The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Every parasite needs a host -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5942
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Every parasite needs a host   Mar 18 Sep 2018 - 7:44
Pendant que Simon enchainait les essais, elle veillait qu’aucun visiteur malvenu ne s’approche. Ça allait forcément finir par arriver, les morts n’étaient jamais loin, mais pour l’instant, ils étaient tranquilles. Lorsque toutes les douilles eurent été éjectées du glock qu’utilisait le trentenaire, il avait pu aligner quelques succès. Ce n’était vraiment pas mal ! L’exercice était plus compliqué qu’on ne le pensait et mine de rien, les cibles étaient petites. Les Hommes et les rôdeurs étaient plus gros – le problème, c’était qu’ils bougeaient. Selene ramassa un autre chargeur dans le sac, pendant que son aîné lui posait une question.

- Bien sûr qu’on va les aider, elle n’avait pas dit « vous », comme si elle considérait que son complice faisait plutôt partie de son groupe, pour Ashley déjà. Je te l’ai dit… elle et moi, ça remonte à longtemps. Je la laisserai pas dans cette situation, tout en parlant, elle montrait à Simon comment recharger son arme, et puis… ce sont des gens avec lesquels ont a aussi des comptes à régler. Ils ont assassiné la grand-mère d’Elizabeth, ils ont détruit l’ancien camp d’Eli et Lisandro, et ils m’ont…

Elle suspendit ces paroles à ce moment. Chaque fois que ses pensées s’approchaient de ce sale souvenir, elle revoyait le visage de Jonah, elle entendait le son de sa voix, elle sentait une douleur fantôme lui déchirer la peau. Partout à la fois. Chaque qu’elle pensait s’être tirée des griffes de ce traumatismes, la musicienne se rendait compte que c’était toujours là. Du coup, elle haussa les épaules en secouant négativement la tête, réprimant un frisson.

- Je ne veux pas que ma fille grandisse avec la menace que des gens comme ça puissent débarquer du jour au lendemain, reprit-elle en espérant que Simon n’ait pas vu son trouble passager, je m’attaque au problème tant qu’on peut.

Tant qu’ils n’étaient pas pieds et poings liés, à l’image du ranch, car sinon… ils seraient perdus. Une boule s’était formée au creux de l’estomac de la pianiste. La fatalité de ce moment, de ce conflit qui allait inexorablement arriver. Ils étaient tellement sûrs d’avoir leurs chances, mais si ce n’était pas le cas ? Et si au bout de ce chemin, ils mourraient tous ? Ou s’ils l’emportaient au prix de dizaine de leurs amis ? Il y aurait un tribu à tout ça, même s’ils préféraient ne pas y penser. C’était réel.

- Pourquoi toi tu fais ça ? Demanda-t-elle en lui tendant arme et chargeur pour qu’il mette en application ce qu’elle lui avait montré, tu apprends à tirer, tu te prépares pour risquer ta vie… c’est un changement radical pour quelqu’un qui me disait il y a quelques mois que tout ce qu’on faisait ne servait à rien, sa voix n’avait rien de méchant, ce n’était pas le but, et ses yeux le détaillaient intensément, qu’est-ce qui a changé ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/11/2017
Messages : 166
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Every parasite needs a host   Mar 18 Sep 2018 - 23:11
Il fut assez soulagé quand elle lui confirma qu'elle et le reste du groupe allaient aider ceux du ranch. Il en doutait pas vraiment à la base, parce qu'il se souvenait bien qu'elle avait une amie là-bas, mais il savait aussi qu'elle n'était sans doute pas toute seule à décider après tout. Et tant mieux, parce que les groupes où il n'y avait qu'un seul chef, il avait déjà eu l'occasion de se rendre compte que ça finissait rarement très bien. Quand elle en arriva à lister les raisons de cet engagement et qu'elle s'arrêta brusquement, Simon haussa un sourcil interrogateur. Ils m'ont ? Ils l'ont quoi ? Il allait sans doute poser la question, mais elle se remis à parler pour passer à autre chose et il n'était pas assez stupide pour ne pas se rendre compte que le souvenir en question devait être assez désagréable. Et quand on y pensait, vu le peu qu'il connaissait de ces mecs, et bien... Ca n'avait rien de si étonnant. Ils avaient du lui faire du mal d'une façon ou d'une autre, et s'il les détestait déjà, ça ne fit que le conforter là-dedans. Pour qui ils se prenaient, ces connards ? Elle était sympa, elle l'avait aidé et elle l'aidait encore, quelqu'un qui fait ça mérite pas qu'on lui fasse du mal. Alors certes ses raisonnements étaient un peu simplistes, mais Simon était très sensible à sa propre notion de l'injustice.

"Merci, en tout cas..."

Et putain, il espérait vraiment que tout se passerait bien. Et qu'ils avaient un plan. Ou qu'ils en auraient un, mais il allait falloir se grouiller maintenant. Ca aussi, il le lui aurait bien demandé, mais elle lui retourna la question en appuyant sur quelque chose de plus personnel ; il eu aussitôt l'impression d'être projeté en arrière, dans le vieux bâtiment défraîchi où ils avaient fait le ménages ensemble plusieurs semaines auparavant. Il avait eu l'impression de lui dire tellement de choses à ce moment-là, sans doute plus qu'à n'importe qui depuis une éternité.

Alors, qu'est-ce qui avait changé ? Il rougit vaguement, un peu mal à l'aise à l'idée de parler de lui, mais il ne se braqua pas pour autant. Pas avec elle.

"Ben..." Il attrapa l'arme qu'elle lui tendait et entreprit de commencer à la recharger, en profitant pour baisser les yeux vers ce qu'il faisait. "... Je suis là, maintenant. Enfin, je veux dire, avec eux. Elena voulait pas que je meurs, je sais pas vraiment pourquoi, mais en tout cas elle a réussi." Il était visiblement distrait et il galéra un peu à mettre le chargeur correctement. "Je sais pas vraiment... J'ai juste pas envie que tout ça, ça s'arrête aussi."

Il releva les yeux vers elle, incapable de formuler qu'il allait un peu mieux, au fond, et qu'elle l'avait vraiment aidé pour ça. Peut-être qu'il aurait pu y arriver, mais il vit un mort-vivant par-dessus son épaule et il écarquilla les yeux, clairement effrayé. Pourtant, celui-là, il était vraiment pas très frais comparé à d'autres ; il était à l'autre bout du terrain et il avançait vers eux, ou vers la source du bruit qu'il avait du entendre en tout cas, et le tout franchement pas très rapidement. Le genre décomposition très avancée qui boîte et qui fait des bruits répugnants.

"Derrière toi..." Simon avait finit de placer son chargeur, et il jeta un regard hésitant à Selene avant de regarder partout autour d'eux, mais apparemment, au moins pour le moment, il n'y en avait bien qu'un seul. Il pris alors une inspiration et fit quelques pas pour s'écarter d'elle avant de viser la créature, se rendant aussitôt compte que même si cette dernière n'allait pas vite, c'était quand même pas le même délire qu'avec des bouteilles vides. "Putain, arrête de bouger, connard !" marmonna-t-il en fermant un oeil avant de tirer une première fois, ratant largement sa cible. Et plus il se rapprochait, plus Simon avait l'air de se mettre à paniquer et de viser de moins en moins bien.


It's all fucked



(c) proserpina
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5942
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Every parasite needs a host   Mer 19 Sep 2018 - 11:21
Tout ça. Qu’est-ce que ça englobait ? Sa nouvelle vie ? Le ranch ? Leurs projets ? Elle ? La musicienne ne voulait présumer de rien. Il y avait cette guerre latente, sa fille, son ex avec qui elle cohabitait, ses ambitions pour l’avenir et… beaucoup trop de choses pour qu’il ne soit raisonnable que ne serait-ce d’imaginer se lier d’affection avec quelqu’un d’autre. Pourtant, elle se sentait bien avec lui. Ce n’était pas comme si elle était mal à la prison – au contraire – mais ils partageaient tous… un passif commun. Bon comme mauvais, joyeux comme déchirant. Avec Simon, c’était nouveau et pour l’instant, elle n’avait pas l’impression de toute faire de travers, ce qui était un exploit. Ou peut-être qu’elle avait été touchée par la profonde détresse de cet homme et maintenant, elle ne s’imaginait pas le laisser tomber. Hum… elle se posait sans doute trop de questions, comme d’habitude.

- Je… moi non plus je veux pas…, bafouilla-t-elle maladroitement.

Elle avait détourné ses yeux bleus, sans doute pour ne pas qu’il voit qu’elle était troublée mais du coup, elle ne se rendit pas compte du changement d’expression du trentenaire. Il fallut qu’il la prévienne pour qu’elle réalise la présence du rôdeur. Seul, visiblement, dans un état de décomposition extrême. A ce stade, il n’était même plus possible de savoir s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme. Instinctivement, la pianiste se baissa pour reprendre le revolver qu’elle avait reposé mais déjà, Simon tentait sa chance avec une cible mouvante.

Attentive, Selene attendit un, deux, trois, quatre essais. Chaque fois, les balles ne touchaient même pas le mordeur et ce dernier, incapable d’être effrayé, poursuivait sa progression. Son élève semblait perdre son sang froid au fur et à mesure que le cadavre approchait alors plutôt que de prendre le moindre risque, elle se mit en position à son tour pour décocher un coup qui transperça la boîte crânienne ramollie comme du beurre. Le calme revenu, la jeune femme rejoignit son complice, non sans un air légèrement gêné – gêné de s’être interposée.

- Désolée, je voulais pas que… que tu sois blessé, expliqua-t-elle à mi-voix avant de s’éclaircir la gorge, tu as vu : l’adrénaline, c’est pas comme dans les films. Ça te rend pas meilleur, ça te paralyse ou ça te fait perdre tes moyens, elle n’allait pas enfoncer le clou sur le fait qu’il n’y avait qu’un mordeur et que face à plusieurs, ça serait pire, c’est pas facile de… se mettre en mode « automatique » en quelque sorte. D’être dans l’urgence et en même temps, de devoir respirer, se concentrer, viser…, la musicienne se gratta l’arrière de la tête, toujours incertaine de comment il prendrait le fait qu’elle ne l’ait pas laissé faire, c’est… c’est déjà bien, tu sais ? Vraiment. Tu peux demander à Duncan : il m’a vu à l’œuvre mes premiers mois avec un flingue… c’était pas glorieux, un vague sourire passa sur son visage ivoirin, on réessaie sur les bouteilles ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/11/2017
Messages : 166
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Every parasite needs a host   Jeu 20 Sep 2018 - 15:27
Il se sentit excessivement frustré de ne pas réussir à atteindre le mordeur, mais paradoxalement il ne lui en voulu vraiment pas de le faire à sa place. Ça le soulagea même pas mal parce qu'il commençait à le trouver beaucoup trop proche, et quand il s'effondra par terre sous l'unique balle que lui envoya Selene, Simon ne put retenir un soupir de délivrance.

"Merci" répéta-t-il une nouvelle fois, comme si elle avait fait ça uniquement pour lui – ce qui était stupide en fait, et il secoua légèrement la tête. Mais c'est elle qui s'excusa, et il mis quelques secondes à comprendre pourquoi ; on pouvait pas dire que c'était la fierté qui l'étouffait, loin de là. "Oh non, t'as bien fait" répliqua-t-il alors avec un demi-sourire, absolument pas vexé. "Si t'avais pas été là je me serais juste barré, alors..."

Quant à ses explications sur l'adrénaline, il en était déjà conscient et c'était pas vraiment quelque chose de rassurant. Heureusement pour lui, il avait toujours plutôt eu le réflexe de s'enfuir purement et simplement plutôt que de rester figé sur place face à ces créatures ; sans ça, il serait sans doute mort depuis longtemps maintenant.

Il s'attendait un peu légitimement à ce qu'elle se foute de sa gueule – pas spécialement parce que c'était elle, mais parce que ça lui arrivait quand même souvent qu'on se foute de lui et de son manque de courage. Pour sa part il considérait que le courage c'était quand même souvent une grosse connerie et qu'au lieu de ça il avait plutôt un instinct de conservation assez profond, qui avait certes pas mal disparu ces derniers mois mais qui était doucement en train de revenir, la preuve avec ce qui venait de se passer. Il ne s'en rendait pas vraiment compte, mais quelques semaines plus tôt il aurait sans doute juste attendu que le mort-vivant vienne le bouffer sans chercher à se barrer. Ou alors il aurait profité du fait qu'on lui mette un flingue dans les mains pour mettre fin à ses propres souffrances tout seul, et Elena avait sans doute fait preuve d'une certaine lucidité en refusant jusqu'à maintenant qu'il manipule des armes à feu.

Dans tous les cas, il était bien content que Selene soit là et se soit occupée du mordeur, et son sourire s'agrandit pour devenir un peu plus chaleureux quand elle lui dit qu'il ne se débrouillait pas si mal, pour une première fois. Elle aurait pu lui mentir et il ne s'en serait même pas rendu compte, parce qu'il s'accrochait littéralement à tout ce qu'elle pouvait lui dire, mais ça lui faisait quand même carrément plaisir. Il se sentait moins seul avec elle, et il avait l'impression d'exister, tout simplement. Pour une fois on ne le considérait pas avec condescendance ou paternalisme et il lui en était reconnaissant.

Il hocha la tête quand elle lui proposa de continuer à exploser des bouteilles, et c'est ce qu'il entreprit de faire pendant encore une bonne heure, ratant largement plus de fois les cibles qu'il ne parvenait à les toucher certes, mais au moins il s'appliquait et essayait visiblement de faire de son mieux. Jusqu'à ce qu'il se lasse, comme un gamin dont l'attention déclinerait au fil du temps, et qu'il ne réussisse plus à rien toucher du tout et à s'énerver tout seul à cause de ça.

"C'est de la merde ces flingues, pourquoi je peux pas avoir un fusil ? Je suis sûr que ça serait plus facile avec un fusil, ou un truc automatique qui tire des rafales !"

Il grogna et laissa tomber pour s'asseoir par terre, les muscles un peu douloureux à force d'être tendus dans la même position. Là, il fixa un moment son arme avec amertume avant de relever les yeux vers elle.

"Comment on va faire ?... Attendre qu'ils trouvent la prison et les attaquer d'ici, ou aller jusqu'au ranch pour les surprendre ? Tu sais, à mon avis c'est qu'une question de temps avant que quelqu'un du ranch ne balance où vous êtes."


It's all fucked



(c) proserpina
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5942
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Every parasite needs a host   Jeu 20 Sep 2018 - 20:27
Rassurée que le trentenaire n’ait pas été vexé par son intervention, ils purent reprendre les exercices. Il eut quelques réussites, beaucoup d’échecs, mais l’important était pour l’instant la pratique. Peaufiner sa position, s’habituer au recul, lutter contre la frustration et l’impatience – qui semblaient d’ailleurs être les pires ennemis de Simon. De son côté, la musicienne lui prodiguait de temps à autre quelques conseils et neutralisait les curieux attirés par les détonations. A peine une poignée, heureusement.

- Oh détrompe-toi, rétorqua Selene alors que son élève laissait libre court à sa contrariété, c’est plus lourd, plus difficile à manier et le recul est une vraie plaie. On vise encore moins bien les premières fois.

Elle souriait malgré tout, amusée et compréhensive. Depuis le temps, elle s’était familiarisée aux humeurs de son aîné et savait qu’elles émanaient beaucoup d’un reste d’instinct un peu puéril. L’envie de la facilité plutôt que de l’effort, mais elle ne le condamnerait pas. Il avait déjà prouvé sa motivation pendant une bonne heure, c’était suffisant pour voir à travers les apparences. D’ailleurs, sa question d’une lucidité effrayante en disait long sur son implication : il se sentait concerné par tout ça.

- Je sais…, soupira la pianiste en s’asseyant à ses côtés, enfin… j’ai pris en compte cette éventualité, toujours envisager le pire, ça l’avait sauvé jusque-là, j’ai…, elle parut hésiter, posa brièvement ses yeux glacier sur Simon pour s’intéresser à son arme dont elle remettait la sécurité, j’ai pris des dispositions pour ce cas de figure.

Ou en tout cas, elle savait où se rendre si la prison était compromise. Ça lui coûtait de ne pas en parler plus explicitement mais tant que le trentenaire n’était pas officiellement un membre de son groupe… elle devait faire taire l’émotionnel et éviter les fuites. Même Ashley n’était pas au courant pour le fort de Nisqually, parce que si jamais leur refuge venait à tomber, il était primordial qu’aucune personne susceptible de vendre la mèche n’en ait connaissance. C’était leur issue de secours et quelque part, celle des membres d’Issaquah également.

- Le mieux serait qu’on les attaque : ils ne s’y attendraient pas, ni à les voir, ni à la puissance de feu dont ils disposaient, mais… pour ça il faut savoir où ils sont. Roza pense pouvoir avoir des informations, confia-t-elle sans chercher à le cacher, pour le reste… c’est compliqué de prévoir un plan concret si on ne sait pas où frapper.

Et ça l’emmerdait sérieusement. L’été tirait sur sa fin, l’automne sonnait le retour des pluies traditionnelles. La jeune femme voulait manœuvrer peu de temps avant la saison froide, espérant que les baisses température dissuaderaient l’ennemi de rebondir dans l’immédiat – s’ils venaient à laisser des survivants. Ce qui serait probable parce que plus elle y pensait, moins elle s’imaginait s’adonner à un génocide. Elle les estimait à une centaine de personne… toutes ne pouvaient pas mériter de mourir.

- Ça te… ça t’ait déjà arrivé de penser qu’on ait tord ? Selene avait déjà débattu sa question avec elle-même mais l’avis des autres l’intéressait toujours, ils ont tué plusieurs personnes auxquelles on tenait, mais moi aussi j’ai tué d’autres survivants… on l’a tous fait à la prison, même Ruben, même Juliet, il ne devait bien n’y avoir que Joachim de préservé hormis les bébés, qu’est-ce qui nous différencie d’eux ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/11/2017
Messages : 166
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Every parasite needs a host   Jeu 20 Sep 2018 - 23:36
Il la suivit des yeux quand elle s'approcha pour s'asseoir à côté de lui, et fronça un peu les sourcils en entendant sa réponse à sa question. Elle avait pris ses dispositions ? Ca voulait dire quoi, ça, qu'elle faisait surveiller tout le monde individuellement pour être sûre que personne allait cracher le morceau ? Ca semblait assez impossible. Alors, quoi ? Il continua à la regarder, curieux mais surtout un peu largué. Il attendit qu'elle lui explique plus clairement sans oser le lui demander directement, et il baissa les yeux vers l'arme qu'elle était en train de tripoter entre ses mains. Il ne savait pas ce qu'elle pouvait bien avoir en tête, mais il espérait sincèrement que c'était quelque chose de solide. Mieux, qu'elle allait lui exposer un truc en cinq étapes claires et définies pour leur permettre à tous de s'en sortir, tout en se débarrassant définitivement de la menace qui leur pesait dessus. C'était sans doute en attendre un peu trop, mais il n'y pouvait rien – pour lui, elle était forcément capable de ce genre de choses. Elle fédérait quand même un groupe entier, et en plus dans le lieu qui était sans doute le plus sécurité qu'il ait jamais vu. Cette fille c'était pas non plus n'importe qui, et il l'estimait indéniablement. Il savait pertinemment qu'il ne serait jamais comme elle ; capable de prendre des décisions pour le plus grand nombre, de réfléchir posément aux meilleurs éventualités, de penser à l'avenir, tous ces trucs ça le dépassait totalement. Alors ça l’impressionnait d'autant plus, et il la voyait entourée d'une espèce d'aura qu'il n'osait pas transpercer.

Il ne se rendit pas vraiment compte de ce qu'elle lui cachait et de ce qu'elle accepta de lui lâcher, mais il écouta quand même attentivement le peu qu'elle lui raconta. Ils risquaient de les attaquer en premier, donc. En un sens, il préférait ça. Ca lui foutait les boules, mais au moins, ils sauraient quand ça arriverait, ce qui était vraiment pas négligeable.

Simon hocha donc lentement la tête, l'air d'accord avec ça. "En fait faudrait qu'on trouve un moyen de communiquer... Des talkies ou n'importe quoi d'autre, si quelqu'un était au ranch et prévenait quand ils étaient là, tu vois..."

En fait il avait eu l'air de penser tout haut, et il secoua la tête presque immédiatement, se sentant stupide. Jusqu'à ce qu'elle rouvre la bouche pour lui poser une nouvelle question. Là, il releva les yeux pour lui jeter un regard assez appuyé, et qui ne se déroba pas du tout, pour une fois.

"N'importe quoi, ça a rien à voir ! Tu l'as dis, on l'a tous fait. Le truc, c'est qu'il y a des raisons différentes. Et eux... Enfin, merde, ils exploitent complètement tout un groupe de gens juste pour... C'est totalitaire, tu vois ? Je suis sûr que même eux ils ont conscience que c'est complètement pas moral leur truc. Non, nous on veut juste continuer à vivre comme avant, enfin, vous, vous voulez, moi c'est... Enfin je suis là depuis moins longtemps, ça compte pas vraiment."

Il marqua un temps et haussa vaguement les épaules en se remettant à regarder par terre. "Nous, c'est pour se défendre... Eux, non."

Il se dit qu'elle allait sans doute le trouver hyper simpliste et il rougit à nouveau légèrement. "J'ai pas tué beaucoup de monde... Et c'était presque toujours sans le vouloir quand c'est arrivé" ajouta-t-il beaucoup plus bas, comme s'il confessait quelque chose. Un aveux de faiblesse ou un truc du genre. "N'empêche que ça peut pas continuer comme ça..."


It's all fucked



(c) proserpina
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5942
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Every parasite needs a host   Ven 21 Sep 2018 - 19:02
- Oh, ils en ont un, assura Selene à propos du talkie.

Elena et Ashley se partageaient un boitier connecté avec ceux qu’ils avaient à la prison. La seule contrainte était que leurs camps respectifs étaient à des distances supérieures à la portée maximale des ondes. Ils ne pouvaient donc pas échanger en continue mais les filles avaient convenu de périodes régulières auxquelles allumer les talkies-walkies. L’idée était qu’en cas de besoin, il faudrait s’approcher suffisamment au bon moment pour se capter mutuellement. Ce n’était pas simple, mais c’était déjà mieux que rien.

- Je vois…, souffla-t-elle en écoutant Simon s’insurger sans l’ombre d’une moquerie.

Ils étaient totalitaires. Voilà un autre terme pour décrire ces ennemis, aussi juste que le « colonisateurs » de Lisandro. L’ébauche d’un sourire triste s’esquissa brièvement sur les lèvres de la musicienne. Elle aurait aimé être capable de voir les choses si simplement que son aîné. Toujours, elle avait rendu la moindre émotion, la moindre réalité, saugrenue et compliquée. Il y avait une forme de lucidité pourtant dans les faits épurés du trentenaire : ces autres réduisaient leurs semblables en esclaves. C’était impardonnable. Oui. Pourtant…

- Ce n’est pas une mauvaise chose, ses yeux d’un bleu clair vertigineux se tournèrent vers lui à la recherche des siens, que tu n’aies pas tué beaucoup de monde, elle avait l’impression qu’il s’excusait, comme s’il y avait une quelconque hiérarchie de valeur à attribuer aux meurtriers, j’ai… j’ai tué vingt-deux personnes depuis que tout ça a commencé…, ils s’étaient avoué tellement de chose que ça ne semblait pas si dur à reconnaître, c'est..., trop. Bien plus que son subconscient n'ait pu en tolérer, je ne l’ai pas toujours fait pour les bonnes raisons, précisa-t-elle pensivement, c’est un fait, je dis pas ça pour que tu me trouves des excuses.

Selene eut une petite moue. Gênée. Embarrassée. Son passé n’était pas si lisse ou bienfaisant que certaines des personnes du ranch semblaient le croire. Il y avait eu des hauts et des bas, des passages incessants de l’ombre à la lumière. Aujourd’hui, elle avait comme accepté d’être éternellement sur le pas de la porte. Une créature du clair obscure. Un œil dans le noir, un œil dans le jour. Afin de toujours savoir ce qui se passait des deux côtés du miroir…

- Peut-être que cette fois je ne fais que me défendre, mais… est-ce que je ne suis pas aussi dangereuse qu’eux ? Pas certaine que Simon voit d’où elle voulait en venir, la jeune femme ramena ses jambes en tailleurs et replaça ses cheveux derrière ses oreilles pour aborder un autre angle, avant… notre pays – et tout le monde occidental – vivait en exploitant des gens en Amérique du sud, en Asie, en Afrique… et ça ne nous dérangeait pas. On laissait faire, parce que notre mode de vie était plus important que le leur. Tu vois ? On était exactement ce que ces gens sont aujourd’hui… et attention : je ne suis pas en train de les dédouaner et je reste… à 200% convaincue par le bien fondé de ce qu’on fait, elle appuya ses propos d’un hochement de tête, mais… en fin de compte, on proteste surtout parce qu’on est pas habitués à être de ce côté de l’équation. C’est nécessaire, mais on a pas tellement plus de légitimité à les tuer.

Ce qu’elle essayait de dire, c’était qu’il ne fallait pas perdre de vue que prendre une vie n’avait rien d’anodin. Que la vengeance ne devait pas prendre le pas sur la justice. Il lui avait fallu plus de deux ans de survie pour le comprendre. C’était certainement une réflexion à la portée de Simon, parce que lui-même reconnaissait que sans doute une partie de leurs oppresseurs étaient conscients qu’ils faisaient du mal. Ils étaient humains avant d’être des monstres – normalement.

- Désolé, je réfléchis trop, enchaîna-t-elle immédiatement avec un petit rire qui se moquait d’elle-même, et contrairement à ce que tu crois : ton avis compte, comme tout le monde.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Every parasite needs a host   
Revenir en haut Aller en bas  
- Every parasite needs a host -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Host papa
» Parasite Social & Cie
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library
» Mission Trip
» Nexus 4 dispo sur le play store

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: