The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Moolight Sonata -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 934
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Moolight Sonata   Lun 3 Sep 2018 - 15:14
Moonlight Sonata


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Ça, sur le coup il pensait au pseudo pas à elle, et bien que son père entrouvrit la bouche pour répondre, ce dernier les observa d'un air incrédule et perplexe, se privant pas de ricaner en voyant la brunette armer le bras. Ethan recula, les paupières plissées, prêt à accuser le coup, la tête quasiment rentrée dans les épaules. Bordel elle voulait lui en coller une alors qu'il avait déjà subi plus que son compte en lui sauvant les miches, en tâchant de retrouver sa trace ? Pourtant il était pas encore con, ni même insensible, elle lui avait rendu le baiser non ? Enfin là, l'étreinte précédente lui passait au dessus, elle était furax. Ouais ses décisions n'étaient pas terribles, mais son idée de jouer les morts dans le Land n'était pas mieux. Et Adrian qui se bidonnait là, flattant les oreilles de la chienne, cette dernière langue pendante, comme s'il était encore dans son vieux fauteuil défoncé à mater les matchs du Super Bowl. Lui manquait plus qu'une bière pour compléter le tableau qu'il lui avait servi, des mois durant, après le décès de sa mère. Finalement, Saddler n’écopa que d'un coup de paume dans l'épaule qui ne le fit guère ciller. Enfin si, ça lui scia les guibolles de l'entendre dire qu'elle avait été inquiète. Suffisamment touchant, révélateur à ses billes émeraudes, pour loger un sourire de crétin sur ses traits trempés et ensanglantés.

- J'suis pas l'seul à l'penser finalement. Ponctua le vieux à ce fameux trop con que Saddler occulta au profit de l'inquiétude dont elle avait pu être victime à son égard. C'était pas drôle, pas une seconde étant donné ce qu'elle avait vécu en Avril, mais qu'elle puisse s'en faire pour lui. Il déglutit, ravalant son sourire niais en y passant la langue tandis que Frances prenait son père à parti. Ah mais j'ai jamais dit qu'j'étais fier de moi non plus.

Ethan roula des yeux, plantant le regard dans celui, rieur, de son paternel. Au moins ils s'accorderaient sans aucun souci ces deux là, pour ce qui était de le faire chier y en avait pas assez d'une visiblement, non fallait donner du peps au brisage de couilles en ramenant son père dans la partie. Enfin, il était soulagé, plus que ça. Les songes sombres précédents, en ayant évolué sur les terres désolées de la ferme, entre les sépultures dont Adrian devait être à l'origine, la peur vécue dans la chapelle face à ce type, aux grognards et dehors séparé d'elle... C'était fini là. Un instant, le trentenaire passa les doigts à ses tempes et fixa Frankie qui émettait, boudeuse mais secouée, l'envie de rentrer à en faire sourire son vieux.

- Tu ferais bien d'jouer à madame est servie gamin, si tu veux pas dormir dans ta bagnole. Le fils le fusilla du regard, l'invitant à ravaler ses conneries pourtant véridiques. Et pour t'répondre ouais, je la connais, elle passait sur MTV, Tes concerts ahhhhh c'était quelque chose. Les yeux ronds, Ethan ne put s'empêcher de rire, s'obtenant quelques regards réprobateurs l'obligeant à ravaler ses commentaires et esclaffes. T'as aucun goût, enfin non.... ça change visiblement y a du mieux.

- Mon père est une midinette de seize ans, d'mieux en mieux. Rit-il avant de secouer la tête, emboîtant le pas de papy qui les menait au travers des bois. Saddler resta proche de Frankie, elle était gelée, rien que le dos de sa paume frôlant la sienne le lui certifiait, mais il avait pas l'occasion de virer sa veste, toute aussi trempée que ses frusques à elle, pour la lui offrir. Ça la réchaufferait pas non. Au lieu de ça, et tandis que Adrian déblatérait au sujet de la carrière de la chanteuse, il greffa ses doigts aux siens, les serrant un peu plus fort avant de déposer un baiser sur sa tempe. Tu m'as fait peur aussi princesse. Murmura-t-il pour elle seule. Ça irait, ils allaient rentrer, sûrement que son père suivrait, après tout il avait pas l'air d'être à la tête de quoi que ce soit sinon d'un camping car, qu'il vit se dessiner sur un chemin dégagé en bordure de forêt, dont il leur ouvrit l'accès pour les faire rentrer ainsi que la chienne. C'était comme au complexe, sauf que l'ordre était pas vraiment de mise. Du boxon de vieux, des vieux journaux, des balles éparpillées ça et là, un flingue démonté sur la table. D'un revers de bras, Saddler senior, carton dans la main libre,  dégagea la table et balança la boite sur le siège passager du cockpit. Maman s'rait ravie d'voir que tous ses efforts ont payé. Plaisanta le wedding-planer pour l'entendre grommeler dans sa barbe et recevoir une serviette dans la gueule, contrairement à Frances qui eut la joie de se la voir servie avec un sourire.

- Mêles pas ta pauv' mère à ça et colles ton cul là dix secondes, ici t'es sur mon territoire t'as pas ton mot à dire gamin. Ethan s'installa puis s'épongea la tronche. Vous êtes d'où, pas d'ici uhm ? Vous êtes venus en bagnole, et vu c'qu'a dit la p'tite t'as rien trouvé de mieux question sécurité de rejoindre la chapelle avec l'autre débile ? Il souffla comme un veau, exaspéré sans doute. S'il était aussi soulagé que son fils, le vieux était bien moins démonstratif.

- Ouais bha j'espère que c'était pas un d'tes potes, parce qu'il est mort. Il avait pas hésité et le regrettait pas une seconde. Et là bagnole est embourbée. Autant éviter de lui parler de leur petit tour à la ferme, enfin pas de suite.

- Si tu l'avais pas flingué je l'aurai fait, il était dangereux ... Souffla-t-il en plantant ses prunelles dans celles de Frankie. Il t'a rien fait au moins ? Il ne la connaissait pas mais s'inquiétait pour elle, ça transpirait dans ses billes, suffisamment clairement pour Ethan du moins. Vous allez m'dire où est votre guimbarde, j'vais tracter pour vous sortir d'là.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2104
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Moolight Sonata   Lun 3 Sep 2018 - 21:37
Au moins, la brune se consola dans le fait que le paternel partageait son avis, il avait du répondant comme son fils mais pour un avis qui lui convenait davantage. Occupée à surveiller les alentours pour qu’ils ne se fassent pas dévorer, Frankie rata les premières paroles qui suivirent du père d’Ethan, son attention ne revint vers lui que lorsqu’il mentionna ses concerts. « Ravie de voir un Saddler qui s’y connait vraiment en musique. » Elle n’en pensait pas un mot, la musique de Miracle n’était pas vraiment le genre de choses qu’elle aurait écoutées ou même aimé faire, mais le show-biz était une industrie savamment rôdée où il fallait se plier à la mode pour avoir du succès.

Le petit groupe se remit finalement en marche, Frankie était gelée mais elle commençait à se calmer un peu. Elle était occupée à regarder où elle posait les pieds, écoutant d’une oreille distraite Saddler senior faire un reportage plus vrai que nature sur sa vie à elle quand les doigts du brun enserrèrent les siens. Ses mots lui firent esquisser un mince sourire, une douce chaleur irradiant de sa tempe où ses lèvres s’étaient posées. La coréenne pressa un peu plus ses doigts dans les siens, avant qu’ils n’approchent d’un camping-car qui appartenait visiblement à Adrian. Autant dire que ce n’était pas le Ritz, bien moins rangé que leurs propres véhicules au complexe, mais au moins c’était au sec.

Frankie saisit la serviette tendue, un sourire accompagnant son merci du bout des lèvres. La brune entreprit de se défaire de sa veste en jean détrempée avant d’éponger ses cheveux avec la serviette. Ses mains glissèrent à ses bras, les frottant doucement pour se réchauffer, ses billes noires glissant sur le brun. Il allait sans doute avoir besoin de points, ou alors ce n’était que superficiel. La voix d’Adrian lui fit détourner le regard un instant. « A part me faire tourner en bourrique, non votre fils n’a rien fait. » Son regard glissa vers Ethan, un sourire moqueur aux lèvres. Frankie secoua finalement la tête. « Non, c’est surtout Ethan qui a pris cher. » La coréenne glissa jusqu’à lui, logeant ses mains à ses joues, en fronçant les sourcils.

« Il faudra que Billy regarde ça … Combien j’ai de doigts ? Est-ce que tu te sens bien ? » Elle n’avait pas vraiment vu le coup mais il lui avait semblé que le taré avait frappé fort, et avec la pluie, le froid humide qui leur collait à la peau, la diva voulait lui éviter des complications. Elle se recula néanmoins, se raclant la gorge, avant de poser son regard sur Adrian. « C’était … vraiment une chance de vous trouver là. Je suis incapable de vous dire où est le monster truck de votre fils adoré, j’ai clairement pas pris le bon chemin en déboulant dans les bois … » Peut-être que si elle avait été moins occupée à râler et s’inquiéter, Frankie aurait pu reconnaître des points clés du trajet mais là, elle était simplement perdue. « Vous auriez de quoi désinfecter ça ? » Elle désigna le visage d’Ethan, laissant le soin à celui-ci de guider son père.

Dès lors que le vieux lui eut donné le nécessaire, une mignonnette de whisky et un linge propre, Frankie grimaça, forçant finalement un sourire en imbibant le tissu. « Ca risque de faire mal. » Elle plaqua aussitôt le linge sur le visage d’Ethan, son sourire se dessinant davantage, peut-être qu’elle était encore un peu en colère et qu’elle y prenait finalement un malin plaisir. Peut-être qu’elle était juste vraiment rassurée qu’il soit là, sa main libre posée à son genou.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 934
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Moolight Sonata   Lun 3 Sep 2018 - 22:16
Moonlight Sonata


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Malgré son air sérieux, à la remarque de Frances concernant son fils, Adrian éclata d'un rire franc. Ce qui valut à Ethan un soupir tandis qu'il compressait la plaie encore battante à son arcade. Mais non, l'autre débile, comme l'avait baptisé papa, n'avait rien eu le temps de faire. Il l'avait braqué avant et n'avait pas hésité. Si ça le retournait d'avoir zigouiller un type ? Pas vraiment, après tout il l'avait simplement touché, les grognards avaient fait le reste. Puis, en la regardant là, qui discutait avec son père au sujet de la position du Land, non, il ne regrettait pas une seconde, ni ne se sentait mal de l'avoir fait. Passant la langue contre ses lèvres, le trentenaire papillonna des cils quand la chanteuse se glissa à son flanc pour englober ses joues. Saddler ôta la serviette qui compressait, la laissant s'inquiéter de son sort. C'était agréable, rassurant de voir qu'il était pas seul à prendre soin d'elle mais qu'elle, tout autant, prenait soin de lui.

- Dix ... Lâcha-t-il en un rictus à la question concernant ses phalanges. Certes elle en agitait pas autant devant ses mirettes mais, au moins, les deux coups dans la pomme et celui sur le crâne, en s'étant vautré sur la torche, semblaient pas avoir fait trop de dégât côté blagues à tonton. J'me les pèle mais sans quoi, Un sourire inversé, semblable à une moue, déforma ses lèvres alors qu'il haussait une épaule avant de lui sourire plus franchement. ça va.

Il aurait un beau coquard le lendemain sans doute, quelques fils orneraient son arcade sourcilière, mais après une aspirine la migraine foutrait le camp. Rien de dramatique. Il l'avait retrouvé, sa chienne était un putain de précieux trésor. Mieux encore le canidé avait retrouvé et la femme qu'il aimait, et son paternel. Finalement, même s'ils en avaient chier à mort, la journée se finissait pas si mal. Plus apaisé, le wedding-planer tourna les cils vers son père que Frances interpellait. Le vieux vira rapidement sa casquette ruisselante, dévoilant des cheveux gris hirsutes. Rare qu'il vire cette mocheté de couvre-chef mais là, y avait une dame, qui plus était une starlette, forcement que papy désirait se faire bien voir. Ça en arracha un rictus amusé au fils qui, malgré l'envie de rire, se reprit quand les ridules à ses yeux invitèrent la plaie à le tirailler plus que de rigueur.

- Une chance ouais, tout autant de tomber sur vous. Reprit-il avant de fouiller dans ses placards en bordel pour en ressortir ce qu'elle lui quémandait. Adrian s'installa sur le rebord de la banquette face à eux, laissant opérer Frankie mais tout autant sur les nerfs à l'idée de savoir où était leur véhicule. Ça va t'faire mal, il en émit un ricanement avant de croiser les bras sur sa brioche encore bien présente malgré la précarité dans laquelle il évoluait depuis plus de trois ans. Quand sa mère lui collait du rouge sur les genoux, il hurlait comme une fillette ! Rit-t-il à se faire fusiller par deux billes émeraudes. Quoi ? faut qu'elle sache où elle fout les pieds la p'tite.

La compresse rejoignit sa tempe et il grimaça légèrement. C'était pas de l'éosine, c'était un bon vieux bourbon bien sec et passé depuis des lustres, le genre de machin qu'on trouvait dans les mini bars des hôtels. Ça coûtait un bras et c'était dégueulasse. Là, c'était mal-odorant et ça piquait. Il avait jamais été chochotte, peut-être gosse si, et c'était simplement pour obtenir des câlins de sa mère, mais là, ouais, il aurait sûrement besoin de sutures. Au sourire qu'il captura sur ses traits porcelaines, Ethan ne put s'empêcher de laisser s'attarder la langue contre son pétale inférieur en une demi esquisse. Elle prenait son pied non ? Peut-être, peut-être pas, néanmoins ce sourire, peste ou pas, artificiel ou non, lui faisait un bien fou. Et perdu dans ses billes onyx, ce fut le raclement de gorge de son paternel qui le rappela à l'ordre.

- Le Land ouais, Lui même se racla la trachée, grimaçant légèrement à chaque pression, pourtant douce, qu'exerçait la Coréenne sur son arcade sourcilière. A l'entrée du cimetière Vashon. J'suppose qu'on est donc sur Vashon Island, rien à voir avec notre position initiale au nord de Seattle.

Le vieux se redressa en s'appuyant sur ses genoux, s'attardant dans un placard pour filer un baton de viande séchée à la chienne couchée près de lui. Elle se priva pas, et le dégusta sans se presser tandis que papy lui flattait les oreilles avant de rejoindre le siège conducteur de sa tente mobile.

- Au moins tu sais lire, c'est déjà bien. A défaut d'avoir des idées lumineuses. Ethan en rit. Parce que franchement cimetière plus chapelle lugubre et orage, y a clairement pas mieux dans ce monde pour y passer crétin. Enfin, il soupira et démarra le monstre il allait les mener jusqu'à leur bagnole et la tracter. Dans dix minutes on y sera, faudra juste faire attention aux dentiers. Reprit-il. Encore sur la banquette auprès d'elle, Ethan glissa le dos de sa paume à la joue de Frances, dégageant ses mèches humides, sans un mot, simplement serein, rassuré.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2104
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Moolight Sonata   Mar 4 Sep 2018 - 12:51
Il avait toujours le même humour lourdingue, Frankie leva les yeux au ciel. Au moins il allait bien, enfin il n’allait pas trop mal avec son arcade fendue qui avait maculé son visage de sang. Fronçant les sourcils, la brune tira doucement un pan de sa veste. « Tu devrais enlever ça, c’est trempé et plein de boue. » Elle avait l’air sérieux, inquiète, et il n’y avait pas la moindre arrière-pensée dans ses propos, pourtant elle se rattrapa bien vite en réalisant à qui elle parlait. « Enfin tu fais comme tu veux hein moi j’m’en fiche. » Qu’il n’aille pas s’imaginer qu’elle voulait simplement qu’il vire ses fringues. L’image fit crépiter quelques flashes dans son esprit, la serre était encore vive dans son esprit même si elle avait réussi à gommer la gêne et la colère du lendemain.

Adrian se moquait lui allègrement de son fils, dans des remarques qui arrachèrent à la coréenne plusieurs sourires. Il avait d’ailleurs moins de répondant face à son paternel, Frankie garda cela en tête pour plus tard, quand Ethan se montrerait encore agaçant avec elle. Occupée à le martyriser pour désinfecter un minimum cette vilaine plaie, la brune gardait ce mince sourire. Elle était vraiment rassurée qu’il l’ait retrouvée, peut-être qu’en fin de compte elle faisait vraiment un transfert. Mais tout était encore confus dans son esprit, alors autant ne pas y penser.

Récupérant son sac à dos plus loin, la brune fouilla pour en sortir un pansement, ce n’était pas grand-chose mais cela suffirait amplement jusqu’à ce qu’ils ne soient de retour au Douglas Research Conservatory. Le geste d’Ethan, cette même glissée à sa joue, lui arracha un sourire plus doux alors qu’elle terminait de poser le pansement à son arcade. Son regard noir se lova dans les iris émeraude du wedding-planner, ses doigts à sa blessure glissant à sa tempe et sa mâchoire. La brune s’approcha, arrêtant néanmoins son geste, son souffle se mêlant un instant à celui d’Ethan. Frankie se racla la gorge en se reculant, rompant tout contact pour se concentrer sur la route.

« Vous … êtes seul ? » demanda-t-elle à Saddler Senior, concentré sur la route. C’était toujours difficile de se repérer entre la pluie et la nuit. Adrian devait faire attention à tous les obstacles sur la route. Si Frankie lui posait cette question, c’était parce qu’évidemment, elle doutait grandement du fait qu’Ethan laisse partir son père seul. Ils avaient la place d’accueillir une personne de plus au camp, une personne débrouillarde et très capable, et en plus qui aurait déjà sa propre habitation. C’était la leader du groupe qui réfléchissait, c’était aussi l’amie d’Ethan, celle qui était rassurée de voir que finalement, l’espoir existait encore même pour elle qui était du genre à le reléguer loin dans son cœur. L’espoir de le retrouver ? Maintenant ? Ce serait compliqué, non ? Son esprit rappela à elle qu’elle avait décidé de ne pas attendre Isiah, de ne pas se raccrocher à l’espoir qu’il reviendrait pour continuer à vivre. Et bien que malgré cette décision elle ait ressenti son lot de culpabilité au cours des dernières semaines, son soulagement pour le brun parlait pour elle.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 934
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Moolight Sonata   Mar 4 Sep 2018 - 15:12
Moonlight Sonata


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Virer sa veste, ouais elle avait pas tort, même si le monstre de tôle dans lequel ils étaient abrités soufflait le chauffage depuis que son père avait mis le contact, mieux valait s'éviter la pneumonie. Profitant donc du départ d'Adrian au volant, Saddler ôta le vêtement trempé avant de loger le revers des doigts à la joue de Frankie qui terminait d'éponger le sang sur sa pomme. Est-ce qu'elle était aussi belle que d'ordinaire ? Sans doute, peut-être davantage encore depuis qu'il avait cru réitérer ses erreurs passées. L'eau qui ruisselait de ses boucles brillait à la lueur faiblarde du plafonnier, ses billes étaient étrangement sereines. C'était paisible, tant qu'il avait pas cherché à la contrer en quelques remarques désobligeantes quant au fait qu'elle désirait qu'il vire sa veste. Non, juste la plénitude, l'onyx profond de ses prunelles, juste ça lui suffisait ça et.... A peine eut-elle déposé un pansement sur sa plaie, que ses doigts glissèrent contre le carré de sa mâchoire. Son cœur pulsait plus lourdement. Doux rappel de la serre même si c'était plus parlant ici, tout comme ses lèvres toutes proches, quasiment à frôler les siennes que ses dents relâchaient enfin.

Le temps s'était suspendu, l'espace de quelques secondes. Court mais long à la fois, plus rien ne transperçait ce qu'ils partageaient là et pourtant quand elle recula il ravala sa salive et déposa le dos plus confortablement dans la banquette en reprenant un bonne bouffée d’oxygène. Ouep, c'était pas dérangeant dans le fond mais il n'était qu'un homme, déjà ses sourcils s'arquaient, témoignant du merdier présent dans son crâne, un tas de questions qui finalement n'obtiendraient guère de réponse ce soir, mais tout autant dans son froc. Heureusement elle alpaguait papy au volant, lui permettant de glisser la main contre les fibres trop étriquées, contre ses cuisses, pour les dégager et se sentir légèrement plus à son aise. Bouche ouverte, il souffla un coup en déportant les yeux par delà la vitre. Noirceur entrecoupée de zébrures blanches découvrant les arbres et l'averse qui ne cessait de saucer le paysage rendu aux caprices de la nature.

- Seul ? Répéta le vieux. Voilà que le père était sourdingue. Non il l'était pas mais le penser permettait à son fils de songer à autre chose que ce qu'elle venait de lui coller dans la tête, et dans le bide, sans pour autant faire perdurer, ou même sceller, le moment. Maintenant ouais, c'était pas encore le cas y a un mois. A cette réplique, Ethan fronça les sourcils, cessant automatiquement quand la plaie lui signifia que c'était pas le top. Ainsi un mois plus tôt la ferme était encore debout ? Certes Frances lui demandait rien de plus, sans doute pensait-elle lui proposer de se joindre à eux, au nord de Seattle. Il n'en savait rien, n'était pas dans sa tête, mais s'il était sûr d'une chose, c'était bien que malgré ses grands airs, malgré son caractère de merde, y avait un cœur, sensible et gavé de tendresse, qui battait dans sa poitrine. Disons qu'le type que vous avez croisé, le dinguot là, c'est qu'un parmis une clique de mongols.

Mongols, Ethan ne put s'empêcher de lâcher un rictus, enfin avant que Adrian poursuive sur le fait que ces fameux cons leur étaient tombés sur le lard à la ferme. Que les premiers temps ça avait été pour qu'ensuite ils tentent de s’approprier ce qu'ils avaient jusqu'à massacrer ceux qui ne désiraient pas plier. Merde, il en déglutit en observant Frances. De là son père avait enterré les siens, avait dû en achevé certains ayant muté. Le jour où la merde était arrivée, son paternel n'était pas présent. Un truc en commun avec son fils que le fait de pas être là au bon moment. Pourtant l'intuition et le reste l'avait mené ici, sur les traces de ces connards, ou au moins de l'un d'eux, grâce à ce que ces espèces de tarés leur avaient dit.

- T'es v'nu jusqu'ici pour leur trouer la panse ? Il croisa le regard du vieux dans le rétro. Combien papa ? Il les avait buté, y avait pas de doute. La lueur particulière dans le regard de Saddler senior faisait pas un pli. Ethan se redressa, laissant à Frankie le temps de se déplacer, pour virer le carton sur le siège passager et y visser le cul. Combien ? Un soupir nasale échappa au conducteur.

- Ça n'a pas d'importance, j'ai fait c'qui devait être fait bon sang d'bois Ethan, ils ont tué, ils ont massacré les gens qui avaient confiance en moi ! L’énervement et les regrets dans son timbre lui firent mal. T'voulais que j'fasse quoi, que j'laisse couler ? C'est pas mon genre, des saloperies pareilles c'est juste bon à pourrir des fosses, ça mérite même pas d'exister.

- C'était l'dernier ? Celui de la Chapelle. Ses yeux émeraudes, plus sombres, filèrent à Frances. Elle l'avait échappé belle bordel. Il colla les traits dans ses mains, coudes sur les genoux, avant de laisser les doigts dévaler son visage tiraillé.

- A c'que j'sache ouais, espérons le. Un rictus nerveux fila ses pétales sur lesquels il passa tout aussi nerveusement la langue. Quoi ?!

- Tu vas sûrement pas rester sur Vashon avec l'éventualité d'te faire tuer par des cinglés. Ça c'était clair, peu importait ce que Frankie déciderait, son père resterait pas là pour nourrir une vengeance à la con. D'un geste brusque, Adrian pila, juste le temps pour Ethan de se maintenir au tableau de bord, et quitta l'habitacle pour aller ouvrir la trappe sur le flanc du camping car. Prêt à entreprendre le tractage. Le Land était là, à deux pas, néanmoins le trentenaire était perplexe. Bourrique, Lâcha-t-il les traits fermés, avant de soupirer et d'interroger la Coréenne du regard. Il pouvait pas lui forcer la main, mais le savoir près de lui, et pas à traquer des cons qui déliraient sur une île, le rassurerait.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2104
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Moolight Sonata   Mar 4 Sep 2018 - 21:32
Ses yeux clairs, c’était peut-être ce qui la perdait le plus, ses yeux et ce sourire. Non à vrai dire il y avait un bon paquet de choses qui la perdaient dès qu’Ethan était là, ses doigts à sa joue avaient ravivé les cendres de leur rencontre nocturne. Quelques heures à peine avant cet instant, Frankie avait envie de lui éclater la tête sur un tronc d’arbre pour toutes ses mauvaises suggestions et le sourire prétentieux qu’il arborait en les distillant, et à cet instant, elle se voyait lui arracher son t-shirt pour vérifier si ses souvenirs étaient vraiment proches de la réalité ou non. Ce fut ce dilemme étiré dans le temps qui la poussa à se reculer, fixant son attention sur la route en discutant avec Adrian.

Il était seul depuis un mois, ce n’était pas si loin, la coréenne en fronça les sourcils. « Une … clique de mongols ? » Elle pinça les lèvres, secouant la tête, elle voyait aisément d’où Ethan tenait son dialecte particulier. Mais la suite du récit n’avait rien de réjouissant, la brune en serra les poings. Ce type qu’ils avaient croisé dans la chapelle faisait donc partie d’un groupe plus important qui n’hésitait pas à prendre de force que l’on refusait de leur céder. Elle échangea un rapide regard avec le brun, c’était réellement une chance que les choses se soient soldées ainsi, elle en prenait conscience.

La coréenne s’effaça, laissant Ethan discuter avec son père, et même si le brun semblait en proie à des doutes qu’elle pouvait comprendre, elle était persuadée que son père avait fait le bon choix si ces personnes étaient si mauvaises. Elle frissonna en repensant au taré dans l’église, qu’aurait-il fait ? Elle se fichait bien de ce qu’il aurait pu lui faire à elle, ce qui l’inquiétait c’était ce qu’il aurait pu obtenir d’eux, la position de leur camp en tête de liste. Un nouvel échange de regard, ses iris de jai glissèrent dans les émeraudes d’Ethan, elle allait bien, qu’il se rassure. « Il y a de la place pour garer cet engin chez nous. » L’invitation de Miracle lui arracha un sourire avant qu’il pile alors que le Land était apparu dans leur champ de vision.

« Quelqu’un qui est d’accord avec moi pour dire que tu es un crétin ? Je vais pas le laisser ici. » ajouta la brune à l’attention de Saddler junior avec un sourire mesquin. Elle resta au chaud le temps qu’ils s’occupent de tracter la voiture hors du nid de poule boueux où elle était coincée. La pluie frappait toujours fort, mais moins qu’auparavant, le temps se levait peu à peu. Frankie récupéra sa veste et son sac à dos, hache en main, elle quitta l’atmosphère chaleureuse du camping-car pour s’approcher du Land. « J’vais monter avec lui, sinon il retrouvera pas la route. » Lui faisant promettre de les suivre, Frankie s’engouffra dans l’habitacle, soupirant. Elle n’avait pas cru retrouver ce fichu véhicule de gars complexé plus tôt dans la forêt.

Elle laissa le temps au père et au fils de régler leurs horloges, savourant le calme dans le Land. L’espace d’un instant, elle réalisa qu’elle n’aurait jamais elle cette chance, il n’y avait aucun espoir permis pour ses parents, juste la vérité crue, dure, douloureuse. Elle savait déjà qu’ils n’étaient plus de ce monde, elle l’avait vu de ses propres yeux, elle n’avait pas eu la force à ce moment-là de mettre un terme à l’existence de sa mère. Le film de cette dernière visite chez ses parents défila dans son esprit, du cadavre de son père à cet homme qu’elle avait tué en passant par le regard vide de sa mère. Elle en déglutit, sursautant lorsque le brun s’engouffra dans le véhicule. Levant vers lui ses pupilles fatiguées, Frankie saisit le col de sa veste pour l’attirer à elle et l’embrasser, ses doigts se logeant à sa nuque sans lui laisser l’opportunité de partir. La brune se recula, haletante. « Me laisse plus … » souffla-t-elle en reprenant ses esprits lorsqu’un flash lumineux leur parvenant de l’extérieur indiqua qu’Adrian s’impatientait. Retrouvant sa position sur son siège passager, Frankie colla son coude contre la portière avant de laisser tomber sa tête sur le côté, elle était épuisée, lessivée. Morte de peur.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 934
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Moolight Sonata   Mar 4 Sep 2018 - 22:30
Moonlight Sonata


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Elle l'avait dit avant que son père quitte l'habitacle. Ça l'avait obligé à virer les mains de sa pomme pour sourciller. Surpris ? Un peu, mais pas tant que ça, après tout sous ses airs hautains, Frances était sensible. Il l'avait bien vu durant les derniers mois de sa grossesse, l'avait compris dans ses regards, dans ses larmes. Ce n'était qu'une carapace. Comme la sienne très certainement mais, finalement ils étaient désormais capables de s'en priver, ou de la retirer, pour mieux se comprendre. Cependant est-ce que Adrian suivrait ? Il avait entendu, ça oui, il lui avait même souri avant de rejoindre l'averse. Son regard passa d'elle, qui l'invitait au rictus des remerciements encore silencieux, à la silhouette de son père qui se découpait sous les faisceaux blancs des phares. Il aurait jamais pu être aussi rassuré, il avait pas pensé l'être à nouveau en la perdant dans les bois, après avoir contemplé les ruines de la ferme que son paternel s'était donné tant de mal à rendre accueillante. Mais là, malgré ce qu'il venait d'entendre, malgré les horreurs encore présentes dans ce monde, sans parler des charognes, il était vraiment rassuré. Soupirant, le trentenaire appuya les mains sur ses genoux, redressant sa grande carcasse, puis passa auprès d'elle pour récupérer sa veste et glisser les doigts à sa nuque. Une simple seconde, mais un contact fort qui le ramena à ce qu'il ressentait, de plus en plus, à son égard. Ses lèvres rejoignirent son front, d'un naturel criant, avant qu'il recule pour capturer la lueur dans ses prunelles brunes.

- J'vais l'aider, reste au chaud princesse. Ses doigts pressèrent délicatement sa nuque puis lissèrent une de ses boucles qu'il laissa rebondir contre son épaule.

S'éloignant d'elle, il repassa la veste contre ses épaules et ouvrit la porte, redressant le manteau au dessus de sa tête étant donné l'averse incessante, pour rejoindre son paternel déjà affairé à l'attache caravane du Land. Il avait pas besoin d'aide, le vieux savait parfaitement ce qu'il faisait. Adrian avait toujours été débrouillard et suffisamment sensé pour se démerder par lui même, néanmoins c'était plus le même monde qu'autrefois. Mieux valait donc que le fils scrute les alentours à l'aide de la troche. Pas de râle, pas de voix.... C'était d'avantage la seconde option qu'il craignait étant donné les dires de son père. Y avait peut-être encore de ces cinglés dans les bois, sur cette île de malheur. Alerte, ce ne fut que lorsque le mécanisme de tractage, présent sur le camping car, grinça qu'il sursauta pour s'obtenir un petit rire moqueur de papy. Le land dégagea suffisamment sans foncer dans le bas de caisse du véhicule positionné derrière puis, enfin, Saddler senior détacha le câble avant d'ancrer son regard au sien. Prêt à parler, à le convaincre, Frankie les rejoignit à l'en faire rouler des yeux. Qu'il se perde ? Voilà, il avait suffit d'une fois pour qu'elle lui resserve à tout va.

- Fais donc ma p'tite Lâcha-t-il avant de revenir sonder son fils, enroulant le câble autour de ses doigts et son coude pour mieux le recoller dans la trappe qu'il verrouilla de nouveau avant d'entreprendre de rejoindre sa tente mobile. Bon, fiston... Oh ça non, sûrement pas. Ethan le voyait venir mais s'il devait le ramener chez eux par la peau du cul il le ferait, peu importait les répercutions.

- Quoi hein ? Il écarta les bras puis les laissa retomber, en un claquement, le long de son corps. Les traits ruisselants, les traits tirés, usés, angoissés. Tu vas rester ici, courir après des mongols ? M'laisser ? L'air changeant du vieil ours l'invita à déglutir mais non, ça ne marcherait pas, s'il fallait en passer par , il le ferait pour le préserver lui, se préserver lui même après un an sans nouvelle. [steelblue]maman m'a laissé, elle t'a laissé, tu lui en as pas voulu ?[/color]

- Parle pas d'ça Ethan, ne... Son fils le coupa. Depuis la voiture, avec le bruit de la pluie et de l'orage qui, doucement, passait tout de même, la jeune femme ne devait rien entendre. Tu m'emmerdes hein, foutue morale tu tiens ça d'elle, y a pas à dire t'es bien son fils. Retourne en bagnole, Frances va chopper la mort, j'vous suis.

Au moins ça portait ses fruits. Retournant auprès d'elle, Saddler enclencha le contact et s’empressa de coller le chauffage. Prêt à allumer l'auto-radio, il se ravisa en sentant ses doigts agripper le col de sa veste. Pas le temps de réagir, déjà ses lèvres se rivaient aux siennes. Chaudes, brûlantes. Contraste incroyable entre la fraîcheur de ses doigts fins qui trouvaient refuge à sa nuque, autant que la froideur de sa main qui fila à sa mâchoire délicate, sous ses boucles. Son cœur roula sur lui même, puis battit plus fort tandis qu'il la rapprochait de lui, autant qu'elle, avant d'être privé de ce contact criant la vérité sous le silence. Lèvres entrouvertes, Ethan fronça les sourcils en capturant son air morose, puis sentit son palpitant tonner à sa demande. S'il avait un tas de choses à lui dire, à lui répondre, l'appel de phares dans le dos de la bagnole le poussa à soupirer en relâchant son visage pour glisser le bras derrière son siège et observer le bahut aux fesses du Land. Il s'impatientait bon sang. Bref, le trentenaire baissa le frein à main, enclencha une vitesse, et démarra pour reprendre la route sans pression, histoire de garder le camping-car en vue. Puis, après quelques mètres, tout au plus un kilomètre, sa main au pommeau chercha la sienne pour la ramener contre son genou sans pour autant la lâcher. Sa langue passa sur ses lèvres, longuement, c'était sans doute pas rien ce qu'il allait lui dire, elle pourrait le prendre mal, ou non. Mais le silence ne souriait à personne pas vrai ?

- J'te laisserai jamais, Entama-t-il avant de soupirer, ancrant plus férocement les épaules dans le cuir, n'osant pas croiser ses prunelles. La pluie battait, valait mieux garder les yeux à la route étant donné que son esprit était ailleurs. merci, pour mon père pour... Avoir accepté qu'je reste au complexe pour ...... Un rictus à mi chemin entre la gêne et la nervosité fila ses pétales tandis que son coude – de sa main au volant, glisser sur rebord de la vitre. Enfin, j'sais que c'est difficile pour toi qu'tu veux pas en parler ou ...., mais, Fankie, c'était justement pas rien pour moi.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Moolight Sonata   
Revenir en haut Aller en bas  
- Moolight Sonata -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Moonlight sonata [Livre 1 - Terminé]
» Moonlight Sonata
» The Book. [Eva, Sonata, Requiem]
» Moonlight Sonata (Edward)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: