The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Undercover -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Undercover   Ven 16 Nov 2018 - 20:50
Undercover


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle ne connaissait pas cet endroit, pourtant il y faisait bon, et les couleurs étaient si vives qu'il lui plaisait presque d'être là, seule … Totalement seule et isolée du reste du monde. La jeune femme le voyait l'univers derrière cette barrière invisible, tout n'était que chaos, mort, sang …. Brouillard pesant dans lequel elle ne discernait pas tout mais dont la noirceur semblait inlassablement l'attirer quand, de l'autre côté, lorsqu'elle déviait les prunelles de cette grisaille tempétueuse, vibrait une lumière encore aveuglante où diverses silhouettes semblaient évoluer paisiblement. Comme sous une cloche de verre, immense cette dernière, les sons ne lui parvenaient que de manière sourde. Et il semblait bien y avoir un chapeau de verre ici, sur ce paysage végétal d'un vert chatoyant contrastant avec une voûte d'un bleu magnifique. Il faisait bon ici, vraiment, car même si elle ne percevait pas le soleil, et ce malgré l'absence de nuage, sa robe blanche à bretelles lui suffisait.

Elle était là, debout dans cet espèce de pré spectral tant il était beau, les pieds nus dans l'herbe douce et malgré tout, malgré la beauté de cet endroit aussi rassurant soit-il, ses billes noisette ne fixaient que cette ombre d'un côté de la cloche. Qu'attendait-elle ici au juste ? Comment était-elle arrivée ici, pourquoi n'y avait-il plus de sang sur ses courbes, de larmes contre ses joues ? Elle n'en avait aucun souvenir mais elle avait cette certitude que l'attente ne serait plus vraiment longue, pas quand une voix lui parvint depuis le côté lumineux de ce chapeau de verre. Encore incapable de bouger, Evy sentit néanmoins son cœur battre et quelques sanglots, heureux, obstruer sa gorge. C'était bien son père qu'elle entendait sans le voir dans cette lueur trop intense et blanche. Elle l'entendait distinctement, il lui disait qu'elle n'avait pas à avoir peur, que tout irait mieux et qu'elle ne souffrirait plus si elle choisissait la rive droite derrière cette sphère translucide. Bryan lui soufflait qu'elle ne serait plus jamais seule, qu'il la guiderait, qu'il la protégerait. Mais à cette dernière promesse, Evelyn fronça les sourcils.

- Si tout est mieux de ce côté là, pourquoi tu devrais me protéger papa ? Enfin elle crut le voir sous cette lumière qui irradiait à l'en aveugler. Il tendit le bras de l'autre côté de la cloche, à gauche, pour désigner une toute autre ombre qui fit pulser son cœur plus vite, plus lourdement. C'était de lui qu'il voulait la protéger ? L'éloigner ? Sa poitrine se compressait de le voir là, il ne souriait pas, ne parlait pas, il la fixait simplement de cet air qu'elle avait tenté maintes et maintes fois de chasser. Rive gauche, celle du cœur ... C'était d'une logique effarante, autant qu'il était évident qu'elle ne voit que noirceur de ce côté ci, là où il l'attendait sans pour autant l'appeler. Donovan ?

Aucun son ne fila pourtant ses lèvres, du moins elle s'entendait l'appeler mais sa bouche ne bougeait pas le moins du monde. Evelyn put ancrer les yeux aux siens quand enfin il entendit cet appel silencieux. Elle esquissa un faible sourire. Derrière elle, son père reprenait et malgré tout, le choix était fait. Enfin elle pouvait avancer, bouger, avancer vers la noirceur qui peu à peu, au grès de ses pas, reculait pour ne laissait qu'un gris tendre l'entourer lui. C'était lui, ce serait toujours lui. Peu importait qu'il l'ait blessée, repoussée, elle préférait vivre dans un monde où il respirait et existait, que dans un univers où elle ne le croiserait plus jamais. Peu importait le timbre derrière elle et les suppliques qui lui fendaient le cœur, c'était lui ... Sa main glissa contre la parois qui s'écoula à ses pieds. Ce n'était que de l'eau, un écran d'eau aussi claire qu'elle avait cru à du verre.

Collins rouvrit péniblement les yeux, et tout ce qui n'était qu'apaisement redevint souffrance, lourdeur. Encore cette lueur vive et blanche, mais en la fixant une seconde, pour faire maladroitement le point sur le décor, l'assistante comprit rapidement qu'il ne s'agissait que de néons. Maintenant elle se souvenait. Le District, la guerre, les balles l'ayant traversée, l'accident …. Takeo et …. Le néant. Pourtant là, dans le creux de sa paume elle avait chaud, cette chaleur très agréable qui semblait lui effleurer l'épiderme lorsqu'elle était encore sous cette cloche invisible. Dans ce monde étrange où deux choix s'étaient imposés à elle. La souffrance était néanmoins plus sourde que lorsqu'elle l'avait grignotée aux premiers instants, lors des tirs, du massacre. Encore dans un coton particulièrement tendre, ses doigts pressèrent ceux qu'elle ignorait tenir les siens. Doucement, trop faiblement sans doute, simplement pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas, qu'elle n'était pas morte là bas mais qu'elle était bien là où elle imaginait se trouver.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Undercover   Ven 16 Nov 2018 - 22:06
Assis près du lit dans le dispensaire, Donovan tenait entre ses mains jointes ses doigts si fins, fragiles, blafards. Il avait le cœur lourd le tatoué, terriblement lourd. Douze jours. Douze jours qu’elle était revenue, inconsciente, en sang, livide. Difficile pour lui de dire ce qui était le plus dur dans ces treize journées qui s’étaient écoulées avec une lenteur effrayante. Pour une part, Donnie savait que c’était sa faute si Evy était blessée, entre la vie et la mort, parce que sans leur dispute elle serait pas partie. Mais une autre part de lui en voulait à ces abrutis de fermiers. Les pertes étaient lourdes et de ce qu’on lui avait raconté eux aussi avaient perdu du monde mais ça serait jamais assez pour ça.

Durant ces treize jours, le brun avait que rarement quitté son chevet, le strict minimum. Pourquoi ? Si elle se réveillait, il voulait être là, il voulait qu’elle sache en ouvrant les yeux qu’il la lâcherait plus. Et si elle se réveillait pas ? Alors Donovan voulait être là pour lui éviter ce sort pire que la mort. Déglutissant, le tatoué pressant un peu plus ses doigts au creux de sa paume. Treize jours. Ils étaient pas optimistes, parce que même eux dans leur Fort pété de tout un tas de technologies que les trous du cul avaient pas, ils pourraient rien faire contre tout ce qu’elle risquait à se battre seule contre l’inconscience. Le militaire soupira, se levant pour faire les cent pas dans la pièce, là, il avait peur. Comme cette fois dans la forêt, peur de pas la retrouver, peur de pas pouvoir lui dire. Lui dire quoi au juste ? La vérité, vraie, crue, sincère.

Sa paume dévala son visage, les traits tirés, épuisés par le manque de sommeil, par l’angoisse, avant qu’il revienne poser son pauvre cul désolé sur la chaise qu’il rapprocha du lit. Ses doigts tatoués caressèrent sa joue avant que ses deux mains n’enserrèrent à nouveau la main de la blonde pour la porter à ses lèvres. « Collins … Evy … Je sais pas si tu peux entendre quoique ce soit mais … putain … Evy s’il te plait … j’ai besoin que tu t’accroches, j’ai besoin que t’ouvres les yeux maintenant, t’as assez dormi … » Il en esquissa un sourire triste, elle était belle sa princesse au bois dormant, et il aurait donné tous les baisers du monde pour la réveiller. Ses phalanges pressées contre son front, Donovan soupira, il en pleurait même.

« J’suis désolé Evy putain … T’aurais pas dû être là-bas, t’aurais dû être ici, près de moi. J’ai trop besoin de toi, je … » L’un des médecins qui passait par là pour vérifier l’état de Collins fit demi-tour, le laissant tranquille après un petit signe de tête. « Tout le monde, tout le monde a son avis sur moi. Tout le monde a toujours eu un avis sur moi, et je peux pas dire que j’ai vraiment aidé mais toi … toi, Collins, t’as jamais arrêté de croire en moi, t’as vu autre chose. J’veux que tu continues à voir autre chose, quelqu’un d’autre en moi. Je veux me voir dans tes putains d’yeux, alors s’il te plait, les gardes pas fermés. » Il pressa ses doigts plus fort, emporté, en larmes comme rarement, Donovan sentit même pas la frêle pression qu’elle exerça en retour.

Il inspira à nouveau, difficilement, lourdement. « Tu vois pas un sombre connard en moi, tu vois … t’as vu un ami, un type digne de confiance, t’as vu … t’as vu un père. J’suis désolé Evy, je suis tellement désolé, je pensais rien de ce que j’ai dit … J’ai besoin de toi … J’ai besoin de toi Collins. » Enfin il remarqua, cette maigre sensation qu’elle lui rendait cette étreinte. Donnie leva ses billes grises vers son visage. « Evy ? » Donovan glissa sa main à sa joue. « Evy ? Putain d’merde, réveille-toi … j’t’en supplie, j’ai trop besoin de toi, je m’en fous des autres. Y’en a aucune autre comme toi … Y’a qu’toi … » Il y avait qu’elle pour le supporter, pour endurer toutes ses conneries, pour vouloir encore de lui, pour le faire rire. Et là tout ce qu’il voulait c’était revoir son sourire, cette douceur dans son regard, il voulait juste pouvoir la regarder et se voir dans ses yeux noisette. Il lui sembla la voir papillonner doucement. « Docteur ?! Y’a quelqu’un là ?! Merde ! » Elle se réveillait et la seule chose qui lui faisait peur c’était que ce soit pour la dernière fois.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Undercover   Ven 16 Nov 2018 - 22:07
Undercover


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Retour pénible à la réalité. Si ses yeux peinaient encore à s'ouvrir, son corps lui se réveillait, autant que la douleur qu'elle avait quitté sans savoir qu'il ne s'agissait pas que de quelques heures, mais plutôt d'une poignée de jours. Cette lueur vive au dessus d'elle, contre laquelle ses iris avaient du mal à faire le point, l'aveuglait. Pourtant elle n'était plus ailleurs et ne se souvenait plus vraiment de cette cloche, de son père, ni même de ce qui l'avait poussé à avancer. Encore dans les vapes, la jeune femme l'entendit. Sa voix était sourde et les mots ne résonnaient pas clairement à ses tympans. Tout ce qu'elle comprit fut, les autres ou ce toi qui la poussa à presser encore sa main. Parce que malgré son état, malgré l'impression que son corps pesait des tonnes, elle n'était pas bête, elle ne semblait pas rêver : il était près d'elle. Après tout ça, après les maux, la souffrance, les horreurs qu'ils s'étaient dites, Donovan était là malgré tout. Evy respirait encore doucement, pour autant son cœur sembla reprendre de ces couleurs vives, s'envelopper d'une chaleur délirante, au simple contact de sa main contre sa joue.

L'assistante tenta d'ouvrir la bouche, pour l'apaiser parce qu'il prononçait son prénom, parce que son timbre chevrotait et qu'elle le savait, elle le connaissait parfaitement désormais, il pleurait. Fallait pas qu'il pleure pour elle. Elle allait bien, mais incapable de parler encore, Evelyn n'avait que la pression de ses doigts pour l'apaiser sans se douter qu'il attendait depuis douze jours. Je vais bien …. J'ai mal mais je vais bien Donovan. Ce n'était qu'une pensée, que ce qu'elle désirait lui dire sans y parvenir. Quand il appela un médecin, elle comprit mieux. Elle n'était plus sur la plage, et cette lueur trop claire au dessus d'elle, qui l'empêchait d'ouvrir grand les paupières, n'étaient que les néons du dispensaire. Personne ne vint encore, personne ne vint pour elle et sans doute que personne ne viendrait s'il ne lâchait pas sa paume pour aller chercher un infirmier. Mais elle allait bien, aussi bien qu'on pouvait l'être face à tant de maux, aussi bien qu'on l'était en sachant qu'on avait échappé de peu à la mort.

Douloureusement, Collins fronça les sourcils puis serra ses doigts pour qu'il lui revienne. Puisqu'il attendait pour elle, qu'il attendait qu'elle lui revienne. Allez, tu peux le faire Evy …..... parles lui. Sa conscience était douce, calme, endolorie autant que l'était sa silhouette chétive. Ses lèvres tremblèrent une minute et enfin elle rouvrit les yeux pour capturer les traits de son visage. Elle y lut l'inquiétude, ce qu'elle ne voulait plus voir et ce qu'elle n'avait pu capturer dans la forêt tant il y faisait noir. Le militaire était rongé par la peur, la mélancolie, et si elle voulut ramener sa main libre contre sa joue, elle en fut incapable tant le mal l'électrisa. Son bras gauche pesait, souffrait, autant que le flanc sous ce dernier.

- Salut …. toi. Fut tout ce qu'elle parvint à dire pour l'appeler, s'offrir l'éclat de ses billes grises, humides comme jamais, dans lesquelles elle noya les siennes en un piètre sourire qui, malgré son état, irradiait de ce bonheur qu'elle n'avait touché qu'avec lui. Evelyn parvint à se racler la gorge, le timbre enroué d'avoir tant dormi sans malgré tout savoir combien de temps. Les derniers clichés de la plage lui revenaient, l'odeur d'iode tout autant, la violence de Lucas et ensuite cette sensation de fuir, de partir, d'abandonner son corps trop meurtri pour ne plus rien ressentir. Pleures pas …...... je suis près d'toi, tu vois ? Un faible rictus fila ses pétales contre lesquels elle dût passer la langue tant ils étaient rêches. J'dors juste depuis quelques minutes …...... Tout va bien, j'étais juste fatiguée. Lui sourit-elle à nouveau en resserrant, du plus fort qu'elle put, la main prisonnière de la sienne. Excuses moi de t'avoir fait peur …..... de t'avoir abandonné. Elle ignorait s'ils passaient l'éponge, elle l'espérait juste, mais simplement le voir, sentir sa chaleur, entendre sa voix, lui suffirait s'il n'y avait plus que ça pour les relier.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Undercover   Sam 17 Nov 2018 - 9:27
Ils étaient où les médecins et les infirmières bordel de merde ? Elle avait ouvert les yeux, elle s’était réveillée, mais elle sombrait à nouveau. Donovan avait le palpitant au bord du crash là, parce qu’Evy oscillait, qu’elle jouait les funambules sur ce putain de fil entre la vie et la mort. Et surtout parce que c’est ta faute gros con. Une fraction de seconde il avait croisé ses iris noisette, une fraction de seconde elle avait pressé ses doigts usés des siens, doux, fragiles. Il l’appelait, il continuerait de l’appeler jusqu’à ce qu’elle lui revienne, il l’appelait tant et si bien qu’il faillit la rater cette petite voix, fatiguée. Salut toi. « Collins ? » Il avait pas rêvé hein ? Elle avait parlé, elle revenait, elle lui revenait.

D’un revers du poignet, le tatoué frotta ses yeux, écrasant les larmes en une trainée saline qui semblait plus compter là, maintenant qu’elle revenait. C’était pas une putain de blague hein ? Nerveux malgré le soulagement, Donnie tremblait, encore plus en récupérant ce verre d’eau sur le petit chevet. « Tiens, arrêtes, essaies pas de parler, bois un peu. » Il en avait vu des collègues qui se réveillaient après des jours, des semaines dans le coltard, ça lui était même arrivé une fois et le pire c’était cette impression d’avoir du papier de verre dans la gorge. « T’as toujours été près de mois Evy. » répondit-il avec un coup d’œil vers la chainette qu’elle lui avait offerte, plus encore que cette montre. J'dors juste depuis quelques minutes. Son cœur se serra, c’était pas grave qu’elle ait dormi plus longtemps, ça lui rappelait juste sa putain d’inquiétude.

Et le pire dans tout ça ? Evelyn s’excusait. Donnie en secoua la tête, serrant plus fort sa main dans la sienne. Pourquoi elle prenait toujours tout sur elle ? Pourquoi elle voyait pas que c’était lui l’enfoiré qui merdait ? Tu sais pourquoi. La voix de sa mère remplaça enfin celle de son connard de paternel qui l’avait pas lâché depuis de trop longues journées. Tu y as droit Donovan. Le tatoué inspira, ses billes grises rivées sur elle, chaque écorchure sur son visage, il savait aussi les autres blessures, par balle, le choc de l’accident. On lui avait raconté. Takeo, l’ami de la blonde il était pas revenu.

Alors ce fut comme la seule chose logique à faire, la seule chose qu’il avait eu envie de faire depuis qu’elle était partie, qu’il l’avait poussée à partir. Donnie se leva d’un bond, la chaise sur laquelle il était posé glissa sur le sol sans un son. Sa main resta lovée contre sa joue et ses lèvres vinrent cueillir celles de la blonde. C’était chaste pour lui, mais pourtant c’était sans doute le baiser le plus évocateur qu’il ait eu l’occasion de lui donner. Il soufflait son soulagement, sa culpabilité, et tout le reste. Son front pressé contre celui de Collins, Donovan soupira contre ses lèvres. « Tu m’as pas abandonné Evy, t’es revenue, t’es là … Et moi j’te lâcherai plus jamais … J’suis désolé d’être un foutu connard … Je t’aime Evy … bordel je t’aime. »

C’était sorti tout seul, sans le réfléchir, sans en avoir peur. Le tatoué avait même pas réalisé ce qu’il venait de lui lâcher là, mais là, elle le méritait. Elle méritait toute la vérité, toute la réalité de ce qu’il ressentait quand il était avec elle, tout le bien, le mieux, le meilleur. Elle méritait de savoir tout ce qu’il ressentait qu’elle était pas là, tout le mal, le moins bien et le pire. « Je vais aller chercher un médecin pour qu’il puisse vérifier que tout va bien, toi tu restes là. J’t’interdis de fermer les yeux et de me laisser, okay ? » A nouveau, ses lèvres glissèrent contre celles de la blonde. Même la laisser pour aller chercher un médecin était compliqué là. Pourtant il s’y résolut, tirant le rideau pour aller trouver Zhou qui était la seule là.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Undercover   Sam 17 Nov 2018 - 11:14
Undercover


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Son sourire – aussi faible était-il – ne tarissait pas. Elle était simplement heureuse qu'il soit là, que malgré tout, il tenait sa promesse alors qu'elle, trop blessée, trop usée de l'aimer à ce point, était revenue sur la sienne. Alors oui, elle s'excusait de l'avoir abandonné, elle s'excusait de lui avoir fait peur, et bien que n'ayant guère envie de lâcher sa main, elle le fit pour agripper le verre d'eau qu'il lui tendait. Ses lèvres en bordure du récipient, Collins avala quelques gorgées avant de lui redonner pour saisir de nouveau ses doigts.  Il lui avait manqué, déjà quelques heures c'était pénible mais quasiment deux semaines, sans lui là bas, c'était pire que tout. Alors la douleur physique ici, elle passait au second plan, y avait simplement l'assurance qu'il serait là, qu'il l'avait été sans doute quelques heures, qu'il l'avait sorti du zodiac pour l'amener ici.  T'as toujours été près de moi Evy. Ses yeux filèrent à la chaînette qu'il portait encore et ses yeux s'emplissaient déjà de larmes qu'elle retenait malgré tout. Elle l'aimait encore, elle avait jamais cessé de l'aimer, même en lui disant au-revoir ses sentiments pointaient encore. Ça cesserait jamais et ce même s'il ne voulait pas d'elle de cette manière là.

Prête à parler encore, lui dire qu'elle pouvait tout effacer, qu'il n'avait qu'à le faire lui aussi, elle n'en eut pas le temps. Son cœur se mit à battre vite, très vite mais d'une manière délicieuse quand il cloua les lèvres sur les siennes. Elle aurait désiré glissé les phalanges libres à sa nuque, mais son bras gauche était incapable de bouger. Au lieu de ça, la jeune femme pinça les lèvres, laissant filer un rictus sanglotant en rouvrant les yeux au creux des siens. Il la lâcherait plus, il avait eu peur et …... Sept lettres et une apostrophe filèrent les lèvres du militaire. Il lui en coupa la respiration, la suspendit à ses trois petits mots qu'il répéta, qui l'ensevelirent dans ce tourbillon de sentiments, d'amour ressenti à son égard. Malgré tout, elle fut incapable de le lui redire, sans doute trop soufflée, trop secouée. Un larme dévala sa joue, et lorsque Donovan relâcha sa paume, en lui disant aller chercher un médecin, elle dégagea mollement la perle en opinant.

- Tu reviens vite ? C'était affolant de manquer de lui à ce point, d'avoir peur que tout s'écroule à nouveau. Quand il quitta ce substitue de chambre, Evy ancra la nuque à l'oreiller et ferma les yeux. Il l'aimait son militaire, elle l'aimait tout autant, mais est-ce que c'était pas la peur et le reste qui venaient de parler pour lui ? Son cœur se réchauffait, sa peau tout autant. Lorsqu'elle lui avait dit tout avait éclaté, ne laissant plus que des morceaux d'eux, des lambeaux de cette relation déjà dure, sombre, toxique en un sens. Ici, c'était plus simple, c'était simple comme à chaque fois que lui, ou elle, avait peur pour l'autre. Absente une minute, ce ne fut que lorsqu'elle entendit leurs pas qu'elle rouvrit les yeux sur l'asiatique qui s'empressait de vérifier ce qu'il y avait à checker. Sa main valide glissa vers celle de Floyd pour ressentir encore cette connexion unique, ce truc qu'elle avait jamais eu avec personne d'autre qu'avec lui. J'peux rentrer ? Zouh lui offrit un sourire en vérifiant son cœur, l'obligeant à frissonner en y déposant la pastille gelée du stéthoscope.

- Si ton cœur arrête de s'emballer comme ça, peut-être que je te dirai oui Evelyn. Le rose lui grimpa aux joues, l’inondant de cette chaleur si particulière qu'elle en redressa les cils vers les yeux de celui qu'elle aimait, sous le regard attentif de la doctoresse. Je vois, ce n'est pas médical cette sorte de tachycardie. Merde, la blonde en rougit d'avantage avant que la brune inspecte l'état des plaies, recousues, sous les pansements. Je ne vois pas d'objection, les douze jours de comas ont été bénéfiques en un sens, ça cicatrise, mais il faudra désinfecter, changer les pansements et revenir me voir toutes les semaines durant un bon mois premièrement. Douze jours ?, elle fronça les sourcils en interrogeant Donovan d'un simple regard. Elle avait été absente quasiment deux grosses semaines, pour elle tout datait de la veille. Mais si tu sors, il faudra que tu te ménages. Ce qui voulait dire qu'elle ne pourrait guère être seule durant sa convalescence. A savoir si le militaire, bien qu'ayant décidé de vivre ailleurs, voudrait rester auprès d'elle sans quoi …. Sans quoi elle serait forcée de vivre avec Lucas qu'elle n'avait pourtant pas envie de voir. Tout reposait entre les mains du tatoué qu'elle ne voulait plus lâcher. Mais on va attendre une petite heure avant de te rendre ta liberté, d'accord ? Zouh échangea quelques mots avec le grand brun avant de filer et de la laisser seule avec elle.

- J'veux rentrer …... Collins hésita, elle voulait le lui dire encore, mais la crainte que ce ne soit qu'une coïncidence, que la peur qui l'ait poussé à le lui dire, l'empêchait d'être totalement franche, malgré tout elle pouvait y faire allusion. L'espoir au creux du ventre qu'il ne revienne pas sur son envie d'être auprès d'elle. je veux rentrez chez nous. J'veux être avec toi, j'veux pas rester là. Effacer les trucs moches, tout ça …... J'veux juste être avec toi. Double sens, comme d’accoutumé entre eux, peut-être comprendrait-il ce qu'elle désirait vraiment.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Undercover   Sam 17 Nov 2018 - 16:46
C’était sorti tout seul, à tel point que Donovan réalisait pas encore qu’il venait de dire ces mots qu’il s’était promis de plus jamais dire, parce que ça finissait toujours mal. Mais là, le tatoué était trop rassuré après avoir été trop inquiet. Il l’avait vue partir, il s’était vu ruminer sa culpabilité dans sa mort pour le reste de sa pitoyable existence. Et elle avait ouvert les yeux, il avait pu revoir son sourire, son sourire qui savait lui arracher mille espoirs, dont celui que finalement il était pas si pitoyable que ça. « Ça dépendra de Zhou. » souffla-t-il avec un sourire, sachant qu’il reviendrait à vitesse grand V pour la retrouver.

Il trouva rapidement la médecin qui revint avec lui vers la grande blessée, petite par la taille, mais effectivement bien blessée. Il s’en voudrait à mort tout le reste de sa vie. Retrouvant aussitôt sa main dans la sienne, Donnie fronça les sourcils à sa question. Evidemment il préfèrerait la voir se remettre chez elle, mais ici il y avait du monde pour veiller sur elle, tout le nécessaire. Il laissa la toubib parler, pour une fois silencieux et concentré. En un seul mot. Douze jours, il adressa un sourire triste à Collins, avant de hocher la tête en direction de Hokulani.

« Tu rentreras. » Ses lèvres s’écrasèrent à son front, sa main perdurant contre sa joue. Un instant, il se rappela leur direction vraie discussion, il se rappela l’avoir blessée. Le tatoué retira sa main aussitôt avant de soupirer. « Evy … Quand vous êtes rentrés … » Elle avait tiqué sur ces douze jours, il devait bien lui dire. « T’as fait un putain d’arrêt cardiaque … putain tu m’as fait la peur de ma vie ma belle … Et comme si c’était pas suffisant, t’as décidé de jouer la belle au bois dormant pendant douze jours … »

Il déglutit, soupirant avant de s’asseoir sur le bord du lit, son regard gris la couvant, douloureusement parce qu’il savait la douleur. « On va attendre que Zhou te donne le feu vert, et on rentre. » Chez eux ? C’était chez elle, mais lui il y avait pas tant foutu les pieds, préférant de loin sa coloc’ avec Cain que la solitude de cette maison où ils avaient commencé à créer quelque chose qui lui foutait une angoisse monumentale. Du bout des doigts, Donovan caressa sa joue. « Louisie a prononcé son premier mot pendant que tu dormais, elle a même commencé à marcher et elle sait préparer elle-même sa purée dégueulasse … » Il fronça les sourcils avant d’esquisser un sourire. « Non, j’déconne … » Il déconnait sans avoir la force de vraiment rire.

Sa main qui tenait celle de Collins pressa plus fort ses doigts si fins, si fragiles. « Je suis désolé Evy … pour … pour tout ça. » Pour l’avoir obligée à fuir, à vivre cette attaque, à vivre la perte de son ami. Est-ce qu’elle se souvenait seulement ?


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1180
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Undercover   Sam 17 Nov 2018 - 17:32
Undercover


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Douze jours, Hokulani était à peine partie que Donovan venait s'installer près d'elle. Elle sentait à nouveau ce parfum, ce parfum qui lui avait tellement manqué, qu'elle pensait plus jamais pouvoir apprécier en étant aussi proche de lui. Son cœur s'était arrêté, elle avait fermé les yeux durant plus de deux semaines et les rouvrait à peine aujourd'hui pour le voir lui, survivre à toutes ces horreurs, autant physiques que morales, pour n'être qu'avec lui. Silencieuse, sa main pressa la sienne plus fort, il lui avait manqué, et là, sans véritablement savoir ce qu'il voulait d'elle, il lui manquait encore car rien n'était totalement clair. Elle avait à la fois peur de lui dire, d'une autre réaction trop vive, et à la fois ce besoin de le lui dire, qu'il comprenne qu'il était tout pour elle. Son univers, jusqu'à lui, n'avait jamais été aussi clair, aussi évident, il avait fallu tant de noirceur, tant de baume invisible à passer sur cet homme pour enfin découvrir la personne magnifique derrière des couches de protection trop sombres, mais ça valait le coup. Tout valait le coup pour lui et ses yeux gris.

Quand il revint sur le conseil du médecin, concernant l'heure à venir, elle lui sourit et opina. Elle ne voulait que ça, lui et elle, chez eux. C'était pas juste sa maison, c'était la leur depuis l'instant où elle lui avait proposé de vivre avec elle dans cette bibliothèque de Renton, plus encore depuis qu'il en avait franchi le seuil la première fois. Le contact de ses doigts contre sa joue la fit papillonner des cils. Comment pouvait-on aimer quelqu'un à ce point, au point de se passer soi après l'autre ? Elle n'en avait aucune idée c'était juste instinctif, inné …. Plus rien ne passerait avant lui, pas après ce qu'elle venait de vivre, ce que lui avait vécu à l'attendre pendant douze jours, ce qu'ils avaient vécu et traversé. Pourtant quand il évoqua les prouesses de Louisie, la jeune femme plissa le nez sans vraiment réfléchir avant de le voir rire.

- T'es bête … Arrêtes d'me faire courir comme ça. Rit-elle, forcée de tempérer ses esclaffes au rappel que lui envoyait la blessure dans son flanc gauche.

A nouveau ses doigts à lui pressèrent plus fort les siens tandis qu'il s'excusait. Mais s'excuser de quoi au juste ? De pas l'avoir protégée, de pas avoir été là pour elle ? C'était elle qui était partie, elle qui l'avait abandonné alors qu'elle avait eu la force de tout subir, de tout encaisser pour lui jusqu'à ce fameux jour désagréable. Doucement, et comme elle put, Evelyn relâcha sa main et se décala sur le matelas pour l'inviter à venir près d'elle. A peine le fit-il qu'elle souleva son bras, là aussi pas sans peine, pour se lover contre lui et savourer la mélodie particulière de son cœur. Sa chaleur, son odeur, les vibrations de sa voix au creux de sa poitrine. C'était simple quand tout allait bien, si simple, si beau, si doux ….. En silence un moment, Evelyn déglutit avant de dresser sa main valide contre lui, son index tout contre les lèvres du militaire. Ses yeux croisèrent les siens, s'y enlisèrent un long moment avant qu'elle puisse parler.

- Arrêtes, arrêtes de t'excuser … c'est effacé, t'es là c'est tout c'que je veux …... Et y avait pas de légo non. En capturant son air, elle lui sourit, riant mesurément parce que son corps lui rappelait que c'était pas forcément une bonne idée malgré le bien que ça lui faisait moralement. J'crois que tu m'as demandé, en me ramenant ici, si y avait un lego, j'suis plus très sûre mais ….. J'efface tout parce que c'est toi et parce que y en aura jamais aucun autre qui prendra autant de place dans ma vie, ou dans mon cœur, ni même dans ma tête. Son cœur battait plus vite, mais pas de travers, comme si, enfin, après tout ces moments qu'elle avait cru parfaits pour le lui dire, celui-ci était vraiment parfait, juste, évident. Donovan, tu pourrais être le pire abruti de la terre, le pire connard de l'univers, la pire raclure du monde, que je t'aimerai quand même, t'auras beau me repousser, me faire fuir ….... Je l'ai fait toute seule pourtant, parce que je pensais que tu irais mieux sans moi mais, Elle ne termina pas sa phrase et dégagea son doigts des lèvres du tatoué pour y sceller les sienne en ramenant tendrement les doigts à sa nuque. je t'aimais encore ….. loin de toi j'ai l'impression d'être totalement vide. Je t'aime et j'veux pas que ça te fasse peur, j'veux pas que tu me le dises encore si tu veux pas. J'te veux juste toi, comme tu es, juste toi.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Undercover   
Revenir en haut Aller en bas  
- Undercover -
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Musique tirée de NFS Undercover
» (M/LIBRE) FRIEND UNDERCOVER + 22 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: