The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Facing up to the grief -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1137
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Facing up to the grief   Ven 28 Sep 2018 - 20:51
Il faudra bien qu'ils tiennent oui, c'était sans aucun doute la vérité. Cendrillon avait même eu droit à un mince sourire - une première - et à quelques informations. Elle n'était pas surprise, d'ailleurs. La blonde, comme tant d'autres, fuyait tous les jours ces enfoirés de moches qui compliquaient tellement leur vie, avant Renton. Alors qu'une horde soit à l'origine de leur déménagement forcé n'était pas surprenant, loin de là. Les paroles de Zack collaient aussi avec l'état des lieux quittés en vitesse. Le reste était plus étranglé, semblait-il, de l'aveu du décès de deux proches jusqu'à la raison qui motivait leur présence ici; leur dire au revoir. Convenablement. Si faire un deuil n'était pas évident, elle le savait particulièrement bien, au même titre que des milliers d'autres dans ce monde post épidémie, la petite ne savait pas quoi dire. Que pouvait-elle bien lui répondre, de toute façon? Rien de ce qui pourrait sortir de sa bouche n'aiderait à panser les blessures dont le chef d'American Dream souffrait, visiblement, encore.

Et le silence qui régnait était particulièrement imprégné de leurs souvenirs amers. May n'avait pas besoin de faire le moindre effort pour le ressentir dans chacun des pores de sa peau. Morgan s'effaçait un peu, on aurait dit qu'elle ne voulait pas faire de faux mouvements, comme si tout risquait de s'écrouler au moindre petit pas de travers. La demoiselle était devenue un peu plus raide quand elle avait remarqué ses yeux posés sur elle, d'ailleurs. Que devait-elle faire, maintenant? Le blond disait vouloir se rendre là-bas, tandis que l'autre professionnelle du mutisme disait avoir des choses à faire. Alors là, pour être claire, elle était encore plus nulle.

En fait, Liv avait l'impression que rien ne se déroulait comme prévu. Non pas qu'il était simple de prévoir comment les choses pouvaient se dérouler dans cette réalité, mais on aurait dit que le temps se figeait. Que leurs deuils pesaient tellement lourd sur la conscience des deux complices que ça en était presque étouffant. Ce n'était pas le plan, putain. Le plan avait été qu'une magnifique opportunité s'était présenté à elle pour sortir du district, pour se bercer de façon malsaine des souvenirs de son frère et surtout - surtout - pour oublier qu'elle avait tué deux pauvres connes, de sang froid, au ranch. Peut-être avait-elle eu besoin d'être seule, et avec ces deux là, c'était tout comme. Ironiquement, c'était entre autres pour eux, que Goldenberg avait pressé la détente. Pour le groupe. Enfin. À l'instant, elle n'en pouvait plus de supporter ses réflexions. Tout semblait tellement au ralenti. L'incroyable bordel d'émotions dans son crâne se mêlait à celui du duo, et c'était plutôt ingérable. Il fallait qu'elle bouge, et vite.

Qu'est-ce qui pouvait bien la distraire un peu, alors? En temps normal, elle aurait probablement décidé de suivre Atkins. Entre lui et l'emmerdeuse, le choix était relativement facile. La miss aurait même pu l'épauler, qui sait. Mais il avait Morgan, pour ça, non? D'ailleurs, pourquoi n'allait-elle pas avec lui? Peut-être valait-il mieux le laisser tranquille un brin, au final. Après tout, il était possiblement un peu comme elle, qu'est-ce qu'elle en savait. Un soupir s'échappa de ses lèvres, glissant ses billes bleues sur sa très chère copine qui semblait toujours aussi... étrange. Des choses à faire, hein? C'était hypothétiquement une opportunité pour se bouger les fesses. La princesse se retourna donc pour lui faire face. Elle avait fait preuve de patience - un exploit dans son cas - jusqu'ici, pour la simple et bonne raison qu'elle respectait ce qu'ils étaient venu faire en ces lieux. Mais là, elle allait exploser. L'hyperactive devait faire un truc, autant pour fuir ses démons que pour échapper à ceux de ses deux acolytes improvisés.

"Besoin d'un coup de main?" demanda-t-elle en rassemblant toutes les forces nécessaires pour mettre son orgueil de côté. Et puis, si elles devaient vivre ensemble, il faudrait bien que les deux débiles soient capable de se tolérer un minimum, non? Son ton était loin d'être agressif, mais la dureté de sa voix trahissait peut-être l'effort monumental qui était de mise pour lui adresser la parole et offrir son aide. May voulait un cessez-le-feu momentané, cette tarée pouvait-elle le comprendre? Pouvait-elle l'accepter, au moins pour celui qu'elle estimait tant? À chaque fois, en revanche, elle revoyait Morgan avec ses fléchettes, avec son couteau qui traçait délibérément une ligne sur son visage, avec le produit chimique qui lui brûlait l'épiderme déjà abîmé... Bordel, dans quelle merde impossible venait-elle de mettre les pieds?
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 4063
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Facing up to the grief   Jeu 4 Oct 2018 - 11:20





Le blond avait attendu quelques secondes une potentielle réponse de ses partenaires, et celle de la rouquine ne tarda pas à arriver. Elle resterait là, parce-qu'elle avait des choses à faire. Il s'était alors contenté de hocher une unique fois la tête, n'ajoutant rien de plus. Et il n'y avait de toute façon rien à ajouter. Il ne pouvait lui imposer de le suivre, tout comme une part de lui aspirait à se retrouver seul là-bas, seul face à ses souvenirs et ce vide en lui. Voyant que May semblait encore hésiter, l'aîné était finalement sorti de la maison, préférant ne pas réitérer sa question : elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait, il n'avait pas l'intention d'être sur son dos ni de s'amuser à la surveiller. Bien sûr, Morgan doutait encore, surtout depuis sa tentative de fuite, mais aux yeux de l'ancien homme d'affaires, la blondinette avait fait ses preuves et méritait sa place parmi eux, notamment depuis qu'elle s'était avérée particulièrement efficace lors de cette descente au ranch quelques jours auparavant.

Contournant la maison, il eu la tour radio en visio, puis le garage. Il s'arrêta net, inspirant profondément comme pour se donner du courage tout en sachant qu'il ne pourrait sans doute rien faire face à cette angoisse grandissante, celle qui lui tordait le ventre, rendait sa respiration difficile et faisait s'affaisser ses épaules, le rendant à la fois tendu et légèrement tremblant. Une nouvelle fois, il n'eut qu'une envie : prendre ses jambes à son cou, se tirer d'ici pour ne pas avoir à affronter tous les souvenirs et la culpabilité. Ce n'était pas le moment, il n'était pas prêt en réalité, mais y aurait-il seulement un bon moment ? Il devait régler cela maintenant. Notamment parce-qu'avec la nouvelle situation de son groupe, toutes ces responsabilités, il ne pouvait se permettre de porter encore les faiblesses que représentaient les souvenirs et le deuil. Il devait affronter tout cela, ses démons, ce vide, l'affronter pour faire un pas en avant.

Il se remit finalement à avancer, sentant ce poids s'alourdir de plus en plus, ayant la sale impression que sa cage thoracique étant d'avantage comprimée au fur et à mesure de son approche. Les images revenaient elles aussi. Le cri d'Ariel qui l'avait tiré de son sommeil, la panique qui s'était immiscée en chacun d'eux, les râles des putrides. Ils n'avaient manqué que quelques pas, quelques secondes pour qu'ils entrent tous dans la camionnette alors qu'Aodhan attendait déjà au volant. Une seconde. Et le cri déchirant de Stewart avait brisé tout le reste. Le temps s'était figé et, avant même que le quarantenaire ne se soit rendu compte que le sol se dérobait sous ses pieds, il avait foncé comme une furie vers son compagnon, abattant sans même réfléchir les putréfiés qui étaient accrochés à lui. Même lorsqu'il s'était penché sur lui, son sang se répandant rapidement sur ses propres mains, il s'était persuadé que le barman allait s'en sortir. Il l'avait cru jusqu'au bout ou, plutôt, n'avait pas voulu se rendre à l'évidence qu'il était trop tard. Les derniers mots de son compagnon étaient encore clairs dans son esprit.

Arrivé à l'emplacement où il s'était éteint, Zack s'était laissé tomber à genoux, ne remarquant qu'à moitié que sa vue s'était grandement altérée, rendue difficile par cette boule d'émotion dans sa gorge qui était remontée jusqu'à ses prunelles et menaçait maintenant de déverser sur ses joues des larmes bien trop douloureuses.

Il se rappelait des derniers mots de Stew oui. Tout comme il se rappelait d'avoir voulu mourir, ici, avec lui. Il n'avait pas voulu le lâcher, n'avait pu s'y résigner, même après qu'il se soit éteint. Il en avait été tout bonnement incapable et serait resté sans hésiter, sachant pertinemment que les morts n'auraient pas tardé à se charger de lui également, que même le brun aurait représenté un risque. Mais rien de tout cela n'avait plus eu d'importance à ce moment là. Tout ce qui comptait encore était qu'il venait de perdre celui qui comptait le plus, cette ancre dans la réalité. Il l'avait perdu et plus rien n'avait le moindre foutu sens. Même les cris de Morgan non loin ne lui étaient pas parvenus parce-que, déjà, il n'était plus là. Une part de lui s'était éteinte avec le plus jeune ce jour là, et c'était précisément ce vide qu'il portait toujours et qui était toujours aussi douloureux. Il se rappelait qu'il avait été tiré en arrière, séparé de force du corps sans vie de son compagnon. On lui avait empêché de mourir. Et Ansel avait empêché Stew de tourner en lui flanquant une balle dans le crâne. Le blond lui en avait voulu, longtemps, tout comme il en avait voulu à tous les siens d'avoir décidé qu'il n'avait pas le droit de mourir à son tour. Ils n'avaient pas le droit de prendre cette décision pour lui, pas le droit de le priver de lui.

Ayant porté une main tremblante à ses lèvres, l'ancien homme d'affaires était secoué de soubresauts incontrôlables. Il devait être ridicule, ainsi faible, mais ce fait était à mille lieues de son esprit pour l'instant. Les souvenirs étaient trop présents, trop étouffants. Il ne leur en voulait plus à eux maintenant, ils avaient pris la bonne décision en l'éloignant de cet endroit, de lui, mais cette culpabilité qu'il avait envers lui-même était encore bien présente. « Pardon... » avait-il murmuré, tellement bas qu'il n'était même pas certain de s'entendre lui-même. Ses joues étaient désormais sillonnées de larmes qu'il ne pouvait prendre la peine de retenir. Machinalement, il porta une main à ce collier qu'il portait toujours, serrant entre ses doigts cette bague que le barman lui avait rendue juste avant que son regard d'habitude si expressif ne se vide de toute vie. « J'aurai dû réussir, j'aurai dû te tirer de là... j'aurai dû y rester à ta place. » A nouveau, sa voix n'avait été qu'un soufflement étranglé avant qu'il ne ferme les yeux, inspirant profondément pour tenter de contrôler sa peine tout en sachant qu'il n'y parvenait que trop mal. Tout avait dérapé bien trop vite, avant même qu'ils n'aient pu le réaliser et maintenant, un an plus tard, la blessure semblait toujours aussi béante.


Hell is not what you think it is, it's cold, and dark my friend. MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8778
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Facing up to the grief   Jeu 4 Oct 2018 - 22:27
Le laisser seul était son choix, elle avait bien vu à son regard que ça ne le surprenait pas vraiment. Après tout Morgan aurait sûrement agi de la même façon. Etre seule au début puis apprécier d'être rejoint par une personne qui comptait. Mais si lui venait à vivre un fin aussi tragique, aurait-elle quelqu'un qui comptait à ses côtés ? Les chances étaient peu probables, proches du zéro même. Mais ce serait ainsi. Morgan était Morgan. Et même si l'on pouvait percevoir d'infime changement elle restait Morgan.
La voix de May la tira de ses pensées et elle glissa son regard vers la blondasse. "Besoin d'un coup de main ?" Ouais, qu'elle crève. Ou bien qu'elle dégage de là, oui ça serait un bon coup de main. Mais ça, Morgan ne le lui dirait pas, en silence la rousse avait promis de ne pas faire de vagues, alors inspira et ouvrit la porte du phare avec force pour y entrer.

"On cherche pelle et pioche. Il faut que je creuse."

C'était peut-être étrangement dit mais au moins elle l'invitait à chercher avec elle. Après tout la blonde l'avait questionné et si ça la dérangeait de chercher et bien qu'elle se tire de là.
La pièce qui servait de réserve quand il vivait là empestait la moisissure, le pourri, l'humidité. Morgan dû remonter son col de pull sur son nez et plisser les yeux tant l'odeur venait la saisir. Par chance elle avait le cœur bien accrocher, même si elle sentait son estomac se contracter. Elle ne vomirait pas grand chose de toute manière, peut-être plus de bile que d'aliments en phase de digestion. Mais elle tenait le coup, il le fallait après tout. Entrant un peu plus dans la réserve elle parvenait à distinguer les étagères grâce au peu de lumière qui passait au travers de la petite fenêtre à la vitre poussiéreuse. Il ne fallait pas être allergique à quoi que ce soit ici. Alors la rousse se mit à chercher, observant si sa "camarade" du jour suivait le mouvement. Elle ne savait combien de temps elle chercha, sûrement peu mais trouva une pioche et sortie de la salle avec pour la poser sur le mur à côté. Puis ses yeux se posèrent sur la porte fermé de l'autre salle du phare. Tout aussi petite mais avec de quoi mettre un bureau avec une chaise et un matelas une personne. Morgan se souvenait alors une fois de plus son entrée assez fracassante dans le groupe. Pourquoi avait-elle suivit Zack déjà ? Ah oui, parce qu'il ne pouvait la laisser à nouveau seule dans ce vaste monde, qu'il avait su l'amadouer et ne pas devenir chèvre quand elle avait accepté, puis douté, refusé avant d'accepter de nouveau. Et au final, elle savait que dehors elle n'avait plus rien à quoi se rattacher réellement alors autant suivre l'homme blond qu'elle avait cru mort depuis longtemps.

Un léger soupire fila d'entre ses lèvres, et le regard perdu, elle cherchait sans vraiment le faire, bien trop absorber par ses souvenirs. La vision de Stew qui arrive en la pointant de son arme, elle qui réplique car ne supportant aucune boutades ou même insulte à son égard ou à l'égard de Zack qu'elle venait de retrouver. Elle se souvenait que Stew l'avait plaqué au sol en retour et qu'il lui avait dit qu'elle n'était pas Morgan, qu'elle était morte qu'elle n'était qu'une doublure. Ces mots là l'avaient blessé plus que de raison, mais avec le temps ça c'était amélioré. Avec le temps elle devenait moins sauvage, mais pas suffisamment pour profiter pleinement de la présence de l'ancien barman. Et puis tout était arrivé si vite, trop vite. Elle n'avait eu le temps de rien, alors elle culpabilisait. Mais ça personne ne le savait pas même le grand blond. Morgan gardait ça pour elle bien enfoui au fond de son cœur avec ses émotions. Recouvrant doucement la terre ferme elle regarda May avant de ressortir pour vérifier que tout "allait bien", du moins pour tenter d’apercevoir l'aîné. La rousse était inquiète, elle espérait qu'il ne retombe pas en dépression, elle ne pourrait supporter une aussi forte dispute que celle qu'ils avaient eu peu de temps après la mort de Stew.

"May. Si tu veux savoir des choses sur ce lieux, nos vies, demande les maintenant."

Morgan était revenue dans le phare en prononçant ces quelques mots, elle lui faisait comme une invitation à parler, à questionner. Morgan tâcherait d'y répondre avant de juger que ce serait le bon moment pour rejoindre l'ancien homme d'affaires. C'était donc à la pétasse de saisir sa chance ou non.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1137
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Facing up to the grief   Ven 5 Oct 2018 - 20:12
Une pelle et une pioche? C'était quoi ce bordel, elle voulait creuser sa propre tombe? Morgan ne lui laissa pas le temps de la questionner; déjà elle partait vers le phare et la blonde n'avait pas le choix de la suivre si elle voulait obtenir réponse à ses questions. Elle soupira, la laissant prendre un peu de distance avant de commencer à marcher. May était toujours aussi agacée de son attitude, ça n'allait pas changer aujourd'hui. Mais l'odeur horrible qui régnait à l'intérieur l'invitait à se concentrer sur autre chose que la petite ingrate qui lui servait de compagne. Les lieux n'étaient pas particulièrement éclairés, mais elle parcourait tout de même l'endroit des yeux avec attention, alors que ses pupilles s'ajustaient tranquillement à la pénombre relative. Sa joyeuse copine sembla alors trouver une pioche avant de se diriger vers l'extérieur, sans un mot. Elle la suivait du regard, intriguée, tout en continuant de chercher.

Morgan semblait absente. Perturbée, même. Enfin; encore plus perturbée que l'air qu'elle affichait normalement en réponse à toute interaction humaine. Et c'était vachement étrange de la voir ainsi. De les voir ainsi. May n'avait jamais voulu s'immiscer de la sorte dans leur passé, mais voilà, elle y était, et elle ne pouvait pas revenir en arrière. Cendrillon reporta son attention sur ses recherches, un brin perdue, elle aussi, au final. Après tout, elle n'était pas sotte. Elle voyait bien que ce petit voyage était difficile pour Cole autant que pour leur chef. Elle s'empêchait seulement de craquer pour lui. Enfin, c'était l'impression de la petite. Même un imbécile pouvait comprendre que ces deux-là étaient liés comme des siamois. Ils prenaient soin l'un de l'autre, à leur façon. Exactement comme May et Jayden, jadis. Elle souffla un peu du nez en riant faiblement; la réflexion était passablement ironique, il fallait l'avouer. Les deux demoiselles se ressemblaient plus qu'elles ne voulaient le prétendre, somme toute. D'ailleurs, qu'est-ce que son frère pouvait lui manquer, même après tout ce temps. La miss se faisait violence pour ne pas céder aux larmes, l'espace d'une seconde. Elle était presque jalouse de Morgan qui, contrairement à Liv, avait encore auprès d'elle son autre moitié.

Toujours aucune trace de pelle tandis que l'asociale couvait Zack du regard, au loin, avant qu'elle ne revienne vers elle pour lui adresser la parole. Putain de merde. La rouquine utilisait son prénom, et non pas un surnom débile qu'elle affectionnait tant. Une météorite aurait pu leur tomber sur la gueule qu'elle aurait été moins surprise. Elle lui offrait l'opportunité de poser des questions sur un plateau d'argent. Certes, il y avait un espèce d'ultimatum dans ses paroles - c'était maintenant ou jamais - mais quand même. Sérieusement, Liv était carrément subjuguée. Une invitation à discuter? Qui était cette fille et qu'avait-elle fait de Morgan?! "J'me demande tout d'abord si tu fais de la fièvre." La princesse se trouvait drôle, mais ce n'était peut-être pas la meilleure entrée en la matière pour que Morgan ne regrette pas sa proposition. Quoi que, dans les faits, elle devait déjà regretter.

Plus sérieusement, cependant, bien sûr qu'elle avait des tas de questions. Comme d'habitude. "Pourquoi tu veux creuser?" demanda-t-elle simplement. Cette question là était légitime. La prochaine, en revanche... "Et puis..." Elle se racla la gorge en posant son regard bleu sur son interlocutrice. Elle affichait un air particulièrement sérieux, pour une fois. La rouquine ne pourrait pas lui reprocher qu'elle passait son temps à déconner, là. "C'est à cause de c'qui s'est passé ici que tu fais tant d'efforts pour éloigner tout le monde autour de toi, maintenant? Tu trouves pas qu'après avoir autant côtoyer la mort, tu devrais profiter des vivants?" Elle l'avait dit sans réfléchir - quelle surprise - et sans arrière-pensée même. Mais sa façon de parler sonnerait peut-être comme une attaque pour sa chère copine, elle le réalisait désormais. Oh, elle allait manger dans la gueule.

Cherchant un peu à faire diversion, la blondinette fouinait encore en déplaçant quelques babioles pour finalement trouver l'outil qu'elle cherchait. Alléluia! Elle frotta son nez qui démangeait depuis qu'elles étaient entré avant de brandir la pelle devant les yeux sombres de son aînée. Elle était toute déglinguée, cette pelle, par contre. Un plan pour se faire des échardes plein les mains. "...Ça ira?"
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8778
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Facing up to the grief   Sam 6 Oct 2018 - 0:29
Morgan restait calme, elle prenait sur elle, certes cela lui demandait beaucoup, surtout pour s'adresser à l'autre pouffe de blonde. Mais elle n'allait pas faire de grabuge, non, ce lieu était à protéger d'autres drames. Elle inspira à nouveau et patientait les questions, sachant bien qu'elle regrettait déjà de lui avoir adressé la parole. Mais bon, fallait bien qu'elle comprenne un peu ce que représentait cet endroit, en plus du lieu de la perte d'êtres chers. D'un en particulier.

Tout en dardant son regard sombre sur la blondinette elle pu y voir de la surprise, puis un léger trouble. Elle avait avalé un truc de travers !? S'était faite piquée !? Pourquoi la regardait-elle ainsi !? Certes c'était étrange qu'elle lui parle, qu'elle la nomme par son prénom mais c'était tout de même pas si surprenant !? Ah si... May parla enfin lui demandant si elle n'avait pas de fièvre et Morgan soupira d'agacement pour toute réponse, tout en revenant chercher une pelle. Du moins si elle arrivait à en trouver un dans tout ce foutoir. Puis la vraie question arriva. Pourquoi elle voulait creuser ? Bonne question qui lui paraissait évidente mais pas pour la blonde.

"Pour faire un vrai deuil."

Oui, ils n'auraient hélas pas de corps à mettre en terre, mais elle creuserait un trou suffisamment profond pour y mettre les affaires de feu le barman, comme pour faire un vrai enterrement.Quelque chose de symbolique qui pourrait aider à faire réellement un deuil. Se dire qu'en effet tout était vraiment fini, que Stew n'était vraiment plus là physiquement, que seul son souvenir allait perdurer dans leurs mémoires. Cette nuit là ils avaient due fuir, le laisser mort avec le crâne explosé. Avec la seule preuve que Stew ne pourrait pas revenir, qu'il serait en paix pour de bon. Alors peut-être que mettre dans cette tombe les effets du compagnon de Zack, allait les aider. Morgan n'en savait rien, mais elle se disait que son idée n'était pas mauvaise. Que si ç'avait été elle, elle aurait aimé faire quelque chose ça, de simple mais révélateur, salvateur même.

Tout en continuant de chercher elle se stoppa aux secondes interrogations de Barbie-cherche-une-pelle. La rousse fronça les sourcils et la fixa longuement, restant muette. Elle voulait en venir où avec ses questions !? Elles n'étaient pas anodines, Morgan le sentait. Mais May se fourvoyait carrément. Ca n'était pas à cause de cette nuit qu'elle était devenue ainsi : renfermée, agressive, violente. Ca c'était fait au fur et à mesure après la rencontre avec ce connard de mexicain. Mais ça, Morgan n'allait pas le dire à May. Prenant donc un instant, restant silencieuse et la toisant, elle la vit trouver une pelle dans un sale état. Mais ça ferait largement l'affaire.

"Ca ira, oui."

Prenant encore un peu de temps, la rouquine sortie du phare et pris la pioche avant de se tourner vers sa collègue du jour. Allé, elle allait lui répondre, elle le lui avait en quelque sorte promis des réponses à ses questions.

"Ca n'est pas à cause de ce qu'il y a eu ici. Et je profite déjà qu'il soit en vie et qu'il le reste."

Sa réponse pouvait ne pas paraître très claire, mais l'ancienne barmaid n'allait pas s'étaler sur sa vie personnelle, passée. Ni le pourquoi du comment elle était ainsi. Seule aujourd'hui une personne savait. Et elle savait qu'il en garderait le secret, qu'il ne dirait rien tant qu'elle-même n'aurait pas décider de se montrer plus sociable, plus causante avec les autres. Et puis c'était son histoire à elle, c'était Morgan qui l'avait vécu, qui avait morflé, qui avait été humiliée et brisée. Et il fallait le faire, bien avant cela elle était têtue, une forte tête mais ça n'était pas suffisant pour évoluer dans ce monde. Elle n'était plus joviale, plus aussi souriante pour ne pas dire plus du tout. Et puis c'était elle qui avait été laissé pour morte et nue en pleine rue. Alors non elle ne dirait pas tout cela.
Le phare malgré ses réticences et ses envies de fugues avait été une sorte de sanctuaire où elle avait commencé à redevenir moins instable, moins sauvage.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1137
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Facing up to the grief   Sam 6 Oct 2018 - 19:19
Bien entendu, oui, elle comprenait tout à fait que le but de cette sortie était de faire un vrai deuil. Or, la réponse de Morgan n'était que peu satisfaisante, n'expliquant pas nécessairement ce qu'elle comptait enfouir en creusant. Si elle avait figuré qu'il n'y avait pas de corps à mettre en terre, alors qu'allaient-ils diable pouvoir enterrer? Les babioles de leurs copains? Peut-être était-ce une question trop précise pour le moment. L'idée n'était pas mauvaise, en fait. Il leur fallait tourner la page, et la petite se rappelait que même avant ce merdier, des familles endeuillées faisaient la même chose pour amorcer leur cheminement. Et des cas de meurtres, elle en avait vu encore et encore, c'était rien de nouveau. Sauf qu'ici, les coupables étaient un brin plus décomposés.

Mais la rouquine continuait de chercher, ignorant d'abord sa question la plus pertinente pour confirmer que sa trouvaille ferait l'affaire. Puis, elle se faufila à l'extérieur à nouveau. La blonde l'imita quand la protégée de Zack se décida enfin à parler, mentionnant que le bordel qui avait eu lieu ici n'était pas la cause de son comportement glacial. Oh, mais alors il y avait bien une raison? Morgan n'était pas qu'une sombre conne pour le simple plaisir de l'être? Elle le serait définitivement toujours un peu pour la princesse, mais ça, c'était une autre histoire. Liv était déjà surprise simplement d'obtenir une vraie réponse, et la suite de sa phrase l'intrigua encore davantage. En lisant entre les lignes, la blonde pouvait comprendre beaucoup de choses de cette simple affirmation. Il n'y avait que lui, pour elle, au final. C'était la seule personne dont il valait la peine de profiter, à ses yeux, et elle l'avouait très clairement, sans gêne.

Décidément, cette fille n'était pas si différente des autres survivants qui peuplaient encore ce monde. Elle avait juste une sale attitude de merde, probablement en réponse à ses propres expériences, et semblait croire que le commun des mortels avait moins de crédibilité qu'elle. Et le simple fait de songer à tout ce qui pouvait l'agacer chez elle rappela aussitôt à May toutes les raisons qu'elle avait de la détester. Certes, un mauvais choix, une mauvaise rencontre, putain même le plus futile des événements pouvait changer toute une vie, mais c'était la façon d'y répondre importait le plus, non? Enfin, depuis quand philosophait-elle à ce point? C'était l'autre muette qui la mettait dans un tel état, bordel. Pourquoi se donnait-elle tant de mal, de toute façon? Parce qu'elle était sensible à leur douleur? Parce que contre toute attente, elle se voyait un peu en eux? Possiblement.

Morgan ne disait plus rien, pourtant. May devait bien lui répondre un truc, n'importe quoi, pour une fois qu'elle parlait cette peste, putain. Mais pas un mot ne semblait pouvoir quitter ses lèvres; elle n'avait qu'acquiescé silencieusement. Cendrillon souriait un brin, nerveusement, les yeux dans le vide. Tout ça parce que son quasi jumeau envahissait complètement son esprit, laissant dans ses sillons une saveur aussi aigre que douce. Il fallait qu'elle reprenne le dessus, mais ce n'était pas sa plus grande force que de se concentrer sur ce qu'il fallait dans des moments comme celui-là. Posant enfin les billes sur Morgan, elle chercha un peu Zack par le fait même, avant de prononcer quelques mots. "Je... Je peux commencer à creuser ici, si tu veux. Vas-y." dit-elle doucement en pointant la tour radio d'un signe de tête. Elle avait eu envie d'ajouter qu'elle n'allait tout de même pas essayer de fuguer mais se ravisa à la dernière seconde. Atkins avait très certainement besoin d'elle. Et puis dans tous les cas, elle ne l'aurait quand même pas laisser piocher toute seule. Quoi que... L'image de la blonde qui se prélassait en la regardant suer était alléchante et presque marrante. Not today

"À moins que de creuser là-bas vous semble plus approprié, bien sûr." reprit-elle en questionnant le bras-droit du regard. Après tout, elle n'était qu'un accessoire, ici. Ce n'était pas à elle de prendre cette décision, aussi peu importante pouvait-elle sembler à première vue. Elle avait utilisé exactement les mêmes mots que Zack quand il avait annoncé qu'il retournait sur les lieux. L'endroit où il se trouvait présentement devait donc être un minimum significatif. C'était ce qu'elle supposait, du moins.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8778
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Facing up to the grief   Dim 7 Oct 2018 - 23:31
Soupirant à nouveau elle sentait le regard de Barbie sur elle, dans un coin de sa tête Morgan s'en voulait presque d'avoir ouvert sa gueule pour lui lancer cette perche, May avait mis un moment à comprendre semble t'il, puis avait demandé et la rousse avait répondu. Avec sérieux, avec franchise. Morgan ne mentait pas, très peu, elle passait le plus clair de son temps à ne pas dire grand chose pour se protéger, mais ici, c'était comme si une partie de leur histoire était mise à nue, qu'elle était aussi dévoilée. Inspirant profondément elle se tourna vers la connasse qui semblait à nouveau surprise par sa réponse. A croire que c'était comme un électrochoc qu'elle puis parler et répondre avec sérieux et sans insulter ou se défendre de façon agressive. Ca lui arrivait oui c'était tout.

Dehors elle regardait toujours en direction de la tour radio espérant que Zack puisse se recueillir convenablement, ou presque. Sans corps sur lequel pleurer, ou sans corps à enterrer c’était toujours plus difficile. Elle était inquiète pour lui mais tentait de ne rien montrer. May était là, elle faisait parti du décor, ou bien était juste là pour tenir la chandelle ou au mieux l'aider à creuser un trou. Puis à nouveau la voix de la blondasse se fit entendre, Morgan ne savait pas trop quoi dire, quoi penser de tout cela, elle faisait des efforts pour ne pas retomber dans ses souvenirs, ne pas se laisser emporter par l'envie de tout laisser en plan et de retourner à chaque endroit qu'elle avait apprécié au final. Dans la cuisine où elle s'était prise le bec de nombreuses fois avec les autres, au niveau de l'ancien parc de Beverly qui était en ruine, puis sur le chemin qui surplombe la plage. Elle se serait assise sur les rochers et aurait pensé à Rafael, elle serait descendu dur la plage et aurait longé la mer jusqu'au petit port mais ne se serait pas approché de l'eau. Le souvenir de ce rôdeur en scaphandre la tirant vers le fond ne lui plaisait guère, mais c'était aussi là que les choses avaient changé. Qu'elle avait commencé à s'intéresser un peu plus au latino disparu. Tous ces souvenirs qui ne cessaient de revenir dans sa tête, elle aurait aimé profiter de chacun d'eux à leur juste valeur. Mais c'était trop tard.

Morgan était là, debout, toujours droite sur ses jambes avec une pioche à la main elle observait encore et encore le sommet de la tour radio. Creuser ici ou là bas. Y aller ou non. La rouquine aimerait y aller oui, mais pour y faire quoi ? Le soutenir en silence s'oublier à nouveau. Oui sûrement mais c'était la chose la plus simple à faire. Le soutenir et s'oublier. Inspirant elle dirigea son regard vers la pute de Nate.

"Là bas, ou bien face à la mer. J'peux pas décider seule."

Elle ne pouvait pas, oh que non. Stew n'avait pas été son compagnon ça n'était pas à elle de prendre la décision finale, elle proposerait à l'aîné, lui expliquerait ce qu'elle voulait faire, plus en détail que le peu de chose qu'elle avait dit à la blondasse. Puis traînant la pioche elle approcha des maisons et la posa contre le mur en bois et commença à faire le tour avant de se stopper et se tourner vers Barbie-tient-la-chandelle.

"Va te reposer, je vais le voir."

la rousse s'était retenue de lui dire : va te faire cuire un oeuf t'es pas concernée, mais non, elle avait opté pour un ton neutre et un semblant d'empathie.Hors Morgan n'en avait pas envers May, alors là oui, elle mentait, mais c'était un petit mensonge. Simplement elle ne désirait pas amener plus d'ombre au triste tableau. Contournant finalement la maison et fourrant ses mains dans les poches de sa veste elle vit le blond de dos, agenouillé. Il était mal, elle le ressentait et son coeur se serra d'autant plus que ses mains dans ses poches, mais sans un mot elle vint juste se placer à ses côtés, elle serait là.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Facing up to the grief   
Revenir en haut Aller en bas  
- Facing up to the grief -
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» ROSLINN & ETAINE ¤ Youth offers the promise of happiness, but life offers the realities of grief.
» Facing The Past [PV]
» Grief boundeth where it falls, not with the empty hollowness, but weight. • Aviva
» Grief changes shape, but it never ends.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: