The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Look at me. Im the Saint now. -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 174
Age IRL : 26
MessageSujet: Look at me. Im the Saint now.   Lun 20 Aoû 2018 - 19:34
Avec les années, Lance avait appris à se fier au pouvoir des rumeurs, et leur parfois minuscule mais toujours présente source de vérité. Dans ce cas-ci : éviter Renton. Il n’était pas certains du pourquoi et du comment, mais il semblait maintenant écrit dans le ciel que Renton était la meilleure manière de tomber sur des survivants malintentionnés. Et évidemment, Renton était l’un des meilleurs secteurs dans le sud-est de Seattle pour se ravitailler, bourré de restaurants et commerces en tout genre. En attendant que les murmures se calment, il devait se montrer un peu plus inventif. Le club de Golf de Fairwood était épuisé et indéfendable pour un seul homme et il avait besoin, une nouvelle fois, de prendre des risques sans certitude de profit.

Les guides touristiques se révèlaient utiles pour trouver des lieux dignes d’intérêt, mais Lance aurait donné beaucoup de choses  - tout en sachant qu’il ne possédait presque rien – pour avoir 5 minutes d’internet et Google Maps sur un cellulaire. Walker possédait un désavantage distinct à n’être pas originaire de la région – ou même de l’état – et ainsi n’avait qu’une connaissance jamais plus que partielle du coin.

La Cross and Crown n’était indiqué sur aucun panneau, et Lance était tombé dessus par pur hasard alors qu’il marchait sur la 108e avenue. Et hasard, c’était encore un peu poussé parce que, vraiment, il était littéralement tombé dessus après avoir trébuché dessus dans les herbes hautes qui reprenaient leurs droits. C’était le genre de panneau artisanal que les gens qui veulent donner une impression « rustique » font beaucoup trop d’efforts pour concevoir. Mais tous ces efforts n’empêchaient pas le bois de pourrir et de s’affaisser après quelques années sans entretient. Mais on pouvait encore lire le nom, une direction et une distance. Un nom ambigu. Une église ? Un tailleur sur mesure ? Un bar ? Un bar AVEC stripteaseuses ? Le mystère était palpable, mais pas autant que le vide dans son sac de voyage. Il avait besoin d’articles à échanger avec les communautés qui pouvaient produire leur propre nourriture, et si Walker ne pouvait plus se permettre d’être difficile depuis longtemps.

Il avait laissé la voiture cachée dans un talus boiseux de parc Thomas Teasdale. Il ignorait qui le type était, mais avoir un parc à son nom semblait un plutôt bon deal. En supposant qu’il soit toujours vivant, ce qui était un moins bon pari.

L’avantage d’être seul, c’est qu’il était discret et furtif. Bon peut-être pas furtif, mais c’est un mot qui a l’air cool à utiliser non ? Furtif. Fuuuuuuuuurtif. Bref. À première vue, il remarqua la croix qui surplombait l’établissement d’allure moderne – enfin moderne + 3 ans et quelques épisodes de « 16 ans et enceinte » - ce qui n’était pas vraiment une bonne nouvelle. Quelques bouteilles de vin de messe peut-être ? Les gens buvaient n’importe quoi de nos jours. Il s’approcha du bâtiment sans savoir que le vrai objet de sa recherche était juste à côté. Mais l’affiche de plastique était brûlée par le soleil et à part ce qui semblait une résidence un peu trop sécurisée, Walker zappa complètement la Cross and Crown Preschool et s’approcha plutôt de la Cross and Crown Lutherian Church.

La seule chose que Walker connaissait des luthériens, c’était leur préférence musicale pour le luth – sinon pourquoi prendre un nom si ridicule ? -. Il se demanda de quoi il aurait l’air avec une soutane. Balayant la pensée inutile, l’homme fit son chemin vers les portes vitrées, devenues opaques après des années sans entretien. Verrouillées… Évidemment. Le pilote sortit un tournevis de son sac et essaya de forcer le loquet pendant une minute ou deux, sans succès. Parce Lance n’était la réincarnation de Catwoman, quelle surprise. Pas le choix, autant briser la vitre. Si Père Abigaël Samuel St-Paul Luther III était infecté, le bruit l’attirerait de toute manière. Lance préférait les confessions à l’extérieur. Walker chercha des yeux un objet capable d’atteindre son objectif, et repéra un cendrier portatif près de l’entrée, le genre en forme de pilier et déplaçable. On pouvait encore voir une image explicative dessus.

Spoiler:
 

Muy bien. Il s’approcha et l’attrapa par la base. Le truc était lourd, ouf… Il commença à prendre de l’élan pour en projeter la base. Un, deux….  C’est alors qu’il entendit un bruit qu’il connaissait trop bien. Des pas ? Des pas. DES PAS. Il cessa son élan dans le but de se retourner vers l’origine du bruit, et lâcha le cendrier. Seul petit problème, le plastique vieillit céda dès le contact avec le sol et le réservoir bien plein décida qu’il était temps de retourner au monde, éclatant dans un nuage  grisâtre. L’air devint tout aussi opaque que les portes d’entrées, et bien plus irrespirable, le faisant éclater dans une quinte de toux monumentale. Quand il releva les yeux, il était trop tard, et l’effet de surprise était à des années-lumière…

« Keuf…Keuf… Yo ! »


I press on where others slow down...
I am with many, but I drive alone...
I am the race you cannot win
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Amelia Bergmann
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester modèle 70 et machette
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 29/07/2018
Messages : 256
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Look at me. Im the Saint now.   Lun 20 Aoû 2018 - 23:15
« Bergmann, on reste tous groupés, t’es prête pour ça ? » Amelia roula des yeux, priant le ciel peu importait qui l’habitait pour trouver la patience de supporter cet homme qui menait l’expédition. Howard, un des militaires du Fort, en poste à Renton lui aussi, la cinquantaine bien tassée et une attitude qui lui donnait envie de lui faire manger méthodiquement ses rangers. Il représentait tout ce qu’Amelia détestait chez un homme, imbu de lui-même, persuadé de détenir la réponse à toutes les questions de l’univers et surtout qu’une femme ne pouvait pas savoir mieux que lui. Dans son malheur, heureusement, la brune n’était pas la seule à ne pas le supporter et elle se rassura de quelques coups d’œil amusés avec Donna. Ce n’était pas son amie, simplement une autre femme en proie à ce que ce monde faisait ressortir de pire chez les uns et les autres, comme elle. Bien sûr l’autre brune avait décidé d’en jouer différemment, de ses dires, grand bien lui en fasse.

Ils parcouraient Renton, à pieds, en groupe organisés. Amelia scrutait les environs et son regard s’attarda un instant sur un symbole ô combien dérisoire de nos jours. Une croix indiquant une église, quelle qu’en soit la confession, Bergmann n’avait de toute manière jamais prêté attention à tout cela. Son père pourtant était un homme pieux, mais c’était également un homme dur, misogyne, qui n’avait pas su faire convenablement le deuil de sa mère et qui n’avait jamais pris le temps de s’intéresser à sa fille. Alors l’église et ses grenouilles de bénitiers, Amelia s’en fichait. Pourtant. Pourtant, elle ressentit ce besoin d’aller peut-être s’adresser à lui, pas Lui. Car Lui, elle doutait clairement de son existence, et lui n’était plus là. « Howard, je vais aller vérifier par là-bas. » D’un geste las, Amy désigna la zone de l’église, ce n’était pas une suggestion, elle avait au moins autant de fierté que cet homme bourru que Donna empêcha de la suivre.

La zone était calme, personne ne viendrait lui gâcher ce moment qu’elle espérait calme. Malheureusement, Amelia aurait dû prévoir. Rien ne se passait comme elle le voulait depuis que tout avait démarré. Une silhouette devant l’église, la brune tenta d’alléger son pas, récupérant son arme à sa ceinture, juste au cas où. Cachée derrière un véhicule stationné là depuis de longs mois, Amelia le regarda faire, fronçant les sourcils. Que s’apprêtait-il à faire exactement ? Fracasser l’entrée d’un lieu saint ? Même pour elle qui n’était pas croyante, cela avait un côté choquant.

Son arme toujours en main, la brune sortit de sa cachette, désirant le prendre par surprise pour peut-être lui subtiliser ce qu’il avait. C’était bien ainsi que cela fonctionnait désormais, non ? Mais là encore, rien ne se passait comme elle aurait l’imaginer. Elle était là pour prier, peut-être parler à son fils qui devait la regarder depuis là-haut, s’il y avait un là-haut, pour peut-être récupérer n’importe quoi d’utile. Et finalement, un nuage de poussière lui barrait la vue, l’obligeant à porter sa main à son visage pour tousser, son arme à nouveau glissée à sa ceinture. Yo ? Amelia haussa un sourcil. « Je suis presque sûre qu’il n’y a pas besoin de détruire l’entrée pour être accueilli dans la maison du Seigneur … »

Elle n’aurait peut-être pas besoin de son arme pour lui faucher ses maigres possessions. Maigres, presque invisibles. Ce type n’avait pas l’air d’avoir grand-chose, mais il aurait forcément ce que tout un chacun avait. Des informations, des contacts. Un nouveau groupe à mettre sous leur domination ? Levant ses mains devant elle en signe de bonne foi, l’ancienne dirigeante d’entreprise essuya une larme au coin de son œil gauche causée par la poussière. « Remarquez, il y a peut-être là une métaphore intéressante, la religion est sans doute un écran de fumée. » Ses mains balayèrent l’espace vide devant elle, désignant la poussière qui retombait mollement au sol. Elle n’avait pas peur, il était peut-être, sans doute même, armé. Il tenterait peut-être de la tuer, de lui voler ce qu’elle possédait. Mais elle n’avait pas peur. Elle n’avait plus peur, et elle affichait même un mince sourire. Tu risques ta vie dans le but de le retrouver Amelia. La voix de son père dans son crâne avait certainement raison.


   
Hurts like Hell
How can I say this without breaking How can I say this without taking over. How can I put it down into words. When it's almost too much for my soul alone. (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 174
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Look at me. Im the Saint now.   Mar 21 Aoû 2018 - 3:16
Il leva une main pour indiquer juste une seconde en essayant d’extirper la poussière probablement cancérigène de ses poumons, les yeux clignants pour lutter contre les volutes grises. Maintenant, Lance savait à quoi ressemblait la partie fumeur d'un McDonald`s. Oh bordel ce qu’il aurait donné pour un Big Mac en ce moment… Mais ce n’était pas le moment de baver, surtout en présence féminine. À ce sujet, il releva la tête en toussotant quelques peu encore.

« Des remarques… Keuf keuf… Tout à fait pertinentes ! Madamoiselle… ? »

Il dépoussiéra ses vêtements en observant davantage la femme. Assez petite, fin trentaine peut-être ? Jolie si on aimait le style. Lance était étrangement moins regardant depuis l’apocalypse, allez savoir pourquoi… Tout en reprenant son souffle, il pouvait aussi voir qu’elle était armée. Son regard s’aventura derrière elle. Personne. Pour le moment. Aurait-il le temps de foncer, la renverser, la mettre hors-jeu avant qu’elle ne fasse un bruit de trop ? Probablement pas, alors il ne fit rien. Lance n’avait rien contre la violence, mais préférait les scénarios où il restait en vie avec les probabilités de son côté. Le risque, il prenait ça ailleurs. Comme cette église par exemple.

« J’ai essayé de prier mais ça n’a pas marché alors c’était mon plan de rechange. Ce truc aurait explosé à l’impact alors tu m’as peut-être sauvé d’un enfant de chœur caché à l’intérieur, qui sait. »

Dans un jeu vidéo, ce serait le moment d’offrir une récompense. Mais c’était la vraie vie et Lance n’avait pas grand-chose à offrir sinon un joli sourire. Ce qu’il fit, évidemment. La première chose que les femmes remarquent, c’est le sourire. Non ?... Non ?

« Walker. Avant que tu me demandes, oui je suis seul, et non je ne vais pas te violer. Je veux dire, t’es jolie et tout, mais je suis un gentleman ! Va savoir pourquoi, ce sont les questions les plus populaires dans mon palmarès… Hum… Je réalise que ce n’est pas très flatteur mais donne-moi des points pour l’honnêteté, haha....ha»

Malaise, abandonnez la mission. Tout en la gardant dans le coin de son champ de vision – on ne survivait pas quelques années sans un ou deux réflexes -, l’homme reporta son attention sur les portes vitrées en réfléchissant. Mais désormais, il pesait l’intérêt possible de l’endroit, versus le risque de rester avec elle. Mais s’il fuyait, qu’es-ce qui l’empêchait de le suivre ? Et si elle n’était pas seule ? Et la voiture. Il aurait vraiment dû rester loin de Renton, comme les rumeurs disaient… Mais il était trop tard pour cela. Il décida d’en rester au plan, du moins le temps de savoir ses intentions à elle. Ce n’était pas la première fois ni même la cinquantième qu’il rencontrait un ou des inconnus alors ce ne serait pas différent.

« Cet endroit a l’air intact, les portes sont verrouillées, pas de vandalisme… Ça pourrait être remplie de, je ne sais pas, du sirop d’érable. Ou bien une immense réserve de pain-corps du seigneur. Un des deux. T’as de bons instincts biblicaux et Jésus voudrait sans doute qu’on survive grâce à lui, alors pourquoi ne pas me donner un coup de main ? 50/50, et on repart chacun de nos côtés ensuite. Je veux dire, je ne dirai pas non à ton numéro de téléphone, mais malheureusement ce n’est plus vraiment utile depuis quelques temps… »

Si elle n’était pas seule, alors fracasser la vitrine ne ferait que ramener ses amis. Lance ne pouvait pas gérer de potentiels infectés ET des survivants en même temps. À savoir que l’ancien pilote ne comptait pas vraiment partager comme proposé à moins d’y être forcé, mais il avait besoin d’une meilleure opportunité. Elle n’avait pas l’air en mauvaise forme physique alors Lance aurait besoin d’une ou deux longueurs d’avance.

Autant coopérer. Pour le moment.

« Alors ? Dieu n’attendra pas toute la journée et on doit encore trouver comment entrer. Les fenêtres sont des vitraux, alors je me sentirais un peu mal de briser ça. Ce n’est pas genre 7 ans de malheur si tu brises un vitrail ? Quelque chose dans le genre… »

Il regrettait sincèrement d’avoir été un honnête citoyen, avant. Sinon il aurait su comment crocheter des serrures, voler des voitures, pointer son arme sur le côté et garder de la précision, tout ce genre de truc cool…


I press on where others slow down...
I am with many, but I drive alone...
I am the race you cannot win
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Amelia Bergmann
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester modèle 70 et machette
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 29/07/2018
Messages : 256
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Look at me. Im the Saint now.   Mar 21 Aoû 2018 - 9:20
Mademoiselle ? Visiblement l’inconnu avait décidé de jouer la flatterie, dans un autre monde Amelia aurait apprécié l’attention même si elle préférait qu’on l’appelle Madame, dans ce monde-ci, cela n’avait plus réellement d’importance. « Amelia. » glissa-t-elle simplement en réponse pendant que le brun en face d’elle époussetait ses vêtements. Elle en profita pour l’observer, une bonne tête de plus qu’elle et possiblement le double de son poids, Amelia n’était pas idiote, s’il tentait quoique ce soit elle n’aurait pas les réflexes suffisants pour s’en défaire rapidement. Autant jouer une autre carte que l’agressivité donc.

« Les seuls êtres dangereux dans ces bâtiments, c’était les prêtres non ? » Préjugé ? Sans doute, la brune ne s’en excuserait auprès de personnes, croyants ou non croyants. « Il aurait peut-être fallu prier plus fort ? » Parait-il que c’était une explication valable quand les choses n’allaient pas dans notre sens. Le grand gaillard lui offrit un sourire, sans doute que d’ordinaire cela fonctionnait sur la gent féminine, aux yeux de la brune ce n’était, comme le nuage de poussière à son arrivée, que de la poudre aux yeux. Un sourire n’effaçait pas ce que ce monde avait engendré dans l’âme de beaucoup de survivants qui n’avaient plus rien d’humain. Elle ne les avait que peu rencontrés ceux-là, dans la sécurité de Fort Ward, mais elle n’en doutait pas une seconde.

Walker, nom ou prénom, peu importait, Amelia nota l’information dans un coin de son esprit avant de hausser un sourcil face à son débit de paroles. Misère, il n’y avait pas de bouton off sur ce type, il avait l’assurance et l’attitude du charmeur de bas étage. Exactement le genre qui l’horripilait. « Rien ne me garantit que ces propos sont honnêtes, donc je vais plutôt te donner un point pour l’assurance et te retourner ces mot rassurants. » Bergmann afficha un sourire, comme tous ceux qu’elle dispensait depuis le séisme, il était faux, mais il était là. Tout comme cette pointe d’humour qu’il saisirait ou non.

Ses iris sombres passèrent de ce Walker à l’édifice derrière lui, ses oreilles écoutant de loin son flot de paroles décidément irritant. Elle avait fui le groupe pour trouver du calme dans un bâtiment dédié à la prière et se retrouvait finalement face à un baratineur de première. S’il y avait bien un dieu là-haut, peu importait son nom, son sexe, son plat préféré, il avait un sacré sens de l’humour. « Désolée sweetheart, je ne donne jamais mon numéro de téléphone, c’est un risque qu’on me rappelle. » A nouveau cette distance et cet humour, qui même s’il la caractérisait parfois, était totalement faux à ses propres oreilles.

« Sept ans de malheur, c’est pour les miroirs et surtout les simples d’esprit. Mais il doit y avoir une autre issue. » Même Dieu ne voulait pas que ses moutons finissent brûlés dans la bergerie, donc il y aurait forcément une issue de secours en dehors de la grande porte, Amelia désigna de son index le côté du bâtiment. « Tu n’auras qu’à tout garder, je venais juste pour le calme et de toute évidence, cela semble … compromis. » En réalité, si elle pouvait trouver quoique ce soit à ramener à cet abruti d’Howard, il lui lâcherait sans doute la grappe. Toujours en faisant preuve de transparence et d’aucune animosité, la brune fit quelques pas vers l’édifice, dépassant Walker pour observer la porte principale. Aucun signe de vie, à priori, l’endroit était calme. Un vieux flyer à gauche des portes vitrées attira son attention, il portait des mots sans doute liturgiques, invitait à prier pour repousser le Mal qui s’abattait sur terre. « Ils n’ont pas dû prier assez fort non plus. » souffla-t-elle pour elle-même avant de désigner d’un signe de la tête le côté gauche du bâtiment. Il fallait bien chercher une entrée quelque part.  


   
Hurts like Hell
How can I say this without breaking How can I say this without taking over. How can I put it down into words. When it's almost too much for my soul alone. (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 174
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Look at me. Im the Saint now.   Jeu 23 Aoû 2018 - 6:07
Elle le dépassa vers le côté du bâtiment et Walker fit la moue en prenant une posture exagérée, mimant silencieusement « c’est un risque qu’on me rappelle, sweetheart ! ». Tout le monde est mort, le monde est en ruine, ce ne serait pas une bonne raison de décompresser un peu ? Bon, elle avait un sens de la répartie quand même solide, fallait l’avouer. La passe sur les prêtres, il ne l’avait pas venu venir celle-là. Pas mal. Pas mal.

« Donc hum, Miss Amelia, tu te promenais comme ça, toute seule, en pèlerinage vers un lieu de culte de style Luther King ou… ? »

Mieux réussi que le sourire de vendeuse de voiture, mais c’était un début. La dénommée Amelia ne semblait pas convaincu des talents de reconnaissance de Lance, ou bien cherchait d’éventuels complices, les siens ou les siennes. Tout en la suivant, les mains derrière la tête, il constata qu’ils n’allaient trouver ni un ni l’autre. Si elle était dans un groupe, ce qui semblait plus que probable vu son instinct, ils finiraient bien par se rendre compte de son absence. Le temps jouait contre lui.

« Le calme ? Si ça se trouve, le calme me terrorise bien plus qu’autre chose. Pas qu’un gars comme moi puisse vraiment être inquiété, je veux dire- »

Si elle ne voulait rien garder, tant pis pour elle, mais Walker n’en croyait pas un mot. Elle faisait sa blasée, mais un flacon de sirop d’érable et le cougar surgirait à nouveau, c’était immanquable. Personne ne résistait au sirop d’érable.  Elle l’avait dépassée et il songea que c’était probablement le meilleur moment pour a) courir ou b) l’étouffer. En forme ou pas, elle n’aurait à priori contre chance contre lui physiquement, non ? Amelia ne semblait pas le genre Karatéka endurcie et Walker avait vu assez de bagarres de rue pour savoir qu’un couteau, une batte de baseball, ça servait pas à grand-chose pour frapper quelqu’un derrière-soi. Certain quand on manque d’oxygène. Avec un peu de chance, il arrêterait de serrer avant qu’elle meurt. Il manquait un peu d’expérience sur le dosage. Les mains se levèrent de quelques centimètres comme un vélociraptor et sa proie.

Mais ses pensées retournaient sans cesse au poids trop léger de son sac. À quoi ça servirait, s’il n’avait rien à manger ou échanger demain ? Par ailleurs, il n’était pas encore assez désespéré pour céder à une panique meurtrière. Lance rangea le scénario dans le coin de son crâne. Juste… Juste au cas où. Pas plus.

Ils firent ainsi le tour de l’église. Bon, il avait peut-être fait ça un peu trop vite la première fois, mais au premier coup d’œil, ça ne changeait pas grand-chose. Des vieux vitraux tout le long de la paroi. C’était une belle perte de temps, ils auraient juste dû briser la porte et ils seraient déjà à l’intérieur… Lance s’arrêta, agacé. Son regard se porta vers le ciel. Au moins il ne pleut pas, il ne manquerait plus que ça… Hmm ?.
Spoiler:
 

« Amelia. »

Son regard descendit sur la façade de l’église. Il tourna la tête vers sa compagnonne de fortune, son regard était sérieux, focalisé, concentré.

« Monte-moi. »


Silence. Deux silences. Déclic. Il porta une main à sa bouche, sembla réfléchir, puis pointa ses propres épaules de manière un peu désorganisée.

« Hum…Euh… Mes épaules. Monte. Sur mes épaules. Dessus, tu vois ? »

Il désigna de la main une petite fenêtre en œil-de-bœuf au deuxième étage, probablement menant à la choir de l’église. Celle-ci était inaccessible depuis le sol, mais il y avait un faux-toit en tuiles juste en dessous de celui-ci, et cette paroi serait accessible s’ils gagnaient un peu en taille.

Il offrit un sourire encourageant. C’était un bon plan non ?

Non ?


I press on where others slow down...
I am with many, but I drive alone...
I am the race you cannot win
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Amelia Bergmann
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester modèle 70 et machette
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 29/07/2018
Messages : 256
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Look at me. Im the Saint now.   Ven 24 Aoû 2018 - 8:12
Miss Amelia. On ne l’avait plus appelée comme cela depuis … ses dix-huit ans sans doute, quand elle avait quitté la maison familiale pour démarrer ses études à Boston, loin de son père, loin de l’armée de domestiques qui œuvraient soir et matin pour le bien être de la maisonnée. « Je me promenais toute seule vers un lieu de culte effectivement. » répondit simplement la brune, préférant ne pas laisser trop d’indices quant à la présence de son groupe d’expédition ou de son groupe au sens plus large. Elle ne connaissait pas ce Walker, et même s’il avait l’air d’un petit plaisantin à la noix, mieux valait s’en méfier. Ni le groupe de Fort Ward ni celui de Renton ne s’étaient fait des amis avec l’épisode du ranch, et dans le cas de Fort Ward, leurs choix stratégiques à double tranchant dataient de bien plus longtemps, donc autant éviter de se coller une cible dans le dos. « Et toi ? Tu étais à la recherche de l’illumination divine ou quelque chose dans ce goût-là ? » Encore cette pointe d’ironie dans la voix à propos de l’église, en tant que lieu et en tant que concept.

De son côté, Bergmann n’avait qu’honnête en précisant qu’elle cherchait du calme, c’était réellement ce qu’elle espérait trouver dans ce bâtiment, fermé. Loin des abrutis congénitaux qui constituaient la majeure partie du camp à ses yeux, elle ne s’y mêlait que bien peu, mais toujours bien plus qu’avant la mort de son fils. « Oh mais le calme est terrifiant. » C’était ce qui lui conférait cette aura particulière qui aidait à la réflexion, c’était ce qui l’aiderait sans doute à tenter de communiquer avec Egon, ça et peut-être un deuil qui la rendait folle à lier ? Qui sait. « Mais je ne doute pas que toi, tu n’as peur de rien. » Un sourire fila ses traits, amusé et moqueur, avant qu’elle ne se concentre à nouveau sur l’observation du bâtiment dont ils avaient fait le tour.

Pas une seule issue de secours. Fort bien, Dieu voulait donc que ses représentants sur terre et ses fidèles périssent dans les flammes en cas d’incendie, à voir l’état du monde cela dit, le propos était confirmé. « Hm ? Amy tourna la tête vers le brun avant de papillonner plusieurs fois des yeux à sa requête. Si une part d’elle voulait rire face à la situation, une autre, bien plus fière se contenta d’inspirer avec un air détaché. « Cela fonctionne d’habitude, ce genre d’invitation ? » Secouant la tête, la brune jeta un coup d’œil dans la direction qu’il indiquait. La fenêtre un peu plus haut, elle passerait sans problème à travers fine comme elle était.

Ajustant ses armes à sa taille, Bergmann s’approcha pour grimper sur ses épaules. « Je grimpe sur le toit, je regarde à l’intérieur, j’entre et je vais profiter du calme. » Elle lui offrit un large sourire avant de reprendre. « Et je fais en sorte d’ouvrir les portes pour que tu puisses toi aussi pénétrer les voies du Seigneur. » A travers la porte, via la nef centrale, rien n’était impénétrable sauf la sécurité des entrepôts Bergmann. Si le plan lui convenait, il n’aurait plus qu’à la hisser sur le toit, elle se chargerait du reste. Amelia s’était découvert une agilité qui si elle n’était pas inconnue avant tout cela, trouvait des avantages bien particuliers désormais.


   
Hurts like Hell
How can I say this without breaking How can I say this without taking over. How can I put it down into words. When it's almost too much for my soul alone. (c)endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington 870P
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 11/08/2018
Messages : 174
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Look at me. Im the Saint now.   Ven 24 Aoû 2018 - 22:10
«  Malgré mes airs de prude et pieu pèlerin, ce n’était pas exactement mes intentions en arrivant ici. Je suis tombé – littéralement tombé- sur un panneau qui indiquait cet endroit, mais ça ne disait pas que c’était une église. J’espérais plutôt un simple restaurant, ou bien la parade Victoria’s Secrets. Un des deux, tu vois ? Je ne suis pas très difficile. »

Il haussa les épaules. L’avantage quand on ne mentait pas, c’était que la vérité était facile à expliquer. À sa réplique sur les bienfaits du silence, il prit la pose en mettant en avant ses larges bras, jouant une très évidente comédie à la femme qui ne semblait pas trop se prendre au sérieux elle non plus.

« Avec des canons de ce calibre, difficile d’être autre chose que terriblement trop alpha pour des concepts aussi farfelu que la peur, voyons. Je commence à penser que tu ne traînes pas avec les bonnes personnes, Miss. »

Il eut un sourire alors qu’elle se rapprochait après sa demande inusitée. Les mots de la femme le fit encore hausser des épaules, un sourire moqueur aux lèvres.

« Ça semble bien avoir marché avec toi non ? Ça devrait répondre à la question… Hahaha»

Il fit une moue moqueuse. Elle exposa son plan et l’homme haussa de la tête. Une fois à l’intérieur, il serait facile pour elle de se rendre à l’entrée et déverrouiller la porte, à condition qu’aucun infecté ne soit sur sa route.  Elle était armée et semblait capable de s’occuper d’elle-même, mais si elle commençait à faire trop de bruit, c’est Lance qui allait écoper. Que les invités soient humains ou pas… Sa remarque lui arracha un autre rire alors qu’il se positionnait à peu près en dessous du faux toit en lui indiquant de s’approcher.

« Ça me rappelle le vieux père Mathias quand j’étais jeune, mais lui il me disait plutôt : Les voies du Seigneur sont impénétrables mon fils… Mais pas les tiennes !… Hum… En rétrospective ça explique beaucoup de choses en fait. Bon allez Miss, t'es prête ? »

Il se pencha et mit ses mains en coupe pour y accueillir le pied de la femme, l’invitant à poser les mains sur ses propres épaules – c’était chaud ! -,  la propulsant ensuite vers le haut. Elle ne pesait pratiquement rien et il n’eut aucune difficulté à la hisser au-dessus de ses épaules.

« Hmph… Et pas touche à mon vin de messe hein ! On a accord 100-0 ici et je compte bien avoir mon sirop d’érable. »

Dès qu’elle eut un appui sur le toit, il attrapa ses pieds avec ses mains pour l’aider à se hisser dessus. Pour peu de résultat : la femme semblait plutôt habile et agile. Pas mal, pas mal. Maintenant, il lui suffisait d’attendre, ou bien de se tirer. Mais comme réfléchi précédemment, Lance ne gagnerait rien à s’esquiver maintenant, surtout si son groupe – Lance ne croyait pas du tout à son histoire, Amelia lui faisait penser  à ses anciens managers, des gars et des femmes toujours en costards qui n’avait qu’une seule croyance, celle du capitalisme. Amelia était mieux roulée qu’eux, mais ça ne la rendait pas religieuse pour autant. Par ailleurs, il n’avait jamais vu personne céder sa part du butin comme ça, à moins qu’elle ait aussi l’intention de s’esquiver avec ses trouvailles dès qu’elle en aurait l’intention. Si elle pouvait vraiment se permettre d’explorer sans rien rapporter, elle devait faire partie d’un groupe, un gros groupe même. Et si elle appartenait à ce groupe de Renton, celui dont les rumeurs sont plus qu’inquiétantes ? Elle avait le profil avec ses manières d’aristocrate/femme fatale.

Lance jeta un œil aux alentours mais les rues étaient toujours aussi désertes. Amelia avait disparu de son côté alors il ne lui restait plus qu’à retourner à l’entrée et attendre. Il fit le tour du bâtiment, aux aguets, puis alla se positionner près des panneaux de verre opaques. Si elle n’était pas là d’ici une ou deux minutes, il allait utiliser son plan d’origine…


I press on where others slow down...
I am with many, but I drive alone...
I am the race you cannot win
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Look at me. Im the Saint now.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Look at me. Im the Saint now. -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain
» Clergé de Saint Bertrand de Comminges
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare
» [Lieu] L'église Saint Sauveur de Ryes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: