The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Show me Chaos /!\ -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 171
Age IRL : 26
MessageSujet: Show me Chaos /!   Mer 26 Sep 2018 - 13:17
Skillet entonnait Invincible à bas volume dans l’atelier. Lance n’avait pas beaucoup dormi cette nuit, à la fois à l’affût d’infectés qui n’auraient pas été déviés par la voiture de Victoria et May. Parlant de ces deux-là, elles étaient aussi un cas d’intenses réflexions. Lance débattait toujours mentalement du danger immense auquel il s’était exposé et s’exposait toujours. Elles savent où tu es. Elles savent que t’es seul. Elles savent que t’as un fusil vide, enfin presque vide. Elles ont vu la voiture. Elles ont vu la carte. Et peu importe d’où elles viennent, elles ne sont pas seules. T’attend quoi Lance, l’embuscade du siècle ? Tu crois qu’ils laisseront un gars comme toi en vie ?

Il se concentra sur la voiture pour essayer de balayer ses inquiétudes et ce fut assez efficace. Travailler sans outil électriques rendait la tâche difficile et exténuante, et c’était peut-être exactement ce dont il avait besoin. En début d’après-midi, il était toujours appuyé sous la voiture, remontant la transmission pièce par pièce. Sa vraie satisfaction était surtout d’avoir trouvé le problème dans une roue dentée endommagée, ce qui cadrait exactement avec le comportement de la voiture en ce moment. Lance ne s’arrêta enfin qu’après une demi-douzaine d’heure de travail continu. La WRC devait être fonctionnelle le plus vite possible.

L’homme essuya ses mains et ses bras tachés d’huile et autres liquides de motorisés et s’appuya contre le comptoir près des coffres à outils, les yeux dirigés vers la voiture.

« Toi tu penses quoi, Wally ? »

La voiture resta silencieuse. À quoi vous vous entendiez ? Ce n’est pas votre trip quotidien de LSD…

« Tu trouves que je deviens cinglé, dis ? »

Il posa la main sur le capot de la voiture de Rallye en soupirant. Peut-être que oui. Ou bien il changeait, tout simplement. Certains avaient craqués après seulement quelques mois d’épidémie, peut-être qu’il lui aura fallu trois ans, lui. Mais ce n’était pas du désespoir qui le serrait de l’intérieur. Peut-être de la lassitude. Et de la solitude. Mais aussi de la furie.

«  Je veux dire, si tu as un truc à dire, te gênes pas, hein. »

Il secoua la tête en souriant pour lui-même en se détournant, commençant à ranger les outils dont il n’avait plus besoin. Il y eut une sorte de petit bruit, comme un cliquement derrière lui. Lance arrêta ce qu’il faisait, dressant l’oreille.

Le son recommença, un peu plus fort.

Il tourna la tête, se demandant sincèrement pendant un instant si la voiture avait pas décidée de virer K2000 pour aller combattre le crime. Le costume en lycra attendait probablement sur le siège conducteur. Mais à bien écouter, ça semblait ne pas venir de la WRC. Sa main se referma une grande clé anglaise et il fit le tour de l’auto, s’approchant des portes de service à pas feutrés. Ses yeux se fixèrent sur la poignée de la porte d’urgence qui menait vers l’extérieur, derrière le concessionnaire. Celle-ci s’agitait et des chocs répétés secouaient la porte. Quelqu’un essayait d’entrer. Quelqu’un de vivant.

Il soupira. Probablement Victoria qui faisait son cirque. La Brune le faisait flipper comme personne, aussi positif que négatif. La dernière fois, elle et sa collègue blonde l’avait cuisiné pendant ce qui avait semblé une éternité où la seule certitude, c’était le fait qu’une batte en aluminium lui exploserait les couilles si il ne jouait pas le jeu. Lance n’était pas encore certain de savoir comment il s’en était sorti. Ni comment il avait négocié un rencart avec la jolie ténébreuse. Ça lui passait par-dessus le cerveau. Enfin bref, il s’approcha de la porte, se campant sur le côté, puis approcha la main du verrou de la porte. Autant laisser Batgirl faire un vol plané si elle insistait tant pour entrer. Il libéra le verrou et la porte s’ouvrit à la volée.

Sauf que c’était pas Victoria. C’était même pas une fille.

Le regard du pilote croisa celui du gars. Surprise, joyeux anniversaire ! Mais les yeux verts s’arrêtèrent aussi sur le pistolet dans sa main droite. Fais pas de connerie, baisse ce truc. Le bras de Lance se releva. Le pistolet remonta aussi. Le temps sembla s’arrêter le temps de faire un ou deux calculs savants. Puis la clé anglaise de Lance frappa l’avant-bras du gars avec force. Craquement sinistre. Le pistolet lui tomba de la main

Hurlement.

Lance l’attrapa par le collet de son manteau et le tira vers lui, l’envoyant tête la première dans l’arrière de la voiture. Le visage du gars percuta le coffre, rebondit comme un ballon de basketball. Le sang gicla, le nez était fracturé, renfoncé. L’invité surprise balança son bras valide en se retournant vers lui. Le poing frappa le côté de la tête du pilote, la vision se brouilla pendant une fraction de moment et laissa une estafilade ensanglantée, mais Walker avait connu plus que sa part de bagarre dans sa vie et il faudrait beaucoup plus que ça. Pour preuve, c’était son bras à lui qui se barrait pour frapper à la poitrine dans un effet corde à linge, écrasant l’inconnu au sol.

Le trentenaire frappa au visage une fois, deux fois, releva son poing… Et s’arrêta. Seul le souffle difficile de l’intrus et le sien secouait le garage. Lance lui releva la tête par le collet.

« Combien ? »

« Qu…oi »

« COMBIEN ? »


Pause, puis le gars releva lentement une main pour faire un geste. Un doigt d’honneur. Lance soupira, haussa les épaules puis appuya son genou  sur son avant-bras démoli, appuyant sa main contre la mâchoire du gars, faisant mourir son hurlement suivant dans sa gorge.

« Qu—quatre »

« Où ? »


Nouveau silence. Lance roula des yeux, faisant signe vers son genou. Prêt pour une nouvelle montagne, coco ? Le type se cambra.

« Tempress ! TEMPRESS TECHNOLOGIES »

Hmm. Lance sembla réfléchir. Il n’était pas doué pour les questions. Dans les films, le gars posait toujours les questions avant de frapper. Ou est-ce que c’était le contraire ? Il était plus si certain. Bordel ça semblait toujours plus facile à la télé, ce truc.

« Je vais te buter enfoiré, espèce d’enculé de mes…»

Lance sembla prendre l’argument en compte. Ça semblait raisonnable. Parfaitement raisonnable. Sauf que les yeux verts pointèrent sur le pistolet. L’ancien pilote était un gars patient et il ne cherchait jamais la guerre à personne, mais il y a une chose qu’il ne pouvait pas gérer, c’était les armes à feu pointé dans sa direction. Parce que ça supposait que ce n’était pas la première fois.

Nope !

Il releva la clé anglaise. Le gars semblait regarder ailleurs.

« Bordel arrête ARRÊTE – putain de salope LAISSE LE PAS ME »

Lance fronça les sourcils. Mais de quoi et à qui il parle encore. Ça lui rappela quelque chose, par contre. Il suspendit son geste. Moment de silence. Il finit par se gratter la tête.

« Si tu devais rencontrer une fille vraiment, mais vraiment canon dans la prochaine heure, comment tu lui dirais qu’elle est vraiment canon, mais sans lui dire ça, je veux dire, qu’elle est vraiment mais vraiment canon ? »

« Qu-que »

« Sans que ça sonne vulgaire, tu vois ? Classy.

« Mais que, qui… »

« Bon, merci quand même. »



La clé frappa, et le bras puissant de Lance fit le reste. Il s’en sortirait. Peut-être. Il soupira.  C’est alors qu’il entendit un toussotement. Lance tourna lentement la tête.

Oh. Ohhhhhhhh
Spoiler:
 

« Vic !... Yo !...»

Sourire encourageant alors qu’il réalisa que ce fameux rencart ne commençait pas exactement comme il l’avait prévu. Mais comment elle fait pour apparaitre dans son dos comme ça tout le temps !? Le pilote essuya son bras sommairement en se relevant.  
« Hum… T’es arrivée à quel moment »

Probablement avant l’invité surprise, probablement après la séance de yoga nudiste.

Probablement.

Sinon elle aurait l’air vachement plus impressionnée qu’actuellement..

"Ce n'est pas ce que tu penses ! À moins que tu penses à moi"


I press on where others slow down...
I am with many, but I drive alone...
I am the race you cannot win
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Victoria L. Raven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event : 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 908
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Show me Chaos /!\   Mer 26 Sep 2018 - 22:06
Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. Cette fois, elle n’avait pas pris le van mais la vieille américaine volée par ses soins quasiment un an auparavant. Elle avait beau s’être lavée, des ombres rouges marbraient encore la peau trop blanche de ses mains et s’étaient incrustées sous ses ongles. Le sang qu’elle avait fait couler aujourd’hui. Lorsqu’elle fermait les paupières, elle revoyait l’adolescente se faire plomber par Cendrillon, puis le jeune homme qui se faisait lacérer la gorge d’un coup de piolet, puis la vieille qui se faisait faire sauter le caisson. Ce n’était pas une prise de conscience : putain de merde, elle savait pourquoi elle avait fait ça et elle l’avait même plutôt bien fait. Pour avoir des infos et pour leur foutre le seum. Mais… justement, est-ce que ce n’était pas ça sa vie maintenant ? Racketter, tabasser, tuer, et pas se rendre à un pseudo rendez-vous avec un mec qui, s’il était un tant soit peu malin, s’était barré au lever du jour. C’était ridicule et ça la clouait à son siège.

- ’chiotte d’putain d’mes ovaires, grogna-t-elle en ouvrant la portière.

Elle n’allait pas se défiler, hein ? Plus chiant que l'expression de May qui la regardait partir comme si elle allait retrouver son amant pour un bal d’étudiante, ce serait de rentrer en disant qu’elle s’était dégonflée. Elle en entendrait parler pendant le reste des années qui leur restait à vivre ensemble et puis bordel : la pigiste n’était pas le genre qui faisait marche arrière. Elle assumait ses défis et si ça ne lui avait pas toujours rendu service… elle risquait quoi ? Bon, ok, il pouvait avoir rameuter des potes pour la violer en tournante mais si tel était le cas, elle était sûr de pouvoir arracher une paire de couilles avec ses dents avant la fin de la fête. Sûre qu’elle vendrait chèrement son vagin mais dans le doute… elle allait tenter la discrétion.

Les semelles de ses godasses épousaient le bitume souffreteux comme des coussinets de félin. Pas à pas, elle allait de planque en planque, jusqu’à pouvoir atteindre la façade du concessionnaire. Si la dernière fois elle était passée par l’arrière, c’était peut-être par la que Starbuck s’attendait à la voir revenir. Aussi discrètement que possible, elle approcha, tira la porte, et… rien. Ok. Pas de trace d’intrusion de vorace, signe que s’il avait perdu un siège la veille, la faille n’avait pas été ici. En s’approchant du fameux garage, une suite de bruits étranges la figea immédiatement. Il lui fallut quelques secondes pour reconnaître une volée de coups. Ils provenaient de la sortie de service. D’abord, rester en retrait et écouter. Il y avait quelqu’un, ok, mais combien ? Était-ce Lance qui se faisait passer à tabac ? Ce serait con de débarquer en plein gang bang viril.

Lorsqu’elle comprit qu’il n’y avait que deux personnes et qu’elle eut reconnu la voix de son – potentiel – Jules dans l’interrogatoire, elle poursuivit sa progression à pas feutrés. Ne pas s’annoncer, observer, c’était comme ça qu’on apprenait vraiment à connaître les gens. Tips de fouineuse professionnel. Visiblement, le dealeur de caféine était moins gentil garçon qu’il essayait de le faire croire : le type qu’il avait maîtrisé était dans un sale état et aïe : le dernier coup de clef tenait plus de la charge de buffle que de la patoune de chiot. Ce qu’il pouvait rester con ceci dit… canon, hein ?

- Hum.

Elle ne s’était pas manifestée pour aider l’abruti au sol mais elle n’allait pas le mater toute la soirée non plus. Le trentenaire réussit à lui arracher un demi-sourire qui n’était pas narquois mais elle le toisa avec des yeux résolument impénétrables.

- Au moment où t’parlais d’avouer tes sentiments à une aut’ femme qu’moi, elle laissa planer un silence avant de préciser, parc'qu'moi, j’suis vraiment mais vraiment très canon.

Victoria s’approcha et il pourrait la découvrir dans son ensemble. Jean déchiré aux genoux complètement taché de giclures écarlates, débardeur gris dans le même état et si sa veste en cuir n’était pas noire, ce serait pareil. l'accoutrement d'une longue journée. Sa batte était propre, elle, mais la lame du piolet qui pendait suspendu à sa ceinture était encore incrustée de sang séché. Son regard darda sur l’homme inconscient.

- Si c’est l’diner j’t’arrête de suite : j’suis ni cannibale, ni vampire, elle expira une sorte de rire moqueur avant de repartir un peu plus sérieusement, t’veux faire quoi à propos d’ça ?

« Ça » désignait actuellement un mec bien amoché sur le sol dont le groupe de quatre personnes logeait visiblement à quelques minutes d’ici. Honnêtement, ça l’intéressait ! Des gars à piller, sans doute.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 171
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Show me Chaos /!\   Mer 26 Sep 2018 - 23:26
Lance adopta le demi-sourire à son tour en se relevant, l’air de dire les choses sont ce qu’elles sont, hein ?. Il essuya avec sa manche le mince filet de sang sur sa tempe, c’était superficiel probablement. Elle s’approcha et il fit de même dans une moindre mesure. Ce silence si pesant. Sa remarque lui arracha un petit rire et il haussa des épaules, elle marquait un point.

« Coupable ! Mais entre nous, je suis peut-être séduisant mais j’ai pas encore réussi à hameçonner deux filles en même temps. J’arrive à peine à les empêcher de me foutre une volée, en fait. Its not easy being this good, you know.»

Référence vers un passé qui n’était pas si loin. Évidemment, les yeux verts du pilote la détaillèrent pendant quelques instants, de même que les outils à sa ceinture. Un pic à glace, original. Quelque chose était arrivé, c’était récent mais pas du dernier moment non plus. Lance avança une main et tâta l’ourlet du débardeur taché de sang. Ils faisaient une étrange paire peut-être, mais au moins ils étaient agencés sur les couleurs. Un designer mode aurait pas fait mieux même en essayant. Leurs regards se croisèrent.

« T’as eu une sale journée au dirait. Des négociations agressives ? »

Il ne poussa pas le sujet et replaça une mèche de cheveux de jais en la détaillant sans rien dire. Son allusion  le fit secouer la tête moqueusement alors que sa main errait sur le manteau de cuir sans objectif particulier, comme un ajustement invisible peut-être. Il n’en avait pas grand-chose à foutre qu’elle soit couverte de sang, en fait. Lance songea qu’il était juste heureux qu’elle se soit pointée, au final. Mais pas besoin de lui dire, ça.

« Ça, c’est notre billet d’invitation pour crasher une petite fête. Une soirée romantique nous attend, ton style préféré non ?»

Lance tolérait bien des choses mais le seul canon – très-  qu’il tolérait pointé dans sa direction, c’était la femme devant lui. S’il ne s’occupait pas de ces gars, ils finiraient par chercher leur copain. Lance en avait marre de se faire prendre par surprise, par Dark Angel la première. Et puis, son œil avait accroché sur quelque chose d’autre, le bandana rouge que Ça portait autour du cou. À approfondir…

« T’es certaine que May est pas cachée quelque part dans un baril, à espionner ? À la voir hier, je serais pas surpris. »

Il tâcha d’essuyer le maximum de sang avec un vieux linge, puis enfila son propre manteau de cuir. Après réflexion, il glissa la clé anglaise à sa ceinture avant d’attraper la jambe du gars inconscient pour le traîner… Derrière la voiture. Lance le considéra un instant. Je te fais une faveur, mon vieux. Son regard verdâtre revint vers la Brune. Décidément, tout son plan initial tombait à l’eau, mais il semblait bien avoir une étincelle dans son regard si profond. Cette fille était si… inscrutable.

« À moins que tu préfères le forfait Bed of Roses. »

Question légitime, elle avait peut-être eu sa dose d’action pour la journée. Il s’approcha de la porte coulissante et commença à tirer sur la chaine, faisant s’élever celle-ci dans de petits grincements. Lance s’approcha ensuite de la portière côté passager et l’ouvrit, faisant une révérence digne des plus grand portiers. Ça avait juste l’air un peu bizarre avec tout le sang sur leurs vêtements.

« Votre carrosse est arrivé, Jessica Jones. »  

Blanche-Neige et les sept nains, c’est ça ? Un peu de Tim Burton ferait du bien à l’ambiance.


I press on where others slow down...
I am with many, but I drive alone...
I am the race you cannot win
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Victoria L. Raven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event : 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 908
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Show me Chaos /!\   Jeu 27 Sep 2018 - 1:17
Victoria expira nonchalamment. Négociation agressive ? Il n’avait pas idée. Starbuck était près. Déjà. Ses mains flirtaient avec ses cheveux, replaçant une mèche, puis glissèrent sur son manteau. Il ne gagna qu’une expression de défi, un demi-sourire qui était notamment là pour lui rappeler qu’il ne l’avait pas encore ferrée. D’ailleurs, c’était elle qui chassait, pas l’inverse. Alors il devrait faire attention à toucher trop tôt la marchandise : il risquait de se faire mordre ; et elle était plus staff que puddle.

Néanmoins, il ne pouvait lui faire plus plaisir qu’en avouant ses intentions à l’égard du type qu’il avait sonné/tué (rayer la mention inutile – elle avait la flemme de prendre son poul). Crasher une fête de guignols qui se planquaient sur son territoire ? Carrément que c’était devenu son genre de soirée romantique préféré ! Enfin… dans la mesure où c’était le premier rencard qu’elle avait depuis des lustres, ça ne pouvait mathématiquement qu’être le préféré.

- May ? Si j’t’avouais où elle s’planque, c’s’rait beaucoup moins drôle.

Le pire, c’était qu’il avait bien cerné la blonde. Elle aurait même été capable de l’avoir suivie jusque là et d’avoir, en ce moment même, l’oreille collée à un carreau quelque part. Enfin… considérant la journée qu’elles avaient eu, il était plus probable de penser que Cendrillon était restée en pleine introspection au bercail. La pigiste savait que c’était le genre de nana qui ne se laissait pas marcher sur les pieds et qui avait assez les pieds sur terre pour tolérer leur mode de fonctionnement. Profiter des autres, piller, dévaliser, tout ça. Mais exécuter deux personnes de sang-froid ? C’était tout autre chose. Même Victoria ne pouvait pas dire que ça lui avait rien fait. Y’avait une subtile différence entre tuer et abattre.

- La seule histoire d’lit possible entre nous, ce s’ra si la soirée est à la hauteur – et t’peux oublier les roses, rétorqua-t-elle en le suivant jusque son bolide, derrière lequel il positionna sa (prochaine) victime, j’espère qu’les +1 sont admis.

C’était lui qui avait reçu l’invitation quand même. Et il avait une putain de façon de remercier le messager. Non en vrai, c’était tout benef’. On ne pourrait pas l’accuser d’avoir gaspiller de l’essence si elle revenait avec des infos ou/et du butin et elle aurait peut-être l’occasion de rallier Starbuck à sa cause. Après tout, c’était lui qui se préparait à rendre visite à une bande de mec dans une vieille entreprise et ce n’était clairement pas pour diffuser la Bonne Parole. La trentenaire ricana en s’installant place passager.

- j’vais assumer qu’tu m’appelles comme ça parce qu’elle est censée être badass, t’oserais pas m’traiter d’alcoolique, toujours ce regard indomptable qu’elle lui envoya en plein dans les yeux et le suivit jusqu’à ce qu’il rejoigne son siège, t’as d’jà fait ça ? Elle fit un signe de tête vers l’extérieur, t’t’apprêtes à rentrer dans l’lard d’quatre types et on est deux – deux c’est moins qu’quatre, si jamais t’a oublié, rappela-t-elle ouvertement sarcastique cette fois, t’as d’jà fait ça où t’cherches juste à m’impressionner ?

Les missions risquées ? Pas de problème, mais elle voulait une mission risquée avec quelqu’un qui savait ce qu’il faisait. Au moins un peu. Elle faisait pas dans le babysitting alors s’il voulait sérieusement casser des bouches, il avait intérêt à être rôdé.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 171
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Show me Chaos /!\   Jeu 27 Sep 2018 - 9:06
Elle dicta ses conditions et l’ancien pilote songea que si le romantisme n’était pas mort après la fin du monde, Victoria l’avait assurément décapité. Il secoua la tête, dépité mais amusé. So needy, woman.

« C’est épreuve après épreuve avec toi, pas vrai ? Test après test. Heureusement que j’aime les défis. Oublie pas qu’un rencart, c’est à deux hein. Pas juste toi et ton sextoy. »

Ça ne servait à rien de rappeler que Lance était compétitif. Et compétitionner tout seul, ça n’avait évidemment pas le même cachet. Alors, là où beaucoup aurait trouvé Vic carrément casse-couille et ce depuis le tout début, Lance s’en marrait bien. Ça faisait longtemps qu’il ne s’était pas motivé pour quelque chose, pas plus que nécessaire du moins.

« T’es certaine que t’étais cheerleader, Vic ? Parce qu’à part les jolies formes, ça n’a pas l’air d’avoir beaucoup déteint… »

Il roula des yeux en s’assoyant sur le siège conducteur. Heureusement pour Catwoman, Lance était pratiquement impossible à décourager. Toute son adolescence, on lui avait martelé qu’il réussirait jamais à être pilote. Toute sa vie de jeune adulte, on lui avait martelé qu’il gagnerait jamais un championnat. Trois ans d’épidémie n’avaient rien changé, on lui martelait qu’il était supposé crever. Bah Lance était toujours là, et c’était bien plus que la plupart des gens pouvaient se vanter.

« Tu prends des risques, me parler d’opérations mathématiques si complexes, je sens que je vais saigner du nez… ! »

Lance souffla par le nez pour souligner le ridicule, mais un sourire flottait toujours sur visage. Il démarra le moteur de la WRC qui rugissa d’approbation. Tu m’as manqué, belle bête.

« Quatre contre deux, c’est deux contre un. J’ai l’impression d’avoir déjà vu ce ratio là quelque part… Pas toi ? »

Coup d’œil entendu. Il embraya vers l’arrière tout en continuant son baratin, pas le moindrement incommodé. Le pilote lui fit signe de bien se tenir, puis lâcha la pédale de transmission et le véhicule recula soudainement, secoué alors que quelque chose, ou plutôt quelqu’un passait sous les roues. Il rembraya vers l’avant et ramena la voiture à son point initial. Ses yeux se posèrent sur la femme.

« Je croyais pourtant te l’avoir dit. Je ne pille que ce qui est mort. »

Sans rien ajouter de plus, il débarqua de la voiture pour se diriger à l’arrière. Si le type n’était pas mort avant, il était sacrément mort maintenant. Son crâne déformé le confirmait. Sifflotant, il ouvrit le coffre de la voiture puis ramassa le cadavre à bout de bras et le déposa dedans avant de refermer après un dernier regard. Lance ramassa le pistolet resté sur le sol, inspecta le chargeur avant de le glisser dans sa ceinture au creux du dos. Il revint dans la voiture, échangeant un court regard avec la brune avant d’embrayer à nouveau. La voiture se cambra en reculant dans le stationnement arrière du concessionnaire, dérapant de manière parfaitement contrôlée alors qu’elle changeait de direction sans s’arrêter, reprenant vers l’avant à toute vitesse.

« T’as la mentalité de groupe, où tu mesures tes nombres et t’espère avoir le plus gros. J’ai rien contre, mais quand t’es tout seul comme moi, tu dois changer de stratégie. »

Mais ça ne répondait pas à sa question.

« J’ai jamais fait ça avec une partenaire. Et vu qu’on va faire ça à ma manière, j’espère que tu joueras le jeu. Mais je suis pas inquiet. Même ceux qui ne dansent pas peuvent danser. Pas vrai ? »

Sourire et petit rire. Le lecteur CD de la voiture chantonnait Sabotage des Beastie Boys. La voiture se faufila entre les rues avec agilité et grâce, le produit d’une mécanique de qualité mais aussi des mouvements assurés de son conducteur. Ils s’approchaient rapidement de Tempress Technologies. Lance déposa ses yeux verts sur elle.

« Quand on arrive, tu dois laisser les armes visibles dans la voiture. »


Le groupe essayait toujours de se faire le plus grand possible pour intimider son adversaire. Mais l’individu, lui, se faisait toujours le plus petit possible.

Jusqu’à trouver le bon moment pour frapper, du moins…


I press on where others slow down...
I am with many, but I drive alone...
I am the race you cannot win
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Victoria L. Raven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event : 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 908
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Show me Chaos /!\   Jeu 27 Sep 2018 - 20:49
Épreuve après épreuve, il l’avait dit ! Et il ne croyait pas qu’elle avait été cheerleader ? Il aurait dû la voir avec ses pompons au lycée tiens, ce n’était clairement pas pour ses petits seins qu’elle avait été recrutée. Mais le vil flatteur lançait des fleurs à ses charmes alors elle ferait abstraction de ce manque de confiance pour cette fois. Elle avait mieux à penser surtout, comme le fait qu’elle était sacrément bluffée par sa manière de rouler sur le crâne d’un type sans l’ombre d’une hésitation. Est-ce que ça devenait glauque de dire maintenant qu’il lui plaisait de plus en plus ?

- Yep, le deux contre un lui disait effectivement quelque chose, c’mon poing qui s’écrase sur tes couilles s’t’es en train d’m’entrainer dans un plan foireux.

Elle ne croyait pas vraiment que ce soit le cas – pas de son plein gré en tout cas – d’où son sourire taquin. Non pas qu’elle était incrédule : disons plutôt que même si Starbuck était un spécialiste de la mise en scène, il n’aurait pas aplati le crâne d’un pote avec une Subaru juste pour se la mettre dans la poche. C’était violent d’ailleurs, merde ! Un coup de clef supplémentaire – ou deux – ça n’aurait pas pu faire l’affaire ?

- On est tous mort, avait-elle rétorqué à son credo.

Ce n’était pas de la philosophie de bas-étage, c’était un fait : ils étaient tous contaminés par un sale virus qui les transformait en bouffeur de chair. Alors mort-mort, mort-vivant, futur-mort-vivant… y’avait une redondance dans tout ça. C’était d’ailleurs une façon carrément plus simple de voir la survie ! On ne s’encombrait pas de pseudo lignes de conduites qu’on enfreignait à la moindre occasion. Genre… le mec qui venait de se faire imprimer un pneu de marque sur la tronche, est-ce qu’il méritait vraiment de se faire crever ? Hum ? Vous avez quatre heures.

- Ah j’vois, t’es l’genre fétichiste : t’gardes un souvenir ? Lui fit-elle après qu’il ait embarqué la dépouille dans le coffre.

C’était pour l’emmerder, elle supposait que ça avait quelque chose à voir avec ce qu’ils s’apprêtaient à faire. Enfin… elle l’espérait en tout cas. La voiture vrombit à nouveau délicieusement pour – enfin – quitter le garage. Le musique dans l’autoradio lui ressemblait tellement que c’était presque effrayant. Sérieusement, il pensait lui imposer un plan ? Oulala… c’était mal la connaître, surtout si en plus, il lui faisait confiance pour l’appliquer à la lettre.

- Ah j’sais pas… on s’connait pas encore bien toi et moi. J’sais même pas s’tu manges tes croutes d’pizza, s’t’es plutôt frites ou potatoes ou s’tu prends ton Nutella avec ou sans beurre…, répondit-elle du tac-o-tac après les premières consignes, difficile d’dire si j’suivrais docil’ment tous les pas d’danse, histoire de reprendre sa métaphore, dis-moi déjà c’que tu comptes faire en détail. Les tuer et les piller juste ? T’as un passif avec eux ou c’juste à cause du mec avec qui t’as fait un peu d’mécanique taleur, c’était dingue comme elle était confortable dans cette caisse, rien à voir avec les tacots qu’ils se trimbalaient au district, s’tu l’fais sur un coup d’tête, supposa la pigiste, t’es p’tête pas l’mieux placé pour dénigrer les croqu’mitaines dont tu m’parlais hier là, elle moulina de la main pour raviver le fil des souvenirs, t’sais, les esclavagistes cannibales ou j’sais quoi, toute cause de ralliement n’était peut-être pas perdue.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 171
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Show me Chaos /!\   Jeu 27 Sep 2018 - 23:36
Lance roula des yeux, même si elle avait sans doute raison de se poser une ou deux questions. C’est vrai que le pilote n’agissait pas ainsi en général. Et il n’avait pas toujours été comme ça non plus.

« Hé, si t’as envie de toucher à mes couilles, c’est qu’on s’approche de quelque chose, c’est positif non ? »

On est tous morts. Et voilà, c’est le côté Emo qui ressortait. Fallait s’y attendre : combien de temps on pouvait se pavaner une chevelure pareille, une écharpe pareille, avant de décider qu’on était incompris de la société et que la solution se trouvait dans les paroles glauques d’un groupe qui partageait son temps entre les lignes de coke, et les lames de rasoir. Lance se fichait bien que ça pouvait être vrai, en autant qu’il était concerné, il était bien plus vivant que le gars dans le coffre, pour commencer.

Il fut un peu agacé lorsqu’elle demanda des détails mais au final la trouva bien marrante. Ça changeait de ses phrases obscures précédentes. Cette fille, sérieux… C’était genre une cocotte-minute mais tu ne savais pas ce qu’il y avait dedans quoi. Juste que ça risquait d’exploser dans tous les cas.

« Du beurre avec du nutella ? C’est quoi ces conneries. Pour le reste, c’est des détails très très personnels, t’vois ? J’veux dire, faut qu’on soit proche comme ça – fait un petit espace entre son pouce et son index – pour partager des secrets de ce calibre. On s’en reparle au prochain Netflix and chill. »

Question mortellement sérieuse. Il finit par rouler des yeux avant de lui jeter un œil, amusé. La voiture zigzagua entre les obstacles qui jonchaient dans la rue, passant à toute vitesse dans une espace à peine assez large entre deux carcasses deux voitures.

« Tout ce que je fais est sur un coup de tête, Mia Wallace. Un coup de tête prudent, c’est tout. Et soupoudré de chance, aussi. Me dis pas que tu veux plus venir à la fête, Vivi ?»

Elle lui parlait des rumeurs qu’il avait mentionnées le jour d’avant. Lance n’avait pas oublié qu’elle avait jamais honoré sa part de leur échange et trouva bien intriguant qu’elle ramène le sujet.

«  Je me rappelle pas les avoir dénigrés, juste m’avoir demandé ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. On a plus le luxe de dire non juste parce que c'est mal tu sais, Chocolat. Je ne suis pas placé pour ça. Je suis juste placé pour survivre. Pas toi ? »

Il la considéra un instant. Bordel Vic, c’est beau tout ce discours, mais ce n’est pas le moment de me dire que t’es cannibale… Ou que Lance est le prochain au menu. Et le truc d’esclave… Il s’imagina chanter Im a Slave 4 U de Britney Spears en duo avec May. Victoria exploserait probablement. Le pilote ralentissa graduellement avant d’immobiliser le véhicule. L’industrie était à l’autre coin de rue, encore invisible mais des panneaux annonçaient l’entrée du stationnement. Temps de plonger le regard dans le sien.

« T’as de beaux yeux, Vador. Alors ouvre-les bien et demande toi quelles sont les chances que j’aie de bonnes raisons de rouler sur ce type. En mettant de côté la possibilité que je sois un psychopathe. Surprise, je suis juste un gars ordinaire. Ça devrait au moins te dire ce qui attend les gars dans ce building. Qui sait, si on s’en sort en vie, je pourrais ptete confirmer  tes théories. On pourra échanger les fiches de correction, t’es pas exactement douée pour me donner des réponses toi non plus, après tout.»

Air entendu. Tu veux partager ? Non ? Ok.Il ouvrit la portière et lui adressa un grand sourire, pas le moindrement contrarié.

« Autant jouer nos forces respectives. Je vais attirer leur attention et les faire sortir du building. Tu fais le tour et tu prends à revers dès que t’entends le vacarme. Assure-toi d’être là avant les coups de feu, c’est tout. »

Lance avait voulu l’utiliser dans son stratagème, mais cette femme était tellement obstinée que c’était peine perdue. Il fit le tour de la voiture et ouvrit le coffre.

« Oh, t’es moche toi. »

Il sortit le cadavre encore chaud sans trop de difficulté, témoignant de la force de ses mains. L’ancien pilote posa le corps sur le sol et le retourna sur le ventre. Ça lui donnait un peu la nausée. Vic’ avait pas tort d’être suspicieuse, ce n’était pas tous les jours que Lance allait sur le chemin de la guerre, même s’il le connaissait bien désormais. Ce bandana… Il le mettait tellement en colère même sans être trop certain pourquoi. Ça faisait des années qu’il n’y avait jamais repensé avant de voir le tissu rougue. Il se souvenait à peine.  Lance sortit le pistolet confisqué quelques instants plutôt, et l’inséra dans le bas du dos du gars mort, dissimulé à moitié par son pantalon. Ceci fait, il le hissa sur son épaule.

« Prête pour la fête, Croft ? Tu vas être la reine du bal, pas de doute. »


I press on where others slow down...
I am with many, but I drive alone...
I am the race you cannot win
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Show me Chaos /!\   
Revenir en haut Aller en bas  
- Show me Chaos /!\ -
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Retro Taco Show.
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: