The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- I don't need to fight to prove I'm right -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1131
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I don't need to fight to prove I'm right   Dim 21 Oct 2018 - 20:43
Tous les deux faisaient le même constat, finalement. Personne n'était réellement gentil ou méchant, ils ne faisaient que ce qu'il pouvaient pour se démerder, et ils étaient humains. Après tout, May le savait trop bien. Même avant tout ça, c'était toujours la même éternelle question sur toute scène de crime; pourquoi? Pourquoi le coupable avait-il fait ce qu'il avait fait? C'était l'intention derrière le geste qui justifiait la sentence, qui pouvait peut-être minimiser les conséquences. Quelle sentence aurait-elle donc à subir, elle, dans tout ça? La question se posait, même si clairement, la blonde l'avait fait pour elle, pour eux. Pour avancer. Et elle semblait être du bon côté, enfin pour le moment. Mais rien n'était à prendre pour acquis dans ce bordel sans nom.

Et Will parlait de raisons, justement. De les mettre en avant, de s'en rappeler, peut-être pour pouvoir être en mesure de relayer ses agissements en arrière-plan, comme il disait. Pour éviter de se vautrer dans la terreur du constat qu'elle faisait à l'instant; Liv était capable de bien des choses, bonnes ou mauvaises, tout compte fait. Ses valeurs morales prenaient la poudre d'escampette, même si elle tentait de les retenir, tandis que le besoin viscéral et égoïste de préserver les siens prenait le dessus. C'était pour cette raison exacte, d'ailleurs, que la princesse avait toujours cru qu'il valait mieux avancer seule. Enfin... Tout était si différent, maintenant. Elle hochait toujours de la tête - ses billes bleues parfois posées sur Will, parfois sur ses propres mains - visiblement mal mais profondément soulagée de l'avoir trouvé aujourd'hui, ce grand blond. La miss se sentait bien de pouvoir discuter de tout ça, simplement, sans devoir se prendre la tête. Elle avait déjà assez de ses propres neurones qui s'affolaient à la vitesse de la lumière dans son crâne. Un peu plus et elle devenait schizophrène, putain.

Il lui assurait qu'elle ne l'emmerdait pas, d'ailleurs, et même si elle en doutait peut-être un tantinet, un sourire étira sincèrement ses lèvres, consciente qu'avec ses emmerdes, il ne pouvait pas aller bien loin. Oh, elle comprenait. May saisissait le sentiment mieux que personne, probablement. Enfin, elle aurait bien voulu en être une, là, une menteuse tout le temps marrante. Elle n'avait seulement pas hérité du gêne qui lui permettait de faire avaler ses conneries aux autres. Du moins, pas à lui. Lui, il en était un, un menteur tout le temps marrant? May voyait bien qu'il était affreusement calme, tout le temps. Si elle faisait toujours des blagues - et lui aussi, en fait - pour tenter de se préserver, Mayfield lui ressemblait certainement plus qu'elle n'aurait pu le croire. Mais que cachait-il exactement?

Son ami ne lui laissa pas le temps de se poser la question plus longtemps, alors qu'il s'interrogeait au sujet de son ancien job. Elle releva les cils vers lui, se replaçant un brin pour pouvoir appuyer le dos contre les barreaux des escaliers, plongée dans ses pensées. Peut-être était-ce de là que provenait sa carapace. De cet emploi qui la rendait un brin plus froide à chaque jour, qui laissait place un peu plus, chaque fois, à cette brèche qui lui fendait le coeur de constater qu'en fait, le monde n'était pas joli. Qu'elle n'avait qu'à laisser jaillir un peu de la rage qui habitait cette brèche pour apaiser son âme, l'espace d'un instant. Était-ce qu'elle devrait faire, désormais? Il faut dire que la petite n'avait pas eu le choix de se protéger avec cette armure, dès la mort de son père, en fait. Dès que sa mère n'était devenue que l'ombre d'elle-même, au final. De toute évidence, ni son frère adoré - trop occupé à boire sûrement - ni sa soeur aînée trop absorbée par elle ne savait plus quel boulot si important, n'aurait pu prendre les choses en main, pour leur génitrice qui elle était prise dans les filets de la maladie mentale.

Mais bordel, qu'elle se reprenne. Elle n'avait pas dit un mot depuis une éternité, il allait se douter d'un truc. C'était la situation qui la mettait dans un tel état ou quoi? Elle replaça quelques mèches de cheveux avant de briser cet étrange mutisme. "J'identifiais des cadavres, et tout ce qui pouvait se trouver dessus." dit-elle en riant aussitôt de sa façon macabre de parler. Loin d'elle l'idée de vouloir le dégoûter, c'était simplement du May tout craché. "Parfois sur scène, parfois au labo. Avec un peu de chance et du bon boulot, on pouvait attraper les sales types, tu vois? J'pensais peut-être pouvoir sauver le monde." reprit-elle en roulant les yeux au ciel à sa dernière phrase, soufflant un peu du nez. Pourquoi toujours ce besoin de se justifier? Mystère.

"Et toi alors, tu faisais quoi, avant? Cascadeur professionnel?" La petite éclata de rire à son allusion, le remerciant silencieusement d'avoir changé de sujet. "Ta vie ressemblait à quoi?" ajouta-t-elle, songeuse. Si elle ne pouvait plus regarder sa vie en face pour l'instant, aussi bien imaginer la sienne.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 867
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: I don't need to fight to prove I'm right   Lun 29 Oct 2018 - 7:09
Will en voulait toujours à May pour ce qu’elle avait fait au ranch, ou plutôt, plus précisément il en voulait à tout ce qui l’avait poussée elle à faire ça, car ce n’était simplement pas elle. Le meurtre de sang-froid, ce n’était pas la tasse de thé de beaucoup de personnes ici, ou alors ça l’était trop et le blond avait besoin de se conforter dans l’idée qu’il n’était pas le seul à avoir envie de gerber ses tripes à l’idée de faire voler la cervelle d’un vivant à l’arme de poing simplement parce qu’il pouvait le faire. La blonde était réellement touchée par son geste, c’était suffisant pour qu’il lui pardonne et essaie de l’aider. Maintenant il avait tout le loisir d’en vouloir à ce groupe où chacun considérait la violence avec un regard particulier, alors que lui, l’intrus, n’avait pas pour habitude de régler ses conflits avec les poings ou les armes.

Le californien souhaita finalement changer le sujet de la discussion pour un qui serait sans doute moins lourd pour May, enfin sans doute ou sans doute pas. Et tout en sachant pertinemment qu’elle allait lui retourner la réponse, Will savait aussi que le sujet serait douloureux pour lui, mais petit à petit, il arrivait à ne plus penser à tout ça avec le regard vitreux, non à force de temps et d’épreuves, il avait juste le regard vide. Le blond esquissa un sourire à la réponse de May. « Hey on a tous voulu à un moment ou à un autre tenter de sauver le monde. T’as sans doute réussi un peu, en sauvant quelques personnes. » C’était possible, non ? Si May avait aidé à arrêter de dangereux serial killer alors elle avait sauvé la vie de toutes les victimes suivantes.

Lorsqu’elle lui retourna la question, le californien étouffa un éclat de rire, principalement parce qu’à chaque fois qu’il riait il avait peur que tout le boulot d’Ansel pète et que sa plaie au ventre se rouvre. Nouvelle angoisse à la con, bonjour. Nerveusement, il se frotta l’arrière du crâne avant de répondre. « Même si je sais que j’ai la carrure et l’expérience pour, non j’étais pas cascadeur, et en fait ça aurait pas été un mauvais choix de carrière maintenant que tu le dis. » Comment il avait pour ne pas y penser avant ? Un risque continu, sans risque de mourir – ou alors minime et calculé -,  le compromis parfait pour lui.

« J’étais clerc dans un cabinet de notaire à LA. Palpitant hein ? Tout ce que j’ai sauvé de mon côté, c’était des héritages. » Rien de glorieux, rien d’intéressant, non, Will était un gratte-papiers parmi tant d’autres. « Et ma vie … tu vas t’foutre de moi hein mais ma vie c’était … Monsieur tout le monde, marié, pas d’enfant, une jolie maison, des brunch avec les amis ou la famille le dimanche, mais y’a un point que t’as pas entièrement faux. J’aimais bien les sports dangereux. » Ses deux mains qu’il avait jointes sur ses genoux repliés vers lui, Will faisait du tricot avec ses doigts, lorsqu’il le réalisa, il cala ses mains sur le sol derrière lui, appuyé sur ses bras. « C’est loin tout ça … Tout, autant la Californie que cette vie. » Ce Will qui avait vécu cette vie, il n’aurait jamais tué un homme de sang-froid, il n’avait même pas été assez courageux pour être là et sauver sa femme.


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1131
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I don't need to fight to prove I'm right   Dim 4 Nov 2018 - 2:00
Il était toujours aussi gentil avec tout le monde, ce Will? Avait-il constamment cette volonté de vouloir rendre les autres plus à l'aise? Non parce que c'était l'impression qu'il donnait à la blonde. Il lui rappelait Jayden, bordel. Son caractère si doux, même hanté par ses démons. Merde, son grand blond de frère lui manquerait toujours cruellement, c'était indéniable, maintenant. Peu importait à quel point elle essayait de le ranger quelque part au plus profond d'elle-même, au final.

La bonne nouvelle était qu'elle avait désormais trouvé sa propre petite famille, ici. Ils étaient loin de correspondre aux standards, bien entendu, mais quand même. Will voulait la réconforter, encore, en lui disant qu'elle avait peut-être effectivement pu sauver la vie de quelques personnes. Ce n'était pas faux, certes. Or, est-ce qu'elle serait éternellement condamnée pour en avoir volé deux autres, si récemment? Elle aurait tant voulu trouver la solution parfaite. Mais May avait toujours été ainsi, avait toujours voulu plus. Trop, probablement. La pensée lui arracha un vague sourire, surtout qu'il en rajoutait en prétextant que le métier de cascadeur aurait pu être une option pour lui. Vraiment? "Si ton audition était ta chute du toit de cet été, j'suis vraiment pas certaine que j'voudrais t'engager!" dit-elle en riant.

Il répondit ensuite à sa question. C'était étrange d'imaginer son copain dans un bureau de notaire. Encore plus avec une femme, dans une jolie maison de Los Angeles ou à un quelconque brunch du dimanche. Enfin, ça n'avait rien à voir avec lui. Cendrillon trouvait toujours fascinant d'imaginer à quel point leur vie d'avant était à des années lumières de celle qu'ils vivaient présentement. Normal, probablement. Mais c'était bien la beauté de la fin du monde, s'il y en avait seulement une, non? Détenir le pouvoir de tout recommencer? Certes, en encaissant de lourdes pertes, bien sûr. Des choses auxquelles aucun d'entre eux n'avaient jamais voulu faire face. Mais si c'était une deuxième chance? Elle souffla un peu du nez; quelle conne elle faisait. Comme si elle pouvait faire référence à la chance dans ce merdier.

Mais la petite avait remarqué ce besoin qu'il avait d'occuper ses mains, et encore une fois, ses manières à lui ramenait Liv à son propre frère. Elle avait assez observé les comportements d'un ancien toxicomane nerveux pour les reconnaître. Enfin, peut-être se mettait-elle aussi le doigt dans l'oeil bien profondément. Son regard bleu était rivé sur les mains du blond, du moins jusqu'à ce que Will décide de se caler sur ses bras pour changer un peu de position. Elle l'imita en s'installant en tailleur à ses côtés. "Des sports dangereux, hein?" lança-t-elle à en se moquant. Son ton laissait paraître le sérieux de sa question, pourtant. "Quels sports dangereux la Californie peut-elle bien offrir?" reprit-elle sans attendre. Est-ce qu'elle poussait trop loin? Après tout, qui était-elle pour lui demander ouvertement une telle chose? Comprenait-il seulement ce qu'elle osait insinuer? Parce que c'était évident que de consommer était un sport dangereux, comme il était évident qu'elle se doutait un brin d'une partie de son histoire, maintenant, non? May était vraisemblablement très nulle quand il s'agissait de faire comme si, et Will ne semblait pas avoir trop de difficulté à s'en rendre compte jusqu'ici, alors hein.

Peut-être avait-il autant envie d'en parler que de se faire déchiqueter l'entre-jambe par un des chiens enragés du Home Depot, par contre. "Tu me fais penser à mon frère." affirma-t-elle soudainement, laissant sa phrase en suspens alors qu'elle relevait les cils vers son regard. "Il était du type sport dangereux." ajouta-t-elle seulement en baissant le ton. Elle n'insistait pas, May voulait simplement lui faire comprendre qu'elle serait là, si jamais. S'il le voulait. Exactement comme il le faisait pour elle, à ce moment même.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 867
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: I don't need to fight to prove I'm right   Lun 5 Nov 2018 - 10:14
« J’ai survécu ! Donc mon audition aurait été une réussite, ça c’est certain. » Il affichait un air fier mais sur le moment il n’avait pas fait le fier, sa nonchalance habituelle s’était fait la malle avec tout le sang qu’il avait perdu sur le sol de cet appartement abandonné et poussiéreux, sous le nez des quelques croulants présents. Le blond avait finalement craché le morceau sur ce qu’il était vraiment avant tout cela, enfin vraiment car ce qu’il était réellement au fond de lui, personne auparavant ne l’avait su. Personne ici ne le savait.

Sa vie dans les bureaux, sa jolie maison avec sa jolie clôture autour, sa jolie femme, ses supers amis et ses sports dangereux. Ca le rendait nerveux de causer de ça, ça devait se voir malgré ses tentatives de le cacher. Will était persuadé que son attitude détendue suffisait toujours à masquer la dure réalité de ses angoisses, de ses manques, mais ça ne fonctionnait que sur ceux qui n’ouvraient pas bien les yeux, qui n’avaient jamais vu de personnes comme lui. Comment aurait-il pu savoir que May pouvait lire dans ses gestes, à travers ses mots.

« Tu sais, des trucs risqués, course automobile, chute libre … » Il ne mentait pas là-dessus, il omettait juste les comprimés, les drogues sur ordonnance, persuadé que la blonde marchait dans le mensonge. Pourtant quand elle évoqua son frère, Will sentit qu’elle approchait trop près de la vérité, elle pouvait la toucher du doigt si elle tendait la main. « Ton frère ? » C’était doublement douloureux, comme une plaie mise à nue que l’on saupoudrait de sel pour en raviver le piquant, la brûlure. « Un grand frère ? » demanda-t-il d’un air absent, plongé dans un mal-être qui le hantait depuis l’enfance.

Ses mains posées derrière lui sur le perron, Will grattait le bois de ses ongles, nerveux au possible même si l’expression sur son visage cherchait à ne rien en montrer. « Il aimait quoi comme sport dangereux ? » demanda-t-il finalement pour se sortir de cette angoisse, de ses pensées qui le ramenaient sans cesse à ce frère qui n’avait pas vu le jour, cette vie qu’il avait sans doute volée, la première. Will essayait de ne pas y penser, diluant ses pensées ailleurs, dans d’autres événements, dans d’autres distractions, mais là, après leur discussion ça le rendait bien plus nerveux. Comme à l’époque devant ce psychiatre qui avait voulu l’aider à dépasser sa tentative de suicide qui n’en était pas une, pas consciente du moins.

D’un bond, Will se leva, descendit les marches pour faire quelques pas devant le perron. Il tentait encore d’afficher son air détendu mais c’était compliqué, les mains dans les poches pour cacher qu’il tremblait, le regard fuyant sur chaque détail, chaque individu afin de ne pas lui montrer le trouble derrière ses yeux clairs. Merde. Il aurait dû se douter qu’à trop se confier ça lui pèterait à la gueule, il avait voulu aider la blonde à surmonter son acte, et là il se retrouvait acculé, sans la moindre pilule pour l’aider à faire passer l’angoisse.


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1131
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I don't need to fight to prove I'm right   Mar 13 Nov 2018 - 3:30
Course automobile et chute libre? Alors elle avait tout faux? Non, impossible, la petite voyait devant elle le portrait tout craché de son frère, lui servant les mêmes nervosités, les mêmes regards fuyants et cette volonté maladive de paraître normal à tout prix. Elle ne l'avait jamais remarqué jusqu'ici, après tout, peut-être n'avait-elle jamais pu observer le grand blond à ce point, dans une situation où lui-même était plus vulnérable. Pourtant c'était évident à ses yeux, à cet instant. Mais il ne se lançait pas, sans grande surprise. May ne lui en voulait pas, et comment le pourrait-elle? Will ne lui devait rien du tout. Au contraire, il était venu la voir, comme ça, pour l'aider à avaler la pilule de ses propres conneries.

Mais il insistait en parlant de Jayden. Son frère. Le mot sonnait particulier, entre ses lèvres. Le dernier à en avoir parler était Lance, la première fois que les deux princesses avaient transformé ce fameux garage en spectacle karaoké avec un brin de menaces en prime. Le pilote avait demandé son nom de famille, pour passer le mot, possiblement pour le retrouver. C'était une gentille attention, en y repensant bien. C'était un peu cruel à présent, certes, mais enfin. Pourquoi semblait-il si intéressé, d'ailleurs? Avait-il aussi un frangin? Ou l'avait-il perdu? "Petit. Un petit frère." rectifia-t-elle en posant ses billes claires sur lui. Il ne pouvait pas le voir tellement il était ailleurs, mais May avait eu de la difficulté à déglutir en le disant.

La blonde allait se rapprocher pour lui demander si tout allait bien, parce que merde, jamais ne l'avait-elle vu dans un tel état. Mais il parla de nouveau, probablement pour faire passer les nerfs. Le voilà qui était de retour avec ses sports dangereux. Liv n'avait pas eu de succès pour lui mentir jusque là, mais l'envie d'inventer n'importe quoi traversa son crâne. Puis, d'un coup, il se releva, bondissant plus loin comme si le feu calcinait momentanément le perron. Son regard rivé sur l'angoissé, la miss se leva elle aussi, sans vraiment savoir pourquoi. Un réflexe, peut-être.

Elle avait voulu courir derrière lui, se ravisant à la dernière minute. May descendit tout de même les marches, cherchant son regard qui fixait tout et n'importe quoi. Merde, merde, merde. C'était elle qui allait paniquer, maintenant. Jamais son intention n'avait été de le rendre si nerveux. Putain de grande gueule, va.

"Will, je... Tu... T'as vachement pas l'air bien, reviens t'assoir, allez." lança-t-elle, mal à l'aise et soudainement affolée de causer autant de problèmes au californien. La demoiselle passa les deux mains dans sa crinière dorée avant de soupirer. Que pouvait-elle faire, hein? Le prendre par les épaules? Se rendait-elle seulement aussi haut? Saloperie. Elle pouvait tellement ressentir son inconfort qu'un peu plus et elle allait pousser une mauvaise blague qui ne ferait rire personne. "J'suis désolée..." De quoi, au juste? Bonne question, mais une chose était certaine; elle l'était. "Will, putain." reprit-elle en se postant devant lui, toute petite devant le géant qu'il était. Non mais elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle devait faire, là. Comme avec Jayden. Combien de fois avait-il essayé d'arrêter tout ça avant de l'inscrire en cure fermée? Combien de fois avait-elle vécu ce qu'elle revivait là? C'était pénible, bordel. May avala lourdement sa salive, ayant l'impression de lui devoir des explications. "Son sport dangereux, c'était l'alcool." avoua-t-elle finalement - comme une délivrance - en fixant le vide, la voix un brin cassée. "J'ai cru que tu, que vous... Laisse tomber. J'voulais seulement..." Que tu te sentes moins seul, peut-être.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 867
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: I don't need to fight to prove I'm right   Lun 19 Nov 2018 - 17:52
A quel moment il avait vrillé ? A quel moment exactement Will s’était mis à angoisser comme ça ? Est-ce que c’était l’évocation de ce frère ou est-ce que c’était le souvenir de ses folles années d’addiction ? Derrière toi les années d’addiction ? La voix de May lui parvenait comme à travers un filtre confus. Un petit frère. T’aurais été le grand-frère sur le papier, plus âgé que la moitié de toi. Il en avait retrouvé tous ces tics nerveux qu’il avait pris tant de soin à cacher depuis son arrivée ici. Merde, merde, merde. Son regard clair se posa sur May, elle ne devait rien comprendre la pauvre, elle le dévisageait, elle avait l’air inquiète.

Il l’entendait mais il ne la comprenait pas, presque pas. L’angoisse prenait le dessus sur le son de sa voix, sur le sens de ses mots. Le californien revoyait sa vie défiler devant ses iris clairs, démarrer dans un cri déchirant pour finir dans un cri tout aussi déchirant. De la naissance à la mort, il n’y avait qu’un pas, un pas qu’il avait tenté de franchir inconsciemment à chaque occasion. Un pas que ce monde tentait de lui faire franchir alors que désormais il ne voulait plus le faire. Will putain. Ca péta dans son crâne, May était là, inquiète. Will la dévisagea à son tour, il se sentait idiot, il avait ce besoin de prendre la fuite parce qu’aujourd’hui comme des années en arrière, il détestait qu’on le voit comme ça. Sa femme ne l’avait jamais vu comme ça, bon acteur qu’il était.

Son sport dangereux, c’était l’alcool. Le poids du monde sur ses épaules, cloué au sol, le blond revint vers le perron pour se laisser tomber sur la première marche, les coudes sur les genoux, sa tête entre ses mains jointes à sa nuque. « Désolé … de te forcer à revivre ça. » En réalité, il ignorait ce qu’elle avait vécu comme il ignorait ce que c’était de faire vivre cela à son entourage, parce que lui l’avait toujours caché. Ses parents avaient cru à une tentative de suicide en raison du surmenage mais jamais il ne leur avait imposé ses problèmes, ses addictions.

« J’étais plutôt dans tout ce qui pouvait se trouver sur ordonnance. » confia-t-il alors, pour la première fois depuis … toujours. Personne, pas même sa femme, pas même ses parents, n’étaient au courant. Ici, il avait tenté de maintenir l’illusion du type décontracté, mais c’était parfois plus difficile que d’autres. « Personne … Personne est au courant, alors … garde le pour toi. » Il ne voulait de la pitié de personne, il ne supporterait aucun jugement. Mais si May était prête à l’écouter, alors pour la première fois il se sentirait peut-être à en parler. Pas de tout, parce que cette absence factice elle resterait toujours cadenassée dans son cœur, dans son esprit. Ce truc qui l’avait changé avant même qu’il existe, qu’il soit.

Le blond déglutit, tenta de respirer calmement pour s’aider à ravaler l’angoisse, avant de relever la tête vers May. « Ton frère … Il s’en est sorti ? » De l’alcool et de cette merde, quoique dans le second cas il y avait peu de chance que ça soit le cas sinon il serait là, non ?


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1131
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I don't need to fight to prove I'm right   Mar 20 Nov 2018 - 6:12
Revivre ça. Comme si elle avait besoin de Will pour revivre constamment chaque putain de souvenir qui demeurait dans son crâne au sujet de Jayden. May le toisa sévèrement de ses prunelles pâles, lui dictant silencieusement qu'elle n'avait pas besoin d'excuses. C'était sa faute, après tout. Elle avait probablement été trop loin, comme toujours, avec ses questions à la con. Mais elle n'y pouvait rien si cette grande perche face à elle la ramenait à ce point dans son ancienne vie. Comment aurait-elle pu savoir tout ce qui se passerait ensuite? Comment aurait-elle pu prédire que Mayfield cachait toute l'angoisse de son passé derrière une attitude aussi calme, en apparence? Il retournait se poser dans les marches du perron, au moins.

Il avoua ensuite, sans vraiment que Liv ne soit surprise de l'entendre parler de médicaments d'ordonnance, avant de s'empresser de lui demander de ne rien dire. Personne ne savait? Pas même sa femme? Ainsi, il avait assez confiance en la petite pour lui faire une confidence qu'il n'avait jamais faites à personne d'autre auparavant? Elle hocha de la tête sans hésiter pour le rassurer, lui promettant d'un seul regard que son secret était à l'abri avec elle. Comment pourrait-elle le trahir, de toute façon? Elle en serait incapable. Pas après cette saloperie de mission catastrophique, pas après ce qu'il avait fait pour tenter de la réconforter, un peu plus tôt, et encore moins après une telle confession. La blonde le voyait de plus en plus, maintenant, à quel point ils se ressemblaient. Et elle n'allait certainement pas le laisser sombrer.

Encore debout jusqu'ici, on aurait dit qu'elle n'osait pas s'immobiliser, craignant de ne pas pouvoir réagir si le californien explosait. Mais s'il ne semblait pas aller mieux, au moins il avait l'air moins agité, désormais. May décida donc de finalement poser les fesses directement au sol, assise en tailleur, au pied de l'escalier. Un soupir avant qu'elle n'ouvre la bouche pour parler, mais il avait été plus rapide. Sans une seule seconde de délai, la princesse avait relevé les cils vers lui à la mention de son frère. Merde... C'était clairement un terrain trop glissant pour s'y aventurer; la petite voix dans son crâne le lui hurlait sans cesse.

Cendrillon venait de tuer de sang froid deux habitants du Ranch, et elle trouvait tout de même le moyen de s'acharner sur son frangin. Et d'emmerder les autres avec ça, en plus. Qu'est-ce qui était le plus lourd, entre les deux, hein? Bravo, ma grande, tu t'en sors vachement bien. Et Will qui demandait si le plus jeune Goldenberg s'en était sorti. Mais de quelle galère parlait-il? Bonne question. "Peut-on vraiment guérir de tout ça, dis-moi?" demanda-t-elle en soufflant un petit rire nerveux, n'attendant aucune réponse de sa part. Les yeux dans le vide, elle essayait de ne pas craquer, de se contrôler pour une putain de fois, mais il n'y avait plus une seule trace de soleil sur ses traits. "J'ai essayé. De le sauver de lui-même. Il s'est enrôlé dans l'armée après sa désintox et je l'ai plus jamais revu. C'est pas parce que j'ai pas essayer d'le retrouver, crois-moi." reprit-elle sans réelle conviction, fixant ses doigts, à présent, comme pour se rappeler à quel point elle avait échoué. Avait-elle besoin d'en dire plus? Son regard se porta ensuite sur le couteau de Jay, trônant à sa taille. Son coeur se serra si fort qu'elle aurait pu en vomir. Comment pouvait-elle se sentir à la fois si loin et si près de lui? Quel bordel.  

May tenta de se reprendre, soufflant un bon coup pour se ressaisir. "Et toi, alors? Comment t'as réussi à..." La pauvre cherchait ses mots. "...gérer?" Gérer l'addiction autant que l'apocalypse qui avait très certainement coupé court à ses trips et à ses stocks, oui. Et si elle se fiait aux rechutes de son cadet, ça n'avait certainement pas été une partie de plaisir. "Monsieur tout le monde cachait bien son jeu à chaque brunch du dimanche?" Voilà. Enfin, elle était là; la petite blague qui n'allait même pas le faire rire. Et bien, au moins elle essayait.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: I don't need to fight to prove I'm right   
Revenir en haut Aller en bas  
- I don't need to fight to prove I'm right -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Bite fight...
» Davy Back Fight !
» Dino Fight
» isveig Ϫ and the only solution was to stand and fight.
» Toi, moi, fight ? [ pv ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: