The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Le danger rôde partout -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 274
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout - Page 2 EmptyMar 27 Nov 2018 - 18:33

Danger lurks everywhere

Cora R. Haver & Corey P. Torrance & Hannah Hogan

Une réponse fusa dans l'obscurité et étant quelque peu aux abois, je cherchai la provenance de la voix de la torche sous mon M4. Je n'étais pas encore sûre d'être pleinement saine en entendant cette voix féminine somme toute assez forte, peut-être était-ce la preuve même que je devenais barge en compagnie d'un jeune homme, entendre des voix devait même être le stade au dessus de l'escalade dans la folie. Puis, une tête apparut soudainement dans mon champ de vision et ma lampe se braqua dessus une seconde un peu trop tard à mon goût. La tête se redressa pour laisser apparaître une poitrine féminine sous la lumière de mon dispositif. Je fixai ce visage humain, sale mais vivant contrairement aux goules de dehors avant que mes yeux ne se portent à quelques centimètres sur le côté pour apercevoir le canon d'un fusil qui se pointait vers moi. Paradoxalement, je sentis le soulagement se répandre en moi malgré la menace de l'arme. Au moins, j'étais maintenant sûr que je n'étais pas devenue folle, j'avais bien entendue une voix et j'avais devant moi la personne à l'origine de la dite voix. Après ce bref soulagement, je redevins inquiète, ce n'était donc pas Stroud et Hannah Hogan était un nom qui me disait rien, je ne la connaissais pas.

Je ne pouvais que difficilement voir l'arme mais la menace était bien présente. J'étais tentée de la menacer en retour et pendant que je la braquai à mon tour, j'examinai les lieux et à ma grande consternation, je devais admettre que je n'étais pas en position de force. Je partais du principe que j'avais une plus grande puissance de feu qu'en face -rare étaient ceux qui se trimballaient une arme militaire comme un M4- mais elle était en hauteur et pouvait se servir des palettes pour m'atteindre. Les goules allaient à coup sûr débarquer si l'on faisait du grabuge, j'étais plus préoccupée par les conséquences d'une éventuelle riposte que le ton employé par cette jeune femme. Tout le monde voulait se donner des airs lorsqu'il était en position de force... Mon sens du pragmatisme, mis à rude épreuve me commandait de ne pas envenimer les choses, quitte à devoir obéir à cette Hannah. Je demeurai toutefois vigilante et baissant mon arme de quelques centimètres, voyant qu'elle baissait la sienne également. Une tension certaine régnait, pas vraiment dissipée par la piètre tentative d'humour et de cordialité de la part de l'hôtesse des lieux. En revanche, si elle habitait ici, elle savait sûrement quelque chose à propos de Stroud, peut-être qu'elle l'avait même déjà croisé. Ce n'était donc pas par pure sympathie qu'il valait mieux ne pas faire parler les armes mais bien par intérêt. Elle devait peut-être savoir des choses sur les gens ou les environs.

Je recherche quelqu'un, je ne suis pas non plus venue jusqu'ici pour prendre d'assaut votre entrepôt. Je suis ici pour être à l'abri de la horde en mouvement dehors.


Un peu comme le gugusse nerveux et tremblant comme une feuille de ce que je voyais, que je rajoutai mentalement. J'enregistrai l'information qu'il divulguait, en l'occurrence son prénom, Corey. La proposition de la jeune Hannah eut le mérite d'être surprenante... Elle nous menaçait et nous offrait juste après une hospitalité soudaine ? Ce n'était pas normal, les gens du dehors n'étaient jamais aussi charitables ou ouverts à moins d'avoir une bande armée jusqu'aux dents avec eux. La porte principale de l'entrepôt était barrée par un rideau d'acier baissé et je m'étais assurée que la porte par laquelle nous étions arrivés Corey et moi soit bien fermée. Malheureusement, si quelqu'un d'autre débarquait par là, en poussant bien, rien ne l'empêcherai de rentrer, peut-être suivi par des morts-vivants. La situation ne me plaisait guère mais je n'avais pas vraiment le choix, ou j'étais dehors poursuivie par les infectés en espérant atteindre ma voiture, ou bien j'étais ici avec deux parfaits inconnus dont une qui donna un peu trop vite sa sympathie et son hospitalité pour que ça soit crédible. Je n'éteignis pas encore la seule source de lumière qu'était ma torche mais je gardai mon arme en main bien qu'elle soit baissée. Je jetai un œil au parcours pour rejoindre l'endroit où se tenait Hannah, rien d'insurmontable, il suffisait de monter sur quelques piles de palettes.

J'échangeai un regard avec Corey sans un mot avant que l'on ne s'engage sur le chemin de palettes pour rejoindre Hannah. Je remis discrètement la sûreté de mon arme avant de la faire passer dans mon dos puis je vérifiai que mon Glock était bien à portée de main dans son holster à ma cuisse. Si jamais celui là se jetai sur moi... Je lui collerai la mandale de son existence s'il essayait de me désarmer ou de se servir d'une de mes armes, j'éteignis la lampe sous mon M4 en espérant que Hannah allume une source de lumière à son tour. Heureusement nous n'étions pas dans le noir total, les quelques rais de lumière qui passaient par les ouvertures de l'entrepôt éclairèrent ici et là par endroits, grâce à la lumière du jour qui passait. À peine, je m'engageai que l'une des palettes du bas craqua sous ma masse. Je me figeai en revenant au sol, espérant que le craquement n'ait alerté les saloperies dehors. Je pris donc par une autre pile de palettes, celle-ci tint sous ma masse et l'escalade ne dura que quelques secondes jusqu'à parvenir à hauteur de Hannah. Parvenue plus haut et apparemment en meilleure sécurité que sur le plancher des vaches, je marchai avec précaution, une main sur mon Glock et les genoux légèrement fléchis. La masse de mon fusil dans mon dos commençait à me peser un peu, je n'avançai pas aussi vite que je ne le souhaiterai. Merde, je détestai laisser l'âge prendre le dessus sur moi comme ça...

Vous habitez ici ? Depuis longtemps ? Peut-être avez vous aperçu la personne que je cherche, on m'a informé qu'elle était par ici. Une femme, mi trentaine, plutôt grande, cheveux noirs mi-longs, peau blanche, sûrement armée avec un Glock ou une autre arme, peut-être avec le même gilet pare-balles que le mien.


Lorsque je rejoignis Hannah, mes questions fusèrent immédiatement, plus inquiète pour la vie de mon ancienne collègue que ma propre sécurité, je pus observer de plus près la jeune Hannah avant de jeter un œil au dénommé Corey. De ce que je voyais, il avait l'air de s'être calmé mais les mouvements de ses mains et le regard qu'il avait me firent dire qu'il n'était pas tranquille. Il avait toujours l'air aussi nerveux celui-là ? Hannah avait rangé son arme et j'avais remisé la mienne dans mon dos, il fallait dire que la tension était plutôt retombée.

DEV NERD GIRL



Le danger rôde partout - Page 2 Ac51
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Hannah Hogan
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: H&H Double Rifle et un couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/10/2018
Messages : 118
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout - Page 2 EmptyLun 3 Déc 2018 - 22:05


Le danger rôde partout








Elle ne savait pas trop ce qui lui avait prit de les inviter à se mettre en sécurité. D’habitude, elle était plutôt agressive. Peut-être était-ce les circonstances particulières. Elle ne pouvait décemment pas leur dire de foutre le camp vu qu’ils étaient bloqués par la horde de rôdeurs qui passaient, ce qui était d’ailleurs la raison de leur présence ici. Elle s’était dit que pour une fois, elle pouvait essayer d’être sympa. Elle avait du mal à faire confiance aux humains ces derniers temps mais la vérité c’est qu’un petit espoir persistait en elle que tous les vivants n’étaient pas mauvais. Et eux ne semblaient pas vouloir chercher les emmerdes, juste se mettre à l’abri. Alors, certes c’est un peu naïf de sa part, elle faisait ce qu’elle aimerait que l’on fasse pour elle si elle se retrouvait dans cette situation. Un peu de compassion et d’hospitalité pouvait faire du bien lorsque l’on était entouré de morts dévoreurs de viande fraîche. Elle pouvait comprendre que ce ne soit pas très rassurant de rester en bas sans échappatoire si la porte devait céder. Bien que c’était peu probable, c’était une lourde porte. Mais après tout, le temps rongeait n’importe quoi. Par contre, pas folle la vieille, elle gardait son arme à porté de main. C’est pas parce qu’elle invite à partager son camp le temps que les problèmes passent que ça voulait dire qu’elle baisserait sa garde et ferait confiance au premier rescapé. Revenons au moment présent. Hannah les trouvait amusant en fait à se chamailler sur qui devait la fermer et qui faisait le plus de bruit en réalité, du moins de ce qu’elle en entendait. Et c’était aussi rassurant pour elle de savoir qu’ils ne se connaissaient pas. Face à un groupe, elle serait pas aussi clémente.

Lorsque la torche de la blonde à l’allure militaire se pointa sur elle, Hannah fléchit légèrement le torse pour se protéger un peu plus avec les palettes, plissant ses yeux pour contrer l’apport soudain de lumière à ses pupilles. Elle remarqua le tisonnier dans la main du mec mais n’en fut pas étonnée. Se trouver devant deux inconnus sans armes la rendrait plus méfiante à dire vrai. C’est que se serait un cas tout à fait anormal de nos jours. On ne peut survivre jusqu’ici sans de quoi se défendre. Et il semblerait que la femme pensait à peu près de la même manière car elle n’eut pas de réelle réaction à la vue du fusil pointé sur eux, au contraire de Corey. Elle l’écouta sans rien ajouter, fixant avec méfiance l’arme de la blonde qu’elle avait levé vers elle. Geste qu’elle comprenait, mais elle ne semblait pas vouloir l’attaquer. Comme pour Hannah, c’était juste au cas où. Le gars avait l’air sincère quoi que légèrement méfiant et décontenancé par sa sincérité à elle alors qu’elle pointait en même temps une arme sur eux. Question de bon sens, on était plutôt sympa avec une personne armée. Que cela reste ainsi, Hannah détestait devoir tuer. Elle n’aimait toujours pas ça. Alors s’ils pouvaient rester sages pour lui éviter ce choix, ça l’arrangerait bien. S’ils ne tentent rien contre elle, Hannah n’a aucune raison de leur faire du mal. Elle fixa la femme qui semblait réfléchir à la meilleure chose à faire, faisant durcir le visage d’Hannah qui s’attendait à une attaque à tout moment. Apparemment, l’inconnue en vint à la conclusion que ce serait inutile et stupide d’entamer une attaque. Lorsqu’elle finit par baisser son arme, Hannah le fit à son tour en réponse, quoi que le gardant en main, attentive au moindre geste. Elle l’écouta alors lui expliquer qu’elle cherchait quelqu’un et lui dire ce qu’elle savait déjà. Qui voudrait de cet entrepôt de toute manière. Ça sentait le bois pourri et l’humidité à plein nez, rien de bien intéressant. Sauf pour elle, perchée sur son tas de palettes.

Hannah s’amusa de voir le léger sourire du garçon lorsqu’elle leur proposa à sa manière de monter, mais ça ne sembla pas détendre la femme qui arborait une prestance globale assez strict. On allait bien se marrer dis donc. Sans se soucier de cette dernière, elle adressa un sourire à Corey qui lui semblait bien sympa, mais cela pouvait aussi être un bon jeu d’acteur donc elle restait sur ses gardes. Elle les observa monter en silence, se reculant de quelques pas pour, de un, les laisser se hisser tranquillement sur la plateforme de palettes, et de deux, pour prévoir toute attaque de leur part, gardant son fusils en main, bien que baissée pour ne pas leur faire peur. Entre nous, si elle voulait les tuer, elle leur aurait tirer dessus sans se dévoiler. Ils étaient une cible facile en bas à discuter tranquillement, bien ciblés par la torche de la « militaire », du moins elle donnait l’impression d’en être une. Hannah se trouvait à présent au fond, entre sa couchette et le foyer où quelques braises continuaient de chauffer l’espace, la petite fenêtre ouverte leur rapportant les centaines de grognement des morts qui marchaient dans la rue en bas de l’entrepôt. Alors que les deux inconnus moins inconnus arrivaient à sa hauteur, l’interrogatoire commença. Hannah, droite et détendue sur ses deux pieds, fusils en main contre elle comme si c’était un objet banal du quotidien – ce qui était le cas -, fixa la femme qui sembla oublier toute politesse. Comme se présenter par exemple. C’était pas très poli de poser toutes ces questions. Mais soit, qui s’en souciait de toute façon. Sans sourire, car ce n’était juste pas dans ses habitudes, affichant une expression neutre mais calme, elle répondit, juste pour dire de les rassurer.

«  Je suis de passage. Je vais de ville en ville et je me pose quelques temps jusqu’à ce que ça chauffe dans le coin. Cette ville est plutôt tranquille pour le moment, donc ouai, je suis là depuis une voir deux semaines, je compte pas vraiment. Je dois vous avouer que je ne m’approche pas des vivants en temps normal. Mais je sais qu’il y en a quelques uns qui traînent dans le coin comme moi. Il y en a deux qui ressemble à votre description. Plutôt grandes vue de loin, les deux avec des cheveux noirs mais souvent attachés donc je peux pas dire pour les détails. Encore moins pour les armes. Vous devriez essayer la bibliothèque, je sais que les vagabonds ou les voyageurs comme moi s’y rassemblent souvent. Ils sont pas méchants, comme moi ils veulent juste qu’on les laisse tranquille globalement. Par contre si vous avez de quoi échanger avec eux, ils peuvent peut-être vous renseigner mieux que moi. Rien n’est gratuit là-bas. Sinon, l’une des deux crèche dans les environs de l’école primaire, je sais pas trop pourquoi. Je vous promet pas que vous y trouverez celle que vous cherchez, mais c’est mieux que rien je supposes. A vous de voir. De toute façon, pour le moment, va falloir attendre un peu avant de vous engager. Du moins vous me donnez pas l’impression de vouloir affronter la horde dehors. »

Hannah fuyait les vivants, mais elle prenait beaucoup de temps à observer, cachée, ce qui en faisait une source d’informations sur les activités du coin.

«  Par contre ne passez pas par Cherokee Bay Park, eux ils vous feront pas de cadeaux s’ils vous voient. Ils vous tueront pas spécialement, mais vous allez vous retrouver nus face aux mordeurs à coup sûr. Ils prennent tout ce que vous possédez. L’avantage, c’est qu’ils ne s’aventurent pas trop hors de leur zone, ils sont un peu lâches, et ne s’attaquent qu’aux personnes isolées, un peu comme vous du coup. »

Tout en parlant, Hannah avait fini par s’asseoir sur une caisse recouvert d’un bout de tissu qui lui servait de tabouret, posant le cul de son fusils sur le sol entre ses jambes, le laissant reposer sur son bras tout en gardant une main dessus. Elle les invita d’un geste de la main à s’installer s’ils le souhaitaient, mais on pouvait voir dans son regard vif qu’elle restait attentive à leur geste. Elle regarda Corey et se força à lui adresser un petit sourire pour le rassurer. Elle se doutait que cela devait être très surprenant la gentillesse de nos jours. Elle même serait méfiante. Mais franchement, ils se retrouvaient là par un malheureux hasard et ne semblaient pas en vouloir à ses affaires ou à sa peau pour le moment, alors autant s’entraider un peu. Hannah n’attendait que ça d’être gentille avec ceux qui le mérite. Il y avait assez d’horreur pour ne pas offrir un peu de chaleur. L’idée était de ne pas le regretter par la suite.

Hannah s’occupa avec un bâton à réactiver un peu les braises bien chaudes avant de mettre au dessus une casserole toute cabossée remplit d’eau. Elle sortit ensuite quelques feuilles séchés d’un petit sac en toile, les frottant légèrement pour laisser dégager une odeur de menthe qu’elle huma avec un léger sourire de délice avant de fixer Corey. Elle laissa tomber les feuilles dans l’eau qui se réchauffait doucement.

«  Si un « thé » à la menthe vous tente, c’est cadeau. De quoi vous reposer un peu. »

En tout cas, elle ça la tentait bien. Bon c’était pas du vrai thé mais c’était tout comme. Ça changeait de l’eau toute simple. Et c’était son dernier petit sac, après il faudra attendre le printemps prochain s’ils étaient encore vivants pour pouvoir profiter à nouveau des bienfaits de cette plante.



Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout - Page 2 EmptyVen 14 Déc 2018 - 23:12

Observant la jeune femme en haut des palettes, l'aide de vie se dit qu'elle n'avait pas l'air si hostile que cela. Il resterait évidemment sur ses gardes, mais il avait le sentiment qu'elle n'allait pas s'en prendre à eux gratuitement, pas comme ces deux inconnus qu'il avait croisé quelques temps auparavant et qui l'avaient laissé pour mort. La blonde à ses côté par contre ne lui inspirait rien de très chouette. Pas qu'elle avait vraiment l'air mauvaise, simplement qu'elle avait pas l'air sympa, elle donnait pas trop envie de taper la discute. Et de toute façon, elle lui avait demandé de la fermer, ça prouvait sans doute bien qu'elle était pas commode. Il y avait des manières de dire les choses et là, Corey n'avait pas vraiment l'envie de copiner avec elle, restant d'avantage sur la méfiance. Lorsqu'il apprit qu'elle était à la recherche de quelqu'un cependant, il pinça les lèvres. Lui n'avait pas eu à chercher qui que ce soit depuis le début de ce bordel, sa Grand'ma était partie bien avant et son meilleur ami mort devant ses yeux peu après le début, puis ce fut tout. Il y avait bien sûr des connaissances ou amis dont il n'avait aucune nouvelle mais il ne s'était jamais lancé dans des recherches à proprement parler. Aussi, il ne pouvait qu'imaginer ce que devait ressentir la blonde à être dans le flou et y compatissait, même s'il ne l'avait pas vécu et qu'elle ne lui avait pas l'air des plus commodes.

Si l'Australien était déjà décidé à monter, un peu rassuré par le sourire engageant de Hannah bien qu'il resterait sur ses gardes, il attendit de savoir si la blonde prenait la même décision. Et il semblait qu'un simple regard avait suffit pour lui faire comprendre que oui, elle monterait également. Il l'avait laissée passer, plus pour éviter de l'avoir dans son dos que par galanterie, et après quelques minutes tous deux parvinrent en haut du tas de palettes. Avisant la plus âgée, Corey reporta son attention sur Hannah et lui adressa un bref sourire autant en guise de remerciement que de ''salutation''. Mais celle qui semblait être militaire reprit rapidement en posant de nombreuses question à la brune. Un soupir presque las fila entre les lèvres du tatoué qui secoua la tête. Elle avait pas appris à se présenter avant de se lancer dans un interrogatoire du style ? Elle se croyait dans un truc de flic ou quoi ? Il pouvait comprendre sa demande, retrouver quelqu'un tout ça, mais quand même, il y avait un minimum.

Pinçant les lèvres, Corey resta près du bord, ayant glissé son tisonnier dans la sangle de son sac pour facilité sa montée. Contrairement aux deux femmes, il mettrait plus de temps à récupérer une arme si le besoin s'en faisait ressentir mais au moins pourrait-il redescendre rapidement si les choses venaient à se corser. Lorsque Hannah répondit, il écouta attentivement, hochant la tête par moments comme si ce qu'elle disait le concernait directement alors qu'au fond ce n'était en rien le cas. Quoi que, au moins maintenant savait-il quels endroits éviter pour ne pas risquer de croiser des humains, ou du moins limiter au maximum ce risque. Pas la bibliothèque, pas l'école primaire. Encore moins le parc.

Ce n'est que lorsque la brune se recula un peu pour s'asseoir, lui adressant un sourire qui se voulait rassurant, que le jeune homme se décida enfin à s'approcher un peu à son pour s'asseoir un peu plus confortablement près des braises. Elle n'avait pas l'air méchante, Hannah, au contraire, mais l'Australien ne pouvait se sortir de la tête ce qu'il lui était arrivé des semaines auparavant. Faire confiance facilement était devenu plus que compliqué, mais il était prêt à lui laisser le bénéfice du doute. Après tout, elle les avait accueillis ici alors qu'elle aurait bien pu les mettre dehors, même leur tirer dessus pour qu'ils filent. Et elle leur proposait même un thé. Orientant ses prunelles vers l'eau qui chauffait tranquillement, il ne tarda pas à hocher la tête en souriant doucement. « Ce s'rait avec plaisir ! J'avoue qu'j'ai pas envie d'ressortir tout de suite avec tout c'qui traîne dehors alors autant en profiter pour s'reposer un peu... » avait-il commencé avant de tirer son sac vers lui et de l'ouvrir pour en sortir une boîte en carton. « J'ai encore quelques p'tits gâteaux sur moi, ça accompagnera le thé. » Sur ses mots il avait tendu à la brune la boîte, lui adressant un nouveau sourire, avant de poser ses prunelles sur la blonde. « D'mon côté j'ai pas vu la personne dont vous parlez, en tous cas ça m'dit rien mais j'viens de Seattle, j'suis juste de passage ici pour essayer d'trouver quelques vivres alors... Si j'vois quelqu'un qui y r'ssemble j'lui dirai qu'vous êtes en vie et qu'vous la cherchez. » Si depuis son agression l'aide de vie parlait moins, ce n'était clairement pas le cas quand il n'était pas à l'aise, la nervosité prenant le pas sur le reste. Ne rien dire n'aurait d'ailleurs pas été très sympa alors... Même si la blonde n'avait toujours pas donné son nom et si elle avait l'air plus hostile que Hannah, il pouvait bien lui dire ce qu'il savait de cette personne qu'elle recherchait. À savoir : rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 274
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout - Page 2 EmptyMer 19 Déc 2018 - 16:14

Danger lurks everywhere

Cora R. Haver & Corey P. Torrance & Hannah Hogan

Je n'avais que faire des convenances dans cette situation, l'ennemi rôdait dehors et ma collègue, si elle n'était pas devenue une goule, était en danger de mort mais par mon expérience d'agente, je pus maîtriser mon stress et mes émotions malgré ce qui pouvait être perçu dans ma voix. J'oubliai momentanément le jeune homme pour me concentrer sur ce que disait Hannah. Deux femmes ? Mais qui était l'autre ? Fisher n'avait parlé que d'une seule femme pourtant. Je me demandais bien qui pouvait être l'autre femme. Hannah me donna des indications de lieux en parlant d'une bibliothèque dans laquelle se rassemblait sûrement les pestiférés du coin comme le No Man's Land, je supposai qu'elle parlait d'une bibliothèque municipale, toute ville d'importance même petite comme Maple Valley en avait une. Enfin, mon interlocutrice devait sans doute parler de l'école Rock Creek que j'avais traversé à quelques encablures de là. L'une des deux là bas donc... Je priai pour que ce soit Stroud qui y soit parce que je ne voulais vraiment pas chercher où se trouvait cette bibliothèque, surtout avec cette horde dehors. Je fixai Hannah, sans rien dire, l'expression ici impassible.

Je vois. Que savez vous d'autre ?


Je lui posai la question un brin péremptoire car Hannah disait vagabonder comme une nomade, s'installant quelque part avant de repartir ailleurs. Dans ma tête, je partais du principe qu'avec ce mode de vie, elle en savait plus sur ce qui se passait dehors que moi. Si cela faisait un petit moment qu'elle était ici, elle devait en savoir plus sur Maple Valley. Pas manqué, la jeune femme me renseigna à nouveau, cette fois sur un endroit à éviter. Un parc à éviter donc, peut-être même tout un quartier, qui avait l'air d'avoir été transformé en camp retranché de bandits d'après les dires de Hannah. C'est des coins comme ça qu'il faudrait nettoyer, putain... Je retins donc bien le nom du lieu à éviter : Cherokee Bay Park. Pendant ce temps, le jeune Corey resta muet et nous évita de devoir supporter davantage de jérémiades. Pour cela, je lui en étais reconnaissant car la tension baissa légèrement. Normalement, j'aurai repris mon fusil en main mais après les informations données par Hannah sans rien demander en échange, je la gratifia d'un geste de ma part et je ne repris pas mon arme militaire en main. Je réajustai mon t-shirt sous mon gilet pare-balles car j'étais assise sur une petite pile de palettes en bon état, à hauteur de Hannah et légèrement penchée, j'agissais ici par réflexe pour recouvrir le bas de mon dos que je sentais alors, à l'air libre.

Je portai mon regard, perplexe vers cette bouilloire cabossée au dessus... de braises ? Mais où était passée la fumée si elle avait fait du feu ? Je regardai un peu plus haut et à hauteur d'un étage au dessus, une fenêtre était ouverte. Sûrement que la fumée était passée par là. Je regardai davantage au dessus de nous, pour voir qu'il y avait un escalier plus loin qui menait à quelque chose qui ressemblait à une mezzanine dans l'entrepôt. À ce petit étage, il y avait des portes et des fenêtres brisées. Cela expliquait la petite taille du bâtiment et cette mezzanine devait abriter des bureaux qui surplombaient tout le reste de l'entrepôt. Je reportai mes yeux sur Hannah et déclinai d'un geste de la main son invitation à son thé vert. L'offre pouvait être bienvenue mais je me méfiai encore trop d'elle pour accepter qu'elle me tende quoi que ce soit. De plus, c'était dangereux que d'avoir laissé échapper de la fumée par cette fenêtre ouverte et maintenant de la vapeur. Je ne savais pas si les goules pouvaient détecter cette odeur mais je savais qu'elles pouvaient ressentir des odeurs, ce que faisait donc Hannah était très dangereux. Si ce n'était pas les mort-vivants qui allaient la détecter, elle pourrait attirer des bandits au dehors. Elle était inconsciente ma parole... Je me promis de partir d'ici au plus vite dès que possible, je ne voulais pas rester longtemps.

Je ne laisserai pas cette fenêtre ouverte avec ces goules au dehors si j'étais vous. Je ne sais pas si les goules sont là à cause de la fumée de votre feu ou si elles sentent la vapeur d'eau mais c'est plutôt dangereux, si elles ne vous rendent pas dingue avant à force d'écouter leurs grognements. Ou si ce ne sont pas des bandits qui vous trouvent avant.


Mes mots n'étaient pas empreints d'un ordre, contrairement au moment où j'ai posé mes questions, je faisais surtout une constatation avec un fond d'agacement. Je voyais ce qui se passait entre les deux jeunes gens qui partagèrent des gâteaux qui avaient l'air étrangement en bon état. Corey s'adressa ensuite à moi et quelque chose me troubla dans ses déclarations. J'arquai un sourcil à ce qu'il disait mais je ne lui répondis pas, du moins verbalement, je me contentai d'un signe de tête pour lui signifier que j'avais compris et intégré ce qu'il venait de dire. Il y avait quelque chose dans son phrasé... Il disait venir de Seattle mais il n'avait pas l'accent d'ici. Il provenait sûrement d'ailleurs, ne serait-ce que dans sa manière de parler. Je ne lui fis donc pas la moindre remarque, désobligeante ou non. Je bougeai malencontreusement mon petit tas de palettes qui grinça légèrement en remuant celle d'à côté, plus grande. Un peu de sciure de bois pourri d'une palette de dessus tomba plus bas en me manquant de peu mais quelques éléments de cette sciure se retrouvèrent sur mon gilet pare-balles. D'un geste négligent, je chassai cette sciure de bois en balayant de la main le I du FBI imprimé sur mon gilet et repassés au feutre noir indélébile pour être moins voyante avant d'extraire les petits morceaux infiltrés dans mon gilet par leur chute.

Et à part les survivants du coin, vous avez croisé du monde ? Des survivants seuls ou des groupes ? Plus ou moins organisés ?


Là pour le coup, je m'adressai aux deux jeunes gens avec moi. Le ton n'était pas vindicatif ou hostile, comme signe de détente après avoir eue les informations que je recherchais mais comme si je parlais de la pluie et du beau temps. Peut-être ne voyaient-ils pas où je voulais en venir mais avec ce que j'avais entendu dernièrement de la part d'autres survivants, j'étais curieuse de savoir ce que d'autres auraient pu apprendre. Ce que l'on m'avait dit ou ce que j'avais entendu ne me rassurait pas. Je regardai ici successivement les autres survivants.

DEV NERD GIRL



Le danger rôde partout - Page 2 Ac51
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Hannah Hogan
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: H&H Double Rifle et un couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/10/2018
Messages : 118
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout - Page 2 EmptyVen 28 Déc 2018 - 16:12


Le danger rôde partout








Hannah afficha un sourire devant l’enthousiasme de Corey à l’idée de boire un thé. Rien de mieux qu’une boisson chaude pour se remettre de ses émotions. Hannah agita doucement l’eau chaude pour aider l’infusion des feuilles, une odeur de menthe se dégageant légèrement dans l’air.

«  Reposez-vous le temps qu’il faudra, la horde mettra un peu de temps à passer. Ça fait un moment qu’elle marche vers cette ville. On est plusieurs à l’avoir repéré il y a quelques jours. Elle n’était pas encore arrivée en ville, sa progression est lente. Les mordeurs commencent à se rassembler et à former des groupes qui se déplacent. Vaut mieux pas se retrouver coincer avec eux. Ils ont faim. Ils ont toujours faim et, injuste soit le monde, ils ne fatiguent jamais. »

Hannah haussa un sourcil en regardant les gâteaux que sortit l’homme. Elle n’était pas trop fan de ces petites sucreries sans apports réelles pour le corps à part une faim plus rapide et une soif plus importante. Mais par politesse, ne souhaitant pas offenser Corey qui semblait heureux d’offrir à son tour quelque chose, elle en prit un lentement avec délicatesse, le posant à côté d’elle pour le thé.  

« Merci. »

Elle tendit la boîte à l’autre femme, se doutant au vu de son attitude qu’elle trouverait sûrement cette proposition ridicule, mais Hannah lui proposait tout de même pour la forme. Elle ne s’offusqua pas du refus de la militaire à sa proposition de thé et vit son regard légèrement inquiet vers la fenêtre d’où se dégageait les vapeurs.

«  Vous ne risquez rien ici. Les rôdeurs ne grimpent pas et l’odeur de la menthe les indiffèrent. Il n’y a que la viande fraîche qui excite leur papilles. Au contraire, la fumée recouvre notre odeur. Tant que l’on ne fait pas de bruit, ils passeront sans faire attention à cet endroit. Comme je vous l’ai dit, ces « goules » suivent un mouvement de groupe. On sait pas encore pourquoi ils se regroupent et qu’est-ce qui les poussent à se déplacer, peut-être l’absence de nourriture. »

Pour les grognements, en fait Hannah n’y avait pas réellement portée attention jusqu’à aujourd’hui. Elle ça la rassurait car elle savait ainsi où étaient ces monstres. Elle pencha la tête sur le côté à la mention des bandits. Oui, c’est une possibilité, mais avec des si, on devient parano et on ne vit plus. Il faut bien que la nuit elle se réchauffe, qu’elle cuise sa nourriture etc. Elle veillait à ne pas faire de grand feu, juste des braises, c’est déjà ça. Et connaissant le bâtiment, elle saurait si quelqu’un entrait et savait comment sortir d’ici rapidement. Pour seule réponse, elle fit un sourire à l’inconnue.

« Dites moi, ça fait combien de temps que vous traînez dehors ? Non parce que si c’est un petit feu qui vous inquiète, je me demande comment vous êtes encore en vie. Les nuits sont froides et la nourriture non cuite, y a de quoi se choper un sale truc, même quand ça sort des conserves. A moins que vous apparteniez à un groupe ou une communauté, et alors là effectivement, vous avez jouit d’assez de sécurité pour que ce détail, survivre je veux dire, ne soit plus qu’un soucis secondaire. Du coup là je peux comprendre votre inquiétude. Méfiez-vous du confort, ça ramollit.»


Hannah avait dit ça sur le ton de la conversation, vraiment curieuse. Si cette femme connaissait une autre méthode pour survivre et ainsi éviter les petits feus qui, effectivement, est un bon moyen de se faire repérer, Hannah était preneuse. Elle n’avait aucune formation de survit, n’était pas une militaire entraînait, juste une citoyenne avec des connaissances de base que son grand-père lui avait apprit,ainsi que d’autres personnes qu’elle avait croisé depuis le début de ce chaos, et une certaine fureur pour rester en vie. En vrai, Hannah s’en moquait bien d’où ils venaient, elle fuyait les groupes. Mais entre la réaction de la militaire face à la vapeur de son thé et l’attitude de l’homme à vite paniquer, il y avait de quoi se poser des questions sur comment ils ont fait pour rester en vie. Et surtout, dans cette ville, tout le monde sait où se trouve les autres, comme aurait dû le supposer la femme lorsqu’elle lui avait indiqué qui se trouvait où dans cette ville. C’était sa survivre, prendre des risques et être prêt à filer à tout moment si ça commence à chauffer. Pour le moment, tout le monde restait à sa place.

«  Et puis, vous n’étiez pas obligé d’accepter ma proposition de vous joindre à moi et pouvez partir quand vous voulez si vous ne vous sentez pas en sécurité. Vous êtes libres d’aller où bon vous semble, si vous pensez que c’est mieux pour vous. »

Il n’y avait aucune méchanceté dans sa voix, jetant un coup d’œil à la bonde avec un sourire de malice. C’était juste un rappel des faits. Hannah voulait juste être gentille avec deux personnes qui se sont justes retrouvés au mauvais endroit au mauvais moment et ne semblaient pas chercher les embrouilles. Pas de sa faute s’ils sont arrivés au moment du passage des mordeurs et s’ils se retrouvaient coincés dans sa planque de fortune. Hannah pouvait lui montrer comment passer de toit en toit si vraiment elle souhaitait partit, mais c’était toujours plus risqué que d’attendre que le danger passe, d’où son silence sur les autres sorties. Les voies sur les toits est une sortie de secours de dernier recours non sans risques de chutes. Elle avait vu encore hier un gamin de vingt ans à peine trop sûr de lui tenter de traverser une planche pourries qui céda sous ses pieds, son corps terminant son chemin embroché sur une barrière en fer forgé dont le sommet était garnit de pic, certes esthétiques, mais mortels. On peut encore l’entendre grogner sous sa nouvelle apparence, à jamais perché au sommet de sa dernière demeure, tentant d’attraper pigeons et corbeaux cherchant un perchoirs, et pour les derniers de la viande avariés à dévorer. Ils étaient servis.

La militaire posa encore des questions. Elle ne perdait pas le nord. Son regard se durcit et son sourire se fana. Elle attrapa un petit bol en métal aussi cabossé que la casserole ainsi qu’une chope en bois, les remplissant de l’eau chaude parfumée à le menthe. Elle tendit la tasse à Corey et but une gorgé, prouvant l’absence de poison.

«  Les survivants seuls commencent à se faire rares. L’idée d’intégrer une communauté séduit, et ces dernières commencent à se multiplier. Le problème, c’est qu’on ne sait jamais sur qui on tombe. Un endroit sécurisé où oublier le danger et dormir en paix, recommencer une vie. Ou l’enfer où l’on subira milles tortures avant de mourir dans la souffrance et les larmes. Certains groupes semblent organisés, avec des lois, et d’autres où la loi du plus fort règne. On se croirait au temps des conquérants. Il y en a toujours un qui veut dominer et asservir l’autre. Méfiez vous des groupes sans enfants, se sont les pires. Eux sont sans foi ni lois. Ils veulent juste assouvir leurs bas instincts longtemps réprimés par les lois dans notre ancien monde. Tuer, violer, détruire, profiter de la vie à leur manière… Pourquoi s’en priver puisque plus personne ne peut les arrêter. Non, le mieux, c’est de s’attacher à personne. C’est mieux comme ça. Plus de douleurs. Plus de contraintes. Oui, c’est mieux comme ça. »

Hannah semblait hanté par un souvenir. Ce monde n’est pas fait pour les faibles. Ils ont tous dû se salir les mains pour en arriver là. Et si ce n’était pas le cas, c’est que quelqu’un d’autre l’avait fait pour eux. Elle afficha une grimace de dégoût lorsqu’un souvenir s’afficha dans son esprit, le réprimant rapidement sous la forme d'un frisson avant de changer littéralement d’attitude, se secouant mentalement pour afficher à nouveau son sourire, une jambe croisée sur l’autre, ses mains tenant son bol de thé posées sur son genou, profitant de la chaleur que dégageait l’objet. Ils avaient tous vu les horreurs de la folie de l’homme. Elle écouta ce qu’ils avaient à dire à leur tour. Puis fixa Corey.

« Seattle, c’est comment ? Au début, je fuyais cette grande ville, pour finalement me rendre compte que les rôdeurs faisaient de même, sûrement plus assez de nourriture pour eux pour les amener à parcourir les campagnes et villes voisines. Du coup j’ai décidé de faire demi tour. C’est une idée assez stupide mais je me suis dit qu’ils seraient peut-être moins nombreux maintenant. »

Elle regarda vers la militaire.

«  Et par chez vous, c’est comment ? »

C’était intéressant de voir comment pouvez être la situation d’une zone à une autre.  



Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout - Page 2 EmptyVen 22 Mar 2019 - 23:11

Bien sûr, depuis son agression Corey avait perdu un peu de sa joie de vivre, de sa positivité, voire même de sa spontanéité, mais cette femme... elle n'était qu'une rabat-joie. Certes, laisser filer la fumée de son feu n'était pas ce qu'il y avait de plus prudent mais si Hannah avait survécu jusque là c'était qu'elle n'était pas abrutie au point de se laisser avoir, qu'elle avait toujours trouvé comment s'en sortir, alors pourquoi une fois de plus ? Sa réponse donnait d'ailleurs l'air qu'elle savait parfaitement ce qu'elle faisait. De son côté, l'aide de vie se réjouissait à l'idée de ce thé qu'elle servirait. Il était plus méfiant, c'était un fait, mais la brune avait vraiment l'air d'avoir un bon fond, ou en tous cas de ne pas être un danger s'ils ne l'étaient pas eux-même. Il gardait ses réserves sur la blonde, ne se sentait clairement pas à l'aise avec son regard perçant et son air froid, mais sans doute avait-elle ses raisons. Sa méfiance était légitime bien sûr, mais connaître son nom n'aurait pas été de refus.

Malgré son propre malaise vis-à-vis de la blonde, l'Australien avait à son tour répondu à sa question en toute sincérité. Il ne connaissait en effet rien de ce coin, inutile de préciser qu'il faisait partie d'un groupe à Seattle. Ils n'étaient que quatre de toute façon, pas de quoi lever une armée contre les Grabataires mais c'était suffisant pour lui. Rares étaient ceux qui pouvaient se vanter d'avoir trois compagnons à leurs côtés. La plupart, comme l'inconnue et Hannah étaient seuls, ou du moins elles semblaient l'être pour l'instant. C'était bien normal au fond, comment savoir à qui faire réellement confiance en ce monde ? Il fallait du temps pour cela, et bien souvent la méfiance ne donnait pas cette opportunité de se prendre le temps. Le brun lui-même était encore sur ses gardes, prêt à attraper son tisonnier au moindre risque, mais il n'avait pas envie de partir d'ici pour l'instant. Se tirer et avoir à affronter la horde serait sans doute pire que rester assis là. À supposer évidemment que Hannah n'avait pas une dizaine de compagnons planqués çà et là qui n'attendaient que de leur tomber dessus.

Bizarrement, lorsque la blonde reprit la parole, elle eut l'air un peu moins hostile. Juste un peu. Suffisamment cependant pour que le tatoué se détende un peu. Il récupéra la tasse tendue par Hannah, la remerciant d'un sourire pour la garder un instant entre ses doigts, profitant de la chaleur qui s'en dégageait. Il se remontra attentif aux paroles de la brune, se crispant malgré lui lorsqu'il fut question de ces groupes dont il fallait se méfier, ceux qui n'hésitaient pas à tuer juste parce-qu'ils en avaient envie. Forcément, ces simples propos firent échos à ce qui lui était arrivé, le poussant à baisser la tête quelques secondes vers la tasse. Une profonde inspiration avant qu'il n'en prenne une gorgée, chipant dans la foulée un gâteau de son paquet. Il comprenait parfaitement ce que Hannah avançait. Ne plus s'attacher pour ne plus souffrir. Cependant, le brun était totalement incapable de s'en tenir à une telle décision, et les quelques personnes qui gravitaient autour de lui au quotidien étaient déjà devenues trop importantes pour qu'il s'en éloigne. Brièvement, Corey se demanda si leur hôtesse ne parlait pas en toute connaissance de cause mais, lorsqu'il releva les yeux vers elle, le sourire qu'elle arborait auparavant était toujours là. Il ne se leurrait pas pour autant, rares étaient ceux qui n'avaient rencontré aucun problème depuis ce nouveau monde.

La question lui fut retournée, agrémentée de quelques explications de la part de la brune auxquelles le tatoué hochait la tête. Il reporta alors son attention sur la blonde, puis Hannah, alternant au court de son propre récit. « Les Grabataires ont commencé à sortir d'la ville ouais mais il en reste encore une bonne quantité, sans doute qu'ils suivent les vivants et que ceux qui restent errent juste bêtement, j'en sais trop rien. J'suis jamais parti longtemps d'la ville depuis que ça a commencé. » Il ne s'étendrait cependant pas sur les raisons qui l'avaient poussé à rester dans Seattle, trop personnel, pas envie d'y penser pour l'instant. « Pour c'qu'y est des vivants on en croise pas vraiment plus qu'en dehors. J'suis tombé sur quelques personnes en ville, d'autres en dehors aussi, notamment du type de ceux qui tuent juste pour s'amuser. » A la fin de ces mots il pinça les lèvres en soupirant légèrement. Ce souvenir était encore bien trop ancré dans son crâne mais autant que les deux femmes sachent qu'ils étaient tous dans la même galère et qu'il ne faisait pas partie de ce type de monstres. Attendant que la blonde réponde à son tour, le jeune homme avait doucement sourit, désignant du doigts sa veste. « Vous faisiez vraiment partie du FBI ou vous l'avez juste trouvé sur la route ? » Certes, peut-être que ça ne le regardait pas le moins du monde, et étant donné que la concernée ne leur avait toujours pas dit son prénom, elle pourrait très bien le remballer et ne pas lui répondre. Pour autant, la curiosité de l'aide de vie s'était faite présente, sans la moindre arrière pensée, et il jugeait nécessaire de faire un minimum connaissance plutôt que de simplement attendre dans le silence que la horde au dehors soit entièrement passée.
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 274
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout - Page 2 EmptyLun 8 Avr 2019 - 12:46

Danger lurks everywhere

Cora R. Haver & Corey P. Torrance & Hannah Hogan

La jeune femme m'avait l'air un peu trop littéraire ou théâtrale pour être quelqu'un qui a survécu tout seul. Généralement lorsque l'on s'exprimait ainsi c'est que l'on avait surtout du temps à perdre et que la survie n'était pas une lutte de tous les instants. Je notai cette particularité que je trouvai désagréable mais je ne lui en fis pas la remarque, j'avais un peu autre chose à penser comme Stroud, mon agente. Merde, merde, merde, elle était sûrement dans une merde sans nom, blessée, dans un coin, les goules pas loin... Non, je devais la penser dans une autre situation, je ne devais pas laisser les émotions reprendre le dessus, je ne pouvais pas me le permettre. Fischer était bien vivant, il avait pu s'en sortir même s'il avait l'air un peu plus timbré qu'avant donc Stroud pouvait très bien s'en tirer, elle était plus forte que lui. Et si des hommes l'avaient... Mon dieu, non je ne voulais pas laisser la haine et la vengeance s'emparer de moi, je devais me détacher... Bref, non je n'étais pas d'accord avec les derniers mots de cette Hannah. Elle était faible à penser ainsi, elle avait peur, elle était seule, elle ne devait pas avoir lutté comme moi pour savoir que chercher à vouloir s'attacher nous gardait en vie et nous montrait pourquoi on s'accrochait encore. Rester seule, c'était la mort assurée, à plus ou moins long terme. Elle le saurait tôt ou tard.

... Seattle est plus tranquille. Il y en a moins, rien à voir avec ce qu'on avait en début de crise. Ils commencent à passer peu à peu au second plan. C'est les autres vivants dont il faut se méfier davantage désormais et comme eux se cachent... C'est le désert total par chez moi.


Bien entendu, je ne dis pas le moindre mot sur mon lieu de résidence, il y avait suffisamment de lieux déserts autour de Seattle pour qu'ils ne sachent pas de quel lieu je parlais. Sans vouloir leur faire peur, je fis doucement passer mon fusil qui se trouvait dans mon dos pour ensuite le mettre entre mes jambes. Mon dos me refit un peu mal, je voulais l'alléger un peu et mon arme pouvait reposer sur le sol, le canon posé contre le dit-sol. Le cran de sûreté était de mon côté et pour le moment il était enclenché mais si jamais je sentais que ça allait tourner au vinaigre... Bref, pas d'intentions hostiles pour le moment et si les deux jeunes gens avaient l'air de vouloir sympathiser ce n'était pas mon cas. Je ne voulais rien à voir avec l'un comme l'autre, si je n'étais pas tombé sur cette horde au dehors, ce Corey et cette Hannah n'aurait jamais pris conscience de mon existence, tout comme moi. Je tournai la tête vers le jeune homme qui avait sagement attendu son tour pour parler et qui donna son point de vue sur la situation. Ah il les appelait les grabataires lui ? Étonnant pour des trucs qui arrivent pourtant à se déplacer... Je trouvais cela plutôt distrayant, voire rafraichissant, c'était étonnant de voir ce genre de choses sortir même en pleine crise comme maintenant.

Je suis plutôt d'accord. Les survivants sont dispersés au dehors, les goules se contentent juste de sortir des villes parce qu'il n'y a plus rien à boulotter. Ces saloperies s'en prennent même aux animaux. Mais il y en a moins qu'il y en a eu par le passé. Cela fait trois ans, pas mal d'entre eux commencent déjà à pourrir par décomposition... Par contre, je me demande bien pourquoi ces infectés deviennent anthropophages, ils n'en retirent rien. Quand j'étais dans un groupe, j'en ai vu en tuer ou j'en ai même tué certains qui avaient un ventre boursouflé ou comme celui d'un obèse. Ça nous avait intrigué et en leur ouvrant le bide, on s'est aperçu qu'il y avait de la chair sanguinolente à peine mâchée. Ils ne digèrent pas ce qu'ils dévorent. Je ne sais pas si c'est le plus étrange ou le plus effrayant et personne pour nous expliquer le pourquoi du comment...


Je finis de parler lorsque Corey m'aborda à nouveau en me questionnant sur mon gilet pare-balles. Mes mains posées sur la poignée et la crosse se crispèrent très légèrement mais tout allait bien, je n'allais pas lui tirer dessus. D'ailleurs je n'accueillis pas sa question avec une franche hostilité affichée, je pense qu'à sa place j'aurai fais comme lui. Mon regard se perdit un instant sur le bout de ma Converse avant que je ne regarde sur le côté en évitant son regard. Corey, sans le savoir, venait de refaire surgir d'anciens souvenirs... Mais avant qu'ils ne prennent trop de place dans mon esprit, je les balayai d'un revers de main mental. Je ne devais pas laisser ces souvenirs me bousiller encore le moral déjà dangereusement bas que j'avais malgré la nouvelle de savoir un ancien agent en vie et peut-être une autre agente. Je reportai à nouveau mon regard sur Corey, sans hostilité, juste un peu de... résignation. Corey avait rappelé sans le dire notre échec à nous, forces de l'ordre et armée de ne pas avoir pu venir à bout de cette crise de morts qui marchent et qui nous dévorent.

C'est le mien. J'étais l'adjointe du Special Agent in Charge, le chef du FBI à Seattle. Nous avons vu la crise de près. Voire d'un peu trop près...


En effet, lorsque les infectés commençaient à envahir les rues et que nous commencions à perdre le contrôle malgré les pertes infligées à nos ennemis, l'armée avait pris le relais et nous avions combattus avec eux. Nous étions déjà militarisés comme le reste de la police et plus d'une fois, les goules sont venues au contact des premières lignes. La peur, l'ignorance, l'arrogance, la panique... Ce sont surtout ces sentiments et ces émotions qui nous ont vaincus, les goules n'étaient que l'élément en plus qui a créé la situation et qui l'a finalement faite basculer. Si seulement nous aurions réagi plus vite, si seulement nous étions mieux préparés avec des instructions claires et que les informations soient remontées plus vite... Peut-être que d'autres nations s'en sont mieux sorties que nous. Ça me ferait doucement rire si c'était un petit pays ou la Corée du nord qui vienne à notre secours par exemple. Ironie...

DEV NERD GIRL



Le danger rôde partout - Page 2 Ac51
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Le danger rôde partout -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» GANDHI caniche abricot 8 ans danger Lille (59) AVANT 31/10
» La démocratie est en danger
» LHASSA APSO 10 MOIS FOURRIERE 62 DANGER EUTHA
» a la recherche d amie entre le danger et la liberter . (neutre )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: