The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Partagez
- Tell me what's happy about it -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Tell me what's happy about it   Tell me what's happy about it EmptyVen 5 Oct 2018 - 14:54
C’était pas qu’il y pensait ou que ça lui tardait, c’était simplement ancré en lui comme ses tatouages étaient encrés dans sa peau. Donovan le savait, l’automne était là, donc son anniversaire devait pas être loin. Perdre le compte des jours, des mois, des années même, c’était facile et pourtant il avait cette certitude qu’il vieillissait, qu’il avait vieilli ou qu’il allait vieillir. Et donc fatalement il avait ce besoin de se sentir jeune encore, un peu plus. C’est ce qui l’avait poussé à rentrer plus tard que prévu, mais pas tant éméché cette fois, c’était qu’une partie de poker avec les autres, et pour une fois il avait été fourré son nez dans le décolleté de personne. Enfin, si, dans celui d’Evy. Tu dérapes, lui avait soufflé sa conscience, mais il l’avait faite taire jusqu’au lendemain matin où il s’était réveillé dans son plumard à elle.

Il avait un vieux rayon de soleil dans la tronche quand il se réveilla, le genre de petit merdeux qui faisait chier mais qu’on pouvait pas repousser malgré tout, c’était plaisant de voir du soleil au début de l’automne. C’était moins déprimant. Le tatoué s’étira un moment, comme un chat, tournant et retournant dans les draps soyeux et parfumés de la blonde, il l’aimait bien finalement ce lit-là, parce qu’il avait son odeur, parce que c’était lui qui s’octroyait le droit de rester près d’elle et pas elle qui faisait irruption dans son monde à lui. C’était moins flippant, quoique …

Mais il manquait quand même un truc pour que le réveil soit parfait, il manquait la douceur de sa peau contre la sienne. Elle était passée où ? La porte close, il semblait à Donnie entendre du bordel en bas. Qu’est-ce qu’elle foutait encore ? Tu devrais aller l’aider si elle galère. Ouais mais non, c’était son jour de repos, décidé et validé par lui-même, il allait pas se faire chier à récurer une baraque qu’était même pas à lui. Non mais quoi encore ? Trente-neuf piges et toujours aussi égoïste, Donovan décida donc de rester un peu plus sous les draps, à poils comme à son habitude.

Le tatoué avait pas reparlé de son anniversaire à Evy, parce qu’il voulait pas qu’elle se donne trop de mal pour lui, déjà que. Non, c’était un jour comme un autre où il repensait juste un peu plus à la merde qu’avait été sa vie jusque-là. Aux erreurs de ses parents qui même ce jour-là avaient à peine réussi à être d’accord et amoureux, à ses erreurs à lui qui avaient repoussé tellement de personnes. Est-ce qu’un jour sa fille lui dirait Joyeux anniversaire papa ? Donovan soupira, fallait qu’il arrête de trop réfléchir, c’était qu’une année de plus dans un monde de merde, il ferait avec, comme toujours.

Le bruit en bas s’était arrêté, remplacé par des pas qui se voulaient sans doute discrets dans l’escalier, mais pour lui qui avait vécu en étant toujours sur ses gardes, le moindre son avait sa signification et son existence propre. Glissant sur le flanc, Donovan logea sa main à son cou, appuyé sur le coude. Son regard gris resta sur la porte qui s’ouvrit bientôt sur ses traits, qu’il aimait plus qu’il l’avouait de voir au réveil. « Tu m’en veux pas, j’suis resté là comme un abruti, même si bon, fais nettement plus froid si t’y es pas. » Il la couvait du regard, remarquant finalement en dernier ce plateau qu’elle tenait dans les mains. Et voilà, elle en faisait encore des caisses …


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Tell me what's happy about it   Tell me what's happy about it EmptyVen 5 Oct 2018 - 16:06
Tell me what's happy about it


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ce léger goût de whisky contre ses lèvres, vaporeux sur sa langue contre la sienne, ça l'avait totalement grisé. Il était pas ivre mort cette fois là, juste évadé dans une brume alcoolisée qui lui avait rappelé leur première fois. Et même si elle avait pu attendre qu'il rentre, que le temps lui avait semblé long durant des heures à angoisser quant à l'endroit où il se trouvait, entre quelle paire de seins il avait pu se perdre, à peine avait-il logé les lèvres à son cou que Evelyn avait vu les aiguilles de l'horloge tourner à nouveau au rythme plus éloquent de son cœur. La nuit s'était étendue là où elle s'était pourtant interdite d'aller, juste pour qu'il comprenne, pour qu'il entrevoit qu'elle l'aimait et qu'il devait préserver son cœur malgré ce qu'il lui avait dit. La nuit s'était étirée d'une exquise façon, aux saveurs du sel de sa peau, de ses lèvres où perdurait le spectre de la boisson, aux reliefs encrés qui serpentaient le long de ses bras, de son torse, pour s'achever sur l’écho de ses propres soupirs de satisfaction. […] Evy rouvrit les yeux quand un battement de cœur plus lourd tonna dans sa poitrine. Ce n'était rien, rien d'autre qu'un rêve et il était là, elle sentait le poids de son bras qui l'emprisonnait contre lui. Rassurée, la jeune femme avait agrippé doucement ce dernier pour se retourner et l'observer une seconde. Il était pas mal avec un an de plus … Cette réflexion l'invita à sourire avant de se lever, de l'abandonner quelques bonnes minutes pour entamer sa journée.

La veille, avant de rentrer, elle avait quémandé un repos à June, et même si elle ne lui avait pas confié les raisons de cette demande toute particulière, la rouquine n'avait pas rechigné à lui offrir. Un air de changement ? Une brise salvatrice quant au nouveau elle que Collins désirait voir percer la carapace de givre ? Peut-être, peut-être pas, mais elle était libre d'agir aujourd'hui. Le soleil perçait à peine et le ciel avait cette couleur orangée propre à l'automne. Les températures étaient encore douces, de quoi imaginer profiter de ça avec lui, enfin, s'il n'avait pas prévu d'autres choses avec d'autres personnes. L'idée même que ce puisse être le cas l'invita à déglutir, mais en posant les yeux sur la battant clos au bas des marches, le feu de pommettes remplaça les doutes. Cette fois là aussi se rappelait à elle, créant maints engourdissements dans le creux de son ventre dès qu'elle posait les mirettes sur le bois. C'était qu'une foutue porte, mais depuis leur retour de Forks, c'était bien plus que ça.

Rose, la jeune femme se faufila dans la cuisine pour entamer ses projets du jour. Elle se doucherait plus tard, mieux valait faire vite et bien puisque le militaire avait tendance à se lever avant même que le coq ait chanté. En un rien de temps, tout fut près, sur un plateau, ainsi que ce qu'elle avait prévu, puis elle remontait les marches les bras chargés pour donner un petit coup de hanche dans la porte close de la chambre. Pour la discrétion elle repasserait, il était déjà réveillé et sexy au possible ainsi étalé, nonchalamment, sous les draps. Immédiatement captura-t-elle ce cliché de lui que la pointe de déception sur ses traits se fit la malle au profit d'un large sourire niaiseux.

- T'es pas un abruti. Pas d'accord au réveil, c'était pas rare mais cette fois ça ne mènerait pas à une connerie de dispute capable de déchirer un peu plus son cœur qui, depuis l'histoire du poker et de la mine d'enfer, ne cicatrisait plus si bien. Evelyn avait du mal à le raccommoder solidement, chaque fois un peu plus les blessures étaient plus vives, plus profondes, néanmoins elle se raccrochait à ses bons moments pour voir encore le verre à moitié plein et non quasiment vide. Comme ici où elle sentait courir son regard sur elle, qu'elle répondait à son léger sourire sans devoir se forcer. Là elle se sentait bien, là il était bien, là …. Ils allaient bien. Elle déposa le plateau sur le lit puis y ancra les genoux, avant d'y enfoncer les mains, bras tendus au dessus du petit déjeuner, pour lui chiper un baiser. Joyeux anniversaire Sergent ! C'était assez gaie, presque chanté, néanmoins quand elle se recula, toujours agenouillée, Evelyn glissa la main dans la poche dans son peignoir de soie pour en extirper un bristol où était inscrit son prénom. C'est pas ton cadeau, ou si enfin à toi de voir … mais j'ai pris ma journée pour embellir le jour de ta naissance, Ouais non, ça sonnait pas comme elle voulait lui dire, si bien qu'elle tira la moue, elle même peu convaincue par ses propos. enfin trente neuf ans après, mais vaut mieux tard que jamais non ? Large esquisse, enjouée au possible, Evelyn lui fit signe du menton de déplier le bristol plié. S'il voulait ses cadeaux, il devrait se tirer du lit. Elle avait imaginé une espèce de chasse aux trésors qui les mènerait ailleurs mais pas hors de l'enceinte. Plage, intendance, bref …. tout un panel d'endroits sympas pour finir par revenir ici pour enfin déballer le dernier présent qu'elle lui ferait. Il n'avait qu'à ouvrir pour résoudre l'énigme qui l'amènerait vers la plage premièrement. Elle l'aiderait s'il fallait. J'sais que tu deviens doucement un vieux beau, encore très sexy, mais …. Justement faut faire travailler tes méninges pour rester au top. Elle se moquait là, juste pour qu'il s'amuse lui aussi, qu'il se laisse aller, qu'ils profitent et qu'elle en oublie cette lézarde qui entamait peu à peu son cœur emplie d'amour pour lui.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Tell me what's happy about it   Tell me what's happy about it EmptyVen 5 Oct 2018 - 19:00
T'es pas un abruti. Ouais, il émettait une réserve là-dessus, une grosse, mais le tatoué laissa quand même filer, détaillant ce qu’elle portait dans ses mains. Un plateau, avec le petit déj’, qui gagna le plumard. Son regard gris resta plutôt rivé sur la blonde, sexy dans son peignoir de soie qu’il avait surtout envie de lui enlever. « Tu m’offres du papier pour mes trente-neuf  berges Collins ? Je m’attendais à mieux, j’vais pas mentir j’suis déçu. » Son sourire lui assurait bien le contraire, rien que ce petit déjeuner au lit était suffisant pour lui filer la patate. « Un vieux beau … chais pas comment j’dois prendre ça Collins … Mais merci. » Se redressant dans le lit, Donnie désigna le petit déjeuner et agita le bristol entre ses doigts.

Bristol qu’il déplia finalement pour y lire quelques instructions. « Putain Evy j’ai une tronche à aimer les devinettes ? » Le tatoué lui offrit un air faussement râleur avant de déposer le papier sur le plateau pour attirer la blonde à lui. « Okay j’vais résoudre ton énigme mais avant, on va manger un morceau. » Bah ouais, autant profiter de ce petit déj’ au cours duquel il commençait déjà à réfléchir à l’énigme. Un matin normal en somme, à poils sous les draps à grignoter des pancakes préparés par la blonde et réfléchir à une énigme au lieu de virer son peignoir en soie dans un coin de la piaule pour reprendre leurs activités de la nuit passée.

Fronçant les sourcils, le brun afficha une moue pensive. « On va aller à la plage ? » C’était ça la solution de l’énigme ? Ses doigts tatoués glissèrent à la nuque de la blonde, la ramenant vers lui pour l’embrasser, goûtant ses lèvres une dernière fois avant de s’extirper du plumard. En guise de cadeau il aurait pu rester là toute la journée, mais bon si Evelyn avait fait l’effort de lui préparer ce petit déjeuner et une surprise, il pouvait bien faire ça pour elle. Surtout que t’as ruiné la précédente surprise qu’elle t’a faite abruti. Le souvenir de cette soirée lui revint à l’esprit, cette soirée et la suivante, il avait bien chié dans la colle, même s’il avait prévenu Evy et qu’elle s’était brûlée les ailes par sa propre faute. Si ça t’aide de le voir comme ça.

Le militaire quitta donc le lit, se trimbalant à poils jusqu’à sa piaule pour y récupérer des fringues et la salle de bain pour s’y rafraichir. Dans le miroir, il s’observa quelques secondes. Est-ce qu’il vieillissait vraiment ? L’année suivante il aurait quarante piges, c’était pas rien, déjà trente-neuf … Dans un haussement d’épaules, le tatoué relégua cette pensée loin dans son esprit, c’était rien l’âge, un chiffre c’était tout. Dans sa tête, Donnie avait encore quinze, maximum vingt, et la naissance de Louisie l’avait pas fait mûrir. Pourtant il s’y efforçait, devenir responsable, accepter les responsabilités, mais à chaque fois fallait que ça pète d’une manière ou d’une autre. Y penses pas aujourd’hui.

Un jean, un t-shirt où trônait un papillon coloré et son cuir par-dessus, il était prêt à sortir. « Si j’me gourre à un moment dans l’énigme, tu me ramènes avant qu’on ait fait le tour de l’état hein ? » glissa-t-il avec un sourire à la blonde en venant s’asseoir sur le plumard. Il attendrait qu’elle soit prête, y’avait encore de quoi manger sur le plateau.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Tell me what's happy about it   Tell me what's happy about it EmptyVen 5 Oct 2018 - 19:57
Tell me what's happy about it


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Il lui avait arraché un plissement de nez. Bien sûr que c'était pas ça son cadeau, lui offrir une montre pour rien et un vulgaire morceau de papier pour son anniversaire n'aurait pas été très juste. Cependant ce fameux bristol recelait les informations qui le mèneraient vers ses présents. Y en avait pas qu'un oui, chaque moment de la journée serait marqué par un cadeau, pas forcément matériel, mais dont il se souviendrait peut-être quand il n'irait pas forcément bien, quand il aurait besoin de quelque chose à quoi se raccrocher pour se dire que, finalement, malgré son passé, malgré ses troubles divers, son existence était plus belle qu'elle ne l'avait été jadis. Quant au vieux beau, elle rit avant de reposer les mains contre ses cuisses.

- J'ai dit sexy aussi, t'as déjà oublié … Alzheimer te guette, méfies toi. Reprit-elle en retenant un gloussement. Et c'est pas une devinette, c'est une chasse au trésor, t'y connais rien. Un éclat de rire quitta ses lèvres alors qu'il l'invitait à basculer contre lui. Tu deviens sage, c'est bien. Elle riait encore, l’asticotant légèrement, habituellement quand il lui confiait avoir faim il avait cette petite lueur lubrique dans le regard mais là oui, ils entamaient le petit déjeuner sans arrière pensée. Une pomme, sans doute les dernière de la saison, et quelques gorgées de café plus tard, la tête contre son torse, complètement en travers du lit, Evelyn redressa les cils pour capturer les traits de son visage à sa suggestion. Oui, enfin premièrement.

La plage n'était qu'une étape d'un long périple et les énigmes seraient un peu plus dures au fur et à mesure de ses découvertes mais, après s'être fait voler un baiser qui lui parut trop court, son oreiller de chair et de sang disparut à l'en faire sourire. Il se prêtait au jeu, sans dévier, c'était plaisant cependant elle ne devait pas oublier que lui devrait apprécier l'instant. S'il lui avait ouvert les portes de son monde le jour de ses vingt quatre ans, aujourd'hui elle  l'invitait à parcourir le sien. Alors ce n'était certes pas aussi particulier que ce qu'il lui avait fait vivre ce soir là au country club, mais l'assistante était quasiment sûre qu'il apprécierait sa journée, sa soirée, et la nuit qui leur succéderait. La nuque ancrée sur le matelas la blondinette se plaça sur le flanc, le toisant qui filait vers le couloir puis esquissa un sourire pour elle seule. C'était une belle journée, ce serait une de ces journées qui lui prouverait qu'elle faisait bien de tenir, que malgré ce qu'il taisait, il tenait à elle qu'il désirait rester près d'elle, qu'il faisait déjà des efforts mêmes si, secrètement, elle aurait adoré qu'il se suffise d'elle. Après quelques minutes, quand il revint habillé, Evelyn se redressa pour glisser les mains à son cou, la poitrine contre son dos, afin de loger les lèvres à son oreille.

- T'en fais pas, je t'aiderai si besoin, Abandonnant le lit à son tour, Evelyn agrippa des vêtements dans son armoire avant de passer la porte. tu t'perdras ailleurs que dans l'état c'est promis.

Inutile d'en rajouter, ça le ferait maronner le temps de sa douche. Un passage sous le jet chaud, avant qu'ils coupent le courant et que l'eau devienne glaciale et Collins enfila ses sous vêtements puis une petite robe écrue ainsi que sa veste de jeans. Il faisait bon, du moins encore assez pour s'éviter des collants, puis s'il y avait trop de vent sur la berge ce n'était que les jambes, de plus ils y resteraient pas des heures, enfin, si le tatoué trouvait rapidement son second indice. Cheveux nattés sur l'épaule et enfin elle revenait dans la chambre.

- T'es prêt ? J'espère pour toi que t'as pas fouiné, parce que tu sous estimerais ma brillante intelligence, ton cadeau n'est pas dans l'armoire ni dans aucun meuble ici. Et là, elle allait sans doute le surprendre, mais qu'importait, c'était sa journée et y avait pas de place pour le ménage ou la vaisselle, elle aurait bien le temps de le faire plus tard, quand il serait occupé à autre chose. Même si ça lui coûtait de laisser le plateau – vide – en vrac, Evelyn avait bien mieux à faire. Main tendue dans sa direction elle attendait qu'il la saisisse pour l'attirer à sa suite vers l'escalier. Plus qu'à emporter son couteau, juste au cas ou des moches seraient ramenés sur le sable comme de vulgaires méduses. Face à lui là, dans le hall, elle agrippa le col de sa veste de cuir pour, à son tour, l'embrasser, plus fort, plus intensément avant de reculer. J’espère que ça t'plaira, et je pense que j'vais te réconcilier avec les devinettes, mais faut que tu prennes un pelle, A son air, Collins se retint de rire dix secondes. Tu vas d'voir creuser. Encore dix petites secondes de flottement, puis la jeune femme éclata de rire en ouvrant la porte pour l'inviter à sortir. J'rigole, mais si tu fais tout correctement, y a une belle récompense à la fin.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Tell me what's happy about it   Tell me what's happy about it EmptySam 6 Oct 2018 - 10:41
Tu deviens sage, c'est bien. Est-ce que c’était vraiment bien ou même ce qu’il voulait ? Donovan y réfléchit du temps que la blonde avait quitté la piaule pour se préparer. Sage, c’était pas vraiment le premier qualificatif qui lui venait à l’esprit pour parler de lui, comme bien, bon, fidèle ou honnête. Il était rien de tout ça, et sûrement pas sage, il lui monterait à l’occasion qu’elle oublie pas à qui elle avait affaire. Terminant de grignoter ce qui trainait sur le plateau, Donovan jeta un nouveau coup d’œil au bristol déplié sur le lit à côté de lui. La plage, c’était une chasse au trésor. Est-ce qu’il avait une gueule de pirate ? Quoique, à bien y réfléchir, il tenait plus du pirate que du chevalier blanc.

Quand la blonde revint dans la chambre, Donovan esquissa un sourire. Elle était mignonne dans sa robe blanche, elle était belle même avec cet air presque innocent qui lui était propre. Se redressant, le tatoué rangea le bristol dans la poche de sa veste et la suivit au rez-de-chaussée, récupérant lui aussi son couteau au cas où. Au baiser échangé, le brun logea un instant ses mains à sa taille fine, la tenant contre lui, pas assez longtemps pour un jour d’anniversaire mais soit, il lui laissait le bénéfice du doute. Dans un sourire, Donovan remonta sa main à son visage, caressant sa joue avant de laisser ses doigts tatoués glisser à ses cheveux tressés sur le côté. Une pelle ? Ils allaient encore faire disparaître un corps ? « Une belle récompense ? » Déjà son esprit partait se perdre dans une multitude d’images plus vaporeuses les unes que les autres.

L’air frais de ce matin d’octobre le ramena  sur terre alors qu’il prenait la direction de la plage. En chemin, ils croisèrent quelques-uns de ses collègues militaires, mais pas cet abruti de Spencer qui raterait donc encore une occasion de comprendre ce qui se tramait. Il lui sembla apercevoir Don Camillo aussi, mais loin de lui l’envie d’aller le déranger – et surtout quelle envie aurait-il d’aller voir un curé de si bon matin – alors Donovan continua sa route. « T’sais t’étais pas obligée de faire tout ça Evy … » lança-t-il avec un sourire.

Bien sûr il en avait fait autant pour son anniversaire à elle, mais elle avait une petite mine à l’époque, il avait voulu lui remonter le moral. Le souvenir du country club raviva un petit quelque chose dans son cœur, ce qu’il ressentait pour elle et qui dépassait l’attirance et la pure satisfaction physique. Le brun tenta de chasser ça en secouant la tête alors que la plage au sud de l’île se dessinait devant leurs yeux. Le monde à la tour de guet lui ôtait l’idée de faire ce qu’il aimait bien faire sur cette plage, ou ailleurs en fait, la plage était juste une occasion comme une autre. « Bon alors j’suis supposé trouver quoi ici ? » Son regard gris scruta l’étendue calme, le clapotis de l’eau sur la berge donnant un côté calme et apaisant à la scène.

Il faisait frais, il était encore tôt, et d’habitude quand il était là c’était pour virer des cadavres ou faire son footing, mais ça, c’était pas si mal finalement. Ses doigts saisirent ceux de la blonde pour la ramener vers lui. « Si y’avait pas autant de passage par ici … » Elle y passerait sans doute, son regard terminait sa phrase pour lui, ses lèvres qui vinrent voler les siennes y posèrent le point final. Mais il avait promis d’être sage et de trouver le trésor et de finir le jeu de piste. Pour la récompense, et pour lui faire plaisir à elle aussi quelque part, elle méritait bien qu’il le fasse pour elle.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1349
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Tell me what's happy about it   Tell me what's happy about it EmptySam 6 Oct 2018 - 17:21
Tell me what's happy about it


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


- J'me force pas, donc oui j'étais pas obligée et j'me suis pas obligée à faire quoi que ce soit. Fallait toujours qu'il la sermonne sur ce qu'elle était capable de faire pour lui, ou de lui offrir, comme s'il ne méritait rien ni personne. j'avais envie d'le faire, faut arrêter d'penser que j'me force, j'me force jamais pour toi.

Il y entendrait ce qu'il souhaitait. Et si c'était vrai, la seule chose qu'elle s'efforçait de faire pour lui, avec lui, c'était de masquer les lézardes qu'il creusait peu à peu, sans en avoir totalement conscience puisqu'il était ainsi, dans son cœur. Il lui avait dit qu'elle aurait mal, et il n'avait pas menti. Chaque soir où il ne rentrait pas directement, chaque fois où il disparaissait des heures sans lui dire où il allait, ce qu'il faisait, Donovan la blessait. Mais s'il l'emplissait de douleur, il savait aussi la combler comme aucun autre ne savait, ou ne saurait, le faire. En quelques mots, parfois simplement en un sourire, il parvenait à la ramener à lui et à lui faire oublier qu'elle n'était rien de plus que ce qu'il désirait qu'elle soit pour lui : juste une, une parmi des dizaines d'autres.

Sur le chemin de la plage, Evelyn l'observa sans prendre garde aux autres, jusqu'à rejoindre la léchée de sable et l'étendue liquide sur la surface de laquelle dansaient les premiers rayons de soleil. Ce dernier n'était pas encore totalement levé, il était tôt et malgré tout les couleurs automnales donnaient à l'endroit un petit quelque chose d'apaisant. Attardée au décor, elle songea à ce qu'il venait de lui dire. Elle n'était pas obligée en effet, cependant chaque chose qu'elle faisait pour lui n'était en rien une obligation ou quelque chose qu'elle s'imposait. S'il imaginait qu'elle désirait simplement lui rendre la pareille, parce que lui s'était décarcassé pour lui offrir une soirée agréable, loin des douleurs et de la mélancolie, il se trompait légèrement. Pourtant, quand sa main engloba la sienne pour la ramener à lui, à un baiser qui la fit frémir autant qu'il pouvait lui transmettre des choses qu'elle taisait, Evelyn esquissa un sourire avant d'arquer un sourcil quant à ce qu'il venait de suggérer.

- Ici ? Interrogea-t-elle perplexe sans vraiment l’être. Bordel c'était Donovan, la sexitude incarnée, alors bien sûr qu'il était capable de l'effeuiller ici pour satisfaire une envie pressante. Sans blague, ça lui avait jamais traversé l'esprit de faire ça dans le sable, sûrement parce qu'avec le plissement de nez qu'elle lui servait là, la jeune femme s'imaginait que c'était sans doute plus complexe qu'ailleurs. Les grains salés qui filaient là où ils devaient pas, les gars dans la vigie pas loin … nuit et jour. Ce serait pas …. inconfortable ? Pas qu'elle voulait pas, juste qu'elle imaginait pas ça aussi parfait que dans un film romantique. T'as déjà fait ça dans un bar miteux, dans une bibliothèque, bordel tu crois vraiment que c'est l'pire qu'tu puisses faire ? Tonna sa conscience à l'en faire rougir avant de secouer la tête pour mieux revenir sur terre et à ce qu'ils étaient venus faire ici. Son anniversaire, ses cadeaux, le jeu de piste. Mais s'il s'amusait à l'embrasser comme ça, ou à la peloter dans un endroit pareil, Collins savait qu'elle plierait sans devoir se faire prier. Ses mains glissèrent contre son torse et son regard fila aux autres pas loin. Non non, … tu m'auras pas comme ça, même si j'suis en robe et que... Sérieusement elle songeait au fait qu'ils se feraient pas prendre ? Que personne verrait quoi que ce soit, bon dieu de bon sang où était passée sa pudeur ? Envolée depuis qu'il t'a sauté au quatre coins de l'état Collins !

Elle lui échappa le repoussant avant de passer sous l'un de ses bras pour respirer et reprendre la chasse la où les suggestions de Donovan l'avaient suspendue. Un rire gêné lui échappa, la forçant à humecter ses lèvres, à quelques pas de lui. Ce pouvoir qu'il avait sur elle, il l'avait pas effrayé jusqu'à présent, mais depuis peu elle appréciait autant s'y enliser qu'elle avait peur de plus jamais en sortir. S'il trouvait quelqu'un, s'il en tombait amoureux, ou si finalement elle n'était qu'une passade dans sa relation déchirée avec la mexicaine et que leur relation évoluait, qu'il retournait auprès d'elle ? Evelyn savait qu'elle serait incapable de se relever. Elle chassa ça de son crâne avant de revenir à leur moment, à ce qu'elle avait prévu pour lui et tourna les yeux vers la mer.

- T'auras le deuxième indice juste après ça …. La jeune femme retira ses boots et s'approcha de la mer, frémissant dès que l'eau lui chatouilla les orteils avant de pointer du doigt la surface où les couleurs du levé de l'astre semblaient faire briller le ciel qui se différenciait plus de l'océan. Je sais pas si tu l'as déjà vu, mais quand j'venais lire ici ça m'fascinait et …. c'est plus agréable là, voir l'jour se lever à ton anniversaire, j'trouve ça poétique. Il pourrait se foutre d'elle, néanmoins c'était surtout plus agréable parce qu'il était là, avec elle, parce qu'elle partageait un truc à elle avec lui et rien d'autre.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1426
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Tell me what's happy about it   Tell me what's happy about it EmptyDim 7 Oct 2018 - 11:11
Ici ? Le tatoué esquissa un sourire, le genre de sourire qui accompagné d’un hochement de tête indiquait à la blonde que oui, il en serait parfaitement capable. « Inconfortable ? Nah suffit d’avoir la technique … » Donnie voyait dans le regard d’Evy toutes les questions et les réponses qu’elle se faisait toute seule dans sa petite et adorable tête, il savait que c’était facile d’y glisser mille et une idées, comme un venin qui s’insinuait lentement. Mais elle en restait pas moins Evelyn Collins, sa petite ingénue qui avait encore quelques mots de moins à son vocabulaire quelques mois auparavant. Sa langue glissa sur ses canines à sa dernière remarque. « La robe ça fait partie des techniques … » Déjà le tatoué s’apprêtait à glisser sa main le long de ses courbes mais la blonde lui échappa.

Donovan en étouffa un rire, sourire aux lèvres. « Ouais j’espère bien avoir un deuxième indice, parce que j’vais pas retourner toute la plage hein … en plus qui sait c’qu’on trouverait franchement. » Des capotes usagées, des cadavres, des conserves vides, il imaginait tout ce qui avait pu se passer ici, avant et après l’épidémie. Le brun fronça les sourcils en la voyant enlever ses boots et s’approcher de l’eau, il restait alerte parce qu’il avait pas envie de la voir se faire bouffer les orteils par un macchabée dans la flotte. Mais pourtant, à la voir là, un sourire gomma aussitôt l’inquiétude.

« Poétique ouais … » murmura-t-il en réponse, son regard gris imprimant cette image dans son esprit. Ça faisait partie de ces moments, ces images qu’il voulait garder pour toujours, comme la première fois qu’il avait posé les yeux sur sa fille. A son tour, le militaire vira ses rangers et avança dans l’eau, se glissant dans son dos pour enrouler ses bras autour de sa taille. Son menton posé à son épaule, ses lèvres flirtèrent avec sa peau dans un sourire bien plus innocent que tous ceux qu’il pouvait lui offrir. « J’me gèle les pieds Collins, tu fais chier. » souffla-t-il contre son oreille avant de déposer un baiser sur sa tempe.

A l’horizon, se reflétant sur chaque mouvement de l’étendue liquide, le soleil pointait le bout de son nez. Les couleurs de l’automne se mêlaient parfaitement à ce lever de l’astre roi. On aurait pas cru que le monde ressemblait à un gros tas de merde fumant là, Donovan aurait pas cru qu’il était un des pires connards que la terre ait porté là. Ses doigts posés à sa taille glissèrent sur son ventre, allant chercher ceux de la blonde. C’était suffisant ça, il avait pas besoin d’un autre cadeau, il avait pas besoin d’une journée, il avait pas besoin de plus, de mots, il avait juste besoin d’elle et de la lumière qu’elle était capable d’apporter sur la triste scène de sa vie.

Un nouveau baiser dans son cou avant qu’il l’invite à se tourner pour lui faire face. Logeant ses mains à ses joues, le tatoué lova son regard dans celui d’Evy, sourcils légèrement froncés. Putain, il tenait à elle, ça commençait à le faire flipper, surtout pour elle. Lissant du pouce la commissure de ses lèvres, Donnie revint l’embrasser, ses mains dégringolant à sa taille pour la ramener un peu plus contre lui. Si ses précédents baisers trahissaient le désir qui l’animait à longueur de journée et un peu plus avec elle, là c’était tout autre chose, quelque chose qu’il fuyait, dont il voulait pas parce que c’était juste un nœud à emmerdes. Se reculant finalement, le brun posa son front contre celui de la jeune femme, esquissant un sourire. « Alors il est où mon deuxième indice ? »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Tell me what's happy about it   Tell me what's happy about it Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Tell me what's happy about it -
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
» Happy Material!? (spoiler from Negima!? 14)
» Le 30 juillet... MELINE Happy Birthday to you...
» Curtis & Ty's Happy Birthay Party feat Cutis, Joy & Alex
» Fermeture d'Happy End

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: