The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- A guilty conscience needs no accuser -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1219
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: A guilty conscience needs no accuser   Sam 29 Sep 2018 - 14:03
C’était dur pour lui de ressasser tout ça, pas pour son geste, quoique parfois le fait d’avoir buté un type qu’il avait considéré comme un frère d’armes pouvait lui peser, mais surtout pour elle. C’était Evy qui avait souffert dans cette histoire, et pourtant la blonde prenait encore sa défense, elle était prête à endosser toute la responsabilité de cette foutue histoire, et ça le foutait en rogne. Il en soupira, agacé, contre la terre entière. Entendre June approuver son geste le rassura néanmoins.

Mais la rousse avait encore quelques cartes à abattre, pourquoi lui mentir ? « Tu sais où est notre loyauté, tu serais pas là si c’était pas le cas … » S’il avait pas soutenu son accession au pouvoir, il aurait très bien pu lui mettre des bâtons dans les roues, quand bien même il avait la faveur de la foule à l’époque. Quelqu’un comme elle, proche des Chambers, ça aurait été facile. Sa loyauté, lui semblait-il, était plus à prouver. Donnie suivait les ordres, les directives, même s’il approuvait pas les choix. Quant à Evy … Elle était prête à tuer pour elle, June devait bien en avoir conscience.

« Parce qu’Evy avait pas à revivre ça, ça aurait été plus simple si ce mensonge bateau était passé. » Les répercussions pour lui ? Il s’en contrefoutait, c’était pas le cas pour la douleur qui devait ronger la blonde, entre le fait de ressasser ce souvenir, celui de s’inquiéter pour l’abruti tatoué à côté d’elle, Donovan savait que c’était dur pour elle. « Parce que c’est toujours difficile de savoir comment tu vas réagir June. » Même dans ce cas-là, et il lui disait avec toute l’honnêteté du monde. Il considérait la rousse comme une personne de confiance, une alliée à défaut d’une amie, mais parce qu’il avait cette sensation qu’elle se laissait trop rarement atteindre.

« C’était mon idée de mentir. » Son regard glissa des iris glacés de l’avocate vers Evy. C’était son idée à lui, pour la protéger elle. June en ferait ce qu’elle voulait, toutes les cartes avaient été posées sur la table, l’issue de la partie était entre les mains de la rousse désormais. Donovan se laissa à nouveau glisser contre le dossier de son fauteuil, mains jointes sur les jambes.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 750
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: A guilty conscience needs no accuser   Dim 30 Sep 2018 - 13:39
Elle devait avoir mal entendu. Donovan ne venait pas de sous-entendre que sa place à la tête du camp, elle la lui devait. Du moins, son soutien avait certainement joué dans la balance, mais ne considérer que cet aspect, c’était sans doute oublier que sans elle, Maverick et ses partisans auraient eu tôt fait de le dégager. Et à voir le niveau intellectuel qui flottait chez madame Dewitt le jour de la fameuse réunion populaire, ça aurait été une chance si la sanction s’était limitée à un déclassement ou un exil. Le militaire lui devait son poste au moins autant qu’elle lui devait le sien et il ferait bien de ne pas l’oublier. Complices ou pas. Quant à la suite… l’avocate laissa filer un rire jaune et un haussement de sourcils stupéfait.

- Vous avez quel âge exactement, dix ans ? Vous faites votre petite vie en espérant ne pas vous faire taper sur les doigts par la maîtresse après une bêtise ? Elle les foudroya du regard parce que clairement, la répartie de son cadet ne lui avait pas plu du tout, on est là pour gérer une communauté, pour s’assurer que la civilisation reprend sur de bonnes bases, assista-t-elle, blême de mécontentement, qu’est-ce que vous en avez à faire de comment je vais réagir ? C’est plus important qu’une petite affaire de cœur, c’est un signe que dans notre camp, des hommes peuvent sentir qu’ils ont la possibilité de faire ça, de forcer une femme, de l’entrainer à l’extérieur pour assouvir des pulsions répugnantes, ne pas me le dire, c’est laisser courir les autres Homer Mills potentiels qui sont parmi nous – ou pourraient arriver. Ça pourrait compromettre tout ce qu’on construit et tout ça pour quoi ? Pour épargner le cœur de mademoiselle Collins ?

Même June fut capable de se rendre compte de la violence des mots qu’elle venait de proférer à l’égard de son assistante. Il était rare que le masque de glace se fendille mais là, elle était en colère. Très en colère. Contre beaucoup de monde à l’heure actuelle. Evelyn pour sa crédulité affligeante, Donovan qui encourageait le mensonge et Homer bien sûr. S’il n’était pas mort, elle l’aurait tué elle-même.

- Je ne veux plus que ça se reproduise, acheva-t-elle dans un soupir, sans préciser si elle parlait de l’acte de Mills ou du mensonge. Si seulement elle pouvait récupérer sa disparition pour en faire un exemple…


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1175
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: A guilty conscience needs no accuser   Dim 30 Sep 2018 - 14:44
A guilty conscience needs no accuser


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


June venait de souligner l'un de ses aveux en une froideur qu'elle ne lui connaissait que trop bien, cependant ce n'était pas le pire. Le pire, c'était la lueur glaciale dans ses prunelles émeraudes, le fait qu'elle reléguait l'incident s’étant produit chez elle, en Avril, sur un plan différent que celui qu'elle même avait vécu dans les alentours de Renton. Au regard brun de Collins, c'était pourtant sensiblement la même chose, certes June n'avait pas invité son agresseur chez elle, néanmoins elle avait été à un cheveu qu'il lui arrache ce que Mills désirait s’octroyer d'elle. Cependant, s'il y avait une différence entre la blonde et la rousse, c'était que Evelyn n'avait pas mentionné le viol, pas même quand Donovan était arrivé sur les lieux cette nuit là. Elle avait au moins la décence de respecter l'intimité de son aînée, ses émotions – même dissimulés sous une cuirasse insubmersible -, sa sensibilité puisque malgré tout, malgré tout ce qu'elle laissait paraître, June devait en être dotée, et ne lui avait pas fait l'affront d'en reparler. Et si Collins se tue à la suite de ses mots, de cette question à laquelle elle aurait été bien incapable de répondre sans y réfléchir un minimum, ce ne fut pas le cas de Donovan. Malgré son calme, il était sombre, touché, blessé sans doute. Trois mois auprès de lui lui avaient permis de déceler quand il n'allait pas bien, quand il était en colère, quand il allait bien, ici, c'était de la colère, de la déception et de l'incompréhension quant à l'attitude de June.

S'il piqua, Phelbs piqua d'avantage à la suite des propos du militaire en l'incluant elle dans son discours infantilisant. Muette, Evelyn resserra les mains contre son genoux. Elle avait beau ne rien dire, la colère transparaissait sur ses traits déjà plus roses. Qu'y connaissait Phelbs en relation au juste ? Rien puisqu'elle semblait incapable de s'attacher ou d'aimer qui que ce soit. Il lui était donc aisé de pointer ce qui lui apparaissait comme une faiblesse chez les autres, chez elle tout particulièrement. Elle lui en avait fait part des mois plus tôt, lui avait soutenu que les sentiments ne créaient que des interférences lorsqu'on désirait atteindre des sommets, pourtant, elle n'était et ne serait jamais comme elle. Pour autant Collins n'en avait pas rien à faire de la manière dont réagissait cette femme, c'était important à son regard parce qu'elle l'estimait davantage qu'une simple supérieure, mais ça la rouquine l'ignorait ou désirait l'ignorer. Et à sa conclusion violente, le cœur de la jeune femme se serra plus qu'il ne l'aurait dû. Ce n'était peut-être que de la colère, toujours était-il qu'en la reléguant à ce rang où elle l'avait trouvé à la sortie de la demeure Blackmore, elle la rabaissait au niveau de tout ce qui n'avait, visiblement, aucune sorte d'importance, sinon celle de la servir, à son regard de glace. Plongé dans cette vision ci, d'une femme qu'elle respectait pourtant plus qu'elle devait le croire, Evelyn baissa les cils puis fronça les sourcils, éludant quasiment le fait que la juriste passait l'éponge pour cette fois.

Toujours muette, elle inspira et tourna les yeux vers Donovan auquel elle offrit un sourire qu'il comprendrait. Ce genre de sourire révélait ses blessures, il n'était guère enjoué ni même emplie de joie, le simple reflet de la fêlure qui venait de lézarder son âme. Si jusqu'ici elle avait pu avoir peur de l'avocate, à l'heure actuelle elle n'était plus effrayée par ce qu'elle pouvait lui faire, lui dire, simplement apeurée par ce cruel manque de compassion, d'humanité et de douceur. L'ex étudiante replaça une mèche derrière son oreille, puis appuya les mains sur ses cuisses pour se remettre debout. Premièrement, elle n'eut envie de rien dire, ne rien ajouter et, malgré tout, elle entrouvrit les lèvres. Dans ses prunelles noisettes, si Phelbs s'y attardait, nageait cette déception, cette cassure...

- Je vais vous épargner mes problèmes, qu'ils soient de cœur, physiques ou même mentaux, vous avez bien mieux à faire j'en conviens. Plus ...  important. Certes gérer le camp n'était pas une mince affaire, mais à agir ainsi, à brimer ou punir plutôt qu'à tenter de comprendre ce qui poussait les gens à agir tel qu'ils agissaient, ou à taire ce qu'ils taisaient, June se casserait le nez un jour et finirait sans doute comme Chambers. On lui tournerait le dos, si on ne lui collait pas une balle dans le crâne avant. Mais malgré la douleur, Evelyn ne pleurerait pas, la petite pointe de noirceur en elle suffisait à la maintenir tout comme à ne pas faire chevroter son timbre tout aussi monocorde et posé qu'il l'était plus tôt. Merci pour votre clémence June, cependant, à l'avenir, vous éviterez les questions personnelles à mon sujet, je n'y répondrai plus, je n'ai pas envie de vous parasiter avec mes quelques soucis. Elle lui offrit un sourire et dévia les cils sur le militaire, l'invitant à lever le camp sans devoir lui demander. Ils s'étaient tout dit non ? Étant donné l'atmosphère lourde, mieux valait en rester là, ne pas en rajouter, qu'ils se calment tous trois. Je reprendrai mon travail demain, à l'heure, ne vous en faites pas. Je sais faire la part des choses.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1219
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: A guilty conscience needs no accuser   Dim 30 Sep 2018 - 18:05
Il frappait pas les femmes, sauf si elles se jetaient sur lui avec des armes à la main, c’était sa façon de vivre, mais là, à cet instant Donovan avait envie de coller un bon crochet dans le menton de la rousse. Elle s’entendait parler bordel ? Le tatoué en retint pas un rictus mauvais, une petite affaire de cœur ? Plus elle parlait et plus le militaire luttait pour pas régler la question à grands coups de poings dans sa face. Il respectait cette nana, mais là, elle faisait preuve de tout ce qu’il appréciait pas chez elle.

Ca dépassait les vannes sur la potentielle présence d’un manche à balai dans une certaine partie de son anatomie. June se montrait aussi froide qu’un iceberg pourtant elle pouvait comprendre, non ? Ce type chez elle, celui qu’Evy avait assommé pour l’éternité, il avait bien tenté de la violer, alors pourquoi elle refusait de comprendre ce qui aurait pu blesser la blonde en ressassant l’affaire Mills ?

Il en respirait plus fort, plus lourdement, prêt à bondir, mais Evelyn répondit la première. Il avait du mal à savoir si elle s’écrasait ou si elle préférait simplement éviter plus d’emmerdes encore. Son discours le conforta dans cette deuxième option, Collins était blessée. Donovan soupira, secouant la tête. « Je suis sincère June, notre loyauté, tu sais qu’elle est plus à démontrer et si t’as besoin d’un petit rappel, Evelyn a tué ce type pour te protéger, et je l’ai aidée à le faire disparaître sans poser la moindre question. » Partager un secret comme ça, c’était une preuve de loyauté merde quoi.

Le tatoué se redressa à son tour, prêt à partir, posant une dernière fois son regard gris sur l’avocate. « Tu vois, ce genre de discours, c’est exactement pour ça que j’ai préféré te cacher la vérité, parce que pour toi, c’est juste une connerie, une affaire de cœur. Mais okay, la prochaine fois que j’verrai un connard essayer de violer une nana dans le camp, j’manquerai pas de venir te le dire avant de lui éclater la tronche sur le bitume, ça marquera les esprits et ça servira sûrement ta cause. » Qu’elle le foute à la porte, de son bureau, du camp, qu’elle fasse bien ce qu’elle voulait, June l’avait gavé format royal, à la hauteur de son cul princier qui se pensait au-dessus des autres. Il était devenu aussi con quand il était dans le trio de tête ? Putain, il espérait pas, quoique ça expliquerait beaucoup de choses.

Ca le faisait chier, tout ce qu’il voulait là, c’était rentrer et plus voir son air de robot. Politicards à la con.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: A guilty conscience needs no accuser   
Revenir en haut Aller en bas  
- A guilty conscience needs no accuser -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Canadian aid worker guilty of assaulting Haitian boys
» Guilty Pleasure Ϟ
» Guilty crown
» Faites entrer l'accusé
» La femme de chambre poursuit le NY Post pour diffamation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: