The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- A world of flightless birds -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanor C. Hopper
Administratrice
Eleanor C. Hopper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pied de biche
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/02/2018
Messages : 793
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds - Page 2 EmptyVen 23 Nov 2018 - 6:56
Eleanor n’avait jamais souhaité faire l’intégralité de sa carrière dans le médical pur et dur, non ce travail d’assistante était parfait pour elle. Il lui avait offert une réponse à ce besoin d’aider, de se sentir utile, mais il ne l’avait pas confrontée au plus dur, à la douleur des autres face aux bobos petits comme grands ni même au pire, à la perte. Là, alors qu’elle aidait Corey en traitant du mieux qu’elle le pouvait ses blessures, la rouquine réalisait combien cela aurait été dur pour elle. Evidemment, l’australien était son ami donc elle en était d’autant plus touchée, mais une part d’elle s’en voulait d’en rajouter, parce que le traitement, comme souvent, était presque plus douloureux et perfide que le mal.

Elle s’était appliquée sur les points, faisant malgré tout au plus vite pour ne pas trop étirer la douleur, avant de s’inquiéter de l’état de ses côtes. Chaque grimace du brun lui arrachait un pincement au cœur, une pointe de colère aussi, et un soupçon de déception. Il était comme elle Corey, optimiste, confiant, naïf sans doute. Et comme elle, il avait fallu que des survivants sans la moindre morale lui tombent dessus. Morgan ne l’avait pas laissée aussi mal en point, fort heureusement, mais Ely se rappelait encore la morsure de cette balle quand elle avait croisé Deaglan, heureusement le quarantenaire avait su l’aider mais la cicatrice était encore là pour le lui rappeler. Eleanor afficha une moue pensive, six ou sept ce n’était pas mal quand même.

Penchant la tête sur le côté en grimaçant toujours à ce qu’il ajouta, la rouquine tenta de se convaincre. Oui, des côtes brisées auraient été autrement plus douloureuses, sans doute même qu’il ne serait pas en mesure de lui parler là. Les comprimés dans la paume du brun, l’ancienne assistante commença à réfléchir à ce qu’elle pouvait faire de plus, de mieux, pour l’aider, arranger son quotidien des semaines à venir qui allait être aussi douloureux que ces blessures. Mais Eleanor fut surprise de sentir son front heurter doucement son épaule. Corey s’excusait ? Elle en grimaça avant de loger ses doigts fins derrière sa nuque alors qu’il se reculait.

Fronçant les sourcils, son regard plongé dans celui du brun, Ely reprit. « C’est pas à toi de t’excuser mais … à ces … gens. Toi, tu n’as qu’à te rétablir, et moi eh bien … je suis là pour t’aider. » Oh elle avait en réalité le cœur au bord des lèvres, les larmes au bord des yeux de le voir ainsi, mais il ferait face, et elle l’y aiderait. Et parce qu’en dehors de tous ces pansements, Eleanor ne connaissait qu’un seul moyen d’apaiser la souffrance des autres, elle colla un baiser sur son front avant de le prendre dans ses bras, soigneusement pour ne pas lui faire plus mal. « Ne t’inquiète pas pour moi, ne t’excuse plus, et remets-toi … C’est tout ce que je souhaite. » Elle resta comme ça un instant, peut-être trop longtemps, avant de se reculer, se raclant la gorge en revenant fouiller dans son sac à dos.

« Tiens regarde, ça ne remplacera pas ton t-shirt mais … ça t’évitera d’attraper froid. » Oui c’était le mois de juillet et alors ? Corey était en état de choc, blessé, et il n’allait tout de même rester dans cette tenue. Eleanor lui tendit donc une couverture, bleue ciel avec des nuages dessinés dessus avant de se lever pour l’enrouler autour de ses épaules en réalisant qu’il n’y arriverait peut-être pas tout seul. « Il faut … que tu te reposes, je peux t’accompagner … enfin t’aider pour y aller. Et euh … si tu … si tu as envie ou besoin de parler de tout ça alors … enfin c’est pas une obligation … C’est … Je suis là. » Pour lui et pour l’aider, et elle se sentait truffe à montrer autant d’inquiétude.


i'll find my way home
And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. Oh, never give up, no, never give up (c) by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Corey P. Torrance
Administrateur
Corey P. Torrance
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Tisonnier, Glock et couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 298
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds - Page 2 EmptyMer 12 Déc 2018 - 17:08

Corey n'avait jamais été de ceux à fuir le regard des autres et baisser les yeux. Pas qu'il n'avait jamais peur, simplement qu'il était doté d'une certaine insolence qui allait de pair avec sa capacité à parler beaucoup trop. Il soutenait les regards même s'il se doutait bien qu'il n'avait rien d'un type menaçant mais au moins restait-il campé sur ses positions. En cet instant cependant, ses prunelles ne parvenaient pas à rester accrochées à celle de son amie et voguait brièvement de son regard à ses mains, ou même au sol. Ce n'était même pas la honte d'être dans cet état qui l'empêchait de soutenir le regard d'Eleanor, c'était qu'il voulait la protéger au mieux de ce qu'elle pourrait voir dans ses yeux. La protéger de cette peine et cette déception qu'il ressentait. Et c'était là la seule solution qu'il avait, se retrouvant totalement incapable de la rassurer avec des mots sans pouvoir être certain que sa voix ne flancherait pas avant la fin.

L'expression qu'elle afficha cependant à la suite de ses mots le poussa à garder un instant ses prunelles dans les siennes, ses lèvres restant scellées et tous les mots bloqués dans sa gorge n'étaient qu'une masse douloureuse qui menaçait de venir sillonner ses joues d'un instant à l'autre. Il n'avait peut-être pas à s'excuser oui, mais pourtant si elle se faisait désormais du souci c'était parce-qu'il n'avait pas été assez prudent, parce-qu'il s'était comme toujours montré trop confiant envers les inconnus et qu'il avait fallu qu'il tombe sur les pires monstres que portaient la terre. Alors oui, ces ''gens'' aussi devaient s'excuser, mais lui aurait dû garder ses distances et fuir au lieu de chercher à copiner bêtement. L'Australien hocha néanmoins la tête aux mots d'Ely. Elle serait là pour l'aider, comme elle venait de prendre soin de lui quelques minutes auparavant, et malgré la peine qu'il éprouvait à la voir aussi inquiète, il ne pouvait que se sentir soulagé et reconnaissant de ne pas être seul dans un tel instant.

Son palpitant rata un battement lorsqu'elle s'approcha pour venir déposer un baiser sur son front, le figeant net avant qu'il ne sente les bras de la jeune femme autour de lui. Il lui fallut quelques secondes pour respirer plus ou moins convenablement et se sentir un brin apaisé. Bien incapable de lui rendre son étreinte tant ses épaules étaient douloureuses, le brun s'était contenté de déposer son menton sur l'épaule d'Eleanor, inspirant légèrement pour essayer de ne pas se laisser porter par la peine qui l'habitait. Il hocha alors la tête à ses mots, soufflant un bref « d'accord » un peu faible. Ne pas s'inquiéter ni s'excuser, difficile à faire, surtout dans ce monde, mais il ferait un effort et ferait au mieux pour se rétablir au plus vite. Et plus vite il serait sur pied, plus facilement il pourrait la protéger et ne plus s'inquiéter tant ; ou du moins essayer, parce-qu'à voir son état il y avait fort à parier qu'il ne ferait pas le poids contre des assaillants. Mais il ferait au mieux, une fois rétabli.

Lorsqu'elle s'éloigna, l'Australien la suivit du regard, préférant se concentrer sur ses gestes à elle que sur la douleur qui secouait tout son corps. En voyant la couverture, il ouvrit la bouche, s'apprêtant à lui dire qu'elle pouvait la garder avant qu'elle ne vienne la mettre sur ses épaules. Baissant alors le nez vers la couverture, un fin sourire un peu rêveur étira ses lèvres. Nuages sur fond bleu, manquait plus qu'un peu de musique et il se serait cru dans Toy Story ! Sauf qu'il ne chanterait pas, parce-qu'aucun mot ne sortait de sa gorge, et personne ne chanterait pour lui. Corey releva alors le nez vers la rouquine, hochant à nouveau la tête avant de se lever doucement, se laissant soutenir par la grande. « Tu... tu resterais un peu ? Jusqu'à c'que j'dorme » avait-il demandé d'une petite voix, presque gêné de demander cela. Il avait juste l'air d'un gosse qui avait besoin d'une présence pour éloigner les cauchemars et la peur, mais la vérité était bien différente. S'il avait besoin qu'elle reste c'était pour ne pas se laisser aller à sa peine. Au moins tant qu'elle serait là il pourrait se forcer à ne pas craquer, à prendre sur lui.


Sometimes quiet is violent...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Eleanor C. Hopper
Administratrice
Eleanor C. Hopper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pied de biche
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/02/2018
Messages : 793
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds - Page 2 EmptyJeu 13 Déc 2018 - 11:39
C’était douloureux de le voir comme ça, Eleanor n’était pas vraiment le genre de personne à ressentir de la colère et pourtant là, elle était en colère contre ces personnes qu’elle imaginait facilement hideuses, déformées par leur méchanceté, par leur lâcheté. Tout ce qu’elle pouvait faire pourtant, c’était d’être là pour Corey, l’aider à se remettre physiquement de ses blessures, à défaut de pouvoir lui rendre le sourire. Ca la peinait, car il était comme elle dans le fond, il était naïf, il était joyeux. Elle se revoyait dans les jours qui avaient suivi l’agression dont elle avait été victime par l’autre rousse, sauf que Morgan malgré tout ne l’avait pas laissée si amochée. Eleanor proposa ensuite de l’aider pour aller se coucher, car elle imaginait assez facilement que se mouvoir quand l’on n’était rien de plus qu’un tas de douleurs ne devait pas être facile.

A la demande du brun, Eleanor esquissa un sourire. « Bien sûr. Je te lâche pas. » Et c’est ce qu’elle fit, restant avec lui jusqu’à ce qu’il parvienne à trouver le sommeil, inquiète comme rarement. C’est également ce qu’elle fit durant les premiers jours qui suivirent, là, aux petits soins pour l’aider, qu’il ne fasse pas trop d’effort, qu’il ne souffre pas. Finalement, elle aurait peut-être pu devenir infirmière, en tout cas, elle ne se débrouillait pas si mal. C’était Hernando et Mike qui avaient assuré le ravitaillement nécessaire pendant qu’elle tentait de préparer des repas qui aidaient les malades, les blessés, qui réconfortaient aussi.

Et finalement, quatre ou cinq jours après le retour de Corey, la rouquine se décida à le questionner un peu. Cela faisait partie de la guérison, non ? Assise en face de lui à la table qui composait leur salle à manger, et aussi leur cuisine, l’ancienne assistante touillait son thé, coupant en millions de fragments – au moins – son biscuit sec, extra sec. « Je trouve que je me débrouille bien dans ce rôle d’infirmière, non ? » souffla-t-elle avec un sourire, pour tenter de détendre l’atmosphère, de ramener le sujet plus délicatement. « Si je trouve une machine à remonter le temps, je changerai de travail, comme ça … je serai encore meilleure infirmière ! Et j’me ferai pas mener en bateau par un ambulancier … Pffff … » Pouffant de rire en balayant la table du regard, Eleanor reprit, levant ses iris chocolat vers Corey.

« Tu sais … Enfin t’es pas obligé d’en parler, ou t’es pas obligé de m’en parler à moi, mais … il parait que ça aide de parler, que ça aide à … aller mieux. Alors, si tu as besoin de parler de ce qu’il s’est passé … je suis là. » Un sourire rassurant ponctua sa phrase. Corey pourrait être assuré qu’elle ne se lancerait pas dans une vendetta courue d’avance, elle n’en était pas capable et elle préférait rester ici à s’assurer qu’il allait bien, qu’il allait mieux. C’était plus important. Bien sûr, si un jour on lui collait le ou les responsables sous le nez, la rouquine se ferait un plaisir de leur faire des prises de karaté en pleine poire, mais pour l’heure, sa principale et sa seule préoccupation c’était l’australien et sa guérison. Et aussi le biscuit qu’elle émiettait tellement pour le faire durer qu’il ne ressemblait plus à rien.


i'll find my way home
And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. Oh, never give up, no, never give up (c) by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Corey P. Torrance
Administrateur
Corey P. Torrance
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Tisonnier, Glock et couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 298
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds - Page 2 EmptyJeu 27 Déc 2018 - 21:19

Installé à la table de la cuisine, le tatoué faisait de son mieux pour rester assis correctement, suffisamment droit pour que ses côtes ne tirent pas trop. Sûr que si ça n'avait tenu qu'à lui il se serait tout bonnement avachi dans cette chaise. Mais le sort en avait décidé autrement et le moindre mouvement un peu trop brusque lui faisait un mal de chien. Alors il se tenait droit, incapable de croiser les bras, le visage tourné vers la fenêtre sur sa gauche. Son œil tuméfié allait un peu mieux bien qu'il ne voyait encore que partiellement et il parvenait à se servir un peu mieux de son bras droit sans avoir à trop grimacer. Le gauche en revanche était toujours immobilisé dans une écharpe de fortune et ses côtes se rappelaient à lui dès qu'il essayait d'aller un peu trop vite. Situation plus que compliqué pour un hyperactif comme lui qui n'aspirait qu'à une chose : profiter de ce qu'il leur restait de vie sur cette terre et aller vadrouiller à droite à gauche. En temps normal du moins, parce-que depuis son retour avec Hernando quelques jours plus tôt, Corey n'était plus que l'ombre de lui-même. Il ne parlait plus beaucoup, n'avait plus envie de rien, seuls quelques sourire las donnaient parfois un semblant de vie à son expression tantôt absente, tantôt figée de douleur.

La voix d'Eleanor, assise juste en face, le tira de ses pensées, le poussant à reporter son attention sur elle. Il s'était contenté de hocher la tête à sa question, lui adressant un bref sourire sans toutefois dire quoi que ce soit. Pour quelqu'un que le silence angoissait d'habitude, il était devenu bien trop calme. « Sûrement » avait-il simplement rétorqué à ses mots concernant le voyage dans le temps. Sûr que lui aussi ferait beaucoup de choses s'ils avaient cette possibilité. À commencer par ne pas se risquer à croiser la route des deux inconnus qui l'avaient mis dans cet état. Sauver Josh aussi.

Alors que son expression s'était faite un peu plus peinée, presque éteinte, la voix de la rousse retenti à nouveau. Incapable pour le coup de répondre à son sourire qui se voulait rassurant, Corey garda le silence, réfléchissant à ses mots. Elle était là pour lui, il le savait. Il avait même su dès leur rencontre qu'il pourrait compter sur elle, comme elle pourrait compter sur lui, dans les moments les plus loufoques comme les plus durs. Et pourtant il n'avait pas encore pu lui parler. Ni à elle ni à leurs deux camarades. Parce-que dire les choses lui faisait peur, et que tout était bien trop confus dans son esprit pour qu'il soit certain de pouvoir parler sans que sa voix ne déraille. Ce n'était pas contre eux, loin de là, simplement que la prise de conscience qu'il avait eu à prendre était bien trop douloureuse pour qu'il puisse y penser sans être peiné. Et pourtant Ely était là, prête à l'écouter, à tout entendre. Pouvait-il seulement lui infliger cela ? Partager ce poids qu'il portait avec elle alors qu'elle était déjà suffisamment inquiète pour lui ? Pas certain. Mais il le devait, parce-que s'il ne pouvait pas lui parler à elle, il ne pourrait le faire avec personne.

Après quelques secondes, un soupir fila entre ses lèvres et il se décida à prendre la tasse de thé devant lui d'une main tremblante, la portant à sa bouche pour en prendre une petite gorgée. La reposant sur la table, le jeune homme pinça les lèvres, regard figé sur cette tasse avant d'inspirer légèrement. « Jamais j'aurais cru être encore plus diminué qu'mes p'tits vieux » avait-il soufflé en faisant référence à sa vie d'avant sur un ton où ne perçait aucune joie, pas d'amusement, simplement un constat qui aurait pu être comique dans d'autres circonstances mais qui, en l'état, était bien trop dur pour qu'il puisse en plaisanter. « Et tout ça à cause de... » Le tatoué ne termina pas sa phrase, reportant simplement ses prunelles vers la fenêtre en secouant la tête, fuyant le regard de son amie. Il s'était mis à se mordiller nerveusement la lèvre inférieure, marquant un nouveau temps de silence avant dé déglutir. « Tu sais... le plus dur dans tout ça c'est même pas la douleur physique, c'est d'se rendre compte que des Hommes sont capable de... ça. » Sa voix était relativement faible mais suffisamment perceptible pour qu'Eleanor puisse l'entendre, comme s'il lui disait en secret. Il le savait pourtant, qu'il y avait des éléments manquant dans son récit dont il devrait lui parler pour qu'elle puisse réellement comprendre, mais aussi pour qu'il puisse aller de l'avant et se sortir cette peine de la tête, au moins un peu.


Sometimes quiet is violent...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Eleanor C. Hopper
Administratrice
Eleanor C. Hopper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pied de biche
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/02/2018
Messages : 793
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds - Page 2 EmptySam 29 Déc 2018 - 22:02
Eleanor mordilla sa lèvre, son regard rivé sur le brun. Il avait légèrement meilleure mine, à peine, son œil était toujours gonflé, marqué par l’agression dont il avait été victime. Les autres blessures guériraient également, avec plus ou moins de temps, mais ce qui l’inquiétait surtout c’était les blessures invisibles. Ce qui la peinait le plus, au-delà de la douleur physique, c’était de voir son ami aussi silencieux là où normalement, Corey parlait et riait beaucoup, comme elle. Sa tentative de plaisanter, d’alléger cette ambiance trop lourde, bien trop lourde, ne rencontra qu’un succès mitigé. Un faible sourire et un mot, c’était un début, et Eleanor n’était pas du genre à renoncer, surtout pas lorsqu’il s’agissait d’une personne importante pour elle.

Sa tasse de thé entre les mains, Ely observa les mouvements du brun, comme s’ils pouvaient parler plus que lui, l’aider à comprendre plus facilement ce qu’il s’était passé. Ce n’était pas pour chercher une faille où s’engouffrer, elle ne voulait absolument pas le brusquer, elle ne voulait pas le forcer à parler parce qu’elle savait que les épreuves les plus difficiles à vivre et encore plus difficiles à raconter. Mais la rousse voulait comprendre, comprendre pour l’aider. Son regard brun retomba vers sa tasse, avant qu’elle ne relève les cils vers Corey lorsqu’il se décida à parler. Sa remarque lui arracha un sourire triste, et elle si bavarde se força à ne pas l’interrompre, parce qu’il jugeait enfin possible de parler, alors le couper serait une mauvaise idée.

Tout cela à cause de ? A cause de ce que l’être humain était capable de faire, déjà avant tout ce nouveau monde de misères et de souffrance et de violence et de mort, tout simplement. « Ils l’emporteront pas au paradis … » souffla-t-elle pour elle-même avant de prendre une longue inspiration, soupirant finalement, ses épaules suivant le mouvement exagéré de sa respiration qui l’était tout autant. « Moi aussi j’aimerais croire que les vivants sont pas pires que les morts mais … même moi je suis pas si naïve, l’être humain a toujours été comme ça faut croire … C’est idiot mais … je préfère me concentrer sur le bon. Sur les bonnes personnes. » Elle était naïve, trop, mais pas suffisamment pour attendre toujours le meilleur de chacun.

Elle l’avait fait en croisant Morgan, elle l’avait regretté. Mais dans tous les paris qu’elle avait pris, certains étaient positifs. Corey, Clarke, ils étaient tous deux de bonnes personnes. « Il faut pas que … » Cette fois, ce fut elle qui ne termina pas sa phrase, le regard fuyant, avant de se relever, sa tasse entre les mains pour venir s’asseoir à côté du brun. Eleanor hésita un instant à lui donner un petit coup d’épaule, mais assise à sa gauche, comme à sa droite finalement, elle réalisa à temps qu’elle allait lui faire mal. Stupide Eleanor, stupide rousse simplette, pesta-t-elle intérieurement. « Il faut pas que ça te change … si on change, si on devient … comme tous les autres … je sais que je dois avoir l’air d’une idiote la plupart du temps mais … heureux les simples d’esprit non ? » Un maigre sourire étira ses traits, elle n’était pas très sûre de ce qu’elle voulait dire.

« Il faut parler, de ce qu’il s’est passé, je crois … Il me semble que j’ai entendu les médecins le dire à pas mal de gens à l’époque. Déjà avant tout ça, certaines personnes tournaient pas rond, clairement pas rond. Et … t’es pas plus diminué que tes p’tits vieux, et même si tu l’es … bah t’es pas tout seul, comme eux. Eux ils t’avaient toi, toi tu m’as moi ! » La rousse enfila son plus beau sourire, ce sourire de gamine qui croyait dur comme fer en ce qu’elle disait avec toute l’innocence et la sincérité du monde. Posant sa main droite sur le bras gauche de l’australien, Eleanor reprit. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » demanda-t-elle d’une voix plus basse, pour l’inviter à parler, confier ce qui l’avait tant marqué ce jour-là. C’était la première étape pour aller mieux, à ce qu’il paraissait.


i'll find my way home
And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. Oh, never give up, no, never give up (c) by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Corey P. Torrance
Administrateur
Corey P. Torrance
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Tisonnier, Glock et couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 298
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds - Page 2 EmptyVen 22 Mar 2019 - 23:12

Faisant tournoyer d'un air distrait et atrocement lent la cuiller dans sa tasse de thé, le tatoué ne parvenait pas à mettre sur ''off'' son esprit, ce dernier n'ayant de cesse de rejouer encore et encore l'agression dont il avait été victime. Les mots de la rousse ne firent que lui rappeler quelque chose qu'il savait déjà : il avait été bien trop naïf. Et bien que conscient de cela, la remarque fit naître sur son visage une moue réellement contrariée, presque empreinte de honte. Non, il n'avait aucunement besoin que son amie lui laisse entendre combien il avait été idiot de vouloir croire qu'il pouvait faire confiance à des inconnus aussi facilement. Mais c'était la vérité après tout, il était le dernier des abrutis et il le payait désormais, cet espoir débile. Si dans d'autres circonstances Corey aurait réellement pu se vexer de ses mots, il n'en n'avait pour le coup pas la force, notamment parce-qu'il savait qu'Ely était dans le vrai, même si sa manière de dire les choses avait été un peu maladroite. Il ne lui en tiendrait pas rigueur de toute façon, bien conscient qu'elle ne pensait pas à mal et se faisait réellement du souci pour lui.

Si le brun n'avait pas répondu aux propos de son amie, n'en n'ayant pas la force, il tendait néanmoins l'oreille à ce qu'elle pourrait ajouter. Et elle commença une phrase avant de s'arrêter net. Alors quoi ? Il affichait une telle tête digne d'un boudeur professionnel pour qu'elle en perde ses mots ? Un court instant, cette idée l'inquiéta, le poussant à relever le nez vers elle. Oui, il avait été débile, et l'était d'autant plus de se murer ainsi dans le silence, mais la rouquine était devenu quelqu'un de bien trop important dans ce monde pour qu'il envisage l'idée de la perdre elle aussi. La voyant cependant s'approcher et non pas partir, il expira légèrement, un brin soulagé mais toujours pas suffisamment pour faire partir toute cette tension qui tendait ses épaules. La sentir s'asseoir ainsi près de lui le poussa à serrer les dents et, d'un coup, sa main qui faisait toujours tournoyer la cuiller se stoppa. Pourquoi fallait-il qu'il soit autant à fleur de peau ? Qu'il ressente une boule dans la gorge à chaque fois qu'il percevait cette voix compatissante ? Peut-être parce-qu'il avait simplement besoin de s'appuyer sur elle. Bien sûr, Hernando et Mike étaient aussi là, ils pourraient l'écouter, mais les conversations difficiles avaient toujours été plus simples à aborder avec Ely, plus intuitives.

Lorsqu'elle reprit, le poids sur sa cage thoracique ne fit que s'accentuer. Il ne fallait pas que ce qui était arrivé le change. Il le savait oui et pourtant il peinait sérieusement à reprendre le dessus, à ne plus craindre le monde dehors, à garder en lui cette colère qui était mêlée à une souffrance indescriptible. Celle de la déception de voir combien le monde -leur monde- ne faisait que s'autodétruire chaque jour un peu plus. Alors non, il ne voulait pas devenir comme tous les autres, ce n'était pas dans son caractère et ça ne l'avait jamais été, mais il était évident que, pour l'instant, sa joie de vivre et son insouciance habituelles étaient bien planquées sous toute la masse de tourments qui animaient son esprit. À nouveau, le tatoué se contenta de hocher la tête aux paroles de son amie, soufflant tout de même un simple « ouais » un peu incertain. Heureux les simples d'esprit en effet, mais à être trop débile il avait fini par se faire avoir.

À peine Eleanor eut-elle affirmé qu'il fallait parlé qu'il se crispa à nouveau, se fermant totalement. Comment pourrait-il seulement parler, raconter ce qui était arrivé, sans se laisser submerger par ces émotions compliquées qu'il essayait de gérer ? Ça semblait insurmontable, et pourtant la jeune femme avait raison : il l'avait, elle, et s'il y avait bien une personne qui le soutiendrait sans le juger, même s'il devait en venir aux larmes, ce serait elle. Relevant son regard vers elle, percevant son sourire sincère et compréhensif, l'aide de vie eut à nouveau cette impression d'avoir le cœur au bord des lèvres. Bêtement il fixa un instant cette main sur son bras avant de déglutir. Sûr qu'il avait envie de se défiler, encore, mais une part de lui le savait : plus vite il crèverait l'abcès et plus vite il pourrait s'en remettre. Ouvrant la bouche, il la referma rapidement, secouant la tête. Ordonner ses pensées avant de parler, essayer de contrôler ses émotions. Facile à dire pour lui qui était toujours beaucoup trop expressif, trop dans l'excès.

« Je... Hernando était sorti alors j'ai voulu en profiter pour essayer de trouver des vivres de mon côté » commença-t-il d'une petite voix, hésitant par moment sur l'un ou l'autre mot alors que son regard se faisait fuyant. « En arrivant dans une rue j'ai vu ce couple, un homme et une femme, j'me suis planqué mais ils m'avaient vus et des Grabataires arrivaient derrière moi. » Au fur et à mesure de son explication, de légers tremblements s'étaient mis à agiter son corps. Inspirant profondément autant pour trouver le courage de poursuivre que parce-qu'il manquait sérieusement d'air, l'Australien reprit. « Ils avaient l'air sympa et ont proposé qu'on cherche des vivres ensemble mais... ils l'étaient pas, sympa. Et il voulait savoir où se trouvait mon groupe... » Secouant à nouveau la tête d'un air dépité, impuissant, le regard du tatoué avait fini par se gorger de larmes. Il fit au mieux pour essayer de les retenir, ravalant sa colère du mieux possible avant de continuer. « Si Hernando était pas arrivé... j'aurai pas pu me battre face aux morts » acheva-t-il, peinant à retenir un sanglot. Sûr qu'il se trouvait, ridicule, pitoyable, et peut-être n'en racontait-il pas assez mais c'était au dessus de ses forces et, de toute façon, Eleanor n'aurait pas besoin des détails : les nombreuses marques sur son corps parlaient pour lui.


Sometimes quiet is violent...
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Eleanor C. Hopper
Administratrice
Eleanor C. Hopper
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pied de biche
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/02/2018
Messages : 793
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds - Page 2 EmptySam 23 Mar 2019 - 17:17
C’était comme contempler un paysage autrefois magnifique et le voir en proie aux affres de ce monde. Elle qui appréciait de voir son ami souriant, aussi délirant qu’elle, aussi fou, elle voyait là toute la peine, toute la peur, sans doute toute la colère. Eleanor était là pour lui pourtant, même si ce ne serait pas suffisant pour effacer, pour limiter les dégâts. Hernando n’avaient pas pu trop lui en dire mais les blessures parlaient pour lui, et en un sens elle n’avait pas besoin d’en savoir plus, parce qu’elle ne pourrait rien en faire de plus. Il aurait été stupide, inutile de s’imaginer partir à la recherche de ces individus, Eleanor n’avait rien d’une justicière, ce n’était qu’une survivante trop sensible et trop naïve, trop optimiste également et pour sûr elle n’aurait soit pas retrouvé les auteurs des méfaits soit fini sous leurs coups elle aussi.

Alors pourquoi insister ? Parce qu’elle se doutait que mot après mot, Corey irait mieux. Sa main posée sur son bras, la rousse esquissa un sourire compréhensif, un sourire pour le soutenir, quoiqu’il décide. Il n’était pas obligé de lui répondre après tout. C’était difficile pour le tatoué, elle le voyait bien. Son regard chocolat resta posé sur lui, son sourire se transformant en moue triste aux mots du brun, sourcils froncés. Il était parti avec Hernando, il avait voulu faire sa part pendant que le portoricain était parti de son côté, en somme leur quotidien, rien de plus, rien de moins, ici ou ailleurs. Cela aurait pu lui arriver n’importe où et c’était ce qui lui faisait le plus mal à Eleanor, de savoir que finalement le danger était vraiment n’importe où, n’importe où tant qu’il y avait les morts, tant qu’il y avait les vivants. Pour quelqu’un qui comme elle aimait ses semblables, c’était une gifle monumentale à chaque fois qu’elle le réalisait, pour mieux l’oublier plus tard.

Un couple, un homme et une femme, qui avait su manipuler son ami. Ses doigts sur son bras glissèrent vers la main de l’australien alors qu’elle le voyait hésiter sur les mots, sur ses paroles aussi douloureuses que les coups qu’il avait reçus. Ces deux individus en voulaient à ses ressources mais plus encore à leurs ressources, leur camp, leur groupe de survivants. Ce n’était pas simplement des êtres inhumains, ils étaient de ceux qui survivaient sur le dos des autres. Eleanor en serra le poing posé contre sa cuisse, sa main droite tenant toujours celle de Corey. La conclusion de ce récit lui noua la gorge, autant que le sanglot qu’elle entendit dans la voix du brun.

Sans geste brusque, parce qu’elle se doutait bien qu’il était à fleur de peau, la rouquine vint poser ses mains sur les joues de l’australien, cherchant à croiser son regard quitte à y lire trop de tristesse. « Mais Hernando était là, il t’a ramené. Là-haut, ou ailleurs je sais pas où, il doit y avoir un ange gardien qui veille sur toi, et il avait dû lâcher son écran de surveillance juste une seconde, une seconde dans son monde et trop longtemps dans le nôtre, mais quand il s’en est rendu compte, il a vite tenté de rattraper le coup, et tu es là. » C’était idiot comme histoire, et Eleanor réalisait qu’elle pleurait, quelques larmes qui roulaient sur ses joues pâles. Tant pis. « Ça va aller … » Un sourire étira ses lèvres avant qu’elle ne vienne l’envelopper délicatement de ses bras pour le ramener contre elle. Quand elle était gamine et qu’elle n’allait pas bien, même quand elle était déjà adulte à bien y réfléchir, sa mère avait toujours ce geste envers elle, simple. Un câlin, c’était toujours rassurant, comme un doudou, sauf qu’elle n’avait aucun Teddy Bear pour Corey. Il était là et elle serait là pour lui, c’était le plus important. Ce n’était pas ces personnes, elle ne les laisserait pas gagner et marquer à vie le tatoué.


i'll find my way home
And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. Oh, never give up, no, never give up (c) by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- A world of flightless birds -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Forge World
» Nouveauté Forge World
» 05. You roxx my World
» Commande Forge World du Père Noël !!!
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: