The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Undercover -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Undercover   Mer 21 Nov 2018 - 20:08
Undercover


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


C'était une berceuse, du moins l'impatience au creux de ses veines, le sentir si proche et encore loin à la fois, résonnait comme une berceuse. Il la possédait déjà sans avoir rien fait, rien qu'en quelques baisers, caresses et regards, rien qu'en quelques mots délivrés par ce sourire qu'il ne semblait servir qu'à elle. Et sa conscience ne la blâmait plus depuis qu'elle l'avait retrouvé. Cette dernière se taisait, aussi rose qu'elle l'était devant lui. C'était simplement ce qu'elle voulait pour elle, pour eux. La simplicité sans plus de barrières ni de frontières. Y a pas besoin de mots, pourtant elle avait ce besoin de les lui dire, comme si les gestes, l'attitude, ne suffisaient pas, comme si rien ne suffirait jamais pour lui prouver combien elle tenait à lui. Combien elle avait maladivement besoin de lui. Pourtant cette assurance là, au creux de sa voix rendue plus rauque par le désir qu'elle parvenait - sans savoir comment - à générer chez lui, gorgea son cœur de douceurs divines.

Elle avait plus besoin de lui dire ce qui la traversait, remuait son sang comme une piqûre d'ortie, lui collait la tête dans ces nuages que lui seul lui avait déjà fait maintes fois rejoindre. Et quand elle savoura ce contact peau contre peau, Evy réprima ses soupirs impatients malgré le mouvement équivoque de ses hanches. Sa main y trouva une occasion de rejoindre cette loge brûlante, déjà creusée pour l'accueillir. Qu'il puisse se lover en elle et lui soutirer ce qu'elle lui offrirait sans jamais s'en lasser, ce qu'elle pourrait tendrement lui arracher à son tour pour se sentir unique, comblée, précieuse plus qu'elle se voyait l'être déjà dans ses billes grises. Ses lèvres retrouvèrent les siennes, elle s'y perdait complètement, il l'enivrait, la droguait, l'envoûtait et lui subtilisait déjà de doux gémissements incontrôlables. Ses doigts filèrent contre sa taille, le pressant contre elle autant que lui l'invitait à se loger plus encore contre lui.

Evelyn tremblait, elle frémissait sous ses doigts, sous sa stature. Pourtant il n'y avait rien qu'elle ne connaissait pas de lui, rien qui ne se rappelait pas merveilleusement à elle et, malgré tout, malgré tous ces instants similaires et désormais passés, c'était différent. Une autre première fois, gorgée de sentiments qu'elle pouvait exprimer librement sans imaginer qu'il fuirait, sans qu'il prenne peur. Alors même s'il ne lui redisait pas, il le lui avait dit et elle en avait conscience désormais, elle le savait c'était tout ce qui comptait. A bout de souffle, le cœur en bordure de lèvres, un sourire épris étira ces dernières quand les siennes filèrent à son oreille. Elle déglutit, sentit les larmes humecter ses cils, néanmoins un rictus étranglé, teinté d'une joie incommensurable, quitta sa gorge avant de le sentir s'inviter en elle.

Ses pétales s'entrouvrirent naturellement, ses paupières voilèrent son monde l'espace de quelques secondes. Juste cette sensation, juste ce qui se scellait là tout en les unissant l'un à l'autre, c'était délirant. Un soupir plus audible lui échappa tandis que ses phalanges, contre sa hanche, se refermaient plus fiévreusement contre sa peau. Cette douceur effarante, cette douceur extrême, lui firent rouvrir les yeux tandis qu'une larme lui échappait puis s'écrasait sur les draps où elle reposait. Evy cambra l'échine, désireuse de s'unir davantage à lui, la main pressée contre lui pour le ramener à elle quand il s'éloignait. Fabuleuse symbiose ponctuée par ses soupirs plus volubiles au grès de ses vas et viens. C'était mieux, c'était juste bon, plus explicite malgré la langueur exaltante de ses gestes. C'était pire, pire mais plus expressif, plus ….. intense que toutes les autres fois. Parce que ça n'avait rien à voir, parce que si jusqu'ici elle était persuadée avoir fait l'amour avec lui, la jeune femme s'était fourvoyée.

C'était là, maintenant, dans cette tendresse sans pareille, cette délicatesse lancinante, aussi chaude que l'était son souffle contre elle. Aucun juron ne lui passa par la tête, juste un mot : parfait. Elle l'aimait plus encore, à chaque baiser de leurs bassins, à chaque autre baiser contre sa peau où semblait palpiter son cœur. Le titre du poème lui traversa le crâne alors qu'un frisson délirant grainait sa peau déjà plus humide contre la sienne. Ses doigts, encore entremêlés aux siens, resserrèrent leur prise alors qu'elle croisait ses prunelles et s'y enlisait sans plus de pudeur, sans plus de gêne. Puis elle glissa les lèvres à son cou, à cette veine qui pulsait, à sa peau salée de l'aimer elle, cette loge sécurisante où rien ne semblait plus l'atteindre quand elle y enfouissait le nez pour lui confier, en de tendres gémissements de plaisir, combien elle ne pouvait être plus comblée qu'avec lui et nul autre que lui.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Undercover   Mer 21 Nov 2018 - 23:11
C’était différent cette fois, comme mieux, meilleur, plus intense, plus lourd. C’était pas la première fois, Donovan savait ce que ça voulait dire, ces mots il les avait pensés, ressentis et c’était pas du flan. C’était la vérité nue et à fleur de peau. Ah il avait l’air malin le tatoué, à croire que quand il fuyait une situation compliquée, il sautait tête la première dans une situation compliquée. C’était simple en apparences, en réalité ça l’était beaucoup moins. Ce qu’il ressentait pour Evy était sincère, comme ce qu’il avait ressenti et ressentait encore pour la mexicaine l’était, pour ces femmes qui avaient marqué sa vie, sa construction de play-boy handicapé du sentiment.

Ses doigts entremêlés à ceux de la blonde, Floyd y pensait plus pourtant à toutes ces étapes dans sa vie, la construction et la déconstruction de celui qu’il était au gré des rencontres, des départs. Il y avait qu’elle qui comptait, qu’Evy, sa peau, sa chaleur. Tout ce qu’elle était et qu’il s’appropriait un peu plus à chaque baiser, à chaque geste, chaque mouvement. Ses lèvres trouvèrent encore celles de Collins. Il avait envie de lui dire là, de lui répéter combien elle lui avait manqué. Ses billes grises rivées sur son visage, chacune de ses réactions, tout ce qu’elle avait pas besoin de dire avec des mots, Donovan l’aimait, là.

Pourtant une part de lui s’inquiétait là, est-ce qu’elle faisait ça pour lui ? Forcément, elle avait déjà tellement enduré pour lui, alors la douleur de ces blessures, c’était peut-être un truc de plus qu’elle s’efforçait de supporter pour ses beaux yeux, pour qu’il la rejette pas. « Ça va ? » demanda-t-il alors avant de s’insulter intérieurement. Sérieusement Donovan, tu lui demandes si ça va en plein acte ? Baisse de confiance mon con ? Non, il était inquiet parce qu’Evy avait quand même deux balles et qu’elle sortait d’un putain de coma, mais ça l’aurait fallu y penser avant d’être dans cette position-là. Oh la ferme.

Du bout des doigts à nouveau il lissa les traits de son visage de poupée, sourire aux lèvres avant de revenir l’embrasser. Il se rappelait pas avoir été aussi délicat avec elle, jamais, pourtant il était pas du genre brutal, sauf envers les têtes de nœuds, mais là c’était un autre niveau. Si seulement c’était utile pour l’aider à aller mieux, guérir. Ca l’était sans doute, à un certain niveau, parce que si lui sa présence pouvait apaiser le moindre de ses maux, alors peut-être qu’Evy trouverait désormais ce même réconfort, comme un baume pour les blessures passées.

Son regard subjugué, chaque baiser plus enivrant que le précédent, Donovan sentait son corps glisser lentement mais sûrement vers le point de non-retour. Bordel il avait pas réalisé avant de la voir ouvrir les yeux plus tôt dans le dispensaire, à quel point elle lui avait manqué, à quel point il avait eu peur pour elle, peur pour lui parce qu’il aurait été dévasté si Evy s’était pas réveillée ou si elle s’était réveillée différente.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Undercover   Mer 21 Nov 2018 - 23:58
Undercover


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Il retrouvait ses lèvres, et juste sa langue qui esquissait la sienne fit rosir de plaisir cette sorte de sphère, d'une lourdeur saline, au creux de son ventre. Elle s'était façonnée avec lui, il l'avait presque révélée. Elle qui n'était encore qu'une gamine sans expérience des mois plus tôt, qui avait quasiment peur de son ombre, même peur de le désirer comme elle l'avait envié lorsque tout avait changé entre eux. Quand tout cela était né au juste ? Elle savait pas, elle en avait pas la moindre idée, tout ce qu'elle savait, c'était qu'entre eux tout avait pris forme avec le temps … Un an depuis le premier regard, six mois qu'elle en était folle amoureuse, et simplement quelques heures désormais, qu'elle savait qu'il l'aimait. Une poignée de minutes qu'elle prenait conscience que ce n'était pas d'aujourd'hui, mais déjà depuis quelques temps. Son corps se crispait déjà sous le sien, il l'emmenait ailleurs, sur les rives d'un plaisir différent, saupoudré de tout ce qu'ils avaient réprimé l'un et l'autre par crainte de se blesser, de se fuir, ou de voir l'autre leur échapper.

Ça va ? La jeune femme lui offrit un sourire, son nez flirtant avec le sien en une réponse silencieuse premièrement. Elle se sentait bien, les blessures n'étaient plus qu'une poussière cachée sous une merveilleuse couche de lumière et de désir. L'endorphine, la dopamine, de merveilleuses drogues pour pousser l'organisme à se sentir parfaitement bien, à des kilomètres du stress ou de la souffrance, qu'elle soit physique ou morale. Et là elle comprenait ce qui lui plaisait tant dans ces échanges corporels. Tout s'effaçait, tout ce qui était laid s'effritait et disparaissait et tout ce qui était bon, délicieux, exquis, s'exacerbait. Pourtant c'était vraiment différent, comme si elle le rencontrait, de cette manière là, pour la première fois. Je vais bien …... J'me sens parfaitement bien. Parvint elle à soupirer en pressant le creux de ses reins, l'échine arque-boutée pour profiter de l'ampleur ahurissante de ses mouvements. Il l'embrasait et malgré tout, Evelyn le trouvait adorable, merveilleux, tout ce qu'il se refusait d'être avant elle.

Sa jambe glissa contre la sienne, plus fléchie contre lui, puis ses doigts rebroussèrent chemin jusqu'à sa mâchoire, sa joue, le pouce lissant la commissure de ce sourire qui la charmait plus encore et qui emprunta le sien. A nouveau la valse folle de ses pétales la poussa à le réclamer plus fort. Ses doigts se refermaient contre ses mèches brunes, ce baiser langoureux rythmé par les chapelets de soupirs haletants qu'il pouvait cueillir à leur source. Elle s'évadait, se tendait mais n'avait pas mal une seconde. Ses lèvres filèrent à son oreille son bras ceinturant tendrement sa nuque alors que tout menaçait de céder en elle, les échelons gravit disparaissaient les uns après les autres alors qu'elle atteignait le summum du plaisir.

- Tu m'fais du bien. Un rire étranglé par la jouissance qui la fauchait comme une faux faisait plier un épi de blé. Ses soupirs furent plus lourds, plus audibles encore alors qu'elle renversait la nuque sur le lit en s'accrochant à lui. C'était mieux que pire, plus puissant encore parce qu'elle avait la certitude qu'il l'aimait, qu'il ferait tout pour elle, qu'il avait peur, et avait eu peur pour elle. La gorge étirée, Evelyn relâcha doucement ses cheveux bruns avant de revenir l'embrasser, les traits huilés, le corps humide de satisfaction et des vestiges délirant d'un échange qui malgré l’apothéose, perdurait en elle à l'en rendre toute chose. Elle pouffa discrètement, avant de loger le front contre le sien, amoureuse, heureuse, comblée. C'est comme si je planais là ….. et c'est pas les médicaments je t'assure …. Juste toi. Murmura-t-elle en un sourire qu'elle lui offrit en dégageant les perles salées contre les traits de son homme bien plus parfait qu'il n'était imparfait.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Undercover   Ven 23 Nov 2018 - 7:13
Y’avait déjà plus grand monde qui répondait là-haut dans son crâne, en temps normal c’était déjà pas la joie entre les trois neurones de Donovan, mais dans ces moments là, ils étaient déjà plus que deux en état de fonctionner, et quand Collins répondit, sa voix entre le souffle et la mélodie à ses oreilles, les deux derniers grillèrent aussi. Combat terminé, restait que lui, elle, eux, le silence de cette piaule seulement brisé par leurs souffles, le bruissement des draps. Tout était volupté, rencontre, juste eux, juste comme elle le voulait, juste comme finalement Donovan le voulait aussi.

Le tatoué se sentit pencher au-dessus du précipice, s’y laissant tomber à ses mots, son corps pressé contre celui de la blonde, son souffle revenant caresser sa peau. Bordel, elle lui avait vraiment manqué, c’était pas qu’une histoire de cul. C’était pas simple, c’était pas compliqué, c’était juste ça, parfait. Donnie laissa ses doigts glisser encore sur sa peau, y savourant la chair de poule qui s’y formait, sourire aux lèvres, son nez glissant à sa gorge avant qu’il revienne loger son regard dans celui de la jeune femme. Un nouveau baiser, il s’en lasserait jamais, ni d’elle, ni d’eux.

Son aveux, sincère, sans fioriture, lui arracha un nouveau sourire. « Ça c’est ce que tu penses, mais j’ai mis un truc dans ton verre tout à l’heure … » plaisanta-t-il avant de revenir l’embrasser. « Tu m’as manqué Collins. » souffla-t-il contre ses lèvres, sans se dégager d’elle, comme si là il pouvait plus parce qu’il avait trop craint de la perdre. Parce que pendant quelques secondes, ça avait été le cas. Il s’était passé ces quelques secondes où Donovan avait eu la sensation qu’elle n’était plus là, qu’elle ne serait plus là. Le tatoué resserra son étreinte autour de son corps, marqué des événements passés, avant de glisser son regard dans celui de la blonde à nouveau.

« Tu sais que là  tu vas pas échapper à la bonne nuit de sommeil ? Je vais aller chercher un verre d’eau et les comprimés qu’a donné le doc. Tu m’attends ici. » Il en avait pas pour longtemps, pourtant ça lui paraissait déjà trop longtemps pour se serrer d’elle. A regret, il quitta la chaleur de ses bras pour le froid mordant de la piaule. « Putain on se pèle les couilles ici. » C’est pas ce qui l’empêcha de quitter la pièce et de descendre à poils pour récupérer les petites boites de comprimés que Zhou leur avait donné avant qu’ils quittent le dispensaire. Elle avait même noté sur chaque boite ce qu’il fallait prendre, quand, et quelle quantité.  Un verre d’eau plus tard, le tatoué remontait et posait le tout sur la table de chevet près de Collins.

Assis sur le bord du lit, Donovan caressa sa tempe du bout des doigts, toujours ce même sourire aux lèvres. « Un de ceux-là et deux de celui-là. » dit-il en désignant les tubes puis le verre d’eau. Rapidement, il dégagea les affaires restantes du plumard avant de lui montrer le pyjama qu’il avait sorti pour elle. « Faut que je plaque au sol pour que t’enfile ça ? » Il avait pas envie de lui faire mal sans le vouloir si elle se trimbalait à poils pour dormir, ça et aussi le fait que lui ça l’aiderait pas à dormir. Une seconde, le tatoué s’éclipsa dans sa chambre à lui pour trouver un calbut pour pas se trimbale à poils trop longtemps non plus, avant de revenir et de s’étendre près d’elle. « On a qu’à prendre ta chambre. »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Undercover   Ven 23 Nov 2018 - 11:49
Undercover


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Les sens exacerbés, la jeune femme papillonna des cils lorsque ses doigts glissèrent encore contre elle. Depuis quand c'était si intensément bon ? Depuis des mois mais là, là c'était plus fort encore. Le front posé contre le sien, Evelyn lui offrit un immense sourire duquel s'échappaient maintes inspirations sereines avant qu'il l'invite à rire.

- La drogue du violeur là ? Ses doigts dégageaient les mèches brunes prises contre son front humide. Je t'ai quasiment forcé, alors cette fois je te crois pas …. Non non. Rieuse elle soupira d'aise à ce trio de mots aussi précieux que l'était l'autre. Toi aussi et j'ai besoin de toi …. Je vais bien qu'avec toi. Elle lui mentait pas, des instants dans son existence post-apocalyptique où elle s'était sentie pleinement bien, apaisée, sereine, ce n'était que ceux passés auprès de lui. Même avant qu'ils se brûlent les ailes en jouant à un jeu dangereux, autant qu'il l'était pour elle que pour lui en définitive, Evy ne se sentait bien, entière et entièrement elle que quand elle était auprès de lui. Elle roula théâtralement des yeux, elle savait oui, elle devait dormir mais difficile en sachant qu'elle avait une chance inouïe de le retrouver là, d'être entièrement sienne. Étreinte, l'éteignant tout autant, elle opina malgré tout avant de frissonner quand la fraîcheur de la pièce remplaça l'empreinte de son corps brûlant sur sa peau. Il faisait froid oui, plus froid qu'elle le pensait en réalité. S'étirant doucement pour se placer sur son flanc droit et intact, Collins ancra le coude au drap encore chaud pour loger le menton dans sa paume en le décrivant. Oui, je confirme ….. Rit-elle en une allusion à peine masquée concernant ses attributs victimes du souffle frais qui perdurait dans la chambre. dépêches toi s'il te plaît.

Ses yeux scrutèrent le moindre de ses gestes, puis s'attardèrent au creux de ses reins qui lui fit mordre sa lèvre inférieure avant de reposer, rêveuse, la tempe contre la couche. Il est à toi ….. juste à toi. Oh oui, et c'était presque surréaliste, elle peinait encore à réaliser. Mais, malgré tout, l'euphorie délirante de cette certitude faisait poindre une tendre roseur contre ses joues, jaillir quelques étoiles au creux de ses prunelles noisette tandis que les petits cœurs tournoyaient harmonieusement autour de ses mèches blondes. Quant il revint, après de trop longues minutes, l'ex étudiante se redressa du mieux qu'elle put pour agripper le verre et les comprimés dont il lui indiquait les doses. Cachets avalés, elle manqua de s'étrangler avec la gorgée d'eau à ses conneries.

- Je vais le mettre, t'as besoin de dormir aussi. Profitant qu'il s'éclipse encore dix petites secondes, elle batailla avec l’étoffe de coton pour couvrir sa poitrine puis enfila un dessous avant de se glisser sous les draps. Oh j'vois, Ponctua-t-elle tandis qu'il revenait, pudeur prisonnière d'un boxer, s'étendre près d'elle après avoir fait son choix concernant la chambre. Est-ce que tu veux qu'on délimite un périmètre de sécurité ? De nouveau positionnée sur le flanc, Evy arqua un sourcil en glissant l'index contre les encrages de son torse. Les coussins peuvent servir de ligne dissuasive tu sais. Le nez plissé, elle termina par éclater de rire avant de revenir se lover contre lui. Il avait chaud, il sentait bon, son cœur battait tout contre son oreille. Le meilleur endroit au monde, la sécurité incarnée, un abri de chair, d'os et de sang avec une âme plus lumineuse qu'il pouvait l'imaginer. Son homme …. son militaire sexy et tendre. Elle rêvassait entre ses bras, éprise à un point qu'elle même ne croyait pas atteignable ou même possible. C'est plus ma chambre mais la notre. Puis, on dirait un nuage, pas étonnant que j'ai l'impression de planer quant tu y es. En douceur, elle se hissa correctement pour l'embrasser. Tu m'rends très heureuse, puis, finalement toi aussi t'es un peu mon doudou sexy. Un large sourire, des paillettes dans les yeux, c'était d'une simplicité effarante après des mois en apparence complexes. Changes jamais, t'es parfait.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Undercover   Sam 24 Nov 2018 - 10:29
La drogue du violeur. Putain Donovan regretta sa blague à la con là, déjà pour ce qu’avait failli subir Collins à cause de ce connard d’Homer mais aussi, et peut-être surtout, parce que toutes les violences de ce genre lui étaient insupportable depuis qu’il avait été en âge de comprendre que si sa mère avait un cocard, c’était pas parce qu’elle avait raté son maquillage. La voix de la blonde l’empêcha néanmoins de partir trop loin dans les mauvais souvenirs, dans la culpabilité. « T’avais pas vraiment besoin d’me forcer hein … mais … ouais … dans ton état, putain j’ai peur de te péter une côte en éternuant alors … » Il en plaisantait mais voir Evy comme ça le foutait vraiment en vrac même si son sourire suffisait à l’apaiser. Je vais bien qu’avec toi. Elle avait pas idée de combien c’était vrai pour le tatoué aussi, combien l’air lui manquait quand elle était pas là. Difficile de dire qui avait le plus l’autre dans la peau … Donovan avait joué les charmeurs, c’était logique, mais Collins, elle avait rien fait à part être elle-même. C’était peut-être pire.

Parce qu’il fallait qu’il pense à sa santé à elle avant tout, Donovan s’extirpa du lit et se pela les couilles sévère dans la piaule. Une grimace faussement vexée à l’attention de la blonde et il disparaissait pour revenir quelques minutes plus tard avec tout ce qu’il fallait pour elle et un peu plus habillé, au moins elle se foutrait pas de lui, pauvre homme dans le froid. Donnie réussit à la convaincre d’enfiler un pyjama, dieu soit loué il réussirait à pioncer, au moins un peu.

« Un périmètre de sécurité … On devrait peut-être, je sais pas … On sait jamais quoi, tu pourrais te réveiller dans la nuit et décider que tu peux pas te passer de mon corps d’athlète, résultat moi j’dormirais toujours pas. Donc peut-être que ouais, les coussins de mémère là ils pourraient avoir une utilité. » Enroulant son bras autour d’elle après avoir ramené la couverture sur eux, Donovan esquissa un sourire. Il voulait pas le moindre périmètre de sécurité, il voulait pas qu’elle soit loin de lui, plus une seule seconde. Enfin ça serait pas possible, forcément elle devrait l’être un peu, parfois, mais jamais elle devrait disparaître du périmètre dans lequel lui pouvait la protéger.

Ses mots glissèrent à son oreille, dessinant un sourire à ses lèvres fines. Sa chambre à lui aussi, ouais, sans doute. C’était juste un lit, ce qui faisait que c’était sa chambre, c’était de la partager avec elle surtout. Mais c’était bien trop cheesy pour qu’il le lâche à voix haute, alors ça resta coincé dans son crâne de piaf. « J’aurais plutôt dit que j’étais comme un sex toy multi-fonctions, mais ouais, on va rester sur le doudou sexy. » Le tatoué lui vola un nouveau baiser avant de soupirer d’aise. « C’est l’heure de dormir ma belle. » Il était loin d’être parfait, mais il était prêt à accepter qu’elle le pense, à se voir dans son regard à elle.

La blonde dans ses bras, plus apaisé qu’il l’avait été sur les dernières semaines, Donovan trouva rapidement le sommeil. Y’avait rien ni personne de mauvais dans ses rêves, juste ce sentiment de sérénité. Le visage de sa mère lui apparut, c’était un de ces moments de son enfance où il avait été heureux, purement et simplement heureux. Tu y as droit Donovan. Elle lui répétait encore ça, qu’il y avait droit, mais à quoi. Tu as le droit d’être heureux mon fils. Quand il rouvrit les yeux, un peu groggy, le tatoué observa un instant Evy à ses côtés. Du bout des doigts, il caressa ses mèches blondes avant de reposer sa main sur son ventre, doucement et soigneusement pour pas lui faire mal, pas la réveiller. Il voulait juste rester là, la regarder dormir, c’était con après l’avoir tant veillée dans son coma. Mais là, Evy était juste endormie, elle ouvrirait bien les yeux sans doute, elle lui parlerait.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Undercover   
Revenir en haut Aller en bas  
- Undercover -
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Musique tirée de NFS Undercover
» (M/LIBRE) FRIEND UNDERCOVER + 22 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: