The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Bear, and forbear -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 995
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Dim 23 Sep 2018 - 19:19
Bear, and forbear


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


C'est ça le mieux, oh elle voulait bien le croire là, parce que ce qu'elle ressentait, ce qui poussait son cœur à battre sur des notes plus vives, plus lourdes, ce n'était que le désir mêlé au danger de la promiscuité. Lui voyait peut-être pas les choses sous cet angle, du moins dans son regard à elle. Après tout il s'était bien baladé nu dans la cuisine de Renton devant la fenêtre gigantesque, se foutant copieusement qu'on le voit. Alors forcement il se ficherait bien qu'on le prenne la main dans le sac là. A cette pensée, Evy déglutit et éclata d'un rire clair qu'elle étouffa au creux de son cou pour pas réveiller les autres. Juste cette pensée fugace, juste ce qu'il venait de lui dire avec sérieux, l'obligea à mordre sa lèvre inférieure et à tempérer ce rire nerveux, plus qu'il n'était véritable, pour revenir sonder la grisaille plus intense de son regard.

- J'vais pas m'dégonfler, mais j'avoue c'est plutôt gonfler de, Son cœur fit un saut dans le vide à l'idée d'user des mots qui allaient suivre. s'envoyer en l'air  ici… pas loin d'eux, et j'me disais que t'en avais rien à secouer d'te faire prendre la main dans l'sac.

Un rictus étranglé fila ses lèvres. C'était déjà sexy, torride, bref tout ce panel de choses que le militaire était sans même avoir à se forcer. Ces choses qu'il étendait en elle, pour l'y baigner, l'y enliser, afin d'obtenir un miroir séduisant de ses propres actions et plaisirs. Ses doigts fins fourrageaient déjà tendrement ses mèches brunes, à l'écoute et bercée par le spectre de la luxure qui la guettait de ses yeux en amande. S'il était sûr de lui, Evelyn pouvait doucement se détendre à l'idée que quelques horreurs ne puissent briser ce qu'elle sentait brûler dans le creux de son ventre, ce qu'il rendit plus intense encore en scellant ses lèvres aux siennes. Un instant elle garda les yeux ouverts, ces derniers dardant ça et là sur les cellules qu'elle savait occupée, puis finalement la jeune femme se laissa transporter.

Bordel de dieu, ses baisers étaient déjà délirants d'ordinaire mais là ..... Ici, Evelyn avait l'impression d'être parée à mourir sans peur aucune. Ses doigts à sa nuque glissèrent contre les fibres de son t. shirt, les siennes déjà à embraser l'épiderme sensible sous son top, pour le presser plus fort contre elle. Il lui semblait que c'était pas suffisant, qu'il lui manquait encore malgré le peu d'espace entre eux, elle l’incitait à lui donner toujours plus en soupirant contre ses pétales et sa langue offerte à sa jumelle. Des gémissements étouffés, lézardant le silence déjà crevé par le froissement de leurs vêtements, par le bruissement du jeans, couvrant ses jambes , qui étrillait maladivement celui contre sa taille. C'était dangereux et prenant, un cocktail délirant. Mais finalement si l'un ou l'autre les voyait là, qu'en avait-elle à faire au juste ? Rien, c'était simplement sa pudeur qui la poussait à s'inquiéter de ce fait, pas les sentiments qu'elle éprouvait pour lui.  A perdre haleine sérieusement, l'assistante prenait enfin entièrement conscience de cette expression tant elle manqua de souffle en relâchant ses lèvres. Haletante, avant de sonder ses yeux qui revenaient fondre dans les siens, elle ravala sa salive puis jeta un œil vers les geôles.

- J'ai confiance en toi. Murmura-t-elle, à bout de souffle, alors qu'elle ne lui avait plus dit ça depuis des mois. Jusqu'ici il n'avait plus eu à lui dire mais là, la blondinette s'en remettait entièrement à lui à nouveau. Il avait le contrôle entier de son être et de ses réactions, c'était grisant, aberrant même que de se sentir revenir à la case départ. Dans ce bar délabré où elle s'en était remise à lui, entièrement, noyée dans les vapeurs du désir de cet homme, offerte à ce qu'il désirait lui arracher et s’octroyer dans qu'elle trouve à y redire, sans qu'elle songe à s'éloigner, sans même qu'elle trouve à débattre avec ses propres convictions, cette morale pudique et trop lisse qu'on lui avait inculquée au point qu'elle ne soit déniaisée qu'aussi tardivement. En quelques pas, après avoir été soulevée du sol, ses semelles retrouvaient le bitume des marches. Figée, de délicieux frissons grignotant déjà sa peau, Collins l'observa sans encore s'installer près de lui. Le couloir.... okay. Inspirant par saccades, hantée par cette envie pressante que d'être à lui, aussi néfaste qu'elle était bonne de part l'endroit et le reste, Evelyn dégagea premièrement ses boots pour venir s'agenouiller entres ses jambes en glissant les mains contre ses cuisses. Ses ongles ébréchèrent le tissu épais qui protégeait sa peau, il devait sentir la fièvre qui s'étendait en elle, sur ses joues rosies par le simple regard qu'il avait sûr elle. Le dos plus droit à son contact, enfin ses mains rejoignirent ses mâchoires tandis qu'elle revenait l'embrasser avant de l'inviter à lui dévorer le cou. Ses paupières papillonnèrent une seconde, deux trois, avant qu'elle se reprenne en soupirant trop fort pour mieux revenir à cette vigilance qu'il désirait d'elle autant que le reste. J'suis vraiment folle …. soupira-t-elle en se noyant chaque seconde un peu plus au contact de ses doigts contre elle, ses lèvres et sa langue contre elle, bordel de merde.. Un instant, Evelyn le repoussa juste pour l'observer, s'assurer vraiment qu'elle était sûre d'elle, prête à partager un peu plus de ce qu'il était, entrer un peu plus dans son univers sombre. Rien qu'un regard de sa part lui suffit. C'était oui, ça avait toujours été oui finalement, si bien qu'elle abandonna sa nuque au profit de sa ceinture pour la déboucler en frémissant contre le grain de sa peau, contre ses clavicules que ses lèvres frôlèrent pour s'imprégner de sa saveur, sa chaleur, son odeur. j'suis folle et j'meurs de chaud à cause de toi.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1068
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Lun 24 Sep 2018 - 19:41
J'ai confiance en toi. Un sourire étira les lèvres du tatoué, c’était dingue comme ces quelques mots avaient d’effet sur lui. C’était bon pour l’égo, c’était certain, mais c’était plus que ça encore. Ça faisait pas que redorer son opinion, ça lui donnait cette sensation d’avoir de l’importance, d’avoir un rôle, pour elle. Pourtant là, c’était rien, mais au final, c’était tant, c’était tout. L’ambiance était pesante, lourde, surréaliste. Donovan glissa son regard sur elle, toujours ce même sourire aux lèvres alors qu’elle s’agenouillait devant lui. Un certain épisode de leur histoire lui revint en mémoire, vaporeux, le désir brûlant un peu plus chaque atome de son organisme. Sa respiration se fit plus lourde à ses mains qui glissaient contre lui.

Un nouveau baiser, sulfureux, et ses lèvres trouvaient son cou. Le tatoué se délecta de son odeur, ivre, il avait pas besoin de picoler pour planer quand elle était là, quand ils étaient ensemble. Tout ce qu’ils étaient à ce moment-là suffisait à envoyer voltiger son esprit. « Pas pour l’instant, mais ça peut rapidement s’arranger … » souffla-t-il d’une voix basse à sa supposée folie, alors que ses mains dévalaient ses flancs, agrippant sa taille pour la ramener un peu plus contre lui. Son regard croisa un instant celui d’Evy, sûr de lui, il espérait lui transmettre au moins ça, cette assurance. Elle était belle, elle était canon même, et elle avait pas à se soucier de qui que ce soit en dehors d’elle-même. C’était un peu ce qu’il voulait lui apprendre depuis le début, vivre, agir, penser, pour elle, pas pour les autres. Mais quelque part sa simple présence à ses côtés à lui était la preuve que c’était raté, du moins à ses yeux Evy était forcément là pour veiller sur lui sans penser à elle.

Le cliquetis de sa boucle de ceinture sonna la fin de la réflexion, mais pas de la contemplation, de la découverte, à nouveau il revenait à l’assaut de ses lèvres, de sa peau. Ses paroles arrachèrent au militaire un nouveau sourire alors que ses mains agrippaient l’ourlet de son top pour le faire remonter contre ses flancs et l’en débarrasser. Encore plus surréaliste, il la devinait dans la pénombre, la seule lueur de l’aube berçant ses formes au teint diaphane. C’était un putain de chef d’œuvre, et il avait envie de lui virer l’intégralité de ses fringues en un claquement de doigts pour en profiter davantage. Après tout, la retenue, la parcimonie et toutes ces merdes, c’était pas son truc. « J’vais pas te mentir, il va faire encore plus chaud. » Provocateur et sûr de lui, Donnie revint l’embrasser, s’apprêtant à dégrafer son soutien-gorge avant qu’un bruit dans la salle commune attire son attention.

Le tatoué se figea, arrêtant son geste, laissant filer quelques instants pour s’assurer qu’il y avait aucun danger. Ça pouvait être tout et n’importe quoi,  un courant d’air, un rat, un moche, un vivant. Nouveau bruit, un raclement, un grincement. « Merde. » C’était pas tant pour le danger mais plus parce que là, il avait pas envie de sortir son arme mais plutôt autre chose. Donovan vola un nouveau baiser à la blonde avant de s’apprêter à se relever, interrompu cette fois par la voix de Dwayne derrière eux sur le palier. « J’ai entendu un bruit. » « Dwayne t’as pas compris quoi dans j’prends le dernier quart ? » Donovan se redressa, offrant à Evy le temps de renfiler son t-shirt, pas vraiment envieux que l’autre puisse profiter de la vue. Ils allaient plus qu’à aller voir ce qui foutait ce bordel et venait de ruiner un plan cul d’enfer. Ça, c’était le genre de truc à le mettre de travers pour le restant de la journée.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 995
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Lun 24 Sep 2018 - 20:36
Bear, and forbear


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Il lui en arracha un rictus qu'elle écrasa contre sa peau. Rien que ses mains se muaient en deux étaux brûlants desquels elle ne pouvait, ni ne voulait, se libérer. Au plus il l'invitait à épouser sa stature, au plus elle se sentait mourir d'envie. Est-ce qu'elle avait déjà eu envie de lui à ce point là ? Oui, sans hésiter elle aurait pu l'affirmer mais là, c'était l'endroit, les autres, ce rappel de leur relation, le tout début, la première fois. Prise de délicieux vertiges, Evelyn eut tôt fait de déboucler sa ceinture avant de capturer un autre baiser, d'autres caresses du bout de ses lèvres, ces dernières égrainant des frissons dans leur sillon exaltant. En un clignement d'yeux il la priva de son top, lui arrachant un sourire quant à l'assurance qui transpirait dans sa voix, son attitude. Ce type était la pire tentation qu'il lui eut été donnée de voir, de toucher, de savourer. Dire que des mois plus tôt elle n'avait pas ce regard là sur lui, uniquement car il n'était pas libre, uniquement parce que son éducation religieuse et le reste l'avait certainement aveuglée. Donovan lui avait arraché ses œillères et pas que...

Il t'a arraché ta culotte ... Et c'qui t'restait d'pudeur aussi. Elle repoussa cette satanée conscience dans un coin de son crâne et fit sauter les pressions de son jeans avant de revenir à la charge contre ses lèvres. Plus fort, plus durement, comme il aimait, comme il la désirait et la poussait à le désirer aussi fort quitte à laisser ses sentiments sur le pas de la porte. Elle l'aimait, cette unique certitude la poussait à être à l'image de ce qu'il souhaitait, mais finalement le plaisir et la satisfaction qui émanait de lui forgeait les siens. Du moins, jusqu'à ce bruit qu'il l'obligea à froncer les sourcils. Ses mains contre ses mâchoires se figèrent tout comme ses lèvres et sa langue au creux des siennes. C'était peut-être rien, juste le fruit de son imagination, juste sa tête qui lui jouait des tours à cause du stress et de cette sorte d'angoisse alléchante qui rendait tout plus...

Merde, un raclement ou dieu savait quoi d'autre la força à rouvrir les paupières et à tourner les yeux vers la source potentielle. Un baiser rapide la ramena sur terre et les mains du militaires relâchèrent ses hanches au profit de la marche contre laquelle il s'était installé. Mais c'était rien bordel juste un rat, ou une connerie de souris qui grignotait l'un des matelas d'une des geôles. Collins eut envie de le ramener à elle, néanmoins en redressant vaguement les cils, son cœur se mit à cogner lourdement. Pire fut sa réaction encore quand elle l'entendit parler ce débile. Oui là, elle ne le qualifierait pas autrement. Merde, merde, saperlipopette, fichtre, zut ! Les mains tremblantes, Collins agrippa rapidement son top et le renfila du plus vite qu'elle put, profitant de l'écran qu'était le tatoué devant elle, désormais debout, pour s'empresser de chausser ses boots et de passer la main dans ses cheveux atrocement négligés. Rouge vif, la blondinette baissa les cils et croisa les bras sur sa poitrine.

- J'ai cru qu't'avais … Bha t'es debout Evy ? Si elle poussa un soupir, vidant l'air de ses joues qui lui donnaient l'allure d'un hamster, ce ne fut que parce qu'elle comprit qu'il n'avait, une fois n'était pas coutume, rien calé. Qu'est-que tu fous ?

- Qu'est-ce que tu veux qu'je foute ici ? Sa voix était parfaitement claire, elle ne chevrotait pas. Simple résultat de la frustration terrible qui berçait ses veines alors que le feu dans ses entrailles peinait à se tempérer. On s'envoyait en l'air pardi ! Rouge, mais ça il ne pourrait le voir grâce à la pénombre encore bien présente, Collins roula des yeux, exaspérée. J'fais ma première garde espèce d'andouille, quoi d'autre ?!

Elle n'avait pas menti, ils étaient presque à s'envoyer en l'air mais là, ce n'était plus la jeune femme douce et tendre qui parlait, plutôt la fée frustration. Ou la harpie dans son crâne qui appréciait se taire quand on lui en mettait un petit coup. Bordel de merde, ses pensées étaient brouillons et bouillantes, aussi bouillantes que ses joues contre lesquelles elle passa les mains avant d'avancer vers la source du bruit.

- On a pas b'soin d'toi. Evelyn frissonna une minute, agitant les épaules avant de dégager le couteau de l'encoche à sa ceinture pour avancer vers la fameuse zone d'où provenait ce foutu bruissement. Saleté de prison, saleté d'insectes ou de bestioles, pour sûr son humeur pour la journée à venir serait à l'image d'une des sensations qu'elle détestait plus que tout depuis que lui lui avait appris ce que c'était. Fais chier putain ..... ça fait vraiment vraiment chier. Elle ne jurait quasiment jamais mais là, c'était trop. L'envie, l'abandon, un bruit et Dwayne pour couronner le tout. Ça allait chauffer certes mais pas pour elle, pour le matricule de la connerie – peu importe ce que c'était – qui venait de la foutre dans pareil état.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1068
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Mer 26 Sep 2018 - 19:32
L’ambiance était morose dans la prison mais dans leur bulle à eux, la température avait grimpé rapidement, mais évidemment – et comme il aurait dû s’en douter – Donovan eut le déplaisir d’entendre du bruit et surtout la voix de cet abruti de Dwayne. Pour un peu ça aurait été l’occasion de montrer clairement au roux pourquoi il avait pas la moindre foutue chance avec Evelyn, mais le tatoué se dit qu’en fait elle apprécierait peut-être pas son plan génial. Le militaire masqua sa frustration d’être coupé en plein élan par un ton autoritaire envers son collègue qui décida de reporter son attention sur la blonde. Autant dire qu’il fut reçu, Donnie en étouffa un rire. Au moins il était pas tout seul à en chier puissance mille de devoir reporter.

« C’était l’occasion de lui filer les trucs et astuces d’une garde réussie. » compléta le tatoué l’air sérieux, sévère. « Retourne pioncer Spencer, sinon tu vas réveiller tous les gars, j’vous sonne si y’a un truc grave. » Il y aurait rien de grave, rien du tout, sans doute le vent qui s’engouffrait par une porte. Bon d’un autre côté, si le vent s’engouffrait quelque part assez pour faire claquer des portes dans un grincement sinistre, c’était peut-être mauvais signe. Ah fait chier. Le brun emboita le pas à Evy qui partait déjà vers la salle. « Hey relax Collins … c’est que partie remise. » Il était furax mais là, face à un danger potentiel, mieux valait avoir la tête froide.

Sa main posée sur son épaule, Donovan lui adressa un sourire, aussi rassurant que provocateur, avant de passer devant. Le tatoué récupéra son couteau et avança jusqu’ à la porte close de la salle commune, lampe torche dans une main, couteau dans l’autre, il poussa le battant du pied. Le faisceau de la torche balaya la zone avant d’entrer, s’assurant qu’il y avait rien jusqu’à faire signe à Evy de le suivre. D’un signe de la tête, il lui indiqua de contourner vers la droite, il contournerait par la gauche. Le brun avança d’un pas léger, discret malgré les craquements des quelques merdes par terre sous ses pieds. Pas la moindre trace de rôdeur, de vivant.

Du moins pas d’humain vivant, en revanche le tatoué manqua pas le museau qui s’agitait dans un coin de la pièce, derrière une table renversée. C’était juste que des conneries de rats. Donovan vérifié tout à côté s’il y avait rien de bizarre, pas d’entrée qu’ils aient raté sa bande d’abrutis congénitaux, mais non, ce truc devait être planqué là avant. Il repartit alors vers Evy, d’un pas toujours aussi discret et se glissa dans son dos, logeant sa main qui tenait la lampe torche à sa taille. L’endroit avait l’air calme, c’était sans doute que ce con de rat, il pouvait bien jouer un peu. Même si c’était jouer à lui faire peur. Ca marcha d’ailleurs parce que la blonde lui sursauta dans les bras. « C’est plutôt calme ici, plus que là-bas … On pourrait peut-être finir c’qu’on avait commencé … ici. » Un sourire aux lèvres, il laissa filer ses doigts sous son top, retrouvant la chaleur de sa peau un instant.

Un instant qui dura pas assez longtemps. Clac. Aussitôt Donovan retrouva son sérieux. « Bordel y’a pas moyen de s’envoyer en l’air pénard ici. » pesta-t-il avant d’orienter le faisceau de la lampe torche vers la porte qui menait vers l’autre bloc. Le bruit venait de là. « Vas réveiller les autres, on va pas pouvoir rester dans les parages trop longtemps, si y’a une merde autant s’en débarrasser de suite. » Plus vite ils récupéraient le butin, plus vite ils rentraient. Plus vite ils rentraient … plus vite ses fringues volaient dans la baraque avant qu’il la plaque contre la porte. Ouais, c’était un bon plan.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 995
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Mer 26 Sep 2018 - 20:38
Bear, and forbear


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Trucs et astuces... Étrangement ça lui rappelait l'épisode des farces et attrapes, parce que clairement, là aussi, ça n'avait rien à voir avec ce qu'ils étaient sensés foutre. De plus elle n'aurait pas été foutue de veiller correctement, pas avec les sensations délirantes qu'il faisait naître en elle. Moui, c'était peut-être mieux comme ça finalement. Non, sérieusement, c'était mieux d'avoir été interrompu ? Collins en eut un rictus, suivant les espèces de couinements provenant de l'autre pièce tandis que Dwayne retournait d'où il n'aurait jamais dû sortir. Qui se trouvait derrière allait se faire recevoir aussi bien que Spencer. Evelyn bouillait de l'intérieur, une palette de sensations contradictoires, la rage, la déception, la frustration, mêlée à cette envie cuisante d'être à lui qui, finalement, devait rapidement foutre le camp si elle voulait être en pleine possession de ses moyens. Enfin, à plusieurs reprises la jeune femme avait pu remarquer qu'en pétard elle n'en était pas moins efficace, peut-être même plus capable que lorsqu'elle était en pleine possession de ses moyens, Lucas pouvait en témoigner non ? Bref, déjà elle fronçait les sourcils en scrutant le sourire particulier que lui servait le militaire. Partie remise, il avait même pas idée de la dose de déception qui coulait le creux de ses veines et, pourtant, il avait pu la frustrer plus qu'à son tour. Mais là c'était pire, à cause d'une bêtise, à cause de Spencer qui n'était pas foutu de suivre de simples ordres.

L'assistante inspira profondément, s'élançant à pas de chat vers la droite, cherchant la source de ces grincements à la manque. Tout ce qu'elle trouva fut à l'image de ce qu'elle avait imaginé, des restes de mousse, grignotés ça et là, signe que les rongeurs se faisaient des nids. D'ailleurs ils n'étaient pas loin, et si dans le faisceau de torche elle vit une longe queue se profiler, qu'elle en frissonna en une grimace, ce fut davantage le contact chaud contre sa taille qui la fit crever et retenir un couinement qui fit fuir ratatouille et ses petits copains. Bon sang il lui avait fait peur, son cœur battait de travers, une véritable fanfare sensorielle rapidement exacerbée par ce qu'il insinua au point que son regard se hasarda à lorgner la porte qu'ils venaient de passer.

- Tu veux ma mort ? Rit-elle en un chuchotis avant de se tourner vers lui, déjà ramenée à l'instant précédent par ses mains qui s'appropriaient sa peau. Tu sais faire du bouche à bouche au moins, pour m'réa... Lèvres toutes proches des siennes, un claquement la poussa à soupirer de plus belle, claquant le pied par terre comme une gamine privée de dessert. Rouhhhh, zut !

C'était le Karma, ou les rats, ou Dieu savait quoi d'autre qui s'amusait à bouger de l'autre côté, dans le bloc voisin. Floyd pestait lui aussi, clairement ce qui devait être une garde plaisante, se muait en galère. Puis pourquoi c'était pas les autres qui avaient écopé des bruissements, est-ce qu'il y en avait eu avant leur quart et qu'ils les avaient pas entendu ? Soufflant comme un veau, la jeune femme soupira puis s'apprêta à aller rameuter le trio. Finalement pas de garde, simplement un retour à la mission plus tôt que prévu, c'était pas bête cela dit, plus tôt fini... Plus tôt tu l'finiras ! Merde, foutue harpie qui poussait un voile rose à prendre possession de ses joues. Cette prison n'était qu'un nid à emmerdes, pas l'endroit subitement plus plaisant que ça avait pu être quand sa langue dansait avec la sienne cinq minutes plus tôt.

- Vivement qu'on rentre. Lâcha-t-elle, sans trop d'entrain, ne songeant qu'à ce qui aurait pu être et qui se voyait reporter à plus tard. Enfin ça forgerait sa concentration, parce que si l'un ou l'autre y passait, y aurait pas de partie remise, ni autre chose sinon la peine déchirante qui la ferait s'éteindre à petit feu. Secouant la tête, pour ne pas penser au pire, Evelyn poussa la porte, gravit les marches pour réveiller tout ce beau monde, récupéra les sacs puis retourna dans la salle commune. Ils allaient évoluer à la torche un temps, du moins jusqu'à ce que le soleil se lève enfin. Parée, n'attendant plus que le trio, elle l'observa un moment, retenant un rire qui voulait se faire la malle avant de s'approcher de lui pour doucement glisser les mains contre ses flancs. J'préfère dans l'autre sens, mais on va éviter qu'tu prennes froid, Intérieurement hilare, Evelyn termina par rire, discrètement, en agrippant les deux extrémités de sa ceinture pour la reboucler. les extrémités c'est ce qu'il y a de plus fragile tu sais.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1068
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Jeu 27 Sep 2018 - 20:36
Il aurait dû se douter que cette sortie serait pas aussi pénarde que d’autres qu’il avait pu faire avec Evy, parce que maman June avait insisté pour qu’ils sortent en groupe là où finalement ils s’en seraient bien sortis à deux. Mais surtout parce que dans le groupe y’avait cet abruti de Dwayne qui voulait toujours bien faire, aider, mais qui en devenait putain de chiant. Et surtout, encore, parce qu’il y avait un putain d’enfoiré de truc qui faisait du bruit de l’autre côté de cette porte. Donnie fixait la porte, les yeux plissés, les sourcils froncés pendant qu’Evy irait réveiller les autres. Il attendit quelques minutes, laissant le temps à chacun là-bas de récupérer ses affaires et finalement les quatre cinquièmes de son groupe firent leur retour dans la pièce.

« J’espère que vous avez bien pioncé, on va sans doute avoir de la compagnie de l’autre côté. » leur annonça-t-il avant de voir, surpris, la blonde reboucler sa ceinture. « Merci de faire attention à mes extrémités. » Bates et Gordon avaient pas raté une miette de la scène mais ils étaient moins lourds que Dwayne qui de son côté avait encore une fois rien calé du tout. Ce pauvre type, c’était à se demander comment il était encore vivant. Chacun équipé de son sac à dos et de son arme blanche, Donnie fit signe à ses gars de se placer face à la porte. « Evy tu restes en arrière un peu. » Il voulait pas la mettre aux devants du danger, et il y avait quatre gars entrainés là, ils s’en sortiraient.

Main sur la poignée, Donovan mit un coup d’épaule dans la porte qui grinça contre le sol avant de s’ouvrir sur un cadavre décomposé au sol. Vivant, à peine mais vivant. D’un coup de ranger il lui éclata le crâne avant de faire signe aux autres de suivre. La zone était flippante, un couloir vide, où la poussière voletait sous leur passage, seulement éclairée par la lumière du jour qui filtrait à travers les fenêtres hautes. Aucun autre cadavre en vue, mais celui-ci venait bien de quelque part, et c’était ce quelque part qui l’inquiétait. « Restez sur vos gardes. » répéta-t-il à l’équipe alors que Dwayne se rapprochait d’Evy pour rester sur ses gardes à elle. Le tatoué en leva les yeux au ciel, s’il avait eu le temps, il lui aurait dit de surveiller son propre cul, mais les râles qui grossissaient à l’avant du couloir lui paraissaient tout de même plus important.

D’un signe de la main, le brun leur fit signe de s’arrêter, fronçant les sourcils en observant la porte qui menait à la suite du bloc. Sa lampe torche balaya la porte, entrouverte, d’où un cadavre semblait s’écouler comme de l’eau dans un robinet mal fermé. Il y avait qu’une chaine et un cadenas pour les contenir là-dedans. « Merde … » Pas question de faire péter la porte, il allait falloir les démonter un à un, méthodiquement. A voix basse, revenant vers le groupe, Donovan reprit. « Bates, tu vas faire péter cette chaine avec la pince coupante, avec Gordon vous retenez les portes pour contenir un maximum le flot de rôdeurs. Evy, Dwayne, vous êtes avec moi pour les finir. Personne se met en danger, arme blanche, si ça devient trop tendu, sortez les armes à feu. »

A son signal, chacun se mit en place, son regard glissa vers la blonde. Fais gaffe à ton cul Collins. Il avait pas besoin de le dire, Evy savait qu’elle devait faire gaffe. Un nouveau regard à Bates et la chaine cédait, les râles se faisant plus lourds, les mâchoires des morts claquant dans leur direction. Deux tenaient les portes pour limiter, mais même ainsi, la volonté des moches à sortir les bouffer était puissante, violente. Deux, trois, cinq, sept avaient déjà passé la porte pendant que Bates et Gordon faisaient leur possible pour tenir les battants fermés. Le tatoué s’avança couteau en main vers deux premiers morts, coup de pied dans le bide de l’un et coup de couteau dans la gorge de l’autre, en prenant soin de remonter assez. C’était dégueulasse, ce salopard lui dégoulinait sur la main.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 995
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Jeu 27 Sep 2018 - 21:22
Bear, and forbear


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ce fut un raclement de gorge, et les mots du tatoué au sujet de son extrémité, qui l'obligèrent à reculer. Gordon et Bates étaient déjà là. Si eux n'avaient rien raté de la scène, malgré le rose à ses pommettes Collins savaient qu'ils étaient suffisamment adultes pour ne pas en rajouter. Puis qu'est-ce que ça pouvait faire au juste qu'ils sachent ? Ça peut faire que t'es juste une de ses régulières et qu'ils doivent penser que t'es qu'une pauvre fille. Un soupir fila ses pétales alors qu'elle reculait, les yeux baissés vers le sol comme un animal blessé, avant de réagir aux ordres qui filaient la salle commune. Rester en arrière, elle croisa brièvement ses prunelles, c'était déjà imprimé. Elle savait pourtant se défendre, néanmoins elle comprenait d'avantage ses directives désormais, enfin depuis qu'il lui avait dit qu'il tenait à elle. Laissant le trio de tête passer, la jeune femme extirpa le couteau de son étuis et ralluma la torche pour les éclairer. Un coup d'épaule plus tard, quelques râles, et le bruissement de chair et d'os écrasés ne la laissa pas bien longtemps dans le doute. Cadavre ambulant .... ce n'était pas le seul d'ailleurs, déjà l'écho d'outre tombe lui parvenait dans ce corridor lugubre et poussiéreux. Le yeux rivés sur Lui Collins termina par froncer les sourcils, sentant l'épaule de Dwayne se heurter à la sienne, avant de s'arrêter net quand le trio de tête de file stoppa sa progression.  

Porte cadenassée, visiblement pas assez solidement puisque la créature précédente, bien que clairement décomposée, avait réussi à se frayer un passage entre les battants. Derrière les râles gutturaux, l’écho des mains squelettiques qui s'y cognaient, pas besoin d'être devin pour comprendre qu'il y en avait bien plus que dans la salle commune. La chaîne ne laissait aucun doute, les gardiens et le reste des détenus encore en vie s'étaient préservés d'un flot de moches. Son cœur battit plus vite, néanmoins la voix du militaire la tira de sa torpeur. A l'arme blanche donc. Bates et Gordon réguleraient le flux. Collins humecta ses lèvres et se tint prête, esquissant un simple sourire approbateur à l'ultime regard que lui servit Donovan. Le cliquetis de la pince retentit et les premières créatures filèrent vers eux. Merde, fallait en laisser sortir autant ? Ou c'était juste la galère de les retenir même pour les deux types plus costauds du groupe ? Peu importait, déjà le grand brun se chargeait d'un duo et, prête à avancer, l'assistante fut devancée par Dwayne.

C'est pas le moment d'pester Evy, il compte sur toi. Ravalant ses injures pour le rouquin, Collins laissa l'un des moches tendre les mains dans sa direction. Dos au mur une seconde, la jeune femme lui maintint le bras, passa par dessous et lui éclata le nez contre la paroi de bitume avant de reculer, juste à temps, pour voir s'écrouler le second contre les jambes du premier. Il eut à peine le temps d'ouvrir la bouche que sa lame lui créait un troisième orbite sur mesure. Le rouquin toujours dans ses pattes, à se défendre dans son dos, la blonde jeta un regard vers la porte d'où affluaient d'autres macchabées puis passa l'avant bras sur son front déjà perlé de sueur.

- Bon sang arrêtes de m'coller on y voit quasi rien, Pesta-t-elle, persuadée qu'il s'agissait de Spencer. si tu t'manges ma lame dans le ....... Sûre de l'avoir heurté, Collins ravala sa salive quand deux mains froides, putrides et mal odorantes, lui cerclèrent les épaules.

Aucun cri ne fila ses lèvres, malgré tout le claquement des mâchoires à son oreille la poussa à réagir comme Floyd lui avait enseigné. Malheureusement, si la technique marchait parfaitement avec les hommes, elle n'avait aucun effet sur les morts sinon celui de lui faire paumer sa lame. A ce constat la jeune femme resserra la poigne contre sa torche, la colla loin dans la trachée du moche, puis se retourna pour le repousser contre un mur. Ce con l'aveuglait avec son idée lumineuse, pourtant fallait qu'elle le tue... A deux paumes Collins appuya sur la lampe, grimaçant quand aux craquements et à l'haleine immonde du monstre, jusqu'à ce que la résistance cède et la pousse à quasiment lui tomber dans le bras. Au moins il était mort, l'avantage d'être à un stade de décomposition avancé, néanmoins elle était toujours désarmée et Floyd avait été clair, pas de flingue ou juste en cas d'extrême urgence. La torche dégueulasse de retour entre ses doigts, une nausée plus tard, et enfin elle vit briller le couteau entre deux dépouilles, prête à aller le récupérer sans même capter qu'un des monstres, sous un autre, n'était pas tout à fait mort.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   
Revenir en haut Aller en bas  
- Bear, and forbear -
Page 7 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» "Bear, and forbear." || {Ailis&Klegane}
» A hunter ... a bear
» Fiche technique => Trupi D Bear
» BROTHER BEAR ✗ ❝ koda, i did something very wrong ❞ (kenai)
» FB : Le Bal de l'horreur [Pv. Bear D. Seiko]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: