The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- When reality catches up with us -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1232
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: When reality catches up with us   Ven 24 Aoû 2018 - 23:27
Gabrielle Solis, elle le faisait exprès de le comparer à la latina adultère du gang ? Oui, il connaissait les personnages, Ella adorait cette série, il avait vu des épisodes avec elle, ça l’avait marqué. Cette vie complètement vide qu’ils menaient tous, dans un quartier où pourtant se jouait tout un tas de merdes sans nom. « Ouais une extrême bonté. » Un sourire étira ses lèvres avant qu’il secoue doucement la tête. Encore une fois entre eux, c’était calme, pour combien de temps ? Le tatoué espéra que cela durerait, encore longtemps, parce qu’il aurait besoin de cette dose de calme, de douceur, d’elle quand ils seraient rentrés, mais rien garantissait que la situation changerait pas. Y pense pas. La petite voix avait raison.

Une histoire avant de dormir, elle allait être déçue, c’était pas l’histoire du siècle, mais il lui devait bien ça, Evelyn faisait preuve de patience avec lui, une patience sans fin jusqu’ici. Elle faisait tout, et même plus. Elle tout, et même plus. « Y’a plus de bouledogue pour me gueuler dessus le matin. » lança-t-il à Evy alors qu’elle s’éloignait, ses doigts tentant de retenir le vide qu’elle avait laissé en se détachant de lui. Donovan lui emboita finalement le pas, calme, silencieux presque pour l’aider à finir de ranger et nettoyer, c’était pas son délire mais la blonde souriait, elle avait l’air légère et ça l’allégeait lui. Mimétisme ou plus, peu importait, non ?

Finalement l’heure du repas approcha, Donnie alla se poser sur une chaise haute de la cuisine, observant ses gestes et son plus beau profil. « Pourquoi pas. » Il avait sans doute l’air absent, mais il était bien là pourtant, avec elle, pour elle, sans se douter qu’Evy faisait ça pour lui en un sens, pour eux. « Nah ton anniversaire aurait pas eu la même … saveur ici. » Sortir, céder ailleurs, loin des regards indiscrets, c’était plus simple, ça avait donné à cette soirée cette atmosphère douce. « Mademoiselle Collins est d’humeur … tatillonne ce soir, tu vas être aussi chiante quand on sera sous les draps ? » Monsieur J’suispasungland dodelinait, avant de rire. Il lui en voulait pas le moins du monde, comme si ce soir, tous les sentiments négatifs l’avaient quitté, peut-être parce que le lendemain il en serait à nouveau couvert, comme ses tatouages.

« Descendre les sacs et mettre la table, bien chef ! » Le tatoué se redressa, jouant parfaitement le rôle du Sergent Floyd. Un sourire étira ses lèvres à la promesse de la blonde. Donnie se rapprocha d’elle, se glissant dans son dos, ses lèvres à son oreille. « J’espère que ça vaut l’investissement. » Un baiser glissé dans son cou et le tatoué fila à l’étage, récupérer les sacs. « Bordel mais j’vais rien retrouver … » Sa piaule était transformée, il y retrouvait plus son bordel, y’avait plus son âme. Enfin, elle avait sans doute pas tout rangé, parce que certains trucs il les avait planqué ailleurs, dans cette armure de bobonne, dans un carton tout en haut. Ouvrant le sac qu’elle avait soigneusement rangé, Donnie y glissa le carton avant de filer dans sa chambre à elle, récupérer le sac pour descendre l’escalier les bras chargés, l’air fier.

« La table maintenant et madame sera comblée ? » Elle le serait, plus tard. Récupérant le nécessaire avec un sourire exagéré, encore fier de la connerie qu’elle découvrirait que plus tard, le tatoué passa près d’elle à nouveau. « J’me demande c’que tu veux me montrer, y’a pas grand-chose que j’ai jamais vu … » Son esprit filait à des images suggestives avant qu’il quitte la cuisine pour aller mettre la table sur la terrasse et poser son cul à côté de Serge. « Me regarde pas comme ça Sergio. »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1196
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: When reality catches up with us   Sam 25 Aoû 2018 - 0:24
When reality catches up with us


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Pourquoi pas. C'était pas tombée dans l'oreille d'une sourde, même si elle était déjà affairée à préparer de quoi les rassasier ce soir, elle l'entendait et souriait devant le réchaud à peine allumé. Ce serait bien, assez bien pour lui faire oublier le reste, alors qu'elle ignorait que lui aussi jouait dans le même camp que le sien depuis qu'il avait passé le seuil. Quant à son anniversaire, elle y songea et replaça une mèche derrière son oreille en sentant ses joues rosir. Physiquement c'était pas la première fois, parce qu'elle avait vraiment chié ce qui aurait dû être parfait, qu'elle avait fait n'importe quoi et n'en avait plus aucun souvenir, mais à à ses yeux et au creux de son cœur, finalement si, c'était bien sa première fois. Rose, elle eut la mauvaise idée de tourner les yeux dans sa direction alors qu'il reprenait en gesticulant d'une manière moqueuse qui termina de la faire flamber.

- J'suis jamais chiante quand on... Qu'est-ce qu'elle devait dire au juste ? Baise Evy.... C'est rien de plus que ça pour lui. Merde, sa conscience revenait à lui en foutre un poing dans le ventre mais, malheureusement pour elle, elle lui colla une bonne pichette mentale et cette dernière dégringola de son épaule pour enfin lui foutre la paix. Néanmoins la suspension dans sa phrase la poussa à rougir davantage avant de se retourner pour la terminer, entre ses dents, en espérant qu'il y verrait rien d'étrange. Elle baisait pas avec lui non, dans son cœur, dans sa tête, c'était plus du tout ça depuis un temps. Néanmoins, elle émit un rictus gêné. enfin quand on fait ça.

Lui balancer qu'elle voyait ça comme faire l'amour était pas vraiment une bonne idée sachant comme il était craintif sur certaine chose son fameux chat sauvage et errant. Chef, elle en rit avant de frissonner en le sentant derrière elle. Sa voix dans son oreille lui envoya tout un tas d'électrochocs délicieux faisant appel à une promesse bien différente de celle qu'elle venait pourtant de lui faire. Le baiser dans son cou l'obligea à pencher la tête en un sourire avant de glisser le menton contre son épaule, à peine filait-il, pour mordre ses lèvres en le dépeignant. Oui, bha il allait forcément être déçu. Ce qu'elle voulait lui montrer n'avait rien à voir avec ce qu'il imaginait, ce qui l'avait poussé à lui chuchoter ça à l'oreille mais, en un sens, la soirée faisait que commencer, et s'il était encore plus sage avec elle, elle pourrait bien se laisser séduire par ce qu'il venait de lui coller dans le crâne en à peine quelques mots. Il descendit quelques minutes plus tard, la poussant à rire en croisant son regard gris. Quant à sa question, elle claqua la langue dans sa bouche, faussement agacée, avant de lui faire les gros yeux.

- C'est toi l'chiant curieux, tu fais chier Donovan, Rit-elle en capturant son sourire de James Bond tatoué. tu verras, t'auras pas à attendre longtemps. Tu peux juste mettre les couverts et verres, t'es servi à l'assiette ce soir, comme au resto. Il embarqua les couverts, la bouteille aussi sans doute parce qu'elle la retrouva pas, tandis qu'elle terminait la préparation. En cinq à dix minutes, c'était prêt, elle servit deux assiettes, rejoignit l'extérieur pour le servir, puis déposa la sienne en face de lui. Si ce plat là lui plaisait pas, elle comprenait plus. Des pâtes, tomates, avec de la viande, en conserve mais de la viande tout de même, franchement il pourrait saluer l'effort non ? Un demi sourire aux lèvres Evelyn. J'espère que monsieur est comblé, y a juste un légume dedans. Souffla-t-elle en glissant la main à sa nuque, avant d'embrasser sa tempe. Je reviens, j'vais chercher le fameux truc et t'peux m'servir un verre, Reprit-elle en s'éloignant vers son sac dans l'entrée. je finirai pas pétée, ça serait dommage pour la suite.

Un rire s'échappa de ses lèvres avant qu'elle récupère le petit album dans son propre bagage, ce dernier collé sur sa poitrine, pour enfin revenir vers la terrasse, debout, près de lui. Ce truc était vieux, couverture rose pleine de paillettes, customisée aux goûts qu'elle avait à l'âge de dix ans. Autant dire hyper girly. Personne n'avait jamais mis le nez dedans sauf elle. C'était un peu d'elle là dedans, un peu de ce qu'elle était jadis, un peu de ceux qui lui avaient donné la vie et qui lui manquaient. Légèrement gênée, Evelyn rouvrit la bouche après avoir inspiré un grand coup.

- Personne a jamais vu c'truc t'es l'premier, et dis toi bien que j'avais dix ans quand je l'ai commencé, d'où les fanfreluches et les paillettes, j'aimais bien les polly-pocket et les barbies, j'adorai l'rose aussi mais ça s'voit. Rit-elle déposant l'album photos près de lui pour en ouvrir la première page où trônait la petite croix qu'on lui avait offerte gamine. Rien que ça la fit sourire, le rose aux joues, alors qu'elle l'agrippait et se penchait contre ses épaules pour le laisser feuilleter. Des clichés d'elle avec ses parents, sa mère, son père et ses pulls à la Swann Blackmore, elle petite fille avec ses jupettes bien repassées. Le plat pouvait bien refroidir un peu, Evelyn lui offrait un peu de son elle intime là, juste pour qu'il sache qu'elle pouvait comprendre, outre ses précédents rires, concernant la peluche désormais sèche. Tu vois, j'ai l'air ridicule sur certaine, pourtant j'y tiens aussi comme toi avec ta peluche. C'est mon père là Bryan... Elle glissa la main par dessus son épaule et tapota le portrait avant de glisser le doigt vers ce visage féminin qui lui manquait tant. et ma maman là, Olivia. L'embrassant sous l’oreille, Evelyn lova le menton sur son épaule, les bras l'entourant, en sondant les images capables de lui arracher quelques sourires nostalgiques mais agréables.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1232
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: When reality catches up with us   Sam 25 Aoû 2018 - 8:45
Chiant et curieux, oui, Evelyn avait dressé en deux mots un portrait tout à fait réaliste de Donovan. Il était curieux comme un pot de chambre, et il savait comment obtenir ce qu’il voulait, donc peu de secrets le restaient vraiment avec lui. Mais pour cette fois, il obtempéra et la laissa ménager son suspense, allant poser sur cul sur une chaise après avoir mis la table et débouché le vin. Il sentait même pas la piquette, avec un peu de chance ça serait une bonne cuvée, il s’y connaissait pas des masses en vin mais le manque d’odeur âpre c’était un bon point à ses yeux et à son nez. Sur le côté, il lui semblait que Serge le jugeait. Il l’avait déjà jugé, quand il avait quitté Bainbridge et Beatriz, il recommençait là. C’était qu’une peluche, c’était son meilleur pote et la meilleure incarnation de sa conscience sur terre depuis l’épidémie.

Son regard glissa de la peluche à la blonde qui revenait vers la table, armée de deux assiettes dont il détailla le contenu l’air satisfait. « Tu m’as fait bouffé des légumes pendant trois mois alors que tu savais cuisiné ça … J’te retiens Collins. » Le brun la taquinait, en vrai, ce plat avait l’air super bon, et il s’était habitué aux légumes, faute de mieux et surtout parce qu’Evy faisait tout son possible pour lui. « Un premier verre de vin, noté. » Il fit de même avec son verre à lui, prenant dans son coin les mimiques d’un critique qui y connaissait rien du tout.

Une minute fila avant qu’elle revienne et lui serve un nouveau teasing sur ce fameux truc qu’elle voulait lui montrer. Elle était encore habillée, donc c’était probablement pas ce qu’il croyait, déçu une fraction de seconde, avec son discours et le truc flashy qu’elle colla sur la table, Donovan afficha finalement un large sourire. « Serge adore ce truc peu importe ce que c’est. » Couleur oblige, le lama se retrouvait là-dedans. Ses billes claires suivirent le défilé de pages avant de lâcher un « Bordel. » devant la photo de ses parents. Sa mère était très largement mettable, son père … « J’comprends mieux … l’autre du coup. » Même look, propre sur soi, le genre de type qu’on présentait à ses parents. C’était vraiment une question d’éducation et quand il regardait ces photos, qu’il la regardait elle, détaillant son profil du coin de l’œil, Donovan réalisait combien ils étaient différent tous les deux.

Pas seulement pour leurs histoires, mais pour le simple fait que lui avait plus aucune trace du visage de ses parents, même dans son esprit, sa mère disparaissait peu à peu. D’abord ça avait été sa voix, et même s’il était persuadé de se souvenir de son intonation, il était loin de la réalité. Et petit à petit, c’était son visage, il s’en construisait un autre souvenir à partir des traits principaux qu’il lui attribuait, mais ce n’était plus elle. On oubliait, que l’on le veuille ou non, peu importait l’amour, c’était le cerveau le fautif, imparfait. Il oublia aussi ses propres ressentis, parce qu’il sentait la nostalgie chez la blonde. Ses doigts glissèrent vers son visage et dans sa nuque avant qu’il tourne la tête vers elle pour déposer juste un baiser sur son nez. « Il est chouette cet album, pas que pour la couleur. T’as eu raison de faire ça. » Bryan et Olivia, il les connaitrait sans doute jamais, sinon il aurait pu leur dire qu’en dehors de dévergonder leur fille, il leur était reconnaissant d’avoir élevé une gamine aussi douce, compréhensive et aimante. Il leur dirait aussi peut-être qu’ils avaient chié dans la colle à pas suffisamment la préparer au monde qui était déjà bien merdique avant l’épidémie.

« Allez assieds-toi et mange un peu, on pourra continuer à le feuilleter après, et je te raconterai l’histoire de Serge. » Son histoire avant de dormir, un moment de calme entre les draps, chose rare entre eux. « Sinon ça va refroidir. » C’était pas du tout parce qu’il voulait ce moment de calme dans ses bras plus tard. D’un regard, Donovan l’invita à aller s’asseoir pour manger, levant son verre de vin dans sa direction pour trinquer avant toute chose. Il avait sans doute un millier ou plus de choses à lui dire, mais elle devrait se contenter de les lire dans son regard gris et son sourire.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1196
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: When reality catches up with us   Sam 25 Aoû 2018 - 10:31
When reality catches up with us


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Bien sûr qu'elle savait cuisiner autre chose que des légumes, mais fallait juste avoir ce qu'il fallait dans les placards pour varier, et dans ce monde ci c'était pas forcément toujours le cas. Mais l'assiette pouvait bien refroidir un peu là, alors qu'il avait loisir de dépeindre ce truc qui la quittait jamais. Et heureusement qu'il la quittait jamais, sans quoi si elle ne l'avait pas emporté dans ses affaires en rejoignant le campus la dernière fois, ces souvenirs ci auraient pu s'effacer dans le creux de son crâne au grès des ans. Le menton logé contre son épaule, les bras autour de lui, Evelyn émit un rire léger concernant le rose qui lui rappelait la couleur de sa peluche. Elle lui décrivait les premières photos, celles de ses parents. Et bien évidemment, sa réplique, quand il eut loisir de dépeindre son père l'obligea un étouffer ses rires contre son cour. Les fameux pulls jacquards, y avait pas de doute quant à ce qu'elle avait pu trouvé de réconfortant chez Swann finalement.

- Ouais bha écoute, mon père était pas du genre cuir et ray-ban, j'fais dans l'originalité et la sexatittude maintenant. Elle murmurait en un faux air assuré. Les grands crétins sanguins, vieux con sexy, brun avec les yeux gris. Elle éclata de rire contre son cou. J'fais même des rimes bon Dieu. Vous m'inspirez très cher, j'en ferai un poème pour un peu. Rieuse, Evelyn reprit le fil des photos devant eux.

La nostalgie l'étreignait forcément mais l'envie de pleurer n'était guère présente, bien au contraire, un large sourire étira ses traits quand sa main glissa contre sa joue pour s'attarder à sa nuque, juste avant un baiser sur le nez qui lui fit plisser ce dernier. Elle l'aimait vraiment son militaire tatoué, border-line, rentre dedans et caractériel à ses heures. Son père l'aurait détesté pour ce qu'il représentait, ce qu'il pouvait faire de leur fille alors que, finalement, il l'avait simplement aidé à s'ouvrir à d'autres choses. Quant à Olivia, alors qu'elle déportait les prunelles de celles de Donovan pour scrutait cette photo d'elle, sans doute aurait-elle émis plus de réserve. Evy savait pas si elle aurait été capable de l'apprécier comme elle, mais en remarquant les sourires de sa fille, sans doute se serait-elle adoucie. Il est chouette cet album. Oui, sans doute, cependant elle aurait peut-être pas le loisir de l'offrir à son enfant plus tard, parce qu'elle en aurait sans doute jamais. Réprimant le malaise qui l'envahissait, ses bras resserrèrent leur étreinte contre lui avant qu'elle dépose les lèvres contre sa tempe puis opine pour filer s'installer face à lui.

- Régale toi, c'est un avant goût de ce que t'auras à la maison. Lui sourit-elle en faisant tinter son verre contre le sien pour le ramener à ses lèvres. Du vin elle en avait déjà bu et celui là était pas mauvais du tout. Un petit trésor que les véritables propriétaires de cette baraque avaient planqué, peut-être une bouteille de leur mariage, ou de la naissance de leur enfant, après tout y avait une chambre avec un berceau ici. enfin, si les frères Rogers chassent encore t'auras de la viande, puis avec l’électricité ce sera plus simple pour cuisiner.

Une première bouchée, deux autres derrière. Evy pouvait se satisfaire d'avoir réussi le repas avec les moyens du bord et un simple réchaud. Donovan préférait ça à ce régime végétarien. Après tout fallait de quoi le sustenter ce mètre quatre vingt nerveux. L'assiette allait pas faire long feu, même si elle se contentait de peu, quand c'était plus élaboré ça avait un goût d'antan, le seul regret qu'elle avait finalement, c'était de ne pas avoir pu faire de gâteau ou de tartes, faudrait se contenter des fruits en dessert ou... Replaçant une mèche derrière son oreille l'assistante croisa ses billes et les détourna sur la peluche rose.

- Donovan va tenir pour faire la vaisselle tu crois Serge ? Rit-elle avant de reprendre. Parce que le room-service sert le dessert en haut. Billes dans celles du tatoué, Evelyn rosit et gloussa avant de déposer les couverts pour agripper son verre. Même si tu l'as pas dit, et que j'suis blonde, j'suppose que tu t'attendais à autre chose qu'un album photo. Coude sur la table, elle logea le menton au creux de sa paume en plissant les paupières. Ce que tu m'as soufflé dans la cuisine m'a mis la puce à l'oreille aussi, et j'pense pas que m'voir en culotte barbie, sur les photo dans l'album, suffira pour l'investissement. Il avait pas encore tout vu, il se fendrait sûrement la poire sur certain cliché, sans doute autant qu'elle s'était foutue de lui pour la peluche. Elle avait raison néanmoins, dîner dehors était agréable, loin de tout, loin de l'endroit qu'ils avaient pas envie de rejoindre malgré le confort qu'ils y retrouveraient. Y avait qu'eux, ce eux qu'elle désirait tant et qu'elle obtenait pleinement ici même si c'était éphémère. Ça allait peut-être durer là bas, ou pas, elle en savait rien mais ferait son possible qu'il se sente bien. Verre en bordure de lèvres, Evy reprit. J'me sens bien quand tu vas bien, quand tu souris, donc oui, Elle haussa une épaule. madame est comblée. Enfin, tu peux faire encore mieux et … on va pas non plus se coucher aux poules Floyd rassures toi. Et tu dois jouer les livres avant tout. Termina-t-elle par rire, se jouant de lui, en le pointant avec sa fourchette.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1232
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: When reality catches up with us   Sam 25 Aoû 2018 - 19:57
Pas du genre cuir et Ray-Ban, clairement. Si Donovan esquissa un sourire amusé, c’était quand même un brin flippant de voir qu’on se tournait vers plus naturellement vers des personnes qui représentaient ce qu’on connaissait. C’était à moitié vrai dans son cas, sa mère était une brune aux yeux sombres, il avait souvent craqué pour les brunes mais dans le fond, sa petite préférence, c’était les blondes. Comme Cassie, comme Evy. Ouais bon, s’il était parfaitement honnête, Donovan dirait que toutes les femmes étaient son genre, parce que les rousses étaient pas mal non plus. C’était comme l’alcool ou les clopes, il les aimait toutes, trop sans doute. « Pitié te mets pas à me réciter de la poésie … quoique, si ça devient aussi intéressant que la lecture, je suis preneur. »

Face à face, tête à tête, il pouvait loger à loisir ses billes grises dans celles noisette de la blonde. « De la viande à tous les repas et du vin ? J’vais avoir de très grandes attentes si tu me fais des promesses comme ça Collins. » C’était bien quelque chose qu’il attendait de retrouver quelque part, le confort que leur offrait le camp à Fort Ward. Là-bas, ils avaient l’électricité, plus de monde pour organiser des ravitaillements, des cueillettes, ils avaient presque le confort de l’ancien monde comme leurs parents et grands-parents l’avaient connu. « Tu crois que les Rogers savent faire autre chose ? » La pique balancée comme ça, l’air de rien, Donnie se lança dans la dégustation de son repas.

Et autant dire qu’il y aurait pu avoir deux fois la quantité de l’assiette que le tatoué l’aurait engloutie de la même manière, c’était un super repas, sans doute le meilleur fait depuis son arrivée ici, ironiquement c’était la veille du grand départ. Mais déjà, Evy faisait des messes basses avec Serge. « Vous croyez que je vous entends pas tous les deux … » souffla-t-il en terminant son verre de vin, son regard passant de la blonde à la peluche presque sèche à côté. L’évocation du dessert lui fit instantanément ramener ses billes grises sur Evy, là, elle l’intéressait.

« J’avais autre chose à l’esprit mais en même temps … y’a pas grand-chose que j’ai jamais vu, non ? » Donovan sourit en passant sa langue ses lèvres dans un sourire, son regard balayant le haut de sa silhouette avant de se replanter dans celui d’Evy. Un éclat de rire fila ses lèvres fines avant qu’il secoue la tête, se servant un nouveau verre de vin, le portant à ses lèvres aussitôt. Levant son index dans à hauteur de son visage en buvant, le tatoué reprit. « J’espère bien qu’on va pas se coucher comme des putains de poules ! Enfin … faudra quand même être frais demain alors … » Alors la nuit allait pas s’étirer jusqu’à pas d’heure, à son grand regret, mais pour le temps qu’il leur restait ici, ils pouvaient en profiter.

Picorant les dernières miettes de son assiette, le brun baissa le regard vers ses couverts puis le petit album photo. « J’ai jamais fait de truc comme ça, j’aurais pu, j’aurais sans doute dû maintenant que j’y pense … on oublie tellement les bons souvenirs. » Parce que les mauvais, eux, ils restaient comme gravés dans le marbre. Il retrouva le silence, mais sans se défaire de son sourire, son regard plongeant par instant dans celui d’Evy alors qu’il sirotait son vin. La bouteille était entamée, fallait la finir de toute manière, ça se faisait pas de laisser un truc à moitié vide aux prochains locataires. « J’ai aucune photo de moi en slip Superman, j’veux dire c’est triste, t’aurais sans doute pu te marrer un bon coup. »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1196
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: When reality catches up with us   Sam 25 Aoû 2018 - 20:29
When reality catches up with us


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


- Ohhhh, Lâcha-t-elle, prête à le taquiner à sa remarque sur sa discussion avec la peluche aussi rose que l'était son album. Autant que ses joues à certaines heures. malgré l'âge mûr il est loin d'être sourd, Elle plaisantait, c'était devenu monnaire courante entre eux, davantage encore qu'ici le jeu avec son confident - de fibres synthétiques - était agréable, léger, loin de la réalité macabre se jouant derrière les barricades du District. Le verre suspendu à ses lèvres, Evy masqua son large sourire mais Donovan put capturer son plissement d'yeux et de nez mutin. l'oreille fine comme celle d'un chat. On peut même plus avoir de secret.

Un bien fou, voilà ce qu'elle ressentait là. Quand bien même il s'agissait de leurs dernières heures ici, c'était comme si tous les maux, les horreurs vécues, vues et dites, ne s'étaient jamais jouées entre les murs de cette maison. Pas même à l'extérieur d'ailleurs. Trois mois déjà, plus de quatre-vingts dix jours qu'elle avait toqué à ce battant, la valise à coté d'elle, en un large sourire et les joues roses à l'idée qu'il puisse refuser, pour lui demander si elle pouvait se réfugier ici. Et pour quelle raison ? Pour éviter à sa supérieure de lui sauter dessus en pleine nuit. Un rire fila ses lèvres en y songeant. C'était ridicule, franchement, jamais June Phelbs n'aurait fait ça, contrairement à l'homme devant elle dans le regard duquel elle plongeait sans se lasser. Il lui avouait même qu'il avait pas pensé à ça, pourtant il avait pas tort, y avait rien qu'il n'avait déjà vu sur elle. Terminant son verre après lui, Evelyn agrippa la bouteille pour s'en resservir un tout en le voyant fixer l'album. Oh ça pouvait se régler ça, suffisait de trouver le nécessaire, mais sa connerie l'invita à éclater de rire en l'imaginant.

- Directement superman, Lâcha-t-elle, sourcil arqué, avant de ravaler une bonne gorgée de vin. Assiette terminée, peu importait, ils pouvaient bien traîner un peu. Le soleil désormais couché donnait une teinte séduisante au ciel mais, cette fois, elle n'avait pas peur de le perdre comme le fameux matin où son cœur pesait lourd de s'imaginer enceinte. remarque un « S », ça colle avec Sergent, ça l'ferait. Une esclaffe quitta ses pétales avant qu'elle les pince, après une dernière gorgée de son verre. Elle aurait les joues poudrées mais pas au point de partir ailleurs comme lorsqu'ils avait quasiment vidé une bouteille de spiritueux, ce fameux soir où tout avait éclaté en elle, toutes ces choses qu'elle soupçonnait pas présentes dans son cœur et son corps à son égard. Mais il est pas trop tard, suffit d'trouver un pola !

Agrippant son verre, Evelyn s'installa plus confortablement dans sa chaise. Le dos bien ancré au dossier, ses prunelles allant de ses doigts tatoués, à ses bras esquissés de mille et une ombres encrées, son cou où elle adorait déposer quelques baisers, et enfin ses yeux. Elle les adorait ses yeux gris, car même s'il disait rien, elle avait l'impression d'y lire tout ce qu'il taisait par pudeur ou crainte d'en dire trop. Pourtant Evelyn aurait adoré qu'il en dise trop, qu'il la rendre ivre de mots, qu'il mettre ces fameux mots sur eux, qu'il s'y accroche et estime qu'il avait droit à tout ce qu'il se refusait parce qu'il s'imaginait pas méritant d'obtenir tout ça.

- Et un slip superman. Hilare, elle rejeta la tête dans le vide avant de coller la main sur ses lèvres pour étouffer ses esclaffes. Bon, elle était sûrement pompette mais pas pétée comme il aimait le dire, juste bien. Sur un nuage de coton sans doute. De plus elle risquait pas de se casser la figure même si là, en se redressant, elle se retint par pure prévoyance à la table avant d'aller tirer les draps secs du fil. Pas de chaise, c'était trop risqué même si elle avait encore l'esprit suffisamment clair. La jeune femme se contenta de tirer sur les fibres pour les replier, en s'aidant de son menton, pour les déposer contre une assise libre avant de débarrasser. Si t'as envie d'faire une après-midi scrapbooking j'peux t'trouver c'qu'il faut Donovan. Elle rit, toute proche de lui en agrippant son assiette vide. En attendant, vaisselle, et on embarquera la fin de la bouteille là haut, c'serait dommage de gaspiller, j'imagine que si les anciens proprios l'avaient planqué c'est qu'il date.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1232
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: When reality catches up with us   Sam 25 Aoû 2018 - 22:57
Donovan leva les yeux au ciel, mimant de sa main libre les messes basses d’Evelyn avec Serge, il aurait jamais dû les présenter ces deux-là, c’était pour ça qu’il avait gardé la peluche cachée. Ca et le fait qu’il avait toujours cette impression d’être jugé quand le lama était là, comme si réellement il portait ce regard sur lui. « De toute manière, Serge me racontera toujours tout. » Un sourire étira ses traits, ils avaient sans doute l’air de deux gosses à causer de et avec une peluche de lama rose qui séchait sur une chaise à côté d’eux à table. Comme des gosses qui jouaient à la dinette, même si le jeu préférait de Donnie c’était quand même le docteur.

« Evidemment ! Superman, qui d’autre. Quoique Batman il est pas mal non plus, pété de thunes, intelligent, torturé … » Levant les yeux au ciel, pensif, Donovan tenta de se rappeler des quelques comics qu’il avait lu dans le passé, pas des masses parce que même s’il y avait des images, ça restait des bouquins et il aimait pas ça. « Sergent-Man. Ça serait mon nom de super héros. Ou même Sniper-man, ça marche aussi avec un S. » Son nom ou son super pouvoir ? Pour l’homme qui tirait tout ce qui bougeait, difficile à dire, le tatoué laissa la réflexion dans un coin de son esprit pour penser au Polaroïd. Ça lui plairait sans doute de faire des photos, pas de lui, des autres plutôt pour immortaliser certains instants. La gueule de Stanley quand il reviendrait au Fort, celle de June quand elle comprendrait qu’il avait sauté sa secrétaire. Parce que c’est le truc le plus choquant qu’elle puisse découvrir. Une nouvelle gorgée de vin sonna comme une claque à sa conscience qui menaçait de se réveiller.

Le rire de la blonde l’aidait à claquer cette connasse dans son esprit, qui prenait tantôt la voix de son père, celle de sa mère ou même la sienne. Mieux que deux bouteilles de vodka, parce qu’avec elle il avait pas de gueule de bois, c’était pour ça qu’il avait besoin d’Evelyn. Le verre à la main, Donovan la laissa se débrouiller avec les draps, simplement parce qu’elle était … mignonne, et qu’il avait besoin de ça, de la voir vivre. C’était pour ça qu’il avait fait ce qu’il avait fait, et pour ça qu’il le referait si on le mettait face au même choix. « Occupe-toi des draps, je m’occupe de tout ça. Et de la bouteille. » Elle avait assez à faire avec les draps dans les bras. « Oublie pas de ranger Serge aussi. » Enfin de l’amener puisqu’il serait sans doute là pour l’histoire.

Plus dégourdi qu’il l’avait laissée le penser, Donovan débarrassa la table en deux temps trois mouvements, prenant la direction de la cuisine pour nettoyer tout ça. L’envie de tout virer à la poubelle pour aller plus vite était là, bien évidemment, mais le militaire tâcha de faire preuve de sérieux … militaire justement. Vaisselle nettoyée, essuyée, et même rangée, il lui avait pas fallu plus de quinze minutes. Récupérant la bouteille qu’il avait posée sur l’ilot central, Donovan quitta la pièce à la recherche de la blonde. « Rapide et efficace, j’suis une fée du logis quand je me donne la peine, ça t’en bouche un coin Collins ? »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: When reality catches up with us   
Revenir en haut Aller en bas  
- When reality catches up with us -
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 07. Back in the reality - this is not just ocean [CLOS]
» C'est le pompom !!!!!
» Ana Falkowsky, when the mask became reality
» Visite Oo [Reality]
» Shyshy ♣ I'm not crazy, my reality is just different than yours.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: