The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- A world of flightless birds -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: A world of flightless birds   A world of flightless birds EmptyVen 5 Oct 2018 - 18:05

Mercredi, 11 juillet 2018





Lorsque l'Australien ouvrit les yeux -ou, tout du moins, son seul œil valide- il n'aperçut qu'un ciel gris au dessus de lui. D'abord nerveux, il mit quelques secondes à se rendre compte que ce n'était rien d'autre que le plafond du véhicule dans lequel il se trouvait. Allongé sur la banquette arrière, le jeune homme n'avait pu s'empêcher de grimacer alors que ce qui devait être un nid de poule ne secoue l'habitacle et lui avec. Il se rappelait. Son épaule avait été démise, Hernando la lui avait replacée en arrivant dans leur abri de fortune, avant de prendre la route, mais il n'avait pas pu s'occuper de ses autres blessures. Et maintenant son bras gauche était en écharpe et atrocement douloureux, son épaule droite lui brûlait -sans doute à cause de la lame qui y était entrée, la lame de son propre couteau-, ses côtes lui faisaient un mal de chien, son œil droit qui devait être tuméfié également. Bref, l'aide de vie avait le sale sentiment que tout son corps n'était que douleur mais, à dire vrai, ce n'était rien comparé à la peine qu'il ressentait en son lui profond. Deux inconnus l'avaient tabassé et laissé pour mort. Si Hernando n'était pas venu à temps sans doute aurait-il terminé lui aussi en Grabataire. Comment des êtres vivants pouvaient-ils devenir à ce point mauvais ?

La prise de conscience était difficile à avaler, réellement. Si bien que pendant tout le trajet jusqu'au golf Corey s'était fait silencieux. Une première depuis bien longtemps. Même lorsque Brian lui posait des questions il ne prenait pas la peine de répondre, encore bien trop en état de choc pour dire quoi que ce soit et autant dire que la douleur était telle qu'il n'avait aucune envie d'entendre en plus son timbre qui se ferait probablement tremblant. Si ça n'avait été qu'un petit bobo le brun se serait plaint, comme toujours, comme un gosse, mais là ce n'était pas une petite blessure de rien du tout, c'était bien plus grave que ça, alors il encaissait, prenant sur lui pour ne pas lâcher des soupirs plaintifs au moindre soubresaut qui secouait le véhicule. Hernando s'était activé avant leur départ de la petite maisonnette pour trouver une voiture fonctionnelle, au moins qui leur permettrait de retourner au golf, bien conscient que le plus jeune ne pourrait sans doute pas faire tout le trajet à pied.

Il ferma à nouveau les yeux, inspirant profondément pour ravaler autant la douleur que la peine mêlée à la déception, Corey espérait que, bien, ils arriveraient à destination. Ce serait plus confortable que cette banquette et, surtout, il pourrait se reposer au calme dans son lit. Se remettre autant physiquement que psychologiquement. Une nouvelle secousse le poussa à fermer les yeux un peu plus fort et porter sa main droite à ses côtes. Il devait en avoir une de fêlée, au moins. Ça plus tout les bleus qui parsemaient son corps, il devait vraiment avoir une dégaine horrible. Et que dirait Eleanor quand ils arriveraient ? Le brun espérait qu'elle ne mettrait pas la faute sur le dos de Hernando. Après tout, c'était sa faute à lui seul, parce-qu'il avait cru en le bon fond des Hommes. Et que le revers qu'il venait de se prendre était aussi efficace pour lui ouvrir les yeux que difficile à accepter.

Quand l'éducateur affirma qu'ils arrivaient et que le véhicule se mit à ralentir, l'Australien rouvrit les yeux, soufflant un simple « ok » un peu étranglé. Avait-il d'ailleurs gardé des marques de strangulation sur son cou ? Sans doute même s'il n'avait pu s'en assurer pour l'instant. Au vu de la lumière dans l'habitacle, le soleil devait avoir quasiment disparut derrière l'horizon désormais. Il essaya de se redresser sans y parvenir, n'ayant d'autre choix que d'attendre que la voiture soit totalement à l'arrêt devant la porte principale qu'ils empruntaient pour entrer dans le bâtiment et que son camarade vienne jusqu'à lui pour l'aider à sortir. La douleur s'était ravivée dans ses efforts et, une fois sur pieds, ses jambes flageolaient pitoyablement, tant dû aux nombreux coups dont il avait écopé qu'à cause du stress accumulé. De son bras encore valide il se maintenait tant bien que mal à Hernando qui viendrait sans doute récupérer leurs affaires dans la voiture plus tard.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds EmptySam 6 Oct 2018 - 18:06
Corey n’avait pas menti, pas qu’elle en ait douté à un moment, mais la rouquine avait réussi à se faire un petit nid douillet. Presque, à deux-trois détails près. Ce golf était devenu sa nouvelle maison, et Corey, Hernando et Mike étaient devenu ce qui se rapprochait le plus d’une famille. Alors la rousse se sentait bien, elle n’était partie que peu, concentrant ses sorties dans les alentours du Rainier Golf Club même si elle prévoyait bientôt de sortir un peu plus longtemps. Il fallait bien qu’elle fasse sa part, maigre et certainement inutile vu ce qu’elle ramenait, pour subvenir à la vie du petit groupe.

Cette fois-ci, c’était Hernando et Corey qui étaient partis, la laissant seule avec Mike. Elle s’entendait plutôt bien avec l’afro-américain, il était amusant, et même si elle avait parfois l’impression que lui et Hernando la prenaient pour une idiote, Ely était habituée à passer pour une imbécile vu son débit de paroles incessants et le peu d’intérêt de tout ce qu’elle pouvait raconter. Elle était ainsi, à prendre ou à laisser et fort heureusement ici, personne ne la laissait de côté. « Je t’assure ! On a réussi à faire démarrer une de ces petites voitures qu’ils utilisaient dans les aéroports pour bouger les bagages et tout le reste, et puis on s’en est servi pour foncer dans les rôdeurs. C’était … brrrrr … » La rousse secoua la tête, se rappelant cet épisode aussi riche en action et en émotion qu’en boyaux, elle avait rencontré Frederik et ils avaient partagé un festin de rois pour célébrer la nouvelle année.

Le métisse qui riait de bon cœur avec elle se stoppa lorsqu’il entendit du bruit. Corey et Hernando devaient être revenus, déjà ? Elle avait pensé qu’ils seraient partis plus longtemps, une sortie entre gars, un truc viril sorti de son imaginaire riche et foisonnant. Mais si l’ancienne assistante riait pour elle-même en les imaginant lancés dans une aventure rocambolesque, lorsqu’elle posa son regard sur l’australien, son sang ne fit qu’un tour. Son sourire s’effaça aussitôt remplacé par une mine inquiète alors qu’elle pressa le pas pour aller à leur rencontre.

La rouquine entendit à peine la voix de Mike demandait ce qui s’était passé, celle d’Hernando qui expliquait l’avoir trouvé comme ça. Sans vraiment réfléchir, Eleanor se jeta sur l’australien pour le serrer dans ses bras, elle en pleurait de le voir comme ça. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » chouina-t-elle entre deux sanglots, se reculant pour laisser Hernando l’amener à l’intérieur. « Je vais aller chercher ce qu’il faut pour … » Ely porta ses doigts à ses lèvres, inquiète, triste, de le voir ainsi. Ce n’était pas que les blessures, que cette sale mine qu’il arborait, Corey avait l’air blessé, profondément blessé. Elle s’éclipsa pour récupérer sa trousse de soin, son désinfectant, ses pansements à motifs, quelques bandages, tout ce qu’il faudrait pour aider le brun.

Laissant le soin à Hernando de l’installer sur un des fauteuils de la pièce commune qu’ils partageaient, Eleanor se posa sur l’accoudoir, fouinant mécaniquement dans la trousse de soin. Qui avait fait cela ? Pourquoi lui ? Elle connaissait l’australien, ce n’était pas un bagarreur, il était comme elle. Son regard se reposa sur lui, d’un revers de la main elle essuya ses larmes pour ne pas avoir l’air trop ridicule.  
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds EmptySam 20 Oct 2018 - 15:07

Accroché à l'hispanique, l'expression déformée sous une douleur difficilement soutenable et ses prunelles d'habitude si expressives désormais presque vide, l'aide de vie s'arrêta net en voyant Eleanor et Mike sortir du bâtiment. Ce n'est qu'en analysant un peu mieux de son œil valide l'air de la rouquine qu'il eut le sentiment que ses jambes ne le tiendraient plus, qu'elle flageolaient dangereusement et que toutes ses forces le quittaient. Pour il en eut envie, en cet instant, de pouvoir prendre ses jambes à son cou, courir à toute allure, ailleurs, assez loin pour que son amie ne puisse le voir dans cet état. Oh il n'avait pas honte, loin de là, il était simplement peiné qu'elle ait à s'en faire pour lui, attristé de lui causer autant de soucis.

Figé là, il avait laissé à contre cœur Hernando s'éloigner un peu pour répondre à Mike, ne pouvant rien faire d'autre qu'adresser à la jeune femme un regard désolé, contenant difficilement les larmes qui menaçaient de sillonner sa joue. Ce n'était pas la douleur qui amenait ces larmes, pas même une tristesse pour sa propre personne. S'il était ainsi en cet instant, c'était d'un parce-qu'il était peiné pour elle. Mais aussi et surtout parce-qu'il était déçu. Profondément déçu de la nature des Hommes, de leur capacité presque automatique de détruire leurs semblables, gratuitement. Cela n'avait rien à voir avec lui directement, non, il était peiné pour le monde, pour cette terre qui avait encore à porter de tels monstres. Comme paralysé, Corey ne put bouger alors qu'Ely se jetait sur lui pour l'étreindre, ne retenant cependant pas un couinement plaintif tant la douleur venait d'être ravivée. Mais pour cela non plus, il ne lui en voulait pas, parce-qu'il comprenait son inquiétude. Ce qu'il s'était passé ? Il s'était fait avoir comme un débile. Rien de plus, rien de moins. Bien sûr qu'il aurait voulu la rassurer, lui dire que tout irait bien, qu'il n'avait pas mal, que ce n'était que des petits bobos, mais il en fut incapable. D'une parce-que ses lèvres restaient indéniablement scellées, comme s'il avait au fond le sentiment que s'il les ouvrait, il ne pourrait retenir un cri qui glacerait son propre sang. Et de deux parce-qu'il savait que ce n'était pas le cas. Que les blessures physiques qu'il arborait n'étaient rien comparées à la souffrance qui habitait son cœur en cet instant. Alors non, ça n'allait pas, et oui, il en souffrait autant physiquement que psychologiquement.

Hernando vint le soutenir à nouveau pour l'emmener à l'intérieur et l'asseoir sur l'un des fauteuils de la salle commune. Là aussi, l'Australien se laissa faire sans broncher, s'appuyant tant bien que mal sur lui en grimaçant à chaque secousse un peu trop intense à son goût. La voix presque tremblante d'Eleanor le poussa à inspirer profondément pour contrôler ses propres émotions. Lorsqu'elle s'éloigna, il percevait les quelques mots qu'échangeaient les deux hommes et Mike, en passant près de lui, lui adressa un sourire qui se voulait sans doute réconfortant, l'informant qu'ils allaient tous deux discuter et qu'il ne fallait pas hésiter à les appeler lorsqu'il souhaiterait se reposer dans ce qui lui servait de chambre. Corey s'était contenté d'un bref hochement de tête à peine perceptible alors qu'Ely revenait, s'asseyant sur l'accoudoir en fouillant dans sa trousse de soin.

Dans un silence aussi dérangeant qu'inhabituel, l'Australien avait relevé le nez vers son amie, plantant son œil sur elle alors qu'elle essuyait les larmes qui roulaient sur ses joues. Machinalement, il voulu lever sa main gauche mais se rendit à nouveau compte qu'elle ne répondait pas et restait sagement dans l'écharpe improvisée par Hernando. Il leva alors sa main droite, tâchant de ne rien laisser entrevoir de la douleur qu'il ressentait à cette même épaule dû au couteau qu'y avait enfoncé le géant, et la déposa doucement sur la sienne, la serrant avec une force relativement moindre. Il ne put empêcher une larme de glisser sur sa propre joue. Ratée, la tentative d'adresser à la rousse un regard rassurant. Totalement ratée. Il ne retint pas un soupir, envisagea de serrer fort les dents pour se préparer à la suite avant de se rendre compte que sa mâchoire aussi lui faisait mal. Mais il le savait : la suite et les soins dont il avait besoin ne serait clairement pas agréables.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds EmptySam 20 Oct 2018 - 21:28
Qui avait pu faire ça ? Pourquoi ? Comment avaient-ils pu le laisser là pour mort ? Si Hernando n’était pas revenu, si Hernando ne l’avait pas trouvé ? Si … Eleanor déglutit, elle refusait de penser à cela, Corey était rentré, mal en point mais il était rentré, et il ne pourrait qu’aller mieux. La rousse tentait de ne pas trop montrer toute la peine que cela lui faisait de le voir comme ça, mais force était de constater qu’elle faisait un piètre travail d’infirmière, sans doute pour cela qu’elle s’était orientée vers une autre carrière du médical, moins proche des patients pour lesquels elle aurait ressenti bien trop d’empathie. Essuyant une larme à sa joue, Ely posa son regard teinté de rubis sur cette main que l’australien avait posé sur la sienne.

Elle ne manqua pas non plus la grimace même mince qu’il fit, sans doute souffrait-il, mais finalement le plus étrange dans tout cela c’était son silence. Corey était comme elle, il parlait, parlait, et parlait encore un peu plus derrière. Et là il était … résolument silencieux. « Ca … risque de piquer. » souffla-t-elle d’un air désolé en sortant de la trousse de soin un petit flacon de désinfectant et quelques cotons. Il y avait une légère plaie au-dessus de son œil, de même qu’un énorme coquard, la seule vision de la blessure lui faisait mal pour lui. Imbibant un coton de désinfectant, Eleanor l’appliqua en s’excusant mille fois sur l’arcade droite du brun, elle ne voulait pas le blesser plus. Fouillant encore elle sortit de la trousse un pansement pour le coller sur la plaie, pas besoin de points, cela devrait guérir comme ça, mais le pansement éviterait au moins une quelconque infection.

Son regard glissa à son épaule droite, une grimace déformant ses traits. « Corey je vais avoir besoin que tu … » Qu’il souffre le martyr et veuille bien lui montrer cette blessure, plus importante, qui nécessiterait quelques points par sécurité. La rousse l’aida à enlever son t-shirt tâché de sang, ne s’attardant pas sur les multiples tatouages, même s’ils lui indiquaient au moins que le brun avait une certaine tolérance à la douleur. Il le faudrait car cette blessure à l’épaule aurait besoin de points, cela se confirmait. Délicatement, en faisant attention à son autre épaule, Eleanor le débarrassa du tissu souillé. « Ça va piquer un peu plus … » A nouveau cet air désolé alors qu’elle préparait un nouveau coton pour l’appliquer sur la plaie, ce n’était pas franchement joli, mais la plaie était malgré tout assez nette.

« Je … j’ai jamais trop eu l’occasion de faire ça à part une fois où les urgences étaient surchargées et les médecins sous l’eau, alors … je m’excuse d’avance … » De la petite trousse, elle sortit un étui plus petit encore qui contenait quelques aiguilles et du fil, elle avait récupéré cela dans une pharmacie sans se douter que cela lui servirait un jour parce que clairement si elle devait recoudre elle-même une de ses propres blessures, la rousse tournerait de l’œil. Eleanor désinfecta l’aiguille avant de souffler un grand coup. « Prêt ? » Parce qu’elle, elle ne l’était pas du tout. Il manquait quelque chose … De son sac à dos, elle sortit un morceau de tissu, propre. « Tiens, mords là-dedans si ça fait trop mal … enfin … » Il devait avoir mal partout en fait, qu’est-ce qui serait pire ? A nouveau son regard l’interrogea, était-il prêt ?  
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds EmptyDim 4 Nov 2018 - 0:56

Ça allait piquer oui, il s'y attendait. Pour autant, l'annonce de la rousse ne l'empêcha pas de déglutir. Elle le savait, pour avoir déjà eu à soigner un de ses petits bobos, qu'il ne supportait que trop mal le désinfectant et toutes ces conneries. Mais toute la subtilité était là : ce n'étaient pas ici des petits bobos, c'était bien plus que ça. Et la peine qu'il ressentait à l'intérieur, dans son cœur, était bien plus douloureuse que tout le reste. Alors il encaisserait, et tant pis s'il devait grimacer et s'il ne pourrait retenir ses larmes, il encaisserait sans geindre comme un gosse. Hochant la tête en voyant son amie préparer un coton, il ferma l’œil et inspira tranquillement. Du moins le plus tranquillement possible malgré sa respiration un peu saccadée par une angoisse toujours latente. Son souffle se coupa net quand il sentit le coton se poser sur son arcade. Ça ne faisait pas que piquer en réalité. Ça faisait aussi mal. Parce-que son œil n'était plus qu'une masse difforme pleine de douleur. Mais ça aussi, il l'encaisserait. Il le fallait bien.

Quand il sentit que le pansement fut appliqué, l'Australien rouvrit son œil valide. Ce dernier était un peu plus larmoyant mais il prendrait sur lui, notamment parce-qu'il se doutait bien que le voir ainsi devait faire du mal à la jeune femme. Et il lui infligeait cela. S'il culpabilisa pour cela, il en voulu encore plus à ces enfoirés qui l'avaient mis dans cet état. Il en voulait au monde entier de ne pas être foutu de ne pas tomber en ruine. Si seulement il avait pu prendre suffisamment sur lui pour lui sourire, lui dire qu'il n'avait pas mal, que ce n'était rien, mais les mots restaient bloqués dans sa gorge, bloqués sous un amas de peine qui le rendait légèrement tremblant. Aux nouveaux mots de la jeune femme, il bougea doucement pour ôter son propre tee-shirt avec son aide, s'empêchant à nouveau de respirer pour qu'un gémissement plaintif ne file pas entre ses lèvres. Son épaule droite lui lançait mais là gauche, outre le fait d'être quasiment figée, lui faisait un mal de chien.

Et à nouveau ça allait piquer. Encore. Une nouvelle inspiration alors qu'il fixait son regard sur les cheveux flamboyants de son amie, sur son visage si attristé, avant de fermer l’œil une nouvelle fois. Mieux valait qu'il ne s'attarde pas trop sur l'expression peinée d'Ely s'il ne voulait pas se mettre à fondre en larmes dans la seconde. Parce-que c'était bien ça le pire : voir combien elle était touchée et ne rien pouvoir faire pour la rassurée. Peut-être aurait-il pu, la rassurer, mais il en était incapable pour la bonne raison qu'il n'y croyait plus lui-même, au bon fond de leurs semblables et à un futur meilleur. En cet instant, lui qui était d'habitude si positif et plein de vie n'était plus que l'ombre de sa personne. Il voyait noir. Il voyait toutes les horreurs du monde. Et il remerciait le ciel que Grand'ma et Josh n'aient pas eu à en connaître tant, qu'ils n'aient pas eu à le voir comme ça. Contrairement à Eleanor.

La boule dans sa gorge s'intensifia et l'aide de vie la ravala tant bien que mal aux mots de la grande. « Ça va aller » avait-il murmuré pour lui donner un peu de courage, lui signifier qu'il lui faisait confiance et que, de toute façon, ça devait être fait. Voir l'aiguille qu'elle sorti de sa trouve cependant le poussa à inspirer une nouvelle fois. Bien. Super. Il n'avait jamais râlé lors d'un tatouage alors il pouvait bien survivre à ça... pas vrai ? Pas vrai. Mettant entre ses dents le tissu qu'elle lui tendit, se disant que, peut-être, sa mâchoire lui ferait moins mal s'il mordait sur quelque chose de mou, il hocha la tête. Prêt oui. Du mieux qu'il pouvait.

Et à peine l'aiguille vint-elle percer sa chair qu'il referma l’œil, crispant un peu les dents en serrant son poing droit, ne retenant pas un bref gémissement dans le tissu. À nouveau son palpitant s'emballa. Ok, pas prêt du tout. Pourtant il prenait sur lui, encore et encore, respirant un peu plus fort tout en tâchant de contrôler sa respiration pour ne pas hyperventiler. Se focaliser sur autre chose que la douleur. Comme... comme rien du tout en fait. Juste encaisser, encore, jusqu'à ce que la rouquine ait terminé de le réparer. Malgré ses efforts une larme de douleur vint rouler sur sa joue mais il ne se plaignit pas plus. Sûr que Grand'ma lui aurait dit qu'il était courageux et qu'il s'en sortait bien mais bordel, une suture sans anesthésie était encore moins agréable qu'une chute dans les ronces quand ils sautaient par dessus les haies avec Joshua.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds EmptySam 10 Nov 2018 - 8:54
Elle s’en voulait, comme elle s’en voulait de lui infliger ça. Pourtant, Eleanor n’était pas la source des maux de Corey à cet instant, elle essayait de l’aider, de lui éviter de mourir d’une infection, ou elle ne savait quoi d’autre. Les responsables, c’était ces personnes qui l’avaient blessé et laissé pour mort. A l’idée qu’il ait pu ne pas revenir, la rousse déglutit avant d’inspirer un grand coup, elle allait lui faire mal, un peu plus mais pour son bien. Coton, désinfectant, aiguille, fil. Mains désinfectées, elle approcha l’aiguille. Ca va aller. La rousse lui adressa un sourire triste, s’il était prêt, elle allait commencer, il allait devoir être fort et ne pas tomber dans les pommes sinon Ely allait finir en crise de panique totale.

Sourde, il aurait mieux valu qu’elle soit sourde, à défaut de pouvoir le recoudre aveugle, parce qu’elle savait qu’il souffrait là. Eleanor faisait de son mieux, pour lui, parce que la vérité c’était qu’elle n’était pas rassurée, qu’elle tremblait. Recoudre un vêtement, ce n’était pas exactement la même chose que recoudre une personne, l’aiguille n’était pas la même pour commencer. Son esprit divagua sur les diverses différences entre les deux, comme pour éviter de trop voir, entendre la douleur du brun. Eleanor le savait douillet, par principe sans doute, mais là, Corey était fort, il tenait bon. « J’ai bientôt fini … » souffla-t-elle d’une voix rassurante, ou qui se voulait rassurante. « Et puis avec tous ces tatouages, tu vas pas me dire que t’as peur des aiguilles hein … » Elle plaisantait mais un sanglot noua sa voix tremblotante.

Dernier point fait, elle coupa le fil et fouilla rapidement dans la trousse pour sortir gaze, sparadrap et bande. « C’est terminé … je vais … je finis de panser ça et … » Et quoi au juste ? Et il pourrait repartir gambader entre les morts et les immeubles ? La rousse secoua la tête, s’appliquant pour protéger la plaie refermée mais qui représentait encore un risque. Il faudrait surveiller cela pendant des jours, changer les pansements, elle aurait besoin qu’Hernando et Mike aillent chercher de quoi continuer de nettoyer, changer les bandes pendant quelques semaines sans doute ? Elle n’y connaissait rien en cicatrisation, mais elle préférait voir large.

Son regard glissa vers ses côtes, inquiète toujours. S’il y avait une fracture … Ce serait plus compliqué à soigner, mais s’il n’avait qu’une côte fêlée alors des antidouleurs et du temps l’aideraient. « Ma question est très bête, mais sur une échelle de 0 à 10, tu évaluerais à combien la douleur ? » Sans doute à cent. « Je sais que c’est difficile de juger mais … une fêlure est moins douloureuse qu’une fracture et … enfin … ça me permettrait de mieux savoir. » Mieux savoir, pour mieux l’aider. Elle luttait la rouquine, parce que là tout ce qu’elle voulait faire, c’était le prendre dans ses bras pour lui dire que ça irait, pour le rassurer, et aussi pour se rassurer.

Laissant à Corey le temps de répondre, Eleanor chercha dans sa trousse de soin pour en sortir une boite d’antidouleurs. Elle était déjà à moitié vide, ou à moitié pleine mais difficile d’avoir son optimisme naturel à cet instant-là. La rouquine fit sauter le couvercle pour compter rapidement le nombre de comprimés. Il lui en aurait fallu le double pour permettre à Corey de ne pas souffrir pendant les trois prochaines semaines, au-delà la douleur se serait calmée d’elle-même. Délicatement elle prit la main du brun dans la sienne et y déposa deux comprimés. Tant pis, cela réduirait les stocks mais il en avait besoin. Ils iraient trouver de quoi refournir la pharmacie ambulante dès que possible. « Il va te falloir du repos … » Son regard était toujours brillant de larmes mais il fallait qu’elle se montre forte, personne ne voulait d’un médecin ou d’une infirmière qui pleurait sur son sort après tout.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds EmptyMer 21 Nov 2018 - 23:13

Une vraie torture, voilà ce que c'était. Cette foutue aiguille lui faisait un mal de chien et le jeune homme avait l'impression de ni sentir son bras ni son épaule, rien d'autre que cette douleur lancinante qui explosait dans tout son corps. Sa respiration s'était faite plus forte alors qu'il essayait au mieux de contenir la douleur et ne pas râler au moindre picotement. Il ne s'agissait d'ailleurs même pas de ''picotements'' mais bien de dizaines de milliers de décharges. Et à chaque nouvelle il se demandait s'il allait réussir à ne pas tomber dans les pommes avant la fin. Serrant les dents sans se soucier de la douleur supplémentaire qui irradiait dans sa mâchoire, il inspira d'autant plus quand Ely lui affirma d'une voix un peu tremblante que ce serait bientôt terminé. Il ne prit pas la peine d'ouvrir la bouche à sa blague concernant les aiguilles des tatouages. Pas qu'il ne trouvait pas ça drôle, simplement que s'il ouvrait la bouche, il n'était pas certain que ce serait des mots qui en sortiraient. Au lieu de cela, l'aide de vie se contenta de hocher la tête pour signifier qu'il l'avait entendue.

Quand enfin elle sembla en avoir fini, Corey prit quelques secondes avant de rouvrir son seul œil valide. Un œil larmoyant qui laissa bien vite une larme rouler sur sa joue rougie. À nouveau il hocha la tête, grimaçant légèrement quand elle vint panser la plaie fraîchement recousue. Pourquoi tout ceci ne pouvait pas être réglé en un claquement de doigts ? Il imaginait déjà les temps à venir, où le moindre mouvement lui ferait mal, ou tout lui rappellerait ce qui était arrivé. Mais le brun ne se leurrait pas : même quand les blessures physiques seraient guéries, il y penserait toujours. Et sa peine intérieure mettrait bien plus de temps à se dissiper. Lui d'habitude si positif se retrouvait d'un coup à voir noir, imaginer le mal partout. Autant dire que l'aide de vie avait presque l'impression d'être dans la tête de quelqu'un d'autre et c'était d'autant plus peinant, parce-qu'il se refusait à changer à cause de monstres pareils. Mais la déception était encore bien trop grande pour qu'il parvienne à luter contre.

Sentant qu'elle appuyait sur ses côtes, la respiration de l'Australien se bloqua à nouveau. À combien la douleur de un à dix ? Détournant un instant son regard pour le fixer sur le vide derrière elle, il essaya de hausser les épaules avant de grimacer. Ok, même ça il ne pouvait plus bien le faire. « Je... j'sais pas. Six ? Sept ? » Beaucoup trop difficile à dire oui, parce-que si ça ne tenait qu'à lui il dirait ''dix'' à tout, même à une simple éraflure de ronces alors être objectif maintenant... c'était compliqué, d'autant plus que les douleurs de chacun des points de son corps se mélangeaient pour n'en faire qu'une énorme dans tout son être. « C'est sûr'ment juste fêlé » avait-il ajouté d'une petite voix, pas vraiment certain de ce qu'il avançait mais se rappelant que lorsqu'un de ses vieux se cassait une côte, il ne pouvait même plus marcher. Alors ça ne devait pas être cassé, du moins Corey ne l'espérait pas.

Replantant son regard sur la rousse, percevant sa tension, il déglutit, cherchant quelque chose à dire. Quelque de rassurant, quelque chose qui serait lui, mais rien ne vint, ses lèvres restaient immuablement closes. Et pourtant il en avait, des choses à dire. Combien il était désolé, pour elle, peiné pour le monde entier, de voir ce que devenaient les Hommes. Combien il avait mal, bien plus au cœur que physiquement. Mais aucun de ces mots ne sauraient rassurer son amie. Quand elle prit sa main il la laissa faire, observant alors les deux comprimés qui s'y trouvaient. Les prenant avant de toussoter légèrement, il inspira profondément et se pencha doucement pour poser son front contre l'épaule de la jeune femme. « J'suis désolé d'te faire du souci Ely... » avait-il murmuré avant de se reculer à nouveau, lui adressant un bref sourire relativement fade. Il aurait aimé faire mieux, bien mieux, mais il en était réellement incapable pour l'instant, ne faisant que culpabiliser un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A world of flightless birds   A world of flightless birds Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- A world of flightless birds -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Forge World
» Arya's World Creations
» This World - Selah Sue (Warren)
» Accel World
» Ptit tournoi World of tanks (le premier)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: