The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- What do you want from me /!\ -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1134
Age IRL : 28
MessageSujet: What do you want from me /!   Ven 17 Aoû 2018 - 1:18
Tout allait si vite. Quand May repensait à tout ça, elle n'arrivait pas à croire où elle en était. Enfin, si seulement elle le savait. Elle ne faisait pas confiance à leurs alliés, sauf clairement à Evy et à son tatoué, par défaut. Mais elle avait la vague impression que quelque chose allait éclater, et ça l'emmerdait. C'était sans parler de Will qui était rentré amoché, lui aussi, il y avait quelques temps. Décidément, la faction n'avait pas le choix à de reprendre des forces. La blonde, elle, se remettait finalement de ses blessures du dernier mois, elle était même retourné explorer les alentours, sans toutefois s'aventurer trop loin, traînant plus que jamais sa fidèle trousse de premiers soins et le couteau de son frère. Sa tête de pioche n'allait quand même pas s'envoler pour une mésaventure ou deux. C'était la faute au fusil de chasse, de toute façon. Il n'avait été qu'un porte-malheur lors de cette fameuse expédition qui avait eu trop de mordant. Enfin. Sans Vicky, son rétablissement n'aurait jamais été le même. Sa Blanche-neige s'était remué comme un diable pour son cul, et honnêtement, une fois la surprise passée, elle n'avait pu que s'en réjouir. La pigiste était devenue bien trop précieuse pour Liv, et seulement d'imaginer ce qu'elle pourrait faire pour elle lui donnait parfois le vertige. Bref, la petite avait d'ailleurs appris bien des choses à son sujet à travers leurs discussions, entre autres à propos de Nate, de ce qu'ils avaient été, de ce qu'il avait fait. Malgré tout, elle peinait à s'éloigner du brun. Et si elle était pas folle, Victoria la poussait même vers lui avec un amusement questionnable.

Merde, elles avaient également trop bu, toutes les deux, à quelques jours de son anniversaire. Comment fêter quoi que ce soit autrement, dans ce monde? Est-ce qu'elle était devenue plus sage et mature, moins impulsive? Absolument pas. Errant dans la cuisine de leur baraque, l'ancienne technicienne s'appuyait sur l'îlot central pour divaguer tranquillement, les yeux rivés au bracelet qu'il lui avait offert pour fêter son année de plus. Oh, leur soirée avait été parfaite, que tous les deux, mais son cadeau l'était encore plus et elle n'osait plus s'en séparer. Caressant le cuir et les billes de bois à son poignet, son coeur se déchirait encore de se remémorer ce que Nathan lui avait dit ce soir là. Il était bien difficile de rester aveugle à ce qu'il lui faisait ressentir maintenant, or, ça ne l'empêchait pas de craindre quand même tout ce que ça impliquait, et de vouloir fuir, fidèle à elle-même. Elle n'avait pas voulu gâcher son anniversaire en lui balançant ce qu'elle avait appris non plus, gardant ses secrets pour elle encore un peu plus longtemps.

La miss se servit un verre d'eau, songeuse, se demandant un instant où était passé les autres en cette fin de journée banale. Enfin, ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient, surtout Nathan. Elle faisait de son mieux pour l'éviter, ne souhaitant pas qu'il l'hypnotise encore, qu'il la paralyse davantage et qu'il fasse courir des frissons sur sa peau comme il savait en être capable. Surtout pas depuis qu'elle avait entendu ses exploits. Non parce que le district n'était pas immunisé contre les rumeurs et les bruits qui couraient sur chacun d'eux. L'apocalypse ne changeait pas la nature humaine, c'était bien connu. Le brun avait sauté la même petite pute que son grand sec de copain. Ils se partageaient les mêmes salopes; c'était pas merveilleux? Sans parler d'Ela, du moins elle croyait bien que c'était son nom, à celle qui dirigeait les types de l'île. Les mecs ne causaient que de ça comme si c'était absolument incroyable. May roula les yeux au ciel, hargneuse. Et tout ce à quoi ça rimait pour Liv, c'était que celui pour qui elle tombait n'était qu'un putain de menteur. Tombeur compulsif, homme à femmes, ça elle pouvait le prendre. C'était ce qu'il était. Mais de lui avoir menti en pleine tronche? Ça, non.

Et peut-être oui, sûrement qu'elle l'aimait bien, mais si c'était ce qui l'attendait, la blonde ne serait pas capable de le prendre. Confuse par tout ce qui filait dans son crâne, elle soupira, passant les doigts sur ses yeux fermés. Pourquoi aurait-elle besoin de lui? Elle n'avait jamais eu besoin de personne. De toute façon, c'était pas les garçons qui manquaient ici; ça grouillait de testostérone. Ils avaient été quelques uns à essayer de mettre les pattes sur elle, d'ailleurs. Le premier avait été cet imbécile d'Homer. Cendrillon s'était même insulté de sa tentative insistante, dégoûtée par ses gestes déplacés et forcés. Un autre militaire avait aussi plaqué ses lèvres sur les siennes, posé ses mains où il fallait pas, devant les yeux curieux de tous, comme pour prouver qu'il arriverait à la mettre dans son lit. Avec Morgan qui la traitait de vide-couilles à qui voulait l'entendre, elle se sentait comme une pauvre merde, sachant bien que cette connasse de rousse lui donnait un rôle qui ne collait pas du tout avec ce qu'elle était. Mais rien ne s'était passé avec qui que ce soit, au final. Ils ne voulaient tous rien dire du tout à côté de Nathan, même si cette réalité la faisait rager, impuissante. Elle n'était qu'humaine, après tout.

Le déclic de la porte d'entrée la fit sursauter, se retournant mécaniquement vers le bruit qui attirait son attention, contrastant avec le silence qui habitait la piaule. Mais la conne, en bougeant trop vite, avait envoyé valser le verre en vitre au sol, qui éclata en morceaux au contact du plancher. Fuck. Elle ne voyait pas qui venait de rentrer, ne distinguant qu'une voix féminine - inconnue - avant de reconnaître celle de Nate. Putain de bordel, c'était une blague? Elle entendait ses pas jusqu'à la cuisine, relevant les yeux vers lui à la toute dernière seconde alors qu'elle essayait de ramasser le désordre qu'elle venait de semer. Pas un bonjour ni un seul mot. Son regard, normalement clair et étincelant, était vachement plus sombre, cette fois. Elle était comme un animal qui se braquait à la simple présence du taré qu'elle appréciait trop. Et elle mourait d'envie de déguerpir jusqu'à sa chambre, sauf que la petite ne pouvait tout de même pas laisser la cuisine dans un tel bordel.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 629
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: What do you want from me /!\   Ven 17 Aoû 2018 - 11:17
What do you want from me ?


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Y avait pas à dire, quand y avait de bons filons fallait se les refiler. C'était comme à l'époque, un bon restau, un chouette bar, les potes vous refilaient l'adresse histoire de satisfaire vos papilles ou de vous crever le bide à coup de cuisine délicieuse. Bha là, c'était pareil, un endroit sympa malgré l'obscurité et la lourdeur humide, fallait se refiler le nom de la fameuse nana en possession de ce muséum du plaisir. C'était ce qu'il avait fait deux jours plus tôt avec Donotrain l'parrain, comme ça qu'il avait entendu parler de la Donna, brune et bonne, qui le visitait parfois, enfin avant qu'un truc fasse que … visiblement, pussycat veuille plus vraiment faire de manège avec Floyd. S'il lui en avait pas dit plus, le tatoué se fichait tout de même de la nénette en question, assez pour lui refiler son nom, assez pour savoir que Nate en ferait bon usage. Le pire de tout sans doute c'était que passer une journée avec un pote comme le militaire, c'était clairement pas bon pour débarrasser le bordel infâme dans son crâne non, plutôt à en refoutre une bonne couche, histoire de dissimuler le tout et de l'évincer comme il pouvait : en l'occultant malgré sa présence.

Alors ouais, ils avaient fêté son anniv le deux Aout, il lui avait même filé un petit truc, mais ça c'était avant de se faire laver le cerveau à coup de conneries trop fortes et séduisantes pour se dire que, finalement, il pouvait peut-être essayer avec elle. C'était juste plus fort que lui, comme la sega. Il aimait les filles, enfin surtout ce qu'elles étaient capables de lui donner. S'il les respectait ? Pas vraiment, pas du tout pour la plupart parce qu'elles cherchaient qu'un truc, finalement les salopes restaient des salopes et pour se faire lever en moins de dix minutes, on était forcément une salope. Enfin à son regard. Ça le différenciait clairement du tatoué ça, mais chacun son opinion sur la chose et lui, clairement les ressentis de ces dames, leurs sentiments, il s'en battait les valseuses avec une tapette à mouches.  Bref, ce jour là, il s'était attardé à la mater la fameuse Donna. Il l'avait palpé davantage en revenant de sa sortie avec l'parrain, et finalement il pouvait pas dire qu'elle était si …. extra que ça nan. Bon point positif il avait réussi à se la faire, occultant suffisamment ce que May avait logé en lui pour faire ce qu'il savait faire de mieux : être un sale connard sans attache. Affairé à la surveillance des otages, il attendit simplement la relève et redressa les billes sur la brune qui revenait à la charge. Nympho cocotte ?

- Parait qu'y a des trucs à récupérer chez vous ? Il émit un rictus, lissant la canine de la pointe de sa langue.

- Oh p'tin t'm'fais monter en grade en vingt quatre heures à peine ? Finalement c'était peut-être l'uniforme qui lui plaisait nan ? Pour ça qu'elle se tapait Floyd avant de se rabattre sur lui ? Mais clairement, Nate se l'était tapée une fois et il recommencerait pas. Les nanas c'était comme les pommes, une fois bouffée il restait plus que le trognon et les pépins... Ouais surtout les pépins. Raven a ram'né des trucs d'sa dernière sortie, faut les embarquer et les foutre à l'intendance. L'invitant à le suivre, il rata pourtant pas son sourire. Dans le genre biatch elle était bonne celle là, clairement hein, Donnie avait pas tort, ses yeux criaient pas braguette mais « queue ». Mais si elle pensait se l'envoyer dans sa piaule, elle pouvait se toucher correct avant que ça arrive. En cinq minutes il gravit les marches du perron, ouvrit et laissa la porte claquer derrière lui. C'dans l'garage t'as qu'à attendre là, Lâcha-t-il avant de froncer les sourcils en entendant des éclats de verre dans la cuisine. Bien entendu, l'autre s'en mêla, avançant déjà de quelques pas vers la pièce en question.

- Y en a des pas douées dans la vie, Putain nan, sérieux. May était là, et la débile de brune, bonne mais aussi con qu'elle était chaude, se confrontait à elle. Forcément les déboires de l'équipe de juillet avaient fait le tour du district, personne était sans savoir ô combien la blonde avait subi mais là, cette salope cherchait Goldenberg. T'vas réussir à t'baisser avec ta patte folle où t'faut un coup d'main ? S'infiltrant dans la pièce, Nate repoussa la brune pour passer. Casse burnes chiotte, elle cherchait la merde cette conne.

- Ferme ton garage à bites Donna, c'pas l'moment. Siffla-t-il avant de se baisser, sans oser fixer May, afin de ramasser les bris de verre. La brune dans son dos, il roula des yeux et grogna un peu plus, histoire qu'elle décampe ou se rende utile à défaut d'vouloir écarter les cuisses pour servir de réceptacle. Allez tire toi, l'truc est dans le garage embarque le et vas l'mettre là où j't'ai dit.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1134
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: What do you want from me /!\   Ven 17 Aoû 2018 - 15:57
C'était plus simple ainsi. Elle se rappelait avoir dit ces mots à Nate en revenant vers le district, la fois où il l'avait amené voir la chute et bien d'autres choses. La belle y avait cru. Ne pas s'attacher, c'était ça le plan, mais voilà, elle n'arrivait toujours pas à le suivre. Elle aurait pourtant dû, parce que maintenant tout était si compliqué, si frustrant. C'était la seule chose qu'elle se disait en ramassant la vitre, en colère contre son stupide geste nerveux, saisissant d'abord le plus gros tesson dans le but de le jeter tout de suite. Sauf qu'une pétasse brune s'avançait dans leur chez-soi et elle se rendit compte rapidement que ce n'était nul autre que Donna, alias la poupée gonflable des militaires. Le visage de la blonde affichait un air dégoûté, autant par elle que par la situation qui se déroulait dans leur cuisine.

May allait lui dire se barrer, tout simplement, mais elle osait lui balancer qu'elle n'était pas douée, poussant l'audace jusqu'à demander sarcastiquement si elle avait besoin d'un coup de main à cause de sa patte folle. L'autre taré n'était guère mieux, lui disant sans grande conviction de ne pas en rajouter et de se tirer en prenant ce qu'elle était venu récupérer dans le garage. Oh, alors Donna faisait que passer chercher des conneries dans le garage? Bien sûr. Ses yeux se relevèrent vers la salope de service, la sondant un bref instant. Clairement, elle ne cherchait qu'à la faire chier, et ses iris ne purent que se gorger d'une fumée incendiaire en détaillant sa vulgarité criante alors que Cendrillon se redressait. Faisant craquer le verre sous ses semelles en marchant dessus, la miss s'avança jusqu'à la brune, entourant ses doigts autour de son cou et appuyant suffisamment fort pour la faire reculer. La manoeuvre l'obligea à cambrer le dos contre l'îlot de la cuisine à l'extrême, dans un angle qui ne devait franchement pas être très confortable.

"Tu veux peut-être que j'te montre comment j'suis douée pour te faire chier?" siffla-t-elle, rageuse. L'éclat de verre toujours dans son autre main, elle l'approcha de son visage, pressant la vitre sur sa joue juste pour érafler la peau, sans plus. Fallait qu'elle reprenne le dessus, autrement elle allait éclater. Donna donnait l'impression qu'elle allait se pisser dessus, d'ailleurs, muette comme une taupe et le visage crispé de douleur. "J'ai besoin de personne." reprit-elle, sérieuse. Son regard dévia vers Nathan, sans trop le vouloir, en prononçant ces mots à double sens. Mais son attention se porta de nouveau sur la conne qu'elle surplombait encore. Putain, si Vicky avait été là, elles lui auraient peut-être refait le portrait à cette vipère. "Surtout pas besoin de tes petites mains sales, je voudrais pas attraper ce que tous les mecs du coin te refilent, salope." Bordel, cette fille la faisait voir rouge. Or, elle relâcha son emprise sur elle, ne la quittant pas des yeux, cependant. La brune ne se fit pas prier et s'éloigna de May, alors que cette dernière la talonnait toujours.

"Moi, au moins, j'essaie de me rendre utile pour le district en faisant autre chose que d'offrir mon cul à qui le veut bien." lança-t-elle à quelques centimètres de son visage. Oui parce qu'elle n'était pas la seule qui avait osé critiquer leur opération cauchemardesque de juillet, mais ceux qui critiquaient ne se bougeait pas les fesses dehors, pour la plupart, alors qu'ils ferment leur gueule. "Maintenant tu vas te tirer d'ici, t'es pas la bienvenue." Mais Donna l'imbécile ne bougeait pas, non, elle en rajoutait, même. "C'est pas c'que ton beau gosse de copain, juste là, m'a dit pourtant." Ses yeux se plissèrent, un soupir filant des lèvres de Goldenberg, vachement agacée. Jusque là, sa petite crise passait très bien puisqu'elle ne faisait que répondre aux insultes de la malpropre, mais là, ramener Nate dans la conversation? C'était trop. La princesse lui servit un sourire tellement faux qu'il faisait presque peur, pleine de haine. "Ce qu'il dit et ce qui est vrai, ce sont deux choses totalement différentes, chérie. Il est un peu diminué intellectuellement, comme toi, tu vois. Faut pas lui en vouloir. Allez, dégage putain!" dit-elle en haussant le ton et en lui pointant la porte.

Bingo! Fallait accompagner les paroles d'une image pour l'aider à comprendre, la retardée. Et en la regardant finalement se barrer, l'originaire de Portland réalisa qu'elle avait encore le tesson dans les mains, le serrant trop fort alors que sa poitrine se soulevait violemment à cause de ce qu'avait dit la prositutée du coin. Dos à Nate, elle baissa les yeux au sol un bref moment. C'était toujours aussi chiant quand on lui rappelait le juillet désastreux qu'elle avait connu. Au-delà de tout ça, il y avait bien sûr le fait que cette conne faisait ressortir un côté de Lively qu'elle n'appréciait pas nécessairement. Enfin. Revenant sur les lieux du crime, elle constata que le brun avait au moins ramassé un peu, aussi elle se débarrassa de ce qu'il lui restait dans la main même si pendant une fraction de secondes elle avait peut-être eu envie de l'appuyer sur la gorge de l'ancien journaliste.

Prête à décamper, la demoiselle passa à côté de Nathan, essayant possiblement de cacher le fait qu'elle portait son bracelet, avant d'ancrer ses billes aux siennes pour la première fois depuis qu'il était rentré. Il ne devait pas y voir grand chose, sauf sa colère qui prenait le dessus sur cette sensation qu'elle avait de suffoquer, parce qu'en réalité, elle était déçue. Foutrement déçue, autant d'elle-même que de ce connard à la con qui malgré tout prenait encore trop de place dans son petit coeur. Pas de toi et moi ici, non, c'était brisé. Elle se retenait de ne pas l'approcher davantage, immobile un instant. "Tu devrais vraiment mieux choisir tes proies." lâcha-t-elle tout bas avant de dévaler les escaliers pour se réfugier à sa chambre.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 629
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: What do you want from me /!\   Sam 18 Aoû 2018 - 12:30
What do you want from me ?


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Elle pouvait pas la fermer la bonasse brune là, si y avait bien un truc qu'il avait pas pris au sérieux, quand Donovan lui avait parlé d'elle, c'était qu'elle avait une putain de grande de gueule qui servait qu'à foutre la merde. Enfin remarque, au moment propice il l'avait fait taire, mais là, il était pas question de lui coller quoi que ce soit dans la bouche. Déjà à récupérer les bouts de verre pour les balancer dans la poubelle, Nate fronça les sourcils en voyant les semelles de May piétiner le bordel. Virant rapidement ses doigts pour pas qu'elle marche dessus, Fuller se redressa d'un bond, d'un seul, quand elle en vint à agripper Donna. Shit, fuck..., s'il appréciait les catfight pour ce que ça valait en temps normal là, clairement l'échange avait rien de tendre, si la blonde avait pu lui enfoncer le tesson entre ses doigts elle s'en serait pas privée.

- P'tin d'bordel, sérieux les filles. S'approchant, il put même pas agripper les hanches de Goldenberg, ses griffes étaient collées à la gorge d'une Donna qui savait plus où se mettre.

Elle l'avait cherché cette conne, mais y avait des limites à pas franchir dont une qui lui péta en tête et qu'il se satisfaisait de pas voir débarquer pour pousser la gueulante du siècle : la grande tige. Ils devaient coopérer par s'arracher la gueule merde. Les proportions enflaient davantage, à défaut de sa queue qui, pour le coup, lui foutait une paix royale. Pour une fois dans son existence il était impuissant, et même s'il se foutait bien de la brune, qu'elle avait aucune valeur à ses yeux, déjà Fuller imaginait parfaitement la patience d'Atkins, concernant Baby-face, arriver à saturation.  Donna en mangeait clairement plein la poire. Les mots échangés le poussèrent au rictus. Pourtant c'était pas le moment de se marrer, May s'était jamais montrée sous ce jour là, il la savait pas si ….. possessive. Parce que c'était ça non ? S'il réfléchissait un minimum, pour une fois, et soulignait ce qui le concernait quand elles terminèrent par le prendre à partie, c'était pour ça qu'elle se collait dans un état pareil.

- Donna dégage, j't'ai pas amené ici pour faire chier ton monde ni pour autre chose que t'faire récupérer l'bordel, donc laisse j'm'en chargerai mais vraiment, tires toi ! Il était sec, froid, appuyant sans vraiment le vouloir ou le penser, le désir que May avait de la voir foutre le camp de chez eux. Il lui avait rien dit ou promis à cette merdeuse, mais putain Fuller regrettait déjà d'avoir été faire de la spéléo chez elle sans avoir retenu ce que Floyd avait pu lui servir sur son caractère de merde. Elle avait une putain de grande gueule, mais elle s'en servait pas que pour jouer d'la flûte cette conne. Et enfin, la porte claqua, le calme …. le calme avant la tempête. Fucking shit... Siffla-t-il en un rictus nerveux, avant de s'en retourner ramasser le bordel avant que la blonde, dont les nerfs frisaient au point d'alourdir l'atmosphère déjà saturé de haine, s'ouvre les mains.

Manquerait plus que ça. C'était quoi cette crise de merde ? Juste parce qu'une nénette avait passé le seuil de la baraque ? Enfin, en un sens il pouvait paner. Donna l'avait pas prise avec des pincettes. Réprimant la boule nerveuse dans le creux de son bide, ce ne fut qu'en croisant son œillade particulière qu'il termina par lâcher prise. C'était pourtant pas le moment de crever de rire, il en avait conscience, mais là encore c'était plus fort que lui. Mieux choisir tes proies. Sans le vouloir elle attisait le fou rire chez lui simplement car il pensait à sa sortie avec Floyd. Il était pas chasseur ouais, mais sa manie de tirer à droite à gauche, bien que ces temps-ci il avait tempéré tout le bordel avant de mieux reprendre après sa balade à Seattle, semblait inspirer May. T'as gagné, connard. Ouais, il l'éloignait finalement, et s'il avait pu s'en satisfaire une demie seconde, parce que le fait qu'elle s'accroche plus à lui pouvait virer toutes les saloperies de questions et de doutes qui l'accablaient, le semblant d'apaisement laissa place à une rancœur amère et d'autres craintes bien plus chiantes. Fais c'que j'dis pas c'que j'fais. Lui balança son lui intérieur. Ouais, en gros ce qu'il lui demandait, sans le lui dire à voix haute, c'était d'être là pour lui, dispo pour des trucs qu'il filait à personne d'autre qu'elle, mais qu'elle lui laisse le reste. T'sais pourtant qu'c'est pas important connard, pourquoi tu t'accroches ?

- J'suis pas chasseur bordel May ! Rit-il nerveusement en se radinant auprès des marches. Pas le truc à dire, mais bordel elle s'attendait à quoi, à un câlin ? Il avait rien fait de mal, il en était convaincu, enfin rien qu'elle savait … Parce que clairement ouais, il devait avoir merdé en sautant la biacth du quartier. Soufflant un coup, Fuller roula des yeux et s'empressa de ramasser le reste des bris de verre avant de repousser la poubelle d'un coup de pied. On en revenait là donc, au même bordel. La seule pointe de satisfaction qu'il avait dans l'histoire c'était que personne était là pour la juger ou avoir envie de la voir décamper. Décamper ici c'était même pas forcément bon quand on savait qu'on quittait pas les American Dream autrement que les pieds devant. Enfin personne saurait si la brune fermait sa mouille, ce qu'était pas gagné quand on savait toutes les merdes qui se colportaient dans le District. Rohhh putain sérieux ! Feula-t-il avant de gravir les marches pour s'attarder devant sa piaule.

Porte close, Nate replia les phalanges en poing. Premièrement prêt à toquer, avant de pincer les lèvres et agripper la clinche sans se donner la peine de demander s'il pouvait rentrer. Elle était là, allongée sur son pieux à tripoter … Ton bracelet Ducon.. Ce simple geste lui renvoya tout un tas de choses en pleine gueule. De ce qu'il avait dit, en se persuadant que le lendemain serait différent, à ce qu'il avait retenu dans son froc un temps avant que tout parte en couille en une sortie l'ayant ramené à tous les vices dont il était pas foutu de se détacher. Ses craintes, ses angoisses et le reste. Ses mains filèrent contre sa trogne, massèrent ses tempes une seconde avant qu'il se mette à soupirer lourdement.

- C't'une conne, c'qu'elle peut baver tu d'vrais t'en tamponner l'abricot, sérieux. C'était tout ce qui lui venait, pas parce qu'il était con – même si franchement il l'était pour s'être laissé emporter dans ses travers d'enculé fini avec l'autre garage à pines, mais surtout parce qu'il avait aucune arrière pensée en ramenant cette fille chez eux. May.... bellyne pensa-t-il si fort qu'il en laissa échapper un rictus ridicule et ce malgré son envie de tempérer un minimum la situation vraiment merdique. Nathan fit quelques pas pour enfin visser le cul au plumard. T'vas faire vœux d'silence, j'dois m'attendre à quoi ? Parce qu'avec ton tesson, j'ai cru dix secondes que tu voulais m'planter, alors imagine les couilles que j'ai pour tout d'même venir t'voir là.

L'humour ça marchait habituellement, elle y était réceptive, mais pour le coup, c'était sans doute pas le moment. Il le savait ce débile, il le savait, y avait pas que le fait que cette cruche l'ait asticoté, y avait tout le reste et ce brouillon auquel ni elle, ni lui, était habitué et qui faisait tout foirer à la moindre occasion.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1134
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: What do you want from me /!\   Sam 18 Aoû 2018 - 16:56
May n'était pas un long fleuve tranquille, elle ne l'avait jamais été. Non, la blonde était comme le feu et lui, l'huile qu'on y jetait pour l'attiser. Aussi, semi-assise sur le matelas où elle glandait, elle ne pouvait s'empêcher de vociférer intérieurement encore, les nerfs toujours au vif de cet échange avec la pute de service. Tout ça à cause d'un putain de verre d'eau. Oh, les choses auraient pu dégénérer quand même sans le verre éclaté, mais la brune avait vraisemblablement cherché les embrouilles en touchant deux sujets sensibles; sa blessure physique - sa jambe, sa bourde - et celle qui laissait plutôt des traces dans sa cervelle et surtout sur son coeur - Nathan. Elle avait levé les yeux vers la porte qui s'ouvrait alors qu'il s'invitait dans la pièce, détachant automatiquement la main qui jouait à son poignet, là où trônait son foutu bracelet, quand il avait posé le regard sur elle. C'était stupide, ce truc, au final. Ça ne voulait rien dire, plus maintenant. Et bordel qu'elle se trouvait imbécile d'y avoir encore vu quelque chose.

Il prétendait que Donna n'était qu'une conne, que la petite ne devrait pas se mettre dans un tel état suite à ce qu'elle avait dit. Mais Nate devait bien savoir à présent qu'elle n'aurait jamais été capable de fermer sa gueule devant une telle idiote, devant ses insultes, surtout. "J'pouvais pas la laisser me parler comme ça, merde." dit-elle sur un ton relativement bas, ne le regardant pas et affichant un air plutôt contrarié. Mais juste de l'entendre dire son nom la rendait folle, faible et ô combien vulnérable. Sauf qu'il semblait se bidonner d'un truc qu'elle ne pigeait pas, l'instant d'après. Alors le connard trouvait ça marrant, visiblement? Qu'est-ce qui ne tournait pas rond dans son crâne, bordel? Sans attendre, donc, elle avait ramené les jambes vers elle, repliant les genoux pour que ses pattes ne touchent pas le brun quand il posa son cul sur le lit.

Et il osait demander à quoi il devait s'attendre? Sérieusement? Il croyait avoir du cran de venir la voir malgré le fait qu'elle aurait volontiers enfoncé l'éclat de verre dans sa tronche parfaite un moment plus tôt? Alors ça, c'était vachement drôle. Mais Cendrillon ne riait pas. "Tu veux que j'te dise quoi, au juste, hein?" demanda-t-elle en essayant de ne pas trop s'enflammer, ses iris clairs le toisant enfin, silencieusement, dans un mélange de sentiments enchevêtrés. Il voulait qu'elle parle? Très bien. "Tu sais quoi? C'est plutôt moi qui devrait demander à quoi je dois m'attendre. Pourquoi t'es venu jusqu'ici, en fait, pour me faire chier? Tu vas me parler de toi et moi avant de retourner baiser Donna la poufiasse? La vache, je croyais pas que quelqu'un dans ce monde était meilleur que moi pour fuir, faut le faire." Elle ne voulait qu'avoir l'heure juste, c'était trop demandé?

Pour déballer son sac, elle était douée. Acerbe, tranchante, les mots fuyaient de sa bouche à la vitesse de la lumière, comme une fuite de pétrole dans l'océan, assombrissant cette relation, ou peu importait le nom qu'on lui donnait, ce lien, cette chimie indéniable mais si complexe qu'ils tentaient de gérer au mieux comme les deux tarés qu'ils étaient. Clairement, en revanche, il devait se dire qu'il aurait préféré le voeux de silence. Et malgré tout, putain, elle aurait pas cru que ce serait si douloureux de lui balancer tout ça en pleine poire. Mais c'était aussi ça que Nathan lui faisait. Il avait cette facilité de lui faire perdre la raison, perdre ses moyens, de réveiller cet aspect bouillant qui vivait en elle, autant quand c'était pour passer un bon moment que quand elle se braquait ainsi.

Le pire dans tout ça? La princesse pouvait bien lui reprocher de ne pas vouloir affronter ce qu'ils vivaient, elle faisait sensiblement la même chose. Liv, cependant, s'y accrochait pour la première fois de sa vie, cette addiction étant trop bonne pour qu'elle veuille s'en passer. Elle ne cherchait pas à l'enterrer, elle. Et c'était probablement ce qui lui trouait le plus le coeur, d'ailleurs. Qu'il ne veuille que réprimer ce qu'ils devenaient l'un pour l'autre, ce qu'ils étaient déjà, en un sens. Mais le même drapeau rouge se levait dans son esprit, le même signal qu'il devait comprendre de son côté, chaque fois qu'elle osait imaginer quoi que ce soit entre eux. Les mots de Vicky résonnaient encore dans son esprit, terrorisée à la simple idée qu'elle puisse tomber amoureuse d'un type comme lui, capable de faire ce qu'il avait fait à sa Blanche-neige, capable de faire ce qu'il lui faisait subir en ce moment même. "Dis-moi où elles étaient, tes couilles, quand ton ex s'est retrouvée avec un souvenir de toi au creux du bide, toute seule?" Sa voix n'était plus qu'un écho, elle voulait lui faire mal autant qu'il pouvait la faire souffrir elle. May n'avait aucune autre façon de lui faire comprendre ce qu'elle voulait qu'il comprenne, après tout; qu'il n'avait été qu'un pauvre con, et que si Victoria semblait lui faire confiance après ça, il en faudrait plus, ultimement, à la blonde pour lui donner la sienne.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 629
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: What do you want from me /!\   Lun 20 Aoû 2018 - 22:12
What do you want from me ?


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il aurait jamais dû demander à cette conne de le suivre. Pourtant Fuller était dans ses droits. Tes putains d'droits Emery ? Depuis quand tu penses comme ça ? Son égo avait raison bordel, depuis quand y avait-il des droits ou limites de fixés au juste, depuis quand se collait-il des barrières ? Son regard glissa contre elle qui repliait les jambes pour pas avoir à le frôler, comme s'il était le mal incarné. Un rictus fila ses pétales, amer, dur, froid. Depuis qu'il la connaissait, depuis qu'il y avait ce truc entre eux, depuis que ça foutait la merde dans sa tête et ce jusqu'au fin fond de son froc. Ce qu'il voulait qu'elle lui dise ? Un haussement d'épaules lui répondit. Il savait pas, et finalement peut-être qu'il aurait préféré qu'elle dise rien. Merde, il aurait peut-être même pas dû la rejoindre finalement. T'as rien à t'reprocher là, le reste elle en sait rien. Dans son crâne ça se battait sec pour savoir quelle était la réponse juste et noble à lui offrir, parce que finalement l'avoir vu réagir comme ça, ça le secouait un minimum. Elle aurait pu égorger la brune qu'elle l'aurait fait bordel. Juste parce que cette emmerdeuse lui avait cherché des noises. Peut-être parce que tu l'as sauté Connard. Ouais, c'était sûrement pour ça et d'ailleurs elle mettait le doigt dessus à l'instant.

Un soupir lui souleva le thorax avant qu'il dépose les coudes sur ses genoux et loge la gueule entre ses paumes. Ça le saoulait d'une force cette situation de merde, juste parce que quand il l'avait vu la première fois, qu'elle s'était prise au jeu de ses propres conneries, il avait pensé avec son missile à tête chercheuse là. S'il l'avait pas prise dans cette bagnole as-been, il aurait pas eu tous ces problèmes et aurait pu continuer à sauter les poules qui ne désiraient rien d'autre que se faire brancher pour recharger leurs batteries. L'image aurait pu le faire marrer habituellement, mais là elle lui arracha un bref rictus. Il fuyait ouais, pas les responsabilités ou le reste, ça généralement il s'y imposait, y avait qu'à voir la manière dont il avait soutenu la grande tige face à tous ces cons de pécores, à la petite bouille d'ange blonde là, il fuyait jamais ça, mais finalement, il esquivait d'autres poids. May était pourtant pas un poids, elle voulait pas grand chose. Juste lui, lui sans les autres salopes des bas quartiers qui pouvaient frayer jusqu'à sa queue. Pas besoin d'hameçon, sa jolie petite gueule suffisait, comme d'ordinaire. Après quelques paroles directes et sans détour, il plongeait ou allait voir ailleurs. Mais elle, la blonde sur laquelle il osait pas greffer ses yeux sombres, il l'avait déjà …..

Relâchant ses traits, Nate soupira, prêt à parler, à lui servir ce qui ressemblait à quelques excuses, mais elle rouvrit la bouche au point de l'inviter, subitement, à ancrer ses billes noires aux siennes. Si elle le gifla pas, ce fut tout comme. Une putain de grosse baigne dans la gueule. Finalement il aurait préféré qu'elle le cogne, ça lui aurait fait moins mal que d'apprendre que Vic avait lâché le morceau alors que lui avait fermé sa putain de grande gueule d'enfoiré fini. Qu'est-ce qu'elle voulait au juste Raven ? Qu'est-ce qu'elle attendait à baver ça à sa copine blonde ? Lui n'avait rien dit, il lui avait promis sans devoir lui dire, personne avait besoin de savoir qu'à un moment donné dans sa vie, elle avait été affaiblie. C'était pas parce qu'il était à l'origine de ces maux là qu'il voulait taire cette scène de la vie de la brune, juste parce que c'était intime, sans doute plus que de savoir qu'elle s'était finalement envoyée son pote tatoué. Ses mâchoires se serrèrent, ses poings aussi.

- Oh j'vois, t'vas m'blâmer parce que j't'ai rien dit sur Vic et moi, sur l'fait qu'elle appréciait un minimum que j'lui refasse la déco intérieure ? Il était mauvais pour le coup, déçu, blessé. Se redressant il fit quelques pas, prêt à décarrer avant de se tourner vers elle et d'approcher, les paupières plissées, les mains ancrées à ses propres genoux tandis qu'il se baissait vers son visage poupin. Est-ce qu'elle t'a dit aussi qu'j'aurais pu l'aider pour ce putain d'souci quand il était là. Umh ?! Est-ce qu'elle t'a dit qu'elle m'avait rien dit, que-dalle, à l'époque, qu'j'l'ai su y a quoi ? Putain y six mois d'ça ?

Son cœur pulsait trop vite, il la toucherait pas sa non, jamais de la vie, mais ce qu'il ressentait ressemblait à une trahison de la part de Vic et à une sorte de venin que May, elle qui était capable de lui faire ressentir ces foutus trucs de merdes pourtant bons, lui crachait à la gueule sans peut-être tout savoir. Ah pour sûr la brune et la blonde étaient cul et chemise, finalement elles auraient peut-être dû se barrer ensemble. Il aurait dû les laisser se démerder, elles faisaient ça très bien dans leur coin. Finalement, Fuller se redressa, écarta les bras puis les laissa retomber sur ses flancs.

- C'est avec p'tin d'Victoria Lily Raven qu'tu d'vrais vouloir t'maquer May, pas avec moi. Vous allez super bien ensemble, t'lui ressembles plus que c'que j'pensais finalement. Sur ce, il tourna les talons. Direction sa piaule, ou ailleurs, il avait plus besoin de parler. Ni avec elle, ni avec Vicky. Elle s'était payée sa poire, il s'était excusé auprès d'elle putain de merde.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1134
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: What do you want from me /!\   Mar 21 Aoû 2018 - 6:09
Pas un seul mot. Un haussement d'épaule, des soupirs et quelques rictus à lui glacer le sang. C'était tout ce qu'il lui offrait, en réponse à ce qu'elle lui avait balancé. Et la seule chose que la blonde pouvait lire en lui, c'était à quel point cette situation l'emmerdait royalement. May le fixait alors que lui avait caché son visage dans ses mains, complètement paumée de le voir ainsi. Il ne savait pas quoi dire? Quoi faire? S'il avait vraiment voulu la rassurer, lui donner un tout petit indice, il l'aurait déjà fait, non? Nathan n'aurait pas eu à douter, à hésiter, si une seule seconde il avait voulu d'elle, non? Ce constat lui déchira la poitrine d'un seul coup, détournant le regard aussitôt, s'agrippant aux maigres forces qu'elle avait encore pour se convaincre, une dernière et ultime fois, de le laisser partir. Qu'il ne la hante plus, qu'il ne s'infiltre plus en elle aussi vicieusement, même si le goût qu'il lui laissait sur la langue pouvait être si doux, d'une façon si malsaine.

La petite était loin de se douter, cependant, de ce qui se produirait ensuite. Son air était mauvais, ses yeux noirs encore plus sombres qu'à l'habitude, alors qu'il se relevait, aussi blessé qu'elle avait pu l'être l'instant plus tôt. Le brun était en rogne de ce qu'elle lui mettait sur le dos, sans surprise. Mais c'était avant qu'il ne se rapproche, se mettant à sa hauteur pour lui cracher ce qu'elle ne savait pas au sujet de cet incident qui ne les concernait que lui et Vicky. Blanche-neige ne lui avait donc rien dit quand c'était arrivé, il ne l'avait su que récemment, et clairement elle pouvait mieux saisir pourquoi il n'acceptait pas le rôle que Liv avait voulu lui donner. Ça aurait été tellement plus facile de lui coller cette étiquette.

Figée, clouée au lit et presque craintive de ce qu'il pourrait faire, la belle était incapable de répondre quoi que ce soit même si elle essayait. Inondée de regret d'avoir encore parlé trop vite, réalisant que celui qui était dans la pièce avec elle était un Nate dont elle ne savait plus rien, au final, et qu'il se braquait férocement comme un animal qui venait de recevoir une flèche en plein coeur. Sa douleur était criante, c'était tellement évident qu'elle en avait mal elle aussi. La miss l'observait s'agiter, impuissante, avant qu'il affirme qu'elle ferait mieux de se caser avec Raven plutôt qu'avec lui, que la blonde lui ressemblait plus qu'il le croyait. Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas ce qui le poussait à faire cette comparaison, soudainement. Mais il se tirait déjà, sans une explication de plus, sans qu'elle ne puisse le retenir. On aurait dit qu'elle avait recommencé à respirer quand il avait quitté sa chambre, mais sa respiration était saccadée, remplie de cette tristesse qui comprimait son thorax comme si elle avait accidentellement planté un couteau dans celui qu'elle appréciait trop. Son poing s'écrasa sur le matelas, rageant de cette habitude qu'elle avait de faire tout merder. Mais elle allait rester ici, le cul posé sur le lit, hein? Hors de question qu'elle se risque à le poursuivre.

Et pourtant, l'ancienne technicienne était de nouveau debout, franchissant la porte pour le talonner parce qu'elle ne pouvait simplement pas accepter de le laisser souffrir de la sorte. C'était peut-être con, elle en avait rien à battre. Se dirigeant vers sa piaule, May le trouva cependant au salon, assis sur le canapé et ne pouvant pas dire avec certitude s'il fixait le vide ou autre chose. Elle hésita longtemps, trop longtemps, avant de s'approcher, le bruit de ses pas de souris brisant le silence qui régnait, tout près de l'endroit où elle avait déchaîné un peu de sa colère tout à l'heure. Merde, dégage de là, imbécile, se disait-elle bêtement. Il ne voudrait très certainement pas lui adresser la parole. Grimaçant à cette idée, elle balaya finalement cette pensée de son crâne et osa même s'asseoir à côté de lui, posant une main timide à son épaule. "Nathan..." souffla-t-elle en suppliant qu'il la regarde. Mais le journaliste ne daignait pas l'affronter. La blonde se releva pour lui faire face, question de croiser enfin ses billes, mais il s'entêtait à l'ignorer, semblait-il, détruisant encore un peu plus ce qu'il restait d'espoir dans son palpitant.

Pas le choix, donc. Liv s'installa littéralement sur lui, les fesses à ses cuisses et les genoux de chaque côté de ses hanches. Saisissant son menton de son index pour qu'il la regarde enfin, elle lova son regard clair dans le sien. La petite n'avait pas besoin de parler pour qu'il saisisse à quel point elle s'en voulait. Sa main glissa à sa nuque puis à ses cheveux, ramenant sa tête contre sa poitrine sans parler, savourant son odeur et sa peau. Elle était là, c'était tout ce qu'elle voulait qu'il comprenne, cette fois, oh putain qu'est-ce qu'elle voulait qu'il comprenne. Qu'il saisisse tout, sans exception. "Je savais pas, okay, je savais pas... Pardonne-moi. J'suis désolée d'te faire revivre ça." chuchota-t-elle en le serrant contre elle, comme si ses bras chétifs arriveraient à le protéger. Peut-être avait-il des torts, qui n'en avait aucun, mais à cet instant, il aurait bien pu lui dire qu'il avait torturé une portée de mignons petits chatons qu'elle l'aurait probablement pardonné.

Le soleil commençait lentement à se coucher dehors, baignant la pièce d'une lumière dorée qui colorait ses traits. "Je voulais pas te faire de mal... C'est parce que, c'est juste que tu me joues dans la tête. Tu sais pas c'que c'est de... de soudainement tenir autant à quelqu'un comme toi." Pourquoi lui disait-elle ça, pour se justifier? Parce qu'elle en avait besoin? Une fois lancées dans les airs, ces idées cesseraient-elles de l'intoxiquer? Mais elle ne pouvait plus s'arrêter, comme si elle avait réprimer trop longtemps ce dont elle prenait enfin conscience en résistant encore, malgré tout. "J'ai dit que c'était moins compliqué sans attache, oui, mais... Mais j'suis incapable, Nate, je sais plus rien quand t'es pas auprès de moi. J'abandonne." Son dernier mot était lourd, douloureux, à travers sa respiration plus rapide, lui faisant même ravaler sa salive. La demoiselle avait reculé un tantinet pour le darder, attentive au moindre geste, en parlant tout bas. Son coeur s'emballait, c'était bien visible, elle paniquait à l'idée de lui déballer tout ça et qu'il reste aussi distant qu'il l'avait été aujourd'hui. Qu'il soude ses lèvres aux siennes, putain, qu'il lui dise quelque chose, n'importe quoi pour qu'elle se rassure ou qu'elle le barre de son existence pour de bon, par pitié.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: What do you want from me /!\   
Revenir en haut Aller en bas  
- What do you want from me /!\ -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: