The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Le danger rôde partout -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout EmptyLun 22 Oct - 11:34

Cela faisait un peu plus de trois mois que l'Australien était tombé sur ces deux monstres, déchets de l'humanité, qui l'avaient tabassé et blessé jusqu'à le laisser pour mort, à la merci des Grabataires. Si Hernando n'était pas venu au bon moment, nul doute qu'il ne serait plus de ce monde à l'heure actuelle. Corey lui devait la vie, il le savait pertinemment, et espérait sincèrement pouvoir lui rendre la pareille un jour. Mais pour cela, il devrait d'abord réapprendre à sortir. Prendre sur lui pour le faire, surtout. C'était bien cela le plus compliqué. Sortir sans craindre de retomber sur des vivants mal intentionnés. Il le savait, cependant, qu'il ne pourrait pas rester planqué au golf éternellement, et qu'en agissant ainsi, il était clairement un poids. Parce-que les autres s'acharnaient à trouver des vivres, et lui... lui ne faisait qu'en profiter sans rien donner en retour. Ce n'était pas acceptable et, quand bien même ses camarades lui disaient qu'il pouvait prendre son temps, il ne l'acceptait pas lui-même.

Ely était partie depuis quelque jours, chercher des réserves. Mike et Hernando traînaient dans le coin pour assurer la sécurité de leur planque et Corey, lui, était assis sur son lit de fortune, coudes déposés sur ses genoux et menton calé dans ses mains. D'un coup, il se leva. « Allez. Arrête d'te traîner comme ça et prends ton courage à deux mains, abruti » s'était-il blâmé tout seul, récupérant son sac pour y glisser quelques affaires avant de récupérer sa veste, son couteau et son tisonnier. Croisant un instant son reflet devant le miroir, il fit une moue un peu contrariée. « Qu'est-ce qu'il peut arriver hein ? Prendre la voiture, faire un p'tit tour, essayer d'trouver des trucs, revenir. » Hochant la tête à son propre plan comme s'il essayait de s'auto-persuader qu'il était bon, le jeune homme avait quitté la chambre. Arrivé dans la pièce commune, il rédigea un petit mot à l'attention des deux hommes, les informant qu'il partait pour la journée mais serait de retour au soir. Rien qu'écrire cela rendit sa sortie plus réelle, trop réelle. Trop dangereuse. Trop angoissante. Un soupir agacé en résigné fila entre ses lèvres. « Merde Terry on règle ses peurs en les affrontant ! Pas en restant cloîtré là. Ça s'arrangera jamais sinon. » Les poings serrés, il était alors sorti du complexe, montant dans la voiture que Hernando avait trouvé à leur retour trois mois plus tôt.

Le début du trajet fut relativement chaotique, l'aide de vie n'ayant jamais passé le permis et n'ayant eu que peu d'entraînement depuis le début de ce bordel. Après vingt minutes finalement, il avait filé droit vers le Sud, plus ou moins rassuré par l'habitacle dans lequel il se trouvait. Les vivants comme les Grabataires auraient plus de mal à l'atteindre comme ça, pas vrai ? Il l'espérait de tout cœur du moins. Il roulait sans trop se poser de questions sur l'endroit où il se rendrait, considérant simplement cette sortie comme une épreuve, un moyen de se refamiliariser avec le monde extérieur et ses dangers.

Une bonne heure et demie de route plus tard, il arrivait aux abords de Maple Valley. Pourquoi cet endroit ? Simplement parce-que le nom lui avait toujours paru sympa. Rien de plus rien de moins. Garant la voiture sur le bas-côté avant d'éteindre le moteur, Corey avait inspiré profondément, serrant ses doigts autour de la sangle de son sac. « Ça va aller. C'est rien qu'une p'tite sortie de rien du tout. Je m'éloignerai pas trop de la voiture, au cas où. » Et à nouveau il avait hoché la tête pour se persuader lui-même de ce qu'il avançait, sortant enfin du véhicule.

Ne pas s'éloigner trop de la voiture. Raté. Comme toujours il s'était laissé distraire, avançant toujours plus dans le coin avant de se décider à faire demi tour. Pas de sourire cependant, ni de satisfaction pour l'instant : il n'exprimerait et ne ressentirait sa fierté qu'une fois qu'il serait de retour au golf, sain et sauf. D'ici là, il pouvait bien se passer mille et un malheurs. Et le premier se présenta devant lui : des Grabataires, encore. Il en élimina deux avant de percevoir des râles bien plus nombreux. Pas loin. Beaucoup trop près. C'est au détour d'une rue qu'il aperçut la horde de laquelle venaient tous ces gargouillis inquiétants. Il emprunta une autre rue, en vain : des morts étaient là aussi, et lui commençait à fatiguer, son épaule gauche s'était refaite douloureuse sous l'effort. Reculant, il entama une course, paniqué, jusqu'à apercevoir l'ombre imposante d'un entrepôt. Là, il y aurait certainement de quoi se planquer ! Soulagé de voir que la porte de service était ouverte, il s'y engouffra, la referma, et s'adossa contre en soupirant. Une semi-obscurité englobait le lieu et, sans doute que dans ce pseudo-silence, les battements affolés de son cœur devaient être bien trop perceptibles.
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 402
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout EmptyLun 22 Oct - 18:28

Danger lurks everywhere

Cora R. Haver & Corey P. Torrance & Hannah Hogan

Le No Man's Land était un lieu toujours occupé, fréquenté par beaucoup de survivants et qui avait l'air d'être devenu le carrefour des pestiférés de Seattle et ses alentours après bientôt quatre ans de crise. Je m'incluais dedans, même si je présentai mieux que la plupart des gens qui venaient ici dont le vieux Eddy bien que toujours toussotant faisait figure d'une relique historique du lieu. Personne parmi ceux avec qui j'échangeais ne se rappelait du NML sans le vieil homme noir. Il me rappelait un peu un acteur connu que j'avais vu dans quelques films mais Eddy n'avait jamais dit avoir été un jour acteur. Tout le monde ici le connaissait, Eddy faisait partie des meubles si tenté qu'il y en avait dans l'entrepôt et aujourd'hui, le vieux Eddy allait me permettre de renouer avec quelqu'un que je pensais décédé ou emporté par la crise. Lorsque je vins saluer le vieil homme, il m'orienta très vite vers un homme que je ne me rappelai pas avoir déjà vu ici. Selon Eddy, il pensait que ça serait intéressant que j'aille le voir. Perplexe, je me rendis auprès de l'homme, adossé contre un des poteaux de l'entrepôt. Je ne savais pas pourquoi mais j'avais en effet l'impression que l'homme assis là m'était familier. En m'approchant, je plissai les yeux, très circonspecte.

Simon Fish... Simon Fisher...


Le ton était à mi chemin de l'affirmation et de la question pendant que mon regard tâcha d'effacer la crasse, les cheveux touffus, la barbe mal taillée et les quelques rides creusées sur ce visage. L'homme leva le visage vers moi alors que je fis passer mon M4 dans mon dos et je mis un genou à terre devant lui. Les yeux toujours plissés, l'homme fit un sourire de dents jaunies. Si c'était bien lui assis là, j'étais loin de l'ancien collègue que j'avais connue.

Ça a l'air d'aller, madame Haver.


Putain de merde Fisher... Je ne sais pas si j'ai un jour été aussi heureuse de vous revoir.


Haha... Ça va peut-être vous étonner mais moi aussi, cheffe. Je vous observe depuis que vous êtes entrée, j'ai cru voir un fantôme. Vous n'avez pas trop changé dites, toujours le même air sévère, le gilet, le joujou militaire... J'ai presque l'impression que vous sortez du bureau.


Vous en revanche, je vous aurai mis à pied pendant quelques jours en vous virant illico du bureau pour votre tenue.


Fisher se mit à rire et je me surpris à faire de même lorsque je lui dis de venir plutôt contre un mur de l'entrepôt avant de m'assoir à côté de lui. Il avait l'air de ne pas avoir pris de douche depuis longtemps mais revoir quelqu'un de mon ancienne vie et qui plus est l'air un peu plus sain d'esprit que ce à quoi je m'attendais me remonta le moral comme rarement. Fisher et moi discutions ensuite pendant un bon bout de temps, nous avions trois ans de récit à faire chacun. Autour de nous, les autres allaient et venaient sans se soucier de deux anciens Special Agents en train de raconter leur vie. D'autres discutaient aussi dans l'entrepôt à voix basse. Après que notre groupe ait été séparé, Fisher avait davantage plus galéré que moi, il avait souvent croisé des survivants mais n'avait jamais rejoint un groupe, il vagabondait dans les alentours de Seattle, avait déjà tué ses premiers infectés voire survivants. Comme je m'y attendais, il demanda des nouvelles des anciens membres de notre bureau. Le sujet étant encore sensible pour moi, je lui répondis, le visage assez fermé.

Vous savez ce que sont devenus les autres ?


Je n'en sais rien Fisher, c'était le merdier, rappelez vous.


Merde oui. Même après que Clatsop soit tombé, vous ne les avez jamais revu ?


Non, Fisher. Clatsop, c'était la dernière fois que je vous ai tous revu. Je ne vous ai même pas vu fuir.


Bordel... Je sais juste que King ne s'en est pas sortie. La pauvre...


Baird non plus. Il ne pouvait plus marcher, j'ai dû l'achever pour ne pas qu'il se transforme. Je ne sais pas ce que sont ensuite devenus Stroud et Friedrich.


Minute... Maintenant que vous le dites... Je crois que j'ai entendu parler de Stroud dernièrement...


Mon regard était dans le vide devant moi, en train de fixer la base du poteau d'en face mais les mots de mon ancien collègue m'interpellèrent et je relevai mon visage pour le regarder.

Vous vous foutez de moi, Fisher ?


Ça va peut-être vous étonner mais non je ne déconne pas. Je me rappelle je crapahutai du côté de Black Diamond, vous voyez où c'est ? ... J'suis tombé sur des gars qui squattaient une station service Cenex, ils m'ont pas trucidé mais on a pu tailler un peu la bavette ensemble et ils m'ont dit qu'ils faisaient autrefois partie d'un groupe dans lequel il y avait une ancienne agente fédérale. Ils m'en ont fait la description, assez grande, cheveux bruns/noirs presque mi-longs, claire de peau, un nez aquilin et un corps mince.


Mon dieu, c'est bien Stroud... Et elle n'était plus avec eux ?


Non, ils m'ont dit que leur groupe a été attaqué par des infectés du côté de Maple Valley dans la... zone industrielle si je me rappelle bien et qu'ils se sont barrés sans se soucier des autres.


Eh merde... Maple Valley... C'est grand comme coin ?


Assez, c'est gros comme... la moitié d'Olympia.


Je suppose que ce n'est pas très loin... par où on passe pour y aller ?


D'ici ? ... Si je me rappelle bien des panneaux... Prenez direction Renton, puis Kent. La 516 ensuite vers Covington et après ou par la 18 ou continuez sur la 516, vous arriverez à Maple Valley, vous y serez en un peu plus d'une heure je pense. Un conseil, Haver, ne prenez pas par Renton. Il y a de l'activité par là et j'ai comme l'impression que ce n'est pas bon.


Oui, je suis au courant Fisher. J'ai croisé un redneck du côté de Gig Harbor qui a un pied à terre là bas et je pense que c'est rempli de salauds là bas. Je ferai un détour par Kent.


Qu'allez vous faire, cheffe ?


Tirer tout ça au clair. S'il y a le moindre espoir que Stroud soit encore vivante à Maple Valley, je vais la tirer de là. Vous, vous restez là Fisher. Vous êtes toujours armé ?


Eheh... j'ai toujours mon ancien Glock de service. J'ai encore un chargeur. Bonne chance, Haver, j'espère que vous la retrouverez, ne m'en voulez pas si j'ai un peu envie de souffler ici.


Restez là Fisher, je vais chercher Stroud. Vous êtes en relative sécurité ici. Je reviens dès que possible et j'espère avec Stroud.


Déterminée à aller sauver notre ancienne collègue fédérale, je me remis immédiatement en route pour Maple Valley. Parvenue à ma voiture, je jetai un regard par la carte dans ma boite à gants et je vis que Fisher avait raison sur l'itinéraire. Le détour de Renton pouvait se faire par Kent et Covington ou par Bellevue, Newcastle, East Renton Highlands et Maple Valley. Je décidai de suivre l'itinéraire conseillé par mon ancien subalterne et j'écrasai l'accélérateur de ma Ford qui s'ébroua en direction de Maple Valley. Le stress me prit dès la sortie de Seattle et je pris direction Kent en roulant rapidement mais suffisamment pour pouvoir être aussi vigilante, s'il y avait de l'activité dans le coin, j'espérai seulement qu'aucun véhicule hostile ou même camion ne me rentre dedans. Ce ne fut que lorsque je m'éloignai enfin de Renton que je soufflai légèrement de soulagement puis je repris la route jusque Maple Valley en regardant les panneaux voire parfois en me référant à ma carte. La route fut sans encombre mais je mis bien presque une heure et demie pour rallier la petite ville de l'État. Je pris par la Route 18 pour arriver à Maple Valley par le nord et enfin descendre vers la zone industrielle par la Route 169. Au fur et à mesure que j'approchai de la zone industrielle de Maple Valley, une peur sourde m'assaillit. Il y avait du vilain dans le coin, bandits ou goules, je ne savais pas mais le grabuge n'était pas loin. Les panneaux au bord de la route m'indiquèrent que je m'approchai de la zone et je décidai de m'arrêter dans un pâté de maisons, à côté d'une agence de location de poids lourds. Sortie de voiture, je m'assurai d'avoir bien tout mon équipement. Je réajustai mon gilet pare-balles FBI par dessus mon t-shirt noir avant de réajuster la sangle de mon holster de cuisse autour de mon jean. Les yeux bien levés, je refis une dernière fois les lacets de mes Converse aux pieds avant de m'élancer, le M4 en avant.

Je passais non loin d'une boutique de broderie avant de traverser une ligne d'arbres pour aboutir sur le parking d'une école primaire abandonnée. Je m'attardai un instant sur le panneau annonçant la bienvenue à l'école Rock Creek puis je décidai de poursuivre vers la zone industrielle plusieurs mètres plus loin. Pour le coup, je m'aidai du couvert des arbres, espérant qu'aucune goule ne me sauterai dessus à cet instant. J'étais tendue, mon instinct me disait qu'un affrontement était imminent et je tendis l'oreille. Je sortis de la ligne d'arbre pour arriver juste à côté d'un gros pâté de maisons lorsque j'entendis des grognements. Le canon de mon arme se pointa vers l'endroit d'où provenaient les bruits infâmes de ces goules lorsque je fus moi même surprise d'en voir autant rassemblés au même endroit. Merde mais combien ils étaient... Non je ne pouvais pas tous les affronter, j'allais sûrement en attirer d'autres et je ne devais pas gâcher mes munitions. Je devais très vite trouver un abri ou au pire des cas, retourner à la voiture puis fuir. Je fis quelques pas en arrière en faisant attention où je marchais par réflexe et en balayant les alentours passablement stressée, je dus m'y reprendre à deux fois pour noter qu'un panneau indiquait une zone de stockage de l'autre côté de la route et je vis un bâtiment qui ressemblait à un entrepôt. Les goules ne m'avaient pas encore détecté mais elles marchaient toutes dans la même direction, comme attirées par quelque chose. Je me pressai en direction de l'entrepôt pour y trouver une porte sûrement utilisée par le personnel. Les râles et les gémissements des infectés plus loin se faisaient entendre et contrainte de me dépêcher, j'ouvris la porte avant d'investir l'entrepôt dans l'obscurité. J'allumai la lampe sous mon M4 pour éclairer devant moi et j'éclairai... des palettes, à moitié moisies. Le silence régnait, au moins ici je pouvais patienter le temps que la horde dehors se barre enfin. Je me mis alors à faire quelques pas.

Mon attention fut attirée dans mon dos et je fis volte face pour essayer de trouver un couvert. Malheureusement, le couvert le plus proche était trop loin à atteindre en une fraction de seconde. J'aperçus un jeune homme faire irruption par la porte qui s'était ouverte je ne sais comment car je croyais l'avoir bien refermé. Il était visiblement aussi stressé que moi en voyant la horde dehors, à quelques minutes près, il aurait pu me croiser. La porte se referma, plongeant les lieux dans une fausse pénombre car il y avait des points de lumière. Dehors, la horde peu discrète se fit à nouveau entendre. Pour le moment, le jeune homme ne réagit pas et reprit son souffle. À quelques mètres de lui, je me mis à éclairer ses jambes lorsque je m'approchai de lui en quelques enjambées. Je le devinai paniqué mais je me mis à éclairer le sol, illuminant l'espace autour de nous d'un peu de lumière et je mis mon index devant ma bouche, lui intimant en silence de se taire. Mon fusil n'était pas pointé vers lui car de ce que je voyais de lui pour le moment, je ne le considérai pas ici comme une menace.

DEV NERD GIRL



Le danger rôde partout Ac51
Revenir en haut Aller en bas  
Hannah Hogan
Overlook Hotel
Hannah Hogan
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: H&H Double Rifle et un couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/10/2018
Messages : 164
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout EmptyVen 26 Oct - 20:43


Le danger rôde partout








Hannah avait fini par perdre le fil du temps. Elle ne savait plus si cela faisait des années, des mois ou seulement quelques semaines que le monde avait littéralement changé. La vérité était que lorsque l’on survivait seule, compter les jours était bien la dernière de ses priorités. On enchaînait juste. On survivait tout simplement, sans savoir si ça en valait la peine de savoir quel jour on était, quel mois, alors que l’on pouvait mourir à chaque seconde dans ce monde où les morts sont rois. Hannah restait tout de même consciente de son choix de faire demi-tour il y a quelques semaines, décidant de retourner vers Seattle plutôt que de continuer à suivre la même direction que les rôdeurs. Elle avait eu l’espoir que ces monstres aient fini par vider les lieux pour aller voir ailleurs s’il n’y avait pas de la viande fraîche, puisqu’ils avaient mangé tous ceux qui étaient restés, ou du moins le pensaient-ils. Alors oui, les mangeurs de chaire étaient majoritairement plus éparpillés et, dans l’ensemble, dans une sorte d’état léthargique dû à l’absence de nourriture et de stimulation visuelle ou auditif. Avec un peu d’attention, on arrivait à ne pas trop les croiser. Mais par contre, les humains, eux, s’adaptaient de plus en plus à ce nouveau monde et se reconstruisaient petit à petit, ce qui les rendait plus dangereux et la progression d’Hannah plus compliqué. Elle avait eu l’objectif d’atteindre Seattle ou du moins ces horizons, mais elle n’était arrivée qu’à Maple Valley et si était d’ailleurs arrêtée un peu. Il faut dire que pour le moment, soient les villes étaient infestées de rôdeurs, soient des vivants peu fréquentables. De trouver cette ville pas trop craignos était tellement rare que la tentation fut trop forte de faire une pause, le temps de se remettre un peu des horreurs de ces dernières semaines.

Enfin, une pause… l’ endroit était assez tranquille pour appeler à s’installer. Elle s’était dit au départ qu’y faire une petite pause, juste quelques jours, ne lui ferait pas de mal. Pas trop d’humains, pas trop de rôdeurs, de la nourriture, que ce soit en conserve – du moins assez pour une personne- ou dans la nature environnante... Vous savez comment ça se passe : quand on décide de s’arrêter, il est difficile de repartir. Il faut trouver le courage déjà bien épuisé d’affronter à nouveau l’inconnu sans savoir si au détour d’un nouveau chemin vous attendra la vie ou la mort. Les jours se sont alors transformés en une semaine, voir peut-être deux. Lors de sa première visite, elle avait repéré une zone industrielle. Alors qu’elle fouillait la zone, elle était tombée sur un entrepôt intéressant. Il n’y avait pas de nourriture, les usines agroalimentaires étaient de toute façon trop prisées, c’était très rare d’en trouver une intacte. Mais un entrepôt de matériaux de construction, amenant au stockage de palettes immenses, lourdes et stables pour la plupart, assez pour pouvoir y grimper aisément sans que tout vous tombe dessus, bien que certaines commençaient à moisir -autant vérifier sur quoi on marche. Certaines semblaient tenir grâce à la pression des autres palettes, d’autres ont juste lâché prises et se sont écrasées sur elles-mêmes. Hannah avait gardé en mémoire cet endroit, au cas où elle ne trouverait pas mieux pour y faire une planque. A la fin de son inspection globale de la ville, quelques jours plus tard, elle y était retournée, décidant que l’endroit offrait la sécurité et la discrétion qu’elle recherchait. Après tout, ce n’était qu’un entrepôt de matériaux de construction, pas de nourriture, pas de quoi attirer les humains et, par chance, la bonne nouvelle restait que les rôdeurs n’étaient pas très doués pour ouvrir les portes. Surtout ces portes-là, en métal, solides, et le plus, ce sont les palettes qui offraient de sacrés perchoirs pour se reposer. Hannah était grimpée sur un mur de ces palettes et s’était installée sur la plateforme qu’elles formaient tout en haut, assez profond pour être à l’abri des regards et des rôdeurs. Hannah avait commencé par consolider le sol et ne pas s’écrouler avec une palette moisie. Si on pouvait éviter de se faire écraser par les tonnes de marchandises. L’avantage de cet entrepôt, c’est qu’il offrait tout le matériel dont on pouvait avoir besoin. Des plaques en bois ou en faire pour le sol, des briques pour construire une élévation pour y accueillir un foyer. Pratique pour faire un feu sans mettre le feu aux palettes. Une petite fenêtre lui permettait une aération pour évacuer la fumer et au moins faire bouillir son eau et la rendre consommable, ainsi que de se tenir au chaud la nuit avec les braises. Un sac de couchage, et hop, c’était top et elle pouvait dormir plutôt tranquillement.

Aujourd’hui, elle était sortie très tôt, juste avant le lever du soleil, pour aller fouiller une maison qu’elle avait repéré. Elle avait réussi à dégoter deux conserves : des tranches d’ananas et des haricots. Se prenant une pause, elle était revenu à l’entrepôt se percher afin de se sustenter tranquillement. C’est pourquoi, lorsqu’une horde envahit la ville, obligeant deux inconnus à faire irruption dans sa planque, Hannah était en train de manger de l’ananas les jambes pendues dans le vide, assise au bord des palettes non loin de son camp de fortune. Elle entendit les grognements nombreux au loin sans s’en soucier, elle commençait à s’y habituer, mais lorsque la porte s’ouvrit une première fois, Hannah se figea dans son geste, tenant un morceau de fruit entre ses doigts à mi-chemin vers sa bouche ouverte. Elle n’osa plus bouger, tendant l’oreille qui devait avoir légèrement bougé sous la tension, avant de lentement refermer sa bouche et reposer sa conserve en silence sur les palettes, remontant ses jambes pour rouler en silence sur sa plateforme et ainsi se camoufler en espérant ne pas avoir été vue. Sûr de sûr, ce ne sont pas des rôdeurs, ils ne savent pas trop ouvrir les portes et si de l’intérieur, suffisait de pousser la barre en fer, tout à fait faisable pour un mort, à l’extérieur c’était une poignée qui ne s’actionnait pas aussi facilement -vive la rouille-. Elle s’approcha légèrement du bord, juste de quoi pouvoir observer sans être vu. Elle vit un faisceau de lumière provenant d’une torche observer les alentours. Sûrement pour trouver une planque ou au moins vérifier qu’il n’y avait pas de danger. Hannah ne voyait pas le propriétaire de la torche. Elle dut se planquer précipitamment lorsque le faisceau pointa dans sa direction, mais ce dernier partit rapidement lorsqu’un deuxième bruit de porte attira l’attention du premier arrivant.  

D’ici, Hannah ne voyait pas très bien ce qui se passait. Il faisait trop noir. Elle se risqua à bouger tout en restant à plat contre le sommet des palettes pour tenter de voir, ou du moins d’entendre quelque chose. Elle s’arrêta et se colla « au sol » lorsqu’elle vit la lumière d’une torche à nouveau. Une fois la lumière immobile, elle releva la tête pour voir que la personne qui tenait la torche éclairait une autre personne pour finir par l’orienter de sorte à éclairer l’espace entre eux, sûrement pour que la deuxième personne voit la première. Se connaissait-il ? Le problème, c’est qu’elle ignorait combien ils étaient au total et s’ils étaient ensemble. Hannah n’avait pas envie de tomber sur un groupe. Elle décida d’attendre, d’observer et d’écouter avant de faire quoi que ce soit. Du moins, ça s’était sans la palette sur laquelle elle était posée qui, usée par l’humidité et le temps, craqua sous son poids. Elle ne céda pas, c’était du solide et elle était pleine, mais le bruit était suffisant pour attirer l’attention dans ce calme ambiant. S*** ! Hannah tenta de se cacher en s’allongeant le plus possible sur les palettes, mais elle n’avait pas trop d’espoir.



Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout EmptyMer 31 Oct - 23:19

Adossé contre la porte, Corey peinait à reprendre son souffle et calmer les battements de son palpitant qui s'était franchement emballé. Pour autant, son rythme cardiaque en pris un coup supplémentaire lorsqu'il vit un faisceau lumineux s'orienter vers lui et quelqu'un approcher dans sa direction. Donc il était venu se planquer ici pour fuir une horde, et il tombait face à un vivant. Super. Top. Quelle belle journée. Ça lui apprendrait à sortir comme ça, tout seul, à vouloir jouer au type qui arrivait à se prendre en main et affronter ses angoisses. T'es qu'un abruti Terry se sermonnait-il intérieurement alors qu'il essayait de se faire tout petit contre la porte. En vain. Bien sûr que c'était en vain : l'autre éclairait déjà ses jambes alors à moins de devenir d'un seul coup un homme tronc il pourrait difficilement se tirer sans que l'inconnu ne le voit en entier. Mais il essayait, inconsciemment, de faire comme s'il n'était pas là, et peut-être que l'autre laisserait tomber, qu'il ou elle continuerait sa route. Ou pas.

Alors que le faisceau s'orientait vers le sol, l'aide de vie plissa les yeux pour essayer de voir la personne qui s'était pointée sans réellement l'apercevoir. Il vit simplement qu'elle levait la main pour... faire un truc. Lui intimer de se taire ? Lui montrer quelque chose ? Les sourcils froncés, Corey avait machinalement porté sa main à son couteau, prêt à réagir si l'autre s'approchait trop. « Bougez pas » avait-il soufflé, un brin nerveux. « Je... j'pensais pas qu'y aurait quelqu'un ici mais... » Il se stoppa net, tournant immédiatement la tête vers un endroit d'où il avait cru entendre un bruit. Un grincement ? Des râles ? Non quand même pas. Il se faisait des films là, et la peur n'aidait en rien à ce qu'il pense de manière cohérente mais il avait bien entendu quelque chose, ça, il ne l'avait pas rêvé.

Replantant ses prunelles sombres sur l'inconnue, l'Australien se décala un peu de la porte, ne se sentant d'un seul coup pas vraiment en sécurité en ayant conscience de la horde qui évoluait non loin. Ne pas faire trop de bruit, rester calme jusqu'à ce qu'elle soit passée. Parce-que s'ils l'attiraient ici... Il inspira profondément. La horde était un problème non négligeable mais cette survivante en face de lui, et ce bruit qu'il avait entendu... Crispant encore un peu plus ses doigts sur son arme, il inspira profondément. « Le bruit qu'y a eu vous l'avez entendu ? Vous êtes avec quelqu'un ici ? J'cherche vraiment pas l'embrouille alors si j'peux juste sortir par un autre endroit, contourner la horde, ça me va. » Sûr qu'il parlait trop, la nervosité n'aidant en rien même s'il tâchait tout de même de murmurer plus que de réellement parler fort afin de rester le plus discret possible. Et en effet, le brun ne cherchait pas d'ennui mais si l'autre venait à s'en prendre à lui, il ne se laisserait pas faire. La leçon lui avait servie une fois et même s'il essayait de régler sa situation de manière relativement pacifiste, il ne pouvait désormais plus se sortir de la tête l'idée que les Hommes n'étaient pas aussi bons qu'il l'avait pensé jusqu'à récemment et que chacun d'eux pouvait être une menace.
Revenir en haut Aller en bas  
Cora R. Haver
Cora R. Haver
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 22, Colt M4
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 402
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout EmptySam 10 Nov - 11:16

Danger lurks everywhere

Cora R. Haver & Corey P. Torrance & Hannah Hogan

Merde mais il ne se taisait pas cet abruti ? Je pensais que mon geste avait été suffisamment parlant mais peut-être qu'il ne l'avait pas vu dans cette obscurité. Il ne pensait trouver personne ici ? Moi non plus, encore moins un type qui s'agite comme une feuille morte ou qui venait de débarquer dans une maison hantée. D'ordinaire, les morts-vivants s'étaient déjà chargés d'anéantir ce type de personnes. Enfin, normalement en fait.

Fermez la.


À peine mon ordre fusa qu'un craquement, peut-être de prime à bord discret, mais sonore ici à cause de l'absence de bruit et de la rumeur encore lointaine de la horde au dehors, retentit. Je me figeai, à présent assaillie par une doute qui commença peu à peu à devenir un début de certitude. Nous n'étions pas seuls dans ce petit entrepôt. Pendant un instant j'eus toutefois l'espoir que mon ancienne collègue s'était juste réfugiée ici pour éviter les ennuis et les morts dehors. Je gardais le M4 en main en éclairant vers l'endroit où provenait le bruit.

Stroud ? C'est vous ?


Aucune réponse. Mon espoir fut donc de courte durée et le jeune homme à côté de moi se remit à actionner son moulin à paroles. Je roulai des yeux en l'entendant débiter ses propos mais ce fut la dernière phrase qui me baisser mon arme pour éclairer ses jambes une nouvelle fois et cette fois je vins plus près pour qu'il puisse me distinguer pour de bon au lieu de rester dans la pénombre. En voyant son visage plus près, je pouvais voir qu'il présentait tous les signes de la nervosité saupoudrée d'une peur contenue mais pas de panique. Hin, combien de fois avais-je vu cette expression dans une salle d'interrogatoire...

Fermez la bon sang s'ils nous détectent dehors, nous sommes morts. Je ne cherche pas les embrouilles non plus mais restez là, si vous sortez c'est la mort assurée et je refuse que vous ne veniez vous réfugier ici à nouveau pour les attirer. Gardez votre cul dans cet entrepôt.


Mon ordre avait été on ne peut plus clair et je m'éloignai de lui pour qu'il puisse se réapproprier son espace vital. J'espérai cette fois sincèrement qu'il n'allait pas faire le crétin et rester ici. Si jamais je le voyais prendre la fuite, je n'aurai pas hésité une seconde à l'abattre et après... c'était battre le record de sprint vers ma Ford garée à plusieurs minutes plus loin en zigzaguant peut-être entre les goules. Et tant pis pour Stroud... je serais revenue quelques jours après en laissant le temps à la horde dehors d'errer à nouveau mais les chances de la retrouver vivante auraient été encore moindres. En repensant à mon ancienne collègue, mon regard se porta à nouveau sur la pile de palettes, là où mes oreilles présumaient que le craquement provenait. Je jetai un dernier regard au jeune homme dans son coin avant de lever mon M4 pour éclairer la pile de palettes. Je fis ensuite quelques pas de côtés en faisant attention où je marchai ce qui résulta d'une marche fastidieuse pour éviter les bouts de bois de palettes. Je crus distinguer une forme en haut de la pile mais avec le manque d'éclairage, je n'étais sûre de rien, peut-être était-ce simplement une palette trop lourde pour ses clones plus bas. Toutefois, mon moi policière me poussa à s'en assurer.

Montrez-vous. Qui que vous soyez, où que vous soyez.


J'essayai de ne pas trop élever la voix mais je fus contrainte de monter un peu plus dans les décibels pour que ma voix se fasse entendre et que l'inconnu ou inconnue ne se montre. J'étais persuadée que cela venait de la pile de palettes devant moi mais cela pouvait venir d'ailleurs, de n'importe où. Ou tout simplement ne pas venir de quelque part du tout et que le seul stress et peur nous fassent halluciner le jeune homme et moi. Plus grand chose ne m'étonnerait si l'on m'expliquait la situation et ce qui se passait d'un point de vue extérieur.

DEV NERD GIRL



HRP:
 


Le danger rôde partout Ac51
Revenir en haut Aller en bas  
Hannah Hogan
Overlook Hotel
Hannah Hogan
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: H&H Double Rifle et un couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 08/10/2018
Messages : 164
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout EmptyDim 11 Nov - 23:29


Le danger rôde partout








       A la suite du craquement de la palette sur laquelle elle était, la sentant s’enfoncer légèrement sous son poids alors qu’elle s’écrasait sur elle-même, Hannah se coucha autant pour se cacher que par peur que le bois cède totalement et qu’elle fasse une chute… plutôt mortelle. Par chance, elle était assez pleine pour qu’elle ne bouge davantage.  Arriver jusque-là pour mourir aussi bêtement, non merci. En attendant, la poisse d’Hannah avait encore frappé. Elle s’insultait mentalement de tous les noms tout en priant qu’on l’oublie. L’un des deux vivants, la femme semble-t-il, pointa sa torche vers sa direction sans sembler savoir où trop regarder, le bruit résonnant légèrement dans cet entrepôt. Hannah ne bougea pas d’un poil, attendant que la lumière parte. Les deux étrangers en bas avaient très bien entendu le craquement de ce qu’elle comprenait de leurs quelques paroles échangées entre eux mais pourtant, ils ne se préoccupèrent pas de ce détail pour le moment, « discutant » à la place. Ils semblaient ne pas se connaître et vouloir d ‘abord régler les choses entre eux avant de réellement s’interroger sur le bruit. Hannah en profita pour bouger en silence, prenant le risque que la palette craque à nouveau. Pourquoi ? Bah parce que, évidemment, elle avait laissé son fusil à son camp de fortune!Par chance (pour une fois), elle rampa sans faire d’autres bruits et eu le temps d’atteindre son fusil avant de se poster au bord des palettes bien que toujours allongée, attendant de voir la suite. Puis le moment redouté vint : une palette qui craque sans raison, c’est très peu plausible et les oreilles d’Hannah tressautèrent à nouveau de tension en entendant la femme parler légèrement plus fort à son attention sans le savoir.

       « Montrez-vous. Qui que vous soyez, où que vous soyez. »

       Hannah se risqua à jeter un coup d’œil. L’inconnue pointait de sa torche le sommet des palettes où elle se trouvait approximativement il y a quelques minutes. Hannah ayant bougé, ce qui fut au final une action plutôt intelligente, restait donc invisible. La question était alors de faire un choix : se montrer ou faire le mort. La vérité était qu’elle ignorait combien de temps allait mettre la horde pour passer. Tout dépendait de leur nombre et de leur vitesse de déplacement, deux informations qu’elle ignorait encore. De ce fait, elle ignorait également combien de temps allait rester les deux vivants. Elle ne pouvait pas rester allonger cent sept ans sans bruit, elle allait se faire repérer à un moment ou un autre. Manquerait plus qu’elle finisse par s’endormir et ronfler tiens ! Et puis, ils ne sont peut-être pas dangereux. L’idée que pour une fois, elle ne se retrouvait pas enfermée avec des ordures était un espoir fou qu’elle avait envie de croire. Tous les humains n’étaient pas mauvais, n’est-ce pas ? Puis ils ne sont que deux et ne se connaissent pas, pourtant ils ne se sont pas entre-tués. L’objectif pour le moment est de rester en vie et de ne pas attirer la horde. Si elle décidait de se montrer et que par chance, une cohabitation provisoire se créer, Hannah pourrait jeter un coup d’œil à sa petite fenêtre pour tenter de jauger le nombre de mordeurs. Et il faut dire que ça lui ferait du bien de parler avec des vivants depuis le temps. La solitude rendait fou. Peut-être était-ce cette folie qui la poussait vers le choix de se montrer, d’espérer. Et puis au pire elle était mieux située qu’eux. S’ils tiraient, elle se planquait. S’ils grimpent pour l’atteindre, elle pourra les descendre facilement. Ils seront à découvert, des cibles faciles. Du moins en théorie. Elle se décida donc de prendre le risque de se dévoiler. Du moins signaler sa présence. Autant le faire maintenant que d’être prise par surprise plus tard.

       Elle resta allongée, mais son arme chargée, juste au cas où. Vérifiant que son fusil était fonctionnel et comptant le nombre de balles qui lui restait, assez pour deux humains, elle se décida à parler assez fort pour être entendu dans l’entrepôt mais pas de l’extérieur.

       « Je m’appelle Hannah Hogan. »


       Il était plus dur pour certaines personnes de descendre un humain avec un nom qu’un inconnu. Elle décida de se redresser légèrement, posant un genou sur les palettes pour ne dévoiler que son buste et pouvoir se mettre à coup vert rapidement. Lentement, son arme en main pointée vers eux, question de prévention. Après tout, l’autre tenait une arme également. Une position en somme tout a fait normale de nos jours.

       «  Je suis inoffensive si vous le restez à votre tour. Baissez votre arme et je baisse la mienne. Soyez gentils et je le serai en retour. Attaquez et je vous tue. En somme, c’est du donnant donnant. Je ne vous mettrai pas dehors, je ne suis pas un monstre. Vous pouvez rester ici le temps que la horde passe. A vous de faire votre choix. Mais je ne veux aucun problème, c’est compris ? »


       Hannah avait parlé d’une voix autoritaire et sans appel, montrant qu’elle attendait une réponse directe et sans détour et qu’elle n’hésiterait pas à tirer s’ils ne lui laissaient pas le choix. Après tout, on ne sait jamais sur qui on pouvait tomber. Elle baissa légèrement son arme pour les regarder dans les yeux mais prête à tirer à la moindre attaque. S’ils avaient survécu jusqu’ici, son comportement ne les surprendrait pas. Se pointait tel un agneau sans défense devant des inconnus aujourd’hui était stupide. Elle avait était claire. Soit ils viennent en paix, soit elle attire les rôdeurs ici. Après tout elle était en sécurité d’où elle était, pas eux. Une simple porte les séparait de la horde. Hannah eut un léger sourire à l’idée que ça se passe bien pour une fois. Elle ne put s’empêcher une petite phrase supplémentaire avec un ton qui se rapprochait plus de l’humour pour appuyer ses propos comme quoi elle n’était pas mauvaise et pour les détendre un peu.

       «  Et si vous êtes sages, il se peut même que je vous offre l’hospitalité dans mon humble demeure, du moins si vous n’avez pas peur de grimper. »


       Ce n’était pas le grand luxe, mais elle offrait au moins la sécurité, un point de vue sur l’extérieur pour surveiller l’avancée de la horde et de quoi se reposer un peu. Voir un petit dîner au coin du feu s’ils obtenaient sa sympathie et sa confiance. C’était tout bénef pour eux s’ils faisaient le bon choix. Les bons humains se faisaient tellement rares qu’Hannah se savait être accueillante avec eux.



Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout EmptyMer 21 Nov - 18:50

L'ordre de la l'inconnue lui disant clairement de la fermer lui fit froncer les sourcils. Elle se prenait pour qui en fait ? Ils n'avaient pas élevé les cochons ensemble à ce qu'il sache et quand bien même il valait mieux jouer la carte de la discrétion, il y avait des manières de dire les choses. Pour la sympathie on repasserait donc. Relativement ironique d'ailleurs, sa demande, quand on considérait que la seconde d'après elle appelait Dieu savait qui dans l'entrepôt. Si Corey fronça les sourcils, il n'en fut clairement pas plus rassuré. Si le bruit qu'ils avaient entendu provenait de cette personne qu'elle semblait chercher, alors cela signifierait qu'ils seraient deux contre lui. Et non, ça ne le rassurait pas du tout. Il s'était donc remis à parler, amorçant déjà l'idée d'une issue qui lui éviterait de se retrouver avec deux camarades d'infortune qu'il ne connaissait pas le moins du monde.

Quand la femme approcha, arme baissée, l'aide de vie put la voir un peu plus clairement mais ne manqua pas de reculer légèrement, étonné qu'elle vienne aussi près. Et une nouvelle fois elle lui intima de la fermer. Il ne se retint pas de souffler d'un air presque résigné en secouant la tête. « Comique que vous m'disiez d'la fermer alors qu'c'est vous qui venez d'appeler j'sais pas qui dans tout l'intrepôt » avait-il chuchoté en retour alors qu'elle s'éloignait. Qu'il garde son cul dans l'entrepôt oui ok, il avait compris, mais le stress ne l'aidait clairement pas à se dire que tout irait bien.

Avançant alors lentement après avoir jeté un œil méfiant à la porte par laquelle il était entré, l'Australien suivait la blonde, restant tout ce même à quelques mètres derrière elle, juste au cas où il devait se lancer en dernière minute dans une fuite entre les palettes. Son tisonnier en main, il suivait du regard le faisceau lumineux de la lampe de l'inconnue, se figeant en remarquant à son tour ce qui semblait être une silhouette. Ou peut-être se faisait-il des films ? Peut-être pas, puisque la blonde intima à l'ombre de se montrer. À moins qu'elle déraillait elle aussi ?

Ce fut finalement une voix qui le fit brièvement sursauter. Elle ne provenait pas de l'ombre plus en haut mais d'un peu plus loin. Orientant ses prunelles vers cet endroit approximatif, Corey déglutit difficilement. Hannah Hogan. Alors ce n'était pas Stroup ou il ne savait plus trop qui. Un bon point ? Difficile à dire. Peut-être pas exactement, parce-que si Strout se pointait d'un coup par miracle, il se retrouverait avec trois inconnus. Ses prunelles se posèrent alors sur la femme plus haut, cette arme qu'elle tenait. Reculant d'un pas en crispant les doigts sur son tisonnier, il inspira profondément. Donc elle n'avait pas l'intention de leur faire de mal s'ils ne faisaient rien d'idiot ? Bien, jusque là c'était simple, mais une part du jeune homme craignait désormais les dires qui avaient l'air trop sincères. Elle pouvait bien avancer cela et leur tirer dessus à la moindre occasion. Inspirant, il leva les mains, gardant tout de même le tisonnier dans la droite. « J'vais pas attaquer. J'étais juste v'nu ici pour m'abriter mais j'cherche pas d'ennuis » avait-il expliqué sans toutefois hausser trop le ton, avisant tantôt la dénommée Hannah, tantôt la blonde. Que ferait-elle, elle ? Se montrerait-elle aussi inoffensive ou continuerait-elle à garder son arme bien levée ? Corey ne pouvait qu'espérer qu'elle se calmerait parce-qu'il n'avait aucune foutue envie de se retrouver dans le même sac qu'elle si elle faisait dégénérer les choses.

La suite bloqua une seconde l'aide de vie. Elle leur proposait de grimper pour s'abriter là-haut avec elle ? S'ils étaient sages, évidemment. Si la phrase fit naître un petit sourire sur le visage du brun, son inquiétude ne s'estompa cependant pas totalement, surtout pas sans connaître les intentions de la blonde dont il ne connaissait toujours pas son nom. Reportant alors son attention sur Hannah, il laissa retomber ses bras. « Moi c'est Corey, comme j'disais j'veux pas d'problèmes et... ouais, voir c'qu'il s'passe d'en haut ce s'rait franchement plus rassurant. » Ou au moins un peu, parce-qu'il serait plus en hauteur des potentiels Grabataires qui entreraient, mais aussi plus proches des inconnus qui pouvaient parfois s'avérer bien plus dangereux que les morts. La méfiance resterait de mise, il s'en faisait la promesse.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Le danger rôde partout   Le danger rôde partout Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Le danger rôde partout -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: