The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez
- Jour de colonisateurs -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cristina D. Diaz
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Beretta 92F - Dague de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1588
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Jour de colonisateurs   Jour de colonisateurs - Page 5 EmptyMer 28 Nov 2018 - 19:24
Jour de Colonisateurs


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Juste un enchevêtrement de bruits de fond, sourds, aussi pesants que semblait peser sa propre tête. Ça passait, doucement, néanmoins le liquide chaud qui s'écoulait de sa tempe n'était pas pour arranger les choses. Doucement, encore groggy et dans un coton invisible qui l'empêchait de réagir normalement ou de capturer les sons, voix et autres interférences autour d'elle, Cain redressa deux doigts à cette entaille. Profonde, du moins ce n'était pas une petite griffure, sans doute que le coin de ce foutu meuble s'était imprimé dans l'épiderme et la chair mais …. Mais elle pouvait pas rester là. C'était pas sa conscience là, juste la Française qui s'approchait d'elle et tentait de faire un rapide constat de son état. Journée de merde, clairement, foutue équipe et ….. Tu vas m'le payer Floyd. Jura-t-elle mentalement avant d'esquisser un piètre sourire à la benjamine du groupe. Elle était pas si stupide cette gamine, pas non plus aussi froide que le laissaient paraître ses traits lisses, neutres de toutes rides ou autres expressions de la vie.

La pression contre la plaie lui arracha pourtant un juron. Habituel chez elle, jurer, pester quand elle souffrait, c'était presque une marque de fabrique, ce qui la différenciait des geignards du camp. Ouais, la brunette n'était pas si insignifiante, puis elle avait au moins le mérite de s'être bougée jusqu'ici, à l'extérieur, contrairement à d'autres qui vivaient comme si rien n'avait changé, comme si d'autres qu'eux se feraient chier à leur foutre de quoi se nourrir, dans leurs assiettes, un jour de plus. Puis, malgré la situation, elle se permit même de faire de l'humour. La pointe de sarcasme ne lui échappa guère mais, au moins, Valentine dédramatisait. La Canadienne émit un rictus et s'appuya doucement sur elle pour se remettre sur ses jambes.

- T'embêtes pas, ça va l'faire. Elle glissa les doigts pour garder le linge pressé, qui rapidement se gorgeait de sang, sur sa tempe mais fronça les sourcils en capturant un coup de feu. Un corps s'effondra dans la pénombre, puis les traits rigides de la reine rouge lui apparurent. Fallait simplement suivre le mouvement. Merci, mais avances, j'vais m'servir de l'autre crétin comme canne. Spencer, petite vanne gratuite pour le rouquin, puis il allait certainement pas lui sortir qu'il avait pas envie de la soutenir. Ce type n'était rien qu'un substitut de Donnie, un mini lui sans grande expérience et sans doute mille fois plus lourd que l'était le tatoué. Volontaire, doué, ça on ne pouvait pas lui retirer, mais vraiment lourdingue. Arrivée dans le hall, ou Glastone prenait des nouvelles, l’horticultrice prêcha pour sa paroisse à l'en faire sourire de coin. Ça va, on peut pas s'permettre un aller retour pour m'ramener et m'pieuter. Au pire des cas j'ferai le pied de grue devant les baraques ou bâtiments que vous désirez investir.

Quoi d'autre sinon ? Rentrer, gâcher du carburant pour revenir les mains vides ? Puis, en un sens, y aurait peut-être de quoi panser sa plaie dans le centre ville, elle se ferait recoudre une fois de retour au camp. Le seul hic, c'était la présence de cinglés ici, fallait juste espérer qu'ils n'y en ait que dans l’hôtel et pas un peu partout en ville.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Do you understand me now ? Sometimes I feel a little mad, well don't you know that no-one alive, can always be an angel. When things go wrong I seem to be bad... I'm just a soul who's intentions are good.
When things go wrong
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 1014
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Jour de colonisateurs   Jour de colonisateurs - Page 5 EmptyVen 30 Nov 2018 - 21:41
- Valentine a raison, approuva l’avocate, on retourne au bord du Pudget sound pour avoir une zone dégagée, on prend quelques minutes et on repartira vers le centre-ville comme prévu.

Ils n’avaient de toute façon pas l’utilité de s’attarder ici et encore moins dans une zone où les infectés du coin allaient bientôt converger. Pendant toute la courte marche qui les ramena au point de départ, là où ils avaient accosté le zodiac, la rouquine était pensive. Ces cadavres mutilés, cette pancarte, ça lui disait quelque, mais quoi… elle avait l’impression de toucher la bonne réponse du bout des doigts. La sensation d’être épiée ne l’avait pas quittée non plus ; elle regarda de nombreuses fois dans son dos, fermant la marche avec Hoven tandis que Gladstone devait l’ouvrir. Ils ne rencontrèrent que deux charognes avant d’arriver à leur check point. Une ou deux minutes passèrent encore avant qu’elle ne se souvienne, enfin.

- Ce n’est pas la première fois qu’on rencontre ça… « Are you afraid », entama-t-elle à haute voix, il y a quelques mois de ça, une petite expédition de chez nous a vu quelque chose du même genre dans une université de Seattle, si elle se basait sur les rapports d’Evelyn et Donovan en tout cas, là-bas, une fille avait été mise en scène sur une croix et elle avait le même genre de pancarte autour du cou.

« Avez-vous peur ? ». A qui s’adressait la question ? Et pourquoi ? Ce fout qui baragouinait des paroles inintelligibles avant qu’elle ne l’exécute, que voulait-il dire ? Ils n’ont pas de visage. Les victimes ou leur bourreau ? Ce n’était pas tant le frisson de l’enquête qui l’intéressait, bien qu’il lui rappelât une facette de son ancien travail, mais si ces deux événements avaient bien été commis par le même groupe… cela impliquait la présence d’une communauté très étendue ou très mobile. Deux descriptions qui correspondaient au camp de Fort Ward.

- Aucun de vous n’a rencontré autre chose de similaire ?

Elle s’adressait notamment aux habitués des expéditions extérieures. Joann et les deux militaires. June avait déjà en mémoire les psychotiques débusqués dans un hôpital il y a presque un an. Le mode opératoire était différent mais le degré de dégénérescence était tristement similaire.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Valentine V. James
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 207
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Jour de colonisateurs   Jour de colonisateurs - Page 5 EmptyMer 12 Déc 2018 - 21:32
Joann, on pouvait le dire était la définition même d’une battante. Valentine ne se fit pas prier deux fois avant de laisser le rôle de la béquille à celui que Joann venait de designer. Et en parlant de définition, cet endroit était la quintessence même du lieu qu’on se « sent pas ». Valentine pouvait tout accepter, mais entre le comité d’accueil et ces individus, le monde avait tourné dans le mauvais sens pendant qu’ils étaient bien tranquille sur leur île. Ce qui inquiétait le française c’était l’idée, qu’ils puissent les suivre … même si sans bateau, l’expédition pouvait devenir des plus laborieuse et des plus mortelle. Mais la folie a ce petit truc en plus qui lui permet souvent de se retrouver dans des états les plus improbable, mais il n’était plus temps à à réfléchir mais bien à sortir de cet enfer.

Elle prit une longue bouffée d’oxygène, même si parfois elle oubliait l’odeur de mort qui régnait sur le monde maintenant, l’extérieur avait tout de même l’air frais des lieux abandonnés. Valentine sorti alors de son sac une gourde d’eau avant d’en boire une gorgée, qu’elle avala à moitié de travers quand June annonça que ce n’était pas la première fois qu’ils rencontraient ce genre d’individus. Décidément, c’était vraiment les expéditions les plus marrantes dans lesquelles elle s’embarquait.. Are you afraid ? de quoi, ou de qui .. Ils n’ont pas de visages, c’était le disque rayé qui tournait en boucle dans la bouche de celui mort dans la cuisine. Valentine ne pouvait pas dire qu’elle avait rencontré quoique ce soit de semblable, non, clairement pas.

« Ils n’ont pas de visages .. » répéta t-elle en fermant son eau, qu’elle remit dans son sac. Pourquoi dire ça, exactement, c’était ce qui la dérangeait. « Je ne peux me dire experte en matière de rencontres extérieures. Mais pourquoi dire qu’ils n’ont pas visages … ça n’a pas de sens … Ceux qui ont été pendus n’ont pas de visage, ou ceux qui ont pendu n’ont pas de visage .. » elle réfléchissait plus à haute voix sur la deuxième partie de sa phrase … on ne pouvait pas dire que la réflexion était pour le moment cohérente. Mais Valentine se craque la nuque et soupire longuement.

« De toute manière si on perds notre temps à réfléchir, on restera là plus que de raisons, et personnellement je n’ai pas l’intention de rencontrer ces fameux sans visages, peu importe qui ils sont. Dès que Joann est ok, je propose qu’on réfléchisse en marchant. J'ai une mauvaise impression depuis qu'on est sorti de l'hôtel .. »

Quelque chose ne tournait pas rond par ici. Et ce quelque chose n'était clairement pas de leur côté.



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Cristina D. Diaz
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Beretta 92F - Dague de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1588
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Jour de colonisateurs   Jour de colonisateurs - Page 5 EmptyJeu 13 Déc 2018 - 8:39
Jour de Colonisateurs


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Appuyée sur Dwayne, la Canadienne suivait le mouvement en pressant le linge que Valentine lui avait légué. La fraîcheur extérieure avait au moins le mérite d'éviter au sang de fuser trop vite, pas que c'était bienvenu mais, au moins et puisque la tête saignait beaucoup, c'était ça de pris. Le groupe rebroussa chemin, deux parasites leur barrant sommairement le passage mais rapidement éliminés jusqu'à ce que le rouquin la lâche près d'un espèce de rocher, sur lequel la trentenaire s'appuya, tout en écoutant ce que la reine rouge disait. Pas la première fois effectivement, un an plus tôt en Septembre, l'escort-girl avait participé à une expédition. L'hôpital visé par Maverick n'était pas vide de vie, bondé d'illuminés du genre de ceux qui avaient mis en place la petite fresque sympathique du hall d'hôtel. Est-ce que ça avait un rapport ? Non, c'était pas le même genre même si les cinglés de la clinique appréciaient, eux aussi, la mise en scène. Et pourquoi était-elle si catégorique, justement pour ce que June répétait là.

Les pancartes estampillées « Are you afraid ? », les barges hystéro n'avaient guère affublé leur pantin décharné – celui de la chapelle où Rogers avait pété une durite – de ce genre de petit message. Quant à la faculté, l'apprendre aujourd'hui, sur le tas, la fit soupirer puis rouler des yeux tandis que Spencer, à quelques pas d'elle, fouinait son paquetage pour en ressortir une fiole, un linge propre, et quelques strips qui l'obligèrent à le dévisager froidement.

- Septembre 2017, l'hosto. Déclara-t-elle automatiquement à la rouquine. La brune grimaça en virant le linge sanglant de sa tempe, forcée de constater qu'elle serait obligée de se laisser « tripoter » par le jeunot. J'pense pas qu'ça ait d'rapport direct, pas la même signature, davantage encore que Floyd et son équipe les ont exterminé. Équipe, Swann en faisait parti de cette fameuse team. Son cœur se serra en y pensant, reléguant la douleur des fibres imbibée d'alcool, que Spencer collait sur sa plaie, au second plan. En profites pas, faut pas quinze plombes pour ça Dwayne.

Le jeune homme lâcha un rictus avant qu'elle le repousse dix secondes, histoire d'observer Valentine qui répondait. Elle avait pas tort la jeunette, ça voulait dire quoi au juste ? Les cadavres pendus n'avaient plus d'yeux mais un visage tout de même, si la brune se penchait là dessus alors la réponse était plutôt claire et peu importait qu'ils les croisent ou non en reprenant la route vers le centre ville. Ils n'étaient pas si loin de l'île, leur île, valait mieux s'assurer que des ravagés ne les suivent pas.

- J'miserai sur les auteurs qu'ont pas de visage, les pendus avaient bien un faciès, simplement plus de globes oculaires. Supposition ? Hypothèse ou véritable indice ? Peu importait, de toute évidence elle n'avait pas son mot à dire ici, comme lors de cette fameuse expédition, avec Stan, Blackmore et Roger, où elle avait eu bon répéter qu'elle imaginait bien des gars peupler les lieux, on se fichait bien de ses pressentiments qui, malgré tout, s'étaient vérifiés. Dwayne déposa alors deux stips sur sa plaie avant de remballer son bordel. J'manquerai pas d'dire à Donnie qu't'as des supers talents d'infirmière, il t'trouvera sans doute une tenue. Un petit sarcasme l'air de rien, enfin, le rouquin pouvait y déceler là une manière de le remercier. On peut y aller, et si on leur tombe d'ssus on sait c'qui nous reste à faire j'suppose ? Se redressant, la Canadienne glissa la main dans sa poche de jeans pour en extirper un truc sucré qu'elle colla dans sa bouche, mieux valait prévenir que guérir.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Do you understand me now ? Sometimes I feel a little mad, well don't you know that no-one alive, can always be an angel. When things go wrong I seem to be bad... I'm just a soul who's intentions are good.
When things go wrong
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 1014
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Jour de colonisateurs   Jour de colonisateurs - Page 5 EmptyDim 16 Déc 2018 - 18:28
- Hum…

June était pensive. Ses comparses suggéraient que les « sans visage » soient les auteurs de la barbarie dont ils avaient été témoin et elle rejoignait leurs suppositions. Malheureusement, car cela signifiait qu’il y avait potentiellement d’autres personnes dans le coin et que celles-ci étaient visiblement penchée sur la torture. La rouquine approuva l’incitation de l’horticultrice à réfléchir en avançant dès que Joann serait prête et d’ailleurs, il ne fallut pas bien longtemps avant que cette dernière signale qu’elle était disposée à repartir. Rafistolée vite et bien.

- On continue en surveillant dans toutes les directions, chapota Gladstone suite à la question de l’escort-girl, si on fait une rencontre, on met en joue mais en attend avant de tirer.

Ce n’était pas de la crainte, c’était de la précaution. S’ils entraient en territoire ennemi, ils ne savaient pas combien étaient ces hypothétiques étrangers. Abattre à vue quelqu’un d’un autre camp pourrait avoir des conséquences catastrophiques, dans l’immédiat ou sur le long terme. Ils repartirent alors pour la suite de leur périple. Peu de paroles furent échangées, parce qu’ils étaient trop concentrés, qu’ils appréhendaient ou qu’ils réfléchissaient. Seul Dwayne tentait parfois de détendre l’atmosphère en commentant une vieille affiche, la tenue d’un rôdeur ou les mines tendues de ses complices.

Après avoir rejoint le centre-ville de Clinton, non sans que la lourde sensation d’être épiée n’ait suivie l’avocate pendant les longues dizaines de minutes de marche, ils entamèrent le repérage qu’ils étaient censés faire. Outre les nombreuses habitations, il y avait notamment deux ateliers automobiles, ce qui était une excellente nouvelle compte tenu du nombre de voitures qu’ils utilisaient. La bibliothèque pourrait également avoir son intérêt pour diversifier le stock de la leur. Il ne leur fallu malheureusement pas bien longtemps pour réaliser que le Clinton Foodmart était entièrement vide, ainsi que les réserves des restaurants à proximité. Deux constats qui firent grimacer la rouquine. Impossible de dater les pillages mais c’était un indice de plus quant au fait que des survivants avaient logé ou logeaient encore dans le coin. D’ailleurs, ça faisait un moment qu’ils n’avaient pas croisé de mordeurs encore « vivants ».

Le jour déclinait déjà, ils allaient devoir prendre le chemin du retour. Avant de partir, peut-être auraient-ils plus de chance avec le petit salon de dégustation de la distillerie Cadée… ramener quelques bouteilles ferait plaisir à quelques-uns.


Spoiler:
 


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Valentine V. James
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/04/2018
Messages : 207
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Jour de colonisateurs   Jour de colonisateurs - Page 5 EmptySam 29 Déc 2018 - 22:57
Plus les minutes passent, plus Valentine se disait qu’elle était complètement hors de son champ d’expertise. Que dans un premier temps, elle n’était là que pour … aider et encore, elle imaginait plus cette expédition comme une manière pour elle de ne pas avoir à faire le tri dans ce qui était utilisable ou non pour les plantations. Elle perdait un temps fou à faire le tri de tout ce que les gens pouvaient trouver. Elle se demandait sérieusement si les gens pensaient que l’on pouvait réellement planter un bouton, ou qu’ils faisaient ça pour l’énerver. De toute manière, elle n’avait ni témoignage si analyse réelle de la situation à partager avec le reste de la compagnie. Elle n’en faisait pas une frustration, au contraire, elle se disait qu’elle appréciait encore bien plus son travail et son confort à l’intérieur des murs, une des raisons pour laquelle elle n’avait jamais été de celle qui s’était plainte ou fait preuve d’ingratitude. A voir l’état de la vie extérieure et des vestiges d’une vie dont elle avait réussi tant bien que mal à faire le deuil, on pouvait l’envier, et j’avais le contraire. Alors elle suivit le mouvement, qui passait plus rapidement dans la bibliothèque, lui laissant pourtant assez de temps pour ne pas tergiverser trop longtemps et se rendre directement dans les rayons sciences pour chercher un fameux livre sur les plantes parasites et autres menaces qui pourraient devenir un véritable problème si elles venaient à se manifester dans le futur. Elle attrapa aussi rapidement livre d’herboristerie, elle ne doutait pas qu’il manquait de médicament, mais Valentine était plutôt du genre prévoyante, préférant se retrouver prête face à toutes possibilités que cette vie leur réservait.

Elle fourra tout cela très rapidement dans son sac, avant de continuer à suivre le groupe. Valentine ne traînerait pas derrière, surtout après ce qui était arrivé dans la cuisine, elle portait encore quelques traces de sang sur son visage, mais elle avait dans son sac au moins un maigre butin qui pourrait servir. Elle regardait le soleil se baisser tranquillement mais surement à l’horizon.  Mais la dernière étape était une distillerie, elle doutait qu’il reste quoi que ce soit, mais sur un malentendu, peut être restait-il quelques bouteilles, elle n’imaginait pas trouver une bouteille de Romanée Conti, mais comme on dit, sur un malentendu.. Alors elle suit le mouvement. Et l’endroit n’a plus toute la fierté qu’il devait avoir il y a quelques années maintenant. Elle passa les bouteilles cassés qui jonchaient encore le sol. «  Si quelqu’un a oublié un rhum arrangé, c’est le moment de se manifester. » fit-elle en soulevant des bouteilles qui avait été vidées puis remise à se place. Son pieds buta dans une bouteille poussiéreuse, oubliée certainement, au sol, elle la soulève fière de sa trouvaille sans pour autant savoir ce qu’elle venait de trouver. « Scotch ?»

/Désolée, je ne fais pas trop avancer le truc .. '_' /



    l'apocalypse
    APOCALYPSE [əˈpɒkəlɪps] n.f 1. an event involving destruction or damage on a catastrophic scale. 2. the complete final destruction of the world, as described in the biblical book of Revelation.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Cristina D. Diaz
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Beretta 92F - Dague de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1588
Age IRL : 33
MessageSujet: Re: Jour de colonisateurs   Jour de colonisateurs - Page 5 EmptyJeu 3 Jan 2019 - 19:11
Jour de Colonisateurs


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Valentine n'avait pas de contes similaires à leur narrer et ça ne l'étonna pas le moins du monde, pour ainsi dire, et même si elle n'avait jamais collé le nez dans les registres que devait tenir Floyd depuis qu'il avait changé de rôle, elle n'avait pas le souvenir d'avoir vu la Française quitter le Fort pour ne serait-ce qu'aller cueillir des champignons. L'idée l'invita à sourire, pour mieux grimacer quand la douleur à sa tempe la rappela à l'ordre, juste avant que le fidèle toutou de Sherlock annonce qu'il fallait continuer et attendre avant de tirer. Mouais, attendre de se faire sauvagement refaire la gueule avant de tenter, à moitié mort ou dégommer, de rendre la monnaie de leur pièce à ces sauvages ? Peu importait, elle n'avait jamais discuté les ordres, elle suivrait donc et ce fut ce qu'elle fit avant de débarquer dans une vieille distillerie à la fin de journée.

L'odeur d'alcool frelaté embaumait les lieux, la poussière recouvrant ce qu'il y avait de machines et de mobilier, fort heureusement, les quelques tôles transparentes au dessus de leurs têtes permettaient d'y voir suffisamment clair pour ne pas simplement s'éclairer à la torche, du moins, s'ils ne campaient pas jusqu'à ce que le soleil tire sa révérence, ce qui n'allait très sûrement plus tarder. Rien à déclarer depuis qu'ils avaient quitté l'hôtel s'étant mué en vieil hosto psychiatrique pour siphonnés de l'apocalypse. Sinon des rôdeurs, le groupe n'avait rien croisé qui bougeait ou parlait, ni n'était capable de tirer à vue ou se jeter sur eux. Dans les rayonnages, Cain tira sur le goulot d'une vieille bouteille pour en observer l'étiquette. Plutôt sympa, si ces trucs se gardaient aussi bien que certains autres alcools qui se bonifiaient avec le temps. Personne n'avait dit de rien emporter, les souvenirs de voyage étaient bienvenus, non ? Évidemment que si, et quand bien même la rouquine le verrait d'un mauvais œil, après tout Dieu savait ce qui lui passait par la tête, Joann savait déjà quel usage faire de cette jolie trouvaille qui trouva refuge, avec une petite sœur, dans le fond de son sac tandis que Valentine lui arrachait un rictus.

- Ce sera pas de refus quand on sera rentrés. La réponse offerte, elle laissa son regard filer vers la reine rouge. S'il y avait des gens dans le coin soit ils savaient se planquer, soit ils avaient foutu le camp depuis un petit moment. On va éviter d'finir sans visage nous aussi, pas l'moment de se décalquer la tronche à coup de bourbon. Vague plaisanterie, de mauvais goût sans doute, mais après ce qu'elle avait subi quelques heures plus tôt, et n'avoir rien trouvé de plus que de vieux bouquins et autres flasques d'alcool peut-être mal conservé, qu'avaient-ils au juste ? Tout ce qu'elle désirait là, après des heures à crapahuter et à supporter Dwayne Spencer, c'était rentrer et sans doute passer au dispensaire pour se faire rafistoler. Une carte de fidélité au dispensaire lui serait utile, depuis quelques temps, la trentenaire était coutumière de la couture. Phelbs, votre avis, on emporte ce qui se trouve là et on retourne au zodiac ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Do you understand me now ? Sometimes I feel a little mad, well don't you know that no-one alive, can always be an angel. When things go wrong I seem to be bad... I'm just a soul who's intentions are good.
When things go wrong
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Jour de colonisateurs   Jour de colonisateurs - Page 5 Empty
Revenir en haut Aller en bas  
- Jour de colonisateurs -
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» HOROSCOPES DU JOUR
» 5 fruits par jour
» Le jour et la nuit ...
» Jour de fête et petit nicolas
» Demain sera toujours un autre jour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: