The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- While we're here -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1178
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: While we're here   Jeu 21 Juin 2018 - 23:56
While we're here


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Pas le temps de se sauver suffisamment loin qu'elle le sentit agripper son poignet à l'en faire se tourner vers lui, une lueur à mi chemin entre la fureur et la fièvre au creux des yeux. C'était qu'il avait des grandes jambes le bougre, même en courant elle serait pas fichue de le semer, d'ailleurs elle n'en avait pas envie, pas vraiment pas.... Tout ce mélangeait encore une fois dans son crâne, mais quand il se baissa à sa hauteur, comme s'il allait s'épancher sur le sort d'une enfant, Evy plissa les paupières pour le défier de lui parler comme à une môme. Si elle obtint sa petite victoire, ce ne fut pas sans sentir son cœur battre la chamade suite à ce qu'il lui sortait. Comment diable pouvait-on être si franc, direct, et si sexy à la fois. Là où elle le trouvait vulgaire dans sa manière de parler, quand il la secouait un peu trop en entraînement, désormais elle ne voyait plus que l'attrait particulier à retirer de ses mots et ses attitudes. Pas un mot ne fila ses lèvres. Relâchant sa prise sur elle, enfin il arrêterait et valait mieux s'il ne désirait pas qu'elle se jette sur lui, le désespoir au ventre qu'il lui montre tien..... Non, elle allait se tempérer c'était mieux, ce serait mieux. Elle mordait quasiment sa langue pour ne pas faiblir et, malgré tout, quand les mots de trop, concernant sa condition d'antan, passa le seuil de ses lèvres, elle le pointa de l'index, agacée sans malgré tout avoir le temps de répondre que déjà il l'attirait à sa suite dans un vieux bureau. La porte claqua sur leur passage et elle sentit l'aspérité du bois lui mordre la colonne quand il la repoussa sur ce même battant.

- Aïe ! Tu m'fais m..... Siffla-t-elle, rapidement coupée dans son élan quand son doigt vint heurter ses lèvres et son regard sonder le sien.

Là il ne jouait plus, elle le voyait dans la lueur significative de ses prunelles. Donovan lui quémandait le silence parce qu'il avait entendu quelque chose et elle pas, déjà ses paroles faisaient le tour de son crâne à toute vitesse. Un tas de choses horribles lui traversa l'esprit. Les moches pouvaient péter la vitre, s’agglutiner là, juste derrière les pans de mur, juste là et ils seraient piégés. Certes elle avait son Glock, même un chargeur de rab, mais ça ne suffirait pas, pas dans la pénombre à devoir se trimballer une torche pour savoir où se situait le danger. Le cœur en vrac, elle pinça les lèvres et ferma les paupières une minute, tâchant de prêter l'oreille à la pièce jouxtant le bureau où la lueur de sa lampe dansait au plafond. Puis, quand elle les rouvrit, ce fut pour se heurter à la teinte de ses billes. Respirant avec mal, elle déglutit sans relâcher ses billes. L’énervement avait disparu, ne restait plus que la crainte de rester enfermer ici, et la pression que de l'être avec lui. Il y avait pire certes, comme par exemple devoir camper avec la catin, mais là c'était clairement jouer avec le feu, pire encore quand elle était si proche de lui, les mains tremblantes – tout autant de peur que d'envies inavouables – sensées rester à leur place. Détournant brièvement le visage, pour coller l'oreille à la porte, Evelyn redressa les cils vers lui.

- D'une je suis pas une nonne, de deux t'as même pas pris le soutif, Susurra-t-elle avant de sourire d'un air mutin. on va mourir de faim. Ça sera ta faute...

Une envie de rire la contint si subitement qu'elle pinça les lèvres et redressa la main à la sienne pour que sa paume à lui se colle sur sa bouche et non plus juste son index. Hilare malgré la situation quelques larmes filèrent ses cils et s’écrasèrent contre la paume du tatoué avant qu'elle se tempère doucement et reprenne la parole, toujours discrètement pour éviter aux moches de s'exciter un peu trop.

- Tu m'rends vraiment chèvre. J'espère que tu t'en rends compte, Elle parlait malgré ses yeux qui allaient et venaient entre ses billes grises et ses lèvres. Elle bavardait – avec discrétion – pour s'éviter de réitérer le moment de la cuisine. Le rose couvrait ses joues mais finalement ça importait peu, il lui avait peut-être encore sauvé la vie là. Encore oui. Les larmes, le rire, le..........

Evelyn s'attarda sur ses lèvres avant de sentir sa trachée se nouer. Il fallait qu'elle lui dise, c'était le moment, finalement la promiscuité de la pièce, la pénombre, le fait qu'ils allaient peut-être y passer, c'était suffisant pour qu'elle ose au moins lui dire juste un truc, ce qu'elle voulait... La mort était toute proche, chaque jour... Trop de pensées, trop de grésillements dans sa tête, ce mec la rendait cinglée et s'en rendait même pas compte. T'as envie de mourir sans avoir osé Evy ? Non. Entrouvrant les lèvres l'assistante redressa doucement les cils pour croiser ses prunelles par delà le peu de lumière fournie par leurs torches. Sa main frôla la sienne, glissant l'index au sien pour l'encercler et se donner du courage.

- Je..... J'ai pas envie de crever sans savoir. Super, c'était pas du tout ça qu'elle voulait dire de base, néanmoins elle avait perdu le courage accumulé subitement, tout ça pour.... ça. Encore une connerie, pourtant le sous entendu était clair à ses prunelles, le rose poudrant ses joues ne laissait pas de doute quant à ce qu'elle disait. Laisse tomber. Souffla-t-elle en déviant les billes envisageant déjà quitter la porte pour aller s’asseoir sur le bureau où son ombre ne pèserait guère sur la sienne.

Bon dieu ses parents en feraient une syncope à la voir s'enticher d'un mec tel que lui. Sérieusement, si son père avait rencontré Donovan, il se serait taper une crise cardiaque sur le perron de la baraque. Y songeant, elle rit puis en oublia son désir de se barrer, toujours face à lui, collée à la porte, les yeux se rouvrant sur la lueur amusée que l'image dans sa tête renvoyait dans le creux de ses iris.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1221
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: While we're here   Ven 22 Juin 2018 - 7:18
De l’autre côté, aucun bruit. Pour l’instant. Donovan restait alerte, l’avait pas envie qu’ils se fassent tous les deux croquer dans un magasin érotique, c’était pas la façon dont il envisageait de partir même s’il fallait le reconnaître, ça aurait un côté fendard, surtout pour lui. Mais il avait embarqué Evelyn et le tatoué n’aimait pas revenir de mission sans ses hommes, ou ses femmes. Sans ses collègues de galère quoi. Il était déjà prêt à sortir son arme s’il le fallait mais tant que le calme persistait de l’autre côté de la porte, Donovan ferait en sorte que le calme persiste de ce côté-ci aussi.

La blonde reprit finalement la parole, à voix basse, lui arrachant un sourire malgré son sérieux. Pas une nonne, et sa plaisanterie le laissait penser en effet. Mais son sourire se fit rapidement la malle au contact de ses lèvres sur la paume de sa main. La gamine riait aux éclats, contenue, quelques larmes perlèrent même sur ses joues pour mourir sur la peau rugueuse du tatoué mais Donnie ne riait pas. Si elle continuait à le chercher comme ça … Elle le trouverait, c’était certain. Non, se répéta-t-il intérieurement. « Va falloir qu’on tente une sortie discrète pour récupérer notre repas alors … » répondit-il finalement, son regard ancré à celui de la blonde.

Puis Evy reprit la parole, lui avouant qu’il la rendait chèvre. Donovan s’en rendait bien compte en un sens, il voyait bien qu’elle passait du rire aux larmes, qu’elle se laissait embarquer dans son jeu malsain, qu’elle en demandait plus même si ce n’était pas par des mots. Mais c’était Evelyn. S’il jouait, c’était pour l’emmerder et rien d’autre. Il l’écoutait et ses doigts glissèrent sur sa joue, son regard capta le mouvement de ses lèvres alors qu’elle parlait, seulement pour mieux comprendre ce qu’elle disait parce qu’il était très doué pour lire sur les lèvres. Pas pour n’importe quelle autre raison.

« Sans savoir quoi ? » demanda-t-il alors que la gamine se coupait dans son élan. Il était curieux, son regard le disait pour lui, pour sa voix qu’il gardait basse afin de ne pas trop attirer l’attention des moches à l’extérieur. Sans savoir quoi au juste ? Il se demandait, il essayait de décrypter dans son regard qui se détournait de lui. Sa main droite toujours sur sa joue, son pouce aux coins de ses lèvres, Donnie remonta sa main gauche vers la taille de la blonde. Délicatement il la força à recroiser son regard. « Je t’avais prévenue que j’étais le pire colocataire du monde, que j’étais insupportable. » C’était quelque part insupportable pour lui aussi, parce qu’il luttait contre lui-même pour ne pas rendre les choses trop bizarres ou craquer et regretter juste après.

Evelyn n’était pas ce genre de fille, s’il décidait de céder il savait qu’ils en profiteraient tous les deux, là-dessus il n’avait aucun doute. Mais il craignait aussi que la blonde n’y voit plus que ce que ce serait, un coup d’une fois ou deux, parce qu’il savait que c’était le mieux pour lui ou le monde entier. Donovan n’était pas fait pour les histoires sérieuses. Pourtant l’envie de céder était là, l’envie de la faire sienne le tourmentait plus qu’il lui montrait. Si elle avait été intelligente, elle serait rentrée à Bainbridge, ou elle aurait choisi d’aller vivre avec Lucas et Jenna, mais elle était restée avec lui. Soupirant, le tatoué se recula finalement, la relâchant presque à regrets avant d’aller s’asseoir sur le bureau derrière. « J’te rassure, on crèverait pas de faim ici parce qu’on restera pas enfermés éternellement, j’nous ferai sortir si ça s’éternise trop. » A nouveau il soufflait le chaud et le froid, mais il avait besoin du froid parce que là ça devenait à nouveau compliqué.

Agité, Donnie commença à fouiller les tiroirs du bureau sous ses fesses, contorsionné pour les atteindre. « Eh bah putain ! » s’exclama-t-il en sourdine en montrant le contenu d’un des tiroirs. Trois boites de capotes dont deux déjà périmées. « Il devait pas s’emmerder le patron … » Et c’était pas les seules choses dans ses tiroirs, il s’était attendu à trouver des livres de comptabilité, des dossiers sérieux et chiants comme la mort, mais pas tout ça.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1178
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: While we're here   Ven 22 Juin 2018 - 9:32
While we're here


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Sa question poussa son cœur à rouler dans sa poitrine. Il devait forcément comprendre, parce qu'à contrario d'elle, Donovan avait l'expérience, il savait des choses et avaient fait des choses qu'elle ignorait ou n'avait jamais envisagé faire, jusqu'à lui. Haletante, au contact de sa main sur sa taille, la jeune fille papillonna des cils, forcée de revenir lover les yeux dans les siens, savourant le contact de ses doigts contre la peau fine de sa joue, le frôlement fébrile du pouce à la commissure de ses lèvres. Sûre d'elle, sans nul doute lui aurait-elle dit sans détour, mais il parvenait à tirer d'elle des mots, des actes et désirs tout en les invitant à se cacher dès qu'il devenait plus entreprenant. Est-ce qu'elle avait peur finalement ? Peur de ce qu'elle voulait de lui, peur de l'idée que certains s'en feraient peur... peur du jugement ? Les conseils et l'éducation qu'elle avait reçu revenaient au galop dans son crâne et le simple fait d'avoir songé à ses parents plus tôt lui rappelait qu'elle avait toujours suivi le chemin tracé pour elle sans se soucier de dévier. Simplement car personne ne l'avait poussé à suivre quelconque déviation avant, on lui avait toujours dit que c'était ainsi et pas autrement, que si elle désirait rester cette fille bien, sensée, il fallait rester sur la route principale et ne pas emprunter les sentier tortueux où la tentation vous choppait entre ses griffes acérées. A l'heure actuelle elle comprenait enfin. La faculté, les tests stupides qu'elle avait pu faire aux côtés de filles plus volages, uniquement pour rentrer dans un moule qui ne lui convenait pas mais lui faisait envie, ce n'était rien à côté de la tentation actuelle. La véritable tentation... Tout chez lui sonnait en elle pour la pousser à faiblir, sa voix, sa façon d'être, sa manière de la pousser dans les retranchements profonds de ce qu'elle pouvait ressentir.

A ce qu'il avançait de nouveau, qu'il lui avait même déjà précisé, Evy hésita à ramener la main à son poignet... Finalement il ne le fit pas et la relâcha à l'en faire clore les paupières. C'était aussi frustrant de ne rien pouvoir dire que de se sentir repoussée, elle peinait à comprendre mais n'était pas non plus dans sa tête... Ravalant sa salive, elle logea la main libre contre la porte, sous ses reins, puis rouvrit les yeux pour le contempler là, installé sur le bureau.

- Tu nous feras sortir ? Y avait un tas de morts prêt à défoncer la vitrine, ça craignait vraiment. Pourtant il était si sûr de lui qu'elle ne voulait guère lui donner tort. Il fallait que son corps se calme, que son cœur se calme, mieux valait discuter tranquillement. J'me dit qu'heureusement qu'je suis venue t'trouver quand.... Elle fronça les sourcils. Swann m'a laissé tomber.

Heureusement oui, parce que là où elle aurait fondu en larmes, bloquée dans un vieux bureaux en imaginant y être piégé et y mourir, grâce à lui l'assistante composait plus aisément en sachant qu'il y avait une chance, même infime, de s'en sortir. Un soupir fila ses lèvres et lorsqu'il s'exclama en un murmure, elle plissa le nez et braqua la torche dans le creux du tiroir qu'il venait d'ouvrir. Même si un voile rosé persistait sur ses joues, elle n'était pas non plus choquer de voir des préservatifs orner le tiroir. Amusée à ce qu'il disait, elle croisa son regard avant d'arquer les sourcils. Non sérieusement si elle avait été plus franche, elle lui aurait balancé que c'était un foutu signe du destin.

- Ohhhh, Elle garda son sérieux malgré l'envie de rire. des ballons de baudruche. Croisant son regard particulier, sans doute partagé entre la moquerie et le sérieux, elle termina par loger la main sur ses lèvres pour rire de plus belle. J'rigole, quand même j'sais c'qu'est une capote. Hilare, elle reprit doucement sa respiration et s'approcha pour en saisir une boite tout en se étudiant le reste du fourbi particulier dans le tiroir. Debout près de lui, Evelyn déposa la torche – cul sur une étagère pour éclairer le plafond – et reprit. Dire qu'notre prof de sciences au lycée nous avait montré l'exemple avec une banane, c'était trop drôle de voir cette vieille bique coincée faire ça.

Le souvenir forçait sa poitrine à tressauter. Ouais, ça elle savait ce que c'était heureusement, et replaçant une mèche d'une de ses nattes derrière son oreille, Evelyn reporta son attention sur une espèce de souris de plastique, plus petite qu'une souris informatique et sentit le rose lui monter aux joues.

- C'est pas un truc de bureau hein ? Nerveuse, tâchant de ne pas rosir, Collins évita d'empoigner ce truc – après tout il n'était pas emballé et dieu savait où ça avait traîné - puis pris place sur le fauteuil de cuir poussiéreux juste devant lui. Tu meurs d'envie d'me dire ce que c'est j'paris, juste pour m'enquiquiner mais vas y, t'as dit que tu m'donnerais des leçons et j'veux savoir, j'ai pas envie de mourir con, déjà qu'ma première fois était.... Elle rit. bha j'en sais rien justement.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1221
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: While we're here   Ven 22 Juin 2018 - 17:27
« Evidemment que je nous ferai sortir, j’mourrai pas dans un trou à rats de ce genre, et toi non plus. » La suite des paroles de la blonde arrachèrent à Donovan un sourire à la fois doux et triste. Le souvenir du comportement de l’étudiant envers Evelyn lui restait en travers de la gorge, oh bien sûr il savait qu’il valait pas vraiment mieux de son côté après ce qu’il avait fait à Beatriz. Mais il n’avait rien fait sciemment, il était juste incorrigible, et passablement salaud. Au moins il avait le mérite de le reconnaître, et sans doute qu’on ne reprochait et détestait chez les autres que ce que l’on refusait de voir chez soi. « Sinon t’étais mal barrée ma belle … » ajouta finalement le tatoué en tentant de se détacher de tout cela, sachant pertinemment.

Puis le militaire se lança à la découverte du bureau, assis – vautré – sur la surface boisée, farfouillant  dans le tiroir pour en sortir quelques précieuses trouvailles. Un éclat de rire passa ses lèvres fines à la plaisanterie d’Evy, elle avait le mérite de faire preuve d’autodérision au moins. « Tu serais mignonne avec tes couettes et des ballons accrochés au bout d’une ficelle » souffla-t-il sur un ton moqueur, riant malgré tout de la plaisanterie de la gamine. « Hey ils ont raison de montrer ça, et en même temps, ça serait quand même bizarre qu’ils vous fassent les démonstrations sur des vieux profs, non ? » Le tatoué fit une grimace en imaginant la scène, atroce et traumatisante pour tous les étudiants quel que soit leur sexe et leur bord.

A la question d’Evelyn, son regard gris se fendit à nouveau d’un éclat particulier. « Le problème avec ces trucs, c’est que la pratique vaut mieux que toutes les explications du monde, mais à moins de trouver son jumeau neuf et avec des piles, la pratique … » Il garda son regard rivé sur la blonde, affichant un sourire lourd de sous-entendus avant de reprendre. « C’est un truc pratique pour les nanas que leur gars parvient pas à satisfaire ou pour les éternelles célibataires. Sans doute quelque chose dont t’auras jamais besoin. » Elle le prendrait comme elle le voulait, Donovan lui se mit à sourire, fier de son explication.

Le militaire reprit finalement une attitude moins provocante pour revenir à un sujet qu’ils avaient précédemment évoqué. « J’doute pas que tu sois pas une nonne, mais j’me demande quand même un truc … Comment t’as traversé le lycée et des études supérieures sans voir le loup ? J’suis sérieux, ça m’épate vraiment, et j’me pose des questions. » De son côté, Donnie avait rapidement découvert la vie sous chacune des coutures, tous les plaisirs qu’elle pouvait offrir. Evelyn était un peu cette petite fille sage qui ne cherchait qu’à s’émanciper après que tout le monde se soit joué d’elle, et c’était assez ironique qu’elle cherche cela auprès d’un type qui se foutait constamment d’elle.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1178
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: While we're here   Ven 22 Juin 2018 - 17:54
While we're here


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Le tableau factice qu'il lui peignit, concernant les profs et les préservatifs, eu le mérite de la faire grimacer, d'ailleurs elle mima une envie de vomir en logeant deux doigts près de sa bouche, tirant la langue, avant de rire. Voilà, son corps se tempérait, c'était mieux, rire avec lui était tout de même mieux que se faire enguirlander, mais pas mieux que le reste... Sentant un frisson lui ronger les bras, Collins logea les deux pieds sur le cuir de l'assise qu'elle occupait, fléchit les genoux, les entoura de ses bras puis y colla le menton en sondant son regard quand il en vint à lui expliquer à quoi servait ce machin. Sa bouche termina par former un « o », surpris avant qu'un voile rose s'empare de ses joues. On avait beau dire ou faire, même de simples explications, et pas graveleuses pour le coup, devenaient très explicites, même imagées, formulées par le militaire. Mais à ses derniers arguments, elle plissa le nez avant de lâcher un rictus.

- N'empêche qu'j'ai rien fait depuis.... Sans plus se soucier de lui, elle redressa les yeux au plafond et compta sur ses doigts les mois qui la séparaient de sa relation avec Swann, et de son expérience amnésique avec le nippon. sept mois. Mouais, alors pour le côté « Evy chérie t'auras jamais b'soin de ça », je serai pas si sûre de moi à ta place Donovan.

Renfonçant le dos dans le dossier, Evelyn soupira puis revint le considérer lorsqu'il revint sur le sujet de la nonne. Au moins ce qu'il disait eu le mérite de la faire rire, enfouissant les traits entre ses genoux joints et fléchis. C'était si surprenant que ça ? Aussi surprenant que, pour elle, il en sache autant sur un sujet qui la dépassait ? Sûrement oui, car il avait l'air sérieux, pas du tout à se foutre d'elle pour une fois, mais la réponse allait le faire éclater de rire, elle en était certaine et, quand elle y songeait, alors qu'aujourd'hui ça n'avait plus de valeur propre – si ça en avait véritablement un jour d'ailleurs -, elle ne lui donnerait pas tort.

- Parce que, Soupira-t-elle avant de faire pivoter le siège tournant pour ensuite s'arrêter en calant l'un de ses pieds sur le meuble où il était installé, juste à côté de son genou. Glissant les deux bras à son unique jambe fléchie contre sa poitrine, l'assistante se pencha en avant, prête à lâcher le morceau. j'croyais en des trucs vraiment débiles, comme mes parents. On allait à l'église le dimanche si tu vois un peu l'tableau.

Roulant des yeux, elle déglutit néanmoins en songeant à son père et sa mère. Ils l'avaient éduqué au mieux, en remerciement le jour où toutes ces saletés avaient commencé, Evelyn avait envoyé paître sa mère. Pour excuse, elle n'était pas sensée savoir qu'elle ne la reverrait jamais. Sentant quelques perles lui monter aux yeux, elle lui offrit un sourire pour donner le change puis continua.

- C'est bête, au début de l'infection je croyais qu'les moches avaient une âme et patati, mais personnellement je suis pas convaincue qu'Dieu existe, sans quoi il aurait jamais laissé un truc pareil s'produire. Elle haussa une épaule puis inclina la tête pour le dépeindre dans la pénombre, un sourire mutin aux lèvres. Elle pouvait bien le taquiner un peu, lui ne s'en privait pas. Alors zut. Du coup j'me préservais, c'est con mais bon..... Et, tu vois, même si je suis désormais sûre que Dieu n'existe pas, j'suis pas sûre concernant le reste, pas quand j't'ai devant moi et quand tu m'pousses au vice. Sérieuse, elle plissa les paupières pour donner corps à ses propos avant de rire puis de reprendre lorsque le toiser devint trop.... Pénible, sensible, désirable...Et toi, comment ça s'fait que t'en sache autant ? Pourquoi t'es comme ça ? Pas que je te juge non, j'aimerai bien avoir de l'assurance comme ça, dégager un truc.

Ses yeux filaient aux siens comme pour percer son âme, se l'approprier sans malgré tout qu'elle en ait le pouvoir ou la capacité. Il la fascinait vraiment, il avait ce goût t'interdit qui rendait chaque choses plus intense que si vous les viviez avec quelqu'un comme... elle.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1221
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: While we're here   Ven 22 Juin 2018 - 19:01
Sept putains de mois. Ça lui paraissait une éternité et Donovan avait une chiée d’expressions pour lui témoigner combien il était étonné, choqué, épaté. Mais en même temps, Evelyn lui avait déjà parlé de sa seule et unique fois dont elle avait oublié les moindres détails, si c’était pas dommage quand même. « Tu savais pas que ça existait avant, maintenant que tu sais, j’te garantis que t’en auras pas besoin. J’veux dire, la nature nous a donné des mains, c’est bien pour quelque chose. Tu te rappelles de Madame Cinq-Doigts quand même ? » C’était elle qui avait lancé ce sujet la première quand ils en avaient parlé la première fois, il pouvait bien la charrier un peu.

En revanche, son interrogation était réelle, sincère. Sa vie à lui ne lui avait que rarement fait rencontrer des personnes comme ça, et lui n’avait clairement pas eu les meilleurs des modèles alors forcément … « Une grenouille de bénitier … » chuchota-t-il avec cet air sur le visage qui signifiait que tout prenait son sens désormais. Donnie remarqua le léger changement dans l’attitude de la blonde, sa main se posant instinctivement sur sa cheville à côté de lui, avec un sourire sincère. Parler du passé, des proches perdus, c’était souvent douloureux, il avait la chance de ne pas avoir perdu grand-monde avec cette foutue fin du monde. Il la laissa continuer son récit, se contentant de hocher la tête avant d’afficher un regard plus surpris lorsqu’elle évoqua la possibilité que l’enfer existe depuis qu’elle le connaissait.

Evelyn lui retourna finalement la question, ce qui lui valut un haussement d’épaules avec un sourire sûr de lui. « Tu l’as dit toi-même, le diable s’est penché sur mon berceau pour faire de moi l’un de ses meilleurs représentants. » Le tatoué esquissa un sourire avant que ses lèvres ne se déforment en une moue pensive, le regard perdu dans le vide une fraction de seconde. Son histoire c’était tout le contraire de celle de la blonde. C’était une gamine de bonne famille chrétienne, lui c’était un gosse paumé dont les parents n’avaient fait qu’enchainer les mauvaises décisions.

Donovan prit une inspiration et sortit son paquet de clopes de sa poche, réflexe d’autodéfense que cette cigarette calée au coin de ses lèvres. La flamme de son Zippo crépita puis ce furent les braises de la clope qui dansèrent devant son visage. « Parce que contrairement à toi, mes parents m’ont jamais rien appris ou rien forcé à faire. Du moins, pas sciemment. Ils m’ont appris à croire en moi parce que j’pouvais pas leur faire confiance à eux. » Entre une mère soumise qui se laissait tabasser pour protéger son gosse au lieu de se barrer avec le gosse en question, et un père qui claquait tout l’argent du ménage en jeux et en bouteilles, il avait été servi niveau modèles.

« J’sais pas si y’a un dieu ou un diable, j’crois qu’on a tous un peu des deux en nous. C’est les situations qui nous permettent de laisser sortir l’un ou l’autre. Et j’te fais chier avec ça mais c’est pas forcément une mauvaise chose de se préserver, tout le monde est pas fait pour vivre de passions débridées et de coups d’un soir. Certaines personnes arrivent à construire des relations sur le long terme, y parait. » Ca existait, il le savait, il l’avait vécu, il avait été déçu et depuis il enchainait les histoires sans lendemain et les erreurs. Le tout c’était de tomber sur des nanas qui avaient la même philosophie que lui. « J’te rassure hein, j’ai pas appris tout ce que je sais en vendant ce corps de rêve. J’ai juste eu plus d’occasions de rencontrer plein de nénettes. » Souvent aussi paumées que lui. Récupérant la cigarette entre son pouce et son index, Donovan la tendit à la blonde. Après tout elle avait des années de vice à rattraper pour être à son niveau.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 1178
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: While we're here   Ven 22 Juin 2018 - 19:27
While we're here


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Grenouille de bénitier, ce truc repassait dans son crâne avant qu'il lui réponde. C'était tellement péjoratif, drôle mais péjoratif, uniquement car de la manière dont cette expression résonna entre ses lèvres, c'était un peu comme si tout s'expliquait d'un coup. Enfin, elle n'y revint pas, préférant en savoir un peu plus sur son compte, se satisfaisant même du geste tendre qu'il avait eu envers elle lorsqu'elle avait failli pleurer. Quand il insinua lui même que Satan en personne s'était penché sur son berceau, elle ne put s'empêcher de sourire. Mais là où elle imaginait une histoire hilarante, ce n'était qu'un assemblement de choses décousues, terribles sans doute car il ne rentra pas dans les détails, qui la poussa à froncer les sourcils. Son cœur se serra une minute, peut-être deux, peut-être même plus, alors qu'elle observait ses traits derrière la cigarette qu'il venait d'allumer. Aucune pitié non, juste.... de la peine pour lui. Ses parents n'étaient pas comme les siens, il avait dû se débrouiller seul parce qu'il ne pouvait pas voir en eux les piliers qu'ils auraient dû être. Evelyn déglutit, préférant ne rien dire ou faire. A l'instant c'était plus important de l'écouter et de tirer une leçon, de se manger une claque même, quant à son attitude avec ses géniteurs alors qu'eux, contrairement à ceux de Donovan, auraient très certainement donnés leurs vies pour elle. Glissant la tranche de la main à ses traits, elle dégagea une larme qu'elle sentit perler à ses cils puis reprit une inspiration saccadée avant de suivre le reste de ce qu'il lui disait.

Il était si sûr de lui, et là où elle aurait pu lui donner raison parce qu'elle croyait fiévreusement en cet homme, elle ne pouvait pas se résoudre à penser que ce qu'il évoquait en un « Y parait » n'était qu'une légende absurde. Elle y croyait au couple, aux histoires si fortes qu'elles faisaient autant souffrir qu'elle vous forçaient à vous surpasser et, qu'en définitive vous vous sentiez briller – plus que quiconque en ce monde – dans les prunelles de celui qui scintillait au creux des votre. Il avait essayé, n'avait pas tenu bon.... peut-être n'était-elle pas faite pour lui, peut-être que celle qu'il avait blessé – car c'était ça même si elle l'adorait Donovan avait certainement achevé la mexicaine – n'était pas celle lui étant destiné. C'était puérile et romantique de penser de cette manière, mais si des scénaristes avaient donné jour à de si belles histoires d'amour, c'était qu'il y en avait bel et bien quelque part, que ça existait vraiment.

Evelyn buvait ses paroles mais son esprit s'agitait déjà, elle était brisée pour lui, il avait de l'expérience en un domaine qu'elle ignorait totalement mais ne connaissait pas un tiers de ce qu'elle savait elle, ce en quoi elle croyait. Néanmoins, lorsqu'il termina sur un trait d'humour, elle émit un rictus avant de soupirer, de déloger le pied du bureau, qu'elle reposa donc au sol, et rapprocha le siège de lui en agrippant la cigarette qu'il lui tendait. Ramenant le filtre à ses lèvres, elle songea à tout ce qu'il manquait, tout ce qu'il croyait faux ou ne pas lui correspondre car, tout comme elle, il se sentait différent.... Peut-être trop. Laissant la fumée quitter ses pétales, elle lui rendit la tige de poison pour croiser les bras, sur ses genoux à lui, avant d'y déposer le menton. Ce n'était rien, juste de la tendresse, parce qu'au delà de le désirer à s'en sentir si mal, elle l'adorait vraiment. Ce n'était pas une amourette, c'était au delà, fort, et même s'il ne partageait pas ça, qu'il l'aimait juste bien parce qu'elle le faisait rire et qu'il l'avait prise sous son aile, ça ne tarirait pas dans son cœur. Sans le regarder, elle fronça les sourcils.

- J'ai envoyé chier ma mère quand tout à commencé, j'regrette tellement et, Elle redressa le nez vers lui, les yeux brillants de larmes. j'regrette que tes parents aient été aussi..... égoïstes. Evelyn déglutit et lui offrit un sourire tendre, aussi sincère qu'elle l'était envers lui. Pour ça que je te l'ai déjà dit Donovan, je t'aime bien, parce qu'on sait jamais. Ce bien n'était pas entièrement vrai, non. Enfin non je t'aime pas bien je t'adore, tu m'fais beaucoup de bien, j'me sens bien avec toi. Elle espérait qu'il en soit cas pour lui aussi mais ne lui quémandait rien du tout. J'ignore peut-être pas mal de choses sur le sexe, mais je crois aux liens si forts qu'ils surpassent tout, c'est pour ça que je vis tout, au maximum, pour plus jamais rien regretter. Murmura-t-elle en sondant ses billes grises sans dégager les bras des cuisses du militaire. Si je dois tomber, alors je tomberai.... Haussant les épaules elle esquissa un sourire. Mais grâce à toi j'sais m'relever maintenant.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: While we're here   
Revenir en haut Aller en bas  
- While we're here -
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: