The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- So dark can be the fate -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2402
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: So dark can be the fate   Mer 14 Nov 2018 - 21:22

Davis n'eut pas à attendre longtemps jusqu'à ce que la porte d'entrée ne s'ouvre sur son amie. À sa remarque quant au fait qu'il avait de la chance d'être arrivé à l'heure, il se contenta de lui servir un sourire des plus ironiques, rétorquant tout de même un « je préfère éviter de te mettre en colère » en réponse à sa question. Il ne lui dirait pour le coup pas qu'en effet, il préférait réellement éviter qu'elle n'ait à venir chez lui pour lui taper sur les doigts, notamment parce-qu'il préférait se retrouver seul dans cette maison qu'ils avaient partagé depuis le début avec Amanda, et qu'il n'avait pas envie de prendre le risque de la Canadienne soit seule là-bas si toutefois il était resté au labo. Pas qu'il doutait d'elle ou qu'il craignait qu'elle y foute le bronx, la raison était toute autre, et il était justement le seul en possession de l'information en question. C'était très bien ainsi, lui et son deuil, lui et ce secret bien gardé qu'il ne pouvait révéler, pas même à cette amie si chère à ses yeux.

Se dirigeant dans le salon où il déposa bouteilles et boîte contenant sa beuh, il avisa une seconde les snacks déposés sur la table basse et en chipa un. Depuis combien de temps n'avait-il pas pris la peine de manger quelque chose de correct ? Qu'importait, ses joues creusées et son teint blafard témoignaient bien que maintenant que la jumelle Davis n'était plus là pour lui rappeler d'écouter son corps, il n'y faisait en effet plus attention. La remarque de Joann lui arracha cependant un soufflement amusé alors qu'il relevait vers elle ses prunelles claires, s'installant dans l'un des fauteuils de la pièce. « J'ai déjà hâte de te voir gérer les amourettes de ce gosse » avait-il lancé, un brin amusé, en tirant une cigarette du paquet dans sa poche. Autant commencer en douceur et ne pas attaquer de suite avec les spéciales, juste pour la forme. Buchanan en beau frère hein ? « Prépare-toi, bientôt t'auras droit à des repas de famille et tu pourras pas te défiler. » Si un petit sourire étirait le coin de ses lèvres, son regard lui n'était pas beaucoup plus vif, il avait toujours l'air un peu ailleurs, comme si la mort d'Amanda avait réellement emporté une part de sa personne. Bien sûr, la plupart des survivants du camp ne s'en rendaient pas compte, le trouvant fidèle à lui-même : distant, indifférent, froid.

Prenant l'un des deux verres qui contenait désormais du rhum, le virologue s'enfonça un peu plus dans le fauteuil, clope fumante entre les lèvres. Il haussa les épaules à la question de l'escort, récupérant sa barrette de nicotine entre l'index et le majeur. « Ça va. Il semble borné à meubler la conversation et je crois qu'il ne se rend pas encore bien compte de ce qui l'attend » avait-il expliqué sur ce ton relativement neutre qu'il avait lorsqu'il parlait du boulot, une pointe d'intérêt ravivant discrètement la glace de ses prunelles. Levant son verre afin de faire mine de trinquer avec Cain, le quarantenaire prit une gorgée du liquide ambré avant de sourire doucement. « Pour l'instant il se prend encore pour le Messi mais j'pense qu'il se rendra vite compte que ce qui l'attend... ce sera pas une partie de plaisir. » Oh il ne se foutait pas du routier, il ne faisait qu'énoncer des vérités, du moins ce qu'il en percevait, et ce toujours sans le moindre filtre. Tirant sur sa cigarette, Davis haussa à nouveau les épaules. « Et de toute façon on le sait tous : Buchanan n'est qu'un instrument dans tout ça, le vrai Messi, c'est moi » avait-il lancé en se désignant du doigt, un sourire discret étirant ses lèvres. Bien sûr, il n'irait pas jusqu'à se prendre pour tel une fois que les avancées seraient avérées mais il ne doutait pas une seconde que si quelqu'un devait trouver de quoi parer le H1R1, ce serait lui et personne d'autre. En tous cas, ce ne serait certainement pas le routier. Lui... il avait juste eu de la chance. Et sa chance pouvait leur profiter à tous.

Au fond, Davis faisait clairement un effort pour se dérider un peu, pour ne pas penser constamment boulot ou, lorsqu'il n'y pensait pas, Amanda. Joann avait l'intention d'être là pour lui changer les idées, le sortir un peu de son deuil, s'il n'y mettait pas un minimum du sien autant dire que ce serait totalement inutile. Mais Lawrence n'avait pas l'air moins peiné pour autant, et ce vide en lui était bel et bien présent. Mais ça aussi, la brune saurait le comprendre, parce-qu'elle avait elle aussi perdu quelqu'un de cher quelques mois auparavant. Le virologue n'avait pas perçu à ce moment là l'ampleur de sa peine, n'ayant jamais réellement connu de perte de la sorte, il n'avait pu que la supposer, être là pour elle, mais maintenant qu'il savait... il ne pouvait l'admirer et l'estimer que d'avantage pour cette force qu'elle avait là où lui se contentait de se noyer dans le boulot pour ne pas avoir à affronter l'absence et la culpabilité.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1406
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: So dark can be the fate   Ven 16 Nov 2018 - 17:09
So dark can be the fate


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Repoussant le verre devant lui, Joann le laissa s'installer comme il lui plaisait. Le voir dans cet état lui trouait la poitrine, il vivait la même chose qu'elle. Mais si Joann avait perdu le mec qu'elle aimait, pour lequel elle avait réussi à s'ouvrir sans malgré tout pouvoir refermer la porte des sentiments suite à sa mort, laissant donc libre cours à ce panel d'émotions avec lequel elle peinait à composer sa nouvelle existence, pour Lawrence il s'agissait clairement d'une partie de lui, du même sang. La brune n'en pipa mot, s'installant face à lui sur la méridienne en l'observant agir comme bon lui semblait. Cette soirée, l'espérait-elle, lui ferait du bien à défaut de pouvoir l'apaiser totalement. Rien ne l'apaiserait, rien de ce qu'elle pourrait dire ou faire, il vivrait avec ça et devrait se rendre à l'évidence, un jour, qu'il n'avait d'autres choix que d'avancer avec cette lézarde qui, même si elle cicatrisait, ne serait jamais indolore.

A sa remarque sur Clayton, elle grimaça derrière le rebord de son verre puis l'écouta reprendre quant à la docilité de ce même sujet. Fallait que ça soit un abruti du genre qui ait le sang le plus convoité en ces temps chaotiques. Quand on disait que le karma n'était qu'une pute, vraisemblablement ça se vérifiait. Ça ne l'étonnait guère en plus que l'ex routier se prenne pour Moïse ou le Christ, cependant entendre Rence insister sur le fait que nul autre que lui n'était ce fameux sauveur la poussa au rictus. De sûr, sans les compétences de son très cher et estimé confident, le sang de ce crétin de Buchanan n'était d'aucune utilité propre. S'allumant une cigarette à son tour, la Canadienne avala une gorgée du breuvage et déposa le verre contre le bras du sofa avant de rouvrir la bouche.

- C'côté pédant, c'est pas du tout ce qui m'a plu chez toi, à dire vrai, j'pensais que t'étais rien de plus qu'un arriviste, arrogant, sûrement très snob et con sur les bords. Elle en rit avant de se pencher en avant pour agripper une chips qu'elle avala avant d'arquer un sourcil pour reprendre. Tu m'faisais peut-être penser à tous ces pleins aux as qu'je devais escorter pour m'payer une vie de rêve. Vie de rêve oui, pour ce que c'était. Son existence n'avait été qu'une illusion rythmée par diverses fuites dans le but d'échapper à celui qui, désormais et grâce à l'étudiant qui reposait au dehors, ne lui nuirait plus jamais. Mais, en creusant un peu, sous le vernis c'que j'ai vu m'a plu. Avec lui l'escort-girl était honnête, et elle savait que Davis ne lui tiendrait rigueur de rien, qu'il était suffisamment ouvert d'esprit en ce qui la concernait, pour ne pas l'accabler ou se vexer pour trois fois rien. Mais oui, s'il y a un messie dans c'camps, c'est ni June ni l'autre demeuré tout en muscles.

Si un beau jour on découvrait un vaccin, on ne pourrait remercier que l'auteur de ce dernier, pas le fournisseur et encore moins la tête pensante d'une communauté qui, sous ses airs redoutables, n'avaient rien de l'idéologie utopique que devait s'en faire June Phelbs avant de reprendre le poste de feu ce cravateux de Chambers. Joann lui offrit un sourire, se hasardant à décrire ses traits livides, creusés, pour mieux repousser une coupelle de snacks vers lui. La brune ne lui imposerait rien, jamais, néanmoins s'il voulait tenir debout, ce ne serait certainement pas en avalant rien. Après tout, elle n'était pas sans savoir qu'Amanda faisait en sorte qu'il prenne ses trois repas par jour, alors, depuis que sa sœur n'était plus, qui se chargeait du bien être du scientifique ?

- Je cuisine pas, j'essaie d'le faire, un minimum pour Tim mais … j'veux pas te voir dépérir. Une bouffée de nicotine plus tard, et Joann reprenait. On va tenir, ensemble, et je t'aiderai au mieux si tu m'fais le plaisir de filer des cours de soutien au mioche. Elle plaisantait, même sans condition elle le soutiendrait. Pour toujours et à jamais, dès l'instant qu'il ne se complaisait pas dans une déprime qui le mènerait au pire des gestes envers lui même.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2402
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: So dark can be the fate   Ven 23 Nov 2018 - 23:27

Tirant tranquillement sur sa cigarette, s'efforçant de sourire brièvement à sa propre ''blague'', du moins à ce qui semblait l'être, le quarantenaire se raccrochait tant bien que mal à cette idée d'un potentiel vaccin. Il le fallait, parce-que c'était son travail et que c'était précisément ce qui lui permettait de ne pas perdre pied. Et qu'importait s'il manquait de sommeil ou se tuait à la tâche, il irait au bout, pour Amanda, mais aussi pour celle qui lui faisait face. Tout pour lui épargner à elle aussi un tel sort. Évidemment, il ne se leurrait pas pour autant : il irait au bout également pour sa fierté propre.

Se reconcentrant sur les propos de la brune, il ne retint pas un soufflement amusé. À bien y penser, aucune des caractéristiques qu'elle avançait n'était réellement fausse. Arriviste peut-être. Arrogant ce n'était plus à prouver. Snob, à n'en pas douter. ''Con sur les bords'' ? Ça devait en effet lui arriver également mais au fond il se fichait pas mal de ce que pouvaient en dire les gens, ils ne valaient pas un quart de ce que lui valait. Pour autant, les propos de Joann ne le vexèrent pas le moins du monde, précisément parce-qu'elle était elle, son amie, la seule qui pouvait bien lui dire ce qu'elle voulait qu'il le digérerait à un moment ou à un autre. Si ç'avait été une autre personne en face de lui, sûr qu'il aurait rétorqué avec cette fameuse arrogance simplement pour remettre l'insolent à sa place. Mais ils n'en n'étaient plus à prendre des pincettes avec Cain, et ce depuis bien longtemps. Ainsi donc il lui avait fait penser à ces types pleins aux as qu'elle côtoyait avant. Rien que l'idée arracha un nouveau rire bref au virologue. Il n'avait pas eu besoin de cela dans sa vie d'avant, les sorties qu'il se payait dans des clubs plus ou moins fréquentables suffisaient à apporter leur lot d'amusement.

« Tu peux l'avouer que t'as creusé juste pour prétendre à une certaine sécurité si les choses tournaient mal » avait-il rétorqué sur un ton léger, lui témoignant par son simple regard que s'il était sérieux, il ne se vexait en rien de cet ''accord'' qu'ils avaient auparavant, ni même ne le regrettait à dire vrai, parce-que sans cela, ils n'en seraient pas là aujourd'hui. Alors oui, aussi étrange que cela puisse paraître d'un point de vue extérieur, le quarantenaire avait fini par s'attacher à elle, faisant de la femme la seule personne qui lui importait encore réellement ici, et au fond, ils n'étaient pas si différents l'un de l'autre. Sûr que si elle n'avait été qu'une idiote sans rien dans le crâne, il n'aurait pas pris la peine lui aussi de chercher ce qu'il y avait sous le vernis. « On est d'accord » avait-il finalement soufflé quant aux messies du camp. Oh bien sûr, Davis respectait Phelbs, mais ce n'était pas elle qui ferait son propre boulot ni ne pourrait en un claquement de doigts accorder aux siens une vie normale.

Répondant à son sourire, Lawrence reprit une gorgée du contenu de son verre avant de poser ses prunelles claires sur la coupelle qu'elle venait de pousser vers lui. Pour qu'elle en arrive à presque le materner de la sorte c'était qu'il devait vraiment avoir une mine horrible et que même sa barbe ne permettait plus d'atténuer les renfoncements dans ses joues. Mauvais, très mauvais. Davis n'était pas suffisamment à l'ouest pour ne pas se rendre qu'en effet, s'il ne prenait pas soin de lui un minimum, son corps lâcherait avant qu'il n'ait pu aller au bout de ses recherches. Et autant dire que cette optique était réellement inacceptable. Le suicide à petit feu ce n'était clairement pas son truc, c'était simplement qu'il ne s'en rendait pas compte. Jusqu'à ce que l'alarme ne s'active dans son crâne. Heureusement, Joann l'activait pour lui.

Il s'était alors penché pour prendre une poignée de snacks, soupirant légèrement aux propos de son amie. Oh elle ne l'agaçait pas, mais il n'était pas suffisamment à ce que l'on se soucie de lui de la sorte qu'il ne tolérait que trop mal qu'elle se donne tant de mal pour l'aider à ne pas sombrer. Cependant la réalité était là : si elle ne le faisait pas, qui s'en chargerait ? Qui lui restait-il ? Personne. « Je sais » avait-il rétorqué en terminant sa cigarette, se penchant pour l'écraser dans le cendrier avant de se réinstaller confortablement et grignoter ce qu'il avait dans sa paume. Il s'arrêta net lorsqu'il fut question de donner des cours au gamin, essayant de jauger le sérieux de sa demande. Évidemment, il se doutait bien que même sans cela, l'escort serait là pour lui, qu'elle l'aiderait au mieux, mais peut-être sa demande avait-elle un fond de sérieux ?

« C'est si compliqué que ça ce qu'ils enseignent ? » Après tout, le gosse était encore jeune, il n'avait pas besoin de connaître tout le programme jusqu'à la fac, si ? Peut-être que si, quitte à leur faire sembler le temps moins long. « Si c'est que ça je me débloque du temps, si ça peut t'arranger » avait-il ajouté sur un ton sérieux. Il n'aimait pas spécialement les gosses et n'avait aucune affection pour Tim mais si ça pouvait la soulager elle, ça lui ferait toujours une raison de penser à autre chose qu'au cadavre de sa jumelle. « Me demande pas en revanche de l'emmener au labo pour la pratique, il risquerait de ne jamais revenir. » Un petit sourire en coin alors qu'il reprenait une gorgée de rhum.

Reprenant cet air sérieux, Davis remonta son pied gauche sur son genou droit, passant sa main libre dans ses cheveux qui avaient déjà commencé à boucler légèrement au vu de leur longueur. « T'as fini par t'y attacher à ce gosse finalement, c'est bien. » Et il était sincère, aucun signe de moquerie cette fois, même s'il ne se justifiait pas plus. Après la perte de la brune, difficile à encaisser, le jeune lui permettait dans doute de ne pas totalement se fermer au monde, même si les débuts et l'acceptation avaient été compliqués.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1406
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: So dark can be the fate   Lun 26 Nov 2018 - 16:45
So dark can be the fate


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Il avait pas tort une seconde, bien entendu que leur accord lui était profitable à l'époque, si elle avait accepté les coucheries avec lui, ce n'était pas uniquement car il était bel homme, ou juste pour garder la main sur ses désirs et la mécanique bien huilée de son corps, mais parce qu'il était influant ici. Elle, Joann savait parfaitement que peu de gens la portaient en estime, généralement les femmes la détestaient à juste titre, après tout elle n'était qu'une sale garce croqueuse d'hommes, quant aux hommes, ce qu'ils aimaient ce n'était pas l'intérieur – ou si comme l'aurait supposé un certain Connard tatoué qu'elle appréciait beaucoup – mais surtout sa charpente. Avoir Davis dans sa poche, à l'époque, c'était un peu comme s'obtenir un ticket pour la navette spatiale sensée préserver l'élite, dans l'espace, si le monde venait à éclater. Ça ne s'était certes pas fait lorsque la merde avait pété, ou alors elle n'en avait pas connaissance, mais c'était exactement à ça que servait le scientifique et la jouissance qu'elle pouvait lui offrir en retour de cette fameuse « assurance ». Alors elle n'avait affiché qu'une moue pour lui répondre, avant de l'inviter à piocher dans les crackers à portée et de lui parler de Tim.

Si le gosse n'avait pas vraiment de difficultés, qu'il n'était pas le meilleur élément ni le plus mauvais, c'était elle qui avait du mal avec le fait de lui enseigner ce qui lui servirait. Elle n'avait pas poursuivie ses études, ce qu'elle pourrait lui apporter n'avait rien de scolaire. Elle saurait lui apprendre à se démerder, à être fort et fier, quant aux calculs et ce qui concernait cette matière – que devait sûrement apprécier Rence en son temps – elle serait pas foutue de l'aiguiller ne serait-ce qu'un peu. Mais là où elle avait lancé l'idée comme un cheveu sur la soupe, sans vraiment le penser, la réponse de son ami l'invita à arquer un sourcil. Il le ferait s'il fallait, pour elle ? Pour elle oui, après tout elle n'était pas non plus conne au point d'imaginer que le grand brun aux yeux clairs puisse s'attarder au sort d'un ex petit cannibale malmené par la vie.

- Si j'te connaissais pas, et si t'avais pas parlé du labo, j'aurai pu penser qu'tu devenais sentimental Rence. Il l'était pas, pas une seconde.

Il ressentait certainement quelque chose depuis le décès de sa sœur mais, ça ne sortait pas et c'était bien là le hic. Du moins, fut un temps ou Cain n'en aurait rien eu à faire, tout comme lui, parce qu'elle aussi avant Swann, avant de sentir son cœur se fendre en deux, n'avait pas la moindre idée de ce qu'était la compassion pour autrui. Elle s'aimait elle, plus que les autres, mais au delà, Lawrence avait été le premier qu'elle avait pu estimer sans mal aucun. Un signe ? Peut-être, après tout ils se ressemblaient beaucoup même si, à l'heure actuelle, elle ressentait et aurait préféré crever que d'avoir à se confronter à toutes ces choses, et que lui avait encore cette cloche de verre, qui le préservait des larmes et de la mélancolie, qui protégeait son cœur et son esprit de toutes les merdes capables de l'embrouiller.

- mais oui, si j'dois être honnête, et j'le suis entièrement avec toi, le coup de main ne serait pas d'refus. J'ai … on va dire que j'ai pas la fibre que tu peux avoir dans certains domaines, manque des chapitres à mon éducation scolaire tu le sais bien. Le verre rejoignit ses lèvres, puis ce fut le tour de la clope. La fumée glissa entre eux alors qu'il se permettait une familiarité qu'elle n'aurait pas accepté de n'importe qui. Avec un autre, elle aurait nié, mais visiblement l'attachement qu'elle avait pour ce gamin n'échappait guère aux yeux aguerris du scientifique. J'pensais que c'était juste un petit cafard, un parasite que Joy aurait dû laisser à sa place mais, il est pas si bête et il est surtout pas saoulant. Forcément, il ne lâchait aucun mot, jamais, il lui souriait parfois, du moins quand il ne s'accrochait pas à elle, la crainte dans le regard que d'imaginer à nouveau être abandonné. Ce moucheron avait de l'affection pour elle, et, bien que pudique là dessus, Joann en avait pour lui, plus qu'elle voulait bien l'admettre. Donc ouais, on va dire qu'ça m'peinerai si tu t'en servais pour tes expériences, mais tu peux utiliser la sale mioche de Buchanan, pour pas séparr la famille si jamais, par malheur et j'le souhaite pas pour ta réussite à venir, il passait l'arme à gauche à force d'se faire pomper le sang.

Elle lui sourit, les paupières plissées. Pas de filtre entre eux, n'importe qui les aurait entendu les aurait trouvé immondes, peut-être même Donovan. Peu importait, les murs n'avaient pas encore d'oreilles et, auprès de lui, Joann pouvait être entière, franche, froide et acide autant que ça lui chantait parce que Davis ne la jugeait et ne la jugerait sans doute jamais.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2402
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: So dark can be the fate   Jeu 13 Déc 2018 - 21:19

Devenir sentimental ? Il n'y avait pas de risque, surtout pas concernant un mioche. La remarque valu à la Canadienne un sourcil arqué qui lui demandait silencieusement si elle se foutait de lui tout en étant un brin amusé par la situation. Mais la vérité était toute autre : jamais Davis n'avait été foutu de développer de réels sentiments envers qui que ce soit. Il avait sa jumelle, leurs parents, mais ça s'était arrêté là. Toutes les personnes qu'il avait pu côtoyer en dehors de son cercle familial n'était rien d'autre que des connaissances, des collègues, ou des passe-temps dont il ne s'était jamais privé, mais jamais il ne s'était amouraché ni attaché à qui que ce soit. Jamais avant de venir ici, sur cette île. De sympathiser avec Mason, de se rapprocher de Joann. Le premier avait passé l'arme à gauche, Amanda n'était plus, et il n'avait désormais plus que l'escorte. S'était-il attaché ? Sans doute, si du moins il se penchait un tant soi peu sur la définition de ce mot et tout ce qu'il sous-entendait. Il s'était attaché oui, sinon il ne prendrait clairement pas la peine de discuter avec elle de la sorte et d'entretenir une telle relation, mais elle serait la seule. Parce-que perdre Amanda était déjà suffisamment lourd à porter pour qu'il ne prenne pas le risque de s'attacher encore à une tierce personne hormis celle qui lui faisait face ; quoi qu'il en soit, pour rendre cela possible, faudrait-il déjà qu'il en soit capable mais son nombrilisme habituel rendait cette possibilité bien compromise. Tant mieux. Une seule personne pour qui s'inquiéter encore était amplement suffisant.

« Aucun souci, même si je garanti pas d'être parfaitement pédagogue » avait-il rétorqué aux mots de son amie, un petit sourire au coin des lèvres. Au fond il craignait surtout que le jeune ne comprenne pas grand chose à ce qu'il lui racontait, ou que sa patience soit mise à rude épreuve, mais il fera l'effort de, pour qu'elle n'ait pas à s'encombrer de cela. Peut-être avait-il la fibre scientifique, assurément même, mais pour ce qui était de la fibre ''sociale'', il faudrait clairement repasser. Reprenant un peu à manger puis une gorgée de sa boisson, Davis s'attendait évidemment que la brune réponde à son affirmation pourtant dénuée de tout jugement.

Lorsqu'elle répondit, un bref sourire étira ses lèvres alors qu'il soufflait un « je vois » compréhensif. Il était clair que, dès le départ, rien n'avait destiné ce gosse à être élevé par l'escort. Rien ne l'avait destiné à survivre tout simplement. Et pourtant la sœur Blackmore l'avait sauvé de son triste sort, et Cain avait pris le relai de son éducation. Un peu à contre coeur au départ, sans doute, mais le quarantenaire avait l'impression qu'au final, cette cohabitation était toute aussi enrichissante pour le gamin que pour elle. Parce-qu'elle n'était pas seule dans cette grande maison, seule avec le fantôme de celui qu'elle aimait. Il ne pouvait que comprendre ce qu'elle devait ressentir, même s'il était au contraire du genre à plutôt s'isoler ou simplement faire taire ses pensées qu'à s'y attarder trop. Mais viendrait sans doute un jour où il se prendrait en pleine figure le revers de la médaille et où le terme même de deuil prendrait tout son sens, il le savait. Ce n'était pas pour autant qu'il s'y savait préparer. Comment pouvait-il seulement se préparer à quelque chose qu'il ne connaissait pas ? La perdre était déjà trop lourd à porter. Affronter cette perte pour de bon serait pire que tout.

« Je n'en ferai pas un sujet d'étude c'est promis » lança-t-il en souriant doucement avant de reprendre son sérieux, comme s'il réfléchissait réellement à ce qu'avançait sa cadette. Lawrence hocha finalement la tête, reprenant de quoi grignoter. « Mieux vaut éviter quand même qu'elle clamse avant lui, ce serait dommage d'avoir à le tuer s'il pète un plomb. » Parce-que c'était bien là le seul souci. Perdre ce sujet avant d'avoir pu en tirer tout ce dont ils avaient besoin n'était clairement pas envisageable. La vie de Buchanan ou de la gamine à proprement parler n'était qu'un détail, comme toute autre vie humaine. Ce qui comptait étaient ses avancées, sa petite satisfaction personnelle de trouver de quoi enrayer ce virus. Rien de plus rien de moins.

Terminant son verre, le virologue s'en resservit un, versant une rasade supplémentaire dans le verre de sa vis-à-vis avant de soupirer. « Je vais peut-être rester cette nuit, si ça te pose pas de souci. » Bien sûr que ça ne dérangerait pas Joann, mais le brun préférait demander tout de même, ne serait-ce que pour être certain de ne pas se défiler et rentrer chez lui avant le lendemain. S'éloigner un peu d'elle, de son fantôme, et de tout ce qu'il s'infligeait lorsqu'il était dans cette maison qui était auparavant la leur.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1406
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: So dark can be the fate   Mar 18 Déc 2018 - 13:12
So dark can be the fate


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Au moins, et d'après la promesse qu'il lui faisait là, Tim ne serait pas au menu des quelques expériences qu'il devait mener sur elle ne savait trop quoi. Rôdeurs et animaux sans nul doute, après tout le côté cobaye humain, au sujet duquel elle plaisantait souvent avec lui, ne lui effleurait pas l'esprit, même si Davis en aurait été capable. Quand à la petite peste protégée par le routier, et à ce que supposait son interlocuteur, Joann en émit un rictus. Un véritable « drame » familial, et évidemment que si on réfléchissait suffisamment, cette sale gosse ne ferait pas long feu contrairement à son père. Ce n'était qu'un nabot, sot et hargneux, mais elle n'avait pas plus de force qu'un moustique, n'importe qui ou quoi aurait tôt fait de l'écraser en plein vol alors que son paternel lui, même s'il était visiblement douillé et peut-être chiffe-molle, avait de quoi voir venir lentement la faucheuse.

Et oui, bien qu'elle ne le portait pas en estime, qu'il avait perdu du galon dans son petit carnet de relations, Joann ne pouvait que donner raison au scientifique devant elle. Hors de question de perdre ce type, ou de l'achever, bien qu'elle aurait apprécié qu'un autre soit doté du sang précieux qui coulait dans ses veines, leur groupe ne pouvait pas se passer d'une telle « opportunité ».

La Canadienne fit tourner le liquide dans son verre et le ramena à ses lèvres tandis que le virologue s'en servait un autre après avoir avalé une deuxième poignée de biscuits salés. Elle suivait ses gestes, ses regards, s'attardait même aux cernes qui marbraient le dessous de son regard clair. Davis n'était pas du genre à se laisser sombrer, elle en avait conscience mais il l'inquiétait suffisamment pour qu'elle ait suggéré une telle soirée. Peu de gens avait son estime, et le seul qui méritait toute sa considération, entière et sans faille, se trouvait devant elle et assez morne pour qu'elle se penche sur son cas. Quelque chose clochait, elle le connaissait bien, alors bien sûr le deuil de sa jumelle n'était pas étranger à son comportement, au fait qu'il lui manque certainement des heures de sommeil au compteur, mais autre chose la faisait tiquer sans savoir quoi. Prête à l'interroger, après tout il était loin le temps ou ils prenaient des pincettes l'un envers l'autre – s'ils l'avaient fait un jour d'ailleurs –, elle fut surprise par sa question. Silencieuse sur le vif, la brune reposa le récipient de verre sur le bras du sofa et esquissa un sourire.

- Uhm, je pensais pas qu'tu reviendrais sur cette proposition. Oh il voyait parfaitement le sous entendu, même s'il n'y en avait aucun. Après tout c'était d'un commun accord qu'ils avaient cessé de s'adonner aux quelques petites sauteries dont ils étaient coutumiers à l'époque, cependant rien n'empêchait de le dérider un peu. T'as juste oublié d'apporter ta sublime tenue de combat, je suis supposée penser qu'tu vas dormir à poils ? Joann décroisa les jambes et se redressa pour agripper deux trois tuiles salées. Si c'est bien pioncer que tu veux Rence, j'suis pas difficile tu sais. Elle lui sourit encore, arquant un sourcil avant de finalement reprendre de sérieux. Et si ça invitait quelques petites choses à éclore dans le crâne de son interlocuteur, elle s'en fichait, il la connaissait, savait de quel bois elle était faite, à quoi s'en tenir. Mais oui, tu fais comme chez toi, y a trois autres chambres libres, sauf si t'as besoin de chaleur humaine pour fermer l’œil.

Il était ici comme chez lui, même s'il désirait camper un temps avec elle, alors Joann n'y voyait aucun inconvénient, bien au contraire, le savoir ici et non rongé parce qu'elle ignorait, et qu'elle escomptait bien découvrir un jour, la rassurerait peut-être aussi finalement.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: So dark can be the fate   
Revenir en haut Aller en bas  
- So dark can be the fate -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: