The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- /!\ Once more with feeling -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 934
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Once more with feeling   Sam 15 Sep 2018 - 5:51
Once more with feeling


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il s'en doutait, c'était pas parce qu'il lui avait demandé de ne faire aucun commentaire que la chanteuse allait se priver de rire. C'était le cas là, à peine eut-il de nouveau passé le seuil, menant vers l'extérieur, qu'il l'entendait pouffer. Ouais bon, lui aussi en aurait ri s'il avait été à sa place, s'il n'avait pas cette sale aversion pour les rongeurs... Sans un mot de plus, sinon les indications concernant ce qu'il attendait d'elle, le trentenaire avait ouvert le capot pour jeter un œil aux entrailles du monstre de mécanique. Hormis un écran de fumée blanchâtre, il y voyait pas grand chose. Visiblement pas de câble sectionné, pas de merde fondue ou autre, simplement lorsqu'elle supposa qu'il devrait se méfier de la potentielle présence d'un rat, ou d'une souris, là dedans, Saddler recula les doigts d'une traite en plissant les paupières. Un rire jaune étira ses lèvres en quittant sa trachée. Pour sûr elle lui resservirait ça à la moindre occasion, enfin, peut-être pas puisqu'elle lui avouait, elle aussi, n'être que peu confiante avec des bestioles bien plus grosses qu'un vulgaire Gus-gus sans défense sinon les chicots et les bactéries.

- T'as été mordue ou attaquée par un clébard plus jeune ? Ceux qui avaient peur des canidés c'était sans doute à cause de ça, parce que les proprios du dit chien étaient pas foutus de tenir ou éduquer la bestiole.

Son regard ne croisait plus le sien, penché sur les divers morceaux du moteur, enfin ce qui constituait l'intérieur du Land, pour tenter de déceler le problème. Ça pouvait être tout ou n'importe quoi, tout ou n'importe quoi qu'il serait pas foutu de déceler ou de réparer. La mécanique c'était pas son truc. On lui aurait demandé de repeindre un pan de mur ou de décorer une salle, ça, le trentenaire savait faire mais là, devant lui, le wedding-planer avait l'impression de devoir résoudre un Rubik Cube géant. Heureusement pour lui, et pour elle tout autant, Frankie savait lire. L'huile.... Mouais, possible. La fumée blanche tout ça, c'était pas con et puisqu'elle avait vu l’icône et la couleur, qu'elle tenait le manuel entre ses doigts, il allait sûrement pas remettre sa parole en doute. Sans un mot, Saddler chercha le fameux symbole et trouva enfin l'espèce de bidon qu'il déboucha pour en extirper la tige et, effectivement, hormis une fine pellicule noirâtre sur le bas du témoin, y avait plus tant de mélasse que ça dans le réceptacle. Quant à la fuite, ça, Adrian s'en chargerait si elle existait bien. Pour l'heure, le fils se contenterait de remplir ce truc et de rebrousser chemin jusqu'au complexe. En espérant que la bagnole tienne jusque là. Cette fameuse bagnole sur laquelle la brune revenait en quelques allusions déjà balancées lors de leurs naufrage sur Vashon Island, et désormais en rapport avec sa connerie de ratophobie.... Un soupir fila ses lèvres, déjà à bricoler dans le cœur de mécanique, les doigts noircis qu'il termina par ramener contre son front pour dégager les larmes du ciel qui le faisaient chier. Temps de merde.

- Avec Flores ? Reprit-il en remplissant le contenant. Visiblement il s'agissait bien de ça et déjà ses sourcils formaient deux arcs soucieux au dessus de ses billes émeraudes. Saddler passa la langue sur sa lèvre inférieure en songeant à la merde vécue avec la mexicaine. Sur le vif il avait directement songé aux cinglés de Vashon, encore à l'instant d'ailleurs. Une merde avec un pneu. On s'est... Il se redressa après avoir revissé le bouchon. Refermant le capot, invitant quelques boucles brunes de son interlocutrice à voleter autour de ses traits fins, Ethan inspira. Elle paniquerait peut-être, pourtant c'était pas ce qu'il voulait, mais lui dissimuler pareille chose n'était peut-être pas une bonne idée puis, si elle désirait vraiment savoir, elle irait en parler avec Luisa et cette dernière serait sans doute plus bavarde. Sans l'avoir vu, son front était marqué par le cambouis, quant à ses doigts, il se contenta de les frotter sur son jeans à défaut d'avoir emporté un vieux linge. mangé un carreau d'arbalète... Enfin, Les rôdeurs étaient pas foutu de tenir droit sur leurs guibolles, elle imaginerait certainement ce qui lui était passé par la tête au moment précis. on devait aller visiter une clinique pour enfants, finalement j'ai dû changer le pneu et faire un tour dans l'quartier. Mais, ça va t'en fais pas princesse.

Ethan lui offrit un sourire rassurant. Il l'était pas lui même pourtant. Depuis l'épisode du cimetière et de la chapelle, le trentenaire avait la sale impression que les choses n'en resteraient pas là, même si,  jusqu'à lors, aucun curé débile n'avait trouvé bon de venir leur prêcher la bonne parole. Et le premier témoin de Jéhovah qui ramènerait ses miches saintes au camp se ferait recevoir à coup de pompe dans le cul, ça c'était une certitude.

- Tu veux bien remettre le contact ? L'icone devrait plus faire chier, on a c'qui faut, on rebrousse chemin et j'verrai avec papa pour l'Impala, on sait jamais si ce truc fonctionne encore, ce sera peut-être plus simple pour le complexe qu'avec une seule bagnole. On aurait pas besoin de déplacer le camping-car encore en état de rouler, et...... Il croisa son regard une minute y lisant quelques doutes ou appréhension. Prêt à loger les doigts à sa joue, il se ravisa en grimaçant quant à la merde encore présente sur ceux-ci. Tout va bien, j'suis là.... Quoi qu'il arrive je te protégerai, enfin j'vous protégerai. Elle et le petit, il leur arriverait rien et s'il devait y passer pour qu'elle vive, alors soit. Ethan ne s'en sentirait que plus en osmose avec lui même s'il parvenait à faire ce qu'il avait pas pu faire pour Alyson et Theo.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2104
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: /!\ Once more with feeling   Sam 15 Sep 2018 - 6:32
A sa question, légitime, Frankie se contenta de hausser les épaules. « J’en sais trop rien, je suppose que oui. Mes parents se sont jamais étendus là-dessus. » Cela devait remonter à lui parce que Frankie ne se rappelait pas d’une époque où elle n’avait pas peur des canidés, il n’y avait que les petits chiens du genre chihuahua qui ne lui faisaient pas peur, parce que ceux-là elle pouvait s’en débarrasser rapidement, contrairement aux monstres comme Marvin et Sunny. Mais même ces deux-là, elle apprenait à leur faire confiance, à ne plus les fuir. « Et toi ? Tu t’es fait agresser par les amis de Cendrillon quand t’étais gosse ? » Un sourire moqueur aux lèvres, Frankie continua de feuilleter le livret.

Alors qu’Ethan s’occupait de cette fuite d’huile, la brune le questionna sur ce qu’il s’était passé ce jour-là quand ils étaient sortis Luisa et lui. Un rapide coup d’œil vers le wedding-planner, et la coréenne pouffa de rire. La suit ne la fit cependant pas rire, un carreau d’arbalète ce n’était pas une attaque de rôdeurs car les morts n’avaient pas besoin d’armes pour les faire chier et qu’ils ne savaient sans doute pas s’en servir. « Je vois … » répondit-elle, songeuse. Il y avait d’autres groupes de survivants, c’était une certitude mais elle préférait imaginer qu’ils étaient loin, qu’ils ne craignaient rien. D’autant plus depuis qu’Aaron était là. L’épisode à Vashon l’avait confortée dans l’idée qu’elle était bien loin de toute civilisation et il n’y avait guère que le groupe d’Emerson qui avait su gagner sa confiance.

Remettre le contact, Frankie chassa les pensées de son esprit et reprit place côté conducteur pour rallumer le moteur. Le voyant lumineux avait disparu, bien, c’était au moins cela de fait. « On dirait que tu as réussi finalement. » La coréenne esquissa un sourire faussement impressionné, car s’il y avait un autre problème, plus grave, il faudrait compter sur Adrian et non son fils. Ce sourire servait aussi à masquer son inquiétude, inquiétude qu’Ethan parvint à lire quand même sur ses traits. Le moteur allumé, la brune s’extirpa de l’habitacle, fouillant dans la poche de son jean pour en sortir un mouchoir.

« T’as vu ta tronche ? » D’un geste doux même si elle se moquait de lui, Frankie nettoya les marques de cambouis sur son front, son regard sombre croisant un instant celui plus clair du brun. « J’en doute pas. » glissa-t-elle finalement, en réponse à sa promesse de les protéger, elle et Aaron, quoiqu’il puisse se passer. Ses doigts trainèrent un peu plus longtemps que prévu à ses traits. « On peut rentrer alors si on a tous ce qu’il faut. On verra plus tard pour l’Impala, j’veux dire c’est pas ça qui changera le fait que tu as peur des souris. » Un sourire moqueur à nouveau aux lèvres, Frankie alla s’installer sur le fauteuil passager, elle ne conduirait pas sinon il allait lui en mettre plein la tête sur sa façon de conduire.

La pluie tombait toujours, fine, rafraichissante, mais le ciel se faisait encore plus menaçant. Cela ravivait en elle les souvenirs de cette nuit sur Vashon, l’invitant à un silence pensif dans l’habitacle du Land. Ils étaient tous morts, les membres de ce groupe dont Adrian avait parlé, Ethan avait laissé le dernier survivant aux cadavres dans cette chapelle, ils ne craignaient rien. Du moins rien de leur part. « Il faudra peut-être qu’on pense à renforcer les barricades autour du complexe. » souffla-t-elle d’un air absent avant de secouer la tête. Non, tout irait bien, le Douglas Research Conservatory était un complexe solide, les clôtures qui le délimitaient étaient solides, elles avaient tenu deux années sans entretien, ils faisaient des rondes régulières. La coréenne inspira, son regard passant de la route à Ethan un instant avant qu’elle ne revienne sonder les alentours.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 934
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Once more with feeling   Sam 15 Sep 2018 - 12:24
Once more with feeling


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Les amis de Cendrillon, au moins elle lui en avait arraché un rictus, et ce bien avant que son air sérieux, perplexe, ne le renfrogne suffisamment pour le plonger dans une idée qui, même s'il pouvait pas nettement se l'enlever de l'esprit, était plutôt saugrenue. Bordel ces gars étaient morts, il avait exterminé le dernier, pas de risque qu'ils les aient suivi jusqu'ici pas vrai ? Tu les aurais vu bon sang Saddler. Il s'en convainquait autant qu'il le pouvait mais, au cul du land, ce soir là, y avait le camping-car.... Y songeant, sachant parfaitement qu'en conduisant ce genre de véhicule y avait de sacrés angles morts, Ethan ravala sa salive et préféra rassurer la brune du mieux qu'il pouvait. C'était pas des conneries, s'il devait subir pour qu'elle survive, que son petit bonhomme survive, il le ferait plutôt dix fois qu'une. La laissant vérifier que l'icône avait bien cessé de jouer les gyrophares, Ethan esquissa un bref sourire. Suffisamment sûr et fier, accompagné d'un haussement de sourcil témoignant du savoir faire qui, finalement, n'était qu'une réparation de fortune, un peu comme foutre un sparadrap sur un câble qui fuitait, histoire de dire que c'était réglé alors que ça l'était pas du tout.

- Qu'est-ce que tu croyais, que j'allais encore m'foirer ? Impertinence, confiance mal placée ? Mauvaise foi ? Ouais c'était sans doute davantage de la mauvaise foi, couplée à sa connerie légendaire mais, qu'importait, y avait suffisamment d'huile, là où il devait y en avoir, pour leur permettre de les ramener, sans mal aucun, au complexe. Prêt à remballer, Ethan se stoppa net en la voyant sortir un mouchoir de sa poche pour lui virer les traces qu'il avait sur la pomme. Premièrement surpris, le trentenaire sourcilla avant d'esquisser un large sourire taquin. C'que tu ferais pas pour m'tripoter. C'est dingue hein ?

Oh elle fulminerait encore, mais ce n'était qu'une vaste boutade, il en pensait pas un mot. Enfin un peu tout de même, et il se plaindrait sûrement pas de la voir prendre soin de lui, ou de son image. Sa blague visait surtout à lui ôter quelques doutes de la tête, peut-être les mêmes que ceux qui lui traversaient le crâne depuis qu'il avait vu cet abruti d'apôtre la chopper dans l'espoir de l'emporter loin de lui. Une envie monstre de loger les mains à ses hanches le prit pour autant l’organisateur se contenta de percer son regard onyx. La chanteuse jouait les offusquées, les saintes ni-touches mais finalement elle n'était rien de tout ça, il le savait, l'avait vu. De ses yeux vu ! Et quand bien même lui avait-elle balancé que sa bagnole n'était là que pour compenser le reste, il n'en croyait pas un mot quand les images de son corps humide, contre le sien, lui pétaient à l'esprit. Un vague frisson lui dévora l'échine lorsqu'une goutte de pluie, trouvant le chemin entre son col et sa peau plus chaude, l'obligea à se reprendre et à revenir sur terre. Elle avait déjà disparue à l'intérieur du véhicule, le laissant là avec ses envies et le reste, ainsi qu'une remarque sur sa phobie à la con. Quand il disait qu'elle lui resservirait, à toutes les sauces en plus de ça... Bref, rembarquant le bordel dont son père avait besoin, il revint s'installer au volant et enclencha le contact. Pour l'Impala, il reviendrait avec le vieux, c'était pas le plus important mais ça pouvait être utile, enfin si ce monstre là fonctionnait encore sans quoi.... Ils feraient avec ce qu'ils avaient à disposition, puis déjà la Coréenne le tirait de ses pensées et de sa concentration première au delà du par-brise.

- J'en parlerai avec mon père. Après tout Adrian avait écopé d'un certain rôle en rejoignant le groupe, deuzio, c'était pas le dernier à faire en sorte qu'une zone soit sûre, plus sûre que ce qu'elle semblait être. Pour l'instant le grillage tient l'choc, mais faut rien négliger, je l'aiderai, t'as pas à t'inquiéter pour ça. S'il faut trouver de quoi renforcer, on fera le nécessaire.

Il pouvait au moins lui ôter ce poids des épaules, après tout il était en charge des ravitaillements depuis son entrée au complexe, et depuis la naissance d'Aaron, la brune avait bien plus important à gérer. Le groupe se démerdait bien, rares étaient les fois où elle avait à leur dire quoi faire. Finalement y avait sans doute bien plus de cohésion que dans ces fameuses grosses communautés qui, bien qu'il n'en ait jamais rejoint une, devait bien exister quelque part... Comme ce fameux groupe de tarés ayant mis à feu et à sang l'ancien Lycée où survivaient les Barnett. [...] Le trajet se fit sans encombre même si son regard filait au tableau de bord, l'icône ne se ralluma pas, la journée était pas mal entamée, mais restait de quoi faire et Aaron avait sans doute besoin de sa mère. Quant à lui, il aiderait sans doute son père avec le Land, histoire de pouvoir palier à une potentielle prochaine panne. Laina vint leur ouvrir la grille et le trentenaire fit avancer la caisse jusqu'à l'endroit où elle était parquée plus tôt.

- J'vais suivre un cours accéléré d'mécanique pour palier aux lacunes terribles qu'je me paye question fierté masculine. Se redressant il rit, puis passa la langue contre ses lèvres. T'pourras plus m'emmerder quand j'serai devenu un gros dur, viril, capable de t'changer deux bougies en un temps record, C'était pas forcément ce qu'elle voulait si ? Un gros dur baraqué, le genre de mec semblable à Conan le barbare qui imposait sa loi et pour lequel les femmes n'étaient bonnes qu'à faire la popote. enfin si, tu m'feras toujours chier avec les amis de Mickey et Minie.... mais bon, j'peux aussi t'emmerder, Lui rendant la monnaie de sa pièce, concernant ses fausses allusions dans la bagnole, avant qu'ils rejoignent le garage, Ethan glissa la main contre son bras, redressant le cap jusque sous ses boucles, penché vers elle, les lèvres toutes proches des siennes, les frôlant sans pour autant les épouser. avec Pluto et Dingo, l'oublies pas.

Sourire colgate et le brun quittait l'habitacle, fier de son petit effet et ce malgré les propres ressentis que ça lui filait au point d'agiter la jambe, pour rejoindre l'établis de fortune un peu plus en retrait. Finalement ouais, souffler n'était pas forcément jouer...

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2104
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: /!\ Once more with feeling   Sam 15 Sep 2018 - 14:15
Il avait une assurance à toute épreuve, sans doute ce qui l’agaçait autant que cela l’aidait à surmonter les péripéties de ce monde, les angoisses, les doutes. Ethan arrivait à être sûr de lui et ce même après avoir pratiquement hurlé comme une donzelle face à des souris. Même alors qu’elle se fichait de lui avec son sourire de peste, il parvenait à garder son attitude de crack. A moins que ce ne soit une preuve de mauvaise foi évidente, cette arme particulièrement redoutable qu’utilisaient souvent l’être humain pour se sortir de situation dans lesquelles il était forcément dans le faux. « Crois ce qui te fait plaisir Ethan. » Pour une fois qu’elle voulait se montrer gentille en prenant soin de lui.

La discussion dans le Land avait rendu l’atmosphère plus morose, lourde de tous ces doutes qu’un de ces types ait pu les suivre, un ou plusieurs. Elle se rappelait de la discussion entre Ethan et son père et le vieil homme n’avait pu affirmer clairement qu’ils étaient tous morts. La coréenne accueillit la réponse d’Ethan avec un sourire, discret, sans réelle joie, à peine rassurée. Mais que pouvaient-ils faire de plus de toute manière ? C’était sans doute le pire dans ce monde, quoiqu’ils fassent cela ne serait jamais assez pour se protéger des autres.

Le reste du trajet se fit plus calmement, aucun problème de voiture cette fois, la réparation de fortune avait dû suffire mais maintenant Ethan allait avoir du boulot avec Saddler senior. « Il faudra plus que des cours de mécanique. » commenta-t-elle avec un air moqueur, car oui, il en faudrait bien davantage pour qu’elle arrête de le taquiner comme elle le faisait. C’était devenu naturel de lui taper sur le système et la réciproque était sans doute vraie aussi. La soudaine proximité du brun lui fit monter la chaleur aux joues et sans doute une légère teinte rosée. Là, elle aurait voulu qu’il aille au bout de son geste, mais déjà Adrian revenait vers eux. Ethan quitta l’habitacle, la laissant un instant là, immobile. « Quel abruti. » pesta la diva avant de descendre à son tour.

« Bon courage pour le cours de mécanique, faites attention aux souris, sinon vous risquez de le retrouver sur le toit du Land. » lança-t-elle à Adrian avant de tourner les talons pour aller trouver Billy. Le canadien agitait deux peluches sous le nez d’Aaron, imitant divers accents qui cachaient difficilement le sien. « Je dérange ? » La brune prit son bambin dans les bras, sourire aux lèvres. « Merci Billy. » Le vieux lui affirma encore une fois que c’était un plaisir pour lui de veiller sur le bébé et elle le croyait, depuis la disparition d’Isiah tout le monde avait été un peu plus morne ici, l’arrivée de son enfant avait aidé chacun à retrouver sans doute une raison d’avancer.

Les heures qui suivirent, Frankie les passa avec son fils. Le nourrir, le changer, le mettre finalement au lit avec une berceuse. Aaron ferma les yeux et s’endormit rapidement malgré le bruit de la pluie qui se faisait plus fort que plus tôt. Il n’y avait pas de tonnerre, juste une pluie battante, symptôme de l’automne qui pointait le bout de son nez sur l’état du Washington. Frankie tira le rideau qui séparait la partie couchage du reste du camping-car et se posa à la petite table à manger, de vieux mots croisés sous les yeux. Elle se forçait à ne pas les terminer trop vite, sinon tuer le temps devenait compliqué. Elle devait rester relativement souvent ici, au complexe, contrairement aux autres qui sortaient régulièrement, s’affairaient à droite et à gauche. Elle appréciait de se faire servir mais là c’était différent, elle n’avait pas choisi de tout déléguer alors le temps lui paraissait parfois long, elle devait le reconnaître. La nuit commençait à tomber dehors lorsqu’elle tira le petit rideau pour observer la zone des habitations, remarquant Ethan qui allait s’abriter dans sa voiture. Un haussement d’épaules et un débat intérieur plus tard, Frankie enfilait rapidement un gilet pour traverser la cour sous la pluie et frapper à la vitre du Land. « Viens te mettre à l’abri, tu vas attraper la mort en restant là. » Pourquoi n’était-il d’ailleurs pas avec son père ? Cela lui échappait mais aussitôt elle prit la direction de son camping-car, s’y engouffrant pour laisser son gilet sur le dossier de la banquette.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 934
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Once more with feeling   Sam 15 Sep 2018 - 16:44
Once more with feeling


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Est-ce que ça valait le coup d'en passer par la frustration de sa propre personne uniquement pour la frustrer elle ? Mouais, c'était peut-être un jeu de con, mais c'était son jeu de con, enfin de leur.... Enfin peu importait déjà rien qu'à y songer, en capturant son air défiant à peine eut-elle quitté l'habitacle, qu'elle l'agaçait. Encore une fois les souris étaient à l'honneur, et s'il ne fit que sourire, de manière crispée, que son père en rajouta une bonne couche en manquant de s'étrangler de rire, Saddler lui colla une bonne tape dans le dos qu'il le fit avancer d'un pas.

- V'la qu'tu violentes ton vieux père, Ethan l'observa, les yeux ronds, avant d'éclater de rire. tu devrais avoir honte.

- Bha vas y je t'en prie appelle S.O.S vieux en péril si ça t'chante. Hilare, le vieux l'accompagna malgré tout avant de se voir tendre le fameux sac de boxon embarqué depuis le garage. Le bagage rejoignit l'établi de fortune, et si Saddler sénior pesta pas au moins trente fois, ou ne soupira pas comme un bœuf à chaque package qu'il virait du sac, il ne le fit pas du tout. Offre des caresses à un chien il t'filera des puces. Soupira le trentenaire en roulant des yeux.

Finalement, la moitié de ce qu'il avait emporté ne servirait sans doute pas, du moins pas pour le Land ni le jour j, mais papy dut admettre que, dans son ignorance la plus totale concernant la mécanique, son fils avait au moins eu la jugeote de tout embarquer pour pas passer dix piges à décrypter son écriture déplorable. Enfin, c'était pas ce qu'il lui avait servi non, d'avantage un « Bien, t'as pas laissé la p'tite trop longtemps dehors »... Mouais, exactement comme ça l'arrangeait car, finalement, au lieu de fumer tranquille sa pipe, ou son cigare, en restant entre les grilles du complexe, sans nul doute aurait-il été plus efficace à lui seul qu'eux, à deux. Enfin, la journée continua donc sur les conseils du vieux, sur ce que le wedding-planer pouvait retenir de ses gestes rapides. Pour apprendre un truc avec Adrian, fallait se lever tôt et pas trop poser de questions. Sans doute avoir une mémoire photographique à toute épreuve aussi. Le paternel prenait pas le temps de se poser, de lui montrer en prenant le temps, quant aux explications, c'était davantage des jurons quand ça n'allait pas à sa manière et des grommellements dignes des quelques rôdeurs qui rôdaient à l'extérieur de l'enceinte. Bref, le cour de l'année bordel. Finalement ils avaient avalé un truc sur le pouce à l'heure du repas et, une fesse posée sur l'établi, la torche en paume étant donné le ciel noirci par la pluie et la nuit qui tombait, Ethan avait les joues d'un hamster en s'enfilant une barre de céréales, quasiment à piquer du nez tant la mécanique l'inspirait.

- Mais r'monte moi cette torche bon dieu d'bordel. Ah, lui avait droit aux injures blasphématoires, qui lui auraient valu une claqulade de la part de maman, et pas le fils ? Bha tien, si Ethan s'en étouffa pas avec les grains de son dessert ce fut miraculeux. Aziz lumière !!!!!

- Oh bordel d'merde t'vas pas m'casser les valseuses longtemps hein, t'es d'sale humeur, tu ferais mieux d'arrêter pour aujourd'hui. Croisant l'air bougon de papy, et sursautant quand ce dernier claqua le capot, Ethan émit un petit rictus moqueur. C'mon lit merde.

Un « Mouais » fila les lèvres de papa qui agrippa la torche, l'air pincé, le fixa dix secondes comme pour ajouter un truc, mais termina par déguerpir pour filer, Sunny le suivant, dans le camping-car qu'il partageait désormais avec son pote du club des amateurs de bingo. Enfin la paix bon sang... C'était pas trop demander merde, remarque s'il rêvait pas de Bob le bricoleur et de clé à molette, ce serait un autre miracle. S'apprêtant à aller se pieuter, à baisser le siège au max pour une bonne nuit de sommeil, il rouvrit un œil en voyant le Miracle du groupe se pointer pour toquer à sa vitre. Qu'est-ce qu'elle foutait là, en gilet, sous le crachin ? Pas le temps de lui demander, ni même d'obtempérer, qu'elle rebroussait chemin. Un coup d’œil à l'habitacle, et à cette saloperie de levier de vitesse qui lui décalquait les reins chaque nuit, puis le trentenaire ne chercha pas midi à quatorze heure avant de renfiler sa veste, la placer sur sa pomme, pour ensuite rappliquer dans la loge de la chanteuse. Le battant refermé, il dégagea la bruine présente sur ses traits d'un simple coup de main, et jeta un œil au rideau installé entre le coin du petit puis le reste de la baraque mobile.

- Tu fais ta B.A du jour ? R'marque, t'en aurais sûrement pas assez d'une vie entière pour t'assurer une place où tous les abrutis aimeraient atterrir en cassant leur pipe. Il en rit, de manière étouffée, histoire de pas réveiller le petit bonhomme qu'il n'aurait, malheureusement, pas le plaisir de voir ce soir là. Virant sa veste, Ethan ancra les reins à ce qui servait de comptoir puis l'observa longuement. Les gouttes d'eau qui perlaient contre ses boucles, sa bouche rose, ses joues légèrement poudrées par le temps plus froid au dehors. Il en frissonna avant de dévier les billes en passant lentement la langue contre ses lèvres. Je te remercie, peu importe c'que c'est. De la pitié, ou même de l'intérêt, après tout si j'ai le dos flingué j'serai forcément moins.......

Revenant saisir la lueur dans ses billes brunes, Saddler envoya voler ses idées, et le reste. Merde. Il en avait envie depuis quand au juste ? Depuis le lendemain dans les sanitaires du complexe ouais. Un pas, puis deux, sa main glissa contre sa mâchoire, ses doigts se refermant avec tact, douceur mais pas sans poigne fiévreuse, sur sa nuque gracile. Elle avait chaud, ou c'était lui. Peu importait finalement. Ses lèvres se scellèrent aux siennes et en peu de temps sa langue darda contre la sienne avant qu'il relâche délicatement la pression.

- efficace. Conclut-il enfin, le souffle court, sa main libre désormais rivée à sa taille fine, fragile, pour la ramener contre lui, l'inviter à le surplomber tandis qu'il se laissait choir dans l'une des banquettes. Elle pouvait bien l'envoyer chier, ou pas. Mais qui ne tentait rien n'avait rien et ça, Ethan le savait parfaitement. Tu m'tape sur les nerfs.... Souffla-t-il contre sa peau, sous son oreille, ses lèvres frôlant sa carotide battante. Son cœur battait là, contre le sien tout aussi barge, et entre ses lèvres qu'il refermait plus sensuellement au contour de cette veine bleue contrastant à merveille avec son teint opale. modèle géant Frances.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2104
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: /!\ Once more with feeling   Sam 15 Sep 2018 - 17:40
Penchant la tête sur le côté en lisant ses boucles brunes humides, Frankie afficha son sourire de peste. « J’ai abandonné l’idée de rejoindre le Paradis. » D’une part elle ne croyait pas en tout cela, d’autre part elle savait que son comportement n’avait jamais été exemplaire, alors à quoi bon chercher à atteindre le Paradis ? Y’a bien un paradis qu’elle pourrait atteindre là. La brune allait tourner les talons, le temps de récupérer deux verres pour leur servir … de l’eau, car elle ne pouvait toujours pas boire la moindre goutte d’alcool, de toute manière elle n’en avait pas maintenant qu’elle y pensait. Elle allait lui dire qu’il pourrait la remercier en restant loin des souris, histoire de remuer le couteau dans la plaie, mais au lieu de cela, Frankie se retrouva muette.

Ce n’était pas que les mots lui manquaient, c’était que ses lèvres avaient trouvé autre chose à faire que lui lancer des piques à la figure. Merde. Le simple contact de ses doigts à sa mâchoire, sur sa nuque, et finalement ses lèvres contre les siennes, ce doux supplice qui invitait en elle toute une foule de sensations. C’était suffisant pour qu’elle en oublie les verres, l’eau, le manque d’alcool, la pluie dehors. Ses mains glissèrent aussitôt à ses épaules, son torse, le bout de ses doigts se rappelant encore chaque parcelle de sa peau qu’il leur avait été donné de caresser l’autre fois, la première fois.

Efficace ? Frankie en avait aussi oublié le fil de la discussion. Il se rappela à elle, ses billes noires rivées aux deux émeraudes d’Ethan, son souffle déjà plus lourd. A califourchon sur ses genoux, Frankie se mordit la lèvre en sentant les siennes courir à son cou. « Moi j’te tape sur les nerfs ? » souffla-t-elle, sa langue glissant sur ses lèvres avant qu’elle ne loge ses mains à ses tempes pour ramener son visage en face du sien. « Tu t’rends pas compte combien t’es qu’un emmerdeur Saddler. » La brune esquissa un sourire avant de revenir l’embrasser, ses doigts glissant déjà contre lui pour se frayer un chemin sous l’étoffe de ses vêtements, le débarrasser des couches superflues qui l’empêchaient de ressentir sa chaleur contre elle, de s’y perdre. « Format royal. » souffla-t-elle contre ses lèvres avant de revenir l’embrasser à nouveau.

Elle perdait encore une fois totalement le contrôle, ce n’était pas pour ça qu’elle lui avait proposé de venir se mettre à l’abri ici. Si ? Frankie se recula finalement, plongeant son regard dans celui du brun. Qu’est-ce que cela voulait dire au juste ? Elle pouvait encore faire marche arrière, elle pouvait encore retrouver ses esprits, sa raison. Ou alors elle ne pouvait plus, c’était déjà trop tard, ça l’était depuis le moment où il avait rivé ses lèvres aux siennes. La coréenne avait beau le nier, le refuser avec chaque atome de son être, la chaleur de son corps qui appelait encore davantage la sienne parlait pour elle. « Oh et puis merde. » conclut-elle avant d’enlever son propre top pour venir se blottir contre lui.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 934
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Once more with feeling   Sam 15 Sep 2018 - 18:21
Once more with feeling


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Elle se tendait contre lui, finalement ce ne serait donc pas négatif, sans quoi il aurait sans doute déjà mangé une bonne gifle, ou peut-être un marron, dans la pomme. L'idée l'invita au rictus contre sa peau. Rien que les pulsations plus vives de son cœur l'enivraient. Son parfum plus capiteux, juste sur ses papilles, contre ses lèvres, forgeant le désir à se révéler contre elle. Ses mains cerclèrent plus férocement ses hanches, pile au moment où – et après quelques mots qui forcèrent davantage le sourire à ses lèvres – elle rivait les doigts à ses tempes pour lui ancrer le crâne dans le moelleux de l'assise aux motifs vraiment merdiques. Les yeux rivés aux siens, une lueur bien plus vivace au creux de ses prunelles émeraudes, franc rappel des étoiles particulièrement lubriques qu'il avait plaisir de voir danser dans les siennes, Ethan plissa les paupières en entrouvrant les lèvres pour mieux respirer. Un emmerdeur, hum... C'était pas faux, mais finalement elle se confrontait à lui, à son caractère bien particulier, et savait y trouver une sorte de plaisance non ? S'il l'emmerdait autant, c'était justement parce que lui en retirait un certain plaisir. Étrange certes mais terriblement satisfaisant quand, à l'instant, il pouvait sentir ses lèvres embraser les siennes et ses mains tenter de s'approprier la moindre fibre qui constituait son épiderme.

Format royal, Peste, pensa-t-il en un sourire qu'elle revint de nouveau faire frémir au contact du sien. Fallait toujours qu'elle ait le dernier mot, qu'elle le pousse dans ses retranchements, mais c'était juste bon, savoureux, chaud.... Bordel elle avait tellement chaud qu'il sentait les vibrations de son sang sous ses doigts. Juste là, au creux de ses reins, sous l’étoffe, qu'il pressait pour l'inviter à se cambrer, à lui faire vriller le cerveau et le reste juste pour ressentir les effets délirants de sa chaleur contre la sienne.

Il en perdit le nord et toute notion du temps où de l'endroit. Le vertige de la luxure s'emparait de lui et rien ne lui semblait aussi important qu'elle pour l'instant. A bout de souffle, il étouffa un rictus en l'entendant jurer après l'avoir longuement observé. Oui merde, au diable les pensées et le reste, il la voulait et c'était réciproque, pourquoi lutter franchement ? Puis, si elle voulait encore se débattre avec les tas de questions et de barrières qui l'empêchaient d'être à lui, le trentenaire s'attelait déjà à les lui faire oublier, profitant qu'elle ait retiré une première frontière pour se l'approprier davantage. Ses mains la ramenèrent plus encore contre lui qui dut ancrer la nuque au dosseret, afin de laisser d'espace à ses gestes. En un rien de temps, et tandis qu'il voyait sauter les boutons de sa chemise, ses doigts glissaient sous la bande extensible de son dessous. Tentant de lui virer maintenant mais, au lieu de ça, il esquissa un sourire qu'il fit disparaître contre le galbe affolant de sa poitrine couverte de frisons.

Enfin il la libéra des dentelles, laissant ses lèvres humides voguer contre ses seins, leurs dômes de chair rosée. Sa langue jouait le jeu elle aussi, et les premiers échos qu'il entendait filer le poussèrent à ramener les reins vers ses hanches, son bassin, pour palier à ce manque alors que rien n'était fait. Ce manque n'était nul autre que celui de son corps, du goût qu'il en avait saisi la première fois. En un clignement de cils, Ethan la repoussa vers le comptoir, encore assis face à elle, les mains rivés à sa ceinture qu'il dégagea, au même rythme que filèrent les pressions de son jeans tandis qu'il se relevait pour, les mains aux passants de ce dernier, le faire dégringoler contre ses courbes fines.

- Emmerdeur, Saddler, même là tu fais des rimes ? Sa voix était plus suave, son sourire tout autant. Ses émeraudes pétillaient déjà à la contemplation de la profondeur différente dans ses billes sombres. La redressant d'un seule bras, pour qu'elle ancre les fesses sur le meuble derrière elle, Ethan s'invita entre ses jambes, les deux mains revenant bercer sa nuque, plus fort, avec bien plus d'empressement malgré la douceur qui transparaissait naturellement dans ses gestes. Prêt à l'embrasser, il se stoppa à quelques millimètres de ce premier sanctuaire pour l'observer. T'es superbe. J'espère que t'en as conscience... Et finalement j'devrais même pas te demander.

Un nouveau sourire et il cueillit ses pétales, la laissant l'user à sa guise, le dévêtir à sa manière, mourir d'envie pour lui en l'invitant à mourir de désir pour elle. Déjà ses souffles se mêlaient à ceux de la brune. Doux volutes de l’expression de ses sentiments, peut-être des siens qu'elle réprimait ou s'avouait pas. Parce que bien que physique, quelque chose de plus profond se produisait depuis des semaines, fallait juste qu'elle lâche prise.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: /!\ Once more with feeling   
Revenir en haut Aller en bas  
- /!\ Once more with feeling -
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» oh sometimes i get a good feeling[17/05 à 13h46]
» 05. Can't fight this feeling anymore.
» Bed, stay in bed, the feeling of your skin locked in my head
» Got me feeling drunk and high. So high. (Mag)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: