The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Seasons don't fear the reaper -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frances M. Whitaker
Leader | Recovery Grove
Frances M. Whitaker
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 3286
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Seasons don't fear the reaper   Seasons don't fear the reaper - Page 3 EmptyDim 14 Oct 2018 - 20:49
Elle le taquinait, et il lui offrait son sourire sûr de lui. Frankie l’aurait frappé pour ce sourire quelques mois auparavant, mais aujourd’hui, ce jour-là dans ce studio, elle voyait ce sourire et elle ne pouvait que sourire en retour. Ethan se marrait et la brune devinait que sa promesse de faire part de ses progrès à son paternel y était pour quelque chose. Son regard rivé sur lui, Frankie se rapprocha pour l’embrasser, meilleur moyen de lui dire ce qu’elle pouvait ressentir pour lui. La coréenne frissonna en sentant ses mains glisser à sa taille, entrainée avec lui lorsqu’il se releva. Ses reins heurtèrent le piano, sans qu’elle ne se soit dégagée de son étreinte.

Le piano cracha quelques notes, lourdes, sourdes, brisant le silence du studio où seuls leurs souffles mêlés s’élevaient. Frankie remonta resserra son étreinte autour de son cou, ses doigts glissant à sa nuque, jouant de ses quelques mèches brunes. Instinctivement la brune pencha la tête lorsque ses lèvres quittèrent les siennes, frissonnant à son souffle qui dévalait sa peau. Un sourire étira ses traits, le rose lui montant à nouveau aux joues, mais tant pis, là, elle se perdait, elle laissait glisser sur elle toutes les questions, toutes les angoisses. Seuls demeuraient eux.

Soulevée de terre, Frankie retint un hoquet de surprise, couvert par la cacophonie de l’instrument. Son regard croisa celui du brun, se perdant un instant dans ses iris émeraudes, glissant à ses lèvres. Elle n’avait pas le cœur à relever les erreurs dans son chant, infimes dans tous les cas. Son cœur battait plus fort, plus vite, elle le voulait. Ses mains se posèrent sur son torse quand il la blottit contre lui, souriant à ce compliment qui pourtant la faisait enrager. « Je rougis pas … il fait juste plus chaud ici … » souffla Frankie dans un sourire contre sa gorge.

La diva se recula, posant son regard sur ses traits où ses doigts remontèrent, traçant chaque sillon, chaque courbe. Elle avait à cet instant la certitude qu’elle serait capable de le dessiner de mémoire, si seulement elle savait dessiner. La peur au ventre, la peur qu’il lui soit enlevé, comme tant d’autres. Son pouce glissa contre ses lèvres avant qu’elle ne revienne l’embrasser avec une ferveur teintée de fièvre mais aussi de ses sentiments qu’elle nourrissait pour le brun. Frankie glissa ses mains à sa nuque à nouveau pour le ramener contre elle, ses jambes le ceinturant pour l’empêcher de partir, l’empêcher de la fuir. L’empêcher de disparaître. « Et t’es pas mal non plus Saddler … » souffla-t-elle contre ses lèvres, entre deux baisers.

Déjà, ses mains dévalaient ses épaules, son torse, pour se loger à sa taille et glisser sous l’étoffe de son haut. Du bout des doigts elle voulait se rappeler jusqu’au grain de sa peau, pour ne plus s’en voir privée. Ces mots étaient suspendus au bord de ses lèvres, tatoués au bout de ses doigts, chacun bien plus parlant que mille déclarations. « On peut rester ici … quelques heures … » glissa-t-elle contre ses lèvres, souhaitant égoïstement s’isoler de tous les malheurs du monde. Bien sûr elle pensait à son fils là-bas, bien sûr elle pensait à tous les autres, mais ne faisait-elle déjà pas assez d’effort pour prendre le dessus sur ses propres désirs, égoïstes. C’était plus simple de l’aimer ici, ici où personne ne la jugerait.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Ethan B. Saddler
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 1420
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Seasons don't fear the reaper   Seasons don't fear the reaper - Page 3 EmptyLun 15 Oct 2018 - 20:49
Seasons don't fear the reaper


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il faisait chaud ? Sans la relâcher, Ethan émit un rictus, les lèvres et le nez perdus dans ses mèches brunes. Son parfum était apaisant, sa chaleur tout autant. Il se fichait bien qu'elle rosisse, c'était rien de plus qu'une réponse, peut-être un appel, à ce qu'il était capable de lui faire, de l'inviter à ressentir. Alors ouais, qu'elle rougisse lui importait peu même s'il était sincère quand il lui soufflait que ça la rendait sublime. C'était pas la starlette qu'il aimait, ni même la peste qu'elle était à ses heures pour se préserver du reste du monde, mais ce qui se trouvait derrière et qui, au fil du temps, peut-être à force de patience, lui avait pété aux yeux.

La gardant contre lui une seconde, le froissement de ses vêtements l'invita à reculer quand elle le désira. Déjà le trentenaire sondait ses billes onyx, la lueur vive qui y dansait, ses lèvres pleines qui lui apparaissaient parfois comme un fruit dont on ne pouvait se passer. Gorgé de sucre, agréable à l’œil autant qu'il était savoureux. Ses paumes glissèrent contre elle, à ses épaules, ses bras, jusqu'à revenir embrasser le clavier qui tonna maladroitement dans la pièce à peine eut-elle lissé ses lèvres pour mieux les sceller aux siennes.

Le souffle coupé, le trentenaire replia les phalanges contre les touches, retenant la ferveur délicieuse, la capturant jalousement comme s'il serait le dernier à la voir, la sentir, l'aimer de cette manière ci. Comme si, de son côté, Frances serait la seule, l'unique, à pouvoir s'obtenir pareils sentiments, étreintes ou même sourires de lui même. S'il sentit ses jambes le faire captif, il en esquissa un sourire avant de glisser une main contre sa cuisse. Jusqu'au creux de son genou pour se rapprocher d'elle encore. Le compliment le fit sourire, rouvrir les yeux pour la contempler en fronçant doucement les sourcils. Pas mal, déjà ses paupières se plissaient au grès du rictus qui prenait possession de la commissure de ses pétales. Frances restait dans la mesure, du moins oralement, puisque ses geste eux, parlaient plus qu'elle en était capable. Finalement les mots n'étaient rien des mots, les caresses elles du bout des doigts, des lèvres, l'empreinte de leurs corps l'un contre l'autre, c'était bien plus révélateur de ce qui noyait son cœur à elle. Et quand ses phalanges graciles filèrent contre sa peau, il réprima un soupir avant de ravaler sa salive pour à nouveau se pencher vers elle.

- Quelques heures, Ponctua-t-il en en un faux air sérieux. Il pouvait pas s'en empêcher, malgré l'instant, ce qu'il sentait se suspendre entre eux et qui prendrait vie d'ici quelques minutes, c'était bien trop tentant. uhm, j'ai pris du galon, passer d'rien du tout à la perfection, mais ... Arquant un sourcil, Saddler émit un rictus en glissant les lèvres contre sa tempe. des heures, j'suis pas une putain d'machine Frances.

Malgré les rires, qu'il étouffait en égrainant quelques baisers contre sa joue, sa mâchoire délicate et son cou, le trentenaire restait cloué dans ce moment, cet instant hors du temps, loin des horreurs extérieures à leur sphère aussi fragile qu'elle semblait résistante. Là, contrairement à l'instant passé dans sa loge, il prenait son temps, ses doigts pianotant la jambe sous les fibres rugueuses qui la couvrait, jusqu'à la première boots qu'il retira en revenant l'embrasser toujours épris d'un rire léger à ce qui lui filait le crâne. C'était sans doute la première fois qu'il jouait avec elle, à rire dans un moment comme celui-ci, mais l'euphorie était aussi séduisante que son corps et sa peau qu'il sentait se réchauffer sans encore l'avoir effleuré.

- si c'est Terminator qu'tu cherches, y a qu'moi ici, tu m'en vois navré. Cependant, comme il était persuadé qu'elle répliquerait, sa paume encore pressée au clavier vint marquer ses reins et ses lèvres saisir les siennes avec bien plus de fougue. Sa langue frôla la sienne, sensuellement, et en une seconde, son autres boots rejoignit le sol en d'autres notes crachées par le clavier. Ce n'était que les échos de leurs corps, de leur désir, de la fièvre qu'il sentait se répandre en lui et qui le poussa à s'emparer de l'ourlet de son top pour l'en débarrasser en brisant le baiser. J'ai très … très … très chaud subitement, t'as sûrement raison. sourit-il, les doigts revenant à sa taille, l'invitant à glisser contre lui, laissant le piano lâcher ses notes plaintives, parfois claires, parfois sombres, tandis qu'il s'évadait à sa poitrine, là où la plus belle des mélodies pouvait s'écouter, se sentir, se savourer.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
Leader | Recovery Grove
Frances M. Whitaker
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 3286
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Seasons don't fear the reaper   Seasons don't fear the reaper - Page 3 EmptyJeu 18 Oct 2018 - 18:57
Jamais deux sans trois, c’était bien cela que l’on disait ? Déjà deux fois ils avaient cédé face à l’envie, une première fois pour l’envie, une deuxième fois pour l’autre, et cette fois ? Cette fois Frankie les ressentait eux. Ce n’était en rien comparable à leur première étreinte passionnelle dans la serre, ni même de cette deuxième rencontre teintée de l’inquiétude et du soulagement après leur sortie à Vashon Island. Cette fois, c’était autre chose que Frankie ressentait, autre chose que l’empressement, que le besoin de fuir, de couper court à toute discussion. Parce qu’il lui avait dit ces mots ? Parce qu’elle ne parvenait pas à les dire en retour ? La coréenne ne s’en souciait pas vraiment, c’était juste différent, c’était juste rassurant, c’était juste grisant.

De ses mains envieuses, ses lèvres désireuses, Frankie voulait le garder près d’elle, tout près d’elle. Plus près. Des gestes lents, mesurés mais à peine contrôlés, la brune savourait juste. Finalement, il avait eu raison de la repousser au début de leur discussion, car là, la colère, la peur laissées de côté, il ne restait que le positif, juste cette douce tension, cette tendresse. « Vraiment ? J’aurais pensé que t’avais plus confiance que ça en tes capacités Ethan. » souffla-t-elle, un sourire étirant ses lèvres, paupières closes un instant pour simplement profiter de sa présence.

La fraicheur de l’air ambiant lui fit remuer ses orteils lorsqu’il la délesta d’une de ses chaussures. Le sourire de Saddler l’agaça autant qu’il la charma, à nouveau, comme à chaque fois. C’était ça le truc, non ? Ce truc entre eux, ce mélange d’agacement, de colère, de désir, d’inquiétude. C’était un tout, ce n’était pas tout mais c’était déjà énorme pour elle. Important. La brune répondit à ce nouveau baiser, tentant de le garder contre elle, mais finissant par étouffer un rire à sa remarque. « J’suppose que je peux faire avec … » ajouta-t-elle en réponse, lui volant un nouveau baiser. Il la faisait languir, et si les fois précédentes ça l’avait rendue folle à le détester, cette fois, ça la rendait simplement folle de le vouloir.

A nouveau ses lèvres trouvèrent les siennes, ses mains à ses reins lui faisant cambrer délicieusement l’échine, lovée contre lui. Si rien n’était simple entre eux, ça l’était, simple, normal, naturel. Sa deuxième chaussure rejoignit la première au sol, le piano émit quelques notes dissonantes, perçant le silence du studio, et en un instant son top rejoignait aussi le sol. La fraicheur de l’air fut rapidement remplacée par la chaleur de son corps contre le sien. « Je suppose qu’on peut y faire quelque chose … » souffla-t-elle avant de se mordre la lèvre en sentant les siennes glisser sur sa peau. Sa poitrine se souleva au rythme de ses baisers, ses mains remontèrent à ses épaules, sa nuque, jouant de ses mèches brunes.

Elle s’en lassa néanmoins rapidement, Ethan avait dit avoir chaud, elle pouvait l’aider avec ça. Ou pas. Ses doigts glissèrent à nouveau à sa taille, saisissant l’étoffe de son t-shirt pour le remonter lentement sur sa peau. Frankie aussi pouvait jouer, le rendre fou, là contre elle. Clac ! Elle s’apprêtait à le débarrasser de ce morceau de tissu inutile quand un bruit provenant de l’extérieur la stoppa dans son geste. Cherchant le regard d’Ethan de ses billes sombres, la brune déglutit. « T’as entendu ça ? » Avec un peu de chance, il n’avait rien entendu parce qu’il n’y avait rien à entendre, ce n’était qu’un bruit dans sa tête et ils pourraient continuer de jouer cette partition sur ce magnifique mais poussiéreux piano.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Ethan B. Saddler
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 1420
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Seasons don't fear the reaper   Seasons don't fear the reaper - Page 3 EmptyDim 28 Oct 2018 - 16:08
Seasons don't fear the reaper


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


C'était pas lieu adéquat, pour autant est-ce que Ethan s'en plaignait ? Réponse : non. Personne autour d'eux, personne pour venir réclamer quoi que ce soit à Frances, et le mieux de tout, pas d'Adrian pour lui sommer de se secouer les puces pour lui donner un coup de main concernant des trucs mécaniques auxquels il panait strictement rien. Ses lèvres relâchèrent les siennes, et à sa réplique concernant sa résistance le trentenaire arqua outrageusement des sourcils. C'était rien, rien que du pur Frankie pour le pousser à lui donner tort, néanmoins ce qu'elle supposa l'invita au rictus charmé. Charmé oui, y avait pas d'autre mot pour définir ce qu'il ressentait au contact de cette fille. Pourtant c'était clairement pas le cas les premiers temps et, franchement, métamorphoser un « agacé » en « charmé », c'était pas donné à tout le monde.

Déja le wedding-planer égrainait maints baisers contre le velours de sa peau opaline, savourant sa chaleur, son odeur. Il se sustentait des frissons que faisaient jaillir ses caresses. Du bout des doigts, Ethan s'appropriait chaque millimètre de sa peau, chaque écho de son cœur qu'il sentait pulser sous cette surface si fragile et pourtant forte. S'il y avait une femme capable de soulever des montagnes en ce monde, c'était bien elle. Elle, cette magnifique brune au teint de lait, aux yeux profonds comme deux billes sombres. Aisé de se perdre en elles, autant qu'il était simple de plus se soucier du temps, de la réalité macabre de leurs existences, quand il la sentait lui répondre sans dire un mot. Si l'impatience le gagnait au grès des gestes - d'une lenteur délirante – de la chanteuse, Saddler se calquait sur elle, mesurant les embrassades, ses souffles déjà courts, uniquement pour l'amener lentement sur le seuil de l'impatience qu'il savait la lorgner de ses yeux en amande.

A l'instant les mots précédents n'existaient plus. Enfin si, ils étaient là, suspendus entre deux baisers, entre deux frôlements de langues, mais plus éloquents que lorsqu'il les lui avait cédé. Ils étaient similaires, semblaient se comprendre sans mal aucun, et malgré tout la Coréenne était plus pudique que lui. Ethan n'avait jamais eu de mal à lui parler, à l'aider, à la pousser dans ses retranchements pour qu'elle puisse ouvrir les yeux sur l'avenir et ce qui lui tendait encore les bras malgré l'état des choses, ce qu'elle pensait incapable de se résorber. Frances, elle, avait encore cette réserve qui l'empêchait d'être entièrement franche à son égard. Sans doute ce qui constituait cette part fragile que peu de gens pouvaient se targuer d'avoir capturé, ce qu'il aimait chez elle du moins, une fébrile petite part de ce qu'il adorait chez cette femme. Perdu contre sa peau, sa chaleur, ses mains creusant déjà sa cambrure pour la rapprocher de lui, profiter de cet instant loin de tout, le fameux clac qui retentit dans la pièce fit vibrer son tympan. La pointe du nez lové à la gorge de la brune, Saddler fronça les sourcils sans malgré tout relâcher son étreinte. Juste un bruit, rien d'important... Rien de dangereux pas vrai mon gars ?, mouais. Après tout il avait lui même nettoyé l'endroit, lui même replacé le cadenas à chaque passage. Y avait plus l'ombre d'un grognard dans le coin depuis qu'il avait foulé le seuil poussiéreux en trouvant ce studio. C'était peut-être que le vent... Le vent dans un truc calfeutré et insonorisé ?

Eh merde !, trop de réflexions. Fallait être sûr que ça finirait comme ça, et s'il était désormais persuadé que ce truc était pas anodin, ce fut Frankie qui s'agita la première. Oh ouais il avait entendu, mais sur le vif là, quasiment à des kilomètres de la terre ferme, à flotter sur ce nuage charnel, il était pas certain que ce soit une bonne idée de briser leur étreinte pour … Pour quoi au juste ? Un soupir plus tard, Ethan la quittait à regret puis roulait des yeux. Frustration oblige, néanmoins il était pas con au point de lui en vouloir, deuzio, y avait peut-être vraiment une saloperie de coincer quelque part. Ce qui le taraudait davantage, en revanche, c'était qu'ils aient pu l'entendre aussi distinctement malgré l'épaisseur des murs du studio.

- J'vais voir. Indiqua-t-il en replaçant rapidement les pans de son t.shirt. Sa main glissa contre le bras de la brune, un vague sourire aux lèvres. Whitaker avait pas besoin de lui emboîter le pas, encore moins dans cette tenue. Tu restes ici ! Si elle avait pas envie de se taire, ou d'obtempérer, il lui ferma sa jolie petite bouche en y plaquant la sienne. Couteau extirpé de la poche arrière de son jeans, petit mouvement de poignet à l'appuie pour joindre les lames papillons, puis Ethan prêta l'oreille. Clac... Bref, trop succinct pour en repérer la source exacte. Mais s'ils l'entendaient là, ça pouvait être que dans cette pièce non ? Ici ou de l'autre côté de cet immense miroir où, jadis, l'équipe du son se chargeait d'enregistrer voix et musiques. J'fais gaffe, mais toi, Regard plus sévère cette fois. tu bouges pas.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
Leader | Recovery Grove
Frances M. Whitaker
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 3286
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Seasons don't fear the reaper   Seasons don't fear the reaper - Page 3 EmptyJeu 1 Nov 2018 - 16:52
La sortie avait si bien commencé, ils ne s’étaient pas pris le bec, puis elle avait eu la bonne idée de questionner Ethan sur ses inquiétudes, et le brun n’avait rien trouvé de mieux à faire que lui répondre par une déclaration. Tout aurait pu très mal finir à partir de ce moment-là mais fort heureusement, les deux survivants étaient plutôt doués pour que les choses se terminent très bien et cela semblait prendre à nouveau cette direction-là. Frankie n’allait pas s’en plaindre, car là, dans ses bras, contre lui, elle était bien, sereine. Loin d’oublier tout ce qui la rattachait au complexe et celui qui comptait le plus au monde, la coréenne parvenait à ranger dans un coin de son esprit ses diverses angoisses.

Elle se perdait déjà dans cette étreinte lorsqu’un son la sortit de ses pensées brumeuses, vaporeuses. Un son inquiétant qui pouvait très bien ne rien être du tout. Qui ne serait rien du tout. A regret, Frankie le laissa s’éloigner, la fraicheur du studio lui mordant la peau alors qu’elle glissait déjà du piano, arrachant de nouvelles notes dissonantes au clavier pour récupérer son top. J’vais voir. Frankie le dévisagea avant de battre des cils. Tu restes ici. Elle n’était pas du genre à foncer droit devant face au danger mais elle n’était pas là quand Isiah avait disparu et elle l’avait perdu. Elle avait failli perdre Ethan dans ces bois sur Vashon Island. Mais la coréenne n’eut pas le temps de lui répondre le wedding-planner la faisait taire de la plus douce des manières.

Sans se défaire de son air déterminé, Frankie le regarda et l’écouta insister. « Tu peux rêver Saddler, je te lâche pas d’une semelle. » La coréenne récupéra sa hache posée sur le divan et emboita le pas à Ethan. Elle ne le laisserait pas aller vérifier ce qui se tramait seul. Allumant sa lampe torche pour vérifier plus facilement les recoins sombres du studio, Frankie ne remarqua rien. « La régie ? » C’était cela ou … Aucune chance que cela vienne de l’extérieur, aucun son ne pouvait parvenir de l’extérieur comme aucun son ne pouvait parvenir de l’intérieur vers l’extérieur. D’épais murs insonorisés étaient là pour y veiller.

« J’ouvre la porte et je te couvre. » Attendant son signal, Frankie posa sa main sur la poignée, la tournant quand le brun lui fit signe. La porte claqua contre le mur dans un son étouffé, Frankie braqua le faisceau de sa lampe dans la pièce, exigüe et vide. Il n’y avait rien ni personne ici, d’où provenait donc ce bruit ? La brune laissa le faisceau de sa lampe éclairer la console devant elle, déplaçant quelques boutons sans évidemment le moindre résultat, simplement par nostalgie.

Ce fut cette même nostalgie qui la poussa à regarder les affiches punaisées aux murs de la pièce, assez pour remarquer que l’une d’elle était déchirée. « Ethan. » appela-t-elle en désignant la marque de semelle sur l’affiche avant de lever les yeux pour voir une grille de ventilation, ou de n’importe quoi d’autre. Elle n’en savait rien, il y avait sans doute tout un tas de câbles qui passaient par divers trous dans le bâtiment ici. « Tu penses que quelqu’un était entré ? » C’était en soi assez inquiétant, mais c’était d’autant plus dérangeant si cette personne s’était rincé l’œil, en plus d’être inquiète, Frankie se sentait agacée, gênée.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Ethan B. Saddler
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 1420
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Seasons don't fear the reaper   Seasons don't fear the reaper - Page 3 EmptyLun 5 Nov 2018 - 20:46
Seasons don't fear the reaper


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Allez, ils allaient s'engueuler là ? Sérieusement ? Non parce qu'il lui semblait que, une fois n'était pas coutume chez elle, Frankie devenait sourde à ses demandes. Peut-être devait-il tenter la psychologie inversée, comme avec des mioches récalcitrants, pour obtenir ce qu'il souhaitait. Tu peux rêver Saddler. Hum, de base il rêvait de l'étreindre là, sur un clavier de piano, pas de devoir renfiler ses frusques à la va vite, gêné par ce qui prenait de la place sous les fibres de son jeans, pour brandir un couteau afin de menacer quiconque, ou quoi que ce soit, à l'origine de ce fameux bruit.

- J'imaginais pas que t'étais aussi collante. Taquinerie, fallait bien rester égal à soi même, néanmoins quand elle alluma la torche pour vérifier les différents recoins de l'endroit, lui indiquant ensuite la régie, Ethan prêta l'oreille. Plus un son cette fois. Même s'ils venaient d'en parler, même s'il venait clairement de penser à faire autre chose que de se laisser envahir par la paranoïa, le trentenaire ne pouvait s'empêchait d'y revenir là. Sa main fila vers le SIG. Vas y. Approuva-t-il suite à la proposition de la brunette.

La porte s'ouvrit, sa propre torche illumina la salle. Sombre, en bordel un peu, les commandes de son et autres matos auxquels il y connaissait rien étaient couverts de poussière. Pas d'odeur âcre, juste quelques particules dansaient dans les faisceaux de leurs lampes. Y avait rien, du moins au premier regard, car quand la Coréenne l’interpella, puis qu'il dévia les cils vers sa trouvaille, ses sourcils se froncèrent. Affiche marquée par les dessins boueux d'une paire de godasses et, juste au dessus, une grille d’aération béante. Sans encore dire un mot, l'esprit ailleurs, déjà à divaguer aux multiples visages factices qui le hantaient depuis leur retour de Vashon, Saddler s'approcha pour tenter d'y voir mieux.

Frankie lui avait pourtant posé une question, mais il était ailleurs, à sa protection à elle, à ce qu'il se devait de faire pour la maintenir en vie. Pas comme Alyson, jamais... jamais. Le wedding-planer agrippa la chaise éventrée devant les consoles, la cala contre le mur. Perché sur celle-ci en un rien de temps, il scruta l'espace de la gaine avant de poser la main à l’intérieur. Petire pression sur le métal : rien. Pression plus forte sur le metal : le fameux Clac. Son sang ne fit qu'un tour. Il aurait pu douter, après tout la grille aurait pu être ouverte depuis un bail, mais pour que ça claque comme ça, il fallait du poids et clairement c'était pas un petit animal ou le vent qui s'était infiltré dans le conduit. Saddler quitta son perchoir, et l'agrippa par le bras, sans raison visiblement. Du moins sans lui donner de raisons car elles restaient prisonnières de son crâne. Cadenassées derrière ses dents serrées. Enfin, jusqu'à la sentir riposter, l'interroger sans doute, ses lèvres bougeaient mais il pigeait pas, trop taraudé par les pensées qui germaient dans son crâne, les souvenirs de la chapelle … Les mots de son père au sujet de … de ces types.

- On rentre ! C'était pas la première fois qu'elle l'entendait ça, ni qu'elle capturait ce regard presque glacial. Y avait quelqu'un ici, quelqu'un qui voulait pas qu'on lui tombe dessus. Alors on rentre avant qu'ça soit lui qui nous tombe sur la gueule.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
Leader | Recovery Grove
Frances M. Whitaker
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 3286
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Seasons don't fear the reaper   Seasons don't fear the reaper - Page 3 EmptyMar 6 Nov 2018 - 22:30
Pas aussi collante ? Il se moquait d’elle, Frankie prit sur elle, inspirant longuement pour ne pas exploser, sinon elle lui hurlerait qu’elle n’était pas prête de le laisser prendre des risques seul, parce qu’elle ne comptait pas le perdre. Il ne disparaîtrait pas comme Isiah, elle ne ferait pas la même erreur. Collante, peut-être, possessive, sans doute, plus attachée qu’elle ne voulait le montrer, évidemment. C’est donc collante mais plus rassurée que Frankie l’aida à vérifier qu’ils étaient seuls, et malheureusement l’inspection de la régie confirma qu’ils n’étaient pas seuls quelques instants auparavant.

Elle laissa le brun vérifier le conduit d’aération, et au son qui retentit dans le studio, la brune déglutit. C’était la certitude là, quelqu’un était bel et bien ici à les observer, les surveiller. La coréenne se perdit en pensées, en craintes, qu’avait-il entendu et vu ce type qui s’était planqué là pendant … pendant combien de temps ? « Merde … » siffla-t-elle avant de sentir la pression de la main d’Ethan sur son bras. La brune manqua de se vautrer sur des cables au sol, pestant en tenatnt de dégager son bras mais le wedding planner était sourd. « Ethan ! » râla-t-elle plus fort jusqu’à ce qu’il se remette à parler. On rentre.

« Attends ! On pourrait au moins essayer de voir … le suivre. Le prendre à son propre piège. » Mais à son regard, Frankie comprit que le brun ne voulait pas traquer cet individu mystère aujourd’hui, en réalité le voulait-elle vraiment ? Ils n’avaient pas encore passé la porte du studio quand la coréenne tira doucement sur son bras, glissant ses doigts dans le creux de sa paume, son autre main remontant vers sa mâchoire. « Okay, on rentre. Calme-toi … On va rentrer, on va en parler à ton père, à Nigel, et on doublera les gardes s’il le faut. » Se hissant sur la pointe des pieds, la coréenne vint déposer un baiser sur ses lèvres, affichant cet air qui se voulait rassurant mais qui dans le fond trahissait son inquiétude à elle aussi. Elle avait un fils là-bas à protéger.

Frankie prit une inspiration, relâchant sa main uniquement pour pouvoir récupérer son arme et rester alerte car comme Ethan l’avait souligné, peu importe qui était à l’intérieur du studio avec eux, cette personne espérait peut-être encore pouvoir leur tomber dessus. Heureusement pour eux, à l’exception de deux rôdeurs qui trainaient autour du Land, chose plutôt étrange d’ailleurs car il n’y avait pas l’ombre d’un macchabée à leur arrivée. Elle garda pour elle cette inquiétude et laissa le brun prendre le volant, son regard sombre à elle détaillant le paysage, sans y voir la moindre silhouette.

De retour au complexe, Adrian qui leur ouvrit le portail s’étonna de les voir revenir si rapidement. « On a … terminé d’enregistrer mon nouveau single plus vite que prévu. » ironisa-t-elle avant de froncer les sourcils. « Ethan vous racontera … Je vais aller décharger Billy. » Sa main se posa sur le bras du brun, il allait devoir expliquer clairement et sans paniquer à son père ce qu’ils avaient vu. Ce n’était peut-être qu’un gosse qui voulait leur voler de la nourriture, un gosse qui chaussait un bon quarante-six mais la coréenne tâcha de ne pas s’attarder à ce détail. Aaron serait le réconfort et l’ancre dont elle avait besoin, ce à partir de quoi elle parviendrait à ramener Ethan à un niveau de stress plus tolérable. Sans quoi ils allaient finir par se disputer à nouveau. Le bébé dans les bras, Frankie ne s’étendit pas en détails auprès de l’infirmier, préférant le laisser se reposer pour l’heure en prenant la direction de son camping-car à elle. Un regard échangé avec Ethan, il serait le bienvenu pour parler, oui parler. Dispute optionnelle.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Seasons don't fear the reaper   Seasons don't fear the reaper - Page 3 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Seasons don't fear the reaper -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Don't fear the reaper. [PV Thaumas]
» arthur & myrcella ❝ you better fear my rage ❞
» Soirée 3 ♣ Fake Fear
» ❝ They say fear is the antidote to fear ❞
» Aragorn || I do not fear death.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: