'elle refusait toujours de le voir. Même si Will ou Ansel lui donnait des nouvelles de Zack, Morgan faisait la sourde oreille. Mais elle pensait toujours à lui. Et c'était incroyablement douloureux.

Elle ne sentit pas vraiment qu'on dégageait des mèches rousses de son visage, elle n'entendit pas réellement que l'on bougeait une chaise;elle se disait simplement que c'était le clerc de notaire qui venait l'observer en silence. Mais de loin, de très loin elle perçut ce timbre de voix qu'elle connaissait par cœur et cela l'électrifia complètement. Il était là ? Pourquoi ? Son cœur se serra, elle eut envie de bouger, mais une douleur vive dans sa jambe l'en empêcha et la trentenaire, sentait poindre l'angoisse. Zack Elle ne voulait pas le voir, ne voulait pas croiser son regard et pourtant que faisait-il ici ? Près d'elle !? Morgan ne bougeait pas, et s'éveillait un peu plus sans pour autant ouvrir les yeux. Ce serait trop difficile, et elle ne le supporterait pas. Alors valait-il mieux qu'elle le leurre aussi en faisant mine de dormir encore.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
Administrateur
Zack M. Atkins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 4139
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Crush me but promise me you’ll never let us go   Crush me but promise me you’ll never let us go EmptyMar 11 Déc 2018 - 0:25

Observant la silhouette immobile de la rouquine, le blond ne retint pas un soupir résigné, presque douloureux. Elle avait tout l'air endormie mais rien qu'un simple coup d’œil à sa jambe meurtrie suffit à la ramener au pire. À cette réalité qui aurait pu devenir sienne : celle où la jeune femme n'était plus. Celle où ses blessures se seraient avérées trop importantes pour qu'elle ne puisse s'en remettre, voire même celle où elle n'aurait jamais pu quitter le quartier, terminant dans le même état que le journaliste. Une réalité qui le prenait aux tripes et lui retournait l'estomac, bien trop douloureuse à envisager, et pourtant elle était bien là, dans un coin de son crâne. Il n'aurait pas pu le supporter, tout comme il ne pourrait supporter de la perdre pour de bon. Il l'avait jetée comme une moins que rien, parce-qu'elle avait pris sur ses épaules la culpabilité de la mort de Kyle là où elle n'était en rien fautive. Et ça non plus, il ne l'avait pas supporté. Mais maintenant qu'il se rappelait, Zack ne pouvait décemment pas se résoudre à perdre la personne qui lui importait le plus, sauf si c'était ce qu'elle souhaitait mais il le savait, même si elle le rejetait à son tour, il ne pourrait se résigner à vouloir la protéger quitte à y perdre sa propre vie.

Ses excuses avaient été soufflées de cette manière un peu fade, morne, presque vide, comme si ce simple ton suffisait à exprimer tout ce qui pesait sur son cœur. Et sans doute était-ce le cas : jamais le blond n'avait été doué avec les sentiments et les excuses, se laisser noyer de chagrin avant de tirer un trait définitif sur ses tourments était toujours bien plus simple mais pas la concernant elle. Il ne pourrait perdre cette partie de lui, et encore moins tirer un trait dessus.

Déglutissant difficilement en observant toujours la silhouette de Morgan rendue visible par les simples rayons de la lune au travers de la fenêtre, le quarantenaire sentit cette vague de culpabilité grimper d'avantage en lui. S'ils en étaient là, elle, May, Victoria, tous les siens, c'était à cause de lui. Nathan avait eu beau lui dire le contraire, l'ancien homme d'affaires n'arrivait pas à s'ôter cette idée du crâne. Il aurait dû pouvoir les protéger, les préserver de toute cette merde, et au final il avait manqué de mourir, tout comme eux. Se penchant pour déposer son front contre son propre bras appuyé sur le lit, ne pouvant s'empêcher de grimacer en sentant sa plaie au flanc faire des siennes, Zack ferma les yeux.

Il se concentra sur la respiration discrète de sa cadette, s'y accrochant comme à cette idée qu'elle était en vie. Une part de lui cependant ne pouvait s'empêcher de se demander si elle l'était réellement, en vie, à l'intérieur. N'avait-il pas été beaucoup trop dur avec elle ? Tout pour se préserver lui-même, se bloquer à toute émotion, se protéger de toute faiblesse. Et une fois encore il n'avait pas hésité à la blesser pour cela. Mieux valait cependant que le quarantenaire ne s'attarde pas trop sur cette idée pour l'instant, pas s'il voulait parvenir à contrôler ses émotions, à les garder bien enfouies et à rester maître de sa personne. Il y avait des éléments bien moins douloureux à aborder, bien qu'ils n'étaient pas pour autant indolores.

Après un temps de silence à simplement essayer d'ordonner ses pensées et se rassurer avec l'idée que Morgan était bien là, en vie, malgré tout ce qui était arrivé, tout ce qu'ils avaient perdu, Zack inspira, gardant cependant son front contre son bras, les yeux clos. « J'aurais dû vous sortir de cette merde. J'aurais dû y arriver, vous préserver de tout ça, anticiper ce qui arriverait et nous donner une chance d'éviter ce qui est arrivé... » avait-il murmuré, la voix légèrement plus lourde qu'auparavant, serrant inconsciemment les poings. Parce-que n'avait-ce pas toujours été son rôle ? Guider les siens pour leur promettre un demain meilleurs, construire avec eux un endroit où ils pourraient évoluer sans avoir à craindre quoi que ce soit, se reconstruire petit à petit et passer outre les volontés de ce monde en ruine. Au final c'était vers la mort qu'il les avait guidés, et l'un des leurs n'avait pas survécu. Ils avaient perdu leur chez-eux, et n'avaient désormais pas d'autre choix pour l'instant que de composer avec les survivants de l'île. Alors oui, Nathan le lui avait dit, qu'il le suivrait quoi qu'il arrive, qu'il ne pouvait prendre tout ce qui était arrivé sur ses seules épaules, mais l'ancien homme d'affaires ne voyait qu'une résultante : il avait échoué. « Je suis tellement désolé » avait-il à nouveau murmuré avant de regagner le silence. Pour tout. De n'avoir pu être à la hauteur, de n'avoir su les préserver, de n'avoir vu que sa rage au lieu de sa peine à elle.


Hell is not what you think it is, it's cold, and dark my friend. MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
Morgan R. Cole
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 9002
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Crush me but promise me you’ll never let us go   Crush me but promise me you’ll never let us go EmptyMar 11 Déc 2018 - 23:10
La voix du blond, c'était bien cette dernière qui parvenait à ses oreilles. Il était donc là, proche d'elle, proche et ça l'effrayait, elle l'entendait de façon lointaine, encore emmurée dans un semi-sommeil. Morgan avait refusé de le voir, de lui parler malgré les tentatives de Will, d'Ansel. Elle savait que les deux hommes essayaient de les réconcilier, mais la rousse était bornée, elle était aussi trop mal en point moralement pour se sentir capable de l'affronter, de croiser son regard. La culpabilité étant telle, qu'elle ne parvenait pas à se pardonner, à se dire qu'elle ne pouvait pas avoir prévu une telle fin pour le journaliste. Morgan aurait dû se montrer plus prudente, aurait dû se méfier, aurait dû le protéger, aurait dû rester à l'étage, peut-être que Kyle aurait été épargné. Elle n'était sûre de rien, mais certaine d'avoir raté une chose importante. Protéger le journaliste.
Même si Will lui avait dit que ça n'était pas de sa faute, Morgan ne croyait en ses mots, Kyle était mort, elle avait tenu sa main, avait tenté de fuir la maison pour prendre ces abrutis à revers. Mais ces cons avaient sorti une artillerie lourde dès le départ, là elle avait compris aussi : ils étaient là pour les exterminer. Et ils avaient eu Kyle parce qu'elle l'avait mis en danger. La résultante était simple : elle avait tué le cadet.

Toujours les yeux clos, elle sentait du mouvement non loin, imperceptiblement. Elle aurait pu ouvrir les yeux, à demi, le regarder, contempler son visage qu'elle n'avait pas vu depuis longtemps, sûrement trop longtemps, mais c'était impossible. Impossible sans craindre de se briser et se détruire plus encore. Elle lui en voulait mais moins, parce qu'au fond elle le savait, elle avait pourquoi il avait ainsi réagi : l'auto-protection. Morgan ne l'avait pas compris sur le moment, ni plus tard, elle ne l'avait compris que trop tard à son goût et se sentait stupide. Une vraie crétine. Et elle s'en voulait alors plus encore, Morgan n'avait pas su tenir convenablement son rôle de bras droit, là aussi elle avait royalement merdé. La culpabilité la tenait toujours à la gorge.

A nouveau la voix grave du quarantenaire elle frissonna. Il culpabilisait, et il n'y avait pas de quoi. Zack avait fait tout son possible, il avait essayé d'être partout à la fois, et elle... Elle, elle n'avait rien pu faire, alors non, ça n'était pas à lui de culpabiliser, surtout pas. C'était la rousse qui devait prendre le tout sur ses épaules, et au final... Même si elle se disait cela, elle était dans un piteux état. Piteux état moral, elle ne parvenait pas à se relever, à faire face. Juste elle désirait oublier et s'oublier un peu, se laisser aller et mourir pour se faire pardonner de son erreur. Il ne pouvait penser cela, il n'y était vraiment pour rien. C'était de sa faute à elle pas à lui. Jamais.

Un soupir faible s'échappa de ses lèvres et elle fit semblant de bouger un peu, mimant toujours l'endormie pour le leurrer encore un peu. Essayer de faire en sorte qu'il croit à son sommeil encore un peu. Mais là encore sa voix se fit entendre parvenant distinctement cette-fois-ci à son ouïe. Il était désolé, et il n'avait pas à l'être. Vraiment pas. Son cœur, ou du moins ce qu'il en restait, se serra d'autant plus et la blessa encore une fois. Ce devait être le prix à payer pour la mort de Kyle, mais ça elle était encore bien incapable de l'accepter. Puis ouvrant légèrement les yeux, elle le vit. Lui. Cet homme en qui elle avait placé toute sa confiance, à qui elle avait offert son cœur, à qui elle avait tout donné, aveuglément, alors oui, peut-être devait elle savoir quel en était le prix à payer lorsque l'on échouait.
Observant sa stature elle ne vit pas son visage, par chance, mais cela ne l'empêchait pas de remuer doucement, un peu, sortant son bras gauche de sous la couverture, avec lenteur, discrétion, jusqu'à prendre le risque de poser doucement, légèrement ses doigts sur son bras, sans plus. Un simple contact, elle le voyait au travers de ces cils. Là, comme un homme déchu, accablé, et elle ne supportait de le voir ainsi. Ca n'était pas Zack, ça ne lui ressemblait pas, alors il valait mieux pour eux qu'il se relève, qu'il avance la tête haute et la laisse, quelque part, pour sa vie, pour sa survie.

Morgan avait l'impression alors en cet instant que tout ça, ce lieu n'était pas arrivé, mais les odeurs des produits médicaux la ramenaient sans cesse à la réalité. Elle était bien là, et voir le blond à son chevet elle avait aussi la sensation que leur planètes se séparaient, comme la nuit et le jour. ET ce depuis qu'il l'avait rejeté, elle se berçait plus ou moins d'illusions mais là, à cette main posée sur lui elle se demandait alors : à quoi cela servait de vivre sans lui ? A rien, et même s'il disait être désolé, il n'avait pas à l'être, c'était ainsi.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
Administrateur
Zack M. Atkins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 4139
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Crush me but promise me you’ll never let us go   Crush me but promise me you’ll never let us go EmptySam 5 Jan 2019 - 15:28

Le front toujours posé contre son propre bras, les yeux clos, le quarantenaire avait regagné le silence, essayant de respirer calmement en se concentrant simplement sur la présence de sa cadette juste à côté et non sur le fait qu'il l'avait rejetée de la pire manière qui soit. Encore. À croire qu'il n'était réellement bon qu'à ça : perdre les personnes qui comptaient, blesser celles qui restaient. Le fait qu'il n'ait même pas été foutu de les protéger, là-bas, prouvait bien cela. Oh bien sûr, si Maria Atkins était encore là, elle lui dirait qu'il ne pouvait pas sauver tout le monde et que le Seigneur savait très bien ce qu'il faisait en mettant toutes ces embûches sur son chemin, mais elle n'était pas là. Et même si elle l'était, le quarantenaire n'aurait aucune envie d'entendre de telles conneries en cet instant. Il avait une part de responsabilité dans ce qui était arrivé et la situation désormais compliquée des siens, rien ne le ferait changer d'avis.

Si une part de lui souhaitait attendre là qu'elle se réveille, l'autre lui soufflait qu'il ne ferait qu'aggraver les choses, que pour qu'elle soit à nouveau sur pied, il lui faudrait s'évincer pour de bon afin de lui donner la chance de reprendre la vie d'un bon côté, sans son ombre constante et étouffante. Mais il resterait quelques minutes encore, juste parce-que son corps était en l'instant trop épuisé pour qu'il ne parvienne à se décider à se relever, les heures de sommeil manquantes au compteur y étant pour beaucoup. Juste quelques minutes et il retournerait de son côté, il lui laisserait son air et cette liberté qu'elle méritait tant, même si cette dernière ne se gagnait jamais sans mal, et la souffrance que devait ressentir la rousse depuis qu'il l'avait jetée était une épreuve qui laisserait sans doute des traces.

Ce n'est que lorsqu'il sentit des doigts se poser doucement sur son bras qu'il releva la tête, son regard se plantant immédiatement dans celui de Morgan malgré l'obscurité qui les englobait. Sa main était plus froide que son bras, comme souvent, mais qu'importait : ce contact était rassurant. Elle ne l'avait pas encore repoussé, n'avait pas hurlé qu'il dégage, et même si son geste était empreint d'une certaine réserve, il était suffisant en l'instant. Ouvrant la bouche pour la refermer aussitôt, Zack ravala cette boule qui s'était formée dans sa gorge. Masse de culpabilité, de peine et de regrets, qui était difficilement supportable. Pourtant, ses yeux ne s'humidifiaient pas, et ce malgré toutes les émotions qui y étaient perceptibles.

Doucement il avait porté sa main libre à celle de la jeune femme, la posant simplement sur la sienne comme pour dire qu'il ne la lâcherait pas mais aussi qu'il regrettait. Après quelques secondes, l'ancien homme d'affaires inspira profondément, baissant la tête vers cette main posée sur son bras. « Je... mes lésions ont été telles que j'ai oublié certains événements » commença-t-il à voix basse, comme s'il lui disait un secret sans toutefois relever le nez vers elle, craignant qu'elle le rejette s'il s'y risquait, ou peut-être de croiser toute la souffrance qu'il lui avait infligée, encore une fois. « Nate m'a dit ce qui était arrivé, comme tu as essayé de tirer Kyle de là... » Marquant un silence, il se risqua enfin à replanter son regard dans le sien, son expression ne trahissant rien d'autre que la difficulté des émotions que faisait naître en lui cette conversation. Il se garda bien de lui dire qu'il se rappelait, peu envieux de l'inquiéter en lui parlant de ses cauchemars, de ses nuits trop courtes, de toute cette rage face à laquelle il était totalement impuissant.

« Pourquoi avoir dit que c'était ta faute ? Personne n'aurait pu rien y faire... » Personne à part lui. S'il les avait tiré de là dès l'arrivée de ces paysans plutôt que d'aller prévenir le reste des troupes. Son ton était resté calme, aucun reproche ne perçant dans sa voix. Seul le besoin de comprendre l'animait, comprendre et lui dire combien il était désolé, qu'elle n'avait pas à culpabiliser ni à prendre sur elle ce que lui avait à traverser.


Hell is not what you think it is, it's cold, and dark my friend. MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
Morgan R. Cole
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 9002
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Crush me but promise me you’ll never let us go   Crush me but promise me you’ll never let us go EmptyLun 14 Jan 2019 - 0:33
Tuer : venant du latin tutare, c'était l'acte de tuer quelqu'un de manière violente. Etre la cause de la mort d'une personne. Tuer, elle avait déjà liquidé des vivants par choix, par nécessité pour survivre. Morgan savait tuer et cela ne l'affectait pas plus que cela. Alors là, elle se sentait coupable, elle avait le sentiment d'être la cause de la mort de Kyle. S'il avait été devant elle, Zack n'aurait pas eu à perdre cet homme, à avoir cette soudaine facette de "veuf noir". Il e serait sûrement remis de a mort à elle, elle avait bien vécu, elle n'embêterait plus personne, ne foutrait pas une super ambiance dans le groupe. Ce serait calme et il aurait pu vivre sans l'entendre râler et lui répéter qu'elle avait raison.

La rousse croisa le regard de celui qui comptait le plus pour elle et qui avait su la briser de l'intérieur en quelques mots, en un regard. Il avait eu envie de la flinguer sur place, elle le savait elle l'avait ressenti. Mais d'un côté elle ne pouvait lui en vouloir. Un jour, il la tuerait, un jour il pourrait appuyer sur la gâchette et pourrait lui offrir une mort descente. Ne pas revenir à la vie, un jour si elle y arrivait elle lui demanderait, en attendant elle se sentait bien trop coupable et perdue au fond du puits. Inspirant et ne le quittant des yeux dans cette semi obscurité, où les simples faisceaux de lune venait éclairer les courbes et des traits de leurs visage. Morgan déglutit lorsqu'il déposa sa main sur la sienne. Chaude comme toujours, nouveau contraste entre eux. Deux planètes ayant vécue ensemble mais qui se séparent doucement, sûrement résignées. Ca lui faisait penser au mythe de l'Androgyne, où au départ l'homme était doté de deux visages, huit membres et à force d'insolence, et d'orgueil, Zeus les avait séparé, créant le manque et la recherche de l'âme soeur de ces nouveaux Hommes avec un seul visage et quatre membres. Peut-être eux avaient ils vécue cette séparation drastique ce jour , l'amitié échouant d'un seul coup. Ca lui faisait aussi penser au mythe de Castor et Pollux, les Gémeaux qui ne peuvent vivre en même temps, vivant et mourant donc de faon alternative. Peut-être était-ce cela. Morgan n'en savait rien, n'avait aucune idée de ce qui était bon à faire.

L'idée même de parler ne lui venait pas, elle n'avait rien à lui dire. Ou du moins, elle se refusait de lui dire une nouvelle fois qu'elle avait tué Kyle, c'était de sa faute, elle ne l'avait pas protéger convenablement. Elle avait aussi envie de lui dire de disparaître, de s'éloigner, mai non, ce serait un nouveau déchirement, ce serait de sa faute une nouvelle fois. Parfois Morgan y était habituée, à ce que ce soit de sa faute et par moment elle ne voulait pas entendre dire : c'est de sa faute. Alors observant leurs mains posées l'une contre l'autre elle inspira profondément. Viendrait le moment où elle ne pourrait plus sentir sa chaleur protectrice, son regard possessif, son ombre sur elle. Et elle savait déjà que cela provoquerait un vide, un vide qu'elle vivait déjà depuis qu'il l'avait rejeté. Mais au moins, là elle saurait que cette fois-ci c'était la bonne. Il n'y aurait pas de retour en arrière. Le cœur serré, elle retenait ses larmes, à quoi bon pleurer, ça ne servait à rien, et même si elle pouvait encore lire toutes les émotions traversant le regard de son aîné, elle essayait de ne pas se laisser imprégner par ces dernières. Se refusant pratiquement de se montrer compréhensive envers lui.

La voix calme et le regard fuyant, elle connaissait et pourtant elle ne s'était pas attendue à l'entendre chercher ses mots et lui apprendre ou lui avouer ce qu'elle avait supposé. Il avait des pertes de mémoire, c'était tout à fait normal suite à ce qu'il s'était pris sur le coin du nez. C'avait été une sorte de terrain de guerre, c'avait été laid, sans honneur. Le souffle soudainement cours elle le fixa longuement gardant toujours le silence, ça n'était pas nouveau. Lui délier la langue prenait du temps, il fallait l'amadouer un peu. La suite la fit plisser le nez légèrement. Nate lui avait dit, il avait raconter pour Kyle, le fait que la rousse ait voulu l'aider à sortir de là. Ainsi donc il l'avait vu essayer de bien agir et échouer lamentablement en étant si proche de la sortie. C'était douloureux mais il faudrait faire avec. Le regard du blond était parsemé d'un tas de sentiments, peut-être que le sien aussi même si elle se sentait surtout en colère contre elle-même et culpabilisait plus encore. L' interrogation posée la fit fermer les yeux et Morgan eut envie de détourner le visage, de se laisser aller à la nuit, de disparaître dans l'obscurité. "Personne n'aurait rien pu y faire..." Si, elle aurait pu faire plus attention, elle aurait pu le tirer plus fort, le presser plus encore à avancer, elle aurait pu, elle aurait due le protéger. Alors oui c'était de a faute, elle avait tué Kyle. Ouvrant alors la bouche pour parler, aucun son ne sortit et elle ferma la bouche avant de serrer sa main froide autour de son bras. Essayant de lui faire comprendre en silence qu'il n'avait pas besoin de dire ça, elle le avait, elle avait royalement merdé. Puis n'étant guère sûre de se faire comprendre, elle souffla :

"Je l'ai tué... J'aurai due le protéger"

Morgan en était persuadée, alors elle détourna un peu les yeux observant le plafond, décidée à reprendre toujours d'une voix au timbre rouillé par ces longs silence et la culpabilité mêlée à la douleur de son corps et de son esprit.

"J'ai pas sut le sortir de là avant, j'aurai due le mettre à l'abri au lieu de le secouer un peu... C'est ma faute Zack, pas la tienne."

Un nouveau soupir, le regard brillant de ces perles salées qui ne roulaient pas, ne coulaient pas le long de ses yeux. Ils étaient seulement humide par ce qu'elle lui disait et était désolée pour lui. Alors oui, même s'il l'avait dégagé de sa vie, même si elle n'était plus rien, elle assumait ses actes.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
Administrateur
Zack M. Atkins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 4139
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Crush me but promise me you’ll never let us go   Crush me but promise me you’ll never let us go EmptyVen 22 Mar 2019 - 23:18

Accroché aux lèvres de la jeune femme qui semblait ne pas parvenir à répondre à son questionnement, le blond ne la quittait pas des yeux, tâchant de puiser dans sa maigre patience pour lui laisser le temps d'ordonner ce qu'elle lui dirait, de digérer également sa présence parce-qu'il le savait : il l'avait grandement blessée en la rejetant, et s'était blessé lui par la même occasion en évinçant de son cercle cette personne qui représentait son double, sa moitié, son âme-sœur. Mais ses propres ressentis n'avaient pas d'importance pour l'instant, tout ce qui comptait c'était elle. Elle et ce mal qu'il lui avait fait, encore, parce-qu'il ne parvenait pas à digérer la perte de celui qui avait pris une certaine importance dans son cœur, comme s'il était voué à perdre petit à petit tous ceux auxquels il s'attachait. Pourtant ils étaient encore plusieurs à évoluer autour de lui, bien vivants, tous ceux qui composaient son groupe, sa famille. Et en ce sens il n'avait pas le droit de les évincer de la sorte, encore moins celle qui lui faisait face.

Lorsque sa main froide serra son bras, comme pour lui dire qu'il n'avait pas à dire de telles choses, le quarantenaire inspira profondément. Ce simple contact accentua d'avantage sa culpabilité, celle qui le rongeait alors qu'il percevait combien Morgan avait été blessée par sa réaction. À croire qu'il n'était bon qu'à ça, la faire souffrir et pousser ceux qui se raccrochaient à lui à la mort ; ceux auxquels lui-même se raccrochait. Les mots qui passèrent la barrière des lèvres de l'ex-barmaid le poussèrent à fermer un instant les yeux, sa respiration se faisant à nouveau douloureuse. J'aurais dû le protéger. Pourquoi fallait-il qu'elle se blâme pour la même chose que lui ? Qu'elle porte ce poids sur ses épaules alors qu'elle avait justement tout fait pour tirer le journaliste de ce bordel, là où Zack, lui, n'était pas là pour veiller sur eux. Il était le seul à avoir la légitimité de s'accabler de reproches, le seul qui devrait avoir à vivre avec une telle culpabilité étouffante. Et pourtant la rouquine s'infligeait ce même poids, ne faisant qu'accentuer celui de l'aîné qui se retrouvait incapable de réellement la sortir de ses tourments. Après tout, n'y avait-il pas rien de pire que la culpabilité ? S'il avait pris sur lui pour venir la voir malgré la crainte du rejet, il restait bien conscient que ses mots ne pourraient apaiser les tourments de sa cadette, seul le temps aiderait. Mais le temps était insignifiant s'ils n'étaient plus un. Ou peut-être était-ce la solution ? Sortir pour de bon de sa vie, la laisser vivre comme elle le méritait ? Peut-être. Mais, très égoïstement, le blond était incapable de lui laisser cette liberté, très certainement parce-qu'il était inconsciemment le plus craintif des deux à l'idée d'être seul.

Aux nouvelles paroles de Morgan, il ne put s'empêcher de secouer la tête en fronçant les sourcils, ne supportant que difficilement de l'entendre dire encore et encore qu'elle était fautive. Que Kyle ne s'en était pas sorti à cause d'elle. « C'était à moi et moi seul de vous préserver de tout ça. De quitter le District avec vous avant que les choses ne dégénèrent. C'était mon rôle, pas le tien. » Sans doute son ton avait-il été un peu trop sec, sans appel, mais il témoignait également de la propre culpabilité du blond. N'était-ce d'ailleurs pas pure vérité ? N'aurait-ce pas été à lui de les tirer de tout ce bordel ? N'était-ce pas son rôle de protéger les siens et de privilégier leur sécurité à quoi que ce soit d'autre ? Morgan n'avait peut-être su sortir Kyle de là, mais le fond restait le même : Zack avait été celui qui les avait mis dans cette situation, qui les y avait laissés, du moins était-ce plus simple de porter ce poids sur ses propres épaules que d'avoir à haïr le monde entier pour ce qu'ils avaient perdu ; ce qu'il avait lui-même perdu.

Bien conscient que son ton avait été malvenu, il soupira légèrement, levant sa main pour la déposer avec douceur sur la joue de la jeune femme. Il reprit alors d'un air bien plus calme, à fois désolé et compréhensif. « Cesse de te blâmer pour ce qui est arrivé. J'aurais dû vous mettre à l'abri avant de chercher à sécuriser le quartier. Si seulement j'avais su ce qu'ils préparaient... » Serrant les dents, il se retrouva incapable de terminer sa phrase et inspira avec difficulté autant pour contrôler sa rage que cette peine qui le tiraillait depuis que les souvenirs étaient revenus. Après un instant, il glissa doucement ses doigts dans les cheveux de sa cadette, cherchant à l'apaiser autant qu'à lui montrer qu'il était bien là. « Je sais que ta culpabilité ne va pas s'effacer en un claquement de doigts mais... sache que je suis désolé de l'avoir accentuée. C'était juste... trop compliqué à encaisser, mais je ne t'en veux pas, Morgan, et je ne supporterais pas de te perdre toi aussi. »

Sur ces mots il avait à nouveau déposé son front contre le bras de la jeune femme, fermant les yeux pour tâcher d'y faire disparaître les traces de tout ce qui était arrivé, de ce qu'il se jouait en lui. Une fois encore il s'était laissé emporter par ses propres émotions et l'avait rejetée elle. Une nouvelle fois il avait perdu pied. Mais il se relèverait, même s'il devait pour cela ranger ce qui était arrivé dans un coin de son esprit et ne plus jamais le déterrer. Il y arriverait, tant qu'elle serait à ses côtés, tant qu'ils seraient ensemble.


Hell is not what you think it is, it's cold, and dark my friend. MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Crush me but promise me you’ll never let us go   Crush me but promise me you’ll never let us go Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Crush me but promise me you’ll never let us go -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» I made a promise for a change, a revolution in the night. | Joy
» Promise à mort certaine...
» [Kusa] CK001 - Promise
» You’re gonna miss me when I’m gone ♥ Maddie (terminée)
» ROSLINN & ETAINE ¤ Youth offers the promise of happiness, but life offers the realities of grief.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: