The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- What will we become ? -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5009
Age IRL : 27
MessageSujet: What will we become ?   Jeu 5 Juil 2018 - 16:49
Port Orchard. En quelque sorte, c’était là que tout avait commencé. Là qu’ils avaient compris que le drame du Garfield Highschool n’était pas une tragédie isolée, que ces gens ne reculeraient devant rien pour faire leur loi sur la région. C’était effroyablement logique. Les morts avaient d’abord démembré tout ce qu’ils s’étaient efforcés de construire sur des millénaires, et maintenant… l’Homme redevenait le prédateur numéro un. C’était dans sa nature. Puisque Roza et Riley avaient proposé de partir en éclaireuses sur les endroits qu’ils envisageaient de piller, la musicienne avait choisi de partir faire une petite inspection vers le nord. Là où les siens avaient rencontré les pilleurs la première fois.

Elle n’était toujours pas complètement convaincue par l’idée qu’ils viennent de ce coin là mais après tout… s’ils avaient asservi le ranch, auraient-ils pu asservir quelqu’un d’autre dans les parages ? S’étaient-ils installés ? Est-ce qu’une menace armée pesait à moins d’une heure de chez eux ? Accompagnée par Sarah et Lisandro, ils s’étaient séparés pour essayer de couvrir plus de terrain et être potentiellement plus discrets. L’actrice devait longer la côte vers Annapolis, le chilien était retourné là où Alma avait été abattue et Selene s’intéressa au croisement entre les nationales 16 et 3, à Gorst. C’était un centre névralgique dans le coin et les voies étaient moins encombrées par les épaves que les sorties des grosses agglomérations. Si des survivants cherchaient à rejoindre Port Orchard en venant du nord, elle parierait qu’ils passeraient par là.

C’était donc l’endroit idéal pour chercher des indices. Glock à la taille, couteau de chasse en main pour trépaner les quelques mordeurs égarés qui se trouvaient sur sa route, la pianiste guettait la moindre trace de survivant. Le soleil estival, haut dans le ciel, avait asséché les flaques qui avaient creusé des cavités dans l’asphalte. La route était crevassée, gondolée, méconnaissable. Des touffes de mauvaises herbes s’étaient frayé un chemin à travers les constructions humaines, donnant aux bâtiments une allure plus désolée que jamais.

Perchée sur le pont qui surplombait le secteur, Selene faisait une première observation des environs à la jumelle. La vieille paire qui lui avait été donnée par Bobby avait longtemps pris la poussière, mais elle s’avérait plus qu’utile aujourd’hui. De temps à autre, elle entendait le talkie harnaché au cuir de sa ceinture crachoter des échanges entre ses deux complices. Le volume était bas, tout juste assez élevé pour qu’elle l’entende. Après de longues minutes à ne rien voir d’autres que le décor post-apocalyptique d’un carrefour exsangue, elle informa ses compagnons :

- Rien pour moi, pour l’instant.

Pas de témoin d’une activité intensive récemment. La nature avait admirablement repris ses droits il fallait dire. Les seuls mouvements que la musicienne avait perçu, ça avait été des oiseaux, un chat et deux silhouettes décharnées.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 121
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: What will we become ?   Sam 7 Juil 2018 - 17:05
Il n'y avait pas énormément de choix pour la blonde, Fort Ward était devenu invivable et véhiculait encore le spectre de son défunt frère. Quant à Renton, c'était une idée au combien mauvaise, Joy serait ainsi à proximité du ranch et pourrait sans mal foncer dans le tas pour venger son cadet. Une possibilité des plus logique quand l'on connaissait un minimum le tempérament de l’aînée Blackmore. L'envoyer à Port Orchard avec trois autres des siens semblait alors une solution des plus judicieuse, là où la traque des gêneurs se devait d'être reprise.

Le convoi s'arrêta non loin du croisement entre les nationales 16 et 3, il fut attiré par un entrepôt qui servait autrefois de relais à un fournisseur de propane. La blonde n'était plus qu'un concentré de nerfs et de colère qui ne demandait qu'une chose : s'acharner contre quelques rôdeurs. Une demande qui sut être comblée, l'équipe de quatre dispersée stratégiquement au sein de l’entrepôt rencontra bien vite la population locale d'acharnée de la molaire. Toutes les sorties et entrées du lieu étant ouvertes, les rôdeurs attirés par les sons de l'équipe d'extermination déambulaient en nombre et à bon rythme. Acculé, l'un d'eux dut utiliser son fusil d'assaut pour sauver sa peau, une petite rafale dont deux balles rencontrèrent accidentellement une bouteille de propane isolée de son stock. BOUM. L'explosion conséquente emporta le jeune tireur et dévasta par la même occasion une partie des fondations de l'entrepôt à en écrouler tout un pan. Joy n'étant pas loin du drame, perdue entre deux grandes étagère, elle n'eut pas le temps de comprendre ce qui se tramait et fut expulsée contre une étagère qui s'écroula avec elle. La seconde étagère se reversa dans le même temps juste au dessus de la sonnée, lui offrant alors miraculeusement un bouclier de tiges de métal.

Dix minutes, pas une de plus, c'est le temps que prirent ses associés pour prendre la fuite après une sortie en vitesse. Les deux abonnés absents furent alors considérés comme morts et la peur termina d'achever le convoi maintenant à moitié décimé qui fonça à toute vitesse loin de ce drame.

Onze minutes passés, les paupières jusqu'à lors fermées de la blonde s'ouvrirent enfin pour dévisager les gourmands rôdeurs affamés seulement à quelques centimètres d'elle. L'étagère n'allait pas la protéger longtemps et ralentissait simplement leur progression, il fallait qu'elle agisse vite. Sous l'adrénaline, elle oublia alors son dos maintenant douloureux ainsi que le sang qui ruisselait le long de sa tempe et se fraya un chemin à l'aide de son couteau, abandonnant en route le M4 jugé bien trop encombrant pour son extraction.

Le bruit couplé aux flammes en progression vers la partie encore stable de l’entrepôt - là où résidait le stock de propane - l'aida à en tirer une conclusion des plus intelligente : vite s'extirper le plus loin possible d'ici ! Impossible d'énumérer le nombre de rôdeurs délaissés dans son sillage, la blonde habitée par une hargne conséquente poussée par l'instinct de survie enchaîna bien des séries de coup de pieds et de lames pour atteindre la sortie indemne ou presque. Elle put alors constater la fuite de son convoi là où le véhicule ne répondait plus présent.

"Bande de fils de putes !"

Couverte de son propre sang mélangé à celui des rôdeurs attaqué en chemin, Joy avait maintenant une dégaine à faire peur et se dirigea vers le centre de récupération non loin dans l'espoir de s'y percher et de retrouver des forces.


God damn it. Shut the fuck up !
I can't change the way I think, and I can't change the way I am. But if I offended you ? GoodCause I still don't give a fuck.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5009
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: What will we become ?   Sam 7 Juil 2018 - 19:06
Oh, elle avait visiblement parlé trop vite. En pivotant à 120°, un nuage de fumée attira son attention. Les flammes provenait d’un petit bâtiment, encore vives, et attiraient une belle quantité de mordeurs. Voilà donc pourquoi les rues qui l’avaient menées ici étaient exceptionnellement peu peuplées par la mort : elle était occupée ailleurs. La jeune femme fronça les sourcils : un incendie pouvait-il être purement accidentel ? Ils n’étaient pas dans une région fréquemment sujette aux feux de forêt – et de toute façon, ce n’était pas une forêt qui brûlait. Sans doute que l’incident pouvait avoir été déclenché par un malheureux hasard, les conditionnements du gaz se détériorait avec le temps qui passait, mais elle était venue ici chercher des indices sur une présence « humaine » et justement : ceci pouvait en être la manifestation.

- En fait si, j’ai peut-être quelque chose, rectifia-t-elle dans le talkie, un incendie. J’essaye de m’approcher, je vous tiens au courant.

Selene rangea les jumelles et longea furtivement le pont. A moitié courbée, quand ce n’était pas la rembarde qui la protégeait, c’était les carcasses de voitures desséchées par l’abandon. Ironie du hasard : sa voie redescendait au niveau du sol seulement quelques mètres avant son objectif. A ce stade, elle se déplaçait carrément accroupie derrière les quelques voitures stationnées depuis des années. Au crépitement des flammes se mêlaient les râles des rôdeurs. Son cœur battait lourdement dans sa poitrine alors qu’elle observait un calme glacial. Elle risquait d’être découverte par les charognes ou par d’autres survivants, s’il y en avait dans le coin, mais ce n’était pas sa première fois. Ce ne serait pas non plus la dernière.

Tandis qu’elle tentait de trouver un bon angle d’observation, une exclamation la poussa à se retrancher derrière la tôle jaunie d’une Opel. Ça, c’était la voix d’une vivante. D’une jeune femme, même. La musicienne devait résister aux amalgames ou à la basse paranoïa. Sa présence ici ne faisait pas forcément d’elle une coupable… mais ça ne l’innocentait pas non plus. Le plus discrètement possible, elle zieuta entre deux parechocs pour apercevoir la silhouette effrayante de l’étrangère. La suivre, essayer de lui soutirer des informations. Elles étaient trop proche des voraces ici pour un échange tranquille. Au mieux, elle venait effectivement du groupe qu’elle cherchait ; au pire, ce n’était qu’une paumée qui avait besoin d’aide. Ou inversement.

Arrivée devant le centre de récupération où disparu sa cible, la pianiste n’eut pas le choix que de couper le talkie et sortir de sa cachette. Plus de rempart possible. Avec des gestes lents, elle dégaina son glock et ôta la sécurité. Ses yeux bleus étaient ouverts avec une acuité féline, n’oubliant aucune direction pour réduire au minimum les chances de se faire surprendre. La casse à ciel ouvert avait des allures sinistres de cimetières avec les tas de métaux rouillés, de pneus et autres débris entre lesquels la végétation avait sauvagement repoussé. Un cimetière…



« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 121
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: What will we become ?   Sam 7 Juil 2018 - 19:56
La blonde cessa de tituber une fois l'entrée de la casse dépassée, elle fila derrière la carcasse de ce qui semblait être un camping-car, un engin abandonné bien avant la crise à en voir l'état avancé de rouille qui le rongeait. D'ici, elle devrait pouvoir reprendre son souffle pour vite essayer de réorganiser ses neurones correctement.

En premier réflexe la Blackmore nettoya avec hâte et méthode la lame de son couteau de peur de s'y couper accidentellement. L'état de Parkinson avancé qui troublait ses membres trouva tout juste le temps de se calmer pour cet effort avant de repartir brutalement en écho avec les forts battements qui tambourinaient de nouveau à vivre allure contre sa poitrine. La cause ? Des pas derrière elle, légers et félins : hallucinations ? Réalité ? En temps normal elle n'y aurait pas porté autant d'attention tant ils étaient discret, autant là, elle n'était pas sans ignorer les rôdeurs à ses trousses et laissa en conséquence sa parano la contrôler. Cette zone de retrait stratégique ne pouvait rester calme bien longtemps avec autant d'agitation.

Nullement décidée à laisser place au doute, elle se redressa contre l'amas de métal pour se déplacer avec autant de discrétion possible à son angle, là où elle croyait entendre des pas. Fin prête à surprendre quiconque y surgira, elle redressa sa lame et patienta ainsi couverte. Les secondes prirent une teinte d'éternité alors que les pas se rapprochaient bien trop lentement de sa cachette.

Un glock tendu et tenu entre des mains - aux premiers abords - féminines fut le premier élément visible qu'elle ne prit qu'une seconde à analyser. Aucune femme ne répondait présente dans son convoi, et aucun de Fort Ward n'était de sorti dans cette zone. Celle-ci était potentiellement une ennemie ou une paumée lambda, au choix. Dans tous cas la finalité était la même : il fallait qu'elle la maîtrise pour la questionner. Fort bien, le goût acide mélangé au fer qui titillait ses papilles ne demandait de toute façon qu'à exploser d'une façon ou d'une autre.

Qu'avait-elle à perdre en fonçant ainsi dans le tas ? Plus grand chose, dorénavant....

D'un bon, elle quitta sa planque, sa lame dressée en premier plan fendit l'air en un mouvement circulaire. Elle se jeta littéralement vers les bras de l'inconnue dans l'espoir de l'écorcher suffisamment pour qu'elle y délaisse le dangereux revolver. Glock qui une fois au sol se verra aussitôt éjecté au loin d'un bon coup de savate des plus nerveux. L'adrénaline battait son plein, la blonde était lancée et décidée à ne faire qu'une bouchée de cette curieuse qui répondait présente au mauvais endroit, au moment moment.


God damn it. Shut the fuck up !
I can't change the way I think, and I can't change the way I am. But if I offended you ? GoodCause I still don't give a fuck.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5009
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: What will we become ?   Dim 8 Juil 2018 - 8:35
L’atmosphère était lourde. Le ciel pourtant radieux semblait peser une tonne alors que ses premiers pas dans la décharge écrasaient une épaisse touffe d’herbe. Où était l’inconnue ? La musicienne avait beau chercher, scruter, examiner, elle ne voyait rien d’autre que les débris abandonnés depuis une éternité. Le glock ferme entre ses doigts, elle avança, longea l’épave désossée d’une voiture à l’intérieur de laquelle une forêt avait poussé, contourna un lot de pneus couverts de mousse, avant de jeter son dévolu sur la forme d’un camping-car. Peut-être était-ce là qu’elle habitait ? Hum… l’étrangère avait parlé de « fils de pute » ; ça pouvait aussi bien être des complices que les rôdeurs. Doucement. Le plus doucement possible, la pianiste se mit suivre la paroi rouillée du véhicule. Sa tentative de regarder à l’intérieur fut un échec : les ténèbres étaient opacifiées par une épaisse couche de poussière. Lentement, Selene arrivait à l’angle, et…

- Put-

La furie avait jailli de nulle part, comme un chat sauvage. Ce ne fut que par réflexe qu’elle échappa au premier tranchant circulaire de la lame mais un deuxième assaut tailla dans son bras avant qu’elle n’ait pu tirer. Un grognement de douleur lui échappa avec son revolver qui fut éjectée de la scène. Une décharge d’adrénaline boosta son rythme cardiaque, ses gestes passèrent en mode automatique. A défaut du 9 mm, la musicienne dégaina le couteau de chasse qui chuinta en quittant son étui. C’était elle qui avait attaqué le premier ! Nerveuse, couverte de sang, elle n’avait rien de suffisamment sympathique pour que la jeune femme se risque à tenter la discussion. Pas tout de suite en tout cas.

Peut-être jamais, car l’autre ne semblait pas décidée à descendre en régime. Toujours aussi sauvagement, elle tenta de lacérer l’étudiante. Une fois, deux fois, trois fois, elle avait esquivé l’acier qui siffla à quelques centimètres de ses oreilles. La fente suivante déchira son tee-shirt et sa chair, une longue estafilade sur son côté gauche. Dans un rugissement de rage, elle riposta en tentant de rendre le change. Son adversaire était trop vive alors puisqu’elle ne parvenait pas à l’écorcher, Selene lui envoya un pied dans l’abdomen pour l’envoyer contre la carcasse du camping. Elle enchaina ensuite, espérant lui enfoncer sa lame dans un orbite, mais celle-ci se planta violemment dans la paroi trop fine du véhicule.



« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 121
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: What will we become ?   Dim 8 Juil 2018 - 20:18
Y a de ces étapes qu'on apprend en entrainement, et qui une fois réalisée correctement nous assure une victoire certaine. Désarmer son adversaire en étant une, la blonde se voyait déjà gagnante, et en position de force pour la suite, victoire assurée. C'était sans compter l’intervention du couteau de chasse qui jaillit d'un coup d'un seul entre les mains de son adversaire. Aussi bête soit-il, la blonde n'y avait tout bonnement pas pensé, et il n'était maintenant plus question de l'interroger, mais plutôt de survivre à cet élan de fougue.

L’ascendant psychologique tout de même acquis, un soupçon de stupéfaction vint lui caresser l'échine et elle dévisagea rapidement l'étudiante avant de charger à nouveau. La douleur qui tiraillait son dos lui semblait inexistante malgré les longs mouvements effectués, elle était presque abstraite à ce stade. Une chance, car la brune en face d'elle ne manquait pas de ressort et s’apparentait davantage à une puce sous méthamphétamine qu'à la survivante fatiguée qu'elle devait être.

La quatrième valse fut la bonne, la pointe de son couteau venait de goûter au sang frais et à la chair encore ferme. Le long râle de l'étudiante couplé à ces attaques soudainement moins disciplinés, impulsives et enragés lui ôta tout doute : elle était touchée. Son sens de l'improvisation répondait dorénavant absent, au grand bonheur de Joy qui esquiva sans mal les assauts prévisibles de la rageuse inconnue.

Jusqu'à l'erreur, la soudaine - et pourtant courte - baisse d'attention qui lui coûta le seconde suivante un violent coup de pied dans l'abdomen. Pas assez haut pour couper net sa respiration, le choc douloureux à son dos contre la carcasse, lui, eut ce don la piquer suffisamment pour l'éveiller pleinement. La lame qui fonçait alors droit vers son œil fut esquiver d'un simplement roulement de caboche sur le côté. D'un regard en coin, elle dévisagea avec crainte une demie seconde la lame avant d'attraper le col de la brune maintenant bien proche pour lui asséner un violent coup de boule en pleine face. Swann en avait bouffé assez pour rendre l'exercice classique, maîtrisé et relativement efficace dans la foulée.

"Fuck off, bitch ! Tu as cru quoi ? Que j'étais la putain d'fermière du coin ?!"

C'est qu'elle prenait la confiance la Blackmore et elle était aidée. À première vue, l'étudiante avait bien bouffé, son coup était bien passé. La rage et l'aplomb qui l'animait maintenant bien installés, elle ne fit aucunement attention au couteau de son adversaire, potentiellement viré sous le choc ou encore en main : osef. L'important, c'était de la maintenir au sol, de se défouler un peu et d'extérioriser tout ça. Rien de mieux qu'une bonne série de coup de pieds dans le bide ou bien dans les bras pour y parvenir.

"Moi c'est Joy, et j'vais te montrer ma putain d'joie de vivre, connasse." Et mange toi donc un bon coup de Nike de compet' dans la mâchoire derrière. "Primo, tu restes à terre, si tu bouges, je t'explose ce qui te sert de crâne à coup d'savates. Pigé ?" Oh et puis merde, c'est trop long d'attendre une réponse, c'était déjà parti pour un autre coup de pied dans l'abdomen. "PIGÉ ?!" Ce que c'était puissant d'avoir ainsi l'ascendant sur quelqu'un, la blonde se sentait presque immortelle. Ce n'était pourtant pas la première fois qu'elle se trouvait dans cette position, autant pour cette fois-ci, Joy restait méconnaissable là où son attitude se calquait plutôt à une Jenna borderline. Le pourquoi du comment manquait encore de clarté, sans doute était-ce juste l'envie d'exploser des étrangers qui devait la titiller un minimum avec la récente mort de son cadet ?


God damn it. Shut the fuck up !
I can't change the way I think, and I can't change the way I am. But if I offended you ? GoodCause I still don't give a fuck.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5009
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: What will we become ?   Dim 8 Juil 2018 - 21:58
A peine avait-elle eu le temps de décrocher son couteau de la paroi que l’autre l’attrapait au col et lui envoyait son front en plein visage. La douleur explosa dans son nez alors qu’elle basculait en arrière. Sonnée par le choc, Selene sentit un liquide chaud ruisseler sur ses lèvres et son menton. Ses yeux bleus ne purent faire le point qu’un violent coup dans l’abdomen manqua de lui faire cracher de la bile. Un cri lui échappa, mêlé à un toussotement, puis le pied de son adversaire rencontra rudement l’un de ses bras. Plus ou moins volontairement, la musicienne roula sur elle-même ; cherchant à s’éloigner de la blonde qui eut tôt faire de la rattraper. Provocation. Coup dans la mâchoire. Provocation. Impact dans le ventre.

Sa poitrine était comprimée par la souffrance. La panique gonflait dans ses bronches, accentuant la sensation de ne plus pouvoir respirer. Hoquetant, crachotant, la bouche entrouverte de la pianiste dégoulinait de fluides luisants et rouges. Salive épaisse mêlée au sang. Goût de fer qui réveilla ses instincts de survie les plus primaires. Elle ne voulait pas mourir. Elle ne voulait pas mourir. Ses doigts solidement serrés sur le manche de son arme, son bras se propulsa par réflexe. A l’aveugle. La lame se planta dans le mollet de Joy, profondément, et la jeune femme ne lâcha prise que parce qu’un nouveau choc lui retourna l’estomac.

Il n’était plus question d’essayer de discuter, de savoir d’où elle venait ou de la résonner. Il n’y avait plus que l’urgence qui sonnait comme une alarme dans le crâne de Selene. Survivre. Survivre. Survivre. Survivre. Une entêtante et lancinante litanie qui lui déchirait la raison. Mue par l’énergie du désespoir, et par une forme de démence, la musicienne se remit sur ses pieds. Elle titubait, les traits blafards sous le sang qui lui inondait le visage, ses cheveux en bataille. Ses yeux bleus étincelaient d’animosité. S’ils pouvaient, ils égorgeraient cette folle.

Sans dire un mot, le rugissement dément qu’elle poussa exprimant tout ce qu’elle ne saurait résumer, la pianiste se jeta sur son adversaire. Elle la plaqua au sol, aussi lourdement que lui permettait son poids plume, puis elle grimpa à califourchon sur son ventre pour l’immobiliser. D’abord, elle appuya du pouce sur le point de pression à l’intérieur de son poignet, afin de lui faire lâcher sa lame. C’était Bobby qui lui avait appris ça. Ensuite, son poing droit s’écrasa sur sa pommette. La douleur remonta en une décharge foudroyante, jusqu’au coude, dans son bras déjà meurtri. Changement de technique alors : elle attrapa à pleine main la tête de Joy, et se mit à fracasser l’arrière de son crâne par terre. Chaque coup expulsait sa rage, sa folie, et une syllabe brisée dans un hurlement. Elle voulait lui exploser la boîte crânienne à coup de savate ? Mais…

- Tu. Sais. Pas. Qui. J’suis. Connasse !



« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: What will we become ?   
Revenir en haut Aller en bas  
- What will we become ? -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: