The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- This is letting go /!\ -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 607
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: This is letting go /!\   Sam 30 Juin 2018 - 11:58
This is letting go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Y avait pas que l'eau qui était bonne, mais Fuller se garda bien de le lui dire, préférant se coller à elle, et se délecter de l'odeur humide de ses cheveux. Il aurait pu la chopper là, elle n'aurait rien trouvé à y redire parce qu'il la sentait se laisser guider avec lui, elle lâchait prise à chaque rapprochement, à chaque respiration plus proche de son oreille, le trentenaire la sentait se tendre de pieds en cape. Ses bras la ceinturaient encore, il souriait comme un enfoiré de première tant c'était drôle, grisant et excitant que de savoir que malgré ses refus, il parvenait à faire plier les maigres barrières qui constituaient sa résistance. Ce qui l'emmerdait, en un sens, ce fut qu'elle était bien moins ouverte à la négociation que son ex. Du moins, est-ce que ça le faisait véritablement chier ? Sachant que les sensations qu'elle invitait chez lui, en ne fuyant pas, en ne résistant qu'à semi, le dépassaient quelque peu ? Faisant fie de tout ça, le journaliste secoua la tête, glissant les dents à sa gorge, sous son oreille avant de rire quant à sa précédente proposition le concernant.

- Mais j'demande que ça..... Rit-il en laissant son nez glisser à la rigole humide précédemment tracée par sa langue, jusqu'au creux de sa clavicule. S'il en profita pour reluquer la transparence de son top ? effectivement ouais, mais qui s'en foutait ? Pas lui en tout cas. que tu t'laisse te faire foutre. Hilare son propre rire vibra dans le dos de May qui en profita pour se barrer. Allez p'tin c'était pour rire.

Encore en plein fou rire, il la chercha un instant, tournant dans la flotte avant de plisser les yeux, les lèvres étirées à leur summum, quand elle réapparut pour jouer les naïades. Elle le toisait de son air malicieux, de ses billes azures rendues plus scintillantes grâce au reflet du soleil dans la flotte, elle jouait même avec ce putain de foutu jouet piqué sur sa langue. Ce truc le titillait clairement, pourquoi Vic avait jamais eu l'idée de se faire un piercing, là, où ailleurs ? Pour la simple et bonne raison que les mecs auraient passés leur temps à s'amuser avec. La pensée lui arracha un rictus, néanmoins il se redressa dans l'eau, lui avait pieds mais peut-être pas la miss. Glissant les mains à ses cheveux, Nate secoua la tête puis la pointa du doigt pour l'inviter à mesurer ce qu'elle disait. Ce n'était qu'une blague, de quoi se marrer, il la menaçait pas vraiment, pas une seconde au contraire.

- Ah ouais ? Interrogea-t-il suite à son affirmation.

Bordel qu'elle était bonne, pas la flotte non, ça il s'en cognait comme de la première lui ayant astiqué la tige, mais elle. Mouillée elle était encore plus bandante. Déjà son regard dardait contre ses joues roses, ses lèvres entrouvertes, filant à ce semblant de décolleté, l'esquisse d'une dentelle qu'il voyait en relief sous son corsage trempé. Ses mots lui parvenaient néanmoins, il les imprimait sans la relâcher des yeux, profitant de la vue, de ses mouvements graciles, du ton particulier de sa voix. Elle pensait avoir tout compris, c'était mignon, pourtant elle ne savait pas un tiers de son parcours, juste les grandes lignes, il était même pas certain que Vic se soit vantée – pour lui faire la nique de lui avoir cassé son coup avec Shwarzy – de se l'être envoyé un p'tit temps pour écarter les cuisses, de nouveau, après l'enterrement de Neil. Y songeant, le trentenaire sourit, la pointe de sa langue chatouillait sa canine. Pas de meilleur remède au deuil qu'une bonne baise, exactement ce qu'aurait pensé la brune, exactement la manière dont il voyait les choses... Mais peut-être pas May.

La voyant s'éloigner, s'accouder près de la berge, Fuller sonda les feuillages alentours, vaudrait mieux pas qu'un manouche se radine, mais c'était probable étant donné le bruissement de l'eau et le cri de surprise qu'elle avait poussé plus tôt. S'approchant, ses mains glissèrent à sa taille, se hasardant sur son ventre, ses pouces se frayant un chemin entre sa peau noyée et son jeans. Comme elle plus tôt, il lui mordit le lobe de l'oreille et repoussa son cou d'un fébrile mouvement de mâchoire pour que ses cheveux lui dégagent le passage jusqu'à sa tempe où sa mâchoire s'attarda.

- T'aime pas ça ? Souffla-t-il d'une voix plus suave.

Sa question était à double tranchants, déjà ses doigts courraient contre ses cuisses, la pressant contre lui, le gable parfait de ses fesses épousant les courbes de son corps. Soit il l'interrogeait quand à sa dernière question à elle, soit sur ce qu'il était entrain de faire. Lentement ses doigts se firent davantage griffus, cherchant à marquer la peau fragile sous les fibres qu'il trouvait vraiment chiantes et encombrantes.

- Réponds vite... Beloved, Sourit-il en revenant susurrer au creux de son oreille attentive. et si y a un prix, faudrait m'le dire, histoire de voir plus large. Parce que  que jouer, m'fait penser que tu veux quelque chose. Puis il la laissa, en une dernière pression du bassin contre elle, l'invitant à se heurter à la berge, pour ensuite mieux reculer, espérant croiser son regard. Dis pas jamais, c'moche dans ta superbe bouche. Malgré l'allusion plus que graveleuse, Nate savait avoir raison, mieux valait ne jamais dire jamais, le destin n'était pas tracé par une quelconque entité divine, non, c'était eux, qui le dessinaient, tout pouvait être envisageable à contrario d'être prévu désormais. L'imprévu c'est cool aussi, mais puisque t'as visiblement un prix, okay. Faussement nonchalant, il fit mine de retourner sur la terre ferme, s'aidant de ses bras pour s'installer sur le rebord, mains calées sous ses cuisses.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1104
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: This is letting go /!\   Sam 30 Juin 2018 - 14:18
Il la rendait dingue. Complètement dingue, et il le savait trop bien, malheureusement. Et pourtant, pourquoi toujours la faire languir alors qu'il pourrait presque lui sauter dessus sans qu'elle ne résiste? Pourquoi jouer avec elle à ce point? Elle doutait qu'il puisse mettre autant d'efforts pour chacune des petites pétasses qu'il voulait sauter. Quoi que! Il pensait tellement avec sa bite que c'était bien possible. N'avait-il pas justement lancé qu'il n'attendait que ça, qu'elle veuille bien se laisser faire foutre? Elle avait roulé des yeux en secouant un peu la tête, complètement découragée qu'il se trouve si drôle, avant de souffler un petit rire discret sous l'eau.

Si elle pouvait poser l'orteil à certains endroits, la majorité du temps, May avait réalisé qu'elle ne touchait pas tout à fait au fond de la petite étendue d'eau en se rendant au bord. Nathan l'avait d'ailleurs suivi, s'approchant dangereusement de la petite et plaquant déjà ses mains contre les creux de son ventre. Des frissons parcoururent rapidement son corps mouillé, la chaleur des pattes du brun contrastant avec le froid de l'eau. Ou alors elle était juste en train de devenir encore plus folle. Et sa voix lascive qui lui demandait si elle aimait ou pas n'aidait pas son cas. La belle enroula ses jambes autour de lui comme seule réponse, serrant un peu plus encore le brun et le détaillant un instant alors qu'il venait de lui donner un nouveau surnom. Beloved. Ça sonnait bien, en fait, et elle se plaisait de le voir le prononcer, étrangement. C'était peut-être simplement parce qu'elle avait réclamé dès leur première rencontre qu'il cesse de l'affubler de noms horribles. Sinon, la blonde aimait peut-être seulement voir un peu plus d'affection dans celui-ci que dans les chérie, ma belle et compagnie.

Ceci étant dit, elle avait tout de même l'air d'une pauvre imbécile. Ses mots qui disaient non et son corps tout entier qui répondait oui. Putain de merde! La demoiselle avait étiré le cou dans un bref élan où elle croyait abandonner avant de se reprendre. Il n'allait pas gagner, elle ne voulait pas lui donner cette victoire. Mais elle crevait de lui voler ses lèvres depuis qu'il avait oser la mordre, comme s'il avait répandu son venin pour qu'elle lui tombe dans les bras. Ses doigts qui agrippaient ses fesses ne l'aidait pas à rester de glace non plus, réveillant cette réponse innée au fond d'elle. On aurait dit qu'un foutu volcan se préparait à faire irruption, sans mauvais jeu de mot. En y réfléchissant l'espace d'une minute, elle tentait de se rappeler si elle avait déjà ressenti une telle attirance pour un mec. Même si elle ne voulait pas se l'avouer, il était clair que jamais une telle chimie ne l'avait affligé de cette façon, et elle était terrorisée de ce récent constat.

May l'écoutait - ou du moins tentait de l'écouter - alors que Nate lui murmurait à l'oreille. Il voulait savoir son prix, parlait de voir plus large. Il lançait que jouer lui faisait penser qu'elle voulait quelque chose. Elle avait relevé les yeux vers lui, encore enivrée, avant de se réfugier sous l'eau une fois de plus, cette fois en s'immergeant au complet quelques secondes. Recherchait-elle l'équivalent d'une douche froide? Probablement, oui. Mais disons que ça n'avait pas été particulièrement efficace. Elle lissa un peu ses cheveux dorés vers l'arrière avant de sonder de nouveau les alentours par précaution. Elle emmerdait littéralement la vie pour l'obliger à se méfier dans un endroit si joli, mais bon, avait-elle le choix? Liv avait décidé de ne rien répondre, se faisant aujourd'hui au final bien plus silencieuse qu'en temps normal, possiblement parce que l'autre connard l'emmerdait et que son plan pour répliquer était moins efficace que prévu. C'était supposé vouloir dire quoi, de toute façon, son baratin? Il avait vraiment besoin de demander? Il savait très bien qu'elle voulait quelque chose. May ne voulait tout simplement pas s'y abandonner, cherchant d'abord à comprendre ce qui l'accablait et les raisons qui la poussait à vouloir aller vers lui. Encore une fois, elle ne parla pas, lui servant un regard qui disait clairement ce qu'il avait à dire comme unique réponse.

Elle avait fait comme si elle en avait rien à battre qu'il sorte de l'eau. L'ancienne technicienne n'avait pas bougé d'un poil. Et malgré ses compliments, toujours, elle était presque en rogne. Il voulait savoir son prix? Très bien, elle ne passerait pas par quatre chemins. "Mon âme vaut trop cher pour toi." avait-elle lancé sans réfléchir, comme si elle avait voulu le provoquer, en plantant son regard dans ses yeux noirs. La pauvre ne comprenait rien à ce qu'il lui arrivait, ne sachant plus quoi dire ni quoi faire. Elle s'avançait finalement vers lui, n'ajoutant rien de plus, prisonnière de ses propres pensées contradictoires et contrariée à souhait. Elle l'observait encore, du moins, son oeil se posant tour à tour sur chacun des muscles que son t-shirt mouillé faisait saillir. C'est là qu'elle remarqua son tatouage, à son poignet gauche, quand il avait fait le geste de placer les mains sous ses cuisses.  Oubliant alors ce qu'elle venait de lui lancer à la gueule, elle avait appuyé ses avant-bras sur les jambes du brun, imitant ce qu'il avait fait plus tôt en posant ensuite son menton sur ceux-ci. Relevant les cils bien haut vers les siens, elle posa finalement une question, particulièrement curieuse. "Ça signifie quoi, ton tatouage?" demanda-t-elle sans détour. "Pas le choix de me répondre, tu fais trop l'emmerdeur." ajouta-t-elle comme s'il lui devait quelque chose, en sachant très bien qu'il comprendrait le sous-entendu dans sa phrase.


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 607
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: This is letting go /!\   Lun 2 Juil 2018 - 11:30
This is letting go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Son âme valait trop cher pour lui ? Nathan ne put réprimer un éclat de rire à l'immonde petite remarque, bien sentie, qui lui fila le crâne aussi vite qu'un piaf passa au dessus des cimes d'arbre. C'était pas le prix de son âme qu'il voulait connaître, pour autant May venait de lui lâcher ça d'une froideur telle qu'il y vit d'avantage un rapport avec ce ramassis de conneries inscrit dans la bible. Sorte d’évangile de mes deux traitant de Satan et autre apôtres tous à lécher le cul d'un seul et même mec capable de ressusciter. Bref, l'important présentement, c'était que la blondinette semblait vexée ou.... Bha il en savait rien, il avait juste posé des questions merde, putain il aurait peut-être carrément dû y aller, quitte à se manger un claquot dès que ses mains se seraient faufilées là où elle avait pas envie de les sentir ? Malgré sa petite moue, le fait qu'elle ait pu être passablement refroidie par ses interrogations précédentes, elle revenait dans sa direction. Finalement le soleil qui pointait dans le ciel, ce cagnard trop intense, avait du bon, parce qu'il songea au moment où elle quitterait la flotte. Sans ce temps chaleureux, Goldenberg aurait pu se chopper la mort et version zombis, il l'aurait sûrement bien plus esquivé qu'à l'heure actuelle. Réprimant un rictus, sa langue passa contre ses lèvres lorsqu'elle termina par loger les coudes sur ses genoux, le menton par dessus, pour mieux le toiser.

Ce que signifiait le truc gravé sous l'épiderme trop fin de son poignet gauche ? Tien donc, généralement les nanas lui posaient pas la question, ce truc était aussi évident pour lui que les nénettes se fourvoyaient complet sur sa signification. Virant la main en question de sous sa cuisse, Nate ramena les contours devant des propres prunelles. Y avait un bail qu'il avait fait ça, c'était pas une pulsion, pas une connerie, juste comme une mise en garde pour lui même à propos ce qu'il ne voulait pas être ou devenir à contrario de ses parents qui l'emmerdaient à chaque visite pour connaître sa petite amie. S'il avait été totalement franc avec eux, Fuller les aurait corrigé en leur disant la fille qu'il baisait, ou l'une de celle qu'il se tapait car clairement il n'avait jamais été un symbole de fidélité. La seule relation plus ou moins stable, mais franchement bancale tant elle débutait d'une crasse de sa part, avait été avec la pigiste, et là encore même avec elle, quand il avait été question de reluquer les miches d'une putain de sado-maso soft, et ses airbags, il ne s'était pas privé. May le rappela sur terre, où plutôt à elle dans la flotte, avec sa dernière requête. Immédiatement un sourire étira la commissure de ses lèvres avant que ses phalanges gauches viennent englober délicatement son menton.

- P'tin moi j'suis obligé d'répondre alors qu'toi tu m'envoie chier Baby-face, sérieux.... Ricana-t-il, le regard prédateur, faussement moqueur, lové dans ses billes azures.  C'bien parce que t'es carrément sexy, t'as du bol. Reprit-il en passant le pouce contre ses lèvres encore humides de l'eau dans laquelle elle avait disparu quelques secondes. Tu d'vines pas, même un p'tit peu, où tu fais l'ingénue pour m'pousser à bout ? Uhm ?

Franchement, elle devinerait pas la nature profonde de l'encre sous sa peau, elle penserait comme toutes les autres donzelles, qu'il attendait qu'une chose c'est qu'on lui prenne son foutu cœur pour le coller en cage avec sa bite et ses noix. Pourtant elle était pas comme les autres, ça il l'avait bien calé, sans doute pour cette raison qu'il mettait un peu de temps à enclencher la phase deux de son putain de plan de connard, pour pas la blesser ou un truc dans le genre, parce qu'elle vivait dans la même baraque et que forcément, plus tard, elle finirait par le haïr. Y avait bien que Vicky pour le supporter, cette meuf était pas humaine, c'était même pas une nana malgré qu'il l'ait expérimenté en tant que telle et qu'elle avait une putain de ressource au plumard.

Mais l'idée actuelle, alors qu'il ne répondait pas, fut plus séduisante que le reste au point qu'il se pencha vers elle, vers son oreille en redressant son visage fin entre ses doigts. Elle imaginait quelque chose, mais peut-être pas ce qui suivrait, et l'espèce de secret qu'il lui confia se scella au dernier moment sur ses lèvres charnues. Un baiser, un vrai pas un truc merdique non, à peine reprit-elle une inspiration qu'il en profita pour le rendre plus langoureux. Sa langue dardait sur la sienne, ses lèvres emprisonnant leurs jumelles adverses. Et son putain de bijou, même ça s'était grisant, bordel elle avait ce goût d'inédit, cette saveur dangereuse et malgré tout, Fuller relâcha son menton pour la soulever de la flotte et la ramener contre lui qui étendait le dos sur la berge. Son cœur battait plus vite, le désir frappait déjà à la porte de sa braguette tandis qu'il serrait ses hanches et se hasardait à glisser les doigts sous son tee-shirt  jusqu'à entendre cette merde auditive. La chanson des connards, l'hymne des manouches n'ayant rien d'autres à foutre que de venir jouer les pervers dans l'espoir de croquer un bout de chair avant le déjeuner. La relâchant, il la repoussa rapidement pour se retrouver au dessus d'elle et fixer les feuillages alentour.

- Shit, Lâcha-t-il en s'appuyant sur la roche humide auprès d'elle avant de l'embarquer pour la remettre debout. Immédiatement il saqua sur l'encoche de sa poche arrière pour en dégager le couteau. navré May, on r'mettra ça t'inquiète. Y avait putain de mieux au monde que de foutre sur la gueule de ces saloperie de monstre avec une gaule d'enfer mais, pas le choix, déjà les premiers pointaient leur sale gueule sur la berge.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1104
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: This is letting go /!\   Mar 3 Juil 2018 - 6:23
May n'avait pas l'impression de l'avoir envoyer chier, si? Putain, elle aurait bien voulu, mais elle en était visiblement incapable. Cette façon qu'il avait de la regarder, parfois comme si elle était sa foutue proie, et ce sourire qu'il affichait en la détaillant, toujours... Enfin. Il voulait qu'elle devine. Et bien, il était presque pire qu'elle à éviter de répondre à certaines questions. La petite effleurait de ses doigts le dit tatouage sur son poignet alors que la main de Nate caressait sa mâchoire. Elle aurait juré qu'elle avait même mordiller un peu le pouce qui courait sur ses lèvres, à ce point concentrée sur lui qu'elle ne pouvait même pas savoir si elle l'avait seulement imaginé. "Je gagne quoi si j'ai la bonne réponse?" demanda-t-elle en lui servant un oeil amusé, suivi cependant d'un bref silence, traduisant une certaine hésitation. "Attends un peu. T'étais bien fier que personne ne réussisse à s'approprier ton petit coeur? Nan. J'crois que tu veux te rappeler de pas te faire prendre. La peur peut-être?" La blonde ne lui adressait pas ses mots comme un reproche, elle ne faisait que penser tout haut, fidèle à elle-même. "Ne pas vouloir être seul mais ne pas non plus vouloir que quelqu'un s'en empare, plutôt. C'est trop risqué. Ou trop précieux." reprit-elle en sachant trop bien de quoi elle parlait. Elle le toisait comme pour savoir si son regard lui donnerait un quelconque indice, n'importe quoi. Peut-être avait-elle tout faux? Peut-être projetait-elle seulement ses propres aveux sur lui?

La demoiselle oublia cependant bien vite l'importance de cette question quand elle le vit s'approcher, tirant un peu plus son visage contre le sien jusqu'à ce que ses lèvres rencontrent sa bouche. Si elle avait d'abord froncé les sourcils de surprise, Liv avait en revanche dégusté le baiser, lui rendant sans devoir y mettre le moindre effort tant elle s'en délectait. Elle fit une pause, un moment, se reculant pour reprendre son souffle déjà affolé et planter ses yeux dans ses prunelles, le regardant comme si elle cherchait à comprendre ce qui se passait. Mais c'était plus fort qu'elle, elle voulait s'emparer à nouveau de ses lèvres - et lui aussi. Elle s'abreuvait de lui comme s'il était son putain d'oxygène, et quand il la sortit de l'eau, miss Goldenberg s'accrocha à sa nuque avant d'appuyer ses mains au sol, de chaque côté de ses tempes. Le bon dieu - s'il existait - pouvait l'avoir, son âme, elle n'en avait plus rien à battre. Elle savourait chaque seconde; chaque parcelle de son corps humide contre le sien, ses mains qui parcouraient ses reins, enfin délivrée de cette tension qui régnait entre eux depuis le début. Elle faisait danser sa langue et son bijou métallique avec la sienne dans un ballet lascif, comme si elle avait crevé trop longtemps de s'en empêcher, peinant à se détacher pour simplement respirer.

Les râles d'infectés qui se rapprochaient eurent le mérite de la ramener à la réalité, et même dans la situation, elle ne pu s'empêcher de se dire qu'elle était réellement tombé très loin. Trop loin. Fuck. Mais ce n'était pas du tout là-dessus qu'elle devait mettre la priorité, dans l'instant. Nate l'avait repoussé avant de l'aider à se relever, et sa remarque la fit secouer la tête d'incrédulité. "Toujours le mot pour déconner même devant ces macabés, hein." lâcha-t-elle en l'observant, affublée d'un demi-sourire. Enfin, peut-être ne blaguait-il pas tant que ça. Dans tous les cas, il était temps qu'elle bouge son petit cul, parce que ça allait chauffer. Elle porta la main à sa taille, là où la petite hache qu'elle avait amené devait se trouver. Mais voilà, elle n'y était plus.

Il ne fallut que quelques secondes pour réaliser qu'elle était probablement au fond de l'étendue d'eau, gracieuseté de Nathan qui l'avait jeté dedans sans crier gare. Un soupir fila ses lèvres. Elle n'avait pas le choix de retourner la chercher; c'était littéralement son seul moyen de se défendre. Nate sortait son couteau au même moment, ce qui la rassura un tantinet. Il pourrait au moins se débrouiller une minute ou deux, le temps qu'elle plonge. Son regard se porta vers les charognards, réellement insultée de leur timing incroyable pour pointer le bout de leur nez décomposé. Sans plus attendre, elle plongea dans l'eau, visant le fond et le reflet métallique pour récupérer son arme. Sans trop de difficulté, heureusement, elle remonta ensuite à la surface, particulièrement impatiente de vouloir soulager ses inquiétudes concernant son pilote du jour et en même temps constater à quel point ils étaient ou pas dans la merde.  

Mais en se hissant hors de l'eau, la belle était arrivée face à face avec un grognon pas trop content. Lui et elle tombèrent ensemble, à la renverse, dans la flotte. L'ancienne technicienne ne l'avait pas venu venir d'un poil. Elle comprit alors que c'était loin d'être simple de se débattre pour se défendre quand on baignait dans un liquide qui nous faisait défier la gravité. Ses cheveux blonds ondulaient violemment sous l'eau, traduisant les efforts qu'elle mettait pour se libérer de ce vieux connard de borné. Se libérant enfin, la petite remonta à l'arrache, prenant une bouffée d'air ô combien nécessaire. "Ça va." avait-elle articulé pour Nathan en recrachant un peu d'eau. Enfin, s'il se souciait moindrement de son sort. Elle se planta dans le dos du brun, question de protéger ses fesses et qu'il fasse la même chose pour elle. Et oui, elle avait peur, mais avec lui ça semblait moins pire. De toute façon, May avait cette manie de voir un peu ses affrontements comme un vulgaire jeu. Une simple loterie. Si c'était votre heure, et bien merde, rien ni personne n'y pouvait rien. "Game on." murmura-t-elle avant d'en laisser un autre venir à elle, ne perdant pas de temps en lui enfonçant sa précieuse hache direct au milieu du crâne.  

Et si cette férocité tranchait particulièrement d'avec la douceur extrême dont elle avait d'abord fait preuve en l'embrassant, Lively ne faisait que se battre pour survivre, comme tous les autres. Or, la situation dégénérait. Toujours dos à dos, elle avait l'impression que leurs coups n'éloignaient pas les monstres assez vite; il y en avait toujours plus. Putain mais combien étaient-ils à s'être ramené à la fête? Elle commençait à trouver tout ça moins drôle, tout d'un coup. "Ils sont trop nombreux!" dit-elle en citant l'évidence à Nate, faisant dégager un mordeur d'un coup de pied à la taille avant d'attraper une roche moyenne au sol pour lui balancer sur la tempe, avant de ramasser sa hache dans la tête d'un autre qu'elle venait d'abattre. Il leur fallait une solution miracle, et vite, mais elle ne pensait plus clair, encore un peu éméchée de son combat sous-marin.


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 607
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: This is letting go /!\   Mar 3 Juil 2018 - 10:35
This is letting go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il avait renfilé ses boots à la va vite... Et Putain elle pensait qu'il déconnait ? Un rictus fila ses lèvres alors qu'il comptait rapidement le nombre de manouches s'extirpant des arbres. Son regard suffisait, c'était clairement pas pour déconner, encore moins après l'avoir senti lui rendre l'échange avec pareille ferveur. Si y avait un truc sur lequel Fuller ne déconnait pas, c'était sur ça. Sur le fait qu'une nana l'allume pour ensuite en rester là parce qu'elle était pas sûre de ses choix, qu'elle hésitait, et bordel peu importait ce qu'elle pensait sur le vif là, Nathan la laisserait pas si facilement refroidir. Sur ces pensées brouillons, le journaliste dût se rendre à l'évidence que ce moment perdu, inachevé, ne lui serait pas d'une grande utilité pour dégommer les crânes de moule qui se rapprochaient. Bien, pas le choix donc, déjà il choppait le premier à portée, lui enfonçait la lame dans la gorge, cette dernière remontant jusqu'au crâne, et le repoussait sur ses potes. Ces merdes mobiles sortaient de partout, et il était pas seul non, valait mieux faire gaffe au joli p'tit cul qu'il avait pas encore pu reluquer sous tous les angles. Son tour avant ces saloperies de cadavres. Réitérant les gestes, achevant les premiers, ce ne fut que lorsqu'il entendit l'éclat dans la flotte dans son dos qu'il se tourna vers elle.

- P'tin May ! Qu'est-ce qu'elle branlait ? Qu'est -ce qu'elle foutait dans l'eau ? Déjà ses yeux la cherchaient dans l'étendue où se reflétait le soleil, jusqu'à la voir ressortir avec sa hache et se faire happer par une charogne désireuse d'apprendre à faire la brasse. Fuck it... Lâcha-t-il en la voyant se noyer avec le crevard, son cœur se mit à pulser plus vite, le poussant à dégager le connard face à lui, qui ce dernier termina de s'éclater le crâne sur la roche, pour l'approcher sans y arriver. Choppé au col par l'un d'eux, Nate dut reculer brusquement, dos au premier arbre pour ensuite faire passer le corps putride au dessus de lui. La semelle dans la gueule béante et on en parlait plus. May ! Se rapprochant du bord, quand il la vit sortir ses yeux dardèrent rapidement contre la peau nue de ses bras. P'tin d'bordel mais s't'avais besoin d'une arme...

Pas le temps de finir sa phrase qu'un flot de monstres revenait à charge. Ils sortaient d'où ces cons là, y avait un charnier dans le coin ? Peu importait les gestes cadencés du duo, ils n'en viendraient pas à bout si facilement et le poids des vêtements trempés n'arrangeait rien. Nate sentait son cœur se lever dans son thorax, sa respiration se saccader un peu plus, et pourtant le trentenaire avait sûrement plus d'endurance que quelques autres gars. Déjà sa partenaire comprenait qu'il suffirait pas d'une lame et d'une hache, ni même d'une foutue matraque, pour se débarrasser de ces merdes. Okay...... Profitant d'une seconde de répit, le temps que les saletés approchent, Fuller se tourna vers elle et fixa l'étendue de flotte. Tant pis, l'endroit était vachement cool, et clairement il lui aurait bien fait sa fête sur la berge, mais là valait mieux lui sauver les miches plutôt que de penser avec sa bite. Il en restait une bonne dizaine, quinze peut-être ? Ces putains de sales gueules sortaient d'entre les arbres dans l'espoir de se repaître sans jamais être totalement satisfaites. Fixant leur avancée, les voyant tourner autour du petit point d'eau pour les rejoindre, Nathan agrippa fermement le bras de la blonde et l'invita à sauter à la flotte. Rapidement il rejoignit la surface, comme elle, puis lui colla la main sur la bouche pour lui éviter la tasse. Leurs lames étaient gavées de sang d'infectés, y avait aussi un cadavre crevé dans la soupe, si elle avalait ce truc ça finirait clairement mal. Touchant le fond de ses semelles, Fuller la ramena un peu plus en surface et, dos contre lui, et darda son regard sur les créatures.

- Avale pas d'flotte okay ? Lui glissa-t-il un peu plus froidement à l'oreille. Ça va être chaud, mais ils vont tous s'casser la gueule dans la flotte, faudra rapidement r'monter sur la berge quand ce sera fait. Savent pas nager ces trous d'balle. Savent pas non plus s'appuyer au rebord pour se hisser... Lui annonça-t-il pour qu'elle se calme, que son cœur arrête de tambouriner comme un dingue dans son buste. Il sentait le sang filer en elle, ses propres doigts s'attardant aux vibrations chaotiques de son palpitant malmené par autre chose que leur échange précédent. BON LES CONNARDS !!! Reprit-il plus fort en restant au centre du bassin, elle contre lui,  On fait plouff allez putain, magnez vos sales culs de déterrés ! Ça fonctionnait, déjà les premiers piquaient une tête, suivit des autres, tandis que Nathan reculait jusqu'à la berge se retournait et y hissait May la première. Fonce à la bagnole j'te suis, Reprit-il en appuyant les mains sur la roche. La voyant pas dégager, il fronça les sourcils et planta les yeux dans les siens. Cours pt'in, barre toi !!!!

Déjà les rangs de cadavres flottaient, emportés par le remoud de la chute d'eau, au point qu'il dut en dégager un, s'agrippant à sa cheville, avant de se hisser, de lui chopper la gueule et de l’exploser sur la pierre. A bout de souffle, Nathan recula quand les plus habiles s’agglutinèrent en contrebas, agitant leurs mimines squelettiques vers ses jambes. Baby-face avait détalé, il lui emboîta le pas pour mieux s'arrêter après une bonne course pour ne pas la voir sur le chemin de gravillon en direction de la bagnole.

- Shit.... shit p'tin !!! Feula-t-il, Allez Beloved, t'es où bordel..... où est-ce que t'es ?

Son cœur cognait violemment dans son thorax, déjà des trucs bien glauque lui trottaient en tête, peut-être qu'il aurait pas dû la laisser partir seul, manquerait plus qu'elle se soit paumée, ou pire.... Bordel, il pouvait même pas gueuler, la petite troupe précédente suffisait, mieux valait éviter d'en inviter d'autres.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1104
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: This is letting go /!\   Mer 4 Juil 2018 - 6:46
Putain mais c'est qu'elle aurait dû amener son maillot de bain, merde. La demoiselle ne comptait plus les fois où cette flotte l'avait avalé, aujourd'hui. Elle ne comprit pas tout de suite la raison d'être de la main de Nate sur sa bouche, jusqu'à ce qu'il parle de cette eau dorénavant contaminée. Et c'était regrettable, assurément. Mais la planète allait s'en remettre, elle avait d'autres morts à fouetter. May hocha la tête - en se rendant compte de l'évidence - pour lui dire qu'elle avait bien compris, et pendant une toute petite seconde, elle avait aimé son ton plus directif, comme s'il se souciait réellement qu'elle ne se retrouve pas avec ce poison entre les lèvres. Elle fronça les sourcils, en revanche, questionnant sa précédente réflexion sans trop saisir l'origine de celle-ci.

Son plan était donc de noyer les affreux. Juste ici, au milieu de l'endroit où ils se trouvaient. Vraiment? Enfin, avaient-ils un autre choix, de toute façon? La blonde observait les infectés qui approchaient en se demandant sérieusement quelles étaient leurs chances de succès. Mais si elle doutait, elle voyait bien que le brun avait au moins trouvé un semblant de solution, et c'était mieux que rien. Le dos contre son torse, elle pouvait sentir son coeur débattre et son pouls, comme le sien, qui s'accélérait en réponse à cette sale situation dans laquelle ils se trouvaient. Et alors qu'il gueulait aux laiderons de se ramener vers eux, il reculait avec elle, au fur et à mesure. Liv avait bientôt les pieds sur la berge, et elle se retourna aussitôt pour tendre la main à Nate. Or, lui ne disait que des conneries. Il voulait qu'elle décampe jusqu'à la voiture. Non mais ça va pas la tête? Comme si elle allait l'abandonner à son sort. Ses yeux balayaient tour à tour son visage puis les atrocités qui s'agitaient dans l'eau, ne désirant pas le moins du monde bouger de là. Il insistait cependant en lui répétant de se barrer, visiblement frustré de son inaction.

Et en plantant elle aussi ses billes bleues dans les siennes, elle ne lui adressa que deux mots, témoignant bien qu'elle n'en ferait qu'à sa petite tête dure. "Je reviens."  À contrecoeur, elle avait détalé dans l'allée de gravier. Qui aurait cru qu'il y avait un autre chemin que celui des airs, jusqu'à la flotte, tiens. La miss courait si vite que son pied glissa même sur de petites roches, la faisant trébucher. Elle se ramassa ainsi la gueule par terre, comme une pauvre conne. Une chaleur irradiait alors sur une de ses pommettes, mais elle ne s'en souciait guère; son but était d'aller chercher la bagnole et récupérer Nate qui devait se faire encercler par des indésirables. Juste à cette pensée, son coeur se serra un peu, souhaitant par-dessus tout, à cet instant, que tout se passe bien pour lui, en bas. Mais à mi-chemin, elle se rappela l'image du brun qui mettait les foutues clés dans la poche de ses jeans. Bordel, elle se dirigeait vers une voiture barrée. S'arrêtant sec, elle rebroussa chemin sans réfléchir ne serait-ce qu'une minute. À bout de souffle, elle entendit cependant, à peine plus loin, le trentenaire qui semblait vociférer. Si elle avait cru que c'était encore des putains d'infectés au départ, parce qu'ils semblaient se donner le mot pour les faire chier, elle fut rassurée de reconnaître la voix de Nathan.

Un idiot de sourire étira ses lèvres, alors qu'elle avait jurer qu'il l'avait encore appelé de ce surnom qu'elle aimait trop. Sans perdre de temps, elle s'était faufilé à travers les arbres qui boisait chaque côté de la route, revenant sur ses pas comme si elle redescendait vers l'eau. Mais non, elle voulait seulement le taquiner un peu, ou bien beaucoup. Elle se planta donc à quelques mètres tout juste derrière lui, laissant le soleil qui tapait encore bien fort baigner son corps tout entier. C'était pas sans lui apporter un peu de joie, d'ailleurs, parce qu'elle était encore plutôt trempée. La belle croisa les bras sur sa poitrine, penchant la tête sur le côté en le toisant longuement. C'était juste elle où il avait l'air particulièrement inquiet? "Eh, tu cherches quelqu'un?" demanda-t-elle en se moquant, question de se foutre un peu de sa gueule. Elle s'avançait vers lui, détaillant encore à quel point Lively le trouvait parfait là, tout de suite. Elle voulait bien sortir cette idée de son esprit mais ça ne fonctionnait pas. Il avait vraiment eu peur, si? Marchant toujours vers lui, elle n'avait cependant pas arrêté en arrivant à sa hauteur, le forçant à reculer jusqu'au dos d'un arbre, à la lisière du petit boisé.  

Silencieuse jusqu'ici, trop occupée à lover son regard dans le sien, elle avait posé ses délicates mains sur son thorax avant les faire glisser jusqu'à ses hanches et de diriger l'une d'elle dans la poche arrière de son jeans, se demandant bien un instant si les clés seraient toujours là. Elles y étaient, elle s'en empara donc. "Tu m'envoyais courir à ma mort ou quoi?" demanda-t-elle en riant. Et alors qu'elle étirait le cou pour presque toucher ses lèvres, elle voulu lui dire un truc con, encore, mais elle ne pu que l'embrasser de nouveau à la place. Comme ça, presque sérieusement et en prenant tout le temps du monde, juste parce qu'elle était heureuse que cette idiotie ce soit relativement bien terminée, au final. Elle avait posé les doigts de chaque côté de sa mâchoire, détenant toujours les clés dans une de ses mains, en continuant de faire jouer sa langue avec la sienne. Mais il n'y avait plus de jeu. Plus de blague. Une décharge électrique avait parcouru son corps et il n'en restait maintenant que les étincelles. Elle lui montrait probablement trop facilement qu'elle avait eu la frousse, elle aussi, en fait.

Et lorsqu'enfin elle trouva le courage de se détacher de son emprise, la blonde ne pu s'empêcher de sourire en relevant les cils vers lui. Mais toujours, dans le fond de sa tête, une petite voix qui lui dictait de descendre de son nuage. Elle l'ignorait. Sans plus attendre, elle recula, ses yeux pâles toujours sur le brun, avant de se mettre à courir vers la voiture. "Je vais me barrer sans toi, j'te préviens." lança-t-elle en un souffle. May l'avait vu se bouger du coin de l'oeil, lui aussi, mais voilà, il se foutait probablement de sa gueule en retour, parce qu'il n'était pas à la voiture avec elle. Fuck.


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 607
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: This is letting go /!\   Mer 4 Juil 2018 - 7:51
This is letting go


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Putain c'était pas possible, il l'avait vu se barrer par là bas... Il jurait déjà comme un connard, le cœur battant encore de sa dernière rencontre avec les morts, de l'adrénaline l'ayant poussé à s'en débarrasser, mais plus encore de pas la voir ni ici, ni même au loin près de cette caisse merdique. Elle était où merde ?

Ses mains glissèrent à ses cheveux, se tournant plusieurs fois, anticipant à sa place, mais bordel même si cette fille pensait les mêmes choses que lui, réagissait de la même manière, il était pas foutu de réfléchir correctement. Son propre cœur battait dans ses tempes, il l'entendait bourdonner jusqu'à rouler des yeux quand il l'entendit, dans son dos, au point de se retourner vers elle. Son regard était dur, plus qu'il ne l'avait jamais été avec elle, en réalité sûrement plus qu'il ne l'avait jamais été de son existence de bâtard en chef. Pas un sourire n'étira ses lèvres à contrario de son cœur qui devait afficher un sacré smile de soulagement. Elle avait rien sinon une espèce d'écorchure sur la pommette. Même s'il doutait que la flotte ait pu être infectée si rapidement, après tout fallait des heures pour que les chairs putréfiées se dissolvent dans l'eau, Nathan lâcha un soupir en la voyant approcher de lui. Prêt à gueuler, parce que ouais elle lui avait foutu les boules, il fut obligé de reculer jusqu'à sentir la dureté désagréable d'un tronc dans son dos. Là, tout se fit la malle d'une traite.

Ses yeux clairs lui cramaient les siens, ses gestes semblaient faire sécher ses fringues à vitesse grand V, et pourtant c'était que sa peau qui se réchauffait à l'idée qui lui cinglait le cerveau comme une belle paire de claques. S'il eut envie de l'engueuler, c'était passé aussi vite que ça lui était venu, aussi vite qu'elle se collait à lui pour glisser les mains à ses hanches et, ensuite, l'une d'elle dans la poche arrière de son jeans. Ses cheveux humides lui perlaient le visage, quelques gouttes subsistaient à l'une de ses clavicules. Putain elle était canon, pire que ça, bombesque. Comme s'il la découvrait sous un autre jour, plus sûre d'elle. Un vague sourire de coin étira ses traits, lui rendant l'air qu'il affichait en permanence, et si elle n'avait pas scellé ses lèvres aux siennes, sans doute qu'il l'aurait fait.

Sa langue revint s'enivrer de la sienne, ses lèvres presser leurs jumelles chaudes, ses mains se greffer dans son dos, à sa cambrure pour l'inviter à se coller à lui, déjà ses doigts s'empressaient habilement sous son top, filant aux agrafes de son soutien gorge qu'il frôla du bout du pouce avant de lui mordre la lèvre inférieure et d'être forcé de la lâcher, quasiment à regret, oh putain oui à regret carrément, qu'en avait-il à foutre de la désirer ? Il s'en cognait, visiblement c'était réciproque alors pourquoi se casser le cul à attendre, à laisser le venin se répandre dans ses veines à elle pour la rendre encore plus barge ?

Quand May recula, Nate fronça les sourcils en la voyant se marrer et lui préciser qu'elle allait se tirer sans lui. Elle était chou là, ça avait plus rien à voir avec un canon, ou si, ou... Putain le trentenaire ne réfléchissait déjà plus, planté comme un connard, une pauvre souche enracinée dans le sol, avec une banane de crétin fini à la commissure des lèvres. La voyant filer, assez rapidement d'ailleurs, vers la Malibu, il se décolla du tronc et avança à sa suite pour mieux la voir se retourner et se décaler. Elle voulait jouer ? Il allait jouer avec elle, une partie de chat improvisée. Entre les arbres, il la vit plisser le nez au point de rire avant de débouler du bois pour l'agripper à la taille et la forcer à coller la poitrine à à la carrosserie brûlante. Juste contre la portière.

Son torse épousait son dos, ses mains se hasardaient au nu de son ventre, il s'emballait comme un connard mais les gestes étaient aussi précis que les instruments d'un chirurgien. L'habitude, comme une seconde nature. Son nez dégagea les mèches prises dans sa nuque, ses lèvres y éparpillèrent baisers et légères morsures pour mieux croiser leurs reflets dans la vitre de ce tacot immonde. Elle appréciait, tant mieux. D'un mouvement habile, Nathan l'obligea à lui faire face, agrippant les pans de son tee-shirt à elle pour lui faire courir ses courbes à l'inverse de leur course initiale. L'étoffe rejoignit le toit bouillant de la caisse et ses yeux s'attardèrent sur ses traits auxquelles ses doigts se greffaient. Ses propres billes se dilataient, ce fut sans doute plus intense encore lorsque son bas ventre rencontra le sien, qu'elle put capturer ses souffles plus courts, tout contre son cou, là où sa langue traçait un chemin humide, à sa clavicule où quelques frissons purent satisfaire ses propres papilles, la naissance de sa poitrine, parfaite, où il entendait et sentait, entre ses lèvres, son cœur brûler les étapes comme lui les envoyait chier présentement. La précipitation c'était mauvais, ouais, habituellement ça l'était mais là, le journaliste s'en cognait sévère, ses doigts se refermaient déjà contre les mèches dorées, rincées, pour que son nez puisse rebrousser chemin, en une caresse ardente, jusqu'à son oreille où ses lèvres s'attardèrent.

- T'm'as fait peur putain. Grogna-t-il, en un souffle aussi teinté des dernières angoisses qu'elle lui avait collé qu'au désir puissant qui lui déchirait les entrailles. Relâchant ses cheveux, ses doigts s'évadèrent à ses épaules, ses courbes, son ventre. Il s’imprégnait des détails de son corps, de chaque nervure, de chaque réaction, jusqu'à celle qui lui arracha un sourire prédateur à peine eut-il arrêté ses gestes empressés à sa ceinture. Assez brusquement, aussi habile que d'ordinaire, Nate déboucla cette merde inutile et l'attira à lui pour la dégager des passants de son jeans, avant de la ramener vers lui. Ça séchera mieux ailleurs qu'sur toi. Murmura-t-il en un sourire de plus.

S'il alliait l'utile à l'agréable, l'envie fiévreuse dictait ses gestes. Il la voulait de suite, pas le temps d'attendre, pas le temps de laisser le temps filer et de l'inviter à être cinglée dès qu'elle le voyait nan, il aurait pas la patience. Nerveux de nature, le brun se sentait aussi fébrile que guidé par la pulsion soudaine que de se soulager totalement de la peur qu'il avait eu, comme pour lui prouver qu'elle comptait, alors qu'il savait même pas si c'était le cas, c'était juste instinctif, un besoin primaire forcé par l'adrénaline, son corps, ses putains de regards qu'elle lui lançait, son sourire, elle et le fait qu'il l'ait pensé claquée l'espace de dix secondes ou plus. Il ne l'avait pas encore embrassé, comme pour garder une barrière, qu'elle cède elle et non lui, qu'elle lui parle, qu'elle lui prouve qu'elle reculerait pas, pas cette fois, pas maintenant.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: This is letting go /!\   
Revenir en haut Aller en bas  
- This is letting go /!\ -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: