The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Bear, and forbear -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1175
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Dim 9 Sep 2018 - 17:06
Bear, and forbear


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Debout, maintenue par la taille, Evelyn se sentait déjà bien mieux que la veille et le matin. Pas prendre soin de lui c'était comme lui dire de pas prendre soin d'elle. Il comprenait pas, les choses entre eux marchaient que dans un sens. Enfin pas toutes non plus. Fallait simplement toujours en passer par du très bas pour revenir plus haut. Il était pas son colocataire, elle en avait conscience et si pour elle il était bien plus, qu'elle pouvait lui donner ce titre si précieux sans qu'il le sache, Evy savait que c'était pas la même chose pour lui. Enfin bref, encore une fois ils effaçaient l'ardoise et un rire accompagna le sien au sujet de Takeo. Comme si le fait qu'il soit d'une autre origine le rendait plus con qu'un autre, enfin remarque, Shigeru était pas non plus un modèle de vertu. C'était certes son meilleur ami, néanmoins, Collins se rendait compte que les types qui comptaient pour elle n'avaient rien en commun avec elle et que la plupart, bien qu'adorable, adorait se foutre de sa poire. Quant à Dwayne qui l'estimait, elle se contenta de rouler des yeux. Elle lui avait parlé comme à un chien, parce qu'à son regard l'écart du militaire était entièrement de sa faute, et finalement peut-être que son malaise lui retomberait dessus aussi. Oui, elle était pas objective, pas une seconde. Donovan était sans doute le pire homme avec qui elle pouvait sortir et malgré tout elle le collait sur un piédestal parce qu'elle lui devait le simple fait d'être encore de ce monde, qu'il l'avait sauvé deux fois, qu'il lui avait montré des choses différentes, lui avait appris à vivre plutôt que simplement survivre. Et y avait pas que ça.  

- Pourquoi, tu veux m'porter ? Répondit-elle avant de secouer la tête. Ça va aller, j'peux marcher, j'ai peut-être deux mains gauches mais, pour le reste ça va.

Proche de lui, se fichant bien des gens qu'ils pourraient croiser sur le chemin Evelyn quitta le dispensaire et rejoignit la maison pour se voir imposer le repos dans le sofa. Profites en l'temps que ça durera princesse. Sa conscience était engourdie, comme le reste de son corps encore groggy du malaise, mais déjà elle se sentait bien mieux. Plus de dispute, plus de maux, même les horreurs qu'il lui avait dites la veille n'existaient plus. Enfin si, elle les avait imprimé mais ça n'avait plus tant d'impact là, quand il était comme ça avec elle. Quand il était doux, tendre, son homme imparfaitement parfait. Il était peut-être pas à elle, mais dans son regard – même sévère ici -, dans ses gestes, Evy voyait transparaître l'infime, peut-être même futile, valeur qu'elle avait pour lui. S'il tenait pas à elle, s'il s'en fichait, il se serait pas emmerdé à venir la chercher. Assise dans le sofa, la jeune femme ancra la tête au dosseret puis ferma les yeux. Son cœur battait encore de travers. Elle aurait jamais dû ne rien avaler, pourtant elle n'avait pas faim, agir de la sorte face à lui, tenter de lui tenir tête et de lui faire croire qu'il obtiendrait plus rien d'elle, ce n'était clairement pas une bonne idée, ni même ça ne lui ressemblait. Quand il revint, elle rouvrit les yeux et esquissa un sourire en décrivant ce qu'il lui avait déposé sur la table basse avant de ramener les jambes fléchies contre son buste.

- Ça va mieux, Pas besoin de lui dire que c'était parce qu'il était là, à la considérer. Il comprendrait, ou pas, peu importait car déjà son geste envers elle, son baiser, l'invitait à l'apaisement totale. Cette plénitude là, Evelyn ne l'obtenait qu'avec lui, juste lui. Y avait rien de meilleur au monde que de se sentir exister de cette manière là, dans son regard.  Et oui, ça va aller, mais si... Sourit-elle contre ses lèvres avant de se redresser doucement pour agripper un morceau de fruit. t'es quand même l'roi de la cuisine.

Un léger éclat de rire lui échappa. Il savait pas cuisiner ce qu'elle savait concocter certes, mais lui savait y faire des choses dont elle ignorait tout encore trois mois plus tôt. Avalant le quartier, Evy déposa la tempe sur son torse avant de plisser le nez. Elle aurait pu s'endormir là, et ne pas se réveiller avant tard le lendemain. Juste le son de son cœur la berçait, le mouvement de ses inspirations tout autant. Elle avait pas besoin de grand chose pour se sentir bien, juste de lui, comme elle l'avait eu à Renton, quant il y avait plus qu'eux.

- Tu crois qu'tu saurais imiter la signature d'un des infirmiers, pour m'dispenser d'boulot ? Plus détendue, son esclaffe la fit vibrer contre lui avant qu'elle reprenne plus sérieusement. Tu sais qu'Dwayne m'a dit que j'devrais venir la prochaine fois, Elle grimaça avant de redresser les yeux dans les siens. tu m'plumerais j'sais même pas jouer au poker. Enfin, y a rien que tu pourrais gagner que tu m'as déjà extorqué. Un soupir fila ses lèvres alors qu'elle revenait céder aux siennes pour en avoir trop manquée. Mais si tu veux t'as l'droit de les inviter ici, j'ferai pas chier, promis parce que j'aime pas qu'on s'engueule, j'aime pas quand on va pas bien.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1219
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Dim 9 Sep 2018 - 20:47
Ça va mieux. Donovan fronça les sourcils, il espérait vraiment que ça allait, et que ça irait mieux encore. Il aimait pas la voir comme ça, il aimait pas lui faire du mal au point qu’elle se laissait aller. Peut-être que rester ici était une mauvaise idée, mais lâche et faible comme il était, c’était le plus simple, le mieux pour lui. Pas pour elle. Et il le savait. « Ça dépend c’qu’il faut passer à la casserole quoi … » souffla-t-il avant de rire à son tour, avec elle clairement il était roi de la cuisine, mais pas pour ses talents de cuisinier. Le souvenir de la cuisine laide de Renton s’invita dans son esprit, ça l’avait rendu plutôt pas mal cette cuisine. Alors ici, avec la putain de cuisine de la baraque, y’avait de quoi en faire un truc à inscrire au patrimoine de l’humanité sans doute.

Son bras s’enroula autour de ses épaules, la gardant blottie contre lui, l’odeur de ses cheveux flirtant avec ses nez et lui donnant cette sensation d’être juste bien. C’était mieux finalement, mieux que picoler, mieux qu’aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte … Ola garçon. « Tu me demandes de faire un truc qui nous causera à tous les deux des emmerdes auprès de Dieu le père ? Enfin, Cruella, la mère ? Même pas en rêve Collins. » Ils avaient déjà suffisamment joué avec le feu, mais le tatoué en rit tout de même. « Ou alors va falloir me convaincre. » ajouta Donovan d’un air entendu.

Un air surpris accueillit la révélation, Dwayne lui avait proposé de se joindre aux soirées poker ? Il se prenait pour qui cette face de pet … « Si ça te tente, tu peux, Dinah était là hier soir, évidemment j’gagne toujours mais ça empêche pas de passer un bon moment. J’te filerai mes astuces. » Il était déjà lancé, presque ravi de l’embarquer avec lui là-dedans, mais la blonde ajouta quelques mots qui s’ils auraient dû le faire sourire, lui serrèrent le cœur. Est-ce qu’il était vraiment en train de tout lui voler ? Donovan la tenait dans la paume de sa main, il pouvait en faire ce qu’il voulait, finalement à bien y penser il valait pas mieux que Swann, sauf que leurs méthodes étaient différentes.

Le baiser qu’elle vint lui donner coupa cours à ses pensées négatives. Ses doigts caressant délicatement son dos, Donnie profita de l’échange, encore trop rapide, trop succinct à son goût. « Nah tu sais … Enfin ça reste chez toi, faut pas que tu dises ça ou que tu fasses les  trucs pour moi. On fera une soirée poker ici si ça te tente de t’y frotter, sinon t’en fais pas, cet abruti de Dwayne a rien contre héberger. » Il lui devait bien ça même, parce que … tout simplement parce que, c’était lui qui lui ramenait des nénettes qu’il pouvait espérer draguer même si le résultat était rarement probant.

Logeant ses doigts à la mâchoire de la blonde, son pouce et son index à son menton, Donnie plongea son regard dans les iris noisette d’Evy. « Ce malaise, comment ça se fait ? C’était … juste ma faute ou alors il se passe un truc que je sais pas ? » Un vague air désolé fila ses traits, remplacé par cet air sévère et inquiet. Donovan voulait pas la voir se tuer la santé ou le moral pour June, la rousse lui donnait pas mal de boulot, elle avait confiance en elle et ça c’était sans doute gratifiant pour Evelyn mais il avait aussi son avis sur les plus hauts placés qui déléguaient leur boulot.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1175
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Dim 9 Sep 2018 - 22:33
Bear, and forbear


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Oui, quand il la passait elle à la casserole il savait se démerder. Elle en rit contre lui, autant que pour l’imitation de signature. Enfin il avait pas tort, ils étaient passés entre les gouttes, fallait pas abuser. Sauf si elle le convainquait ? C'était tentant, mais si elle bossait pas le lendemain lui si, finalement non, c'était pas tentant, pas une seconde. Lovée là, elle ferma les yeux une minute, l'écoutant reprendre sur ce que Dwayne lui avait proposé et ce qu'elle venait elle même de lui proposer. Lui apprendre ses trucs, uhm, encore faudrait-il pour ça qu'il lui apprenne les règles de ce jeu déjà. Ce pouvait être amusant, même si elle ignorait si on pouvait s'adonner à ça en duo. Dans ces souvenirs, du peu de séances poker qu'elle avait pu voir dans les films, ils étaient souvent bien plus nombreux. Elle y connaissait rien, mais le sourire qu'il venait d'afficher à l'idée de la voir partager ça avec lui, et avec ses amis, la poussait déjà à imaginer le truc. Elle aurait peut-être la chance du débutant qui savait ?

- Tes astuces uhm, t'as pas peur que l'élève surpasse le maître ? Sourit-elle en redressant le nez pour croiser ses prunelles grises. J'veux dire, si je gagne, enfin pour ça faudrait déjà que j'accepte venir avec toi pour jouer et que tu m'apprennes les règles, tu perdrais en crédibilité T'faire laminer par une blonde en plus. Elle rit tempérant doucement ses esclaffes pour redresser les doigts contre sa joue alors qu'il parlait de cette maison comme de la sienne. Sa maison. Evelyn ne voyait pourtant pas les choses ainsi, il était pas seulement invité ici, il était pas non plus son colocataire, il avait autant de droits qu'elle entre ces murs. La seule chose dont elle ne voulait pas c'était ce qu'elle lui avait servi – plutôt sèchement d'ailleurs – le matin même. T'as le droit de faire ce qui te plaît ici, mais mets moi juste au courant avant.

Quant aux filles, Evy grimaça et baissa les yeux. Ça lui plaisait ça aussi, néanmoins elle éviterait d'en parler, il lui avait dit avoir compris. Ça lui nouait toujours autant le cœur finalement d'y songer. Parfois ça lui brûlait les lèvres de lui demander. Combien, qui, où et quand... Juste pour ne pas devenir dingue à l'imaginer, chaque fois qu'il n'était pas ici, entre les bras d'une autre alors que c'était pas forcément le cas. Mais pas ce soir non, ce soir Collins voulait simplement profiter de cette plénitude qu'il lui offrait, de ce regard particulier, où planait l'inquiétude qui traversait le sien la veille, alors qu'il englobait délicatement son menton. Si c'était sa faute ou autre chose ? Un peu des deux finalement, elle avait cru pouvoir composer et jongler entre bien des choses, mais c'était pas évident, encore moins quand on n'avalait rien, qu'on était contrariée et qu'on avait pas dormi de la nuit mais, puisqu'elle désirait faire perdurer ce moment là, entre eux, juste eux Evy fronça le nez et entrouvrit les lèvres.

- J'ai pas dormi, j'ai rien avalé. Elle haussa une épaule. C'est tout, c'est pas ta faute même si, ... La jeune femme se mordit fiévreusement la lèvre.

Il lui demandait d'être honnête avec lui, c'était ce qu'elle lui quémandait aussi, alors elle devait forcément s'y plier même si elle craignait un peu sa réaction. C'était difficile de lui parler alors que ça avait été plus simple à Renton. Que là bas il avait plus aussi peur d'elle. Fallait parfois en passer par la difficulté pour que l'aisance soit plus agréable ensuite n'est-ce pas ? Sans encore rien dire, elle logea les mains à ses mâchoires et riva les lèvres aux siennes. Plus dures, plus éloquentes. Gorgées de ce qu'elle taisait, ce qu'il devait malgré tout comprendre parce qu'il était loin d'être aussi con qu'il le lui affirmait. Donovan était pas bête, il avait compris, sans doute avant elle. C'était pour cette raison qu'il lui avait dit qu'elle devait être sûre d'elle. Evelyn lui avait menti, il le savait ça aussi puisqu'elle le lui avait avoué, de rage, dans cette affreuse cuisine du District. J'suis naïve et amoureuse oui, ses propres mots résonnaient dans l'étreinte de ses lèvres là, de sa langue qui cueillait la sienne en une douceur lancinante qui pulsait jusque dans le creux de son cœur. Se détachant lentement, ses paupières closes, Evelyn rouvrit doucettement les cils pour l'observer en un large sourire, espérant une réponse franche qui n'avait rien à voir avec ce qu'il lui avait dit la veille.

- Je sais que t'es pas .... Elle déglutit, s'étranglant dans un rire trop faible et nerveux. Il devait sentir son cœur battre contre lui, néanmoins il fallait qu'elle le lance. mon petit ami mais, t'es pas non plus mon colocataire pas vrai ? Elle lui avait fait comprendre le matin même. Les colocataires se contentaient de vire ensemble, rien de plus, ils ne partageaient rien sinon les vivres, les pièces, l'eau et l’électricité là non. Ses mains tremblaient contre ses joues et pourtant Evelyn désirait qu'il ait pas peur, parce qu'elle même avait peur de ce qu'il pourrait entrevoir, lire, dans ce qu'elle disait sans malgré tout vouloir lui imposer quoi que ce soit. et c'est pas ma maison, elle est à toi aussi même si c'est juste on ... Ça m'suffit ce on. J't'embêterai plus, je serai plus chiante j'te demande juste d'être franc, c'est tout ..... et, non c'est faux, j'ai aussi envie d'autre chose. Reprit-elle en lissant la commissure de ses lèvres du bout du pouce. Que tu m'embrasse encore, mieux que ça.

Il se remémorait ça, de ce qu'elle lui avait dit, à bout de souffle, lorsqu'il avait rivé ses lèvres aux siennes dans le bar, pour la première fois, la première fois qu'il lui offrait suite à leur premier échange qu'il avait refusé par crainte qu'elle soit .... Exactement ce qu'elle était là, à l'instant T.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1219
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Lun 10 Sep 2018 - 7:04
« Peur que l’élève surpasse le maître ? Collins, même en mille ans, tu me surpasseras pas au poker. » Là-dessus, Donovan était plutôt confiant. Il avait eu amplement le temps de s’exercer, de perdre et de gagner, de voir ce qui marchait, ce qui marchait tellement pas qu’il fallait une apocalypse pour éponger ses dettes, bref, il maîtrisait le sujet sur le bout des doigts. « T’en fais donc pas pour ma crédibilité … Et dans le pire des cas, tu trouveras un moyen de te faire pardonner j’suis sûr. » Un sourire appuyé et un petit haussement de sourcils répété, elle calerait bien ce qu’il voulait dire par-là. « Okay, c’est noté. » Il ferait pas ce qu’il voulait, sinon ça deviendrait assez vite le Bronx, même en la prévenant, mais il tentait déjà de se faire à l’idée qu’il avait autant de droits qu’elle dans cette baraque. C’était bizarre, le tatoué s’était presque plus senti chez lui à Renton, parce que là dans cette maison de Fort Ward, il créchait parce qu’Evy voulait bien qu’il y reste alors que là-bas, c’était juste un coin à prendre.

Laissant filer les discussions de poker et de soirées strip-teaseuses, Donovan s’inquiéta de ce qui lui était arrivé pour qu’elle fasse un salto arrière parfaitement contrôlé dans les bras de San Goku. Pas dormi, ouais c’était bien sa faute ça, rien avalé, sans doute aussi super. Pas ta faute même si … Donovan fronça les sourcils, prêt à la cuisiner si elle lâchait pas le morceau, mais la blonde revint l’embrasser. Là, il pouvait rien dire, rien faire, c’était magnétique presque dès qu’il pouvait la sentir comme ça contre lui. C’était ce genre de baiser qui résonnait dans toute sa carcasse maltraitée par les années, l’alcool et le tabac, mais aussi dans son cœur, qu’il le veuille ou non. Quand elle venait l’embrasser comme ça, le brun pouvait pas s’empêcher de la tenir encore plus proche de lui, de glisser ses doigts sur le tissu de ses fringues clairement moins bon marché que les siennes, de retrouver sa peau même une fraction de seconde.

Le laissant pantois, Evy reprit avec des mots qui apparemment avaient du mal à se frayer ce chemin pourtant si simple entre le cerveau et les lèvres. Mais finalement, ces petits enfoirés résonnèrent à ses oreilles, le faisant inspirer plus lourdement, son regard déviant vers le vide à côté d’elle. Avec cette question qu’elle laissait ouverte et qu’elle voulait sans doute pas cadenassée, Collins lui renvoyait en pleine tronche ce que lui voulait pas réfléchir. « J’sais pas Evy … » souffla-t-il, sa langue passant nerveusement sur ses lèvres fines. « Je sais pas c’qu’on est, je … je veux pas savoir. C’est juste … j’veux pas te blesser, j’veux continuer d’être là … » C’était désordonné, mais elle comprendrait sans doute, il prêta à peine attention à la suite de ses paroles. Ou plutôt il eut pas vraiment besoin d’y prêter attention pour savoir ce qu’elle disait.

Son regard gris revint se poser sur elle, elle qui était fragile et pourtant plus forte que lui. Il en observa chaque détail de son visage, fronçant discrètement les sourcils à cette cicatrice qu’il vint caresser du pouce. Finalement c’était ce qui les avait le plus rapproché, qui avait fait le plus éclaté ce qu’ils étaient l’un pour l’autre, y’avait rien de plus qu’il soit pas incapable de lui dire. Et pour tout ce qu’il était pas capable de dire avec des mots, y’avait qu’une seule façon de faire pour le tatoué. Ses lèvres vinrent à nouveau chercher celles de la blonde, plus fiévreuses, plus envieuses. Il espérait qu’elle comprendrait à travers ça, qu’il y avait tout ce qu’il voulait pas dire, tout ce qu’il était pas prêt à faire, et tout ce qu’il ressentait pour elle malgré tout le reste. Se reculant à peine, à bout de souffle, le brun reprit dans un sourire. « T’es comme Serge. » Son doudou, en plus sexy.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1175
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Lun 10 Sep 2018 - 17:37
Bear, and forbear


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle crevait de l'entendre dire ce qu'il pensait, ce qu'il ressentait vraiment, mais si c'était difficile pour elle de lui poser pareille question, c'était plus dur encore pour lui d'y répondre. Ses doigts n'abandonnèrent pas sa peau pour autant, tâchant de se montrer douce, aussi compréhensive qu'elle pouvait l'être. Là pour lui même s'il avait le pouvoir de tout briser encore. Alors, quand il baissa les yeux, qu'Evelyn perdit l'accroche de son regard où, parfois, il lui était simple de lire ce qu'il taisait, la jeune femme retint son souffle. Peut-être était-ce trop, peut-être en avait-elle trop demandé et pourtant ce n'était pas grand chose, la blondinette désirait simplement savoir s'ils avaient plus d'importance que cette étiquette affreuse, qui sonnait même faux, qu'il avait collé sur eux la veille.  

J'sais pas Evy... Elle était pas déçue non, mieux valait qu'il sache pas, en un sens, qu'il lui soutienne qu'effectivement, y avait rien de plus ni même de sérieux les concernant. Là, même s'il ne savait pas, même s'il ne voulait pas savoir, la jeune femme avait au moins l'assurance que ça lui tenait suffisamment à cœur pour qu'il ne veuille pas s'en passer. Il désirait perdurer ici, avec elle, c'était ce qu'elle voulait aussi, du moins une part de ce qu'elle souhaitait.  A défaut de pouvoir construire un véritable avenir avec lui, comme c'aurait été possible autrefois, s'ils s'étaient rencontrés, s'il y avait eu cette connexion si particulière, Collins savait qu'il ne comptait pas la fuir, ou l'abandonner même s'il ne pouvait s'offrir entièrement à elle. C'était mieux que rien. Mieux que si elle n'était rien d'autre qu'une parmi d'autres à son regard. C'était plus mais à la fois moins que ce qu'elle aurait aimé l'entendre dire.

Un sourire étira ses lèvres quand il passa les doigts contre sa cicatrice, puis mourut contre ses lèvres qu'il revenait presser férocement contre les siennes. Ses mains filèrent naturellement à sa nuque, à ses épaules, son torse, où elle savoura les vibrations plus denses de son cœur, pour mieux serrer son t.shirt et le ramener à elle. La poitrine soulevée pas l'écho de l'échange, sa manière à lui de lui certifier que malgré ses silences elle lui était précieuse, Evy rouvrit les yeux en laissant échapper un rire léger à sa conclusion.

- Rose et pelucheuse ? Elle éclata de rire avant de se reprendre doucement. J'espère juste que tu fais pas tout ça avec lui, Encore essoufflée par les deux précédents baisers, elle s'invita contre lui, contre ses jambes. Une chance inouïe à son regard de pouvoir le surplomber de cette manière sans qu'il y trouve à redire, comme si elle devenait l'impératrice de ses sens et désirs. C'était éphémère, mais la jeune femme savait parfaitement que c'était là sa manière de parler sans malgré tout devoir prononcer de longs discours, ou de belles déclarations. ce serait bizarre, Doudouophile. Si elle fut amusée par sa propre connerie, déjà ses mains s'invitaient contre lui, contre la chaleur mordante de sa peau, là, juste entre son jeans et le t.shirt qui l'empêchaient de le dévorer des yeux, du bout des lèvres. Non ! Rit-elle en dressant l'index contre ses lèvres à lui. m'dis pas que ça existe, j'vais avoir des images vraiment terribles dans la tête. En un sourire, ses mains filèrent plus haut, redressant les fibres contre lui, laissant ainsi accès à ses lèvres qu'elle déposa ça et là avant de lui ôter complètement la gêne de coton pour mieux savourer sa chaleur, sa douceur, les reliefs d'encre qu'elle connaissait par cœur. Elle aurait pu l'esquisser les yeux fermés, sur le bout des ongles qui gravaient tendrement son épiderme en y faisant courir quelques nuées de frissons. C'est dur de te résister, mais j'veux que tu reste aussi, que tu continue de me faire c'que tu m'fais. Si tu as encore envie de moi ... Ses lèvres glissèrent contre son cœur, son cou, sa gorge et enfin ses lèvres. t'arrête pas Donovan.

Dans sa poitrine battait furieusement son cœur. Le sang réchauffait ses veines et ce n'était pas dû à l'envie qu'il faisait naître en un claquement de doigt, mais bien plus par ce qu'il lui avouait pas et qu'il lui disait uniquement dans ces moments là. C'était comme lui arracher son amour à la racine même de ce qu'il était, lui subtiliser et s'en sustenter à défaut de pouvoir en savourer les notes portées par sa voix.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1219
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Mer 12 Sep 2018 - 21:07
Rose et pelucheuse ? Donovan haussa un sourcil, mettant un instant à recoller les morceaux, forcément il avait dit qu’elle était comme Serge. « Mon doudou sexy … » compléta le tatoué, réalisant même pas ce qu’il pouvait dire, ce que pouvaient cacher ses mots. C’était égoïste, mais c’était la plus pure des vérités, il la voulait à lui, pour lui, là où il était pas foutu de rester éternellement fidèle à une seule nana. Bien sûr, il l’avait été, Ella avait toujours eu son exclusivité, comme Cassie, mais c’était d’autres maux qui les avaient séparés, dont il était à l’origine. Relation de cause à effet ? Peut-être, il y pensa rapidement plus, un sourire étirant ses lèvres fines. « Non … Serge il me fait souvent la morale, ce petit enfoiré rose et pelucheux, genre il sait tout mieux que tout le monde. Mais j’te rassure, j’préfère les nanas, bien vivantes. » Il se rappela un instant la tronche de la rombière dans le club cuir, cuir, cuir, moustache de Nate, étouffant un rire avant de grimacer. « Par contre j’suis désolé de te dire ça mais ça doit exister Evy. » Tout était possible, non ?

Comme le fait qu’il parvienne à parler, contrôler ses gestes alors que la blonde se montrait plus affectueuse, chaleureuse. Enfin, ça c’était avant, c’était avant que son cerveau réponde aux abonnés absents. La communication avait été coupée, les seules informations qu’il recevait, c’était ces frissons partout où ses mains couraient, et ce gros boom qui résonna partout dans son corps à ses paroles. « Si j’ai encore envie ? » souffla le brun en logeant sa main à sa nuque pour ramener ses lèvres aux siennes, rivant son regard gris à ces deux iris noisette dans lesquels il se voyait peut-être différemment. Petit à petit, avec le temps et la patience dont elle faisait preuve, peut-être qu’Evy arrivait à loger autre chose dans son crâne que la colère et la haine qu’il avait toujours éprouvé. « On pourra rayer le salon de la liste des pièces à inaugurer … » ajouta-t-il dans un sourire avant de revenir l’embrasser, ses mains glissant sous l’étoffe de son haut. « Les actes parlent plus que les mots, non ? »

L’instant d’après, le tatoué échangeait encore leurs positions, sans quitter ses lèvres dont il voulait pas se séparer. Donnie en avait conscience, sans vouloir le reconnaître, il avait besoin d’elle, et c’était pas qu’une histoire physique. Il avait besoin de tout ce qu’elle pouvait lui apporter, cette fraicheur, cette innocence, ces secondes chances. Elle était capable de le faire chier, royalement, mais pourtant, elle était capable de bien plus, et il était capable de tout pour elle, même voir au-delà du reflet que lui renvoyaient tous les miroirs du monde. La nuit tomba sur leurs retrouvailles, leurs excuses, cette discussion qui se passait de mots, ces gestes qui parlaient plus que le plus long des discours. L’orage était passé, comme à chaque fois, pour ce qui lui semblait encore être la dernière fois.

[…]

9 septembre 2018

« Penses bien à prendre toutes tes affaires, on pourra pas faire demi-tour et j’doute qu’on trouve ce qui nous manquerait là-bas. » Donovan imita les manières soigneuses et précieuses d’Evy, planté dans le hall d’entrée, son sac à dos à l’épaule. Ils avaient repéré un endroit qui pourrait sans doute les aider à refaire leur stock de munitions. Il fallait bien avouer que l’arrivée de la Croisière s’amuse les avait obligé à sortir l’artillerie lourde, presque littéralement, et que les stocks avaient pris une grosse claquade. Si Stanley voulait continuer les entrainements à l’arme à feu, il fallait refaire les stocks, s’ils voulaient continuer à montrer qui avait la plus grosse, il fallait refaire les stocks. C’était une prison qui avait donc retenu leur attention, dans ce genre d’endroit on trouvait généralement de quoi faire. Donnie avait monté un petit groupe et Evelyn en ferait partie, il savait plus trop ni comment ni pourquoi elle s’était retrouvée mêlée à ce groupe-là. Dwayne, deux autres collègues militaires, Evelyn et lui. La dream team.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1175
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   Mer 12 Sep 2018 - 22:13
Bear, and forbear


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Mon doudou sexy, un large sourire avait étiré ses pétales. Evelyn était bien aussi rose que la peluche en question finalement. Néanmoins le nez de l'original se plissait pas de cette manière là. Sexy... C'était dingue qu'il puisse lui dire ça. Elle savait pas non plus ce qui le poussait à le penser, parce que bien que secret ou incapable de dire certaines choses, Donovan balançait pas des trucs qu'il pensait pas, mais s'il lui disait alors, c'était qu'il y avait une part de vraie la dedans. Collins s'appliqua donc à l'être pour lui : sexy. Ses mains filaient déjà contre son torse, jusqu'à sa nuque où elle se suspendirent pour l'écouter et grimacer quant au fait que certains s'amusaient différemment avec des nounours. Uhm, tant que lui le faisait pas, c'était le principal, et ce même si elle aurait préféré entendre qu'il ne préférait qu'elle et pas des nanas. Déjà il reprenait ses mots, comme si après la tempête de la veille, et des heures précédentes, elle reconnectait chaque fils entre eux pour qu'ils soient de nouveau sur ce même câble, tendu au dessus du gouffre, où ils jouaient habillement les équilibristes. C'était périlleux, dangereux, mais ce goût d’interdit ne l'étant pas vraiment la faisait vibrer entièrement contre lui, au creux de ses lèvres qui revinrent s'emparer des siennes. On pourra rayer le salon de la liste des pièces à inaugurer. Si elle ne répondit pas de suite, préférant le laisser poursuivre encore, Evelyn arqua un sourcil d'un air légèrement plus défiant.

- Après ça c'est moi qui ai un souci avec les listes et les post-it en tous genres. Son timbre était déjà plus vaporeux, transpercé par ce qui la traversait à l'instant T. Mais les tiennes sont plus sympas que les miennes j'avoue. Sans plus de pudeur, plus sûre d'elle entre ses bras et parce qu'il avait raison, qu'elle savait qu'il était capable de lui avouer, de lui dire, tout ce qu'il taisait dans ces instants là, d'une intensité telle qu'elle imaginait pas une seconde que ce serait mieux ou plus éloquent avec un autre, la jeune femme glissa les mains à sa ceinture pour la déboucler afin de s'enticher de l'envie papable qui flirtait avec la sienne. En un battement de cil il la surplombait, et le lien de cuir bien inutile tintait contre le parquet. Tout était oublié, tout s'effaçait à la rencontre de leurs lèvres éprises, de leurs souffles mêlés, dans ce mélange harmonieux autant qu'il était difficile à décrire. Mais le militaire avait raison, elle lui donnerait pas tort une seconde puisqu'elle savait qu'il était entier là, sans pudeur, sans gêne aucune, uniquement à elle et capable de lui prouver qu'il tenait à elle autant qu'elle tenait à lui : les actes parlaient bien plus que les mots. Tu peux m'parler comme ça autant que tu veux. Rit-elle une dernière fois avant qu'ils se débarrassent l'un l'autre des vêtements, des poids et chaînes, des lourdeurs délicieuses qui mûrissaient dans leurs entrailles.

[...]

Elle l'entendit la héler depuis le hall, et s'il se foutait pas d'elle, y avait malgré tout une petite pointe de moquerie dans son timbre. Peu importait, là, elle terminait d'emporter ce dont elle aurait besoin pour l'expédition. June était prévenue, et quand bien même aurait elle préféré la garder près d'elle, Collins avait simplement précisé que ce n'était pas le moment de chômer. Depuis Agate, depuis que l'épave s'était échouée près de chez eux, le stock de munitions n'était plus aussi fourni. Y remédier ne serait pas de trop, aussi quand il lui en avait parlé, elle y avait vu une opportunité de fuir l'atmosphère lourde de Fort-Ward et de pouvoir être utile ailleurs qu'à gratter du papier. Embarquant sa petite trousse d'urgence, quelques lingettes qui seraient, somme toute, très utiles puisqu'ils n'auraient sûrement pas l'eau courante dans cette fameuse prison, Collins retint son sourire amusé en descendant sa grosse valise dans les escaliers. Dur de pas exploser de rire en voyant sa tête.

- T'as dit toutes mes affaires ! Ils partaient pas en voyage, mais l'inviter à penser qu'elle était superficielle à ce point était drôle. Ça détendait l'atmosphère, enfin, jusqu'à ce qu'elle soit plus capable de se retenir et rit sur la dernière marche. C'est une blague, je prends que ça, Elle désigna un sac à dos, en plus de sa besace, c'était suffisant. Pourtant, elle se planta devant lui, près de la glace qui surplombait le géridon et croisa son regard en un sourire mutin tandis qu'elle resserrait sa queue de cheval. détends toi Donovan t'es raide comme un piquet. Elle lui passa devant et l'invita, en une petite révérence, à quitter la maison avant de verrouiller la porte. Tu sais qu'on va passer par Forks pour rejoindre cette prison, ils ont tourné Twilight là bas. Reprit-elle en avançant vers l'armurerie, point de rendez vous avec les autres qui les accompagnaient. Remarque, elle s'en fichait, le plus important d'entre eux était là, avec elle, et elle lui souriait déjà largement. Tu connais pas Twilight ? S'il connaissait elle en serait surprise, c'était qu'un film de fille. Enfin, ils ne feraient que passer dans cette ville, le centre carcéral était plus haut, entouré de bois, sans doute lugubre à souhait. Mais d'après le militaire, et ses hommes, c'était encore ce qu'il y avait de plus probant pour récupérer des munitions et sans doute de quoi retaper plus solidement la barricade s'étant effondrée sous le poids des morts. Proche de lui, profitant encore des rues désertes, Evelyn lui déroba un baiser puis sourit avant d'avancer plus vite pour rejoindre l'attroupement de types devant l'armurerie, sans manquer Dwayne au passage. J'ai du chatterton dans mon sac s'il saoul trop Spencer. Chuchota-t-elle au tatoué avant de sourire. Déjà le type de l'intendance lui donnait ses armes. Glock et sa fidèle lame, quelques chargeurs, plus qu'à rejoindre les véhicules et même si elle avait pas envie, elle était persuadée qu'ils se payeraient Dwayne dans le leur.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Bear, and forbear   
Revenir en haut Aller en bas  
- Bear, and forbear -
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» "Bear, and forbear." || {Ailis&Klegane}
» A hunter ... a bear
» BROTHER BEAR ✗ ❝ koda, i did something very wrong ❞ (kenai)
» FB : Le Bal de l'horreur [Pv. Bear D. Seiko]
» Boutique de Teddy Bear .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: