The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- When the shit hits the fan -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: When the shit hits the fan   Sam 20 Oct 2018 - 20:30
Bonne question, excellente question. Qu’est-ce qui lui valait de pas avoir fini avec trois ratiches en moins pour l’endroit où sa main se baladait ? Donnie en savait rien, mais c’était bon signe non ? Bon signe pour quoi au juste ? Tout se mélangeait dans son crâne, vapeurs d’alcool, décolleté, besoin d’oublier, un peu plus de vapeurs d’alcool, des jambes de six mètres de long et ses sur sa jambe à lui. S’il avait été pété il y aurait vu une invitation, oh wait ? Pas réglo, déjà eu droit, les mots défilaient dans son crâne, il les comprenait pas tous, ou du moins il les comprenait mais il les écoutait plus vraiment, ils étaient juste là en fond sonore.

Et puis ça fusa, une lubie, une envie subite, et dans subite il y a su. Donovan ricana contre les lèvres de la brune, sa langue s’empressant d’aller danser avec la sienne, bordel c’était même mieux que ce qu’il avait imaginé parce qu’il l’avait imaginé, plutôt deux fois qu’une. Les ongles de Joann dans son bras lui arrachèrent une grimace avant que la brune les jettent tous les deux sur le canapé. Putain, c’était une furie cette nana, il en était sûr, et c’était pas pour lui déplaire, c’était le meilleur moyen de l’oublier elle, non ? Ses doigts à sa gorge, Donovan en perdit pas son sourire pour autant, c’était pas le même Donovan qu’elle avait en face d’elle là, c’était le type qui s’en foutait pourvu qu’il puisse se perdre dans un de ses plus grands vices. Et ici, c’était bien entre ses cuisses qu’il espérait se perdre.

« A ton avis ? » lui lança-t-il, sourire aux lèvres, avec un clin d’œil, sans doute ridicule vu son taux d’alcool. Mais ça fonctionna, ou pas, peu importait, l’important c’était que les lèvres de la brune revenaient flirter sauvagement avec les siennes. Son cuir quitta ses épaules, ses ongles marquèrent sa peau, ses lèvres firent de même. Bordel. Il avait bien fait de frapper à sa porte sans savoir si elle était là, avec un peu de chance, il allait bientôt frapper à sa porte. D’un mouvement, sans trop se soucier de sa blessure, le brun profita d’avoir malgré tout plus de force qu’elle pour la renverser sur le sofa. A lui de marquer son passage, de lui laisser un souvenir au cas où.

De sa main blessée, le tatoué ramena la main de Joann au-dessus de sa tête, tant pis pour la deuxième, il était trop bourré pour coordonner parfaitement ses gestes. Et puis il avait quelque chose à reprendre, de sa main parfaitement valide qui glissait déjà sur sa jambe, savourant la soie de sa peau du bout des doigts jusqu’à remonter à l’ourlet de son débardeur qu’il remonta. Ses lèvres quittèrent son cou où elles s’étaient nichées pour glisser, dévalant avec envie et empressement sa peau jusqu’à son ventre. Mec, réfléchis, t’as déjà assez merdé, ça serait con de perdre la seule amie qu’il te reste. « Ta gueule. » marmonna-t-il contre la peau de Joann pendant qu’il essayait tant bien que mal de déboutonner son futal. « Bordel de merde de ceinture à la con. J’vais avoir besoin de ton aide beauté … » Et pas que pour déboucler cette ceinture de merde, pour tout le reste de l’action, mais le feu dans son regard de lionne lui laissait aucun doute. Elle était pas du genre à rester immobile. Quoique là, vu l’alcool dans son sang, sa vue se brouillait et lui donnait l’impression qu’elle bougeait déjà beaucoup, qu’elle tanguait et lui avec.



We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1239
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: When the shit hits the fan   Sam 20 Oct 2018 - 21:09
When the shit hits the fan


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


A son avis ? A son avis ils merdaient copieux l'un et l'autre, comme si entre leur existence merdique d'avant et celle actuelle, y avait rien eu. Le néant, black out total pour elle lorsqu'elle revint lui coller la langue dans la bouche. C'était un tout la, le manque, puis la dose de nicotine suffisante entre ses lèvres, idem pour le goût subtile de tous les degrés possibles qu'il s'était enquillé avant de venir. Quant à elle, Joann précipitait les choses, juste pour pas réfléchir, pour pas penser à tout le reste et ce qu'elle avait vécu, ce qui lui manquait. Floyd crevait de chaud, soit, il serait plus frais – ou pas vu l'état dans lequel il était – sans sa veste de cuir. En un rien de temps, lacérations à l'appuie, et le cuir foutait le camp quasi sur la gueule de Judas qui couina sans qu'elle l'entende. Tourbillon de sensations oubliées, diluées dans un baiser dont le tatoué se souviendrait peut-être pas mais qui, en un rien de temps, se transforma en un match de catch mal organisé. A peine eut le temps de lui coller un suçon dans le cou qu'il la renversait rapidement sur le canapé.

Une grimace lui traversa les traits, ainsi qu'un putain de courant désagréable dans la cuisse. Sa nuque heurta l'assise, à ça près il l’assommait sur l'accoudoir. Quand elle disait qu'il avait une coordination cervelle mouvement à chier, c'était pas faux. Putain, elle dégagea sa jambe, pressée par la sienne, et l'enroula autour de sa taille. Rien que sentir le désir poindre là, elle en soupira avant de sourire quand il empoigna sa main pour la lui clouer au dessus de la tête. Sa poitrine se soulevait, tsunami de sensations quasiment oubliées mais qui se rappelaient cruellement à elle. Se cambrant déjà sous ses lèvres sans l'avoir vu remonté son top, elle fronça les sourcils en se hissant maladroitement sur son coude libre quand le juron lui vibra dans le bide en lui parvenant aux oreilles.

- Toi ta gueule, j't'ai rien dit. Siffla-t-elle, rejetant la nuque en arrière, prête à le laisser faire pour le moment avant de rouler des yeux quand il lui quémanda de l'aide. Bordel depuis combien de secondes au juste s'amusait-il avec cette saloperie de ceinture ? Habile, suffisamment experte en la matière, Cain glissa la main entre leurs bassins, sans pudeur et agrippa sa ceinture pour la déboucler avec dextérité. Le lien de cuir agrippé, elle le lui retira sèchement avant de s'attarder au pression de son jean. T'es habile comme un manche, alors j'me dis qu'tu dois être doué avec.

Pour autant en se redressant vers lui, histoire qu'il pense pas qu'elle lui ferait le coup de Patoche l'étoile de mer, Cain agrippa le col de son t.shirt pour lui mordre la lèvre intérieure. Le bruit du tissu craquant, se déchirant, l'invita à ricaner contre ses lèvres avant de se laisser retomber, prête à soulever sa jupe quand.... Un cliquetis bizarroïde lui parvint là, tout proche. Pas une raison pour cesser les hostilités, elle pensait plus là, Donnie, malgré son état, étouffait toutes les saloperies qui la faisaient chier depuis qu'elle l'avait plus près d'elle. Ses doigts libres filèrent aux mèches de sa nuque et, sans douceur, elle l'obligea à revenir savourer la peau trop chaude de sa propre gorge. Fallait pas refroidir en si bon chemin, puis pendant ce temps elle pouvait dévier les cils vers ce truc à son poignet. Une croix, une putain de croix ? Il avait fumé quoi pour arborer un machin pareil ce grand con ? Plissant les paupières, Joann émit un rictus. Garce, mais il avait l'habitude pas vrai ? Puis s'il était venu là, qu'il s'apprêtait à la sauter sauvagement dans le sofa, c'était qu'il en avait rien à branler du nain de jardin. Et, fatalement, gagner encore face à Collins c'était putain de grisant. Large sourire duquel s'échappait ses soupirs plus lourds, la trentenaire reprit.

- Fallait m'dire que t't'étais converti, j'aurais fait ma prière ou deux avé Maria avant qu'on pense à s'envoyer en l'air Floyd ! Sourire à l'appuie, le voyant se redresser sommairement, elle jeta un coup de menton vers la chaînette au poignet de la main qui retenait la sienne. Père Donovan. T'veux absoudre tous mes péchés, bha t'as un putain d'taf d'vant toi. Rit-elle, prête à reprendre avant de capturer une lueur sur son annulaire là, à la main prisonnière de la sienne. Moment de flottement étrange, elle fixa la bague, la croix, le fixa lui, puis tout lui revint. Ils allaient baiser là pile à l'endroit où Swann et elle s'étaient..... Bordel, elle en replia sa jambe et le repoussa pour qu'il vire et lui laisse d'espace pour se remettre debout. Merde, putain, merde merde merde. Doigts aux mèches brunes de ses tempes, Joann respira plus fort avant de se tourner vers lui, quasiment furieuse. T'savais connard, tu l'savais que j'faisais ceinture espèce de grand con dégénéré, pourquoi ?!! T'fais putain d'chier Donnie.

Elle déglutit, agrippa son top qu'elle replaça rapidement, puis sa jupe avec laquelle elle fit de même, avant de souffler, mains sur les hanches, en fixant le plafond une minute. Ça passerait.... c'était juste le mieux, pour elle, pour lui. Pour eux deux sans doute.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: When the shit hits the fan   Sam 20 Oct 2018 - 22:05
Toi ta gueule, j't'ai rien dit. Donovan haussa un sourcil, qu’est-ce qu’elle baragouinait encore la canadienne ? Un truc dans sa langue natale, le canadien ? Tant pis, il avait autre chose à faire bordel de merde comme défaire cette foutue ceinture de sa race de putain de bordel de merde à queue quelque chose dans ce genre. « J’suis excessivement doué avec mon manche, j’suis passé à ça d’être pilote dans l’armée de l’air, Top Gun et tout le merdier. » C’était vraiment le moment de raconter toutes ces merdes ? Non, d’ailleurs le baigneur retrouvait l’air frais prêt pour le grand plongeon, il se sentait plus à l’aise là le Donovan. Le barreau libre. Et c’était pas une association pour avocats.

Attiré vers elle, sourd aux craquements du tissu de son t-shirt, Donovan retrouva ses lèvres dans un râle guttural, c’était qu’elle mordait en plus. Aux ordres de la dame, trop pété pour calculer autre chose que la brune qui se dandinait sous sa stature, Donnie revint goûter sa peau, putain elle sentait bon d’ailleurs, il y avait jamais prêté attention parce que généralement elle le rembarrait avant qu’il approche trop. Mais voilà que Cain parlait à nouveau, elle était bavarde, faudrait qu’il pense à la faire taire et il avait déjà deux ou trois idées pour ça. Un sourire en coin lui échappa avant de comprendre qu’elle parlait d’église ou de trucs liés à l’église. Qu’est-ce qu’elle racontait encore, Père Donovan ? « T’inquiète, j’suis le genre de curé qui lave tes pêchés … » Un coup de bite à la fois. Sauf qu’il eut pas le temps de finir sa connerie que la brune le repoussa.

Quoi c’était déjà fini ? Son regard glissa alors vers son poignet pendant que Joann lui gueulait dessus. Ah … Ouais, c’était qu’un connard, et là c’était surtout un connard frustré. D’un pas titubant, Donnie se releva du canapé. « Et pourquoi pas hein ?! Putain mais vous avez toutes décidé de me casser les couilles format XXL aujourd’hui ?! » Toujours aussi peu stable, le tatoué scruta la pièce pour repérer son cuir, décidé à le récupérer pour s’en aller. Un pied devant l’autre, trop croisé, pas assez, voilà c’était bon là, il tenait le bon bout, bon faut dire que le pantalons sur les chevilles aidait pas. Encore moins quand il se prit les pieds dans le canapé pour s’étaler par terre, le froc toujours sur les chevilles.

« Et putain de bordel de merde même pas j’peux me barrer pénard pour aller me vider les couilles ailleurs, c’est vraiment une putain de journée à la con ça me les brise. » beugla-t-il en se relevant tant bien que mal, portant sa main à son front. Ah ouais merde en plus il s’était légèrement mangé le pied de cette foutue table basse de ses deux. Autant qu’il avait galéré à enlever sa ceinture, Donnie galéra à remonter son futal sur ses parties, renvoyant la bête dans sa tanière, il était frustré ouais mais de toute manière là, l’envie était retombée. « J’suis pas devenu un putain de curé Jo ! Elle me l’a offert, c’était un cadeau, son cadeau … Okay ?! » Il déglutit, frottant nerveusement l’arrière de son crâne. L’alcool devenait mauvais, sans doute aidé par sa copine la frustration. « Putain j’vais pouvoir accueillir un cirque là-dessous … » Une connerie pour diluer la colère, ravaler tout le reste.

Son regard vitreux glissa vers la brune. « T’es sûre que tu veux pas continuer ? J’suis sûr que ça nous ferait à tous les deux beaucoup de bien. » Ou surtout à lui, mais après tout il était égoïste non ? Lâche, aussi. Ça lui ressemblerait bien.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1239
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: When the shit hits the fan   Dim 21 Oct 2018 - 10:24
When the shit hits the fan


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Frustration et colère, un putain de cocktail, mais si elle en voulait à Floyd, elle pouvait s'en vouloir à elle aussi dans ce bordel innommable. Bordel qu'est-ce qu'il lui avait pris là, elle avait même pas l'excuse d'être aussi bourrée que lui pour coller ça sur le compte de l'alcool. Cain crevait de chaud, le sang battait encore furieusement dans ses veines et en le voyant se relever, pas vraiment stable, elle eut au moins loisir de croiser le fameux outil. Pourtant s'il avait clairement pas à se plaindre et que la nature l'avait bien gâté, ce furent les mots vociférés par le tatoué qui la ramenèrent rapidement à ses traits. Toutes ? La Canadienne arqua un sourcil en revenant le fixer tandis qu'il tentait maladroitement de s'éloigner du sofa. M'colles pas dans l'même sac qu'tes autres chattes en chaleur t'veux !?!! Elle avait rien à voir avec ce ramassis de connasses friandes de la sentir passer par ci par là, là c'était juste... Putain d'égoïste, parce qu'il serait incapable de s'en souvenir le lendemain ? C'était ça ouais, ça et le fait que ce grand con, elle devait l'avouer plus sexy que la plupart des mecs qui gravitaient sur l'île, lui avait tendu sa putain de perche en rallumant un truc.

Merde ! Mauvaise, autant que lui sans doute, la brune croisa les bras sur sa poitrine. Qu'il foute le camp, ce serait mieux, puis qu'en avait elle à secouer qu'il soit dans un état déplorable ? Pour autant en le voyant se manger le carrelage copieux, Jo décroisa les bras et fit un pas vers lui. Mais quel con bordel, cet abruti congénital venait de se payer le pied de table, fort heureusement même s'il en chia un minimum pour remballer son attirail, elle lui évita de se faire lécher le groin par Judas qui, queue battante, s'était rapproché en pensant que son nouveau copain voulait jouer avec lui. Il faisait chier ce connard là, l'allumer en ayant conscience de ce qu'elle s'était imposée par respect pour... pour un mort. Pour celui qu'elle aimait. En l'entendant reprendre sur la chaînette à son poignet, Cain comprit enfin. Oh putain elle lui avait dit de faire gaffe, que les cruches comme la blonde qu'il s'envoyait depuis un temps, avec laquelle il avait trouvé judicieux de cohabiter, ça tombait sous le charme même des grands cons égoïstes.... le pire en plus c'était que visiblement le spécimen, lui aussi, s'était épris du nabot en question. Ce débile était amoureux de la gamine chouineuse, le scoop du siècle ! Roulant des yeux en l'écoutant reprendre, Joann lui rit au nez, autant pour sa connerie sur le cirque que sur l'éventualité de reprendre là où elle l'avait stoppé.

- T'aurais b'soin d'un dresseur d'fauves Donnie. Et ça s'rait pas t'rendre service même si ouais, en voyant l'bordel j'pense que ça m'aurait fait du bien. La colère retombait, néanmoins là, et bien qu'elle se foutait d'une sacrée partie des gens du Fort, Joann tenait à lui.

C'était comme ce frangin qu'elle avait pas eu, qu'elle aurait aimé avoir, qui l'aurait peut-être éloigné de toutes les conneries qu'elle avait pu faire suite au décès de son père. Pensive, parce qu'elle aussi était une sale égoïste manipulatrice, elle l'observa et surtout la petite ébréchure à son front avant de rouler des yeux. Tu d'viens trop sensible Cain ! Ça l'emmerdait mais là, en comprenant un minimum ce qui l'avait poussé à picoler comme un trou ans fond, à venir lui proposer ses services de ramonage, Donovan lui rappelait qu'elle aussi avait été dans son cas, et qu'elle l'était plus parce que son mec à elle, il était là, à pioncer pour l'éternité sous une putain de couche de terre. Un pas, puis un autre, la trentenaire ramassa la veste du tatoué et la déposa sur l'accoudoir du sofa avant de s'approcher de lui pour lui agripper le menton, plus douce que précédemment, afin de voir si la petite plaie à son front n'était pas grave. Ça saignait pas des masses.

- T'aurais pu t'fracturer l'penis grand con, t'aurais eu l'air fin au dispensaire, on t'aurait collé une couche et ça t'aurait calmé un temps. Plaisanta-t-elle. T'vas rester ici, j'te laisse pas r'partir comme ça bordel, t'serais foutu d'te tuer. Un vague sourire étira ses lèvres. Eux, c'était pas le genre à s'étaler en sentiments, pourtant ouais, elle avait de l'affection pour lui. Son index glissa sur la griffure à sa gueule puis elle glissa la main à sa nuque pour la presser. T'es qu'un putain d'grand con, j't'avais dit pour …. Elle dirait pas son nom, pour pas lui faire mal. mais j'suis pas en m'sure d'te juger. On est finalement deux gros abrutis congénitaux, sauf qu'toi, t'as plus d'chance que moi mais ça …... Haussant une épaule, elle passa le dos des phalanges contre la joue du tatoué, fébrile petite attention, le genre de truc qu'elle servait pas à n'importe qui, avant de soupirer parce que fatalement, rien lui ramènerait le genre de truc que lui avait sûrement fait fuir. T'veux un verre, deux, trois quatre cinq ? On peut s'faire du bien en vidant nos sacs à coup de Tequila, on s'en souviendra même pas d'main, c't'un bon plan, mais sérieux j'te laisse pas r'partir là, t'as qu'à rester avec moi, l'temps qu'tu veux.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: When the shit hits the fan   Dim 21 Oct 2018 - 14:25
Elle râlait la canadienne ? Bien, ça lui apprendrait à le laisser avec une béquille à tenir debout toute la putain de nuit. « Pourtant là t’avais bien l’air d’une putain de chatte en chaleur toi aussi Cain, tu t’es pas vraiment débattue hein. » cracha-t-il, elle l’avait allumé, c’était sa faute à elle pour l’accueillir dans cette tenue. Putain de bordel de merde. La chute le ramena littéralement et mentalement sur terre, il en jura encore plus ce grand con, en pleine lutte avec sa braguette et sa ceinture. Cain le faisait vraiment chier à l’allumer comme ça pour laisser la bougie se consumer toute seule sans souffler dessus, elle avait jamais essayé de reboutonner une braguette avec le soldat au garde à vous et six grammes dans le sang.

Finalement c’est la colère qui lui fit lâcher le morceau sur la chaine qu’il portait au poignet, cette putain de croix qu’il aurait dû rendre à Evy. « J’me démerderai tout seul t’en fais pas pour moi ? » Tant bien que mal, le brun parvint à remonter la braguette, fermer le bouton et enfiler sa ceinture à défaut d’enfiler autre chose ce soir. Prêt à se barrer cette fois, Donovan la vit approcher, il avait bien entendu le compliment sur son service trois pièces, mais il était en colère, triste, et surtout trop bourré pour pas regretter ce qu’il pourrait dire ou faire. Alors il la ferma, simplement surpris que Joann lui colle pas un pain en s’approchant.

Au lieu de ça, la brune se montra plus douce, qu’avant et plus douce qu’il l’aurait cru de base. Ses mots lui firent froncer les sourcils avant que ça monte au cerveau, pas sa faute, l’homme avait donné un cerveau et un pénis aux hommes mais pas assez de sang pour alimenter les deux en même temps, et là, l’afflux était encore vers l’aiguille de sa boussole qui lui donnait envie de parcourir les mers à la recherche d’un peu de compagnie. Non, l’aiguille c’était pas pour la taille. Quand finalement il comprit, il éclata de rire, il aurait vraiment eu l’air con. « Tu crois qu’on m’aurait mis une atèle à la queue ? » Donnie riait mais quand Jo’ évoqua Evy sans la nommer, se montrant encore plus douce qu’il l’avait connue, l’alcool et tout le reste firent leur jeu malsain, cocktail détonnant dans ses veines.

« J’ai merdé Jo … j’ai merdé comme à chaque fois … » Sa voix se brisa, il pleurait, il s’en rendait pas compte, c’était les larmes d’un type complètement ivre, c’était les larmes du gosse paumé qu’il était toujours dans le fond. D’un revers de la manche, le tatoué frotta ses yeux avant de hocher la tête. « J’suis désolé Jo … j’suis qu’une merde. » Le poids du monde sur ses épaules, ajouté à celui de ses échecs, des larmes que Beatriz avait versé pour lui, qu’Evy avait versé pour lui, le brun se laissa tomber dans le canapé, le manquant de peu, prenant sa tête entre ses mains.

« Va falloir beaucoup de verres. » Pour qu’il oublie, pour que ça passe, mais après tout, de l’alcool et sa seule pote ici sur l’île, dans le monde en fait, il avait besoin de quoi de plus pour aller mieux ? Elle ? A nouveau, comme le grand crétin qu’il était, Donnie se mit à chialer comme un abruti. Ouais, il avait besoin d’elle, mais il la méritait pas, parce que quand il fermait les yeux il revoyait la peur dans son regard après cette gifle qu’il avait même pas voulu. Il revoyait toutes les larmes qu’elle avait versées pour lui.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1239
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: When the shit hits the fan   Dim 21 Oct 2018 - 15:18
When the shit hits the fan


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Il se rendait pas compte de l'état pitoyable dans lequel il était là, quel con putain. Elle aurait beau l'insulter moralement, ou verbalement, le tatoué était mauvais. Du moins il le fut moins en capturant sa connerie au sujet de la couche et d'un passage par le dispensaire. Lui foutre une atèle à la queue. Connard, songea-t-elle, en riant légèrement malgré tout, en imaginant parfaitement le tableau avant d'évoquer son nain de jardin. Enfin, si elle ne lâcha pas le prénom de la gamine crédule, il saurait forcément de qui elle parlait, d'ailleurs, en voyant poindre une certaine lueur dans son regard gris, elle ravala sa salive en fronçant les sourcils. Il était amoureux ce con là, finalement comme elle était tombée raide pour Blackmore, avant que l'étudiant finisse raide mort enterré dans le jardin. Les doigts glissant sur la joue du militaire, elle pressa ensuite son épaule avant de dévier les yeux vers la baie vitrée. Swann lui manquait bordel, mais fatalement qu'est-ce que ça lui apporterait à elle de vivre comme une putain de nonne ? Qu'est-ce qu'elle en retirerait sinon de l'amertume ? Elle reportait toute son affection – et pas d'allusion salace là – sur le gamin qu'était même pas le sien, sur un clébard que le jeune homme avait consenti à ramener là pour ses beaux yeux, et le reste au juste ? Elle, la femme derrière la rombière acide en deuil ? Car c'était bien ça qu'elle devenait à pas se laisser aller, à se reclure et plus laisser les mecs l'approcher.

- T'excuses pas, c'rien Donnie. Reprit-elle en lui pressant l'épaule.

Elle soupira, le cœur pressé de le voir lâcher prise comme ça. Putain, première fois qu'elle le voyait chialer, ça faisait pas rire du tout parce que là, à peu de chose près, si on retirait le fait qu'il aurait fait éclater un éthylotest, elle se revoyait lorsqu'il lui avait annoncé la mort de Swann. Il s'éloigna, titubant pour s'échouer dans le canapé sans s'éclater le crâne cette fois. Vache, ça craignait là, le play-boy du camp en PLS dans son salon, elle en fixa le chien dix secondes avant de voir ce dernier s'imposer entre les jambes de son pote pour lui renifler la gueule. L'image la fit rire malgré tout, bien qu'en apparence con comme un manche, enfin pas celui du militaire en larmes dans le canapé, Judas était sans doute plus emphatique que la plupart des gens de ce camp, qu'elle peut-être. Sans encore approcher, Jo fila chercher ce qu'elle lui avait promis, shooters à la pelle, Tequila, concentré de citron là - les fameuses petite fiole avec la forme du fruit - et la salière, pour déposer le tout sur la table avec d'autres snacks qui constitueraient de quoi imbiber un minimum. D'un geste, la trentenaire poussa doucement le berger-allemand et, en faisant gaffe à sa patte folle, se laissa retomber auprès de son pote pour lui chopper doucement la nuque et l'inviter à la poser sur ses genoux.

- T'sais qu'j'aime pas les chouineuses, mais bon, Elle logea la main dans les cheveux du tatoué avant de se pencher pour agripper une tige, qu'elle lui colla dans la bouche avant de la lui allumer. j'suis qu'une sale grognasse en deuil, qui baise plus et qui envoie chier tout l'monde ces temps ci.... pis t'es pas n'importe quelle chouineuse. Joann baissa les cils et lui sourit, les yeux brillants parce que ses propres merdes semblaient se refléter dans les yeux gris et humides de ce grand mec qu'elle imaginait pas capable de chialer. Comme quoi hein, même les sales bêtes avaient un cœur. T'es pas une merde, t'es un sale enfoiré, connard, sans doute bien con aussi. Rit-elle en lui subtilisant la clope pour en tirer une taffe avant de la lui rendre. Comme moi, mais t'es pas une merde. T'as merdé, j'ai merdé, on a merdé comme deux sales connards, mais au moins t'pourras t'satisfaire d'pas avoir fait d'la merde ce soir. Elle parlait autant pour ce qu'ils avaient pas fait que pour ce qu'il avait fait pour elle. Un soupir fila ses lèvres avant qu'elle écarte les bras sur le dossier en baissant les yeux vers sa tronche d'ivrogne en pleurs, amoureux et malgré tout, encore capable de faire friser des culottes. J'vais arrêter d'me faire chier à m'priver, merde, il est mort ça je l'ai intégré, ça m'tue mais, j'pense que t'as raison, j'peux pas priver l'monde de ça. Rit-elle en se désignant en un clin d’œil qui masquait parfaitement sa propre douleur.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1224
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: When the shit hits the fan   Dim 21 Oct 2018 - 21:20
Pitoyable, il était pitoyable là. Ah il était loin le type fier là, il en restait qu’une ombre, les contours flous d’un Donovan Carter Floyd encore au plus bas, face à ses démons, face à ses erreurs, des années d’erreurs en tout genre. Il restait que le gosse paumé face au reflet ébréché que lui renvoyait un putain de miroir, un reflet qui ressemblait à s’y méprendre à son paternel. La main de Jo sur son épaule le ramena à cette discussion, si c’en était une. Vautré sur le canapé, Donovan lâcha un peu plus le morceau qui le rongeait depuis quelques heures, quelques jours, Judas venant lui renifler les noyaux. « Qu’est-ce que t’as toi … » souffla-t-il au chien qui le dévisagea d’un air curieux pendant que Joann disparaissait. Ah bah voilà, elle se barrait, elle l’allumait, le laissait sur sa faim, faisait celle qui s’inquiétait et finalement elle se barrait.

Ah non finalement elle réapparut, auréolée d’un halo salvateur, dans les mains de quoi l’aider à vider son sac en se mettant une bonne grosse mine. Ouais, il oublierait tout là, jusqu’à son propre nom. T’oublieras rien, t’as jamais rien oublié. Frottant nerveusement ses mains entre elle, Donovan renifla, il oubliait vraiment rien, il se rappelait de chaque coup, de chaque coupure, chaque bleu, sur lui, sur sa mère. Et cette gifle qu’il avait collée à la blonde sans le vouloir, il s’en rappellerait aussi. Judas laissa la place à Cain, enfin pas au même endroit, Donnie avait bien compris que c’était plus l’ambiance, dommage pour lui. « Qu’est-ce que tu fous Cain … » grogna-t-il en se laissant tomber relativement doucement ses genoux.

Elle foutait quoi là ? C’était le gamin dont elle s’occupait qui la rendait maternelle ? MILF, le mot clignota en rouge dans son esprit, mais Donovan tenta de l’effacer, c’était pas l’ambiance, il avait plus envie de toute manière malgré tout. Il écouta la canadienne le traiter de chouineuse, il cala la clope entre ses lèvres et aspira une bouffée de nicotine. Pas n’importe quelle chouineuse. Donovan en émit un sourire faible, clope au bec, c’était vraiment son amie hein ? Il était pas seul finalement dans ce merdier. En revanche, la description qu’elle avait fait d’elle-même lui rappela la discussion qu’ils avaient eues à Renton, la suite de son discours aussi. Autant ce qui le concernait lui, que ce qui la concernait elle.

« Au moins un de nous deux prend une bonne décision. » souffla-t-il en ramenant son bras contre son front, contemplant les marques noires sur ses bras, ses multiples tatouages. Louisie. Le premier était pour elle, finalement Joann c’était un peu comme une petite sœur non ? Louisie, le visage poupin de sa fille lui revint à l’esprit, déclenchant une nouvelle vague de douleur, de nouvelles larmes. « J’suis une merde Jo’, t’sais … j’ai toujours essayé de pas lui ressembler, parce que merde … je le déteste, tellement … tellement … » Récupérant la clope du bout des doigts, il la tendit à la brune.

Elle devait pas caler de quoi il causait, il lui avait jamais parlé de son enfance, de son adolescence, au final en dehors de Beatriz et d’Evy, y’avait pas grand monde au courant désormais. « J’veux pas ressembler à ce putain de fils de pute et … pourtant regarde-moi. Pas loin de quarante piges, pas capable d’assumer mon rôle de père, ivrogne notoire, à courir tous les jupons du monde, et j’l’ai blessée … je les ai toutes blessées. » Il contrôlait pas vraiment les larmes, ni le débit de ses paroles, encore moins les souvenirs dans son esprit. « J’suis comme lui, pas capable de rester, de garder la seule chose bien dans ma putain de vie. » Son regard gris quitta le plafond pour glisser vers le visage de Cain, récupérant la clope avant de soupirer. « T’es la seule avec qui j’ai pas merdé sur toute la ligne … T’sais j’ai peur que … Louisie j’ai peur de gâcher sa vie simplement en existant. » Il déglutit, ce constat ça lui faisait un mal de chien, ça lui rappelait qu’Evy avait insisté avec sa douceur à elle pour qu’il fasse partie de la vie de sa fille, parce qu’elle croyait en lui.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: When the shit hits the fan   
Revenir en haut Aller en bas  
- When the shit hits the fan -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Cholera Hits Dominican Republic Resort Hotel Casa De Campo
» Just to start shit [Libre]
» LET'S. DO. THIS. SHIT.
» I'm so sick of that same old shit (solo)
» Petit mâle croisé shih-tzu - caniche Quaregnon (Belgique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: