The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Let him burn -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan R. Cole
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8724
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Let him burn   Jeu 16 Aoû 2018 - 11:32
De l'humour et un rire c'était bon signe non ? A moins que ce ne soit pour autre chose, elle n'en savait rien, elle se doutait de quelque chose, mais ne voulait pas penser, ne pas retomber dans l'angoisse et à nouveau montrer l'écorchée qu'elle était. Alors il valait mieux qu'elle reste pragmatique, que Morgan face les choses comme elle l'entendait, qu'elle reprenne ses distances et surtout qu'elle évite d'avoir une autre hallucination dû à une nouvelle crise d'angoisse. Si la rousse fuyait Will du regard c'était justement pour cette bonne raison.Inspirant alors pour aussi ne pas lui dire que oui, s'il la saoulait trop elle n'hésiterait pas à l'étouffer et puis elle aurait un avantage, elle n'était pas "punaisé" dans le sol elle au moins. Intérieurement cette vision la fit sourire, mais comme d'habitude rien ne se produisait sur son visage devenu aussi froid que l'ère glacière.

Cependant quand il répondit à sa question elle l'observa longuement pour savoir s'il déconnait ou non. Mais vu son air pas vraiment. Alors elle soupira et se demanda quand cette histoire de fesses aller cesser. C'était définitivement le refrain de leur "lien" encore fut-il qu'ils aient un lien. Morgan n'en était pas sûre, elle était juste celle qui l'avait ramené là parce que le blond l'avait aidé. C'était juste une sorte de bon échange, et ça s'arrêtait là. Des liens elle en avait, un très fort avec Zack mais ça tout le monde le savait et le voyait et elle savait aussi que pas mal d'entre eux trouvait cette promiscuité entre le leader et sa seconde malsain ou étrange. Mais elle s'en fichait, eux savait de quoi en retournait.Elle avait eu un lien avec Stew, moins fort, mais elle adorait cet homme au fond d'elle, hélas ces salauds d'Adams l'avait arraché à la vie bien trop tôt, elle avait eu un lien assez électrique avec Rafael et cet abruti avait disparut dans la nature. Alors au fil de ses pensées la rousse compris peu à peu les choses : quand elle entrait en lien avec quelqu'un celui-ci était soit brisé, soit finissait par disparaître mort ou dans la nature. Cette conclusion eut un drôle d'effet chez l'ancienne barmaid. Elle était donc ce genre de personne désormais , celle que l'on approche que si l'on espère un destin funeste, ou celle qui offre sans le vouloir ou le savoir une fin tragique... Une sorte de "veuve noire". Elle déglutit et sortit rapidement de ses pensées pour soupirer et se déplacer vers l'homme tandis que ce dernier lui disait merci.

Merci !? Non jamais on ne lui disait merci, sauf une personne dans ce bas monde, mais jamais personne d'autre ne lui disait merci. Ca servait à quoi ? Surprise elle posa un regard moins froid sur le presque condamné et secoua la tête.

"Tu me diras merci quand on sera rentré, en attendant bouge un peu pour que je prenne ton briquet."

C'était pas possible, elle allait devoir lui mettre la main aux fesses et ça n'était pas vraiment ce qu'elle voulait. Elle voulait rester loin physiquement avec Will. Lui être montée dessus pour le secouer et le réveiller avait largement suffit à la trentenaire. Elle n'avait pas envie d'à nouveau entrer en contact physique avec lui. Mais elle essayait aussi de se raisonner, ce n'était rien, elle prenait juste de quoi allumer le feu. Alors elle aida le blond à bouger sa carcasse encore en vie et se dépêcha de d'abord tâter ses poches avant de trouver celle contre le briquet, elle glissa ses doigts dedans et le l'attrapa pour vite sortir sa main et recoucher le blessé sur le dos. Une fois chose faite, elle n'adressa aucun regard à Will et alla près du petit poêle pour allumer ce dernier.

Le bruit des papiers qui commençaient à brûler lui parvint à ses oreilles, elle restait toujours dos à Will, à quoi bon lui faire face.. Il l'avait vu, il avait vu sa plus grande peur : l'abandon et la perte d'un être cher. Alors oui elle restait distante. Mais la question de ce dernier l'incita tout de même à se retourner. Elle ne le regardait pas, ne regardait pas son visage, juste le plancher entre elle et lui. Cinquante pour cent de chance qu'il y reste, ça lui laissait cinquante pour cent pour qu'elle le sauve et le ramène à Ansel. Elle allait miser sur ceux là. Demain elle irait chercher une brouette et verrait pour faire une sorte de poulie pour descendre Will, elle chercherait aussi quelque chose pour le dégrafer du sol sans retirer le pieu. Will la questionna sur son métier et cette fois-ci comme par automatisme son regard se posa sur celui de l'homme. N'était-ce pas le bon moment de le lui dire ? Peut-être que si. Elle allait faire cet effort pour qu'il reste en vie.

"J'étais barmaid, gérante de mon propre bar. C'était ça mon boulot."

Son ton était neutre, neutre pour éviter tout élan de nostalgie, tous souvenirs qui pourraient remonter à la surface et pourtant à chaque fois qu'elle disait ou qu'elle pensait à ce qu'elle était des images arrivaient dans sa tête et elle les chassait rapidement, c'est ce qu'elle fit en se retournant pour ouvrir une boite de conserve et l'ouvrir pour la mettre à chauffer au dessus du poêle et attendre patiemment tout en redoutant une remarque de la part du clerc.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 881
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Let him burn   Ven 17 Aoû 2018 - 8:45
Quand on sera rentré. Ouais, s’il rentrait. Will voulait y croire mais y croire ce n’était pas entièrement son fort non plus. Le blond était plutôt du genre pessimiste malgré l’image qu’il renvoyait, alors à l’instant, avec ce truc planté dans le bide. Mais au moins le côté amusant du Zippo à récupérer lui arracha un sourire, encore plus face à la tête que faisait Morgan. Se tournant difficilement, le blond évita toute plaisanterie alors qu’elle fouillait dans sa poche pour récupérer le briquet, il ne manquerait plus que la rousse décide de se venger. Recouché sur le dos, le blond la regarda faire, il l’aurait bien aidée mais manque de bol, il n’était pas vraiment en état. Il détestait cela d’ailleurs, ne pas pouvoir se débrouiller seul.

Ses iris clairs accrochèrent les premières flammes qui crépitèrent dans l’âtre du poêle, c’était rassurant. Peut-être juste un mécanisme mental qui associait à la chaleur des flammes un côté réconfortant, en tout cas il préférait le voir ainsi plutôt que comme les flammes qui grignoteraient peut-être sa chair s’il y passait. Morgan, elle, lui tournait le dos, évitant visiblement son regard avec grand soin depuis sa petite crise d’angoisse. Pourquoi ? De tous les habitants du District, c’était sans doute Will le moins à même de la juger. Enfin, cela elle ne le savait pas, parce que lui non plus ne montrait pas ce qui n’allait pas, quand ça n’allait pas.

La question sur son ancien métier, sur cette ancienne vie, était sortie comme ça, pour passer le temps, pour qu’il ne se concentre pas sur la douleur qui irradiait doucement son corps depuis la plaie béante à son abdomen. Il ne s’était pas vraiment attendu à ce qu’elle réponde, ou du moins pas qu’elle lui apporte la vraie réponse. Qu’elle lui rappelle encore sèchement qu’il n’allait pas y passer, oui. Qu’elle lui sorte une énorme connerie, peut-être. Mais la réponse le surprit, pas tant la réponse en elle-même mais le fait qu’elle ait répondu.

« Barmaid … Ça devait être cool comme boulot, plus intéressant que foutu clerc de foutu notaire. » Un éclat de rire lui arracha une grimace et une rapide quinte de toux. « C’était pas trop la galère ? J’veux dire … ce monde c’était … » Will dut prendre une longue inspiration, calme, ramenant la douleur loin dans son esprit pour se concentrer sur la discussion. « C’était pas un monde trop chiant pour une nana ? » Dans tous les bars qu’il avait pu fréquenter, à Seattle ou à Los Angeles, il avait bien vu comment étaient traitées les femmes, qu’elles soient barmaid ou serveuse. Alors une femme, propriétaire d’un bar, ça l’épatait, ouais il devait bien l’admettre. Evidemment, il en venait aussi à se demander comment elle était avant car ce n’était pas avec son tempérament actuelle qu’elle aurait eu beaucoup de clientèle, avoir la force et la détermination oui, l’agressivité peut-être moins.

Remontant sa main à son visage pour se masser le front en fermant les yeux, comme si cela servirait à grand-chose pour la douleur, Will posa son avant-bras sur son front, ses iris clairs se posant sur le plafond à ciel ouvert depuis sa chute. « Il était ici à Seattle ton bar ? » Elle continuerait d’en parler ou non, au moins il pensait à autre chose en discutant.


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8724
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Let him burn   Ven 17 Aoû 2018 - 22:51
Elle avait répondu pourquoi ? Elle n'en savait rien, peut-être parce qu'elle en avait assez de jouer au chat et à la souris sur le jeu de "divine mon métier". Peut-être que simplement en le lui disant il la trouverait "normale". Son boulot était basique, un boulot comme un autre, certes elle avait adoré travailler au Reign. Le Reign qui était tout pour elle, son bébé. Le Reign' lui manquait, la dernière fois qu'elle y était allée c'était avec Aodhan, ils avaient ramené de l'alcool et Le tabouret de bar de Zack. Souvenir du passé qui avait su réanimer en elle un peu d'espoir. A force d'être autant pessimiste elle se perdait toujours plus dans les tréfonds de son âme abîmée. Bousillée pas totalement mais c'était comme si il y avait eu les deux guerres mondiales en même temps. Ca n'était pas très joli à imaginer ni à ressentir.
Elle inspira profondément tout en surveillant la cuisson du contenu de la boîte de conserve avant de se tourner rapidement vers Will qui riait et toussait. Il n'y avait rien de drôle, et puis êtres clerc de notaire apportait une certaine stabilité. Stabilité qu'elle avait eu à force d'acharnement dans son travail.

Puis l'homme continua et demanda tout en marchant sur des oeufs comment c'était de gérer un bar en étant une femme. C'était quoi cette question sexiste !? Morgan fronça un peu les sourcils et s'occupa un peu de touiller la nourriture avec une cuillère qu'elle avait trouver avant de remettre quelques pages de dictionnaire dans l'âtre du poêle.

"Il faut se faire sa place et la maintenir je dirai. "

C'était là, la pure vérité, elle avait eu du mal à se faire un nom, mais au final elle y était parvenue et puis elle s'était donné du mal pour garder sa position. Les bars avoisinants étant tous vu comme des concurrents, il fallait se montrer inventif et savoir fidéliser une clientèle. Elle avait organisé des événements de façon régulière pour ne pas juste devenir un bar lambda. Ses souvenirs ne cessaient de remonter à la surface. sa rencontre avec Zack qui n'avait pas été très glorieuse, puis avec Stew avec qui elle avait eu un simple flirt, Roza la tatoueuse russe qui pète la forme, Ashley qu'elle avait embauché jadis avant de la virer pour une erreur professionnelle. Tout cela, tous ces mois de travail acharné et qui aujourd'hui était réduit en miette, ça lui faisait mal au coeur.

Will la tira une énième fois de ses pensées, et la rousse enveloppa ses mains dans les manches de sa veste pour sortir la conserve brûlante et la poser sur une assiette qu'elle avait ramené. La barmaid avait dégoté des raviolis. Elle posa l'assiette entre eux avec les deux cuillères et alla chercher d'autres oreillers pour revenir vers la tête du blond.

"Oui. A Capitol Hill."

Son ton était plus calme moins agressif comme si elle comprenait le pourquoi il la questionnait. Pour avoir chaud ? Ne pas trop sentir la douleur dans son ventre ? Sûrement un peu de ces deux idées là. Puis elle pris un coussin et releva la tête de l'homme et un peu ses épaules pour glisser le coussin, puis un second et faire de même avec les autre pour les mettre sous sa tête et le redresser un peu.

"Ca évitera que tu t'étouffes, et pour manger tu te démerdes."

Elle le regarda un instant avant d'aller tirer l'autre couette qu’elle avait ramené pour la plier en quatre et s'asseoir dessus, histoire d'être un peu plus confortable. Elle se pinça distraitement les lèvres avant de lever la tête pour observer la nuit qui faisait lentement son apparition. Quelle journée de merde. Alors elle commença ensuite à grignoter un peu laissant la plus grande part au blessé.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 881
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Let him burn   Dim 19 Aoû 2018 - 11:17
Se faire une place et la maintenir. Cela paraissait logique, effectivement sa question était peut-être idiote, mais c’était une façon de parler, de se concentrer sur autre chose que la douleur trainante dans chacun de ses membres. Will s’imaginait assez bien que ça ne devait pas être facile, de manière globale se lancer dans l’aventure de l’entreprise seul, ça ne l’était jamais. Le rêve américain où chacun réussissait n’était que cela justement, un rêve. Il en avait vues des personnes déçues à Los Angeles, des acteurs en devenir et déjà ratés, des pseudos stars, des gens persuadés de détenir l’idée du siècle et de faire fortune dessus. Généralement, c’était leurs enfants qu’il voyait dans les cabinets de notaire, qui devaient éponger des dettes vieilles de plusieurs années, léguées comme un cruel tour du destin. Rares étaient ceux qui laissaient derrière de vrai héritage.

Alors que la rousse s’affairait à préparer un repas chaud, Will l’interrogea à nouveau sur son ancien métier, ou plutôt sur son bar plus précisément. Capitol Hill, une moue impressionnée étira faiblement ses traits. C’était un quartier in, pour ce qu’il s’en rappelait de l’époque où il avait vécu à Seattle. « C’était plutôt chouette comme endroit dans mes souvenirs. » commenta-t-il alors qu’elle allait chercher d’autres coussins et s’installer plus près pour partager ce repas.

Will se redressa autant que possible pour l’aider à glisser les oreillers sous sa tête, presque assis la douleur était pire que tout mais il ne pourrait pas manger couché. Elle était loin l’époque où on l’avait alimenté par intraveineuse, il ne la regrettait pas cette époque après sa tentative de suicide qui n’était rien de plus qu’un trip parti trop loin. « Okay, okay j’me démerde, compris, je te demanderai de me nourrir. » Il imaginait la scène, compte-tenu de l’agressivité de Morgan il aurait fini avec une cuillère dans l’œil.

Le californien saisit une des cuillères et galéra quelques secondes avant de réussir à attraper un de ces fichus ravioli. Le plus dur restait à faire et il n’en rajoutait même pas, bouger son bras lui donner l’impression que son abdomen se déchirait un peu plus. Dans une grimace Will parvint tout de même à gober une première pâte. Ca faisait du bien de manger, c’était une chance d’avoir trouvé tout ça, encore une preuve de plus que le groupe qui vivait ici était parti depuis peu, enfin mort sans doute. Les rôdeurs qui avaient manqué de le bouffer étaient certainement les anciens locataires. « Ca t’est venu comment l’idée d’ouvrir un bar à Seattle ? » demanda-t-il entre deux bouchées, pour ne pas penser à la douleur toujours, et aussi pour en savoir plus finalement sur la rousse. Cela faisait quelques mois qu’ils cohabitaient sans se connaître réellement.

Il levait son bras droit pour gober une nouvelle pâte quand la douleur lui fit lâcher la cuillère en même temps qu’un râle lourd, contenu entre ses dents serrées. « Bordel … » siffla-t-il, Will n’aimait pas être comme ça, faible, dépendant. Il inspira un moment pour calmer son cœur qui battait plus fort à chaque pic de douleur. « T’as d’autres petits bonbons là ? » Ceux contre la douleur, ceux qu’il aimait bien à l’époque. C’était une mauvaise idée ces antidouleurs.


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8724
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Let him burn   Mar 21 Aoû 2018 - 0:07
La rousse essayait de rester neutre, de ne pas l'envoyer balader parce qu'il la questionnait trop sur sa vie d'avant. Elle redoutait ce genre de discussion, elle n'aimait pas vraiment dans cette nouvelle vie parler d'elle, de comment elle était avant. Bien entendu ce serait avouer à demi-mot qu'elle avait peut-être un soucis, qu'elle avait vécu quelque chose de traumatisant, mais une personne était au courant ce que lui était arrivée. Morgan savait que si un jour le duo recroisait ce type il ne s'en sortirait pas vivant. Elle le haïssait et même si dans sa tête les traits de ce connards disparaissaient peu à peu, sa voix perdurait, le rappel constant de cette journée était toujours présent, bien marqué sur sa peau. Mais en cet instant elle ne voulait pas penser à cela non plus, alors oui, oui le choix des discussions était très minime.

S'humectant les lèvres elle regarda Will tenter de mieux se redresser tout en grimaçant. La rousse avait fait de son mieux mais elle ne pouvait guère plus, elle risquerait de faire coulisser la barre dans le cors du blond et ça ne serait pas terrible. elle était parvenu tant bien que mal à nettoyer cette plaie "ouverte" et avait fait tenir des "compresses maisons" pour ne pas qu'il ne perde trop de sang. Puis le fait qu'il doive manger aller peut-être l'aider à survire à cette nuit qui s'annonçait longue. Ce que redoutait la rousse était la fièvre. Si fièvre il y avait elle ne saurait trop quoi faire, mis à part lui chercher un médoc pour la baisser au mieux et sortir pour trouver une brouette et essayer de le déplanter du plancher puis le guider au mieux dehors pour le transporter dans cette calèche de misère. Elle se préparait mentalement à tout cela, et n'écoutait pas réellement Will qui disait ce souvenir de Capitol Hill comme un lieu assez chouette. Oui il l'était, c'était l'un des quartiers les plus palpitant de la ville. C'était la belle époque, époque désormais révolue...

Restant silencieuse elle le regarda essayer de manger, avant de soupirer et poser sa cuillère sur le couvercle de la boîte métallique et venir aider Will à guider sa main vers sa bouche. Elle pouvait bien faire ça, sinon le voir galérer comme un gosse de six mois allait l'agacer plus qu'autre chose et drame il y aurait et cela serait sûrement digne d'une scène de ce petit dessin animé avec des animaux tout mignons... Happy Tree Friends ! Voilà ! Ce serait sûrement digne des happy tree friends comme fin. Un geste sympa et une fin tragique.  L'image la fit sourire mentalement. Mais elle n'en fit rien, non elle, arqua légèrement un sourcil au sifflement qu'il émis avant de froncer les sourcils à sa demande.
La rousse n'était pas infirmière, ni médecin mais sa mère l'avait été, elle avait travailler dans un centre de désintox à Seattle. C'était pour elle que la famille Cole avait déménagé de Louisiane pour Seattle. Mais au moins ce déménagement avait permis à la trentenaire de découvrir ce en quoi elle avait été destiné. Alors au final; dans tout ça elle connaissait quelques petites bases, au moins sur les médicaments.

"Oui, mais c'est toutes les quatre heures et à vue d'oeil ça ne doit faire qu'une heure que tu en as pris. Y'a que les toxicos qui en demandent en utilisant le mot "bonbon"."

C'était sa mère qui lui avait raconté cela jadis. Et ça avait marqué la rouquine. Puis niveau toxico, plus tard elle avait connu, du moins pas elle dans ce genre de délire, mais une mauvaise aventure un soir, elle avait finit à l'hôpital et c'était à ce moment que là que Zack était entré dans sa vie pour de bon. Où elle s'était laissé prendre dans ses cordes. Et aujourd'hui elle ne regrettait pas.
Elle inspira à nouveau et pris d'entre les doigts du blond la cuillère pour la plonger dans le peau et récupérer une pâte avant de lui replacer la cuillère dans la main et guider son geste. Elle repensa ensuite à sa question avant qu'il ne cause des antalgiques. Comment l'idée lui était venue ? Elle n'en savait trop rien. Elle voulait quelque chose à elle. C'était tout.

"POur te répondre je dirai que ça c'est fait comme ça. Et toi, à part être clerc de notaire, c'était quoi ta vie ?"

Retourner le sujet de discussion vers lui, ne plus le diriger vers elle. C'était ce qu'elle voulait, ne pas trop se dévoiler pour ne pas que l'on puisse entendre chez elle la moindre peine vis-à-vis de sa vie passée qui lui manquait.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Will E. Mayfield
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 881
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Let him burn   Mer 22 Aoû 2018 - 20:40
Merde alors. C’était vraiment la fin des haricots, ou des ravioli, quand Morgan se décidait à l’aider à bouffer. Will était tombé si bas, à travers la verrière, qu’il avait besoin de l’aide de la harpie. Difficile de dire ce qui le surprenait le plus, qu’elle ne se soit pas barrée en courant et en l’abandonnant, qu’elle ait fait une crise d’angoisse en le prenant pour Zack ou qu’elle continue de l’aider en dehors du fait d’avoir veillé à sa blessure. Quoique le fait qu’elle se mette à parler, ça lui perturbait pas mal aussi dans cette histoire. S’il n’avait pas été si mal en point, Will s’en serait donné à cœur joie pour se foutre d’elle mais là, il n’était pas en état. Au final, il aurait certes de quoi se foutre d’elle plus tard mais elle ne serait sans doute pas en reste.

Passablement en souffrance, le blond chercha à avoir un peu plus de ces antidouleurs qu’elle avait avec elle. « Merde ça doit être que je m’emmerde comme un rat crevé là alors parce que j’ai l’impression que ça fait une plombe. » Une heure, soit. Il attendrait trois de plus. En revanche, le mot toxico trouva cet étrange écho en lui, comme si Morgan avait découvert son secret, celui qu’il luttait pour cacher parce qu’il ne voulait pas être catalogué, parce qu’il ne voulait pas qu’on lui colle au cul toute la journée pour vérifier qu’il ne vidait pas le stock de médocs d’Ansel pour son plaisir.

Il mangeait, comme un petit vieux ou presque, si elle ne lui donnait pas la béquée, la situation n’était pas moins risible pour lui, et un brin humiliante aussi il fallait le dire. Mais au moins Morgan parlait, c’était dingue comme elle lui paraissait intéressante, plus que la douleur dans son abdomen. Elle l’était de toute manière, parce qu’elle avait cette part de mystère, parce qu’elle était cette énigme à résoudre, juste pour passer le temps, pour se donner une raison de rester là plutôt que de continuer seul. Aider le groupe ? Il faisait aussi, mais ce n’était clairement pas la raison de sa présence à Renton. Et encore une fois, Will se rendait compte que ses addictions, quelle qu’elles soient, avaient la fâcheuse tendance de lui causer des emmerdes. S’il était parti pour Seattle au lieu de la suivre, il n’aurait jamais fini sur ce toit et à travers cette verrière.

C'était quoi ta vie ? Un long soupir fila ses lèvres, un air pensif sur le visage. « Ma vie … C’était … rien de bien exceptionnel. Un boulot, des amis, une femme, des dimanches chez les parents, les beaux-parents. » Clairement, sa vie d’avant n’avait rien d’exceptionnel, ce qui l’avait rendue si morne à ses yeux, si vides. Ce qui l’avait poussé à vouloir se perdre dans les substances légales ou non. « Ils sont sans doute tous morts maintenant. » Ca le rendait triste, bien sûr, mais Will avait ce détachement par rapport à la tristesse, au deuil, parce qu’il s’était toujours senti comme ça quelque part. « J’ai fait une partie de mes études à Seattle, je t’avais peut-être dit ça … je sais plus. Bref, je connaissais un peu la ville, avant. Capitol Hill, ouais, c’était un chouette quartier. » Il avait le regard dans le vide, ses yeux clairs fixant la voute céleste au-dessus de lui qui s’assombrissait lentement mais sûrement.

Tournant finalement la tête vers la rouquine, Will fronça les sourcils. « Si j’te pose une question, tu promets de pas m’achever ? » Une fraction de seconde de silence et il reprenait aussitôt. « C’est quoi Zack pour toi ? » Il ne se foutrait pas d’elle, de cette crise d’angoisse, il voulait simplement comprendre ce qui les unissait, ce qui les liait, car en apparence, les deux n’étaient pas les êtres les plus causants de l’univers. Alors comment deux personnes qui parlaient si peu, qui semblaient si … renfermées, pouvaient-elles avoir une connexion si forte ? Cette connexion, Will l’avait jamais eue avec personne, c’était même l’inverse, toute sa vie et encore aujourd’hui il ressentait ce vide, l’absence de ce jumeau qu’il n’avait jamais connu.


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Glock 17 Gen4 - des fléchettes pro métalliques
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8724
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Let him burn   Ven 24 Aoû 2018 - 22:39
La rousse était étrangement aux petits soins, pourquoi, elle n'en savait rien. Juste son instinct qui lui disait de continuer à l'aider pour le ramener chez eux et qu'il puisse avoir les bons soins d'Ansel. Elle ce qu'elle avait fait c'était pas grand chose, elle se démerdait comme elle pouvait et elle venait de refuser à Willd 'autres anti-douleurs, elle avait déjà donné une plus forte dose qu'à la normale, mais elle n'allait pas pouvoir abuser. Manquerait plus qu'il fasse une overdose d'antalgiques et là ce serait le pompon. C'était donc à éviter. Elle était sûrement à éviter de toute évidence. Rares étaient les sorties qui se passaient bien. Peut-être était-ce en effet de sa faute, peut-être était-ce elle qui portait la poisse sur les autres. Après tout elle était rousse, mais elle s'en fichait aussi, ne croyant absolument pas à tout ce que l'on pouvait dire sur les roux. Mais parfois, quand elle avait vraiment l'esprit plus bas que terre il lui arrivait de penser à de la merde, comme en cet instant. Mais la voix de Will ne cessait de la tirer ailleurs, de lui éviter de sombrer dans ses pensées stupides.

Son regard se porta d'ailleurs sur le blond qui affirmait s'ennuyer, au moins il n'y avait que lui entre les deux qui pouvait s'ennuyer; Elle non, elle était bien trop à cran. Mais elle n'en dit rien, et n'en fit rien. Il faisait peut-être de l'humour, elle n'en savait rien, l'humour n'était parfois plus dans ses cordes. Avant oui, peut-être. Mais aujourd'hui elle était bien trop sérieuse pour tout, et bien trop en colère contre tout et n'importe quoi pour espérer ou avoir par moment l'idée de faire une blague.

Morgan avait cependant préféré porter le sujet de la conversation ailleurs que sur elle. Parler d'elle n'était pas chose aisée alors autant qu'elle continue encore à se protéger un peu pour espérer survivre quelques temps de plus. La rouquine avait interrogé Will sur sa vie passé, et le soupire qu'il fit ne lui dit qui vaille. Peut-être que cela le gonflait de parler de lui, alors c'était réciproque ça la gonflait de parler d'elle. Mais elle fut surprise d'apprendre qu'il avait une vie rangée, mais ce qui la surpris bien plus était le fait que ce type ait pu avoir une femme. Elle en arqua un sourcil étonné et fixa longuement le blessé. Pas qu'elle doute qu'il ait pu être casé, mais elle avait du mal à se dire qu'il avait été marié, et une fois de plus elle ne savait pas pourquoi elle se disait cela et n'avait guère envie de chercher à comprendre. Morgan repris alors une expression neutre et froide, fronça un peu les sourcils. Avant de secouer négativement la tête concernant sa supposition sur le fait qu'il lui ait dit qu'il avait fait des études à Seattle.

"Je savais pas. Et t'as été marié combien de temps ? C'est bizarre d'imaginer la vie passée des gens... "

En effet elle avait vraiment du mal à imaginer la vie de certaines personnes, autant pour d'autres elle n'en était guère étonnée. Mais concernant Will qu'elle voyait comme un type qui se fiche de pas mal de chose, qui préfère rire et se moquer, elle ne le voyait absolument pas avec une femme une maison et un chien par exemple. Manquerait plus que des gosses et ce serait le tableau parfaite de la parfaite petite famille. Mais elle ne le croyait pas parfait et en le voyant ainsi aujourd'hui elle se disait qu'il devait contraster avec le décor qui sait... Ou bien y était-il parfaitement à l'aise, en réalité elle n'en avait aucune idée.

Puis les mots qui passèrent la barrière de ses lèvres la firent plonger son regard sombre dans le sien plus pur, et tenter de le sonder. Pourquoi prenait-il des dispositions ? Etait-ce si grave qu'elle voudrait le tuer ? Allait-il lui avouer quelque chose qui fasse qu'il méritait de mourir ? Si tel était le cas, autant le lui avoir dit plus tôt elle l'aurait achevé plus vite pour rentrer quand il faisait encore suffisamment jour. Mais la suite de ses mots la percutèrent un peu plus. La renvoyant à son angoisse passée, Morgan en était encore quelque peu perturbée, et elle détourna vite les yeux de Will pour qu'il ne puisse pas y lire quoique ce soit concernant son trouble. Alors elle se redressa et s'humecta les lèvres avant d'aller chercher le sac du blond et y prendre la gourde d'eau pour en boire une gorgée et la lui tendre pour l'hydrater aussi un peu.
Morgan prenait le temps de réfléchir à ce qu'elle pourrait bien lui répondre. Lui dire qu'elle connaissait Zack depuis plusieurs années l'aiderait peut-être à mieux comprendre qui sait... Réfléchissant toujours à comment aborder cette réponse, elle soupira et détacha ses cheveux pour se cacher un peu avec ces derniers.

"Zack... Il est tout pour moi. Il est ma famille, mon frère, mon meilleur ami, mon sauveur, mon âme soeur. C'est peut-être stupide de dire ça. Mais je lui dois beaucoup, il est celui qui compte le plus à mes yeux."

Elle se pinça les lèvres et frotta sa nuque de sa main avant de soupirer légèrement. Presque mal à l'aise d'avoir dit cela, mais d'un côté annoncer aussi calmement les choses avait quelque chose de presque salvateur. Elle se sentait comme libérée d'un poids, elle pouvait enfin dire les choses comme elles le sont, sans que l'on ne puisse dire que leur relation est douteuse et malsaine. Eux même le savait, qu'ils étaient toxique l'un envers l'autre, mais en même temps ils ne pourraient se séparer, se séparer trop longtemps. Chacun ayant besoin de leur dose de l'autre pour survivre encore et encore. ne pas réellement tomber dans la dépression, dans la colère, dans la violence. Ils se tenaient c'était ça leur lien.

"Pourquoi tu me poses toutes ces questions ? J'suis qu'une nana violente, froide, mal-aimable, alors ça va t'apporter quoi tout ça ?"

Will l'intriguait, peut-être plus qu'elle ne voulait bien se l'accorder à se le dire mais elle était surprise de voir qu'ils pouvaient se parler sans s'envoyer valser verbalement. Ca lui rappelait alors quelques brides de discussions sérieuses avec Rafael. Et à ce souvenir Morgan se fit la réflexion qu'elle devrait mettre fin à cela. Quiconque ose discuter sérieusement avec finit par souffrir et peut-être disparaître dans le pire des cas.

"Si t'as plus faim, tu devrais dormir un peu, tu fais peur à voir. Et je vais monter la garde."

Couper la discussion comme ça était une bonne chose, puis Will était bien pâle alors il fallait vraiment qu'il puisse se reposer un peu, maintenant que le pire semblait être passé.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Let him burn   
Revenir en haut Aller en bas  
- Let him burn -
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» Louys - A fire needs a space to burn
» Pap Benoît XVI mande afriken ak ayisien pou yo sispann vole lougarou
» presentation d'acid burn
» JEAN ϟ blue jeans, white shirt, walked into the room you know you made my eyes burn.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: